Deux ans et demi de prison pour 27 millions de spams envoyés sur Facebook

« Like » 42
En bref
image dediée
Crédits : flytosky11/iStock/Thinkstock
Justice
Kevin Hottot

Le département de la justice américain a annoncé cette semaine que Sanford Wallace, plus connu sous le sobriquet de « Spam King », a été condamné à 30 mois de prison. Sa faute : avoir envoyé plus de 27 millions de messages indésirables sur Facebook en l'espace de quelques mois.

Sanford Wallace a gagné son titre de « roi du spam » très tôt. Dans les années 90, il s'est fait remarquer par son utilisation du fax pour envoyer des publicités indésirables avant de s'attaquer au marché des mailings publicitaires sur Internet dès 1995. Il a déjà fait l'objet par le passé de nombreuses condamnations, notamment en 2005 et en 2006 pour la distribution de logiciels douteux affirmant à l'utilisateur que son matériel était infecté et qu'en payant 30 dollars, tout s'arrangerait. 

En 2008, il s'est ensuite attaqué à Facebook, dont la notoriété était déjà croissante. Il lui est reproché d'avoir publié entre novembre 2008 et mars 2009 plus de 27 millions de messages sur les murs d'utilisateurs du service. Les messages stipulaient que la cible avait reçu un message d'un de ses contacts et qu'elle devait suivre un lien pour le consulter.

Derrière, un formulaire permettait au roi du spam de récupérer de précieuses informations sur l'utilisateur, dont ses identifiants Facebook, afin de pouvoir leur renvoyer le même type de lien, avant qu'il ne soit renvoyé sur une page ne contenant que de la publicité, générant ainsi quelques revenus pour le pirate. 

Sanford Wallace a également reconnu s'être introduit par trois fois dans les serveurs de Facebook pour y installer des programmes qui à eux seuls ont permis la transmission de plus de 550 000 messages ainsi infectés. 

Le tribunal du district nord de la Californie a rendu son verdict cette semaine dans cette affaire dans laquelle Facebook avait porté plainte. Le fautif a été condamné à une peine de deux ans et demi de prison, qu'il purgera à partir de septembre prochain en plus de la restitution de 310 628 dollars au géant américain. Les chefs d'accusation retenus sont multiples et comprennent « l'endommagement intentionnel d'un ordinateur protégé » ou encore « activité frauduleuse en rapport avec le courrier électronique ».


chargement
Chargement des commentaires...