du 14 février 2018
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

#PitchGate : Pasquier tente de s'expliquer

Hier, nous évoquions la chasse faite aux entreprises qui utilisent le mot « pitch » dans leur nom ou leurs évènements. Une pratique malheureusement assez courante.

Devant l'émoi suscité par cette tentative d'appropriation d'un terme dans un secteur qui n'a en général rien à voir avec la brioche, la société Pasquier a fini par réagir sur Twitter.

Elle y précise avoir « l'entreprenariat dans les veines », multiplier les partenariats sportifs et le soutien à des projets éducatifs, et ne pas chercher à interdire l'utilisation du mot pitch dans le langage courant.

Son objectif serait ainsi de « protéger nos droits sur notre marque Pitch lorsque celle-ci est déposée à l'INPI par d'autres sociétés à des fins commerciales ». Pas sûr que cela suffise à calmer les choses, à moins que l'entreprise et ses avocats se concentrent un peu plus sur les structures « briochères » à l'avenir.

Application du règlement général sur la protection des données : J-100

C'est le 25 mai prochain, dans 100 jours, que le RGPD entrera en application. Le projet de loi relatif à la protection des données personnelles a été adopté hier par l'Assemblée Nationale à une très large majorité.

Il doit encore passer devant le Sénat, la CNIL travaillant de son côté à la mise en place de lignes directrices pour aider les entreprises à s'adapter dans les mois qui viennent. La Commission a déjà publié de nombreuses ressources à leur disposition

Ainsi, outre le texte, on retrouve sur son site un guide en six étapes pour de préparer au RGPD, ainsi qu'un dossier complet permettant de comprendre et se préparer au règlement européen.

C'est demain que le fameux outil entrera en action. Aucune mise à jour du navigateur ne sera nécessaire. Il ne faut pas s'attendre à le voir bloquer l'ensemble des publicités, mais bien les pratiques abusives de ceux qui n'auraient pas changé leurs habitudes.

Comme nous l'expliquions en juin dernier, Google s'est calé sur les recommandations de la Coalition for Better Ads, les Better Ads Standards. Une liste a ainsi été établie des formats publicitaires à éviter sur mobile et des formats publicitaires à éviter sur ordinateur.

Les sites ne respectant pas ces recommandations ont été alertés, avec un délai de trente jours pour réagir. S'ils ne le font pas, l'ensemble de leurs publicités sera bloqué. Cette fonctionnalité pourra être désactivée par les utilisateurs, site par site, s'ils le souhaitent.

Il faudra sans doute attendre quelques jours pour voir les premiers effets de cette mise en place, Google espérant ainsi un meilleur équilibre entre pratiques publicitaires et financement des sites.

Néanmoins, de nombreux formats qui peuvent être considérés par certains comme intrusifs restent tolérés, et ce dispositif ne prend pas du tout en compte la question de la récolte des données. On peut donc douter de sa capacité à faire baisser l'usage des bloqueurs.

Activation du bloqueur de publicités dans Chrome : J-1

Le groupe vient de mettre à jour son nouveau boîtier paré pour la 4K, afin d'apporter quelques corrections, et annonce que la fonction d'enregistrement arrivera pendant le premier trimestre de l'année.

Mais Canal se prépare également à proposer une solution pour Android Auto. C'est le sens d'un test qui vient d'être lancé. Cette nouvelle application doit permettre « d'écouter vos émissions préférées en profitant du système audio de votre voiture ».

Le décodeur Canal mis à jour, une application en préparation pour Android Auto
Intel annonce le Core i3-8130U (2C/4T) à 281 dollars

Alors que son Core i3-8100 vient de se faire écraser par l'annonce des Ryzen de la génération Raven Ridge d'AMD (voir notre test), Intel présente une nouvelle puce dédiée aux appareils mobiles : le Core i3-8130U (Kaby Lake Refresh).

L'objectif est de venir compléter la gamme de Core i5/i7 annoncée la rentrée dernière, pour une intégration à des machines plus abordable. Un besoin, alors qu'AMD a mis sur le marché ses APU Ryzen Mobile il y a quelques mois déjà. Cela va d'ailleurs être le thème des semaines à venir pour le fondeur, qui doit également annoncer de nouveaux dérivés de sa gamme pour ordinateurs de bureau (Coffee Lake), et des chipsets associés.

Mais Intel marche sur des œufs, car la société se trouve dans un environnement concurrentiel assez dur, notamment au niveau des tarifs. Elle n'est donc clairement pas en position de force, surtout que ses produits ne montrent plus forcément un avantage net lors des tests.

Ce Core i3-8130U n'intègre que deux coeurs au lieu de quatre, avec la gestion de quatre threads. Sa fréquence de fonctionnement oscille entre 2,2 et 3,4 GHz, avec une partie graphique HD 620 cadencée entre 300 et 1000 MHz. La puce dispose d'un cache L3 de 4 Mo, gère la LPDDR3 à 2133 MHz, la DDR4 à 2400 MHz et annonce un TDP de 15 watts (configurable jusqu'à 10 watts).

Son tarif est de 281 dollars, comme le Core i3-7100U qu'elle remplace.

Le constructeur vient de publier la version 18.2.2 de ses Radeon Software Adrenalin Edition. Elle apporte de meilleures performances dans Fortnite, Kingdom Come : Deliverance et PlayerUnknown's Battlegrounds.

Malheureusement, il n'est pas question d'un support des Ryzen 3/5 2200G/2400G pour le moment, ces puces ayant seulement droit à un pilote pour Windows 10 (64 bits), issu d'une branche précédente.

Nous avons demandé à AMD quand une unification était prévue, sans réponse pour le moment.

AMD publie de nouveaux pilotes graphiques, mais pas pour Raven Ridge

Après Les Echos ou Le Figaro, c'est au tour de France Télévisions de céder à Google Assistant en proposant une application centrée sur les Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018, un service nommé LiA.

L'objectif est de fournir un accès à l'ensemble des données autour de la compétition « en temps réel et 24h sur 24 » précise le communiqué. Des vidéos produites par le groupe sont également disponibles lorsque la requête est effectuée depuis un appareil mobile, mais pas depuis une enceinte connectée.

Pour obtenir ce résultat, France Télévisions a travaillé avec deux sociétés françaises : Cybronics, qui s'est occupé de la partie assistant vocal, et JNG Conseil pour le traitement des données.

Le déclencheur est « OK Google, parler à France TV Sport ». La société donne quelques exemples de questions à poser, une démonstration vidéo est disponible par ici :

  • Quels sont les résultats de Martin Fourcade ?
  • Quel est le classement des médailles pour la France ?
  • Quel est le programme des épreuves du jour ?
  • Quelle heure est-il à PyeongChang ?
France TV propose une application Google Assistant pour les JO d'hiver 2018
Salon.com proposera de miner du Monero à ceux qui bloquent la publicité

Dans sa documentation, repérée par Coindesk, le magazine en ligne indique qu'il compte ouvrir une nouvelle solution aux lecteurs bloquant les réclames. Via un message en surimpression du contenu, il suggérera de « supprimer les publicités » en utilisant la puissance inutilisée de l'appareil.

Salon.com vit encore en bonne part de la publicité, dont les revenus ont fondu drastiquement ces dernières années. Le média ne précise pas quel outil sera utilisé pour miner la monnaie virtuelle (Monero), même s'il est probable qu'il intègre Coinhive, comme des confrères.

En France, StreetPress avait tenté l'expérience fin novembre, en attendant une centaine d'euros mensuels. Pas de quoi financer un média à lui seul, même si l'équipe avait quelques idées, comme une extension pour navigateur permettant aux plus fervents de miner en permanence.

Ces dernières semaines, nombre de sites gouvernementaux étrangers ont porté une version dérivée du script, minant pour un (ou des) pirate(s) à l'identité inconnue.

Les rumeurs continuent d'aller bon train concernant la prochaine gamme de GPU NVIDIA pour le grand public, toujours autour de la dénomination Ampere et un éventuel GA104. Certains évoquent ainsi un lancement en avril.

Selon Reuters, il faudrait également s'attendre à voir Turing débarquer dès le mois prochain, sans doute à l'occasion de la GTC 2018 qui se tiendra au San Jose McEnery Convention Center du 26 au 29 mars.

Bref, la situation n'est pas encore très claire, mais une chose semble sûre : il ne faudra plus attendre très longtemps avant d'en savoir plus.

NVIDIA pourrait lancer un GPU Turing le mois prochain, quid d'Ampere ?

Le projet Honolulu est une nouvelle interface de gestion locale pour les nœuds Windows Server 2012, 2012R2 et 2016. Toutes les ressources des machines sont accessibles, sans dépendance à Azure ou autre solution cloud.

Dans la nouvelle préversion 17093 du système, Honolulu gagne en performances, fiabilité et la possibilité d’être installé en environnement de haute disponibilité. Les réglages sont par exemple réunis dans une roue crantée située en haut à droite, avec notamment l’accès au gestionnaire d’extensions.

Un administrateur pourra également taguer une machine, tandis que les outils s’adapteront automatiquement à ce qui est installé sur un serveur. Ceux par exemple liés aux machines virtuelles n’apparaitront pas si Hyper-V n’est pas installé. Les réglages d’hôte Hyper-V font d’ailleurs partie des ajouts.

Comme toujours avec les préversions de Windows, y compris Server, il faut être inscrit au programme Insider. Les images peuvent être récupérées au format ISO ou VHDX.

Windows Server : la préversion 17093 simplifie Honolulu

Chez Facebook, les couples nouvellement déclarés disposent d'une conversation Messenger adaptée. À l'ouverture, une pluie de fleurs descendra sur l'écran, l'emoji personnalisé contiendra des cœurs.

L'application encouragera le changement de pseudo et la discussion apparaîtra en tête des discussions actives. Des filtres sont aussi ajoutés pour les messages vidéo de Messenger.

Sur un ton moins mièvre, Google Assistant répond à des commandes dédiées, pensées à la fois pour les adeptes de la fête et les plus réfractaires, au moins en anglais. Elles vont de « OK Google, chante-moi une sérénade » à « OK Google, je hais la Saint Valentin ».

Saint Valentin : Facebook et Google misent sur Messenger et Assistant
Facebook ne veut plus courtiser les médias

« Rejoignez-nous si vous voulez vivre une grande expérience qui pourrait ne pas marcher ». C’est ainsi que Campbell Brown, responsable des relations presse chez Facebook, s’est adressée aux médias dans une conférence organisée par Recode.

Brown était interrogée sur l’état des relations entre Facebook et les médias en général. Elle a été particulièrement claire sur sa mission, qui n’était pas de les séduire pour les faire venir coûte que coûte, mais de travailler avec ceux qui se montraient intéressés, pour comprendre les outils et capacités de Facebook dans ce domaine.

Des questions posées dans le sillage d’un retrait sur le réseau social des articles du Folha de Sao Paolo, le plus gros journal du Brésil, dont la page Facebook compte 6 millions d’abonnés. Pour la responsable, cette décision n’a pas été une surprise, car le journal ne publiait « presque plus rien depuis un moment ».

Les propos de Campbell sont intéressants à plus d’un titre. Déjà parce que l’attitude de la responsable est claire : les médias motivés sont bienvenus, les autres peuvent partir. Ensuite parce que Facebook déclare pour la première fois ne pas être nécessairement la panacée pour les médias : « Nous devons être beaucoup plus transparents et francs avec les éditeurs nous rejoignant : cela pourrait ne pas marcher ».

Peut-être les discussions seront-elles désormais plus efficaces. Le discours de Campbell se voulait réaliste et pragmatique. Débarrassé des paillettes et des chiffres mirobolants (Facebook dépasse les deux milliards d’utilisateurs), le débat pourrait alors se recentrer sur ce qu’est vraiment le réseau social : un simple outil, qui ne peut répondre à l’universalité des besoins. Et qui comporte son propre lot de dangers.

Deuxième mardi du mois oblige, Microsoft a lâché ses nouvelles mises à jour cumulatives pour Windows 7, 8.1 et 10, ainsi que les suites Office supportées.

Plusieurs dizaines de failles sont ainsi corrigées dans des composants divers tels que le noyau Windows, Internet Explorer, Edge, les Office Services, ChakraCore ou encore Flash.

Comme toujours avec ces mises à jour, elles contiennent toutes celles des mois précédents si la machine ne les a pas déjà installées. Le service calcule en effet le delta des correctifs manquants. Ce modèle, auparavant spécifique à Windows 10, a été étendu aux versions 7 et 8.1 durant l'automne 2016.

Dans le cas de Windows 10 toutefois, ces mises à jour contiennent aussi des améliorations plus générales, dont la liste est disponible sur cette page.

Patch Tuesday : nouveau lot de mises à jour pour Windows et Office

Le service de streaming de jeux de Sony revoit son prix mensuel, initialement de 17,99 euros, pour accéder à plus de 500 jeux PlayStation 3 et 4, sur Windows et PS4.

Cette baisse s'accompagne d'une refonte de l'interface, qui se veut (bien entendu) plus intuitive et plus personnalisable. Un essai gratuit de sept jours est toujours proposé.

Le service avance dans un espace de plus en plus concurrentiel, allant d'offres à bas coût comme EA Access (à partir de 24,99 euros par an) à des solutions haut de gamme comme Shadow, qui donne accès à un PC à distance, dès 30 euros par mois… alors que le grand public est encore loin d'avoir basculé massivement vers ce modèle pour le moment.

PlayStation Now passe à 14,99 euros par mois et change de look

Par 505 voix « pour », 18 « contre » et 24 abstentions, les députés ont approuvé hier, a une très large majorité, le texte adaptant le droit français au Règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD).

Au fil des débats, les élus du Palais Bourbon ont fixé l’âge de la « majorité numérique » à 15 ans, élargi l’action de groupe en matière de données personnelles (laquelle devrait dorénavant permettre aux victimes d’obtenir réparation de leur préjudice), prévu une sensibilisation obligatoire des élèves aux questions relatives aux données personnelles, etc.

Voir nos comptes rendus des débats en séance publique (premier jour, deuxième jour).

Le projet de loi RGPD adopté par l’Assemblée nationale
Unilever menace les réseaux sociaux de couper ses campagnes publicitaires

TechCrunch rapporte que le géant industriel réclame d'importants efforts aux plateformes en ligne, dans leur lutte contre les contenus toxiques, autrement dit la désinformation, le harcèlement ou encore la propagande terroriste.

Hier, dans une conférence de l'Internet Advertising Bureau (IAB) en Californie, le directeur marketing d'Unilever, Keith Weed, a estimé qu'« il est critique que nos marques restent dans un environnement non seulement sûr, mais adapté ». 2018 sera décisif dans la prise de responsabilité de la « tech », selon lui.

Le groupe compte arrêter ses investissements dans les plateformes qui diviseraient l'opinion, publier des contenus « responsables » (s'attaquant d'abord aux stéréotypes sexistes) et privilégier les acteurs responsables. À TechCrunch, Facebook déclare soutenir l'initiative et travailler avec Unilever sur la question.

Les géants du Net sont sous pression de nombreux acteurs, publics et privés, sur le sujet. YouTube a dû revoir sa politique publicitaire en urgence, début 2017, après la monétisation de vidéos promouvant le terrorisme.

La Commission européenne réclame toujours plus de célérité dans la suppression des contenus signalés. Le gouvernement français, lui, prépare une loi contre la désinformation en ligne, aux contours toujours flous.

En plus des statuts classiques, il est désormais possible de publier des listes, des courses aux résolutions du Nouvel An. Comme d'habitude, le but est d'encourager la mise en ligne d'informations personnelles, sur fond de couleurs ou décorées avec moults emojis.

Les listes sont copiables par les amis, qui peuvent bien entendu ajouter leurs propres idées ou commentaires. Selon TechCrunch, la fonction est en cours de déploiement pour l'ensemble des membres.

Elle intervient au moment où Facebook recentre le fil d'actualité sur les publications des amis, au détriment des pages, mettant certains médias en panique.

 

Facebook permet désormais de publier des listes sur son mur

L'entreprise a présenté récemment un futur casque de réalité mélangée, le Magic Leap One, en plusieurs éditions pour particuliers et professionnels. L'ensemble est composé d'un casque, d'un ordinateur dédié attachable (un Lightpack) et d'une manette. Selon Rolling Stone, deux tailles seront proposées.

La société a commencé à en dire plus sur son produit. Ainsi, le prix de l'édition de départ avoisinerait celui d'un smartphone haut de gamme, selon le patron de Magic Leap, Rony Abovitz, dans un entretien chez Recode. Pour le moment, seule la Creator Edition a été présentée. Un SDK et un portail pour développeurs sont promis pour ce début d'année.

Les premières livraisons doivent intervenir en 2018, encore une fois sans plus de détails. La société a par ailleurs signé un accord avec la NBA, la ligue américaine de basketball, pour fournir des parties de basketball numériques visionnables via le casque. Ils sont, une nouvelle fois, restés avares de précisions sur cette collaboration.

 

 Magic Leap évoque le prix de son casque One et s'associe à la NBA

Le gouvernement vient de publier un décret « fixant les modalités de renouvellement partiel du collège de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet » (les nominations fonctionnant selon un système de roulement).

Le mandat de trois membres ayant expiré le 8 janvier dernier, l’institution devra ainsi déterminer quels sont ceux, parmi leurs successeurs, qui exerceront jusqu’au 3 février 2022, et celui qui restera jusqu’au 3 février 2025.

Ce choix devra se faire « par tirage au sort lors d'une réunion du collège », au cours du mois de mars.

Le renouvellement des membres de la Hadopi soumis à tirage au sort
Le responsable de Bixby (Samsung) part chez Google

Injong Rhee était l’un des ingénieurs les plus importants chez Samsung. Il a notamment dirigé le développement de Knox, plateforme de sécurité maison pour Android, dans la veine des modifications faites par BlackBerry. Il pilotait également l’équipe de Bixby, l’assistant vocal maison.

Son développement, déjà en retard, vient manifestement de prendre une claque. Son profil LinkedIn comporte depuis hier une importante note : il part travailler chez Google et ne sera pas moins que le responsable de tout ce qui touche aux objets connectés. Sa supérieure hiérarchique sera Diane Greene, qui dirige Google Cloud.

Il expose brièvement ses idées IoT pour Google, dont les efforts dans ce domaine sont « multiples ». Il aimerait justement aligner l’ensemble de ces travaux autour d’une vision globale, coordonner les développements et, tant qu’à faire, « créer des branches distinctes de produits pour le grand public et les entreprises ».

Le Premier ministre a présenté hier la stratégie de l’exécutif pour « transformer l’offre de soins en France ». Son plan est articulé autour de cinq grands axes, dont l’un concerne le numérique (PDF).

Une mission « e-santé » sera notamment créée (à une date non précisée) auprès de la ministre de la Santé. Celle-ci devrait être « issue du regroupement de l’ensemble des différentes instances actuellement existantes au sein du ministère, notamment la délégation à la stratégie des systèmes d’information de santé (DSSIS) et l’ASIP Santé ».

Cette mission coordonnera « l’ensemble des actions conduites en matière de numérique en santé », afin d’atteindre les trois « objectifs stratégiques » que s’est fixé le gouvernement pour « d’ici 2022 » :

  • « L’accessibilité en ligne, pour chaque patient, de l’ensemble de ses données médicales. »
  • « La dématérialisation de l’intégralité des prescriptions. »
  • « La simplification effective du partage de l’information entre tous les professionnels de santé. »
Le gouvernement lance une mission « e-santé »

Dans une note publiée cette nuit, Microsoft répond aux demandes des entreprises : le service Analytics gère désormais les protections contre les deux familles de failles découvertes dans les processeurs Intel (entre autres).

Windows Analytics fournit donc plusieurs nouvelles informations : la compatibilité de l’antivirus utilisé avec la dernière mise à jour de sécurité de Windows, le statut des mises à jour de sécurité (non installé, installé et activé, installé mais désactivé…), ainsi que des informations sur les firmwares, pour l’instant limités à ceux validés par Intel.

Microsoft promet d’étendre prochainement la liste.

Windows Analytics prend en charge les protections contre Meltdown et Spectre

Feral Interactive est chargé du portage du second volet du reboot de la saga, sorti en 2015, d'abord sur Xbox One, rapporte OMG Ubuntu. Feral a mené le portage de plusieurs grands jeux récents, comme Deux Ex Mankind Divided, Hitman ou encore XCOM 2.

La société promet une sortie au printemps, à la fois sur Linux et macOS, avec tous les contenus téléchargeables. D'un côté, l'équipe exploite l'API graphique Vulkan, de l'autre Metal. Un mini site et une bande annonce sont en ligne.

Rise of the Tomb Raider en chemin vers Linux et macOS

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.