Twitch part en croisade contre les bots

À l'aventure compagnons 28
En bref
image dediée
Justice
Par
le lundi 20 juin 2016 à 15:30
Kevin Hottot

Sur Twitch, il arrive que des chaînes sorties de nulle part apparaissent d'un coup avec plusieurs centaines de spectateurs. Cette explosion d'audience est souvent le fait de bots qui viennent gonfler artificiellement les chiffres de certains utilisateurs. Un fléau que la filiale d'Amazon veut éradiquer.

Les spectateurs de Twitch ne le savent que trop bien : les bots tiers sont une plaie sur le service. Ils sont utilisés par des vidéastes peu scrupuleux pour gonfler leur audience en live et donc apparaître plus haut dans la liste des chaînes, pour faire grimper leurs compteurs de followers, ou pour faire croire au reste du monde que leur chat est hyper actif.  L'objectif : jouer sur l'effet de masse pour attirer de véritables spectateurs, ou tout simplement détourner ainsi des revenus publicitaires. 

Twitch vs wild

La filiale d'Amazon a décidé de prendre l'affaire très au sérieux, d'autant que certains n'hésitent pas à profiter de ce système pour obtenir ce qui représente le graal aux yeux des utilisateurs de la plateforme : le « Twitch partnership », permettant de monétiser les contenus. « Parfois, ces bots sont utilisés pour harceler des diffuseurs et tenter de faire annuler leur partenariat avec nous », s'émeut la plateforme dans un billet de blog.

Twitch assure avoir déjà mis en place deux remparts de protection contre ce genre d'abus. Le premier consiste au « déploiement de mesures techniques pour détecter les faux spectateurs. Cela nous demande une maintenance et des développements réguliers » explique la filiale d'Amazon. Le deuxième repose sur une équipe de modération qui passe en revue les signalements des utilisateurs en les étudiant au cas par cas. 

Ces deux étapes n'étant visiblement pas suffisantes pour endiguer le mal, Twitch passe la troisième en attaquant en justice « sept des vendeurs de bots les plus actifs ». Certains de leurs noms ne laissent aucun doute quant à leur rôle : Twitchviewerbot, Twitchstarter et Stream-Viewers en tête.   

Chers services

Dans le texte de sa plainte, Twitch évoque les tarifs des services incriminés, et la fraude coûte plutôt cher. Certains vont jusqu'à proposer des packs à 760 dollars par semaine pour amener 20 000 spectateurs devant leur chaîne. Les tarifs débutent autour de 10 dollars par mois pour 75 spectateurs.

Chacune de ces offres s'accompagne d'un boost du nombre de followers de la chaîne cible et de l'activité de son chat, afin de brouiller autant que possible les radars de Twitch. Si une chaîne vue par 1 000 personnes avec un chat désert est facile à détecter, quand une centaine de bots spamment des macros par dizaines, comme le font certains utilisateurs légitimes, la supercherie est tout de suite plus difficile à détecter. 

Tromperie, violation de marque et cætera

Twitch attaque les vendeurs de bots pour plusieurs motifs. En vrac, on retrouvera une violation de la marque Twitch ou de son logo, doublée par des accusations de concurrence déloyale et de cybersquatting. Pour le deuxième point, l'entreprise estime qu'en copiant son logo et sa marque, les accusés lui causent du tort et font croire aux clients qu'il s'agit d'un service officiel, alors que ce n'est pas le cas. 

Autres griefs évoqués : la rupture de contrat (les termes d'utilisation de Twitch interdisent les bots), fraude informatique, et intrusion dans son réseau. Twitch demande en outre la cessation des services incriminés, celle de l'utilisation frauduleuse de son nom et des dommages à la hauteur du préjudice subi, qui n'a pas encore pu être chiffré. 


chargement
Chargement des commentaires...