du 01 février 2018
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Les pare-feux Cisco ASA touchés par une méchante faille de sécurité

C'est un carton plein pour le fabricant, avec la note maximale sur l'échelle CVSS v3 : 10/10. Il faut dire que la faille baptisée CVE-2018-0101 a de quoi inquiéter : « Elle permet à un attaquant de provoquer une exécution de code arbitraire à distance et un déni de service à distance » explique le CERT-FR.

Le constructeur explique que cette brèche vient de la fonctionnalité VPN SSL (Secure Sockets Layer) du logiciel ASA (Adaptive Security Appliance). Bien évidemment, des mises à jour logicielles sont disponibles pour la corriger. Il n'existe pas d'autre manière de la colmater affirme le fabricant. La longue liste des produits touchés est disponible par ici.

Cisco indique enfin ne pas avoir eu de retour laissant penser à une exploitation malveillante de cette faille. Il remercie enfin Cedric Halbronn du groupe NCC pour l'avoir signalée. « Bien qu'il s'agisse d'une vulnérabilité extrêmement sérieuse, il est important de féliciter Cisco pour la rapidité avec laquelle l'entreprise a pris des mesures lorsque cette question a été portée à son attention » explique de son côté le groupe NCC.

Lancé en 2000, IMAGE (Imager for Magnetopause-to-Aurora Global Exploration) a réalisé normalement sa mission, mais le contact avait été perdu en décembre 2005. Il vient d'être retrouvé par un astronome amateur chasseur de satellite-espion.

« L'identité du satellite redécouvert le 20 janvier 2018 a été confirmée en tant que satellite IMAGE de la NASA » affirme l'agence spatiale américaine. Les premières données ont été récupérées, suggérant que le système de contrôle principal serait toujours opérationnel.

L'analyse continue, mais prendra un peu de temps : « une semaine ou deux, car il faut essayer d'adapter les anciens logiciels et bases de données à des systèmes plus modernes ».

IMAGE : un astronome amateur retrouve le satellite perdu depuis plus de 12 ans

Hier, Michel-Edouard Leclerc était l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV. À la fin de son intervention, le PDG de l'enseigne de grande distribution fait une annonce : « la division Leclerc va débarquer à Paris, nous allons (à partir de ce printemps) lancer la vente à domicile », pour des produits frais et alimentaires.

Ce service, baptisé « Leclerc chez moi », viendra donc concurrencer Amazon Prime Now, mais aussi Cdiscount Alimentaire Express du groupe Casino. Certains quartiers de la capitale feront l'objet d'un test, avant une extension sur l'ensemble de Paris dans les trois prochaines années.

Interrogé sur les modes et les délais de livraisons, Michel-Edouard Leclerc indique qu'il « ne croit pas aux drones de Jeff Bezos » et que « personne ne demande » à recevoir ses produits en 1 ou 2h, sans donner plus de détail pour le moment. Le dirigeant affirme enfin que « les Parisiens vont découvrir des prix 15 à 20 % moins chers et livrés à domicile ».

Plus de détails au printemps.

Leclerc chez moi : des livraisons dans Paris, avec des prix « 15 à 20 % moins chers »

Après une publication sur les preuves sans divulgation de connaissances, les deux partenaires viennent de dévoiler le nom des gagnantes de la seconde édition du « Prix protection de la vie privée » : Seda Gürses, Carmela Troncoso et Claudia Dia pour leur article « Engineering privacy by design reloaded ».

« L’article analyse les méthodes employées par les ingénieurs pour appliquer les stratégies de Privacy by Design » explique la CNIL, ajoutant que les trois auteures « fournissent des lignes directrices pour minimiser la quantité de données confiées aux responsables de traitement ou aux sous-traitants ».

« Une contribution particulièrement utile à l’heure de la mise en œuvre du nouveau règlement européen » note la Commission.

Vie privée : la CNIL et Inria récompensent une étude sur le Privacy by design
LibreOffice 6.0 ajoute une tonne de nouveautés

Nouvelle version majeure pour la suite libre et open source, avec un programme très chargé. On commence avec l'arrivée de deux présentations pour la barre principale d'outils, d'une nouvelle fenêtre pour les caractères spéciaux (récents et favoris), de même que pour le panneau de personnalisation.

De très nombreux ajouts fonctionnels et de modifications d'interface sont à noter. Writer gagne par exemple un menu Formes dédié à cette fonction (souvent inconnue) et Mail Merge permet maintenant de s'abreuver en données depuis un fichier XLSX (Excel).

Calc gagne SEARCHB, FINDB et REPLACEB, fonctions issues du standard ODF 1.2, et peut exporter des sélections de cellules et de graphiques en JPG ou PNG. Impress bascule de son côté vers le format 16/9e par défaut, pour suivre le type de dalle le plus rencontré selon l'équipe. Dix nouveaux modèles ont été ajoutés, deux anciens ont été mis à jour.

Côté sécurité, les utilisateurs vont pouvoir utiliser leur propre clé OpenPGP pour signer leurs documents ODF, à condition que le logiciel idoine soit installé sur leur système. Dans Writer, le marquage et la signature peuvent se faire désormais au niveau du paragraphe.

L'interopérabilité avec OOXML a encore été nettement renforcée, permettant par exemple l'export des champs MailMerge vers DOCX ou encore des vidéos embarquées vers PPTX. De nouveaux filtres autorisent l'export des documents Writer en ePub et l'import des fichiers QuarkXPress. L'import EMF+ a été amélioré pour les documents Office.

La version Online s'enrichit également, mais uniquement pour tendre petit à petit vers une parité fonctionnelle avec la version classique, notamment dans les comportements. Par exemple, Sauvegarder sous fait son apparition, Calc peut afficher un demi-million de lignes, une fenêtre Chercher et Remplacer est disponible et la correction orthographique est enfin présente dans Writer, Calc et Impress.

Notez également qu'une version Android, nommée LibreOffice Viewer, sera disponible pendant le premier trimestre. En dépit de son nom, l'application mobile permettra d'agir sur les documents et d'en créer de nouveaux, avec barre de formatage du texte et import de photos depuis l'appareil du smartphone

LibreOffice 6.0 est disponible comme d'habitude pour de nombreux systèmes, dont les trois plateformes principales : Linux, macOS et Windows. L'équipe de développement précise que les entreprises devraient pour le moment rester sur la branche 5.4, toujours la plus éprouvée.

Le fabricant a profité de sa conférence présentant ses résultats pour faire une annonce : « En 2018, nous nous démarquerons par le développement de produits de pointe, tels que des smartphones OLED pliables », comme le rapportent plusieurs de nos confrères, dont ZDNet.

Samsung ajoute que des applications pensées pour ce genre d'appareils sont également en préparation. Nous n'aurons pas plus de précisions pour le moment, mais le MWC de Barcelone sera peut-être l'occasion d'en apprendre davantage.

Pour rappel, nous avons régulièrement l'occasion de voir des prototypes de ce genre de smartphones sur les différents salons (le RefLex par exemple, au MWC 2016), mais pas encore de produit totalement finalisé.

Samsung lancera un smartphone pliable avec écran OLED en 2018

Contrairement à ce que laisse penser son numéro de version, cette nouvelle mouture du navigateur introduit plusieurs fonctionnalités intéressantes.

Il est notamment question de la prise en compte du markdown dans l'outil de prise de notes, de la possibilité de changer l'ordre d'affichage des Web panels et des moteurs de recherche, ou encore de la mise en place d'un mode de lecture zen qui fonctionne aussi avec les écritures verticales.

Bien entendu, quelques bugs ont été corrigés au passage, ils sont détaillés dans les notes version. Une vidéo de présentation est également disponible.

Vivaldi 1.14 est là : markdown dans les notes, personnalisation et lecture à la verticale

NVIDIA vient de déployer une mise à jour 6.3 pour sa console SHIELD sous Android TV. Si l'on en croit ses notes de version, elle fait la part belle aux objets connectés et aux partenariats.

Malheureusement, on ne devrait pas pouvoir en profiter sur le marché français pour le moment, excepté pour Eurosport et Tidal. Il nous reste néanmoins les vidéos à 360° en Picture-in-Picture sous VLC et l'enregistrement des flux TV sans les publicités via Plex DVR.

NVIDIA indique également que la dernière mise à jour de sécurité d'Android est intégrée, avec les correctifs pour la faille Spectre. Le support de certains périphériques sans fil a été amélioré et les vidéos YUV 8 bit BT.2020 sont désormais gérées.

Le firmware de la télécommande est mis à jour pour améliorer sa réactivité et régler quelques soucis de charge. Le constructeur précise que si la procédure pose problème, avec la version dotée d'un port micro USB, il faut la connecter à un câble de charge et maintenir les touches Accueil, Retour et Micro appuyées, jusqu'à ce que la diode clignote (20 secondes).

Firmware 6.3 pour la SHIELD TV de NVIDIA : essentiellement des améliorations
Microsoft flirte avec la barre des 30 milliards de revenus trimestriels

Du côté de Microsoft, ce sont les chiffres du deuxième trimestre de l'exercice 2018 qui ont été présentés aux investisseurs cette nuit. Le géant américain y apparaît en grande forme, même si le niveau des pertes nettes enregistrées laisse prétendre le contraire.

Microsoft affiche un chiffre d'affaires de 28,918 milliards de dollars, en augmentation de 12 % sur un an. Son bénéfice opérationnel suit la même tendance et progresse de 10 % sur un an pour atteindre 8,679 milliards de dollars.

Toutefois, sous l'effet de la fameuse réforme fiscale de Trump, la société a provisionné 13,8 milliards de dollars pour régler les taxes liées au rapatriement sur le territoire américain d'une partie de son cash détenu à l'étranger. Au bout du compte, Microsoft affiche donc des pertes nettes de 6,302 milliards de dollars, soit à quelques millions près le bénéfice net enregistré un an plus tôt au deuxième trimestre.

Dans le détail, l'ensemble des branches de l'entreprise ont vu leur chiffre d'affaires progresser, y compris Linkedin. Mais le réseau social continue toutefois d'afficher des pertes, qui se réduisent progressivement. Office 365 a encore gagné 1,2 million de clients particuliers ces trois derniers mois, portant leur total à 29,2 millions, tandis qu'Azure poursuit sa croissance infernale, avec un nouveau doublement des revenus en l'espace d'un an.

Les ventes de consoles ont quant à elles progressé en valeur de 14 % sur un an, sous l'effet du lancement de la Xbox One X. Aucune information par contre sur le nombre de machines vendues, une donnée que Microsoft ne daigne plus communiquer depuis bientôt 4 ans.

La société vient d'annoncer un partenariat avec Illumination afin de réaliser « un film d'animation basé sur le monde immersif de Super Mario Bros ».

Chris Meledandri (Les Minions, la saga Moi, moche et méchant) et Shigeru Miyamoto seront aux commandes. Ce projet sera cofinancé par Universal (propriétaire d'Illumination) et Nintendo, avec une distribution prévue dans le monde entier.

Le fabricant en profite pour annoncer l'arrivée d'une nouvelle application mobile : Mario Kart Tour. Aucun détail supplémentaire n'a par contre filtré pour le moment.

Pour rappel, le fabricant a déjà lancé plusieurs applications sur smartphone, notamment Super Mario Run, Fire Emblem Heroes et Miitomo (arrêté récemment).

Mario : un film d'animation avec Illumination (Minions), Mario Kart Tour sur mobile

Selon La Lettre A, le groupe perdrait encore un de ses dirigeants, cette fois le secrétaire général recruté début 2016, qui avait participé à la vente de SFR à Altice. Il est administrateur de la Fédération française des télécoms (FFT), après en avoir été président.

Le départ suivrait une série noire ces derniers mois, avec les remerciements successifs de Michel Paulin et Michel Combes, qui ont mené la barque SFR depuis le rachat par Patrick Drahi. Face aux mauvais résultats de l'entreprise, ce dernier a accusé la direction qu'il avait mise en place, promettant de la remettre sur les rails pour rembourser la dette contractée par Altice.

En septembre, il avait placé Armando Pereira, l'un de ses partenaires de longue date, à la direction générale déléguée de l'opérateur, malgré des méthodes managériales contestées.

SFR perdrait son secrétaire général, Régis Turrini

Le 19 janvier, le réseau social annonçait la suppression de 1 000 comptes d'origine russe, ayant tweeté lors de l'élection présidentielle américaine de 2016. Il déclarait avoir prévenu 667 000 utilisateurs ayant suivi ces comptes.

Dans une mise à jour de son billet, la société porte à 1,4 million le nombre de membres ayant interagi (suivi, relayé, répondu ou aimé) avec les comptes identifiés, sur 330 millions de membres actifs (soit 0,42 %).

Comme le relève l'un des destinataires, le message reste vague, lui conférant peu d'utilité pratique. Sans indice sur le(s) compte(s) concerné(s) ou ce qui a permis l'identification, difficile de s'en prémunir par la suite.

Selon Twitter, 1,4 million de membres ont interagi avec de la « propagande russe »
Nextdoor, le réseau social des voisins, se lance en France

Après les États-Unis, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et l'Allemagne, le service est officiellement disponible dans l'Hexagone depuis aujourd'hui. Il s'agit d'un « réseau social gratuit et privé pour les quartiers ».

Contrairement à Facebook ou Twitter, il n'y a pas d'amis ou de followers, simplement des voisins publiant des informations, des petites annonces ou des demandes. Pour son lancement, la société s'appuie sur une étude de l'IFOP indiquant que « 17% des Français ne connaissent aucun de leurs voisins par leur prénom ».

L'inscription se passe par ici et nécessite de « prouver votre adresse » soit par téléphone, soit via l'envoi d'une carte postale avec un code. Si votre quartier est déjà présent, vous rejoignez le groupe, sinon vous pouvez en créer un.

L'utilisation est gratuite, financée par la publicité. Sur ce point, Nextdoor rejoint les autres réseaux sociaux avec des publications sponsorisées. « Le potentiel est énorme pour connecter les habitants des quartiers avec les commerces et services de proximité » explique Nirav Tolia, fondateur et directeur général de Nextdoor, à nos confrères du Monde.

Un lancement qui intervient alors que Facebook se focalise de manière croissante sur l'actualité et les évènements locaux.

WhatsApp vient s'ajouter à la liste croissante des logiciels « desktop » passés à la moulinette de Centennial pour s'introduire dans le Store de Windows 10, comme l'a déjà fait Slack par exemple.

Traduction, l'application est strictement identique à celle que l'on pouvait déjà récupérer sur le site officiel. Le poids une fois installé est toujours aussi important (244 Mo !), puisqu'il s'agit en fait d'une simple version web dans un wrapper.

En clair, si vous utilisez déjà la page web.whatsapp.com, cette application ne vous apportera pas grand-chose, puisque les notifications sont gérées depuis longtemps. Et comme pour la version web, le smartphone devra impérativement être allumé et disposer d'une connexion Internet, qu'elle soit cellulaire ou Wi-Fi.

WhatsApp débarque dans le Windows Store

Mi-novembre, Stéphane Richard annonçait l'ouverture 30 000 comptes Orange Bank, 10 jours seulement après le lancement du service. Un mois et demi plus tard, ils étaient 50 000 selon le PDG.

Un ralentissement du rythme tout à fait normal, surtout avec la période des fêtes, aux alentours de 400 ouvertures par jour. Il faudra néanmoins accélérer pour atteindre l'objectif fixé de deux millions de clients en 10 ans, qui nécessite un rythme moyen de 550 ouvertures par jour environ.

Autre élément qu'il faudra analyser : le nombre de clients actifs. Car disposer d'un compte ouvert est une chose, l'utiliser en est une autre. Face aux premières facturations des frais de gestion mensuels (voir notre analyse), Orange fera-t-il face à de premières fermetures de compte ? Nous devrions avoir la réponse d'ici quelques mois.

20 000 nouveaux comptes ouverts pour Orange Bank, qui doit passer la seconde

TypeScript est un langage open source de Microsoft conçu pour prendre le relai de JavaScript - avec lequel il est totalement compatible - dans la gestion des gros projets. Google en a d'ailleurs fait la voie royale pour Angular depuis sa version 2.0.

TypeScript 2.7, sorti cette nuit, commence par faciliter l'interopérabilité avec les modules ECMAScript. Les autres ajouts sont multiples : contrôles plus stricts pour les propriétés de classes, séparateurs numériques, tuples à longueur fixe (ce qui peut entrainer des soucis de compatibilité) ou encore inférence littérale plus « intelligente » pour les objets.

Attention, Visual Studio 2015 et 2017 ont respectivement besoin de leur Update 3 et version 15.2 pour faire fonctionner le nouveau TypeScript.

TypeScript 2.7 renforce son interopérabilité avec ECMAScript
Qualcomm : 6 milliards de dollars de pertes nettes au premier trimestre, un accord avec Samsung

Qualcomm a présenté ses résultats financiers pour le premier trimestre de son exercice 2018, et ils ont de quoi surprendre. L'entreprise affiche des revenus en légère hausse, à 6,068 milliards de dollars, contre 5,999 milliards un an plus tôt, mais ses profits ont fondu comme neige au soleil.

Les 682 millions de dollars de bénéfice enregistrés au 1er trimestre 2017 laissent en effet place aujourd'hui à une perte nette de 5,953 milliards de dollars. Si Qualcomm perd autant d'argent, c'est en partie à cause de l'amende record infligée par la Commission européenne, pour laquelle 1,2 milliard de dollars ont été provisionnés ce trimestre.

À cela, il faut ajouter une provision de 6 milliards de dollars au titre de la réforme fiscale américaine, qui permettra à l'entreprise de rapatrier sur le sol américain une partie de ses énormes réserves de cash détenues à l'étranger. Au 31 décembre, elle disposait de 8,5 milliards de dollars de liquidités aux États-Unis et de 31,4 milliards à l'étranger.  

Simultanément, Qualcomm annonce avoir trouvé un accord avec Samsung pour l'échange de licences sur leurs brevets respectifs. Il prévoit le retrait de la plainte en appel devant l'autorité de la concurrence coréenne, qui avait infligé l'an dernier une amende de 816 millions d'euros au groupe américain, pour des pratiques déloyales en matière de brevets.

Lancée en juin de l'année dernière, la caméra IP 1080p du fabricant se dote aujourd'hui d'une nouvelle fonctionnalité : Notification Snapshots.

Comme son nom l'indique, elle permet de recevoir une photo lorsqu'une notification est envoyée sur votre smartphone (Android ou iOS), à cause d'une détection de mouvement par exemple.

Si vous disposez d'un abonnement Premium (payant), l'image est zoomée et recadrée afin se concentrer sur l'objet ou la personne à l'origine du déclenchement, permettant ainsi de savoir ce qu'il en est plus facilement.

Tous les détails sont disponibles par ici.

Caméra Circle 2 : Logitech ajoute des captures aux notifications

Après avoir présenté ses puces de la génération Gemini Lake, Intel a commencé à dévoiler ses NUC à travers une fiche produit rendue disponible sur son site.

On peut y voir des modèles gardant un format classique, avec une connectique complète mais sans fioriture. Du côté des sorties vidéo, deux ports HDMI sont présents.

Aucun détail n'a pour le moment été donné pour la mise sur le marché ou le tarif de ces modèles NUC7CJY/NUC7PJY. Ils exploitent un Celeron J4005 et un Pentium Silver J5005, respectivement.

Les NUC Gemini Lake d'Intel (7xJY) se dévoilent

L'historique entre eBay et PayPal est long : le premier a racheté le second en 2002, avant de se séparer en deux entités il y a trois ans. Pour autant, PayPal était toujours présent pour les paiements, à côté de la carte bancaire.

La plateforme vient d'annoncer qu'un nouvel acteur entrait en piste : Adyen. eBay ajoute que ce dernier va « devenir son principal partenaire de traitement des paiements », mais que Paypal restera « une option ».

Dans tous les cas, la transition complète prendra plusieurs années et PayPal restera proposé jusqu'en juillet 2023. Selon la société, ce changement aura plusieurs avantages, notamment des coûts moins élevés pour les vendeurs et plus de choix pour les acheteurs.

 

eBay : Adyen devient le « principal partenaire » de paiements, PayPal reste une option
Mozilla revient sur l'ajout discret d'une extension Mr Robot à Firefox

Avec Looking Glass, la fondation promouvait en décembre la série Mr Robot, en intégrant de force l'extension pour certains utilisateurs. De quoi déclencher l'ire de ces derniers, qui ont vivement protesté face à cette initiative.

Dans un billet de blog, l'organisation se dit « profondément désolée » et avoir appris de son expérience. L'ajout de l'extension est passée par son infrastructure SHIELD, qui lui permet d'essayer facilement des changements, de révisions de la configuration à de nouvelles fonctions.

Elle soutient tout de même qu'elle reste à l'aise avec l'ajout de l'extension du point de vue de la vie privée, n'ayant capturé aucune donnée. Problème : la campagne de test SHIELD associée à cet ajout n'a pas non plus collecté d'informations, ce qui aurait compliqué son analyse.

L'ajout discret compliquerait aussi l'identification des malwares, qui se comportent habituellement de la même manière. À l'avenir, Mozilla promet de ne plus prendre les internautes par surprise sur ce genre d'initiative. Ce n'est pourtant pas le seul souci de la fondation, qui compte suggérer des pages sponsorisés via l'intégration de son service Pocket.

Des pratiques qui tranchent avec le respect de l'internaute, la valeur censée l'aider à revenir dans la course face à Chrome.

Ces derniers jours, on a pu lire ici et là que Samsung se lançait dans les crypto-monnaies à travers la fabrication de puces ASIC. C'est en partie vrai, mais le diable est dans les détails.

Si la société conçoit et fabrique ses propres SoC pour smartphones, elle propose également les services de ses usines à des tiers. Ce dont il est question ici.

Samsung a ainsi confirmé à TechCrunch qu'elle fabriquait une puce pour le compte d'un client, sur lequel elle n'a pas souhaité donner de détails.

Dans le petit cercle des « fondeurs », c'est pour le moment TSMC qui s'était distingué dans le domaine, avec des clients comme Bitmain qui semblent faire ses affaires.

Crypto-monnaies : Samsung fabrique des ASIC, pour l'un de ses clients

Millenium, le média du groupe Webedia dédié à l'actualité de l'e-sport et du jeu vidéo, vient de lancer une nouvelle version de son site. Il promet « une fluidité accrue et une ergonomie clarifiée pour l’accès aux différentes thématiques » ce qui n'est pas un mal au vu du nombre de catégories ajoutées depuis 2012, date de sa dernière refonte.

Selon Webedia, cette nouvelle mouture « conserve son ADN graphique », notamment avec son violet fétiche, mais aussi la discrète mention du partenariat de l'équipe avec Orange, rappelé sur son logo en tête de page. Les diffusions en direct sur Twitch figurent quant à elles toujours en bonne place.

La maison-mère profite d'ailleurs de l'occasion pour rappeler quelques chiffres d'audience : le site rassemble 757 000 visiteurs uniques chaque mois selon Mediamétrie, de quoi avoir un ordre d'idée de l'ampleur réelle de l'e-sport en France.

Millenium change de peau et s'offre un nouveau site

Le groupe nippon a annoncé aujourd'hui céder une part majoritaire de ses activités dans le domaine des smartphones au fonds Polaris Capital Group, pour une somme qui n'a pas été communiquée. 

Selon les sources de Reuters, l'opération s'élèverait à quelque 30 milliards de yens (220 millions d'euros), et Fujitsu garderait 30 % du capital de son ancienne filiale.

Avec le fruit de cette vente, le géant japonais compte se recentrer sur les services informatiques, qui représentent aujourd'hui une part majeure de ses activités.

 Fujitsu cède une partie de sa branche smartphones à Polaris Capital Group
La Switch dope les revenus de Nintendo

Nintendo a publié ses résultats pour le troisième trimestre de son exercice 2017. Le géant nippon a tout simplement vu ses revenus décoller de 177 % sur un an, pour atteindre 483 milliards de yens, soit 3,55 milliards d'euros et presque autant que le chiffre d'affaires enregistré sur l'ensemble de l'exercice 2016.

De quoi dégager un bénéfice net de 135 milliards de yens, ou 993 millions d'euros. Le milliard n'était pas loin. On ne surprendra personne en expliquant que ce sursaut est principalement le fruit des excellentes ventes de la Switch, qui depuis début avril 2017 s'est écoulée à 12,13 millions d'unités, et à 14,86 millions depuis son lancement, dépassant déjà la regrettée (regrettable ?) Wii U et ses 13,56 millions de copies.

Nintendo espère vendre 3 millions de Switch sur le dernier trimestre de son exercice. On retiendra également qu'en 9 mois, la 3DS a quasi rempli ses objectifs annuels, avec 5,86 millions d'exemplaires vendus, sur une cible de 6,4 millions. Cette excellente tenue des ventes de consoles fait que Nintendo revoit encore une fois à la hausse ses prévisions financières pour l'exercice en cours.

L'entreprise s'attend désormais à des revenus annuels de 1 020 milliards de yens, ou 7,5 milliards d'euros, un niveau jamais atteint depuis 2010.

En novembre dernier, Square annonçait tester un service d'achat simplifié de bitcoins à travers son service Cash. Désormais, la fonctionnalité est finalisée. C'est en tout cas ce qu'indique son PDG, Jack Dorsey, qui précise que la vente est également proposée.

La page dédiée dit peu de choses sur le dispositif, mais recommande tout de même la prudence face à la volatilité de la crypto-monnaie. La société détaille sa position par ici.

Dans une FAQ, on apprend que le service n'est pas proposé aux utilisateurs qui résident à New York, en Georgie, dans le Wyoming ou à Hawaii, sans doute du fait de législations plus strictes sur la question.

Une limite est également fixée à un achat d'un équivalent de 10 000 dollars par semaine. Aucune limite à la vente n'est imposée.

Square Cash officialise son service d'achat et de revente de bitcoins

Après plusieurs mois de bêta test, l'équipe en charge de l'Essential Phone d'Andy Rubin (un des pères d'Android) explique qu'elle ne proposera finalement pas Android 8.0 (Oreo).

« À travers vos retours, nous avons découvert de nombreux soucis de stabilité dans Oreo 8.0, et nous pensons qu'ils seront corrigés avec Oreo 8.1 » explique le constructeur sur Twitter.

Il a donc été décidé de repousser la migration vers Oreo de quelques semaines afin de passer directement à la 8.1

Stabilité oblige, Essential laisse de côté Android 8.0 pour passer à la 8.1
Fin d'année lucrative pour Samsung, grâce à l'envol du prix de la mémoire

Samsung a connu un quatrième trimestre 2017 en fanfare. Ses recettes ont progressé de 23,7 % sur un an pour atteindre 65 980 milliards de wons, ou 49,4 milliards d'euros. De quoi permettre à son bénéfice net de s'envoler à 12 260 milliards de wons (+72,9 %) soit 9,2 milliards d'euros.

Cette progression fulgurante est à mettre à l'actif de la branche semi-conducteurs du géant coréen, principalement grâce aux ventes de mémoire vive qui ont bondi de 54 % sur un an pour atteindre 11 620 milliards de wons (8,7 milliards d'euros). Les ventes de dalles d'affichage se portent également à merveille, et ont grimpé de 51 % sur l'année.

Au prochain trimestre, l'entreprise s'attend à ce que sa division mobile fasse le plein grâce au lancement du Galaxy S9. Pour la branche dédiée aux téléviseurs, il faudra sans doute attendre trois mois de plus, avec l'arrivée de la coupe du monde de football et des Jeux Olympiques d'été pour observer un rebond significatif.

Sur le plan boursier, Samsung a annoncé un split à 50:1 de ses actions. En d'autres termes, chaque actionnaire de l'entreprise va voir ses titres actuels se diviser en 50 nouvelles unités, ce qui aura pour effet de mécaniquement diviser par 50 le cours de l'action, aujourd'hui à 2,5 millions de wons (ou 1 865 euros).

L'intérêt de cette manœuvre pour l'entreprise est d'augmenter la liquidité de ses actions en en facilitant l'échange sur les marchés. Il est en effet plus simple de vendre 50 actions à 37,3 euros qu'une seule a 1 865 euros. C'est d'ailleurs une demande formulée de longue date par les actionnaires.

Autre bonne nouvelle pour ces derniers, Samsung a annoncé augmenter son dividende annuel de 46 % par rapport à l'an passé. Il atteindra 21 500 wons (16,09 euros) par action, avant division bien évidemment.

C'est la première fois que la filiale de Google met en place des hotspots en Inde ailleurs que dans des gares. 270 de ces dernières sont ainsi déjà équipées, avec un objectif de 400.

Pune est donc la première ville dans le pays à être ainsi équipée, en partenariat avec le constructeur Larsen & Toubro. Les 150 spots sont installés dans des lieux stratégiques et très fréquentés, comme les jardins publics, stations de police, hôpitaux et autres, toujours en extérieur.

Dans son communiqué, Google indique que le déploiement se fait dans le cadre du projet Smart City de Pune. Même si l'accès est garanti comme « facile et rapide », la société est consciente que ce n'est pas suffisant pour rendre une ville « intelligente ». Il s'agit cependant d'un premier pas visant à connecter les habitants aux services de la ville.

Bien entendu, Google Station est également une plateforme publicitaire. Traduction, les utilisateurs de ces bornes gratuites verront régulièrement des publicités, puisque la connexion se fait à travers un portail captif.

Google Station installe 150 hotspots Wi-Fi dans la ville indienne de Pune

Les deux partenaires de longue date expliquent avoir signé « un accord définitif afin de combiner Xerox et leur joint-venture Fuji Xerox ».

La nouvelle entité baptisée « Fuji Xerox » est détenue à 50,1 % par Fujifilm. De leurs côtés, les actionnaires de Xerox récupèrent 2,5 milliards d'euros de dividende et 49,9 % des parts. Les conseils d'administration de Fujifilm et de Xerox ont approuvé à l'unanimité cette opération.

Le groupe espère réaliser des économies de 1,2 milliard de dollars d'ici 2020 et 1,7 milliard d'ici 2022. Comme le rapporte Reuters, cela passera par la suppression de 10 000 emplois.

 Fujifilm et Xerox annoncent un nouveau « Fuji Xerox », avec 10 000 suppressions d'emplois

Nous savions déjà que Samsung présentera ses Galaxy S9(+) au MWC de Barcelone. C'est désormais au tour d'ASUS d'entrer dans la danse et de donner rendez-vous le 27 février à 19h30. Après son concurrent, donc.

Le constructeur ne donne pas de détail, si ce n'est un hashtag : #Backto5. Il sera donc très certainement question des nouveaux smartphones Zenfone 5 de la marque.

L'Asus Zenfone 5 dévoilé au MWC

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.