du 21 décembre 2017
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

iPhone 6, 6s, SE et 7: les performances baissent avec la dégradation de la batterie

Depuis quelques jours, une certitude grandissait : les iPhone 6, 6s et SE étaient moins performants avec le temps. Des tests réalisés par John Poole, de Geekbench, allaient précisément en ce sens. Plus de suspens désormais : Apple a confirmé ce comportement, parfaitement voulu, et qui a en outre été étendu à l'iPhone 7 avec iOS 11.2.

Pourquoi un tel choix ? Selon Apple, les batteries Lithium-Ion ne sont pas faites pour suivre dans la durée les pics de puissance réclamés parfois par les smartphones, en fonction des conditions, notamment quand la température est basse ou élevée. Ce qui entraînait parfois l'extinction brutale du téléphone alors qu'iOS indiquait encore 30 ou 40 % de batterie.

Il s'agit donc d'un changement logiciel destiné à limiter la fréquence du SoC de l'iPhone pour accompagner la dégradation de la batterie, que rien ne peut empêcher. D'ailleurs, Apple compte l'étendre à d'autres modèles à l'avenir, et il faut donc s'attendre à ce que les iPhone 8 et X suivent le même chemin.

Pour iFixit, qui a analysé la situation, l'explication d'Apple est parfaitement raisonnable, tout autant que justifiée techniquement. Malheureusement, et comme beaucoup d'autres, le site note un problème : à aucun moment l'utilisateur n'est averti de ce comportement.

iOS sait pourtant signaler quand une batterie arrive en bout de course. iFixit reste de son côté sur sa recommandation habituelle : une batterie devrait être remplacée tous les 18 à 24 mois.

Free vient d'annoncer avoir ajouté 25 Go de roaming depuis la Suisse à son forfait mobile à 19,99 euros par mois (15,99 euros pour les abonnés Freebox).

Comme pour le Mexique, cet ajout ne concerne que la data et non les appels/SMS/MMS qui ne sont inclus que depuis l'Europe et les DOM, excluant la Suisse.

25 Go de data depuis la Suisse dans le forfait Free Mobile

Début 2016, Spotify diffusait une version stable de son application Linux, améliorée en septembre de la même année. Depuis, nous avions peu de nouvelles.

Aujourd'hui, Canonical annonce que le service de streaming propose un Snap permettant une installation simplifiée sous Ubuntu, mais également de nombreuses autres distributions.

Le paquet pèse pas moins de 167,5 Mo et n'est diffusé que sous licence propriétaire. Les instructions d'installation d'un Snap via snapd se trouvent par ici. Ceux qui veulent utiliser une méthode plus classique trouveront ce qu'il faut par là.

Spotify propose son application Linux sous la forme d'un Snap

L'un des intérêts de WordPress est qu'il suffit de télécharger des plugins pour ajouter rapidement des fonctionnalités à son site. Une simplicité apparente qui peut aussi être source de vulnérabilités.

C'est ce qui s'est passé pour les utilisateurs d'un plugin ajoutant un captcha. L'entreprise qui le maintenait a vendu ce produit à une autre société, qui y a discrètement ajouté une porte dérobée. Plus de 300 000 sites utilisent cet outil et sont donc concernés par cette brèche, estime The Hacker News.

Le plugin, ainsi que quelques autres publiés par le même auteur et présentant la même porte dérobée, ont été supprimés de la boutique d'éléments de WordPress.

Un plugin WordPress vérolé a ouvert les portes de plus de 300 000 sites
Magic Leap One : rendus d'un produit, beaux visuels et promesse d'un lancement en 2018

Cela fait des années que Magic Leap lève des fonds sans rien dire de ses projets, près de 2 milliards de dollars selon les derniers relevés. Comme pour tenter de rassurer tout le monde, la société a livré quelques éléments sur un premier produit : Magic Leap One.

Mais ne croyez pas ceux qui vous annonceront tout vous dire sur ce produit. La société a en effet simplement mis en ligne une vidéo de six secondes et une page web où l'on ne voit le produit que sous la forme de rendus ajoutés à des images réelles.

C'est d'ailleurs une « Creators edition » qui est évoquée, qui doit « ajouter une nouvelle dimension à l'informatique. Où le numérique respecte la physique. Et les deux travaillent ensemble pour améliorer nos vies ». Tout un programme. Plus concrètement, trois éléments composent ce kit : Lightwear, LightPack et Control. Il s'agit respectivement de lunettes avec la technologie Digital Lightfield maison, d'une unité de calcul et d'une manette tactile.

Côté usages, plusieurs exemples sont donnés : jeu vidéo, analyse d'objets pour le shopping, affichage de vidéos et de compléments d'informations et discussion sociale, le tout en réalité mixte. Mais là aussi, on est plus dans la promesse via de beaux visuels que dans des exemples pratiques d'une technologie développée depuis des années.

Nous n'obtiendrons aucun détail sur les capacités techniques, ou le prix. Seule annonce concrète : un SDK arrive avec un portail dédié aux créateurs début 2018. Un formulaire permet de s'inscrire pour en savoir plus.

Pour rappel, cette web-série est un prequel au film Stargate, la porte des étoiles de 1994. Sa sortie est programmée pour le 15 février prochain.

Après une première vidéo mélangeant de courts extraits de la série et des scènes issues du tournage, Stargate Command met en ligne un teaser d'un peu plus d'une minute.

Celui-ci surfe allégrement sur la saga Indiana Jones, aussi bien du côté des plans, que des dialogues et de la musique. De quoi ravir les fans des deux sagas.

Stargate Origins : un teaser en hommage à Indiana Jones

Attention si vous souhaitez contester le refus opposé par une administration à qui vous aviez demandé un document administratif – rapport, code source, statistiques... – la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) emménagera bientôt dans l’immeuble Ségur/Fontenoy, aux côtés notamment de la CNIL et de la DINSIC.

À compter du 11 janvier 2018, il faudra envoyer vos demandes d’avis à : « CADA - TSA 70723 - 75334 PARIS Cedex 07 ». À moins que vous ne passiez par mail, bien entendu.

L’autorité administrative indépendante prévient au passage qu’il ne sera dorénavant plus possible d’échanger avec elle par fax.

La CADA change d’adresse

Il n'y a pas que sur YouTube que les robots de détection d'œuvres protégées font du zèle. Sur Facebook, nos confrères d'Ars Technica ont eu la désagréable surprise de voir l'une de leurs vidéos démonétisée, à cause d'une requête du groupe Pink Floyd.

Selon l'outil de Facebook, 6 secondes de vidéo sont incriminées. Or sur ces 6 secondes, le son est celui d'un enregistrement d'une mission de la NASA, qui n'est pas protégé par le droit d'auteur et n'appartient certainement pas à Pink Floyd.

Ni Facebook, ni Universal Music, ni Pink Floyd n'ont commenté cet incident.

Pink Floyd fait démonétiser par erreur une vidéo Facebook d'Ars Technica
Amp Box (Mini) : Zotac proposera deux boîtiers Thunderbolt 3 pour cartes graphiques

Le CES se prépare doucement chez les constructeurs et les premières annonces commencent à tomber plus ou moins discrètement. C'est notamment le cas de Zotac, qui semble enfin s'approcher d'une commercialisation de ses boîtiers externes Thunderbolt 3 pour cartes graphiques.

Finalement, deux formats seraient privilégiés : l'Amp Box et l'Amp Box Mini. Toutes deux peuvent supporter des modèles allant jusqu'à la GeForce 1080 Ti, mais pas avec les mêmes contraintes de taille.

On retrouve dans les deux cas un port Thunderbolt 3 au format USB Type-C, avec quatre ports USB 3.0, dont un Quick Charge 3.0 pour le modèle classique. Dans le cas du modèle Mini, la spécificité sera son alimentation externe plutôt qu'interne et ses dimensions de 182,88 x 228,6 x 101,3 mm pour un poids de 850 grammes.

Ces deux produits sont compatibles avec les appareils disposant d'un port Thunderbolt 3. Dans le cas des Zbox, il s'agit des références CI549 nano, MI549 nano, MI552, MI553 et MI572. La marque précise qu'ils peuvent également accueillir des SSD NVMe, ce qui semble tout de même un peu « overkill » étant donné le coût de tels boîtiers en général.

Aucun tarif n'a pour le moment été dévoilé, mais nous devrions en apprendre plus lors de notre passage à Las Vegas.

Le vote de la FCC la semaine dernière a entraîné de nombreuses réactions dans son sillage, aussi bien du côté des acteurs privés que des organisations et des institutions.

C'est notamment le cas du sénateur Edward Markey qui fait part de « son intention d'introduire une résolution de la Congressional Review Act (CRA) afin d'annuler la décision de la FCC sur les règles de neutralité du net ».

Alors que 15 autres sénateurs soutenaient initialement cette initiative, ils sont désormais 10 de plus. Nos confrères de The verge rappellent que « en vertu de la loi, le Congrès dispose de 60 jours pour bloquer la décision de l'agence et l'empêcher de prendre des décisions similaires à l'avenir ».

Pour espérer arriver à leur fin, les sénateurs démocrates devront néanmoins obtenir quelques soutiens des républicains.

26 sénateurs américains soutiennent une résolution pour un retour de la neutralité du Net

Amazon vient d'officialiser l'arrivée de navigateurs au sein de l'App Store de sa gamme Fire TV (voir notre test). Il est bien entendu question de Silk, celui qu'elle propose déjà sur ses tablettes.

Mais Firefox est également de la partie, comme pour faire un pied de nez à Google et Chrome. Avec cette annonce, Amazon s'arrange pour donner un accès à tous les services web à ceux qui utilisent ses clés, alors que la guerre avec YouTube et Google a montré les limites des pratiques d'une boutique d'applications.

Il faudra néanmoins voir si ces navigateurs sont simples à utiliser et s'ils ont réellement un intérêt au quotidien. Dans tous les cas, ils peuvent être installés en un clic depuis le site d'Amazon :

Firefox et Silk débarquent sur la gamme Fire TV d'Amazon

PlayerUnknown's Battlegrounds (aka PUBG) a sans doute été l'un des phénomènes de l'été et de cette année 2017.

Vendu à 25 millions d'exemplaires sur Steam, il compte encore 20 millions de joueurs actifs sur les deux dernières semaines, dont 2,7 millions sur les 24 dernières heures, rien que sur Steam.

Alors qu'il sort de son statut early access, NVIDIA publie un pilote graphique dédié à ce titre. Estampillé 388.71 WHQL, il apporte également le support de CUDA 9.1 et de nouveaux profils, mais rien de plus.

Pilotes 388.71 WHQL chez NVIDIA : CUDA 9.1 et PUBG au programme
Netflix active le HDR sous Windows 10, mais dans son application et Edge uniquement

Depuis la Fall Creators Update, Microsoft prend en charge le High Dynamic Range (HDR) au sein de Windows 10, ouvrant la voie à un support par les applications et les jeux. Aujourd'hui, Netflix annonce avoir profité de cette possibilité pour activer cette technologie au sein de son application et du navigateur Edge.

Chrome, Firefox ou encore Opera ne semblent pour le moment pas concernés, comme c'était déjà le cas pour la 4K. D'ailleurs, ils sont toujours limités à du 720p, comme c'est le cas depuis des années, sans doute faute de DRM suffisant. Espérons que cela changera.

Le HDR nécessite lui aussi un écran HDCP 2.2 et une puce graphique Intel ou NVIDIA, avec des pilotes à jour (voir les détails). Comme le rappelait récemment le père des GeForce, l'installation du codec HEVC peut également être nécessaire à travers le Windows Store (voir notre analyse).

AMD semble ici en retrait. Nous avons interrogé la marque sur les raisons de son absence pour ces deux fonctionnalités, dont on espère qu'elle ne sera que temporaire.

Le consortium explique qu'il souhaite ainsi réduire la fragmentation du « machine learning » en proposant « des outils pour entraîner les réseaux neuronaux et les moteurs d'inférence utilisés par des applications sur une gamme variée d'appareils et de plateformes ».

NNEF 1.0 est pensé pour être compatible avec Torch, Caffe, TensorFlow, Theano, Chainer, PyTorch et MXNet. Il ne s'agit pour le moment que d'une première mouture provisoire. Khronos Group attend des retours de la part des professionnels avant de finaliser NNEF 1.0. Tous les détails se trouvent sur ce dépôt GitHub.

Khronos Group annonce NNEF 1.0 pour l'échange de réseaux neuronaux

Cadeau de noël de la part de Twitter : la société vient (enfin) d'annoncer la possibilité d'utiliser une application tierce pour la double authentification (2FA).

Jusqu'à maintenant, c'était seulement le cas des SMS, ce qui pouvait être un problème tant cette méthode est dépréciée. On regrettera par contre que le support des clés de sécurité U2F ne soit toujours pas de la partie.

Dans la pratique, il vous suffit de vous rendre dans la section Vérification de connexion des paramètres de votre profil et de cliquer sur « Révérifier » dans la zone Application de sécurité mobile.

Un QR Code s'affichera alors vous permettant de faire le lien avec une application comme Authy, FreeOTP, Google Authenticator, Microsoft Authenticator, etc.

Twitter a de son côté publié un guide pratique par ici.

Twitter : double authentification via une application plutôt qu'un SMS : comment l'activer

Avec plusieurs années de retard, le lanceur lourd de SpaceX est désormais assemblé. Elon Musk publie quelques photos du prochain monstre de la société.

Pour rappel, il est composé de trois premiers étages Falcon 9 assemblés les uns aux autres, soit un total de 27 moteurs Merlin. Si tout se passe comme prévu, ils devraient tous les trois revenir se poser sur terre pour être réutilisés par la suite.

Le lancement est prévu pour le début de l'année prochaine, depuis le pas de tir d'où est partie la Saturn V de la mission historique Apollo 11. La fusée pourrait emporter le Roadster Tesla de son PDG en orbite.

Elon Musk promet d'ailleurs des « photos pour bientôt ».

La fusée Falcon Heavy de SpaceX se dévoile en photos, à Cap Canaveral
Lutte contre les fausses informations et le phishing : Facebook améliore ses outils

Facebook change son fusil d'épaule dans la guerre contre les fausses informations. Plutôt que d'afficher un tag négatif les concernant, des contenus relatifs issus de sites de confiance seront plutôt mis en avant. Le réseau social s'en explique dans un billet de blog. On se demande par contre si la liste de ces sites ne se limitera pas trop vite à certains partenaires de la société qui seraient systématiquement mis en avant au dépend d'autres sources.

Dans le même temps, Facebook améliore ses outils sur un autre terrain tout aussi important : celui du phishing. Pour cela, la société va mettre en place une nouvelle section dans ses paramètres de sécurité affichant la liste des derniers emails envoyés par ses services. Ainsi, en cas de doute, vous pourrez vérifier que Facebook en est bien à l'origine.

Elle rappelle également qu'elle utilise le domaine Facebookmail.com et que l'adresse phish@facebook.com permet depuis quelques années à ceux qui reçoivent une tentative de phishing de lui faire savoir directement.

Si vous pensez que vous avez été piraté, une page dédiée est également là pour vous aider.

Il y a quelques jours, la société de Jeff Bezos réalisait de nouveau avec succès un aller-retour dans l'espace avec sa fusée réutilisable New Shepard. Dans le même temps, la capsule 2.0 était également testée avec un mannequin à bord, là encore sans encombre.

La prochaine étape est désormais d'envoyer un équipage dans l'espace. « Nous sommes à peu près à un an de vols habités, selon le déroulement du programme d'essai. Nous avons encore beaucoup de tests à faire, et nous allons faire quelques essais avec des humains avant d'envoyer des clients qui payent dans notre fusée » affirme Jeff Ashby, ancien astronaute de la NASA.

New Shepard : Blue Origin espère envoyer des humains dans l'espace d'ici un an

Après Microsoft, qui a annoncé un support des Service Workers, notamment utilisés dans les Progressive Web Apps, on apprend que Safari va dans la même direction.

C'est en effet ce qu'annonce Jonathan Davis dans son billet de blog sur la Technology Preview 46 du navigateur d'Apple. Ici, l'éditeur met surtout en avant les capacité d'accès hors-ligne de cette fonctionnalité, désormais présente par défaut .

Elle pourrait donc arriver d'ici quelques mois sur iOS et macOS.

Les Service Workers arrivent dans Safari

Dans un billet de blog à destination des développeurs, Google dévoile quelques nouveautés de son Google Assistant SDK. Ils peuvent désormais gérer la langue pour un appareil ou via l'API (anglais, allemand, français et japonais).

Il est aussi possible de gérer certains paramètres d'un appareil comme son adresse ou des points de latitude/longitude, permettant d'adapter les résultats (et les publicités) à ce critère.

Les développeurs ont également un accès aux Device Actions, des requêtes textuelles et une API de gestion des appareils. La documentation complète du SDK est accessible par ici.

Google améliore le SDK de son Assistant

C'est la grande rumeur du moment : Apple marcherait dans les pas de Microsoft et de sa Universal Windows Plateform. La prochaine WWDC (probablement en juin) serait ainsi le théâtre d'une annonce fracassante : une plateforme logicielle commune pour iOS et macOS.

En d'autres termes, des applications universelles capables de fonctionner sur iPhone, iPad et Mac. Pour beaucoup, il s'agit d'une étape logique, car de nombreuses API sont déjà identiques entre les deux plateformes.

Mais une base commune exigerait des développeurs qu'ils prévoient dès le départ toutes les ergonomies, car on n'utilise pas de la même façon des applications tactiles et « desktop ». Le projet, qui porterait le nom de Marzipan en interne, aurait cependant des avantages, dont le moindre ne serait pas de revitaliser un Mac App Store moribond. En outre, une base commune pourrait attirer sur Mac des développeurs qui se contentent aujourd'hui des plateformes mobiles.

Difficile également de ne pas y voir une réaction devant les dangers (potentiels) représentés par les stratégies de Microsoft et Google. Chez le premier, le succès doit encore être prouvé, mais chez le second, l'arrivée des applications Android sur Chrome OS pose évidemment un sérieux problème.

Apple n'a bien entendu pas commenté les rumeurs, et il faudra attendre la fin du printemps prochain pour obtenir des réponses. Mais si la société prend cette direction, la question se posera nécessairement : Apple prendra-t-elle le virage d'un système commun pour tous ses produits ?

Apple préparerait une plateforme unifiée pour les applications iOS et macOS

Initialement prévues pour fin octobre, reportées à novembre puis décembre, les conclusions du groupe de travail présidé par le juriste Loïc Cadiet seront finalement dévoilées le mois prochain, probablement « aux alentours de la deuxième semaine de janvier » selon le ministère de la Justice, contacté par nos soins.

La Place Vendôme explique ces reports à répétition par des problèmes d’agenda. Le rapport de la mission de préfiguration de la mise en Open Data des décisions de justice sera « rendu public » dans la foulée, nous a-t-on cette fois-ci assuré.

Le rapport sur l’ouverture des décisions de justice désormais attendu pour janvier

Studio MDHR a annoncé hier sur son site que Cuphead a franchi le cap des deux millions d'exemplaires vendus, toutes plateformes confondues.

Un score plus qu'honorable pour un jeu « indépendant » (mais très largement soutenu par Microsoft sur le plan marketing), surtout pour un titre sorti sur seulement deux plateformes, la Xbox One et Windows.

Bien évidemment, ce score ne tient pas compte des ventes de la fausse version iOS apparue sur l'App Store d'Apple pendant quelques heures.

Cuphead : deux millions de copies vendues

Tidal, la plateforme de streaming musical fondée par Jay-Z, vient de lancer deux nouvelles applications sur Android TV et Apple TV. De quoi lui permettre, peut-être, de toucher un nouveau public.

Ce dernier serait d'ailleurs bienvenu, puisque selon la rumeur, l'entreprise pourrait tomber à court de liquidités d'ici six mois, si elle ne trouve pas de nouveaux financements, rapporte The Verge.

Une rumeur démentie par la société, qui assure que toutes les histoires négatives à son sujet sont fausses, assurant que ses activités vont croissant, d'une année sur l'autre.

Tidal débarque sur Apple TV et Android TV
Keeper attaque un journaliste après les révélations sur sa faille

Il y a deux jours, on apprenait que le gestionnaire de mots de passe Keeper, installé par défaut un temps par Windows 10, contenait une faille de sécurité pouvant mener à un vol de données. L'utilisateur n'était cependant en danger que s'il se servait du produit.

La faille, trouvée par Tavis Ormandy de chez Google, avait provoqué une réaction rapide de l'éditeur. Ce dernier n'a cependant pas apprécié l'article de Dan Goodin chez Ars Technica. Il a donc déposé plainte contre le journaliste, ainsi que le média, attaqués pour diffamation.

Au cœur de la plainte, une assertion de Goodin : le bug était présent depuis 16 mois. L'explication tient en fait dans une remarque d'Ormandy, qui avait constaté que la faille était pratiquement identique à celle qu'il avait découverte en août 2016. Si proche en fait qu'il envisageait l'idée que le problème n'ait pas été suffisamment inspecté.

La communauté des chercheurs en sécurité est de son côté en colère. La plainte est le plus souvent jugée au mieux inutile, au pire dangereuse pour l'image de l'éditeur. C'est notamment le cas de Matthieu Suiche, qui défend les compétences de Dan Goodin et évoque les « dégâts irréversibles » que la plainte fera subir à la réputation de Keeper.

En 2019, les entreprises actives dans « le commerce de produits numériques immatériels », tels que la publicité, seront soumises en Italie à une nouvelle taxe de 3 % à partir d'un certain seuil.

L'éventail des services concernés n'est pas encore figé, et ne le sera qu'en avril 2018. Seule certitude, les entreprises réalisant moins de 3 000 transactions numériques par an seront épargnées. Mais il reste encore à voir quelle définition est donnée pour ces transactions afin d'estimer son impact sur les jeunes pousses ou les PME.

Le gouvernement italien affirme de son côté que la mesure doit lui rapporter environ 190 millions d'euros chaque année. Un montant qui aurait pu être encore plus élevé si la proposition initiale du Sénat d'une taxe à 6 % avait été retenue, rappellent Les Échos.

L'italie inscrit une taxe numérique à son budget 2019

Si vous utilisez la reconnaissance faciale pour déverrouiller votre ordinateur sous Windows 10 grâce à Windows Hello, il est peut-être temps de changer de méthode d'identification.

SYSS, une entreprise allemande spécialisée dans la sécurité informatique, est parvenue à tromper le système de reconnaissance faciale de Microsoft à l'aide d'une simple photo de l'utilisateur, prise avec une caméra infrarouge (voir cette vidéo).

La présenter devant l'ordinateur permet de déverrouiller immédiatement la machine, rapporte ZDnet.com. Selon la société, les versions 1511, 1607, 1703 et 1709 de Windows 10 sont concernées par cette faille, mais cela peut dépendre de certaines conditions. Espérons que Microsoft pourra rapidement clarifier la situation.

La reconnaissance faciale de Windows 10 trompée avec une simple photo

Les fêtes de fin d'année approchent, tout comme le CES. L'équipe va donc prendre un repos bien mérité et reviendra dans deux semaines avec une édition spéciale qui sera diffusée chaque matin, en direct de Las Vegas.

Nous profiterons de cette période pour apporter quelques améliorations à notre format quotidien afin d'attaquer 2018 dans les meilleures conditions !

#LeBrief prend des vacances

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.