La French Tech s'étend et lance neuf réseaux thématiques

Cacophonie de coqs 22
En bref
image dediée
Société
Guénaël Pépin

La machine French Tech continue d'avancer, avec l'annonce de neuf réseaux thématiques, censés connecter les pôles technologiques spécialisés du pays. Ils doivent être accompagnés par Bercy dans les prochains mois, entre autres via un nouvel appel à projets.

Deux ans et demi après son lancement, la French Tech s'étend. Hier soir à Laval, Axelle Lemaire et Emmanuel Macron ont renouvelé les labels des 13 métropoles déjà inclues dans le dispositif, et ont officiellement lancé les réseaux thématiques, en préparation depuis quelques mois.

Des métropoles confirmées

L'ambition est toujours la même : cibler les lieux dynamiques sur le numérique en France, pour les aider à se développer à l'étranger. Cela passe par exemple par des aides au financement, soit pour trouver des investisseurs (Pass French Tech), soit pour les soutenir directement via une bourse, qui aurait déjà bénéficié à 1 000 projets, s'enorgeuille Emmanuel Macron.

Il s'agit surtout de donner de la visibilité à ces entreprises, notamment en les amenant sur les principaux salons mondiaux. C'est par exemple le cas avec le pavillon French Tech au CES de Las Vegas, où la délégation essaie chaque année d'être remarquée (voir notre analyse).

Depuis les premières labellisations fin 2014, les 13 métropoles sélectionnées par l'Etat ont ainsi confirmé qu'elles avaient un tissu local très impliqué dans le numérique, estime-t-il. Aix-Marseille, Bordeaux, Brest, Côte d'Azur, Grenoble, Lille, Lorraine, Lyon, Montpellier, Nantes, Normandie, Rennes St-Malo et Toulouse voient donc leur label confirmé par Bercy. Une formalité qui précède la vraie nouveauté de la soirée, les réseaux thématiques, dont l'appel à projets avait débuté en janvier.

Des réseaux thématiques très divers

Leur principe est d'identifier des spécificités locales à mettre en valeur, et à connecter à d'autres pôles spécialisés dans le même domaine. « Nous sommes le pays d'Europe qui crée le plus de start-ups chaque année. Nous devons être aujourd'hui celui qui, sur tout le territoire, permet d'en développer le plus » a, une nouvelle fois, ambitionné Emmanuel Macron.

Ainsi, neuf réseaux thématiques ont été validés par le ministère de l'Économie, regroupant chacun plusieurs écosystèmes locaux :

  • Santé (#HealthTech : #BioTech, #MedTech et #e-santé)
  • Internet des objets (#IoT et #Manufacturing)
  • Éducation et divertissement (#EdTech et #Entertainment)
  • Technologies propres et mobilité (#CleanTech et #Mobility)
  • Finance (#FinTech)
  • Sécurité et vie privée (#Security et #Privacy)
  • Commerce (#Retail)
  • Alimentation (#FoodTech)
  • Sports (#Sports)

Certains de ces domaines regroupent bien plus d'acteurs que d'autres. L'internet des objets ou les technologies de santé bénéficient d'un maillage serré, quand ceux de l'alimentation ou de la sécurité sont bien plus épars. Les cartes détaillées des neuf réseaux sont disponibles sur le site officiel.

Pour la suite, l'Agence du numérique doit aider ces réseaux à se développer et les pôles à se rencontrer dès la rentrée, quand des appels à projets doivent être lancés au premier semestre 2017. Il reste tout de même à voir comment ces acteurs et territoires collaboreront, alors que l'attribution des labels était l'occasion de batailles entre territoires.


chargement
Chargement des commentaires...