Attentat de Nice : l'alerte Facebook très réactive, l'application du gouvernement beaucoup moins

#JeSuisNice 277
En bref
image dediée
Crédits : Ministère de l'Intérieur
Applications
Sébastien Gavois

Suite à l'attentat de Nice qui a fait des dizaines de morts et de blessés, les réseaux sociaux se sont rapidement fait le relais d'actions de solidarité. Mais si le ministère de l'Intérieur a rapidement déclenché le plan ORSEC et Facebook son Safety Check, la notification de l'application gouvernementale SAIP est arrivée bien tard.

Cette nuit, l'horreur a frappé Nice : « Le 14 juillet à 22h30, un camion fou a foncé à vive allure, sur la Promenade des Anglais sur la foule qui regardait le feu d'artifice organisé pour la fête nationale. Il s'agit du pire drame de l'histoire de Nice car 80 victimes (selon le dernier bilan) sont déjà à déplorer face à ce terroriste qui a foncé sur la foule » explique la mairie sur son site.

Entre 00h25 et 00h40 : Safety Check de Facebook et plan ORSEC

Les premières informations officielles sont arrivées aux alentours de 23h30 avec l'intervention sur Twitter de Christian Estrosi, le président de la Région et de la Métropole Nice Côte d’Azur. Les déclarations se sont ensuite multipliées, notamment avec la Police municipale de Nice qui recommandait à la population de ne pas sortir et le ministère de l'Intérieur qui demandait de ne pas encombrer les réseaux de communication et de ne téléphoner qu'en cas « d'urgence vitale ».

Comme lors des précédents attentats, les réseaux sociaux se sont mobilisés pour organiser une opération porte ouverte, afin de mettre chacun en sécurité. À 00h40, le plan ORSEC (Organisation de la Réponse de SÉcurité Civile) a été déclenché. Pour rappel, il « a pour objet de secourir les personnes, de protéger les biens et l’environnement en situation d’urgence ». Quelques minutes auparavant (aux alentours de 00h25) Facebook activait son Safety Check, un service qui permet à tout un chacun de signaler qu'il est en sécurité et que tout va bien.

1h34 : l'application SAIP envoie une notification

De son côté, l'application SAIP proposée par le gouvernement depuis quelques semaines n'a envoyé d'alerte qu'à partir de 1h34, alors que le Centre Interministériel de Crise (CIC) venait d'être activé. Soit quasiment une heure après Facebook et la mise en place du plan ORSEC par le ministère de l'Intérieur. « Intervention en cours des forces de l'ordre et de secours suite à un attentat » indiquait alors la notification qui recommandait aussi de s'abriter et de ne pas s'exposer :

L'information est quoi qu'il en soit arrivée bien tard. Sur son site, le gouvernement explique pourtant que les « alertes sont émises par les services de la sécurité civile sous validation des autorités du ministère de l'Intérieur (Préfets de département et de région, centre opérationnel de gestion interministérielle des crises). L'alerte est un message gouvernemental digne de confiance ». Il est également précisé qu'une notification est envoyée « en cas de suspicion d’attentat ou d’événement exceptionnel (accident de sécurité civile) susceptible de résulter d'un attentat ».

Il faudra donc revenir sur les raisons de cette activation tardive qui sont encore à déterminer afin d'améliorer les procédures concernant cette application déjà critiquée. Nous avons bien entendu contacté le ministère de l'Intérieur afin d'avoir de plus amples informations sur ce point et nous mettrons cette actualité à jour dès que nous aurons plus de détails.

Sachez enfin que le gouvernement a mis en place deux numéros de téléphone dédiés : 


chargement
Chargement des commentaires...