du 18 janvier 2018
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Google Assistant accueille les services des Echos et du Figaro

Après Les Echos, c'est au tour du Figaro de lancer son application pour Google Assistant. Le quotidien français est déjà partenaire du géant américain autour de son offre d'abonnement, et a proposé récemment le modèle « Mini » de l'enceinte connectée Google Home gratuitement pour toute souscription d'au moins six mois.

« L'assistant personnel de Google est désormais incollable sur l'actualité en France. Depuis quelques jours, les possesseurs d'enceintes connectées Google Home peuvent parler avec Le Figaro pour connaître les informations importantes du moment, écouter l'éditorial et répondre à la question du jour » précise le média. Aucune indication n'a été donnée sur le modèle économique.

La phrase d'action à prononcer est « Parler avec Le Figaro », celle-ci fonctionnant également avec l'assistant Google présent sur Android ou iOS, bien entendu.

« C'est une étape importante pour Le Figaro. Après le texte, l'image, et la vidéo, cette application est la première incursion du groupe sur le terrain audio, ainsi qu'une première expérience de développement autour de l'intelligence artificielle » précise Bertrand Gié, directeur des Médias Numériques.

On notera au passage que le groupe ne fait pas partie de ceux qui ont décidé de miser sur les podcasts dans le domaine de l'audio, la notion d'intelligence artificielle étant pour le moment assez légère dans des applications de ce genre, qui tiennent plus de l'audiotel nouvelle génération. Contrairement au service des Echos, il est développé en interne.

Ces annonces posent une fois de plus la question du partage des données des lecteurs et de la dépendance des médias français aux plateformes américaines, critiquées par ces mêmes journaux pour leur omniprésence sur le terrain publicitaire. Mais du fonds DNI à l'utilisation importante des services de Google, se débarrasser d'un tel concurrent-partenaire, qui draine parfois une audience importante à travers ses services de recherche et d'actualité, semble être une étape encore un peu trop complexe à franchir.

Ce matin, Canal+ va présenter son nouveau décodeur à la presse (attendu au départ pour 2017). Plus de deux ans après un Cube S qui n'a pas vraiment révolutionné le genre et un peu plus d'un an après avoir lancé de nouvelles offres, le groupe devrait tenter de se réinventer autour des technologies du moment.

Mais est-ce que proposer de la 4K et un zapping plus efficace suffiront à intéresser les clients à l'heure d'Android TV et de l'Apple TV, lorsque les constructeurs de téléviseurs intègrent nativement des services comme l'application myCanal ? Est-ce que l'écosystème maison restera aussi fermé aux développeurs tiers qu'il ne l'est actuellement ?

C'est à ces questions que devra répondre la société, dont la contrainte principale continue d'être le prix de son abonnement, perçu comme trop cher et surtout mal réparti entre son offre de base assez creuse et le reste des options.

Sur place, nous avons déjà pu récupérer quelques informations, dont une photo du nouveau décodeur

Nouveau décodeur chez Canal+... so what ?

La nouvelle version du navigateur est attendue pour le 23 janvier. Elle incluera deux mécanismes accélérant la compilation du WebAssembly.

D'abord la « streaming compilation » qui aura pour bénéfice de compiler le code au fur et à mesure de son téléchargement, au lieu d'attendre qu'il ait été entièrement rapatrié.

Ensuite, une compilation en deux étapes. Une première fournissant rapidement un code exécutable (10 à 15 fois plus vite selon l'éditeur), et une seconde en arrière-plan travaillant sur une version beaucoup plus optimisée et affichant donc de meilleures performances, mais plus long à obtenir. Quand cette deuxième tâche est terminée, les deux versions sont échangées.

Actuellement, Mozilla assure que sur une machine de bureau, la compilation du WebAssembly par le moteur JavaScript peut se faire à un rythme de 30 à 60 Mo par seconde, et 8 Mo par seconde sur un appareil mobile moyen.

Il faudra attendre mardi prochain pour mesurer les bénéfices de manière concrète. On rappellera cependant que tout ce qui touche au JavaScript ne concerne qu'une partie du chargement d'une page web. Les utilisateurs devraient donc sentir un gain, mais pas forcément des performances doublées.

Firefox 58 continue quoi qu'il en soit un profond travail sur les performances débuté par la mouture 57, appelée Quantum. La suivante doit encore augmenter la vitesse de rendu en tirant parti du GPU chaque fois que ce sera possible (WebRender).

Firefox 58 compilera bien plus rapidement le WebAssembly

Face à la découverte des failles Metldown et Spectre, la communication d'AMD a été un peu chaotique. Perçue comme n'étant pas concernée dans un premier temps, on a finalement appris qu'elle pouvait être touchée par au moins une des failles.

Mais dans sa position officielle, la société a relativement minimisé ce cas, précisant qu'il était presque impossible à mettre en œuvre. Plus récemment, elle a néanmoins dû réagir et proposer des mises à jour, ne serait-ce que pour contenter ses clients inquiets.

Mais voilà, cela a pu être mal perçu et a incité certains à porter l'affaire devant la justice, comme pour Intel, bien plus gravement concerné. Wccftech nous apprend ainsi que deux actions de groupe sont lancées contre AMD aux États-Unis. Un juge aura donc à trancher de la qualité et de la franchise de la communication de la société ces dernières semaines.

Meltdown/Spectre : AMD devra faire face à des actions de groupe
Nintendo enrichit sa Switch… de kits en carton

Le constructeur nippon veut faire appel au sens du « Do it yourself » chez ses clients, en proposant prochainement des kits en carton qui permettront de construire une multitude d'objets. Nom du concept : Nintendo Labo.

Robots, motos, canne à pêche et autres pourront donc être fabriqués avec des plaques dans lesquelles les pièces sont prédécoupées. Comme un vaste jeu de Lego, l'utilisateur devra les assembler, éventuellement avec d'autres pièces en plastique, de la corde et autre.

Les manettes de la Switch devront y être insérées, voire la console elle-même selon l'usage. L'idée ? Laisser s'exprimer la créativité des plus jeunes, tout en empochant au passage un joli pactole potentiel. Car les premiers kits seront vendus 69,99 et 79,99 dollars tout de même.

En Europe, ces kits seront commercialisés le 27 avril. Le premier permettra de construire cinq jouets : canne à pêche, maison, moto, piano et voiture téléguidée. Le second sera totalement différent : une sorte de sac à dos équipé de poignées permettant de jouer au robot.

Outre une vidéo de présentation offrant un panorama enthousiasmant des possibilités (dans le cas inverse la vidéo aurait été ratée), le site de Nintendo précise que des démonstrations seront faites les 2 et 3 mars prochain à la Cité des Sciences et de l'Industrie, à Paris.

Alors que le nouveau Règlement Général sur la Protection des Données doit entrer en vigueur en mai prochain, la CNIL prévient les artisans et autres petites structures de se méfier de ceux qui cherchent à abuser de leur méconnaissance du sujet.

Dans un thread sur Twitter, elle décrit en effet un dispositif qui consiste à utiliser ce prétexte pour faire appeler un numéro surtaxé. Elle prévient qu'elle mettra bientôt en ligne de nouvelles ressources en complément de son guide, ou d'outils comme PIA.

Plus généralement, on note que de nombreuses sociétés ont sauté sur l'occasion pour proposer leurs services, parfois assez chers, pour une mise en conformité qui n'est pas toujours si complexe pour de petites entreprises. Là aussi on ne peut que conseiller de se rapprocher de la CNIL ou d'organismes interprofessionnels pour obtenir des détails sur les obligations spécifiques à votre secteur ou à votre pratique, qui peut nécessiter de traiter plus ou moins de données personnelles, que ce soit celles de vos clients ou de vos employés.

Conformité RGPD : attention aux arnaques

Le géant de la recherche vient d'annoncer un changement dans le classement des sites sur mobile. Dès juillet 2018, la vitesse de chargement sera prise en compte, comme il l'est déjà pour les sites classiques. On s'étonnera surtout que ce ne soit pas déjà le cas.

Google précise qu'il ne sera question que de déclasser les sites les plus lents, et que cela ne touchera qu'une faible part des requêtes. La société explique surtout que cela s'appliquera quelle que soit la technologie utilisée.

L'objectif ne devrait pas être de favoriser le format AMP, même si celui-ci est par nature très rapide à charger. Un sujet plutôt sensible ces dernières semaines, Google étant critiqué sur ses pratiques en la matière. Il faudra donc voir ce qu'il en est dans la pratique.

La vitesse ne sera d'ailleurs pas le seul critère puisque l'on apprend « qu'une page lente peut être bien référencée si elle a du bon contenu, relatif à la recherche ». Un point qui étonne tant, en réalité, la qualité du contenu ne semble que rarement un critère de choix pour Google.

Quoi qu'il en soit, les éditeurs de site ont désormais quelques mois pour se préparer, avec plusieurs outils : le rapport d'expérience utilisateur de Chrome, Lighthouse et PageSpeed Insights.

Google : les sites pour smartphone les plus rapides seront mieux mis en avant dès cet été

Dans une note récente pour son routeur Archer C1200, TP-Link a précisé que la fonctionnalité Cast de certains appareils de Google peuvent surcharger le réseau et poser des problèmes de fonctionnement.

De nouveaux firmwares ont été proposés pour corriger le problème, mais une réaction du géant américain était attendue.

Dans une page de support concernant Google Home, il répond en indiquant que « dans certaines situations, un bug dans la fonction Cast des appareils Android peut envoyer un trafic important, ce qui peut ralentir ou toucher temporairement les réseaux Wi-Fi ».

Le problème a été identifié et devrait être corrigé à travers un correctif qui sera distribué via les Google Play Services à partir d'aujourd'hui. Google conseille de redémarrer le smartphone et de vérifier que votre routeur est à jour.

TP-Link et ralentissement Google Cast : c'était la faute d'Android
ProtonVPN lance son application Android, avec une version gratuite

Après son application pour les ordinateurs lancée en juin de l'année dernière, ProtonVPN est disponible sur Android (4.4 ou supérieur).

La version de base gratuite permet de surfer sans limitation sur la quantité de données, sans publicité et sans revente de vos données de navigation affirme la société. Les débits sont par contre limités et seuls trois serveurs sont accessibles : Japon, Pays-Bas et États-Unis.

Comme sur les ordinateurs, une version payante est proposée avec une vitesse plus élevée et des fonctionnalités supplémentaires (voir par ici).

L'expert en sécurité Steve Gibson publie une petite application (environ 120 ko) permettant de vérifier rapidement si sa machine (sous Windows) est sensible aux failles.

L'éditeur affirme qu'elle est compatible avec toutes les versions de Windows.

Un outil pour vérifier si sa machine est vulnérable aux failles Meltdown et Spectre

Après une forte augmentation de 20 % en 2016, les litiges ont encore progressé de 4,8 % l'année dernière note l'association.

En plus des soucis de facturation, livraison, résiliation et options, l'année 2017 a été marquée par des mécontentements liés aux hausses de tarifs successives imposées par les opérateurs. « En cause : l’ajout d’office d’options permettant d’accéder à des journaux, à des magazines, voire à des bandes dessinées ».

Pour l'UFC-Que Choisir, « si ces services supplémentaires n’ont pas eu d’impact sur le montant des abonnements, ils ont entraîné un profond remaniement des factures par les opérateurs qui y ont vu une bonne occasion de baisser le montant de la TVA qu’ils sont censés reverser à l’État. SFR a initié le mouvement, suivi de Bouygues Télécom puis d’Orange ».

Dans tous les cas, SFR est largement en tête des plaintes avec plus de 6 500 litiges en 2017. Le chiffre est certes en baisse de 3 % par rapport à 2016, mais représente tout de même près de la moitié des plaintes du secteur.

Télécoms : hausse des plaintes à l'UFC-Que Choisir, SFR « champion toutes catégories »

Durant une interview à ABC News, le PDG d'Apple, Tim Cook, a annoncé lui-même que l'utilisateur aurait le choix dans l'avenir : les performances ou la tenue de la batterie.

Pour rappel, la société a introduit dans iOS un mécanisme réduisant la fréquences du SoC afin d'atténuer les symptômes des batteries vieillissantes, notamment l'extinction brutale du smartphone vers 20 ou 30 % d'autonomie restante, selon les conditions (charge, température…). Problème, Apple n'a pas prévenu clairement les utilisateurs, et l'information n'apparaissait pas dans iOS. Depuis, les plaintes fusent.

Dans une prochaine révision d'iOS, le PDG confirme qu'il sera possible de lever ce bridage, au risque donc de retrouver le comportement erratique d'une vieille batterie. La santé de cette dernière sera d'ailleurs mieux mise en avant.

L'histoire aura finalement eu deux mérites. D'une part, rappeler à Apple l'importance du choix pour le consommateur : s'il préfère garder des performances maximales au risque de voir son téléphone s'arrêter, c'est « son problème ». D'autre part, rappeler aux utilisateurs qu'une batterie Lithium-Ion n'est pas éternelle, et qu'elle donne toujours d'évidents signes de fatigue au bout de 18 à 24 mois (en moyenne).

En attendant, le remplacement de la batterie n'est facturé que 29 euros chez Apple pendant toute l'année.

Batteries : une mise à jour d'iOS pourra désactiver le bridage

Hier, on apprenait que Google allait modifier le plafond de participation à son programme partenaire pour le site de vidéos. De quoi peiner les petites chaînes (voir cette vidéo de Méon), qui en faisaient jusqu'à maintenant partie et commencent à recevoir des notifications d'exclusion.

Cette perception est d'autant plus négative que ces décisions font en général suite aux pratiques de gros Youtubeurs, mais pénalisent finalement de petits acteurs. Et comme si cela ne suffisait pas, la question des revenus générés refait surface.

Il y a quelques mois déjà, le départ des annonceurs avait touché de nombreux créateurs qui ont vu le montant perçus de la publicité baisser de manière significative. Ce qui semble être à nouveau le cas.

Amixem indique en effet sur Twitter que « la monétisation Youtube depuis début janvier est divisée par quatre ». Début novembre, la chaîne Stupid Economics détaillait de manière précise ses propres revenus et évoquait un CPM  de 0,69 euro pour 1 000 vues la concernant. Le gros de ses recettes vient actuellement de ses soutiens via la plateforme Tipeee.

L'évolution de YouTube contestée par certains créateurs
Patchs Meltdown/Spectre : Intel fait le point sur les performances côté serveurs

Les failles Meltdown et Spectre n'en finissent plus de faire parler d'elles. C'est aujourd'hui au tour d'Intel de mettre en ligne un comparatif des performances avant et après l'application des patchs sur les serveurs

Les tests ont été réalisés sur une machine exploitant deux processeurs Intel Xeon Platinum 81xx. Suivant les cas, la baisse peut atteindre jusqu'à 25 % ou entraîner une hausse du taux d'utilisation du CPU. Tous les résultats sont détaillés dans ce tableau.

Pour rappel, une analyse du même genre pour les ordinateurs grand public avait déjà été mise en ligne par ici.

Intel en profite pour indiquer qu'un patch est disponible pour 90 % de ses processeurs lancés au cours des cinq dernières années. La société est également consciente que des soucis de reboots intempestifs touchent certaines machines depuis qu'elles ont été mises à jour. Le problème a pu être reproduit en interne et le fondeur cherche une solution.

Ce début d'année, le groupe compte ouvrir deux nouvelles régions pour ses opérations, aux Pays-Bas et à Montréal. Los Angeles, la Finlande et Hong Kong doivent suivre. L'an prochain, le groupe se prépare à financer trois systèmes de câbles sous-marins : Curie, reliant le Chili à Los Angeles, un autre entre Hong Kong et l'île de Guam, puis un « reliant des points de communication sous-marins en Asie ».

En comptant ces projets, Google affirme avoir des parts dans 11 câbles sous-marins. Elle ne les finance plus uniquement pour elle-même, étant devenue un des principaux acteurs de l'infrastructure comme service via Google Cloud. La propriété du réseau, donc des canaux de distribution, est un enjeu majeur même pour les géants du Net, à la fois pour la maîtrise de l'infrastructure et des coûts.

Google étend ses réseaux sous-marins

Les Échos rapportent que M6 a enfin conclu un accord avec Bouygues Télécom, Orange et SFR pour le paiement de la distribution de ses chaines et de ses services. Le montant signé avec Orange avoisinerait les 20 millions d'euros.

Depuis plusieurs mois, TF1 et M6 réclament une rémunération pour leurs chaines et offres de replay aux distributeurs numériques. En échange de ces revenus supplémentaires, les moyens d'accès délinéarisés et services doivent être enrichis.

Free manque encore à l'appel, étant habituellement le plus dur à convaincre dans ce type de négociations, comme le montre encore le blocage avec Netflix sur l'interconnexion et la distribution de son offre. Selon le quotidien économique, M6 menacerait Free de couper le signal à ses clients, à l'instar de TF1 face à SFR.

En parallèle, le groupe audiovisuel déclare s'être entendu avec Canal+, étendant la période de replay de certains programmes au-delà de 30 jours, l'accès aux épisodes de la saison en cours pour des séries (voire de la précédente) et des avant-premières. La reprise de lecture et la consultation hors ligne sont aussi de la partie, même si aucune date n'est annoncée pour leur mise en place.

M6 s'accorde avec trois opérateurs et Canal+

Le fabricant avait déjà fait parler de lui en novembre de l'année dernière avec un Innovation award du CES pour ses puces de GDDR6.

Aujourd'hui, il passe la seconde et annonce commencer la production des premières puces de 16 Gb (2 Go). Elles sont gravées en 10 nm « class », ce qui signifie que la finesse est comprise entre 10 et 19 nm, sans plus de détail.

Les débits sont de 18 Gb/s par broche (72 Go/s au total), soit plus du double des puces de 8 Gb de GDDR5 (8 Gb/s). La tension de fonctionnement est de 1,35 volt, pour une consommation en baisse d'environ 35 % par rapport à de la GDDR5 à 1,55 volt indique Samsung.

Le constructeur affirme que « la production immédiate de GDDR6 par Samsung jouera un rôle crucial dans les lancements des cartes graphiques de nouvelle génération », sans donner plus de détail sur ce point.

Samsung lance la production de GDDR6, pensées pour les prochaines cartes graphiques
Bitcoin passe sous les 11 000 dollars, d'autres crypto-monnaies font le yo-yo

Après s'être approché des 20 000 dollars mi-décembre suite à une progression très rapide en fin d'année 2017, le cours de la crypto-monnaie est bien redescendu. Il est ainsi brièvement repassé hier sous la barre des 10 000 dollars, pour finalement se stabiliser (pour le moment) à un peu moins de 11 000 dollars.

Si le cas du Bitcoin est emblématique, le cours d'autres crypto-monnaies joue également au yo-yo ces derniers temps. C'est notamment le cas de Ripple, Ethereum et Litecoin pour ne citer que ces trois exemples.

Dans tous les cas, la crainte d'une régulation forte des crypto-monnaies semble inquiéter les marchés.

Le sourire éclatant et la main dans la poche, Phil Spencer est devenu le visage de la division Xbox, de la console aux jeux. Dans un entretien à GamesBeat, il déclare devenir vice-président exécutif de Microsoft, en charge de la stratégie de l'édition de jeux, du matériel et les plateformes. Il se détache du travail quotidien, pour réfléchir à plus long terme.

La charge revient désormais à Matt Booty, jusqu'ici responsable de Minecraft, de prendre la tête des Microsoft Studios, soit le développement et l'édition de jeux en propre. GamesBeat rappelle que cela inclut 343 Industries (derrière les derniers Halo), The Coalition, Mojang (Minecraft), Rare, Turn 10 Studios et Global Publishing.

Xbox : Phil Spencer devient stratège, le responsable de Minecraft reprend les opérations

Cette déclaration a été faite lors de ses vœux aux forces économiques, aux élus et à la presse. Le ministre de l'Économie ajoute qu'elle a été confiée à Jean-Pierre Landau, ancien sous-gouverneur de la Banque de France, que certains appellent désormais « Monsieur Bitcoin ».

Le but est de proposer « des réorientations sur l'évolution de la réglementation pour mieux en maîtriser le développement, empêcher leur utilisation à des fins d'évasion fiscale, de blanchiment ou de financements d'activités criminelles ou de terrorisme » affirme Bruno Le Maire.

Bruno Le Maire annonce une « mission sur les crypto-monnaies »

Un petit malin s'est amusé à embarquer dans les métadonnées d'une page des centaines de milliers de caractères. La page, placée sur GitHub, était ensuite envoyée en lien vers un possesseur d'iPhone.

Côté iOS, il n'est malheureusement pas nécessaire d'appuyer sur le lien. Le simple fait de le recevoir déclenche le plantage de l'application, parfois en boucle. Pourquoi ? Parce que Messages génère à l'avance une prévisualisation de la page, afin de l'ouvrir rapidement en cas de besoin.

Apple a été informée du problème, qui fonctionne d'ailleurs sur tous les iPhone et toutes les versions d'iOS depuis au moins la 10.0. Auteur de la découverte, Abraham Masri précise que le bug fonctionne aussi sur macOS, ce qui peut être un problème puisque dans la plupart des cas, la réception des messages est synchronisée entre tous les appareils liés par le même compte.

Masri a parlé de sa trouvaille sur Twitter, mais GitHub a fini par supprimer la page. Certains ont pu cependant récupérer le code avant qu'il ne disparaisse, ce qui pourrait donner de mauvaises blagues pendant un temps.

Un lien peut faire planter l'application Messages sur iPhone
Apple promet de rapatrier son trésor de guerre aux États-Unis et des gains aux employés

Le groupe californien promet de rapatrier ses 250 milliards de dollars de cash sur le sol américain, suite au vote d'une loi permettant de ramener cette pile d'argent avec une ponction fiscale réduite. À 15,5 %, cela représenterait 39 milliards de dollars pour le groupe.

L'impôt sur les sociétés passe, lui, de 35 % à 21 %, rapporte Reuters. Une motivation supplémentaire pour ramener l'argent. Apple promet de contribuer à l'économie à hauteur de 350 milliards de dollars dans les cinq prochaines années, rien de moins. 20 000 emplois sont censés suivre, ainsi qu'un second campus en un lieu encore inconnu.

Dans une lettre à ses employés, il annonce une rémunération à hauteur de 2 500 dollars en actions. Les dons à des œuvres caritatives effectués par les employés devraient être doublés par Apple, jusqu'à 10 000 dollars, d'ici la fin de l'année. Pour chaque dollar donné, Apple promet donc d'en fournir deux.

La société assure enfin étendre son soutien financier aux programmes de formation ConnectED et STEAM. À aucun moment, elle ne semble faire référence au texte législatif qui a déclenché une partie de ces annonces, ce que des représentants républicains lui ont reproché.

Suite à la découverte de ces failles de sécurité, Microsoft avait diffusé un correctif KB4056892 qui pouvait causer de sérieux soucis à des machines équipées d'anciens processeurs AMD.

Le père de Windows annonce qu'un correctif est désormais disponible pour Windows 10, comme le rapporte Neowin. Estampillé KB4073290, il peut être téléchargé par ici, Windows 10 passe alors en version 16299.194.

Mise à jour Meltdown/Spectre et vieux processeurs AMD : Microsoft corrige le tir

Cette filiale de Western Digital présente deux G-Speed Shuttle avec chacun deux ports Thunderbolt 3. Pensés pour ceux ayant de gros besoins en stockage, ils sont livrés avec des disques durs de 12 To au maximum (7 200 tpm).

Le premier dispose de quatre emplacements (de 16 à 48 To de stockage) avec des débits pouvant atteindre 1 000 Mo/s. Le second n'a que deux emplacements pour HDD (20 ou 24 To de stockage), est donné pour 500 Mo/s maximum, mais propose en plus deux emplacements ev Series pour y installer des périphériques compatibles.

Les tarifs oscillent entre 1 799,95 et 3 799,95 dollars suivant la capacité.

G-Speed Shuttle : des boîtiers externes Thunderbolt 3 avec jusqu'à 48 To de stockage

Après l'élection présidentielle américaine fin 2016, Facebook soupçonne une influence russe sur le référendum du Brexit, intervenu en juin 2016. Sous contrainte de parlementaires britanniques, le groupe scrute plus en détails une éventuelle ingérence dans ce processus.

C'est ce qu'a annoncé la société dans une lettre au parlementaire Damian Collins, responsable de la commission du numérique, de la culture, des médias et des sports.

Les services en ligne sont sous une forte pression d'autorités et parlements, aux États-Unis et en Europe, dans leur laisser-faire face aux manipulations politiques, désinformation en tête. Ils ont multiplié les gestes et nouveaux outils, plaidant dernièrement pour une transparence publicitaire, désormais réclamée par le gouvernement français.

Facebook se penche sur l'implication des Russes dans le Brexit
Huawei P smart : un smartphone de 5,65" avec Android 8.0 pour 259 euros

Le constructeur annonce encore un nouveau smartphone de milieu de gamme. Son écran de 5,65 pouces affiche une définition de 2 160 x 1 080 pixels (format 2:1). Il est animé par un SoC Kirin 659 avec huit cœurs (quatre à 2,36 GHz et quatre à 1,7 Ghz) avec 3 Go de mémoire vive et 32 Go de stockage, extensible via un lecteur de cartes microSD (256 Go maximum).

Du Wi-Fi 802.11n, Bluetooth 4.2 et trois capteurs optiques de 8 pixels (avant) et 13 + 2 Mpixels (arrière) sont présents, ainsi qu'un lecteur d'empreintes digitales. La batterie affiche 3 000 mAh. Toutes les caractéristiques sont disponibles par ici.

Le P Smart sera disponible dès le 1er février pour 259 euros. Android 8.0 (Oreo) sera de la partie avec l'interface maison EMUI 8.0.

La fonctionnalité est désormais sortie de bêta et peut être utilisée outre-Atlantique pour obtenir les dernières nouvelles.

À la requête « Hey Siri, give me the news », l'assistant va récupérer par défaut le dernier podcast de l'émission News Now de NPR, bien que l'on puisse lui demander de basculer sur d'autres sources, comme le Washington Post, CNN ou Fox News. La question du média par défaut est d'ailleurs intéressante, car on ne sait pas sur quels critères Apple s'est basée. Une simple négociation ?

La fonctionnalité est en tout cas prête pour le HomePod, puisque la sortie de l'enceinte connectée est désormais imminente. Pour rappel, Apple en avait repoussé la commercialisation, qui devait intervenir en décembre. Peut-être d'ailleurs pour que certaines fonctionnalités soient terminés, comme celle des actualités.

Aux Etats-Unis, Siri peut maintenant lire les dernières actualités

En septembre dernier, Slack avait introduit les canaux partagés, qui permettaient de faire discuter ensemble des structures différentes.

Désormais, ces canaux peuvent être créés en mode privé. Ils adoptent alors le même fonctionnement que les canaux privés classiques : les membres doivent être spécifiquement invités et les contenus échangés ne ressortent dans aucune recherche globale. Les contenus sont privés pour les deux structures.

Slack active ses canaux partagés privés

Dans un billet de blog, le géant du Net explique que cet outil permet de visualiser en un seul endroit l'ensemble des informations et des recommandations liées à la sécurité. Tous les détails sont disponibles par ici.

Ce tableau de bord n'est par contre disponible que pour les clients Entreprise de G Suite (23 euros par utilisateurs et par mois).

Google : un « centre de sécurité » pour les clients G Suite Enterprise

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.