du 12 février 2018
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Internet : tarifs « location box incluse » chez SFR, toujours pas chez Bouygues et Orange

Comme le révélaient Les Échos début septembre, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) envoyait un courrier aux FAI leur demandant d'indiquer clairement le tarif de leurs abonnements avec location de la box incluse (généralement entre 3 et 5 euros de plus par mois). Pour rappel, seul Free était alors un bon élève sur ce point.

La DGCCRF donnait comme date butoir le 1er février 2018. Depuis quelques jours, SFR a changé la présentation des offres sur son site, celles-ci étant avec « location box incluse ». En septembre, le FAI nous déclarait que « le tarif de la box a toujours été indiqué à côté du tarif de l'abonnement, mais nous allons regarder avec attention les observations de la DGCCRF ».

Notez par contre que le prix affiché tient compte d'une promotion valable la première année. Le tarif augmente ensuite de 12 à 17 euros, selon l'offre. Dans tous les cas, le détail est toujours précisé dans la brochure tarifaire.

D'après nos constatations, rien n'a changé chez Bouygues Telecom et Orange, les deux FAI continuant de mettre en avant le prix de leurs abonnements sans la location de la box. En septembre, Bouygues Telecom nous affirmait avoir « reçu le courrier et étudier bien évidemment le sujet ». La réflexion ne semble pas avoir encore porté ses fruits. Orange n'avait pas répondu à nos questions.

Notez enfin que, selon Les Échos, l'amende encourue n'est pas franchement dissuasive : 15 000 euros seulement.

Lors d'une recherche, le géant du Net affiche depuis longtemps des images liées aux titres des films. Mais un problème est venu gripper cette mécanique bien huilée.

L'affiche de Black Panther (dont la sortie est programmée pour mardi) était ainsi associée au titre La planète des singes Suprématie dans un bloc de résultats d'Allociné sur Google.

Rapidement épinglé par des internautes sur le côté raciste de cette bévue, Allociné affirme que « ce problème est totalement indépendant de notre volonté. Il est lié à une reprise erronée par Google des informations présentes sur les fiches films Allociné. Nous continuons de faire en sorte que Google cesse ces affichages ».

Hier, Google France indiquait que ses équipes étaient mobilisées. « Nous avons constaté que plusieurs titres étaient effectivement associés de façon erronée à certaines affiches de films. Nos équipes se sont mobilisées rapidement et ont corrigé cette erreur » précisait enfin le moteur de recherche.

 Quand Google se mélange les pinceaux entre Black Panther et La planète des singes

Voilà qui pourrait expliquer l'épisode neigeux de la semaine dernière. Lors de sa présentation de résultats, Twitter a annoncé avoir terminé le quatrième trimestre 2017 dans le vert, avec un bénéfice net de 91 millions de dollars. Il s'agit d'une grande première pour l'entreprise, mais qui n'est toutefois pas suffisante pour éponger le reste des pertes de l'année.

Le nombre d'utilisateurs mensuels actifs (MAU) reste en panne de croissance, avec 330 millions, soit autant qu'au trimestre précédent. Même constat du côté du chiffre d'affaires, qui à 732 millions de dollars ne progresse que marginalement (+2 %) par rapport à l'an passé. À nombre d'utilisateurs quasi constants, les recettes publicitaires sont d'ailleurs en baisse de 10 % aux États-Unis et grimpent de seulement 1 % au niveau global.

Depuis ces annonces, le cours de l'action Twitter a bondi de 17 % en bourse, valorisant l'entreprise à plus de 23 milliards de dollars. Un chiffre qui a doublé en l'espace d'un an.

Twitter signe le premier trimestre bénéficiaire de son histoire
Uber et Waymo trouvent un accord avant le verdict de leur procès

Nous ne saurons jamais à qui la justice américaine aurait donné raison dans le procès fleuve opposant Uber à Waymo. Pour rappel, la filiale de Google accuse le spécialiste des VTC d'avoir embauché l'un de ses ex-ingénieurs, qui ne serait pas venu les mains vides, mais avec de nombreux secrets industriels.

Initialement, Waymo réclamait un milliard de dollars pour mettre fin aux poursuites. Une somme qu'Uber, alors présidée par Travis Kalanick, refusait de payer. Plus tôt cette semaine, l'entreprise est allée aux devants de son adversaire du moment pour lui faire une autre proposition : 500 millions de dollars en échange de l'arrêt des poursuites, et d'une licence sur les technologies de Waymo.

Finalement, l'accord signé par les deux entreprises est d'un montant moindre, 245 millions de dollars versés en actions Uber. Une réduction justifiée par le fait que Waymo souhaitait garder ses secrets industriels pour elle.

Dans un billet de blog, Dara Khosrowshahi, l'actuel PDG d'Uber, confirme l'information et présente une forme d'excuse publique envers la maison mère de Waymo, Alphabet. « À nos amis d'Alphabet : nous sommes partenaires, vous êtes un investisseur important d'Uber, et nous partageons une croyance profonde dans le pouvoir de la technologie pour rendre le monde meilleur. Évidemment, nous sommes aussi des concurrents. Et même si nous ne sommes pas d'accord sur tout ce qui se passera, nous sommes d'accord sur le fait que l'acquisition d'Otto par Uber aurait pu, et dû être gérée autrement ».

The Register rapporte que les sites en question, notamment américains et anglais, exploitaient le plugin baptisé Browsealoud de Texthelp Systems. Pensé pour les déficients visuels, il permet de « lire » les contenus d'un site web à haute voix.

Problème, dimanche à 12h24, Texthelp Systems a été victime d'une cyber-attaque ajoutant du code malveillant à Browsealoud afin de miner une crypto-monnaie (le Monero) en utilisant le processeur des visiteurs des sites via Coinhive. Il est resté en place pendant environ quatre heures et aucun vol de données n'est à déplorer précise la société.

Le plugin a donc été désactivé hier par mesure de sécurité, et il ne sera remis en marche que demain à 13h. Une enquête est évidemment en cours et un audit de sécurité sera diligenté.

Des sites gouvernementaux étrangers infectés par un mineur de crypto-monnaie

Une fonction qui devait finir par arriver, mais qui n'en fera pas moins râler une partie des utilisateurs.

Certains utilisateurs sont ainsi avertis lorsqu'ils souhaitent prendre une capture d'écran pendant le visionnage d'une Story, voire qu'ils enregistrent l'écran. Actuellement, ces alertes n'existent que dans les discussions privées, quand un contenu temporaire est envoyé.

Confirmée à TechCrunch, la fonction vise probablement à renforcer le respect des Stories qui se veulent avant tout des contenus temporaires. D'un autre côté, l'aspect « flicage » de la mesure pourrait provoquer une chute dans la fréquentation des Stories, et donc des publicités insérées de temps à autre.

Si Instagram devait confirmer et diffuser ces alertes, le comportement d'Instagram serait aligné avec celui de Snapchat.

Instagram teste les alertes de captures d'écran pour les Stories
L'importante fuite de données d'Equifax pourrait être encore pire que prévu

En septembre de l'année dernière, la société américaine (dont la mission est de rassembler un grand nombre d’informations plus ou moins personnelles sur les personnes souscrivant des crédits) annonçait avoir été piratée. Des données personnelles de plus de 145 millions de personnes étaient alors potentiellement dans la nature.

En plus des noms, prénoms, numéros de sécurité sociale, adresses et données bancaires, on apprenait mi-octobre que des permis de conduire étaient finalement dans le lot. La fuite ne s'arrêterait pas là puisque l'État de délivrance et la date d'émission de ces derniers auraient également fuité selon CNNMoney.

Reprenant une information du Wall Street Journal, nos confrères évoquent une lettre envoyée par la sénatrice Elizabeth Warren au PDG d'Equifax Paulino do Rego Barros Jr. : « Comme votre société continue de publier des déclarations incomplètes, confuses et contradictoires et de cacher des informations au Congrès et au public, il est clair que cinq mois après l'annonce publique de la violation, Equifax n'a pas encore répondu à cette question simple: quelle était l'étendue exacte de la fuite ? » .

Dans sa réponse Equifax expliquerait « que les informations n'étaient "pas exhaustives", mais représentaient des données personnelles que les pirates recherchent habituellement » indique CNNMoney.

C'est l'information que rapporte Reuters, reprenant des déclarations des dirigeants à plusieurs journaux allemands. Les deux marques appartenant au groupe Volkswagen, ce rapprochement est logique.

« D'ici 2025, nous nous attendons à débourser un milliard d'euros pour développer l'architecture » explique le PDG d'Audi. « Si les deux agissaient de leur propre chef, les coûts seraient 30 % plus élevés » ajoute son homologue chez Porsche.

Les deux sociétés prévoient de mettre sur les routes plusieurs voitures électriques à l'horizon 2021, basées sur leur plateforme commune.

Cohésion de groupe : Porsche et Audi mutualisent leurs travaux sur les voitures électriques

Le launcher pour Android, anciennement Arrow, embarque maintenant l'assistant vocal.

Compatible pour l'instant avec les pays anglophones uniquement, Cortana prend en compte de multiples commandes du type passer un appel à un contact, rédiger un message, changer le fond d'écran, lire les nouvelles du jour, prévoir une réunion ou continuer une tâche sur le PC.

La nouvelle mouture présente d'autres nouveautés, comme le support de l'arabe et d'autres langues RTL (right to left), la prise en charge de l'effacement à distance pour Intune, le choix des contacts dans la carte associée, la possibilité de placer des widgets dans le dock, ou encore d'épingler sur l'écran d'accueil des applications ou contact recherchés.

Le Microsoft Launcher est assez léger et peut fonctionner sur Android 4.0.3 minimum.

Microsoft Launcher 4.6 intègre Cortana
Pour les JO, Intel fait voler 1 218 drones en formation… dans une vidéo préenregistrée

Suite au rachat de la société MAVinci GmbH, Intel établissait un premier record du monde en 2016 avec pas moins de 500 drones en formation serrée afin de réaliser un ballet aérien.

Aujourd'hui, le fondeur bat son propre record avec 1 218 drones Intel Shooting Star aux Jeux olympiques de Pyeongchang en Corée du Sud. Dans le ciel nocturne, un oiseau déploie ses ailes, un snowboarder prend forme et, bien évidemment, les anneaux olympiques.

« Le vol du record du monde a été préenregistré pour l'événement » explique le fondeur. La vidéo a ensuite été diffusée pendant la cérémonie d'ouverture. La même technique avait été utilisée lors du concert de Lady Gaga en février de l'année dernière à l'occasion du Super Bowl.

Pour rappel, Intel ne rate jamais une opportunité de parler de ses drones, organisant des démonstrations pour les grands événements. Au début de l'année, 250 drones réalisaient un ballet au-dessus du Bellagio pour le CES.

Après avoir frôlé Pluton, la sonde de la NASA se dirige maintenant vers la ceinture de Kuiper. La photo prise le 5 décembre détrône de peu un autre cliché baptisé Un point bleu pâle. Là encore, la NASA en était à l'origine, mais avec Voyager 1 cette fois-ci. C'était en 1990, à une distance de 6,06 milliards de kilomètres de la Terre, et la caméra a ensuite été désactivée.

New Horizon continuant sa route dans le système solaire, la sonde devrait battre son propre record à de nombreuses reprises au cours de sa vie, loin d'être terminée. Elle file actuellement à près de 46 000 km/h en direction de l'objet céleste 2014 MU69.

New Horizons bat un record et prend une photo à 6,12 milliards de kilomètres de la Terre

C'est un employé tout ce qu'il y a de plus classique qui aurait initialement pris le code chez Apple pour le partager avec quelques amis de la scène du jailbreak.

Le vol de code aurait eu lieu l'année dernière et il se serait donc écoulé plusieurs mois avant qu'iBoot ne se fasse connaître. Motherboard, qui a pu discuter avec les personnes impliquées, évoque un cas classique de transmission d'informations qui a finalement dérapé.

On ne sait pas qui, ni quand, mais le code a été partagé une fois de trop. Reddit, archive Mega et finalement GitHub : le code était partout. Ceux qui l'avaient cherchaient manifestement à briller en publiant des captures d'écran.

Même si les dépôts et commentaires sont assez rapidement censurés par des requêtes DMCA, plus rien ne peut empêcher le code d'être partagé. Apple, de son côté, assure que la sécurité des utilisateurs n'est pas menacée.

iBoot : des détails sur le vol du code
Logan Paul n'a finalement rien compris et tase des rats morts, YouTube suspend la publicité

Il y a un mois, Logan Paul faisait les gros titres à cause d'une de ses vidéos montrant le cadavre d'une personne suicidée au Japon. Il s'était ensuite rapidement excusé.

Fin janvier, les yeux rouges, il mettait en ligne une vidéo de prévention sur le suicide et annonçait des dons. Fin des dérapages ? Pas vraiment non… Début février, le youtubeur publiait un tweet expliquant qu'il avalerait une capsule de lessive liquide par retweet, avant de le supprimer.

Pour rappel, le « Tide Pod challenge » fait des ravages outre-Atlantique, alors que les autorités ne cessent de rappeler que ce « jeu » est dangereux pour la santé. Durant la même période, il publie une nouvelle vidéo au cours de laquelle il tase des rats morts. Bien évidemment, les réactions ont été nombreuses, notamment sur Twitter.

YouTube a réagi avec un communiqué envoyé à plusieurs de nos confrères, dont le Monde : « Après un examen approfondi, nous avons décidé de suspendre temporairement les publicités sur les chaînes YouTube de Logan Paul. Ce n’est pas une décision que nous avons prise à la légère, mais nous pensons qu’il a fait preuve d’un comportement dans ses vidéos qui non seulement rend sa chaîne inadaptée aux annonceurs, mais qui est aussi potentiellement dommageable pour l’ensemble de la communauté des créateurs ».

Pour rappel, il avait déjà été retiré de YouTube Preferred, le programme de publicité premium de la plateforme de streaming. Cette fois-ci, YouTube frappe donc plus fort. De manière plus générale, YouTube annonce du changement sur ses règles de monétisation.

Le spécialiste du bureau à distance justifie ce rachat par le besoin de fournir une solution de communications unifiées à ses clients, au moment où Slack est perçu comme le modèle à suivre dans ce domaine. L'acquisition doit être clôturée au deuxième trimestre, pour un montant en cash avoisinant les 357 millions de dollars.

Jive revendique 20 000 clients, sur un marché des plus compétitifs. Cette vision d'outils de discussions interconnectant nombre de services tiers prend de l'importance, en témoigne l'incursion de Microsoft dans le domaine via Teams.

LogMeIn (LastPass) achète Jive, une plateforme de communication unifiées

Selon la BBC, des scientifiques russes ont été arrêtés par le FSB après avoir tenté de détourner l'utilisation d'un supercalculateur d'une capacité d'un pétaflop pour miner des crypto-monnaies.

Les faits se seraient déroulés dans une installation secrète dédiée à la recherche nucléaire dans la ville de Sarov. L'ordinateur n'est pas sensé être connecté à Internet pour des raisons évidentes de sécurité, c'est donc lors de son branchement vers le réseau extérieur que l'alerte a été donnée.

L'histoire ne dit pas quelle crypto-monnaie a été minée, ni quel hashrate les scientifiques sont parvenus à atteindre avec un tel matériel.  

Des scientifiques russes aux arrêts après avoir utilisé un supercalculateur… pour miner
La Maison Blanche pourrait privatiser la Station spatiale internationale dès 2025

Alors que l'ESA et Airbus s'associent afin de dynamiser l'exploitation commerciale de l'ISS, les États-Unis pourraient décider de passer la main au secteur privé d'ici sept ans. C'est du moins ce que laisse penser un document récupéré par le Washington Post.

Pour rappel, l'administration de Donald Trump et les autres partenaires mondiaux de l'ISS (Européens, Russes, Japonais et Canadiens) se sont engagés à maintenir la Station jusqu'en 2024, mais rien n'est encore acté pour la suite.

« La décision de mettre fin au soutien fédéral direct pour l’ISS en 2025 ne signifie pas que la plateforme elle-même sera retirée de l’orbite à ce moment-là, il est possible que l’industrie puisse continuer à faire fonctionner certains éléments ou capacités de l’ISS dans le cadre d’une future plateforme commerciale » expliquerait le document. Il évoque ensuite des partenariats internationaux afin « d'assurer la présence et l’accès continus des humains à l’orbite terrestre basse ».

Pour rappel, depuis son lancement, l'ISS a coûté 89 milliards de dollars aux Américains, auxquels il faut ajouter 3 à 4 milliards de dollars supplémentaires pour chaque année à venir. L'orientation du gouvernement devrait être connue aujourd'hui avec la présentation du budget 2019. Il devrait en effet inclure 150 millions de dollars permettant de « rendre possible le développement et la maturation d’entités et de capacités commerciales qui vont s’assurer que ceux qui prendront le relais de l’ISS (…) soient opérationnels ».

Lors d'une conférence dédiée aux investisseurs repérée par GamesIndustry, Shigeru Miyamoto, le directeur créatif de Nintendo a évoqué les objectifs commerciaux de la Switch, ainsi que sa future longévité sur le marché des consoles.

Selon lui, « notre ambition ultime n'est pas d'avoir une Nintendo Switch dans chaque foyer, mais que chaque personne en ait une ». Un niveau d'adoption qui permettrait à l'entreprise de créer de nouveaux types de jeux.

La console n'est pas là non plus pour rester quelques années et s'en aller, comme a pu le faire la Wii U par le passé. « Jusqu'ici, le cycle de vie des consoles tournait autour de cinq à six ans, mais il serait très intéressant que nous le prolongions, et je pense que vous pouvez vous y attendre » affirme le père de Mario. Si les ventes se maintenaient au niveau actuel pendant encore quelques années, une telle prolongation n'aurait rien de surprenant.

 Nintendo vise un cycle de vie plus long pour la Switch

Le réseau social promet des dizaines de millions de dollars de soutien, dont 10 millions de dollars de subventions, à des personnes créant et menant des communautés. C'est la première promesse de son Facebook Community Leadership Program, annoncé le 9 février.

Une première réunion de 300 responsables de « communautés » a été organisée la semaine dernière à Londres, incluant par exemple Blind Veteran UK, soutenant les vétérans aveugles britanniques, ou encore Donna Mamma, une communauté de soutien aux mères en France.

La société promet des formations, des groupes locaux de créateurs ainsi que des financements. Cinq recevront jusqu'à un million de dollars pour financer des idées spécifiques, 100 autres jusqu'à 50 000 dollars pour une initiative. Des outils de gestion de communauté sur Facebook seront aussi fournis à ces « leaders ».

Le groupe californien renforce aussi ses équipes londoniennes, dans la lutte contre la désinformation, le harcèlement et les escroqueries. Les outils de signalement doivent aussi être améliorés.

Facebook investit dans les communautés
Logan Paul force YouTube à revoir encore une fois ses règles de monétisation

Jusqu'où peut-on aller pour faire grimper son compteur de vues sur YouTube ? Après la diffusion d'une nouvelle vidéo par le très controversé Logan Paul, où il utilisait un taser sur des animaux morts, la plateforme a érigé de nouvelles règles pour couper court à ce genre d'abus.

Désormais, toute violation « sévère ou énorme » des règles de la communauté, ou toute tentative de monétiser des vidéos qui enfreignent « sévèrement ou énormément » les règles sur le contenu susceptible d'accueillir de la publicité, s'accompagnera de nouvelles sanctions.

Celles-ci vont du retrait de la chaîne des recommandations de vidéos (onglet tendances, page d'accueil…) à l'éjection pure et simple des programmes de monétisation tels que Google Prefered ou YouTube Originals, ou du YouTube Partner Program.

« À titre d'exemple, nous pouvons considérer un contenu comme étant en violation sévère de notre règlement si un créateur se lance dans un canular odieux où des gens sont traumatisés, promeut la violence ou la haine envers un groupe, fait preuve de cruauté ou dramatise la souffrance des autres dans le but de gagner des vues ou des abonnés » précise ainsi la plateforme. Elle laisse néanmoins la porte ouverte à ce type de contenu si le contexte s'y prête, par exemple pour dénoncer des violences.

Ingérence russe : Trump refuse de publier la note démocrate sur l'enquête

Depuis la publication d'une note républicaine sur l'enquête de l'ingérence russe, beaucoup craignent que Donald Trump ait trouvé le prétexte idéal pour faire du ménage au sein du FBI et du ministère de la Justice.

Le parti démocrate dispose lui aussi d'un mémo, qui aboutit évidemment à des conclusions différentes. Ils demandaient donc à ce que Trump en autorise la publication, comme il l'avait fait pour celui des républicains. Le président américain a refusé vendredi.

Selon Don McGahn, conseiller juridique de la Maison Blanche, le mémo contiendrait trop d'informations sensibles pouvant nuire à la sécurité nationale. Ils sont rejoints par Christopher Wray, directeur du FBI, et Rod Rosenstein, numéro deux du département de la Justice, pourtant menacés par le premier mémo. Ils craignent un trop grand nombre d'informations sur les méthodes de renseignement et les sources.

Sur Twitter, Nancy Pelosi, qui dirige actuellement les démocrates, s'est passablement agacée de la manoeuvre, qu'elle juge « hypocrite ». Le refus de Trump serait selon elle un « flagrant mouvement politique sans égard pour la sécurité nationale ».

Hier, selon le New York Times, des sources démocrates évoquaient une révision du mémo. Trump autoriserait sa publication si tous les passages sensibles en étaient noircis. Au point d'en masquer les informations ne lui étant pas favorables ? C'est ce que craint Jim Himes, membre du comité du Renseignement à la chambre des Représentants.

L'intérêt de ces mises à jour repose sur la facilité du mécanisme. L'utilisateur n'a normalement plus à s'occuper de rien, les bugs et failles de sécurité étant corrigés sans manipulations. Quand tout se passe bien.

C'est justement ce qui n'allait pas avec la version 4.9.3, et Wordpress s'en excuse. L'éditeur publie donc une mise à jour 4.9.4, qu'il faudra installer manuellement. Elle corrige un problème entraînant systématiquement une erreur en cas de vérification d'une mouture plus récente.

 

 

 Wordpress 4.9.4 corrige un problème de mise à jour automatique

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.