Tesla Motors base sa stratégie sur le solaire, son pilote automatique et le partage

KITT ? 88
En bref
image dediée
Crédits : Tesla
Nouvelle Techno
Kevin Hottot

Elon Musk a pris la parole sur le blog officiel de Tesla Motors afin d'expliquer au monde la suite de son plan de développement. Il y est question dans les grandes lignes de toits solaires, de véhicules autonomes et de partage.

Il y a quelques jours, Elon Musk, l'emblématique patron de Tesla Motors et de SpaceX faisait savoir qu'il allait prochainement révéler au monde la suite de son « Master Plan » pour sa marque de voitures.

Pas à pas

Jusqu'ici cela consistait en la création d'une voiture électrique produite en petits volumes et donc « nécessairement chère » (le Roadster), puis d'utiliser l'argent ainsi récolté pour développer une voiture un peu plus accessible (le Model S) avant d'embrayer sur un véhicule encore moins couteux et visant de plus gros volumes, le Model 3. 

« Si nous avons dû commencer par la première étape c'est parce que je n'avais pas les moyens de faire davantage avec ce que j'ai gagné avec PayPal. Je pensais que nos chances de succès étaient si basses que je ne voulais pas risquer d'autres fonds que les miens. La liste de start-ups ayant réussi dans l'automobile est courte », résume le dirigeant. 

Maintenant que l'argent coule à flots et que l'entreprise est capable d'enregistrer des centaines de milliers de précommandes pour une voiture à 35 000 dollars et de lever des sommes conséquentes auprès des marchés financiers, il est temps pour elle de passer à l'étape suivante. 

SolarCity entre en scène

C'est à ce moment qu'intervient le rachat de SolarCity, l'entreprise spécialisée dans les panneaux solaires dirigée par Lyndon Rive, le cousin d'Elon Musk. La prochaine étape du plan de Tesla consiste à « créer un toit solaire avec des batteries ». Cela aurait pour principal avantage de réduire les coûts de fonctionnement des véhicules de la marque en permettant aux propriétaires de produire eux mêmes l'énergie nécessaire chez eux. « Nous ne pourrons pas faire cela si Tesla et SolarCity sont des entreprises distinctes », indique le milliardaire. 

Avant d'en arriver là, Tesla Motors veut augmenter ses capacités de production de véhicules, d'un facteur compris entre 5 et 10, ce qu'elle pense être capable de réussir d'ici quelques années, en travaillant sur ses outils de production. « C'est pour cela que les équipes d'ingénierie de Tesla se concentrent fortement sur la conception de la machine qui conçoit la machine, transformant ainsi l'usine en un produit » résume Musk.

En attendant, Tesla va également s'attaquer à d'autres marchés où des véhicules électriques pourraient montrer leur utilité. Il n'est pas encore question d'un véhicule plus petit que le Model 3, mais plutôt d'utilitaires ou de bus, que la marque veut dévoiler l'an prochain.

Le pilote automatique n'a pas dit son dernier mot

Les récents déboires du système de pilotage automatique n'ont pas calmé les ardeurs de Tesla dans ce domaine. Le constructeur veut continuer à améliorer son produit, qui est toujours en bêta, mais précise que « cela demande plus de temps que seulement placer des caméras, un sonar et des ordinateurs pour faire les calculs ». 

Quant à l'autorisation d'utiliser un pilote automatique complètement autonome, c'est à dire sans devoir garder les mains sur le volant comme c'est le cas aujourd'hui, Tesla estime qu'elle n'interviendra qu'à partir du moment où la version actuelle aura parcouru 10 milliards de kilomètres. A l'heure actuelle, il parcourt un peu plus de 5 millions de kilomètres par jour, le feu vert ne devrait donc pas intervenir avant plusieurs années encore.

Le partage au cœur de la stratégie de Tesla

Une fois que la circulation autonome sera approuvée par les régulateurs, la marque précise que ses clients pourront « invoquer » depuis n'importe où leur véhicule, un peu à la façon de la voiture de la série K2000. « Une fois qu'elle vous aura récupéré, vous pourrez dormir, lire ou faire n'importe quoi d'autre pendant qu'elle vous amène à destination », promet Elon Musk

Tesla veut aussi mettre en place un système de partage des véhicules. Le propriétaire d'une Tesla pourrait ainsi en appuyant sur un bouton mettre son véhicule en mode partage et il pourrait servir de taxi autonome. Le propriétaire serait bien évidemment rémunéré pour chacune des courses effectuées par sa voiture. Un moyen de rentabiliser l'achat du véhicule et surtout de faire en sorte qu'il soit utile tout au long de la journée, et pas seulement pendant une fraction de celle-ci.

Une partie du modèle d'affaires du constructeur repose également sur le maintien d'une flotte maison de taxis autonomes, principalement dans les villes dans lesquelles la demande pour ce type de service excèdera l'offre disponible. Une nouvelle qui ne devrait ni ravir les chauffeurs de taxis traditionnels, ni même les utilisateurs de plateformes telles que Lyft ou Uber.


chargement
Chargement des commentaires...