Linky : de très faibles émissions d'ondes, selon l'ANFR

Bientôt l'étude in situ 126
En bref
image dediée
Crédits : ERDF
Obj. Connectés
Guénaël Pépin

En pleine polémique sur les futurs compteurs Linky, l'Agence nationale des fréquences affirme dans une étude que les émissions sont généralement comparables à celle d'un compteur classique, restant très largement sous les normes en vigueur.

Sus aux rumeurs sur le compteur Linky. Le prochain compteur électrique connecté a été étudié de près par l'Agence nationale des fréquences, qui a publié hier ses résultats. Quand certains craignent la génération d'ondes potentiellement dangereuses, l'agence affirme qu'elles sont plus que raisonnables, voire équivalentes à celle des compteurs traditionnels dans certains cas.

Pour rappel, le compteur Linky transfère les données de consommation via courant porteur en ligne (CPL). La méthode est déjà connue pour quantité d'autres objets, comme les décodeurs TV des Freebox, mais elle semble bien plus inquiéter dans ce cas. L'étude a été menée en laboratoire, sur les trois modèles déployés par ERDF (futur Enedis).

Des émissions très limitées

« Les compteurs Linky ne sont donc pas des émetteurs radioélectriques » rappelle l'ANFR, qui a mesuré une exposition très faible aux ondes produites par le compteur. Hors envoi de données, soit la grande majorité du temps, le niveau d'émission à 20 cm de distance est comparable à celui d'un compteur électrique classique (1 V/m). Il augmente de 0,1 V/m en émission. De quoi rester très largement sous la limite légale de 87 V/m sur les fréquences entre 31 et 90 kHz.

Un autre paramètre est à noter. Les émissions de données sont courtes : une minute par nuit pour transmettre les informations au concentrateur électrique, et des impulsions régulières d'un dixième de seconde pour surveiller le réseau. Cela toutes les minutes ou toutes les dix minutes. Rien qui ne puisse être considéré comme prolongé.

Le champ magnétique mesuré à proximité d'un Linky est, lui aussi, très faible : 700 fois intérieur à la limite (8.10-3 µT (micro Tesla) contre 6,25 µT). « Ces faibles niveaux d’exposition diminuent très vite dès qu’on s’éloigne du compteur et deviennent difficilement mesurables » affirme encore l'agence. Selon l'institution, le champ électromagnétique émis par le compteur équivaut à celui d'une lampe basse consommation, d'une TV ou d'un chargeur d'ordinateur.

ANFR compteur Linky mesures

D'autres études à venir

Cette étude en laboratoire sera complétée par d'autres, réalisée chez les particuliers (avant et après installation du compteur) et des mesures du niveau de champ électromagnétique. Dans le futur, des mesures des équipements radio Linky (ERL), qui doivent être proposés par les fournisseurs d'électricité pour fournir à d'autres appareils les données obtenues par le compteur connecté.

En attendant, vous pouvez lire le long dossier de démystification de nos confrères de Canard PC Hardware, ainsi que l'émission qu'Arrêt sur images avait consacrée au sujet. Reste la question de la conservation et de l'utilisation des données de consommation, sur lesquelles tout ne semble pas encore déterminé.


chargement
Chargement des commentaires...