du 06 décembre 2017
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

AMD fait passer discrètement le GPU des Radeon RX 560 de 1024 à 896 unités de traitement

Ces dernières semaines, on a pu voir des Radeon RX 560 annoncées avec 896 unités de traitement, contre 1024 selon les caractéristiques officielles de la carte. Pour rappel, il s'agissait justement d'une légère évolution de la RX 460 utilisant son GPU de manière complète plutôt que d'être limité à... 896 unités.

Nos confrères de Heise.de relèvent qu'il s'agit apparemment d'un choix délibéré d'AMD, qui a discrètement mis à jour les caractéristiques de ses cartes sur son site… sans même prendre la peine de changer la référence du produit en RX 555 par exemple. Aucune autre caractéristique ne change, même pour venir compenser cette baisse de près de 12 %, tout de même !

Prenez donc garde lors de votre achat. Il faudra d'ailleurs voir comment les revendeurs réagissent à cette pratique et comment ils comptent distinguer les produits au sein de leurs propres fiches. Nous avons de notre côté interrogé AMD pour tenter d'en savoir plus.

Après une semaine de bêta-test auprès de 10 000 clients, Revolut proposera dès jeudi d'acheter ou de vendre des crypto-monnaies sur sa plateforme. Une annonce qui émane directement du PDG de l'entreprise, lors du TechCrunch Disrupt Berlin.

Ce solde en bitcoins, ethers ou litecoins sera converti automatiquement en euros si jamais une opération (virement, paiement en carte, etc.) nécessite un solde supérieur à celui disponible.

Côté frais, Revolut dit ne ponctionner que 1,5 % sur chaque transaction. Les échanges pourront d'ailleurs se faire avec n'importe quelle monnaie prise en charge par la néo-banque, qu'il s'agisse d'euros, de francs suisses, etc.  

Revolut s'ouvre à l'échange de crypto-monnaies

Le navigateur Vivaldi est désormais disponible pour Linux sur processeurs ARM. L'équipe indique avoir travaillé sur une telle version pour ses propres besoins, notamment pour Vivaldi Mobile, mais a finalement décidé de la proposer à tous.

Elle prend la forme d'un paquet .deb visant des Raspberry Pi et appareils du genre, comme la Tinker Board d'ASUS.

Dans un guide pratique, il est conseillé d'augmenter l'espace de swap pour de meilleures performances. Une procédure d'installation pour les distributions non basées sur Debian est aussi détaillée.

Vivaldi est disponible pour Linux ARM et fonctionne sur les Raspberry Pi

Début novembre, NVIDIA a lancé une édition spéciale Star Wars de sa Titan Xp, à 1 299 euros. Et alors que l'on se situe dans la période entre le Black Friday et les soldes d'hiver, ce tarif est déjà revu à la baisse.

En effet, le site du constructeur évoque désormais un prix de 1 138 euros « seulement », soit un rabais d'un peu plus de 12 %.

Le prix de la Titan Xp Star Wars de NVIDIA revu à la baisse

Mi-octobre, le service de paiement Lydia annonçait qu'il allait à son tour proposer Apple Pay à ses clients avant la fin de l'année. C'est désormais le cas.

L'application iOS a été mise à jour hier et cette version 7.4 permet  de dépenser le solde disponible sur votre compte.

« Pour ajouter une carte Lydia à Apple Pay, ouvrir l'application Wallet et cliquer sur le signe + » indique le service qui précise que « si vous n'avez pas de carte Lydia plastique, vous pouvez générer une carte virtuelle depuis l'application ».

L'application de paiement française Lydia gère désormais Apple Pay
Deux nouveaux smartphones Honor en France : les View 10 et 7x, à partir de 249 euros

Le premier n'est pas totalement inconnu puisqu'il s'agit d'une version européenne du Honor V10 lancé la semaine dernière en Chine. Comme les Mate 10 (Pro), le Honor View 10 exploite le SoC Kirin 970 avec un Neural Processing Unit (NPU) dédié aux réseaux de neurones.

Il dispose d'un écran au format 2:1 de 5,99 pouces avec une définition de 2 160 x 1 080 pixels. Deux capteurs optiques de 16 et 20 Mpixels sont présents à l'arrière, ainsi qu'un de 13 Mpixels en façade. Wi-Fi 802.11ac, Bluethooth 4.2, lecteur d'empreintes digitales, USB Type-C, NFC et deux emplacements SIM (ou SIM et microSD) sont de la partie.

Les caractéristiques techniques détaillées sont disponibles par ici. Il sera disponible à partir du 8 janvier pour 499 euros avec 6 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage.

Plus accessible, le Honor 7X est dès à présent disponible pour 299 euros, avec une offre de remboursement de 50 euros à l'occasion de son lancement (jusqu'au 8 janvier). Il propose un écran au format 2:1 de 5,93 pouces (2 160 x 1 080 pixels) avec des bords fins, et il est animé par un SoC Kirin 659.

Deux capteurs optiques de 16 et 2 Mpixels à l'arrière, avec un autre de 8 Mpixels à l'avant. Le Wi-Fi se limite au 802.11n, avec du Bluetooth 4.1, lecteur d'empreintes digitales et micro USB 2.0. Tous les détails se trouvent par là.

Le mois dernier, on apprenait que Mashable pourrait être vendu au géant Ziff Davis pour 50 millions de dollars. L'information vient d'être confirmée par Recode et à l'AFP.

L'objectif est de recentrer l'activité du site sur les informations autour des nouvelles technologies et le « Lifestyle ». 50 personnes sont ainsi licenciées, alors que d'autres se voient proposer des postes au sein des publications du groupe. Le fondateur, Pete Cashmore, reste en place.

Le cas des éditions locales n'a pas été évoqué, notamment l'édition française lancée il y a un peu plus d'un an avec le soutien de France 24 et Google.

Une annonce qui intervient peu après celle d'un licenciement d'une centaine de personnes par BuzzFeed, alors que la presse financée par la publicité rencontre de plus en plus de problèmes outre-Atlantique, face à des géants comme Facebook et Google qui monopolisent ce marché.

« Ziff Davis est spécialisé dans la mise en place de sites à bas coût qui génèrent un montant significatif de revenus à travers l'affiliation » notent nos confrères de Recode. Un modèle qui a le vent en poupe ces dernières années.

Mashable racheté par Ziff Davis : 50 employés licenciés, un retour aux fondamentaux

Dans un bref communiqué, le groupe Fnac Darty vient d'annoncer « la signature d’un accord de partenariat portant sur une coopération à l’achat, sur les produits électroménagers et électroniques grand public, en France » avec Carrefour.

Il n'est pas question d'autres synergies pour le moment, les deux entités tenant à rester séparées et à maintenir « leurs politiques commerciales propres ».

Une annonce qui fait suite à celle du plan stratégique Confiance+ ayant pour objectif d'assurer à moyen terme « une croissance supérieure à ses marchés, et une marge opérationnelle de 4,5 % à 5 % ».

L'idée de ce rapprochement des deux groupes est de peser plus lourd sur le marché, face à des géants mondiaux comme Amazon, ce qui ne devrait pas ralentir la marche de la concentration dans le secteur.

Pour rappel, Alexandre Bompard avait quitté la direction de Fnac Darty pour celle de Carrefour en juin dernier, après avoir mené à bien le rapprochement des deux enseignes.

Carrefour a de son côté racheté Rue du commerce / Top Achat en 2015, peu avant que LDLC n'intègre Materiel.net, dont le fondateur vient de quitter son poste.

Fnac Darty se rapproche de Carrefour pour l'achat de produits

Lors de l'annonce de ses processeurs EPYC pour serveurs, AMD avait évoqué le fait que ces derniers seraient proposés par Microsoft au sein de son offre Azure assez rapidement.

C'est désormais le cas, le géant de Redmond venant de lever le voile sur de nouvelles machines virtuelles Lv2 qui se basent sur un modèle EPYC 7551 : 32 cœurs , 64 threads, 2 à 3 GHz (2,55 GHz all-cores), 64 Mo de cache L3 et 180 watts de TDP.

Dans la pratique, quatre possibilités sont offertes : 8, 16, 32 ou 64 vCPU avec 64, 128, 256 ou 512 Go de mémoire et 1, 2, 4 ou 8 SSD de 1,9 To. Bref, il s'agit de machines haut de gamme pensées pour traiter de gros volumes de données.

Aucun tarif n'a pour le moment été détaillé, et pour cause : Microsoft ne propose que de s'inscrire à un programme de Preview qui ouvrira seulement pour quelques clients dans un premier temps. La phase de commercialisation n'est donc pas encore pour tout de suite.

Microsoft ouvre les portes d'Azure aux processeurs EPYC d'AMD, dans un programme de test
Android 8.1 débarque en version finale et inaugure l'édition Go

Première mise à jour majeure pour Oreo, après plusieurs mois de tests. Première grosse nouveauté, la disponibilité officielle de la variante Go du système, conçue pour l'entrée de gamme. Elle est accompagnée de Files Go, précédemment disponible en bêta, permettant d'effectuer des économies côté stockage.

Dans les grandes lignes, Android Go est une mouture allégée du système, qui doit permettre aux applications de fonctionner sur des appareils ayant 1 Go de mémoire ou mois. Le Play Store met en évidence les applications également optimisées, celles de Google ont été remaniées pour être moins gourmandes, et les développeurs peuvent indiquer en cible les appareils à faible mémoire.

Google en profite pour rappeler que chercher à faire baisser la consommation d'une application, que ce soit en puissance, mémoire ou stockage, bénéficie toujours à tout le monde. Il ne faut donc pas attendre de viser Android Go pour s'atteler à la tâche. Des lignes de conduite spécifiques ont cependant été publiées. Notez qu'Android Go ne concerne que l'Inde et l'Indonésie pour l'instant.

Parmi les autres améliorations d'Android 8.1, on trouve l'API Neural Networks, faisant le lien entre le matériel et les frameworks de machine learning de type TensorFlow Lite, un remplissage automatique plus complet, quelques emojis remaniés (dont le hamburger) et un nouveau niveau d'API pour Google Play, le 27.

L'éditeur encourage naturellement à se pencher sur ces nouveautés et à passer par Android Studio 3.0.

Comme toujours quand une nouvelle version d'Android débarque, les appareils de Google seront les premiers servis : Nexus 5X, Nexus 6P, Pixel C, Pixel (XL) et Pixel 2 (XL). La diffusion de la mise à jour a débuté hier soir. Chez les autres constructeurs, l'attente commence.

Après un mois de baisse sans presque aucune interruption, les choses s'arrangent (un peu) pour Altice. Le groupe de Patrick Drahi a ainsi vécu deux séances de hausse consécutives.

Le cours a clôturé hier soir à 7,47 euros, pour une capitalisation de 12 milliards d'euros, contre 6,66 euros à la fin de la semaine, soit une hausse d'un peu plus de 12 %.

Le groupe pourrait également faire de nouvelles annonces avant la fin de l'année afin de rassurer un peu plus les marchés.

Altice reprend des couleurs en bourse

Notre planète a été au moins trois fois entièrement recouverte de glace.

Alors que l'exposition « Froid » ouvre ses portes à la Cité des sciences et de l'industrie (jusqu'au 26 août), le CNRS propose un retour sur les époques glaciaires avec une interview du climatologue Gilles Ramstein.

Pour en savoir plus sur la théorie de la « Terre boule de neige », c'est par ici que ça se passe.

Quand la Terre était une boule de neige

Ces derniers jours, certains ont remarqué que les « snippets » de Google étaient d'une taille plus importante que d'habitude. Un changement qui prend en réalité place dans une évolution plus générale de l'affichage de certains résultats.

Google renforce en effet ces éléments avec plus d'images et de recherches relatives. Les panneaux du Knowledge graph afficheront eux aussi du contenu relatif.

« Si vous effectuez une recherche sur le ski par exemple, vous verrez des résultats sur des sports comme le snowboard » précise l'équipe en charge du projet.

Enfin, les différentes recherches d'une même session pourront venir s'enrichir les unes les autres. Si vous cherchez un joueur de football puis un autre, les résultats afficheront d'autres joueurs du même championnat par exemple.

Google va afficher plus de contenu relatif au sein de ses résultats de recherche
Samsung eUFS : une puce de 512 Go à 860 Mo/s pour les terminaux mobiles

Le fabricant vient d'annoncer que la production de masse avait débuté et que nous devrions la retrouver prochainement dans des smartphones et tablettes haut de gamme.

Elle est constituée de 8 puces de V-NAND (64 couches) et d'un contrôleur empilés ensemble, permettant ainsi de doubler la capacité par rapport à la précédente version de 256 Go (avec de la V-NAND sur 48 couches).

Les performances annoncées par Samsung sont de 860 Mo/s en lecture et de 255 Mo/s en écriture, avec respectivement 42 000 et 40 000 IOPS. Le fabricant indique enfin avoir intégré une nouvelle technologie de gestion de l'énergie.

Le volume de production des puces de 512 Go devrait augmenter régulièrement affirme le fabricant, tout comme celui des versions de 256 Go.

De telles capacités devraient donc se retrouver dans un nombre croissant de terminaux mobiles. Le CES de Las Vegas sera l'occasion de faire un premier tour des constructeurs.

Fin octobre, le gestionnaire de contenus de Mozilla annonçait une fonctionnalité de surlignage du texte (Highlight) sous la forme d'une bêta pour Android. Elle est désormais finalisée.

Elle peut être utilisée trois fois par article, les membres Premium pouvant aller au-delà. L'équipe précise qu'elle va maintenant travailler à l'implémentation iOS, et de manière plus générale au sein de ses clients. Aucune date n'a été donnée.

Pocket : la fonction « Surligner » finalisée sur Android, bientôt sur iOS

En décembre, il n'y a pas que les flocons qui tombent, les rétrospectives sur l'année écoulée arrivent aussi en force. C'est au tour de Facebook de dévoiler son « Year in Review ».

Les trois événements les plus discutés sur le réseau social sont : la journée internationale des femmes (8 mars), le 51e Super Bowl et la fusillade de Las Vegas.

Facebook met aussi en avant trois moments de solidarité de ses membres : le tremblement de terre à Mexico, l'ouragan Harvey et le concert One Love Manchester.

Enfin, deux événements propices à la rencontre : l'éclipse totale du Soleil et la marche des femmes à Washington. Bien évidemment, le réseau social proposera à ses utilisateurs une vidéo de leur année sur Facebook, avec la possibilité de l'éditer et de la partager s'ils le souhaitent.

La mise en place se fait progressivement à partir d'aujourd'hui, la vidéo personnalisée sera mise en ligne à cette adresse.

L'année 2017 vue par Facebook

Xooloo existe déjà depuis plusieurs années (nous les avions rencontrés au MWC 2016 de Barcelone) et l'on retrouve son application dans le service SFR FAMiLY par exemple.

Alors que Bouygues Telecom a décidé de passer par un de ses concurrents (Parents dans les parages), la start-up annonce un nouveau partenaire de poids : Orange. Les clients de l'opérateur peuvent ainsi souscrire au Digital Coach pour 3,50 euros par mois, sans engagement, pour un nombre illimité d'appareils.

Sur son site, Xooloo facture 2,99 euros par mois son application pour un seul appareil enfant, contre 4,99 euros pour trois et 6,99 euros par mois pour de l'illimité. Dans tous les cas, le premier mois est offert afin de tester le service.

Contrôle parental : Xooloo s'associe avec Orange, avec un tarif préférentiel
Le CES répond sur la diversité dans ses keynotes

Fin novembre, l'organisation GenderAvenger attaquait le Consumer Electronic Show dans une lettre, remarquant que l'ensemble des keynotes listées en ligne n'étaient composées que d'hommes.

« Pour présenter une keynote au CES, le conférencier doit diriger une large entité reconnue dans l'industrie. Aussi dérangeant que ce soit, il y a une quantité limitée de femmes à ces postes. Nous ressentons votre douleur. Cela nous ennuie aussi. L'industrie tech doit faire mieux » répond la Consumer Technology Association dans un communiqué.

Elle assure que de nombreuses femmes seront mises en avant dans la prochaine édition, en janvier 2018, rappelant que sa direction et les deux tiers de son personnel sont féminins. 275 femmes auraient donné des conférences l'an dernier au CES.

La réponse ne satisfait pas GenderAvenger, pour qui le CES doit revoir ses critères pour inclure plus de femmes. À Ad Age, Karen Chupka, vice-présidente du salon, répond qu'ouvrir les conférences à d'autres personnes que des dirigeants réduirait d'autant leur intérêt pour ceux qui présentent aujourd'hui des keynotes. Elle déclare par ailleurs que le CES a déjà changé ses méthodes pour inclure plus de conférencières hors de ces keynotes.

Cette nuit, le cours du bitcoin s'est de nouveau envolé, lui faisant passer le cap des 12 000 dollars. Au moment où nous rédigeons ces lignes, les 12 500 dollars semblent même à portée, puisque le cours est à 12 467 dollars.

Au total, les 16,7 millions de bitcoins actuellement en circulation représentent une valeur de 208 milliards de dollars, une somme qui reste inférieure à la trésorerie d'Apple, même après le paiement de 13 milliards d'euros d'impôt à l'Irlande.

Bitcoin franchit la barre des 12 000 dollars

Hier, nous apprenions que Broadcom allait présenter 11 candidats et candidates pour occuper les sièges du conseil d'administration de Qualcomm, dont la composition doit être renouvelée lors d'une assemblée générale en mars prochain.

Sans grande surprise, le fabricant de puces n'apprécie guère la manœuvre : « Qualcomm croit que cette action est une tentative flagrante de prendre le contrôle du conseil d'administration pour faire avancer l'agenda de Broadcom. Ces candidats sont intrinsèquement en conflit d'intérêt, étant donné la volonté de Broadcom d'acheter Qualcomm d'une manière qui la sous-évalue dramatiquement ».

Qualcomm répond à la tentative de putsch de Broadcom

Invité par une sénatrice à lever le moratoire de 2007 qui empêche de nouvelles communes de recourir aux machines à voter, le gouvernement a déclaré hier par la voix de Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l’Intérieur, qu’il « examinera la situation ».

Une prudence plutôt surprenante dans la mesure où la Place Beauvau a annoncé en septembre que « l’interdiction des machines à voter » serait proposée par l’exécutif. « L'obsolescence technique du dispositif et les risques liés au paramétrage ne garantissent pas la sécurité du vote » a d’ailleurs relevé hier Jacqueline Gourault (voir le compte rendu).

Le gouvernement entretient le flou sur l’abandon des machines à voter
Guerre ouverte entre Google et Amazon, YouTube tire (encore) sa révérence sur Echo Show... et Fire TV Stick

Rapide rappel des épisodes précédents : YouTube disparaissait des Amazon Echo Show fin septembre, avant de revenir un mois plus tard. Aujourd'hui, un porte-parole de la plateforme de streaming annonce à plusieurs de nos confrères américains que YouTube n'est plus supporté par les Amazon Echo Show, mais aussi par les Fire TV Stick.

Il s'explique : « Nous avons essayé de parvenir à un accord avec Amazon pour donner aux consommateurs un accès réciproque aux produits. Mais Amazon ne vend pas de produits Google tels que Chromecast et Google Home, ne met pas Prime Video à la disposition des utilisateurs de Google Cast et, le mois dernier, a arrêté de vendre certains des derniers produits Nest ».

YouTube n'est ainsi plus disponible sur les Echo Show, tandis qu'un message indique sur les Fire TV que l'application ne sera plus utilisable à partir du 1er janvier 2018. De notre côté, nous avons également constaté ce message.

La guerre entre les deux géants prend donc une tournure plus importante avec la Fire TV Stick dans la balance. Google espère certainement faire ainsi plier Amazon qui a récemment lancé sa clé dans une centaine de nouveaux territoires, dont la France (lire notre test).

L’association Regards Citoyens s’est félicitée hier que le Palais Bourbon ait mis en ligne son fameux règlement budgétaire (PDF), « document jalousement gardé secret depuis des décennies ».

Ce pas en avant fait vraisemblablement suite à la volonté de François de Rugy, exprimée cet été, « qu'il y ait une comptabilité analytique, transparente, et qu’on sache bien, à l'Assemblée nationale, qu'est-ce qui coûte quoi ».

Le règlement budgétaire, comptable et financier de l’Assemblée nationale rendu public

Lorsque vous ouvrez une fenêtre pour écrire une publication, cette option est désormais disponible (en dessous de Sondage et Soutenir une organisation à but non lucratif sur la version web).

Un clic plus tard, Facebook vous pose une question et vous propose d'y répondre. Vous pouvez changer de question autant de fois que vous le souhaitez, mais il faudra obligatoirement choisir parmi les options proposées.

En voici quelques exemples : « Ma journée idéale ressemble à... », « Si j’étais un jour de la semaine, je serais... », « Si je devais remettre un prix à ma mère, ce serait celui de la... », « Un plaisir coupable que je suis prêt à reconnaître c’est... », etc. Vous n'avez ensuite plus qu'à ajouter votre réponse et publier.

Ne vous étonnez donc pas si vous voyez fleurir ce genre de publication sur votre timeline... Cette fonctionnalité est en cours de déploiement sur la version web ainsi que sur les applications mobiles Android et iOS.

Facebook passe en mode confessionnal et vous propose de « Répondre à une question »

Une évolution importante pour le petit framework d'apprentissage automatique. Désormais, les développeurs utilisant TensorFlow Lite sur Android pourront également le faire sur iOS, puisque Core ML, bibliothèque d'Apple dédiée au machine learning, est prise en charge.

Le support, réalisé en collaboration avec Apple, se présente sous forme d'un outil (en python) convertissant le modèle TensorFlow en Core ML Model Format. De quoi faire progresser les objectifs de Google, à savoir faire de TensorFlow une porte d'entrée générale pour l'apprentissage automatique.

Rappelons que la version Lite est spécifique aux appareils mobiles, embarqués et autres objets connectés. Plus légère que l'édition classique, elle adapte les calculs à la faible puissance (comparativement) des terminaux pour réaliser les opérations locales.

TensorFlow Lite supporte maintenant Core ML d'Apple
Microsoft lance une Preview de son Whiteboard, outil de création libre

Révision complète de l'application Whiteboard existant pour SurfaceHub (et qu'elle remplacera à terme) : elle se focalise sur les idées, notes, photos et autres que l'on place dans une zone avant de les organiser éventuellement.

La (courte) vidéo de présentation montre bien ses capacités. Une grille de pages blanches permet d'entrer tout type d'information comme on remplirait un journal pour y mêler idées et annotations. L'application semble clairement orientée vers l'organisation d'éléments pour des projets, ou la simple projection de concepts et pensées.

Whiteboard, qui vise surtout les appareils tactiles, n'est disponible pour l'instant qu'en Preview et uniquement pour les systèmes en anglais. Microsoft précise que les autres langues seront servies dans les mois qui viennent, sans plus de précision.

Le cabinet de Mounir Mahjoubi, ancien président du CNNum devenu secrétaire d’État au Numérique, a fait savoir par voie de communiqué que « les nouveaux membres du Conseil ainsi que les missions renforcées qui seront désormais les siennes » seraient présentés lundi prochain, à 10h30.

Accompagné de la nouvelle présidente de l’institution, Marie Ekeland, Mounir Mahjoubi ambitionne de « donner une nouvelle impulsion à cet organisme essentiel dans l’éclairage de l’action publique sur les sujets numériques ».

Un « nouveau Conseil national du numérique » annoncé pour le 11 décembre

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.