du 09 février 2018
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Il y a plus de deux semaines, Intel recommandait d'éviter d'installer ses patchs le temps de corriger les soucis de reboot intempestifs rencontrés par certains.

« Plus tôt cette semaine, nous avons publié des mises à jour du microcode pour plusieurs plateformes Skylake à l'intention de nos clients OEM et de nos partenaires industriels » affirme le fondeur dans un billet de blog. Ces derniers devront ensuite faire de même auprès de leurs clients.

Intel indique au passage qu'il prévoit de publier des mises à jour pour ses autres plateformes - Broadwell et Haswell par exemple - « dans les prochains jours », sans plus de précisions.

Le fondeur ajoute enfin qu'il continuera de publier de nouveaux microcodes en version bêta afin que ses partenaires « puissent effectuer des tests approfondis avant de les mettre en production ».

Spectre/Meltdown : les nouveaux patchs arrivent, sur Skylake pour commencer
Qualcomm refuse l'offre de Broadcom, laisse la porte ouverte et montre ses muscles sur la 5G

Il y a quelques jours, Broadcom mettait sur la table pas moins de 148 milliards de dollars (dette incluse) pour racheter Qualcomm. Le conseil d'administration rejette à l'unanimité cette offre, estimant qu'elle « sous-évalue considérablement » la société et ne propose pas de garanties suffisantes au vu des risques réglementaires liés à cette opération.

Mais ce n'est pas un non définitif… Qualcomm se propose en effet de « rencontrer Broadcom pour voir si elle peut remédier aux graves lacunes » de sa proposition. Une manière de pousser Broadcom à remettre des sous dans la machine, mais ce n'est visiblement pas le seul levier utilisé par Qualcomm.

Hasard ou non du calendrier, le fabricant en profite pour montrer ses muscles sur la 5G avec son modem Snapdragon X50 annoncé il y a déjà plus d'un an. Dans deux communiqués publiés juste avant son refus à Broadcom, elle dévoile la longue liste de ses partenaires.

Du côté des opérateurs : AT&T, British Telecom, China Telecom, China Mobile, China Unicom, Deutsche Telekom, KDDI, KT Corporation, LG Uplus, NTT DOCOMO, Orange, Singtel, SK Telecom, Sprint, Telstra, TIM, Verizon et Vodafone Group.

Du côté des fabricants OEM : Asus, Fujitsu Limited, Fujitsu Connected Technologies Limited, HMD Global, HTC, Inseego/Novatel Wireless, LG, NetComm Wireless, Netgear, OPPO, Sharp Corporation, Sierra Wireless, Sony Mobile, Telit, vivo, Wingtech, WNC, Xiaomi et ZTE.

Ce déballage médiatique est accompagné de nombreux messages de ses partenaires vantant les produits Qualcomm… Attendons maintenant de voir si Broadcom sera réceptif au message ou s'il passera à autre chose.

Comme déjà annoncé à de nombreuses reprises, les tests devraient gagner en puissance cette année, avec les premiers terminaux mobiles 5G dès l'année prochaine. En France, il faudra certainement attendre 2020 pour que les premiers réseaux commerciaux ouvrent leurs portes.

Le Bureau de l’Assemblée nationale, plus haute autorité collégiale de l’institution, a décidé « à l’unanimité », mercredi 7 février, « de confier à  l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information la mission de surveiller le trafic réseau du système d’information de l’Assemblée nationale afin de le protéger contre les intrusions ».

L’Assemblée nationale fait appel à l’ANSSI

Sony Pictures dévoile les premières images du spin-off de Spider-Man de Tom Hardy dans le rôle principal. L'apparence de Venom n'est pas (encore) dévoilée, nous voyons simplement Eddie Brocks avant sa transformation pour le moment.

« On a tous vécu des drames. Une séparation, un décès, ou un accident. Quel que soit l'événement, ce que nous étions n'est plus ce que nous sommes. On a tous nos problèmes, nos blessures et aussi nos démons » explique la voix off.

Un premier teaser pour Venom (Marvel), au cinéma le 10 octobre
 Le gouvernement répond au sénateur Durain à propos des loot boxes

Le Secrétariat d'État chargé du numérique a répondu à la question posée par le sénateur Jérôme Durain au sujet des désormais fameuses loot boxes, ces « pochettes surprises à contenu virtuel aléatoire » comme le définit le cabinet de Mounir Mahjoubi.

Le Secrétariat d'État estime dans sa réponse que « la réaction des joueurs, inédite par son ampleur pour une communauté déjà très mobilisée d'ordinaire, suggère que ce phénomène appelle, au moins, une réflexion attentive, voire, dans certains cas, une action de la part des pouvoirs publics ».

Cette réflexion tiendrait compte de plusieurs cas, distinguant les lootboxes qui tomberaient sous le coup de l'interdiction générale des loteries (ce qui est potentiellement le cas pour les caisses de CS:GO), de celles n'offrant que des récompenses cosmétiques sans valeur, et des cas s'apparentant au « pay-to-win ».

Le gouvernement affirme également que « les réponses apportées à la problématique des loot boxes doivent aller dans le sens du respect du consommateur » tout en ne nuisant pas non plus à la « viabilité économique d'un secteur qui souffre actuellement de la baisse des prix de vente effectifs des jeux vidéo, combinée à la hausse des budgets de production et d'exploitation des jeux ». Une équation qui semble bien compliquée à résoudre en satisfaisant tout le monde.

Comme prévu, l'institution s'est penchée hier sur la question du changement d'heure mis en place deux fois par an dans certains pays européens. Se basant sur des initiatives citoyennes et des études, les députés « appellent à une évaluation détaillée de l’actuel système de changement d’heure semestriel et, si nécessaire, à une révision des règles ».

Cette résolution a été adoptée à  384 voix pour, 153 contres et 12 abstentions. Elle sera envoyée à la Commission européenne, au Conseil, aux gouvernements et aux parlements des États membres.

Bref, c'est encore loin d'être gagné, mais ce vote des députés devrait au moins permettre d'ouvrir le débat au niveau européen.

Le Parlement européen veut une « évaluation détaillée du changement d’heure »
NVIDIA : 3 milliards de dollars de bénéfice net sur l'exercice 2018

NVIDIA a publié cette nuit ses résultats financiers pour le quatrième trimestre de son exercice 2018. Non, il n'y a pas d'erreur, l'exercice de l'entreprise s'étend entre le 29 janvier 2017 et le 28 janvier 2018 et est numéroté selon l'année où il se termine.

Sur les trois derniers mois, la marque au caméléon a enregistré un chiffre d'affaires de 2,911 milliards de dollars, soit 34 % de mieux que l'an dernier à la même période. La marge progresse quant à elle de 1,9 point et atteint désormais 61,9 %. De quoi porter le bénéfice net sur le trimestre à 1,118 milliard de dollars, soit une croissance annuelle de 71 %.

Sur l'ensemble de l'exercice 2018, les recettes atteignent 9,714 milliards de dollars (+41 % sur un an) et le bénéfice net 3,047 milliards de dollars (+83 % sur un an), bien aidé par une marge brute en progression de 1,1 point, à 59,9 %.

Sur le quatrième trimestre, la croissance des revenus a été portée par les ventes de produits liés aux datacenter (606 millions de dollars, +105 % sur un an), mais également par les gammes dites « Gaming », en progression de 29 % sur un an à 1,739 milliard de dollars. NVIDIA admet par ailleurs que l'augmentation des ventes de cartes GeForce a été au moins en partie due aux crypto-monnaies.

Pour les trois prochains mois, la marque au caméléon espère un chiffre d'affaires encore plus élevé : 2,9 milliards de dollars, avec une marge brute aux alentours de 62,7 %. Des niveaux très élevés qui, s'ils sont atteints, devraient être signe de bénéfices record.

Le calendrier des événements est pour le moins surprenant : le lendemain de l'annonce de l'intégration des équipes de Nest dans Google Hardware, Matt Rogers annonce son départ du géant du Net.

L'intéressé confirme l'information sur Twitter en indiquant qu'il va désormais se consacrer davantage à Incite.org, un projet dont il est également le co-fondateur. Incite.org se décompose en trois branches : un fonds d'investissement, une organisation à but non lucratif qui subventionne des projets (associations caritatives, éducatives et scientifiques) et une section politique.

Il donne de plus amples détails à nos confrères de TechCrunch. Il indique par exemple qu'il va continuer à travailler « étroitement » avec Google au cours des prochains mois pour que l'intégration de Nest se fasse dans de bonnes conditions.

Matt Rogers, co-fondateur de Nest, quitte Google

Afin d’améliorer l’efficacité du célèbre dispositif, le député Jean-Claude Bouchet souhaite que les opérateurs de téléphonie mobile soient contraints de faire passer le message, par SMS, à chacun de leurs abonnés, dès lors que les pouvoirs publics lancent l’alerte (qui est à ce jour principalement diffusée à la radio et à la télévision).

L’élu Les Républicains avait déjà déposé ce texte sous la précédente législature, mais il n’avait jamais été inscrit à l’ordre du jour. Le gouvernement ne semblait guère être séduit par la proposition (voir notre article).

Une proposition de loi pour des SMS lors de chaque « Alerte enlèvement »

L'annonce des chercheurs du CNRS, de l’École polytechnique, du CEA et d’Inria est importante. Ils affirment en effet qu'un « seul et unique phénomène pourrait contrôler toutes les éruptions solaires ». Ils expliquent que l'origine de celles-ci serait due à « une "cage" renforcée dans laquelle se développe une corde magnétique ».

Les travaux des scientifiques ont permis de mettre au point un modèle « capable de prévoir l’énergie maximale pouvant être libérée lors d’une éruption solaire, aux conséquences potentiellement dévastatrices pour la Terre », selon le communiqué du CEA.

De plus amples informations sont disponibles par ici, ou bien dans la publication scientifique dans la prestigieuse revue Nature.

Un modèle capable de prévoir l'énergie libérée lors d'une éruption solaire

La firme fait son petit bilan de l'année 2017 pour les sommes distribuées aux chercheurs.

2,9 millions de dollars ont ainsi été versés à 274 chercheurs, pour un total de 1 230 récompenses individuelles. Les rapports de bugs ont été émis de 113 pays, et les sommes versées (après confirmation) dans 60 pays.

La plus importante récompense individuelle s'est chiffrée à 112 500 dollars : le chercheur Guang Gong avait découvert une chaîne d'exploits sur les smartphones Pixel, avec possibilité de s'échapper de la sandbox. Un autre chercheur, « gzobqq », arrive deuxième avec 100 000 dollars tout ronds pour une série de failles dans Chrome OS.

Google en profite pour introduire quelques changements. Sur Android, la somme maximale pour une exécution de code à distance passe de 1 000 à 5 000 dollars. Une nouvelle catégorie de bugs apparaît également : les vulnérabilités qui pourraient entraîner un vol de données personnelles, un transfert non chiffré de données ou un accès à des composants normalement protégés d'applications. Une récompense maximale de 1 000 dollars sera octroyée.

Google : presque 3 millions de dollars de récompenses en sécurité
Archos Core 55S, 57S et 60S : des smartphones « compacts » de 5,5 à 6", dès 89,99 €

Avant le MWC, Archo dévoile trois téléphones qui seront présentés à Barcelone : les Core 55S, 57S et 60S. Tous proposent un écran au format 2:1 « dans des boîtiers compacts ».

Le premier affiche une diagonale de 5,5 pouces dans un châssis de 5 pouces, contre 5,7 et 6 pouces pour les deux autres, respectivement dans des formats équivalents à des mobiles de 5,2 et 5,7 pouces affirme le constructeur. Dans tous les cas, la définition est en HD+ seulement. De plus amples informations sont disponibles par ici.

Côté tarif, Archo annonce 89,99 euros pour le Core 55S, 99,99 euros pour le 57S et enfin 129,99 euros pour le 60S, avec une disponibilité au printemps.

Suivant les préconisations du groupe de travail chargé de réfléchir à l’ouverture du Palais Bourbon, le Bureau de l’Assemblée nationale a décidé mercredi 7 février que le communiqué rendant compte de ses travaux serait dorénavant « plus précis et détaillé ». Celui d'hier est ainsi assorti d’une liste des présents et excusés, de même que d’un décompte anonyme des votes (voir ici).

Plus de transparence sur les réunions du Bureau de l’Assemblée nationale

Ce genre de formule a le vent en poupe ces derniers mois, notamment sous l'impulsion d'offres comme celles de Shadow ou GeForce Now de NVIDIA. Un nouvel acteur de poids pourrait entrer dans la danse selon The Information, citant des sources proches du dossier : Google.

Ce service, sur abonnement, pourrait fonctionner sur un Chromecast ou une console de jeux connectée et développée maison, mais nous n'aurons pas plus de détails pour le moment.

Pour rappel, Google s'est récemment payé les services d'un poids lourd du secteur : Phil Harrison, ancien vice-président de Xbox Europe chez Microsoft.

Avec Yeti, Google pourrait se lancer dans le streaming de jeux vidéo
Activision Blizzard termine 2017 mieux que prévu

Activision Blizzard a publié ses résultats pour le quatrième trimestre 2017 et l'ensemble de son année calendaire. Sur les trois derniers mois, l'éditeur a enregistré peu ou prou autant de recettes que l'an passé à la même période, soit un peu plus de 2 milliards de dollars, contre 1,7 milliard attendu. Sur l'ensemble de l'année, le total atteint 7,017 milliards de dollars, soit une progression d'environ 6 %.

Le résultat net de l'éditeur ne suit pas la même tendance, puisqu'il est question de 584 millions de dollars de pertes au quatrième trimestre, contre un bénéfice de 254 millions l'an passé. Activision explique que cette variation est due à une provision « d'un montant significatif » au titre des taxes liées au rapatriement de ses liquidités détenues à l'étranger. L'éditeur ne donne pas de montant exact pour cette provision, mais elle peut être estimée, au regard des taxes payées lors des trimestres précédents, à environ 700 millions de dollars.

Fait notable, en 2017 Activision Blizzard a enregistré 78 % de ses revenus, soit 5,48 milliards de dollars, au travers de canaux de ventes dématérialisées. Les micro-transactions et les DLC ont donc de beaux jours devant eux.

La dernière préversion du navigateur débloque de nouveaux éléments pour les développeurs, dont deux API : CSS Paint et Server Timing.

La première permet de générer une image de manière programmée dès qu'une propriété CSS en demande une. Plus besoin alors de référencer une image, la fonction paint() se chargeant de la dessiner.

La seconde s'inscrit dans un cadre de suivi des performances. Elle vient compléter les API Navigation Timing et Resource Timing, mesurant respectivement les délais de réponse pour le document principal et ses ressources. La nouvelle API s'occupe quant à elle du temps de réponse du serveur lui-même, via les en-têtes HTTP.

Chrome 65 bêta : quelques nouvelles API

Selon Buzzfeed, le chef de la police anglaise, Nick Pickles, a confirmé que des comptes Twitter liés à la Russie avaient bien été repérés pendant la bataille de communication autour du Brexit.

Durant la campagne, ce sont ainsi 49 comptes liés à l'Internet Research Agency qui ont été identifiés. 942 tweets ont été publiés au total, soit 0,02 % de ceux liés au référendum. Ces tweets n'ont été likés que 637 fois et retweetés 461 fois. Des chiffres faibles, récupérés selon Pickles directement auprès de Twitter.

Dans l'absolu, pas de quoi paniquer, surtout comparé aux Etats-Unis. Mais Twitter avait affirmé qu'aucun compte de ce genre n'avait été repéré, l'influence russe se limitant à quelques publicités achetées par Russia Today.

Les enquêtes menées par Facebook et Google continuent de leur côté. Celle du réseau social devrait être bouclée d'ici la fin du mois.

Twitter admet que des comptes russes ont tenté d'influencer le Brexit

Du 12 au 18 mars prochain, la société des neurosciences organisera la 20e édition de la Semaine du Cerveau. Ateliers, débats, conférences et spectacles seront ainsi au programme.

Le CEA participera en ouvrant les portes du NeuroSpin, son « centre de recherche pour l'innovation en imagerie cérébrale » à Saclay. Des conférences en accès libre pour le grand public (nombre de places limité) et des visites guidées sur réservation seront ainsi proposées.

À l'occasion de la semaine du cerveau, NeuroSpin ouvre ses portes au grand public
Facebook confirme l'essai d'un bouton « downvote »

À TechCrunch, le réseau social déclare que le test est limité aux commentaires de publications de certaines pages. La société ne précise pas ce qu'elle fait de ce nouveau signal. Elle prévient seulement qu'il ne mène pas à un déclassement, pour le moment. Au clic, un menu apparaît pour préciser s'il est offensant, trompeur ou hors-sujet.

« Nous ne testons pas de bouton Je n'aime pas. Nous explorons une fonction permettant aux gens de fournir un retour sur des commentaires de pages publiques. Elle est en place pour une petite part d'utilisateurs aux États-Unis » a répondu Facebook à nos confrères.

La forme semble héritée du bouton « downvote » de Reddit (« bas-vote » selon les utilisateurs français), qui influe sur le classement des publications et commentaires concernés. À partir d'un certain seuil, le contenu des commentaires descendus est tout simplement masqué.

À date, Electronic Arts détient le record de downvotes sur un commentaire justifiant les pochettes-surprises de Star Wars Battlefront II.

Les applications Go sont en majorité réservées à Android Go, variante d'Oreo destinée aux smartphones n'embarquant qu'un seul Go de mémoire vive au maximum. Maps Go joue les exceptions.

Une fois inscrit au programme bêta, Maps Go peut être installée sur n'importe quel appareil disposant d'Android 4.1 ou plus récent, autrement dit tout le parc actuel ou presque. Nous l'avons par exemple récupérée sur un Galaxy S6 sous Android 7.0.

L'application en elle-même est extrêmement légère : quelques Mo. Vite installée, vite ouverte. Il s'agit en fait d'une PWA (Progressive Web App), ce qui n'étonnera personne. Le prix à payer est l'absence de certaines fonctions, notamment le guidage en temps réel.

Google Maps Go disponible pour tout le monde en bêta

Le tribunal correctionnel de Caen a condamné un homme de 60 ans, jeudi 8 février, pour avoir survolé et photographié les cuves du dépôt pétrolier de Caen, la nuit du 12 juillet 2017. « Un vigile du dépôt avait remarqué la présence de ce drone et avait relevé le numéro de la plaque d’immatriculation du véhicule du prévenu. Son drone n’a pas été saisi comme le réclamait la police qui souhaitait utiliser l’engin dans le cadre de ses missions » explique Ouest-France, qui rapporte l’information.

500 € d’amende pour le survol d’un dépôt pétrolier avec un drone
Tinno absorbe complètement Wiko, dont il détenait déjà 95 %

Créée en 2011 à Marseille par Laurent Dahan, Wiko était déjà passée dans les mains du chinois Tinno depuis plusieurs années puisqu'il détenait 95 % des parts de la société. D'ailleurs, les smartphones Wiko sont issus de chez Tinno, parfois avec un cahier des charges adapté… ce qui se retrouve dans les applications et services préinstallés dans les smartphones Wiko.

En effet, l'application STS envoyant des données techniques à Tinno est emblématique de ces liens forts, une affaire qui a fait du bruit fin novembre. Dans tous les cas, les deux entreprises ne font désormais plus qu'une.

Voici désormais la composition du nouveau comité exécutif de Wiko : James Lin, président (également président de Tinno), Laurent Dahan, senior vice-président, Michel Assadourian et Julien Heang, vice-présidents. Pour Laurent Dahan, fondateur de Wiko, « ce rapprochement s’inscrit dans une logique actionnariale et industrielle ».

On se souviendra que le MWC 2017 était l'occasion pour la marque sino-française de jouer sur le côté « French Touch », notamment via son partenariat avec le youtubeur français PV Nova. Nous attendons maintenant de voir ce qu'il en sera pour l'édition 2018 du salon de Barcelone et, sur place, nous tâcherons d'en savoir davantage sur les conséquences de cette « fusion ».

Selon la commission indienne de la concurrence (PDF), le groupe a affiché un biais important dans les résultats de recherche liés aux voyages. Une trop grande place était donnée aux publicités pour des voyagistes, en tête de résultats.

L'enquête aurait débuté en 2012, après une saisine d'un site de rencontre. D'autres pratiques de Google, passées au crible, n'enfreignent pas le droit de la concurrence. C'est le cas de la OneBox, des publicités AdWords et des accords de distribution liés.

Rappelons qu'en Europe, Google a été condamné à une amende de 2,42 milliards d'euros pour la mise en avant de son comparateur Shopping en tête des résultats de recherche. L'entreprise a depuis ouvert son espace aux enchères, pour des résultats encore mitigés, selon son concurrent Kelkoo (voir notre entretien).

Google reçoit une amende de 17,2 millions d'euros pour abus de position dominante en Inde

Cela fait pour rappel plusieurs années que Sony a revendu sa division PC Vaio à Japan Industrial Partners (JIP), qui propose des machines sous la marque Vaio. Le groupe vient de lancer un nouveau portable, dont le design reste dans la lignée lancée par Sony : le Vaio S.

Il dispose d'un écran de 13,3 pouces (Full HD) avec un Core i5/i7 de 8e génération épaulé par 8 ou 16 Go de mémoire vive, un SSD PCI, de l'USB 3.0, etc. Toutes les caractéristiques techniques sont disponibles par ici.

Le Vaio S sera disponible aux États-Unis dès le 12 février, à partir de 1 199 dollars avec un Core i5 et 256 Go de SSD.

Un nouveau portable Vaio S avec un Core 8e génération, dès 1 199 dollars

Le service propose déjà depuis longtemps d'en réaliser automatiquement, mais vous avez désormais la possibilité de les demander vous-même, sur le thème de votre choix, dans la limite des propositions du service.

Voici quelques exemples : ils grandissent si vite, films de chats ou de chiens, dans nos coeurs, mes selfies de l'année, sourires de 2017, fête des mères/pères et, bien évidemment, Saint-Valentin puisque la fête approche à grands pas. D'autres seront ajoutés cette année.

« Nous utiliserons l'apprentissage automatique pour sélectionner des photos en fonction de vos choix, ajouter une bande-son et produire un film personnalisé pour vous » explique le géant du Net. Le résultat peut ainsi être modifié depuis les applications Google Photos.

Pour en profiter, il suffit de suivre le lien ci-dessous, de choisir votre film et, le cas échéant, d'indiquer à Google une personne ou un animal.

Google Photos vous permet de créer manuellement des films

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.