Réseaux publics : mariage en vue pour Covage et Tutor

Survival of the fittest 30
En bref
image dediée
Crédits : Brian Stanback/iStock
FAI
Guénaël Pépin

Covage et Tutor sont deux entreprises spécialisées dans la construction et la gestion de réseaux d'initiative publique. En se rapprochant, elles obtiendront une masse critique de commandes sur un marché peuplé d'acteurs de plus en plus grands.

C'est un nouveau groupe qui se forme dans les infrastructures télécom. Le 21 juillet, Covage et Tutor ont annoncé être entrés en négociations exclusives pour un rachat du second par le premier. Le but : créer un groupe télécom « indépendant » et « neutre », à même d'amener rapidement la fibre aux collectivités. Cela à un moment où la demande est en passe d'encore croître. Le montant de l'opération n'a pas été communiqué.

Un marché de plus en plus concurrentiel

Pour mémoire, le plan France THD prévoit que 43 % de la population soit couverte en très haut débit (dont de la fibre) par des réseaux d'initiative publique, pilotés par les collectivités, dans les zones les moins denses du territoire. Pour construire ces réseaux, la grande majorité de ces collectivités font appel à des groupes télécoms, dont une partie sont des spécialistes de ces réseaux publics, à l'instar de Covage et Tutor.

Ce rapprochement permetra aux deux entreprises de peser bien plus sur un marché de plus en plus dynamique. Il faut dire que les concurrents sont nombreux à vouloir construire des réseaux publics, à l'instar d'Orange, de SFR Collectivités ou d'acteurs spécialisés, comme Altitude. Tout cela pour un investissement estimé à environ 13 milliards d'euros dans les prochaines années.

Se concentrer pour se développer

« Le marché des [réseaux publics] a besoin d'un acteur indépendant et puissant » a ainsi expliqué Jean-Michel Soulier, le patron de Covage, à ZDNet. Face aux opérateurs nationaux, qui conditionnent régulièrement l'arrivée des box à la construction du réseau par leurs soins, le nouvel ensemble veut être une réponse efficace. Un bon argument pour convaincre des collectivités qui confient parfois leurs réseaux à des grands noms pour s'assurer de disposer de leurs offres box.

Le nouvel ensemble compterait 1,3 million de prises fibre commandées, environ sept millions de prises à pourvoir au total. Un volume de commande environ équivalent à celui d'Altitude Infrastructure, qui annonçait avoir obtenu la construction ou la gestion de 1,2 million de lignes fibre en février (voir notre analyse).

En plus de résister face aux géants nationaux, l'enjeu est de ne pas se laisser distancer par les autres acteurs spécialisés. Covage vante d'ailleurs des « accords commerciaux avec 200 opérateurs de services dont les plus grands opérateurs nationaux », même si ces derniers peinent encore à venir sur les réseaux publics. Avec ces masses de lignes, ces sociétés deviennent des interlocuteurs intéressants pour ces FAI nationaux (Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR).

Pour accélérer l'arrivée des acteurs de poids sur les réseaux publics, le ministère de l'Economie planche sur une plateforme commune à tous ces réseaux, qui devrait servir à les harmoniser, voire à centraliser les commandes de ligne. Un prérequis pour que certains FAI, comme Free, acceptent de venir. Comme l'ensemble du secteur, Covage et Tutor affirment participer « activement au développement de la plateforme commune d’interopérabilité des réseaux fibre », dont la réalisation pourrait encore être longue.


chargement
Chargement des commentaires...