Tesla : un premier accident mortel avec le pilotage automatique activé

« Des conditions extrêmement rares » 179
En bref
image dediée
Crédits : Tesla
Nouvelle Techno
Sébastien Gavois

Il y a quelques semaines, un accident mortel a impliqué une Tesla Model S avec le pilotage automatique activé, une première selon la société. Cette dernière revient sur les circonstances et elle rappelle que l'Autopilot est une fonctionnalité encore en version bêta.

Début mai, un accident un peu particulier a eu lieu aux États-Unis. En effet, il s'agit selon Tesla du premier aux conséquences mortelles pour le conducteur de la voiture alors que le pilotage automatique était activé. Pour rappel, cette option (facturée tout de même 2 800 euros à l'achat) permet normalement à la « Model S de suivre parfaitement la route, de changer automatiquement de voie en actionnant simplement le clignotant et d'adapter sa vitesse grâce à son régulateur de vitesse dynamique qui réagit en fonction du trafic » selon la présentation de Tesla.

Suite à cela, la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) — une agence fédérale chargée de la sécurité routière — a décidé d'ouvrir une enquête. « Cette action est simplement une évaluation préliminaire afin de déterminer si le système fonctionnait conformément aux attentes » tient à souligner le constructeur.

Des circonstances extrêmement rares, un camion blanc et un ciel lumineux...

Dans un billet de blog, ce dernier donne quelques détails sur les conditions de l'accident : « De ce que nous savons, le véhicule se trouvait sur une route à chaussées séparées avec l'Autopilot activé quand un semi-remorque est passé sur la route, perpendiculairement à la voiture Model S. Ni le pilote automatique, ni le conducteur n'ont remarqué le flanc blanc de la remorque du semi-remorque face à un ciel très lumineux, de sorte que les freins n'ont pas été actionnés ».

La conséquence ne s'est pas fait attendre : « La hauteur de caisse de la remorque combinée à son positionnement sur la route et à des conditions extrêmement rares au moment de l'impact, ont conduit la Model S à passer sous la remorque, avec un impact entre le bas de la remorque et le pare-brise de la voiture ». Tesla ne donne pas de détails supplémentaires sur les tenants et les aboutissants de ce drame, mais ajoute que « si la Model S avait percuté l’avant ou l’arrière de la remorque, même à grande vitesse, son système de sécurité avancé en cas d'accident aurait probablement évité de graves blessures, comme cela s’est déjà produit dans plusieurs accidents ».

L'Autopilot, une fonctionnalité encore en bêta

Dans tous les cas, le constructeur automobile ajoute que son Autopilot est encore en phase de bêta-test public et qu'il est désactivé par défaut. Afin de baliser le terrain pour une éventuelle action en justice, Tesla ajoute que, au moment d'activer cette fonctionnalité, il est précisé qu'il s'agit d'une « fonction d'assistance qui vous oblige à garder vos mains sur le volant en tout temps » et que « vous devez conserver le contrôle ainsi que la responsabilité de votre véhicule ».

De plus, Tesla rappelle que vous devez « toujours garder vos mains sur le volant » et être « prêt à prendre le relais à tout moment ». La voiture vérifie normalement que les mains sont bien sur le volant et envoie des alertes si ce n'est pas le cas. Ces protections ont-elles fonctionné correctement ? Ce n'est pas précisé.

Pilotage automatique Tesla

Tesla indique également que son Autopilot « s'améliore tout le temps », mais qu'il n'est « pas parfait » et qu'il exige donc que le conducteur soit toujours alerte. C'est le premier accident mortel au bout d'un peu plus de 200 millions de km avec l'Autopilot activé selon Tesla. L'entreprise ajoute que, en moyenne, un accident mortel arrive tous les 150 millions de km aux États-Unis et tous les 96 millions de km au niveau mondial.

L'identité de la personne décédée n'est pas précisée par le fabricant qui se contente d'indiquer qu'il s'agit d'un « ami de Tesla » et d'une personne qui a dédié une partie de sa vie aux nouvelles technologies. Selon plusieurs de nos confrères américains (Bloomberg et Forbes par exemple) qui ont pu obtenir des confirmations auprès de diverses autorités, il s'agirait de Joshua Brown.

Ironie du sort, il a deux mois à peine, il avait posté une vidéo sur son compte YouTube où l'on pouvait voir l'Autopilot de sa Model S éviter un autre véhicule qui arrivait sur sa gauche. Elle avait d'ailleurs été partagée sur Twitter par Elon Musk, l'emblématique PDG de Tesla.

Dans tous les cas, cela devrait relancer (s'il en était besoin), le débat sur les voitures autonomes et les choix qui peuvent être faits ou non par l'intelligence artificielle. Il conviendra maintenant d'attendre les conclusions du NHTSA pour avoir de plus amples informations.


chargement
Chargement des commentaires...