Microsoft diffuse .NET Core 1.0 et l'Update 3 de Visual Studio 2015

Le grand virage 10
En bref
image dediée
Développeurs
Vincent Hermann

Microsoft vient de publier plusieurs téléchargements importants pour les développeurs. Visual Studio 2015 reçoit ainsi une Update 3 intégrant notamment Xamarin 4.1. Mais c’est surtout l’arrivée des versions 1.0 finales de .NET Core et d’ASP.NET Core qui marque un tournant.

Signe des temps qui changent (tout du moins en partie), Microsoft a choisi le Red Hat Summit pour annoncer la nouvelle : les versions finales de .NET Core et d’ASP.NET Core sont enfin disponibles. Pour ceux qui n’auraient pas suivi l’actualité à ce sujet, il s’agit de la principale conséquence d’une révision complète de cette importante brique, le tout se faisant sous le signe de l’open source.

La renouvellement par l'open source

L’annonce au RHS n’est évidemment pas un hasard. .NET Core suit en effet l’ouverture des sources et le passage en open d’une grande partie de la technologie .NET. Pour l’occasion, Microsoft avait créé une structure spécifique pour en assurer la condition, la .NET Foundation. L’arrivée des versions 1.0 représente à la fois un aboutissement et un renouvellement car l’architecture Core aura pour mission de prendre la relève des versions actuelles.

Le plus gros changement pour .NET réside dans sa disponibilité. Core est disponible partout : Windows, OS X et Linux. Red Hat a annoncé que cette version 1.0 serait activement soutenue au sein de Red Hat Enterprise Linux (RHEL). Traduction, n’importe qui peut installer le moteur et faire tourner des applications qui seront développées pour en tirer parti. Mais attention, car même si .NET Core est bien la suite de .NET, il en est un renouvellement en partie incompatible. Les développeurs ne pourront pas prendre leur code prévu par exemple pour .NET 4.6 et le faire fonctionner tel quel.

Pour Microsoft et Red Hat, il s’agit d’une étape supplémentaire dans une alliance forgée en novembre dernier. Dans le sillage de la .NET Foundation, des machines virtuelles RHEL ont ainsi été proposées pour Azure, tandis que Red Hat participait à l’élaboration de .NET Core 1.0 (en même temps que d’autres). L’éditeur a intégré la fondation en mars de cette année, en même temps que JetBrains et Unity. Microsoft a d’ailleurs profité de l’évènement pour présenter un nouveau membre : Samsung.

Une brique modulaire et multiplateforme

Mais quelles sont les principales caractéristiques de .NET Core 1.0 ? Outre son utilisation sur tous les grands systèmes principaux, il se décompose en plusieurs éléments : le runtime fournissant les services de base et l’exécution des applications, les bibliothèques, un ensemble d’outils et de compilateurs, un SDK, un hôte servant d’agent de liaison pour exécuter les applications. Tous ces composants sont open source (licences MIT ou Apache 2.0) et disponibles sur GitHub. La documentation elle-même est sous Creative Commons (CC BY 4.0).

Les langages pris en charge sont C#, VB et F#. Le runtime et les éléments nécessaires peuvent être inclus dans une application pour rendre son exécution autonome, que l’installation soit unique ou concurrentielle. Tous les outils fournis peuvent être utilisés en ligne de commande et – point important – l’ensemble dispose d’un vrai support technique. Enfin, la compatibilité avec .NET Framework, Xamarin et Mono peut être assurée par la .NET Standard Library.

L’arrivée de .NET Core 1.0 s’accompagne de celles d’Entity Framework Core 1.0 et d’ASP.NET Core 1.0. Pour ce dernier, le principe général reste le même : rendre la technologie plus autonome, modulaire, multiplateforme et clairement pensée pour le cloud. Comme pour .NET Core, l’ensemble est open source. Le framework MVC réunit maintenant les fonctionnalités de MVC et de la WebAPI et les applications peuvent être exécutées sur le framework .NET classique. Attention cependant, car comme nous l’avions indiqué lors de la publication des Release Candidates, la parité fonctionnelle n’est pas encore complète.

L'Update 3 de Visual Studio 2015 obligatoire pour en profiter

Pour utiliser ces versions 1.0, les développeurs devront par ailleurs installer l’Update 3 de Visual Studio, obligatoire. Outre la compatibilité avec les nouvelles briques logicielles, on y trouvera Xamarin 4.1 pour le développement des applications vers Android et iOS. Rappelons que Microsoft a racheté Xamarin, que les développeurs peuvent récupérer gratuitement, notamment avec l’édition Community de Visual Studio.

Parmi les autres améliorations de cette Update 3, signalons des améliorations de performances durant la compilation C#, Visual Basic ou Roslyn, en particulier durant les diagnostics de code, les Update 9 et 10 de TACO pour les outils d’ Apache Cordova, des aménagements d’interface et de nouvelles capacités de débogage (applications OneCore, meilleures performances sur Edit & Continue quand FASTLINK est activé, etc.).


chargement
Chargement des commentaires...