Netflix : des revenus en hausse malgré des recrutements en pause

Better call saoûl 73
En bref
image dediée
Finances
Kevin Hottot

Netflix a publié ses résultats pour le deuxième trimestre. Le géant de la SVOD a connu un net recul de la croissance de son nombre d'abonnés. Un coup de frein attribuable à l'augmentation des tarifs, mais l'entreprise préfère pointer du doigt la presse qui les a abondamment relayées.

Netflix a traversé un deuxième trimestre difficile cette année. Le spécialiste de la vidéo à la demande connait encore une croissance significative de son chiffre d'affaires et reste rentable, mais sa capacité à continuer de recruter de nouveaux abonnés à un rythme soutenu est soudainement mise en doute. 

Deux milliards sinon rien

L'entreprise américaine a en effet franchi un cap important en signant un chiffre d'affaires trimestriel supérieur à 2 milliards de dollars pour la première fois de son histoire. Il s'établit en effet à 2,105 milliards contre 1,958 milliard trois mois plus tôt ou 1,645 milliard il y a un an à la même époque, soit une croissance annuelle de 28 %, tout de même. 

Netflix reste d'ailleurs dans le vert, de peu. Le groupe a en effet enregistré un bénéfice net de 40,8 millions de dollars sur les trois derniers mois, contre respectivement 27,7 et 26,3 millions il y a trois mois et un an. La hausse du tarif de l'offre 2 écrans semble donc avoir bien profité aux résultats de l'entreprise.

Coup d'arrêt sur le recrutement d'abonnés

En pratique, le constat est à nuancer. Certes, Netflix a pu gonfler ses revenus grâce à la hausse de son offre médiane, mais l'application de cette dernière aux anciens clients depuis le mois d'avril a eu quelques effets néfastes sur la croissance du nombre de ses abonnés, aussi bien aux États-Unis qu'ailleurs. 

Le géant de la SVOD s'attendait à attirer 2,5 millions de nouveaux clients au dernier trimestre, ce qui correspondait déjà à un net recul par rapport à la croissance observée jusqu'ici. Le score final est encore moins bon que cela, avec seulement 1,68 million de clients supplémentaires. 

Netflix progression abonnés

La claque est aussi bien visible aux États-Unis qu'à l'étranger. Chez l'Oncle Sam, Netflix s'attendait à voir 500 000 nouveaux abonnés, un nombre déjà anormalement bas, ils ne sont finalement que 160 000. Dans le reste du monde les dégâts sont un peu plus contenus, avec 1,52 million de nouveaux clients, pour 2 millions attendus. 

Selon Netflix, l'une des principales causes de ce coup d'arrêt n'est pas la hausse en elle-même, mais sa couverture médiatique. L'entreprise pense qu'en raison du très grand nombre d'articles au sujet de la hausse appliquée aux anciens abonnés, celle-ci a été mal perçue y compris du côté des personnes qui avaient l'intention de souscrire à un abonnement. « Le nombre de départs de nos membres ayant subi l'augmentation est en fait modeste et conforme à nos estimations » s'empresse de préciser la société, qui cherche aussi à rassurer ses investisseurs.

Le retour à la normale ne sera pas immédiat

Habituellement, les deuxième et troisième trimestres ne sont pas ceux sur lesquels l'éditeur attire le plus de clients, la reprise s'annonce donc plutôt difficile, surtout aux États-Unis avec des prévisions autour de 300 000 nouveaux abonnés. À titre de comparaison, en 2015 la croissance trimestrielle outre-Atlantique n'est jamais tombée sous la barre des 850 000 recrutements pour Netflix, y compris en période creuse.

Même son de cloche à l'étranger. Il faudra faire le deuil des 4 millions d'abonnés recrutés par trimestre à l'étranger, comme c'était le cas sur les deux trimestres précédents. Netflix ne devrait ainsi recruter que 2 millions d'abonnés au troisième trimestre, alors que le service est bien disponible presque partout dans le monde.

En bourse, on assiste sans surprise à une dégringolade du cours de l'entreprise, avec une chute d'un peu plus de 12 %, qui réduira la valorisation du groupe aux environs de 37 milliards de dollars, contre un peu plus de 42 milliards avant l'annonce de ces résultats.


chargement
Chargement des commentaires...