du 11 janvier 2018
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Philips Hue : Sync pour PC et Mac, application mobile 3.0 et lampes d'extérieur

En décembre, la marque déployait une mise à jour de son application (2.19) avec la possibilité de « synchroniser votre Philips Hue lumières avec les contenus de nos partenaires », sans plus de détail. Le premier à exploiter cette possibilité est désormais connu : Razer.  

Philips en profite pour faire une série d'annonces sur les nouveautés à venir dans les prochains mois. La première est une application Hue Sync pour Windows 10 et macOS High Sierra prévue pour le second trimestre. Elle synchronise vos ampoules avec les jeux, films et musiques joués par votre ordinateur.

Le fabricant promet aussi l'arrivée d'une application mobile en version 3.0 pour Android et iOS. Si elle proposera un nouveau design et des fonctionnalités supplémentaires (comme regrouper plusieurs lampes et modifier la température des couleurs), Philips ne s'étend pas davantage sur les changements. Le déploiement est prévu pour le deuxième trimestre.

Enfin, cet été, une nouvelle série de produits Hue pour l'extérieur sera dévoilée.

Comme SFR, le fournisseur d'accès à Internet mise beaucoup sur les contenus pour tenter de se démarquer. Il annonce aujourd'hui une nouvelle offre avec la génération Y (aka les millennials) dans le viseur.

Elle propose les chaines suivantes : Studio+ de Canal+, Golden Stories (Golden Moustache), ES1 (la chaine dédiée à l'e-sport de Webedia), Game One, Manga One, South Park, OKLM, Clubbing TV et Spicee.

Les contenus seront disponibles sur smartphones, tablettes et télévisions. Pickle TV est accessibles à l'ensemble des clients Orange mobiles et fixes (avec la TV d'Orange), pour 4,99 euros par mois, sans engagement.

Le premier mois est offert, tandis que les abonnés Open peuvent en bénéficier « gratuitement » pendant 6 mois.

Orange Pickle TV : un bouquet de chaînes à 4,99 euros par mois, pour les 15-35 ans

L'intelligence artificielle est utilisée à toutes les sauces depuis plusieurs mois, surtout par les équipes marketing. Les annonces du CES ne dérogent pas à la règle, la preuve avec la brosse à dents connectée Toothbrush E1 de Colgate.

Lorsque vous vous lavez les dents, elle peut vous proposer des retours en temps réel. Pour cela, elle « s’appuie sur des algorithmes d’intelligence artificielle permettant de déterminer l’efficacité de l’opération dans 16 zones de la bouche », tout un programme.

Colgate déclare se fonder sur des produits Kolibree pour sa brosse à dents. La Toothbrush E1 ressemble d'ailleurs comme deux gouttes d'eau à l'Ara by Kolibree, elle aussi « contenant une intelligence artificielle ».

La brosse à dents de Colgate n'est disponible qu'aux États-Unis pour le moment, pour 99,95 dollars.

Avec Kolibree, Colgate lance une brosse à dents connectée avec de l'IA

Le père de Windows affirme dans un billet de blog que les abonnements avec renouvellement automatique sont désormais possibles dans les applications UWP pour Windows 10, avec une période allant d'un mois à deux ans.

85 % des revenus vont aux développeurs des applications, moins les taxes applicables précise Microsoft. Des offres d'essai gratuites d'une semaine ou d'un mois peuvent être proposées. Tous les détails se trouvent par ici.

Microsoft : les abonnements récurrents disponibles pour les applications UWP
be quiet! annonce ses ventirads Dark Rock (Pro) 4 et son alimentation Straight Power 11

Dans une suite du Caesar Palace de Las Vegas, le fabricant présente ses nouveautés, à commencer par les Dark Rock 4 et Pro 4. Comme leurs noms l'indiquent, il s'agit d'une petite évolution des Dark Rock (Pro) 3.

Le fabricant nous explique que ses deux nouveaux ventirads proposent un niveau de bruit légèrement plus faible que leur prédécesseur lors d'une charge identique, mais sans pour autant pour fournir de chiffre précis. Pour arriver à ce résultat, le design des ailettes a été légèrement retravaillé, avec la présence de petits points au-dessus, augmentant ainsi la surface de dissipation.

Le Dark Rock Pro 4 propose désormais un petit trou sur sa partie supérieure afin de passer un long tournevis (livré dans le bundle) pour fixer le ventirad sur le carte mère... ce qui n'est pas sans rappeler celui livré par Noctua avec certains ventirads. De son côté, le Dark Rock 4 affiche un TDP maximum de 200 watts, contre 190 watts pour son prédécesseur.

Dans les deux cas, le fabricant n’a pas été en mesure de nous donner le poids et les dimensions exacts de ses produits, nous assurant simplement qu’ils sont « équivalents » à ceux des Dark Power (Pro) 3. Ces derniers seront remplacés par les Dark Power (Pro) 4 durant le second trimestre, pour un prix qui sera, là encore, « équivalent », sans plus de détails.

Enfin, be quiet! annonce le lancement de la gamme d’alimentation Straight Power 11 de 450 à 1 000 watts (80+ Gold) pour le 16 janvier. Pour rappel, elles avaient été dévoilées lors du Computex de Taipei en juin dernier et devaient arriver en octobre. Les tarifs oscillent entre 105 euros (450 watts) et 209 euros (1 000 watts) et sont plus ou moins alignés avec ceux de la Straight Power 10 à puissance équivalente.

Il y a six ans, la marque débarquait en France et chamboulait le paysage des télécoms avec son forfait à 19,99 euros. Il a largement évolué depuis, tout comme les offres de la concurrence. Pour fêter son anniversaire, l'opérateur a publié une petite vidéo sur son compte Twitter, avec sa fusée fétiche qui avait été utilisée en amont du lancement des offres en 2012.

La vidéo se termine simplement par un « Next Level: 2018. To be Continued », de quoi relancer la machine à rumeurs avec des hypothèses en tous genres, sans l'ombre d'une information un minimum consistante à se mettre sous la dent.

Pour rappel, Free (Mobile) et Xavier Niel sont des habitués de ce genre de teasing. En septembre dernier, le dirigeant profitait de la publication des résultats financiers pour faire une annonce sur la Freebox v7 : « On a tenté de retarder ça mais il y a un moment où on ne peut plus le retarder. Donc on va revenir avec une nouvelle box, et aller recréer du buzz et refaire de la croissance ».

Quatre mois plus tard, toujours rien de neuf à l'horizon.

Free Mobile, roi du teasing, veut passer au « Next level » en 2018

Le futur système de streaming doit d'abord être proposé via les navigateurs web et Android, pour y diffuser des jeux PC. Dans une vidéo publiée hier, il pointe le support (espéré) de la NIntendo Switch, sans pour autant s'y engager formellement.

L'outil pourrait exploiter le navigateur caché de la console, même si sa disponibilité passerait sûrement par sa mise en ligne sur l'eShop, donc la validation de Nintendo. En mai, l'un de ses co-créateurs se montrait très optimiste sur la question, dans une séance de questions-réponses sur Reddit. Il affirmait être en discussions avec le groupe nippon.

Le code source est d'ores-et-déjà consultable sur GitHub. Rappelons que les solutions de streaming se multiplient, par exemple avec Moonlight, un client open source multi-plateformes pour la technologie GameStream de NVIDIA.

Streaming de jeux : Rainway sort en bêta le 20 janvier, la Switch en ligne de mire

L'enseigne spécialisée dans le bricolage propose déjà depuis plusieurs mois une application mobile éponyme (sur Android et iOS) permettant de contrôler des objets connectés de plusieurs marques.

La société passe la seconde avec une box multiprotocoles : Wi-Fi, Bluetooth, EnOcean, Zigbee et 433 MHz. Elle peut gérer les objets connectés exploitant l'une de ces technologies, mais aussi les faire communiquer entre eux afin de créer des scénarios.

Afin de pallier une coupure de courant et/ou de connexion Internet, la box Enki est équipée d'une batterie de secours et d'une connexion via un réseau bas débit LoRa afin de lui envoyer des messages urgents.

La box sera disponible en mars, pour un tarif qui n'a pas été précisé, avec une vingtaine de marques partenaires, dont Legrand, Netatmo, Philips Hue et Somfy.

Box Enki de Leroy Merlin : Bluetooth, EnOcean, LoRa, Wi-Fi, Zigbee et 433 MHz
macOS : nouvelle faille sur la gestion des mots de passe, dans les préférences de l’App Store

Fin novembre, Apple était dans la tourmente après la découverte d’un bug très facile à exploiter et très dangereux : n’importe qui pouvait se connecter en tant que root sur une machine sous macOS High Sierra, sans entrer le moindre mot de passe.

Depuis peu, un nouveau bug fait parler de lui : si vous êtes connecté en tant qu’administrateur local sur une machine sous macOS 10.13.2, vous pouvez modifier les préférences de l’App Store en utilisant n’importe quels identifiant et mot de passe.

Rien de comparable avec la faille précédente évidemment, mais un nouveau coup pour la marque à la pomme. Une vidéo de démonstration de cette faille mise en ligne par nos confrères de Bleeping Computer est disponible ici. Selon MacRumors, la faille n’est pas présente dans macOS 10.12.6 et la 10.13.3 en bêta pour le moment.

Depuis août, les mois se suivent et se ressemblent pour Free qui ne cesse de baisser dans l'indice des débits Netflix. Il s'agit pour rappel, d'une moyenne calculée aux heures de grandes écoutes, sans plus de précisions.

En décembre, la moyenne était de 1,71 Mb/s (- 0,15 Mb/s), loin derrière SFR (xDSL) à 2,98 Mb/s. Les autres opérateurs sont pour leur part entre 3,34 et 3,66 Mb/s. De plus, Free se place désormais à la dernière place du classement sur la région Europe Middle East & Africa (EMEA), derrière l'Afrique du Sud à 1,76 Mb/s.

Rappelons enfin que Free a attaqué en justice Netflix en juin dernier, à cause de cet indice des performances. Le FAI aurait demandé à en être retiré, ce qui n'est visiblement toujours pas le cas.

Free chute encore sur l'indice des débits Netflix, dernier de la région EMEA

La plateforme vidéo abandonne un film prévu avec Logan Paul, l'un des vidéastes les plus populaires chez les adolescents. Il est aussi retiré de YouTube Preferred, son programme de publicité premium.

La sanction suit une vidéo montrant le cadavre d'une personne suicidée au Japon, qui a suscité l'émoi des deux côtés du Pacifique. La provocation de trop, pour un créateur connu pour ses excès, dans ce que Les Inrocks décrit comme une quête perpétuelle de clics.

YouTube a été sous le feu des critiques après avoir permis la mise en ligne de cette vidéo. Dans une série de tweets, la société assure prendre des mesures pour éviter la réapparition de tels contenus.

Début 2017, c'était le vidéaste le plus populaire du service, PewDiePie, qui était lâché par Google et Disney après des propos considérés comme antisémites, alors que l'entreprise cherche à rassurer les annonceurs, en exode l'an dernier.

Après PewDiePie, YouTube sanctionne Logan Paul pour l'une de ses vidéos

Alors que l’énorme James Webb Space Telescope et son miroir de 6,5 mètres se préparent pour un lancement en 2019, le CNRS et le CNES vont envoyer dans l’espace un télescope de... 5 cm de diamètre demain, sauf report de dernière minute.

Baptisé PicSat, ce nanosatellite observera l’étoile Beta Pictoris et l’exoplanète qui tourne autour en 18 ans environ. Il est composé de trois cubes de 10 cm de côté, pour un poids total de 3,5 kg seulement. Il a été conçu en l’espace de trois ans, avec un budget de 1,5 million d'euros et une durée de vie d'un an.

Le CNRS explique qu’il a décidé d'utiliser un nanosatellite, car il fallait l’envoyer dans l’espace avant l’été 2018. En effet, c’est à ce moment que l’exoplanète devrait passer devant son étoile. Ainsi, via la méthode du transit, il sera ainsi possible de connaitre plus précisément ses caractéristiques.

La date exacte du passage n’étant pas connue, il faut donc surveiller l’étoile 24h/24 afin de ne pas louper cette petite variation de la luminosité. Pour en savoir davantage sur le sujet, le CNRS propose une interview de Sylvestre Lacour, astrophysicien et responsable de la mission PicSat.

Nanosatellite PicSat : un télescope de 5 cm pour étudier Beta Pictoris
Pluie et blackout au programme du CES de Las Vegas

Cette édition 2018 du CES n'aura pas été de tout repos. En effet, alors que cela faisait des mois qu'il n'y avait pas eu de pluie à Las Vegas, cela a été le cas en début de semaine. Et cela n'a pas été sans conséquences.

Car si la ville est le lieu où des milliers de sociétés promettent pendant quelques jours de « make the world a better place », il semble déjà bien difficile d'avoir des infrastructures qui tiennent le choc au moindre revers de la météo. Ainsi, certaines routes de Las Vegas étaient inondées, comme des parkings ou même le stand de Google qui a dû fermer ses portes, rapportent nos confrères de Techcrunch.

Il en a été de même pour les escalators du Sands, où se trouve l'Eureka Park et toutes les sociétés du monde des objets connectés. Et comme si cela ne suffisait pas, le Las Vegas Convention Center a dû être évacué dans la journée d'hier, en raison d'une coupure de courant et de la suspicion d'un incendie.

Une manœuvre qui a bien entendu fait « le buzz » sur Twitter. Plusieurs sites se sont ainsi empressés de publier un article sur le sujet et tous les community managers ont tenté d'y réagir pour gratter quelques retweets en attendant de pouvoir réintégrer les lieux. Même Reuters a relayé la « nouvelle ».

Finalement, tout est rentré dans l'ordre et le premier salon mondial consacré à l'électronique grand public a pu retrouver les joies de l'électricité… en ayant montré les dérives du délire informationnel dont il fait parfois l'objet.

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.