Molotov.tv : la fonction d'enregistrement reportée de « quelques jours »

Du passage en force au passage en douceur 12
En bref
image dediée
Streaming
Marc Rees

Ce devait être une des briques importantes de Molotov. Finalement, la fonction d’enregistrement de cette plateforme de distribution de chaînes de télévision en ligne ne sera pas accessible tout de suite.

Molotov.tv ouvre ses portes aujourd’hui, mais sans possibilité pour l’utilisateur d’effectuer des copies des flux télévisés. Il s’agissait pourtant là de l’un des points forts de cette « télévision réinventée ». Cette liberté d’enregistrement des flux de plusieurs dizaines de chaînes a été permise par la loi Création. Une disposition a en effet étendu la copie privée de l’univers du stockage traditionnel (disque dur, box, clef USB, tablette, etc.) au cloud, du moins sur les espaces de stockage proposés par les distributeurs de télévision comme Molotov. En contrepartie, ce dernier paye une redevance aux sociétés de gestion collective, dépendant du stockage et de son nombre d’abonnés.

Depuis hier, ce service en ligne a retiré ces fonctions d’enregistrement. Il indique néanmoins qu’elles seront « opérationnelles dès l’entrée en vigueur de la loi Création votée le 29 juin dernier ». Une explication pour le moins curieuse : publiée au Journal officiel vendredi, la loi en question est donc entrée en vigueur le lendemain, samedi ! Contactée, la direction de Molotov nous indique seulement que cette fonction baptisée Bookmarks « est reportée de quelques jours, pas plus ».

Molotov

Mais pourquoi ce couac ? Sans autre position officielle, il faut se contenter de pistes d’explications et revenir sur la loi Création justement. L’article 15 a été rédigé pour permettre à Molotov de tenir son calendrier. En principe, lorsqu'un distributeur met à disposition un service de stockage en ligne, « une convention conclue avec l'éditeur de ce service de radio ou de télévision définit préalablement les fonctionnalités de ce service de stockage ». Cet accord vise les protections techniques (DRM), le géoblocage et les capacités de stockage. Du papier à la réalité, il y a néanmoins une belle distance. TF1 et M6 se sont ainsi toujours farouchement opposées à l’extension de la copie privée dans le cloud.

Certes, Molotov avait la possibilité de pousser les murs, auquel cas l’article 15 prévient que les chaînes mécontentes auraient alors dû saisir le Conseil supérieur de l'audiovisuel, arbitre de ce différend. Une procédure qui peut en outre se doubler d’une action en justice, éventuellement en référé. C’est visiblement cette double menace qui a poussé finalement ses fondateurs à la prudence. La semaine dernière, Pierre Lescure, cofondateur de Molotov, ne vantait-il devant la presse la démarche de cette start-up qui, contrairement à d’autres « services qui ont voulu passer en force, (…) a pris le temps des négociations réglementaires, des négociations avec chaque chaîne » ?


chargement
Chargement des commentaires...