du 20 décembre 2017
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Microsoft vient d'annoncer une nouvelle build de la prochaine version de Windows 10. Estampillée 17063, celle-ci n'a rien d'anodin et intègre de très nombreuses améliorations, tant au niveau graphique que fonctionnel.

Il est notamment question de la fameuse Timeline annoncée plus tôt cette année, mais qui avait loupé la Fall Creators Update, de l'Emoji Picker qui sera enfin disponible pour les utilisateurs français, d'une gestion plus fine de la data mobile en complément du Wi-Fi pour préparer l'arrivée des « Always Connected PC », etc.

Mais si l'on regarde de plus près l'annonce de Microsoft, il y a un point visant les développeurs qui saute aux yeux : tar et curl vont être disponibles sous Windows. Bien connus des adeptes de Linux, ces outils permettent respectivement de gérer des archives et d'échanger des données avec un serveur. Ils peuvent même être utilisés de pair.

Ce n'est pas la première fois que Microsoft fait un choix de ce genre. Avec la Fall Creators Update, l'éditeur a simplifié l'utilisation du sous-système Linux permettant d'installer le bash Ubuntu ou Suse d'un clic depuis le Windows Store. Plus récemment, c'est OpenSSH qui a été intégré à travers un client (et un serveur) qui peut être installé depuis le panneau des Fonctionnalités facultatives des Paramètres de Windows 10 (dans la section Applications).

Nous reviendrons bien entendu sur toutes les nouveautés de la Build 17063 de Windows 10 dans la journée.

Révolution ! curl, tar et OpenSSH intégrés à Windows 10 (et l'emoji picker arrive en français)

Intel vient d'annoncer avoir intégré de la mémoire HBM2 à une puce FPGA (Field Programmable Gate Array) au sein de sa gamme Stratix 10 MX.

La bande passante mémoire est donnée pour 512 Go/s (via deux canaux), l'interconnexion EMIB étant utilisée pour assurer les échanges. Pour rappel, c'est EMIB qui est déjà au cœur du processeur avec une puce graphique Radeon embarquée, qui a été dévoilé il y a quelques semaines.

Pas moins de huit références de Stratix 10 MX ont été annoncées par Intel, qui en profite pour détailler ses choix techniques dans un whitepaper. Tous les détails sont disponibles sur le site d'Altera, la filiale d'Intel en charge des puces FPGA.

Stratix 10 MX : Intel marie FPGA et HBM2 à travers son interconnexion EMIB

Après une première mouture sortie la semaine dernière (voir notre analyse), le père des Radeon a mis en ligne une première mise à jour pour ses pilotes Adrenalin.

Cette version 17.2.2 apporte uniquement des correctifs, au niveau de la technologie XConnect, de l'application universelle Netflix, de certaines configurations Eyefinity, etc.

AMD publie ses pilotes Adrenalin Edition 17.12.2

Une nouvelle version du package permettant d'utiliser simplement GnuPG sous Windows a été mise en ligne (voir notre guide). Celle-ci n'apporte que quelques correctifs, notamment au niveau du plug-in Outlook GpgOL.

L'outil de synchronisation de G Suite (Google) sera désormais détecté, même si pour le moment seul l'envoi de messages sans pièce jointe est supporté lorsqu'il est utilisé (aucune restriction sur la lecture et le déchiffrement).

Les notes de version évoquent aussi de nombreux bugs corrigés pour le gestionnaire de clés Kleopatra.

Gpg4Win 3.0.2 : des correctifs surtout pour GpgOL (Outlook) et Kleopatra

Cela n'aura guère duré. Hier, on apprenait qu'une application permettant d'installer Chome avait été diffusée par Google sur le Windows Store. Elle a été rapidement retirée.

Microsoft a expliqué à Neowin que ses conditions d'utilisation impliquent que les applications « doivent être fonctionnelles et proposer une valeur unique et distincte à l'utilisateur ». Ici, il ne s'agissait que de lancer un lien de téléchargement pour Chrome, ce n'était donc pas le cas.

Google va devoir revoir sa copie, ou se contenter d'une présence hors du Store de Microsoft.

Google publie un installeur pour Chrome sur le Windows Store, Microsoft le retire

Cela fait des mois que l'on entend parler des versions « Custom » des Radeon RX 56/64, après la débâcle du lancement des modèles de référence et leur stratégie de tarification un peu dingue. Les constructeurs se sont également livrés à un jeu de dupe, utilisant parfois la presse pour faire passer leur message (et leur mécontentement) à AMD.

Mais au final, les choses semblent progressivement rentrer dans l'ordre. Et bien qu'ASUS, Gigabyte, MSI ou d'autres aient agité les bras pendant des semaines, c'est Sapphire qui est (sans surprise) le premier à être référencé sur le marché français avec ses Nitro+ Limited Edition affichées en précommande.

Chez Amazon, le modèle Vega 56 se paie un peu plus de 539 euros, mais il faudra compter 100 euros de plus chez LDLC par exemple, contre 570 euros en général pour un modèle classique. Pour la Vega 64, par contre, il est question de 719,95 euros, contre 749,90 euros chez Materiel.net (qui appartient à LDLC) ou 873,92 euros chez Amazon.

Ces cartes devraient être disponibles en stock d'ici quelques jours, il faudra alors voir si les tarifs se tassent un peu. Pour rappel, on trouve actuellement une GeForce GTX 1080 Ti aux alentours de 730 euros.

Radeon RX Vega 56/64 personnalisée : malgré les annonces, Sapphire est le premier à tirer

Un an et demi après les MX300, le fabricant dévoile ses nouveaux SSD MX500. Ne cherchez pas les MX400, ils sont passés aux oubliettes.

Disponibles en version de 250 Go à 2 To, au format M.2 2280 (1 To maximum) ou S-ATA, ils proposent tous les mêmes débits : 560 Mo/s en lecture, 510 Mo/s en écriture (avec Dynamic Write Acceleration) pour respectivement 95 000 et 90 000 IOPS.

Dans le détail, un contrôleur Silicon Motion SM2258 est de la partie, avec des puces de 3D NAND TLC sur 64 couches (32 couches pour les MX300). Le fabricant annonce une endurance de 100 To pour la version de 250 Go, 180 To pour celle de 500 Go, 360 To pour 1 To et enfin 700 To pour le SSD de 2 To.

Dans tous les cas, la garantie est de cinq ans. Amazon propose d'ores et déjà le MX500 S-ATA de 1 To pour 265,19 euros.

Crucial lance ses SSD MX500 (3D NAND TLC), le modèle 1 To vendu 265,19 euros

Les problématiques et questions réglementaires soulevées par de tels véhicules sont nombreuses et encore loin d'avoir trouvé leurs réponses, mais les choses avancent... doucement.

Trov, une start-up proposant une assurance à la demande, et Waymo (filiale de Google spécialisée dans les voitures autonomes) se penchent sur un point : l'assurance des voyageurs. La première proposera ainsi une offre personnalisée aux utilisateurs des véhicules de la seconde, qui compte lancer un service commercial en 2018 à Phoenix en Arizona.

« La couverture d'assurance comprendra plusieurs protections pour les passagers pendant la durée de chaque voyage, y compris les biens perdus, des indemnités en cas d'interruption du voyage et le remboursement des frais médicaux » expliquent les deux partenaires, sans entrer davantage dans les détails.

Trov et Waymo annoncent une assurance pour les utilisateurs de voitures autonomes

Avec sa série AL15SE, le fabricant propose une importante hausse de capacité par rapport à la précédente génération AL14SE qui se limitait à 1,2 To.

Ces disques durs sont au format de 2,5 pouces avec une hauteur de 15 mm. Ils exploitent une interface SAS à 12 Gb/s et disposent de plateaux tournants à 10 500 tpm. Le constructeur met en avant les performances de ses HDD, mais sans jamais donner le moindre chiffre concret.

Les premiers échantillons sont annoncés comme disponibles. Aucune indication sur le prix n'a été dévoilée.

Un disque dur SAS 2,5" de 2,4 To à 10 500 tpm chez Toshiba

Le fabricant propose deux mises à jour disponibles pour l'ensemble de ses NAS. L'ADM est, pour rappel, l'interface d'administration des machines. Quatre mois après la version 3.0, c'est donc au tour de la 3.1 d'arriver en bêta.

La principale nouveauté mise en avant est le SSD Caching. Comme son nom l'indique, cela permet de stocker sur un SSD les fichiers utilisés le plus souvent par le NAS afin d'augmenter ses performances, une fonctionnalité disponible depuis longtemps chez la concurrence. Seuls ces modèles sont compatibles : AS31, 32, 50, 51, 61, 62, 63, 64 et 70.

En plus de Windows Active Directory, ADM 3.1 ajoute le support du service d'annuaire LDAP. Enfin, RAID Scrubbing vérifie l'intégrité et la cohérence des données sur des grappes en RAID 5 ou 6 et alerte l'utilisateur en cas de problème détecté.

Dans le même temps, le Surveillance Center passe en version 2.8 et prend en charge l'encodage et le transcodage de vidéos en H.265 (HEVC). Depuis l'application AiSecure disponible sur Android ou iOS, vous pouvez activer ou désactiver à distance des caméras. Elle prend également en charge l'audio bidirectionnel, à condition que la caméra dispose d'un micro et d'un haut-parleur.

NAS Asustor : ADM 3.1 en version bêta et Surveillance Center 2.8 sont disponibles

Futuremark vient de mettre à jour son célèbre outil de mesure de performances sous Android, en introduisant un nouveau test exploitant l'API Vulkan.

Il s'agit de la scène Sling Shot Extreme, pouvant être utilisée à partir d'Android 7.0 via Vulkan. Elle peut également exploiter OpenGL ES 3.1 (dès Android 5.0), permettant une comparaison des scores. Pour rappel, elle est également disponible sous iOS et exploite l'équivalent maison de Vulkan : Metal.

3DMark pour Android introduit également une nouvelle présentation des scores, sous la forme de graphiques qui se veulent plus clairs sur la position de votre appareil par rapport à d'autres modèles identiques, ou de références différentes.

Nouvelle version de 3DMark pour Android : graphiques et test Vulkan

Depuis plusieurs années, Amazon propose une application Music pour PC ou Mac permettant de télécharger, gérer et lire vos MP3, qu'il ne faut pas confondre avec le service Prime Music proposant du streaming comme Deezer ou Spotify. Mais cette offre est en train de tirer sa révérence, comme l'explique le revendeur.

Si les nouveaux abonnements et les mises à niveau de comptes (vers une version payante) sont possibles jusqu'au 15 janvier 2018, les premières restrictions sont déjà en place pour les comptes gratuits (250 titres maximum). Ainsi, depuis le 12 décembre « la possibilité de charger de la musique est supprimée de l'application Amazon Music pour PC/Mac ». Les fichiers déjà uploadés peuvent être téléchargés et lus jusqu'en janvier 2019.

Les comptes payants « conservent la possibilité de télécharger la musique et renouveler leur abonnement ». Par contre, s'il expire, vous ne pourrez pas le réactiver par la suite. Tous les détails sont disponibles sur cette page.

Hasard ou non du calendrier, le revendeur propose en ce moment une offre spéciale pour son service de streaming Prime Music : 3 mois offerts pour toute nouvelle inscription, aussi bien pour les clients Prime que les autres, mais dans la limite de 15 000 souscriptions.

Amazon est en train d'arrêter son abonnement de stockage Amazon Music

Le constructeur explique qu'il est le premier à lancer la production de masse de puces de 8 Gb (1 Go) de deuxième génération exploitant une finesse de gravure de « classe » 10 nm.

Le fabricant reste en effet flou et annonce simplement « 1y nm », sans plus de précision. Samsung avance « un gain de productivité d'environ 30 % » par rapport à la première génération. « De plus, les niveaux de performance et d'efficacité énergétique des nouvelles puces DDR4 de 8 Gb ont été améliorés respectivement d'environ 10 et 15 % ».

Le fabricant en profite pour indiquer qu'il accélère ses projets sur les prochaines générations de DRAM, notamment DDR5, HBM3, LPDDR5 et GDDR6. Aucun calendrier n'est par contre présenté.

Samsung passe la seconde sur les puces DDR4 de 8 Gb de « classe » 10 nm

Dans un important billet, Google annonce des changements majeurs à venir pour les développeurs Android. À compter d'août 2018, toute nouvelle application devra viser le niveau 26 des API. Un choix loin d'être anodin puisqu'il s'agit de celui d'Android 8 (Oreo). Rappelons que ces API sont disponibles séparément, ce qui ne signifie donc pas que les applications seront limitées à Android 8.

En novembre 2018 suivront les mises à jour d'applications existantes, qui devront elles aussi se conformer à la règle. Le niveau d'API sera ensuite relevé d'année en année pour tenir compte des nouvelles versions du système. La décision de Google s'appuie sur le constat que les dernières révisions des API sur les deux dernières années ont apporté de nombreux bénéfices côté sécurité.

Android 6.0 a par exemple mis en place les permissions sur les runtimes, Android 7.0 ne faisait plus confiance par défaut aux certificats ajoutés par l'utilisateur pour les connexions sécurisées, et Android 8.0 bloque tout accès aux comptes de l'utilisateur sans accord express de ce dernier. Deux avantages à cette décision pour Google : une hausse globale de la sécurité et une réduction de la fragmentation pour les applications, l'éditeur ne s'en cachant pas.

Notez que début 2018, le Play Store commencera aussi à ajouter automatiquement des métadonnées de sécurité pour chaque APK de la boutique afin d'en vérifier l'authenticité. Les développeurs n'auront rien à faire. En août 2019 par contre, ils auront probablement du pain sur la planche puisque le Play Console exigera des applications qu'elles soient capables de fonctionner sur des appareils 64 bits uniquement.

En d'autres termes, Google avertit que l'âge du 32 bits se terminera dans un peu plus d'un an et demi. Cette future règle sera valable aussi bien pour les nouvelles applications que les mises à jour. Le travail d'adaptation sera donc potentiellement intense, dépendant notamment du nombre de bibliothèques 32 bits utilisées. Notez qu'il ne concernera que le code natif, puisque les applications Java passent par un bytecode qui, lui, s'adapte ensuite à l'architecture matérielle.

Play Store : durcissement de la sécurité en 2018, 64 bits obligatoire en 2019

9 000 alertes début novembre et maintenant 12 600 selon Le Parisien ; le site J'alerte l'Arcep continue d'attirer des clients mécontents de leur opérateur, aussi bien sur le fixe que le mobile.

Dans 64 % des cas, c'est la qualité de service qui est mise en cause. Viennent ensuite les contrats et la facturation (11 %) et… la fibre (4%) : « Certains opérateurs ont posé auprès des syndics une option sur un immeuble, pour empêcher la concurrence de s'installer, mais ils n'ont rien fait derrière » explique le régulateur à nos confrères.

Enfin, la résiliation et la conservation du numéro représentant chacun 4 % des alertes. Sébastien Soriano refuse par contre de citer les alertes par opérateurs, ou d'établir un classement... pour le moment. « C'est encore trop tôt » lâche-t-il simplement.

L'Arcep a déjà reçu 12 600 alertes, à cause de la qualité de service dans 64 % des cas

Facebook vient d'annoncer la mise en place de nouvelles options concernant la reconnaissance faciale, déjà utilisée pour suggérer des amis à taguer dans une photo. L'idée est de permettre à l'utilisateur de savoir quand une personne tente d'utiliser son image, et de trouver des photos le concernant, mais où il n'est pas tagué.

Dans le cas de la mise en ligne d'un tel cliché, une notification vous sera désormais envoyée. Vous pourrez alors décider d'ajouter un tag ou non, ou de déclarer que cela n'est pas vous (ce que certains risquent d'utiliser pour tromper le système).

Facebook précise que ces fonctionnalités sont reliées à des paramètres qui vous permettent de désactiver simplement le dispositif de reconnaissance faciale. Mais le seul moyen de s'assurer de ne pas être dans le système est encore de ne pas avoir de compte Facebook.

Quoi qu'il en soit, le Canada et l'Europe ne sont pas concernés, sans doute du fait de la législation en vigueur concernant la reconnaissance faciale.

Facebook en profite pour diffuser sa position détaillée sur le sujet dans un billet qui s'interroge sur la méfiance vis-à-vis d'une telle technologie. La société précise également que sa solution permettra aux personnes souffrant de déficience visuelle d'avoir une aide leur permettant de savoir ce que contiennent les photos qu'elles rencontrent.

Facebook renforce ses outils de reconnaissance faciale, mais pas en Europe

Une fois de plus, c'est au détour d'une offre d'emploi publiée par l'éditeur que l'on découvre de quoi sont faits ses projets en cours. Un poste de « senior software engineer, gameplay, vehicles » est ainsi à pourvoir. 

Il y est expliqué que le candidat devra « aider à créer des véhicules et construire les fonctionnalités pour les piloter, dans un moteur de jeu à la première personne pour un projet non-annoncé ». Depuis, les spéculations vont bon train.

Certains observateurs tablent déjà sur un Overwatch 2, ce qui semble tout de même peu probable au vu des investissements consentis par l'éditeur pour forger la scène e-sport autour d'Overwatch. D'autres y voient là le signe de l'arrivée d'une nouvelle franchise au catalogue.

Au vu de l'avancement du projet, le fin mot de l'histoire ne devrait pas être connu avant quelques années.

Blizzard planche sur un nouveau FPS avec… des véhicules

La fin d'année est toujours l'occasion pour les uns et les autres de dévoiler des « tops ». SplashData propose sa liste des mots de passe que l'on retrouve le plus couramment dans les différentes fuites sur Internet.

123456, password, 12345678, qwerty, 123456, 123456789, letmein, 1234567, football et iloveyou occupent le top 10. Mention spéciale pour admin qui arrive en 11e position. Dans tous les cas, si votre mot de passe se trouve dans cette liste, il faudra en changer au plus vite.

Les bonnes résolutions du début d'année peuvent aussi être l'occasion d'une tournée générale afin de s'assurer que ses comptes soient bien protégés. Nous avons publié un dossier sur le sujet afin de vous guider.

Les 100 pires de mots de passe de 2017, une liste sans surprise

L'application était déjà disponible sous forme de bêta, permettant à ceux qui le souhaitaient de tester les nouveautés en avance. Des fonctions comme les albums ou le multi-compte ont ainsi commencé dans ces versions de test.

Pour aller un peu plus loin, Instagram dispose d'un canal alpha, avec des moutures contenant davantage de nouveautés, mais aussi potentiellement plus instables. Le programme existe en fait depuis deux semaines, mais Instagram n'en a confirmé vraiment l'existence que cette nuit à TechCrunch.

Pour s'y inscrire, les utilisateurs de la version Android peuvent se rendre sur cette page puis rejoindre le programme. Quant à la version iOS, ces préversions existent aussi, mais elles dépendent de l'infrastructure testFlight d'Apple, manifestement déjà pleine.

Instagram dispose maintenant d'un canal alpha avec

La plateforme de streaming vient d'ouvrir les inscriptions pour participer à Stream On. Il s'agit d'une sorte d'émission de télé-réalité diffusée en streaming, opposant plusieurs « partenaires » de Twitch en quête de notoriété.

Les candidats devront faire face à différents défis afin de montrer qu'ils sont les meilleurs streameurs, et seront jugés par un panel de célébrités de la plateforme. Le grand gagnant remportera un contrat de 5 000 dollars par mois pendant un an, et aura « l'opportunité de pouvoir faire du streaming son métier à temps plein ». L'histoire ne dit pas s'il y aura une piscine quelque part.  

Twitch lancera un stream-réalité en mars 2018

Pour les mettre en place, le réseau social explique qu'il se base sur des commentaires de ses utilisateurs et d'organisations représentant des groupes subissant « de façon disproportionnée le harcèlement comme les femmes et les journalistes ».

Il est ainsi question d'une prévention renforcée contre les « contacts indésirables », notamment pour les personnes utilisant des comptes multiples pour essayer d'en harceler d'autres.

Dans un registre différent, vous pouvez désormais déplacer facilement une conversation dans le dossier « Invitations par message ». Vous ne recevrez alors plus de notification, tandis que votre interlocuteur ne pourra plus voir si vous avez lu ses messages ou non. Cette fonctionnalité est disponible pour les discussions individuelles et arrivera prochainement pour les groupes.

De nouveaux outils pour lutter contre le harcèlement sur Facebook et Messenger

Le groupe présidé par Xavier Niel a annoncé ce matin avoir acquis 31,6 % du capital d'eir, l'opérateur historique irlandais, en échange de 320 millions d'euros. Eir est actuellement le 1er opérateur local sur le marché fixe, et le troisième larron sur le mobile, au sein de marchés à plus de quatre acteurs.

Cet investissement se fait aux côtés de NJJ, le fond personnel de Xavier Niel, au sein d'une holding commune créée pour l'occasion. À elles deux, Iliad et NJJ disposent de 64,5 % du capital. Iliad dispose d'une option pour racheter en 2024 80 % des parts détenues par NJJ (soit 26,4 % du capital). Le prix de cette future transaction est déjà établi : il sera inférieur de 12,5 % à la valeur « juste » définie par plusieurs analystes.

Dans une conférence dédiée aux analystes, Illiad précise qu'elle ne prendra aucune décision opérationnelle dans eir, expliquant qu'il ne s'agit pour l'instant que d'un investissement financier. Le groupe disposera toutefois de sièges au conseil d'administration de l'opérateur. Il est à noter que l'entreprise a voté sa participation à cette opération en l'absence de Xavier Niel.

Pour justifier ce montage, le groupe de Xavier Niel explique avoir voulu limiter son endettement, afin de pouvoir maintenir ses investissements en France, notamment sur son réseau mobile et la fibre. Aucune synergie n'est prévue entre eir et Iliad.

Iliad et NJJ (Xavier Niel) s'unissent pour croquer 64,5 % de l'opérateur irlandais eir

Square Enix prend un malin plaisir depuis plus d'un an à caser son Final Fantasy XV un peu partout. Après les jeux mobiles et de la pêche en réalité virtuelle, voilà que le RPG phare de l'éditeur s'est offert un caméo au sein d'Assassin's Creed Origins.

Comme l'explique Kotaku, une mission nommée « A gift from the gods » est apparue sur la carte. La remplir n'est guère compliqué et fera apparaître un des protagonistes du RPG nippon. En récompense de cette quête, le joueur obtiendra une arme et un bouclier légendaire dont l'apparence rappellera certainement quelque chose aux amateurs de Final Fantasy, et un chameau avec une tête de chocobo en guise de monture.

Il s'appelle « Kweh », comme le son que l'on a produit en apprenant la nouvelle.

Final Fantasy XV s'incruste dans Assassin's Creed Origins

Il y a deux semaines, Bloomberg expliquait que la plateforme de streaming était en train de préparer un service de musique en ligne avec abonnement.

Un accord aurait déjà été signé avec Warner Music Group et, toujours selon nos confrères, deux autres labels viendraient s'ajouter : Sony Music Entertainment et Universal Music Group.

Pour rappel, le lancement est prévu pour mars 2018 selon diverses sources proches du dossier.

YouTube aurait signé avec Sony et Universal pour son service de musique en ligne avec abonnement

Depuis deux ans, Uber est disponible dans Facebook Messenger et il débarque désormais dans la messagerie de BlackBerry explique TechCrunch.

Si celle-ci n'est plus que l'ombre d'elle même en Europe et aux États-Unis, elle reste bien implantée dans certaines régions d'Asie (notamment en Indonésie), d'Afrique et du Moyen-Orient. La version grand public est exploitée par Emtek depuis un bon moment.

Quoi qu'il en soit, il est désormais possible de réserver un trajet directement depuis BBM via le menu Discover de l'application. Cette fonctionnalité sera disponible dans certains pays d'Afrique, d'Asie, d'Europe, d'Amérique du Nord et du Moyen-Orient précise le VTC à nos confrères.

Uber s'intègre dans BlackBerry Messenger, les marchés émergents visés

Si Airbnb s’est engagée – sur demande du gouvernement – à retirer sa carte prépayée Payoneer du marché français, le législateur semble avoir retenu la leçon. L’Assemblée a adopté hier dans le cadre du projet de loi de finances rectificatives pour 2017 l’interdiction, pour les sites de « réservation ou de location ou de mise en relation en vue de la location d’un hébergement situé en France », d’effectuer un « paiement au profit du loueur par une valeur monétaire stockée sous forme électronique et utilisable au moyen d’un support physique ».

Ces dispositions, introduites par le Sénat, n’entreront cependant en vigueur qu’au 1er janvier 2019. Les députés ont en effet adopté un amendement reportant l’application de ce dispositif qui « soulève un certain nombre de difficultés juridiques », selon le gouvernement : « Sa compatibilité avec le droit de l'Union européenne, la pertinence de son champ d'application et les modalités de sa mise en œuvre nécessitent notamment d'être expertisés. »

Vers une interdiction des cartes prépayées Airbnb à partir de 2019

L’application de discussion en VR du réseau social est déjà disponible depuis longtemps sur l'Oculus Rift et elle débarque aujourd'hui sur le HTC Vive, avec les mêmes fonctionnalités (discussions, avatar, photos, vidéos 360°, jeux, dessins, etc.). Une vidéo de présentation est disponible ici.

De plus, « les utilisateurs de Vive peuvent également passer du temps dans Spaces avec des amis qui utilisent Rift » explique le réseau social. Il ne s'agit que d'une première étape selon Facebook, qui souhaite porter son service Spaces sur d'autres plateformes de VR, sans plus de détails pour le moment.

Facebook Spaces s'ouvre au HTC Vive, en plus de l'Oculus Rift

Au travers d’un arrêté paru ce matin au Journal officiel, le gouvernement a transformé le conseil des systèmes d'information du secrétariat général du ministère de Stéphane Travert par une « délégation au numérique et à la donnée ». Son rôle : coordonner aussi bien « la politique de développement du numérique dans les domaines de compétence du ministère » que « l'administration des données des services centraux et déconcentrés du ministère, ainsi que celle des opérateurs sous tutelle ».

Dirigée par « le président du conseil des systèmes d'information du ministère », cette délégation est chargée de promouvoir « l'exploitation » des données du ministère, « aux fins de définition et d'évaluation des politiques publiques et d'amélioration de la transparence des données publiques ». Son numéro un est d’ailleurs officiellement reconnu comme « le correspondant de l'Administrateur général des données », Henri Verdier (voir notre article).

Une « délégation au numérique et à la donnée » au ministère de l’Agriculture

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.