Skype : des bots enrichis et une surprise en approche pour Linux

Comme quoi, tout finit par arriver 39
En bref
image dediée
Crédits : ThomasVogel/iStock
Applications
Vincent Hermann

Microsoft souhaite enrichir sa Skype Bot Platform avec des capacités de langage naturel. Parallèlement, l’éditeur indique qu’une annonce importante pour Linux aura lieu le 13 juillet. À la clé, peut-être une nouvelle version qui comblerait enfin l’énorme fossé avec les autres plateformes.

La Skype Bot Platform a été présentée par Microsoft pour la première lors de la conférence Build, fin mars dernier. Comme tant d’autres produits qui veulent s’assurer un certain succès, il s’agit d’un écosystème et d’un lot d’API permettant aux développeurs de créer des modules pour compléter les fonctionnalités de Skype. Impossible pour la firme de laisser des produits comme Slack s’étoffer continuellement sans réagir, sans parler de Messenger, le futur Allo de Google et d’autres encore.

Les conversations de groupes désormais gérées

Actuellement, 30 000 développeurs travaillent sur des bots pour Skype. Ces robots sont surtout disponibles dans la sphère anglophone pour l’instant, mais la plateforme est très récente et s’étendra prochainement. Les fonctionnalités sont pour l’instant celles présentées lors de la conférence, et beaucoup sont liées à des capacités de Bing : recherche d’images, création d’un texte condensé à partir d’une page plus copieuse, réponse par une image quand des mots ne sont pas adaptés, etc.

Microsoft a annoncé vendredi soir une série de nouveautés pour son framework, tout juste unifié (nous y reviendrons). L’ajout le plus important est sans conteste la prise en charge des conversations de groupes. Jusqu’à présent, les bots ne pouvaient s’utiliser que dans les tête à tête. Un « simple » ajout mais qui permet du coup d’envisager les bots dans des situations organisationnelles. Un ajout que vient compléter les cartes.

Des cartes, comme dans Slack

Les cartes sont des éléments visuels comprennent un contenu ainsi qu’un ou plusieurs boutons associés. Une fonctionnalité qui ressemble de près à ce qui a été présenté récemment par Slack, les cartes simplifiant largement l’expérience des utilisateurs. Ces derniers, plutôt que de fait appel à des commandes, peuvent simplement répondre à ce qui leur est demandé en cliquant sur l’une des possibilités. Un bot de réservation pourra par exemple proposer un hôtel, accompagné d’un bouton de réservation, d’un autre pour accéder à des détails supplémentaires, etc.

Microsoft pourrait également marquer des points sur la reconnaissance du langage naturel. La firme travaille actuellement sur des liens entre sa plateforme et des technologies comme Bing Entity et Intent. Un premier jet est disponible dans le framework fourni aux développeurs, mais il reste encore à voir de quoi il est capable exactement. Enfin, les bots nécessitant une connexion à un service peuvent le demander à travers une carte et garder l’authentification active par la suite.

Skype Bots

Microsoft Bot Framework, pour tout ce qui touche aux bots

Notez enfin, comme indiqué précédemment, que les Skype Bots fusionnent avec le Microsoft Bot Framework. Ce dernier est désormais le seul accessible aux développeurs, avec des objectifs plus généraux donc. Il s’agit d’une V3 que l’éditeur veut promouvoir afin que les développeurs y migrent leurs créations. Les bots conçus pour Skype avec le Portal et le SDK continueront de fonctionner normalement, mais les ajouts ne seront disponibles qu’avec les nouveaux outils unifiés.

Pour rappel, les bots peuvent fonctionner avec les versions Windows, macOS et Web.

Skype pour Linux n’est peut-être pas tout à fait mort

Skype pour Linux, s’il fonctionne encore, n’a pas été mis à jour depuis plus de deux ans. Certains  estimaient que ce n’était pas étonnant et que ce serait sans doute une conséquence du rachat par Microsoft.

Pourtant, cette théorie avait pourtant du mal à tenir la route, même s'il était évident que cette version n'était pas une priorité. Microsoft ne cesse de proposer en effet des applications et services pour les plateformes concurrentes, Android étant désormais une cible de choix. Pourquoi proposer des mises à jour régulières – parfois même au détriment de ses propres plateformes – et laisser Linux en dehors ? Les parts de marché sont sans doute un élément clé de la réponse, mais la réponse ne devrait dans tous les cas plus tarder.

L’éditeur indique sur son blog que des « nouvelles excitantes » seront données au sujet de Skype pour Linux dès mercredi. Il n’y a aucun indice sur le contenu des nouvelles, mais une nouvelle version serait clairement le bienvenu. Les clients et le service ont largement évolué en deux ans, et la version Linux ne peut plus par exemple passer des appels vidéo avec des utilisateurs d’autres moutures. 


chargement
Chargement des commentaires...