du 25 juin 2020
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Pas de Windows via Boot Camp pour les futurs Mac ARM

Beaucoup se sont sans doute posé la question : quid de Windows sur les futurs Mac équipés de puces ARM maison ? Il n’en sera rien.

Boot Camp laisse pour rappel un utilisateur de Mac réaliser une installation native de Windows. L'outil d'Apple fournit un processus complet qui récupère l’ISO du système, les pilotes nécessaires et prépare la clé USB.

Cette installation peut se faire nativement parce que les Mac sont équipés de puces Intel. Mais avec ARM, la seule licence disponible chez Microsoft serait celle de Windows on ARM (WoA), non prévue pour la vente au détail. Elle n’est fournie qu’aux OEM préparant des produits spécifiques. 

C’est la réponse donnée par l’éditeur à The Verge, qui lui avait posé la question. Une chance de voir la solution évoluer avec les prochains Mac ? « Nous n’avons rien de plus à partager pour le moment ».

Microsoft fait partie des entreprises contactées en amont par Apple pour préparer la transition. Une version d’Office pour Mac ARM a ainsi été montrée pendant le Keynote d’ouverture de la WWDC. Mais de Windows, il n’a pas été question.

Et quand bien même Microsoft changerait d’avis, il faudrait encore qu’Apple soit motivée elle aussi. L’entreprise a l’occasion de se débarrasser d’un composant qui lui coûte du support, puisqu’il faut préparer les pilotes et dépanner les utilisateurs en cas de problème. 

Le RGPD a fêté ses deux ans il y a quelques semaines. La Commission européenne est revenue sur le Règlement général sur la protection des données à cette occasion.

Plusieurs documents ont été mis en ligne, notamment une série de questions/réponses. On y apprend par exemple que, « deux ans après son entrée en vigueur, le RGPD s'avère être une réussite générale, répondant à une bonne partie des attentes, même s'il reste des points à améliorer ».

Dans cet autre document – baptisé Le RGPD, l’étoffe d’un succès (dont la teneur est donc connue d’avance) – la Commission fait un rapide bilan des actions passées et affirme qu’elle « continuera à suivre de près la mise en œuvre du RGPD par les États membres » et aussi «  à promouvoir la convergence des règles en matière de protection des données, ainsi que la coopération internationale entre les autorités de contrôle ».

La Commission européenne et le RGPD : « l'étoffe d'un succès » et une série de questions/réponses

Cette société  se propose notamment d’accompagner les opérateurs « dans leur recherche et construction de sites en téléphonie mobile ».

« Panoramiques d'implantation, Visée FH, Rapport Pathloss et Inspection de structure, nous maîtrisons l'ensemble des prestations aériennes dédiées aux télécommunications », affirme-t-elle. Elle propose aussi des solutions pour l’agriculture, des inspections au sens large et même du subaquatique.

Nicolas Jaeger, directeur financier d’Iliad, explique que cette « prise de participation, sollicitée par Instadrone, vient compléter nos divers modes d’intervention auprès de notre réseau de partenaires ».

Elle s'est faite dans le cadre du fonds de solidarité Solid-19 lancé par Iliad au printemps 2020. Il tire son nom de Solid(arité) et de Covid-19. Solid-19 « permet d’accéder à une solution de financement en quasi-fonds propres, sous la forme d’obligation convertibles de long-terme, dont l’option de conversion reste à la main de l’entreprise partenaire », rappelle Iliad.

Iliad prend 30 % d’Instadrone, une société française avec « toute une gamme de prestations techniques par drone »
Selon les États-Unis, Huawei serait une des sociétés « détenues ou contrôlées par l’armée chinoise »

C’est du moins ce qu’affirme un document de la présidence américaine, consulté par Reuters. Nos confrères ont également eu la confirmation de son authenticité par « un responsable américain de la Défense » dont l’identité n’a pas été dévoilée.

« D’autres sociétés, dont China Mobile Communications Group, China Telecommunications Corp, Aviation Industry Corp of China ou encore Hikvision sont également visées dans ce document », ajoutent nos confrères.

Toujours selon Reuters, cette proximité avec l’Armée populaire de libération permettrait à Washington de mettre en place de nouvelles dispositions à l’encontre de ces entreprises. 

Huawei est pour rappel déjà placée sur liste noire depuis maintenant plus d’un an. Les entreprises américaines ne peuvent donc plus avoir d’échanges commerciaux avec l'équipementier, mais des licences temporaires renouvelées régulièrement permettent de continuer les contrats existants. 

C’est notamment pour cela que les nouveaux smartphones Huawei n’ont pas accès au Play Store, alors que les anciens peuvent toujours en profiter, avec les mises à jour déployées par Google.

Le 18 juin, le Parlement européen « a débattu de la lutte contre la désinformation et son impact sur la liberté d’expression ».

La Commissaire Jourová explique que « mentir n’est pas un nouveau phénomène et le mensonge n’est pas effrayant en soi. Ce qui m’effraie, par contre, c’est de voir combien nous sommes prêts à croire aux mensonges ». De son côté, « la Commission a appelé ces plateformes à faire un rapport tous les mois sur leurs activités et politiques pour combattre la désinformation autour de la Covid-19 ». 

Le Parlement a ainsi voté pour la création d’une « nouvelle Commission spéciale sur l’ingérence étrangère dans tous les processus démocratiques de l’UE, notamment la désinformation ».

Coronavirus : l’Europe annonce de nouvelles mesures pour lutter contre l’« infodémie »

La plateforme de streaming donne l’ambiance de cette série de plusieurs petits films réalisés par de célèbres cinéastes du monde entier :

« Confinés chez eux pendant l'épidémie de COVID-19, ils ont créé des histoires émouvantes et personnelles qui illustrent notre expérience commune de la vie en quarantaine. C’est une célébration de l'art cinématographique et du pouvoir de la créativité face à une pandémie mondiale ».

Parmi les réalisateurs, on retrouve Ladj Ly, Maggie Gyllenhaal et Kristen Stewart. Au total, 17 courts-métrages « réalisés avec les moyens du bord pendant le confinement » seront disponibles le 30 juin.

Homemade sur Netflix : 17 courts-métrages « réalisés avec les moyens du bord pendant le confinement »
Twitter : sauvegarde de brouillons, panneau des DM et fin pour Internet Explorer

L’information en étonnera sans doute plus d’un, mais Twitter supportait encore Internet Explorer 11. C’est terminé : seuls sont désormais pris en charge les navigateurs basés sur Chromium, Firefox et Safari.

Plusieurs nouvelles fonctions sont apparues ce mois-ci dans la PWA, dont la capacité de sauvegarder les brouillons. Il ne s’agit pas à proprement d’une nouveauté, car elle était apparue en mai. Twitter ajoute cependant que la plupart des utilisateurs devraient maintenant l’avoir.

Une partie d’entre eux a peut-être également vu un nouveau panneau en bas à droite. Sous forme de tiroir, il donne un accès direct aux messages privés, sans quitter la page en cours. Pratique pour continuer par exemple à suivre les mentions tout en répondant à une ou plusieurs personnes dans les DM.

Les listes ont reçu deux améliorations : on peut maintenant les personnaliser avec des bannières, et elles comportent un onglet dédié aux suggestions.

Parmi les autres apports, le clic molette est pris en charge pour les liens présents dans les tweets. En outre, les comptes des Retweets classique et Retweets avec commentaire sont maintenant séparés.

On ne peut pas dire que le fabricant soit pressé puisque la console est disponible depuis plus de sept ans (de nombreuses failles ont donc certainement été colmatées) et que la relève va arriver d’ici la fin de l’année avec la PlayStation 5.

Quoi qu’il en soit, le programme de chasse aux bugs rémunéré est lancé sur HackerOne. Il était déjà en place, mais uniquement de manière privée avec des chercheurs triés sur le volet. Désormais, il est accessible à tout le monde.

Les primes vont de 100 dollars pour une faille avec un faible niveau de dangerosité sur le PlayStation Network (contre 500 dollars sur la PS4), à respectivement 3 000 et 50 000 dollars pour une brèche critique. Tous les détails se trouvent par ici.

Et voici le PlayStation Bug Bounty (pour le PSN et la PS4), 50 000 dollars pour une faille critique

L’Agence américaine indique avoir reçu onze plaintes de clients Tesla en l’espace de 13 mois, elle a donc décidé d’ouvrir une enquête préliminaire pour le moment, comme le rapporte TechCrunch.

Toutes les pannes en question concernent le Media Control Unit (MCU) fonctionnant avec une puce Tegra 3 et 8 Go de mémoire eMMC, qui a une durée de vie limitée en fonction des cycles de lecture/écriture. La piste envisagée par le NHTSA serait justement l'usure de cette puce NAND.

Les symptômes commenceraient par des performances dégradées (temps de démarrage plus long, reboots intempestifs, perte de la connexion cellulaire, etc). Puis c’est l’écran noir, avec par exemple l’impossibilité de visualiser le retour vidéo de la caméra arrière.

159 000 voitures Tesla seraient concernées puisque le Tegra 3 était utilisé dans les Model S de 2012 à 2018 et dans les Model X de 2016 à 2018.

Tesla Model S et X : aux États-Unis, le NHTSA enquête sur des défaillances de l’écran tactile
Slack Connect ouvre des canaux aux autres entreprises

C’est la nouvelle attaque de l’éditeur contre l’email, avec une fonction qui doit accélérer les communications entre plusieurs structures. Sur la base des canaux partagés, Connect permet d’ajouter jusqu’à 20 organisations dans un canal.

Slack donne des exemples courants : partenaires, clients, fournisseurs, etc.

L’éditeur précise dans son annonce que la fonction est bâtie sur quatre ans d’expérience et d’interrogations sur la manière de communiquer plus efficacement qu’avec l’email, son obsession. Il a fallu notamment revoir une bonne partie de l’infrastructure.

Durant la phase de test, Slack dit avoir travaillé avec plus d’un million de testeurs ces derniers mois. Les problématiques à prendre en compte étaient nombreuses, en particulier la sécurité. Les entreprises se servent de différents protocoles et mécanismes, dont la manière d’enregistrer des informations.

En plus de la rapidité, Slack met justement en avant la sécurité. Selon la société, 90 % des fuites de données proviendraient d’attaques par phishing. 

Le service est disponible dès maintenant pour l’ensemble des clients payants de Slack. La version gratuite permet à ses utilisateurs de tester Connect pendant une « période étendue ».

Enfin, Connect a déjà un plan de route, avec des améliorations prévues au cours des prochains mois. Slack veut notamment lui faire prendre en charge les calendriers d’autres services, comme Outlook et Google, pour que les entreprises puissent convenir rapidement d’un évènement commun sur des plages libres. 

Il y a quelques mois, Google proposait enfin un nettoyage automatique de ces données au bout de 3 ou 18 mois, mais seulement après une activation volontaire. Désormais la logique est inversée.

Les comptes actuels devront toujours changer ce paramètre dans leurs options liées à la vie privée, mais le mécanisme sera actif par défaut pour les nouveaux sur les données de localisation, à 18 mois. 

Sur YouTube, ce sera également le cas, mais avec une durée par défaut de 36 mois. L'entreprise rappelle au passage qu'elle renforce constamment l'accès à ses outils de gestion des données, et leur fonctionnement. 

Tous les détails sont donnés par ici.

Google active par défaut le nettoyage de l'historique d'activité sur certains services

Honeycode doit permettre aux employés de créer eux-mêmes leurs applications, plutôt que d’attendre que le pôle développement s’occupe de certains projets.

Pour éviter le bazar, Honeycode se base sur l’infrastructure AWS de l’entreprise et met à disposition les briques déjà disponibles. Aux utilisateurs inventifs de les assembler ensuite, avec pas ou très peu de code selon les cas.

Selon Amazon, les besoins en applications dépassent en effet largement les capacités des développeurs. Listes de tâches, suivi clientèle, enquêtes, inventaires ou encore évènements seraient souvent gérés dans des feuilles de calcul, envoyées ensuite par email. Les applications créées peuvent être web ou mobiles.

À tel point qu’Amazon a justement choisi une interface de type feuille de calcul. Mais les employés pourront utiliser des formules pour brasser des données toujours à jour. Notifications, rappels et processus d’approbation peuvent être ajoutés.

Le modèle commercial du service permet le développement gratuit d’une application pour un maximum de 20 utilisateurs. Après quoi, la facturation se fait au nombre d’utilisateurs et sur la base du stockage consommé par les applications.

Amazon lance Honeycode, pour développer des applications « sans code » en entreprise
Opera 69 intègre Twitter dans sa barre latérale

Opera s’est fait une spécialité de rassembler dans sa barre latérale les services de communication et réseaux sociaux les plus populaires. On pouvait par exemple se connecter à Facebook Messenger, WhatsApp ou Telegram. Après Instagram en avril, l’éditeur intègre cette fois Twitter.

Le fonctionnement est dans la même veine que les autres : en cliquant sur l’icône, on ouvre un panneau dans lequel on se connectera, activant l’intégration. Le panneau peut être épinglé pour devenir permanent. Comme pour les autres, les évènements en attente sont signalés par une pastille bleue sur l’icône du service.

Aux utilisateurs de décider si ce type d’intégration vaut mieux qu’un onglet dédié, ou même qu’une version installée de la PWA, comme peuvent le faire Chrome et Edge.

Opera 69 a quelques autres nouveautés dans sa manche, dont un widget météo sur la page Nouvel onglet et un rafraîchissement visuel de la bascule entre onglets via Ctrl+Tab. Rien de bien majeur donc pour cette version.

Les utilisateurs d’Opera peuvent récupérer la dernière version dans l’À propos du navigateur, qu’il faudra redémarrer ensuite.

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.