Vivaldi 1.2 : gestes personnalisables à la souris et gestion renforcée des onglets

Le retour de la différenciation entre les navigateurs 44
En bref
image dediée
Navigateurs
Vincent Hermann

Le navigateur Vivaldi est de retour avec une version 1.2 qui devrait particulièrement ravir les aficionados des gestes à la souris. La nouvelle mouture permet en effet de les personnaliser. La gestion des onglets s’améliore également, de même que certains éléments d’interface.

Vivaldi est un navigateur lancé plus tôt dans l’année et dont l’orientation est particulière. Dans notre interview du PDG, Jon von Tetzchner (anciennement PDG d’Opera), l’accent mis sur les « power users » était ainsi pleinement assumé. Vivaldi se destine ainsi à ceux qui ont des besoins spécifiques en matière de gestions d’onglets, le navigateur partant dans la direction qu’avait Opera il y a des années, avec de nombreux outils intégrés.

Les gestes à la souris peuvent être tous personnalisés

La version 1.2 renforce cette optique, notamment avec l’ajout de gestes personnalisés à la souris. Dans les paramètres de Vivaldi, on se dirige donc vers la partie consacrée au mulot (colonne de gauche) et on découvre les nouveaux réglages. Pour chaque action, il suffit de tracer le geste que l’on souhaite. Une fois configuré, il pourra être effectué dans le navigateur pour réaliser ladite action.

Le fonctionnement global des actions reste le même que précédemment, à savoir que l’on maintient le clic droit enfoncé et on réalise le geste. Ce dernier peut être personnalisé pour des actions telles que l’ouverture ou la fermeture d’un nouvel onglet, le clonage d’un onglet en arrière-plan, la réouverture de celui qu’on vient de fermer, précédent, suivant et ainsi de suite.

vivaldi

Gestion des onglets, accessibilité et raccourcis claviers

Vivaldi 1.2 introduit également de nouvelles actions pour gérer les onglets. Le navigateur possédait des fonctions assez avancées, comme l’empilement des onglets, mais l’éditeur a jugé manifestement qu’il en fallait encore davantage. L’utilisateur pourra par exemple définir une adresse précise qui servira de point de départ pour tout nouvel onglet créé. Les sélections multiples d’onglets offrent par ailleurs un menu contextuel adapté pour effectuer les actions autorisées, comme les supprimer, les ajouter aux favoris ou les ancrer sur un côté.

Dans le domaine de l’accessibilité, la nouvelle mouture permet un contrôle nettement plus poussé du niveau de zoom. D’une part, il s’étale dorénavant dans une fourchette allant de 20 à 500 %, un bouton permettant de revenir au niveau classique de 100 %. D’autre part, le réglage peut désormais être appliqué pour chaque onglet différent, plutôt que pour l’ensemble du navigateur.

Outre quelques améliorations de l’interface (animation du bouton d’ajout aux favoris, dossiers, etc.) Vivaldi renforce également ses raccourcis claviers. Depuis la barre d’adresse, Alt + Entrée ouvre ainsi l’URL en cours dans un nouvel onglet. Le même raccourci avec Shift en plus ouvre l’onglet en arrière-plan. Comme toujours avec le navigateur, ces combinaisons sont modifiables dans les paramètres.

La course à la différenciation

Bien entendu, Vivaldi étant basé sur Chromium, la dernière mouture récupère automatiquement les améliorations sur ce dernier. Il est d’ailleurs intéressant de voir que même si Chrome est l’émanation la plus connue (et surtout la plus utilisée) de ce projet open source, Opera et Vivaldi suivent avec une politique plus agressive sur les nouvelles fonctionnalités. Rappelons par exemple qu’Opera n’a pas hésité à introduire un bloqueur de publicités directement au sein de son moteur, et dernièrement une série de mesures visant à prolonger l’autonomie des portables.

Ceux qui souhaitent récupérer la nouvelle version de Vivaldi pourront le faire depuis le navigateur, via la fonction idoine (dans le menu principal), ou depuis le lien ci-dessous.


chargement
Chargement des commentaires...