du 22 mai 2020
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Télésurveillance des examens : la CNIL rappelle les règles

Dans le contexte de crise sanitaire liée au Covid-19, certains établissements d’enseignement supérieur souhaitent recourir à des outils numériques de télésurveillance afin d’organiser des examens à distance (voir À l'université, des télé-examens télé-surveillés).

La CNIL a donc décidé de rappeler les règles applicables, dès lors qu'il s'agit de traitements de données personnelles soumis au RGPD et à la loi informatique et libertés, et de proposer des conseils pour les établissements et les étudiants concernés.

Le consentement doit, pour constituer une base légale valable, être notamment libre, c’est-à-dire ni contraint ni influencé (par exemple par la position d’autorité du responsable de traitement). L’étudiant doit notamment se voir offrir un choix réel, sans avoir à subir de conséquences négatives en cas de refus. 

Le responsable du traitement peut cependant, précise la CNIL, procéder à ce type de traitement en s’appuyant sur une autre base légale, comme l’exécution d’une mission d’intérêt public. L’étudiant pourra cela dit et à tout moment s’opposer au traitement, pour des raisons tenant à sa situation particulière qu’il devra exposer.

Dans ce cas, le responsable ne traitera plus ces données, à moins qu’il démontre qu’existent des motifs légitimes et impérieux pour le traitement, qui prévalent sur les intérêts et les droits et libertés de l’étudiant, ou pour la constatation, l’exercice ou la défense de droits en justice.

D'autre part, les données ne devraient être traitées que si la finalité du traitement ne peut être raisonnablement atteinte par d’autres moyens moins intrusifs.

Par exemple, les traitements suivants n’apparaissent pas disproportionnés :

  • la surveillance vidéo en temps réel pendant la durée de l’examen ;
  • la prise de photographies ou de flux vidéo ou sons de manière ponctuelle ou aléatoire.

En revanche, n’apparaissent a priori pas proportionnés au regard de la finalité poursuivie :

  • les dispositifs de surveillance permettant de prendre le contrôle à distance de l’ordinateur personnel de l’étudiant (notamment pour vérifier l’accès aux courriels ou aux réseaux sociaux) ;
  • les dispositifs de surveillance reposant sur des traitements biométriques (exemple : reconnaissance faciale via une webcam).

Par ailleurs, dès lors que le dispositif de télésurveillance est « susceptible d’engendrer un risque élevé pour les droits et libertés des personnes concernées », une analyse d’impact relative à la protection des données (AIPD) doit être réalisée par le responsable de traitement. En particulier, l’utilisation de technologies innovantes (exemples : recours à l’oculométrie (eye tracking), algorithmes et intelligence artificielle) devra faire l’objet d’une telle analyse.

Avoir recours à une solution technique extérieure à l’établissement implique en outre pour le responsable de traitement de respecter les obligations en matière de recours à des sous-traitants et notamment de contractualiser avec eux. 

L’Agence nationale des fréquences (ANFR) effectue chaque année des mesures de DAS sur des dizaines de smartphones afin de vérifier leur conformité. 

Le Razer Phone 2 a été flashé à 3,29 W/kg, au-dessus de la limite réglementaire de 2 W/kg. L’ANFR a alors mis en demeure la société Razer « de prendre toutes les mesures appropriées pour mettre fin à la non-conformité constatée sur les équipements actuellement sur le marché ainsi que ceux déjà commercialisés ».

Deux choix sont possibles : déployer une mise à jour ou lancer une procédure de rappel. Razer a choisi la seconde solution. Elle est en place depuis le 8 mai 2020 et pour une durée de six mois. Un formulaire est disponible par ici.

« L’ANFR a pris acte de cette décision et invite les propriétaires de ce modèle de téléphone à contacter le fabricant Razer pour un échange ou un remboursement du téléphone ».

Émission d’ondes : rappel et retrait du Razer Phone 2 pour DAS trop élevé

Netflix vient de mettre en ligne plusieurs bandes-annonces pour des séries attendues. Dans Space Force, les producteurs de The Office mettent en scène « un général quatre étoiles [Steve Carell, ndlr] devant faire équipe avec un scientifique excentrique pour développer la Space Force, une nouvelle branche de l'armée américaine ». Disponible le 29 mai.

Une semaine plus tard (le 5 juin), ce sera au tour de la dernière saison de 13 Reasons Why : « Alors que les terminales de Liberty High s'apprêtent à recevoir leur diplôme, ils vont devoir prendre des décisions si déchirantes qu'elles pourraient affecter le reste de leur vie ». 

Space Force et 13 Reasons Why : des bandes-annonces avant la sortie des séries
Covid-19 : les « sciences du numérique complètent notre arsenal contre la pandémie »

Dans son Journal, le Centre national pour la recherche scientifique (CNRS) revient sur trois projets portés par ses chercheurs dans le cadre de la lutte contre la maladie Covid-19. Ils sont disponibles sur la plateforme Modcov19 (modélisation et Covid-19).

« Évolution de l’épidémie, stratégie de déconfinement, aide à la décision politique… sur tous ces sujets, et d’autres, les outils des sciences du numérique complètent notre arsenal contre la pandémie », rappelle le CNRS.

Nous avons ainsi « des modèles multi-agents pour prédire l’évolution de l’épidémie ». « À l’échelle de communautés réduites, notre idée est d’utiliser des modélisations multi-agents où les interactions sociales entre individus, qui sont fondamentales en matière de propagation de l’épidémie, sont reproduites par une série de règles comportementales auxquelles on ajoute une part de hasard. On peut alors en déduire une série de lois statistiques qui serviront ensuite à calibrer les paramètres d’entrée du modèle d’évolution de l’épidémie », explique Didier Georges du Gipsa-lab de Grenoble.

Claire Mathieu et son équipe planchent sur les graphes et leur implication dans la modélisation de la propagation du virus sur de petites structures (famille, école, entreprise, etc.) : « un graphe est un réseau de points appelés nœuds, reliés par des liens. Dans le cadre d’une épidémie, chaque nœud représente une personne se trouvant à un stade infectieux donné (saine, infectée ou guérie) et chaque lien entre deux nœuds matérialise une interaction sociale entre deux individus. L’ensemble fournit une sorte de carte de l’ensemble des contacts sociaux au sein d’un groupe ».

« À partir de ce réseau, on se donne ensuite une probabilité pour la transmission du virus lors d’une interaction entre deux personnes du réseau, à partir de quoi on peut étudier la façon dont l’infection se propage au sein de la population », ajoute-t-elle.

Enfin, Samson Lasaulce travaille sur des modèles pour optimiser les coûts : « les algorithmes que nous élaborons permettent d’allouer une ressource en fonction d’un objectif donné et de contraintes propres au problème posé ».

Enfin, le Journal du CNRS se fait l’écho de l’analyse du sociologue Jeremy Ward : « Entre 20 et 25 % de la population ne comptent pas se faire vacciner contre le nouveau coronavirus ».

Jusqu’à présent, le principe de fonctionnement est assez basique : vous publiez un message, tous ceux qui le voient peuvent y répondre. Le réseau social expérimente une approche différente sur un « petit groupe d’utilisateurs » sur Android, iOS et le web.

Lorsque vous publiez un tweet, vous pouvez limiter les réponses aux comptes qui vous suivent ou aux personnes directement mentionnées dans votre message. Vous pouvez également laisser tout le monde participer, comme par défaut.

En cas de restriction, un message informera les lecteurs et le bouton « répondre » sera grisé pour ceux ne pouvant pas répondre, avec un message explicatif. Pour le reste, rien ne change : vous pouvez « aimer » et retweeter (y compris avec un commentaire). 

Twitter teste une fonctionnalité permettant de choisir qui peut répondre à un de vos tweet

La NASA vient de baptiser officiellement son prochain télescope spatial infrarouge, dont le lancement est prévu aux alentours de 2025. On peut aussi l’appeler le Roman Space Telescope en version « courte ».

Nancy Grace Roman est considérée comme étant la « mère » du célèbre télescope Hubble

« C’est grâce au leadership et à la vision de Nancy Grace Roman que la NASA est devenue une agence pionnière en astrophysique et a lancé Hubble, le télescope spatial le plus puissant et le plus productif au monde », affirme l’administrateur de l’Agence spatiale américaine Jim Bridenstine.

Le Wide Field Infrared Survey Telescope (WFIRST) s’appelle désormais Nancy Grace Roman

The Verge, qui confirme la fuite, explique que dans le cas de la console, on trouve le code source du noyau, du Xbox Development Kit, des émulateurs, le tout accompagné par la documentation interne de l’époque.

On pourrait y voir une opportunité de faire fonctionner d’anciens jeux sur du matériel récent, mais ce n’est pas si simple. La première Xbox utilisait un système dérivé de Windows 2000 dont les attributs sont connus depuis longtemps.

Actuellement, sur les 900 titres sortis sur la console, seule une quarantaine de jeux peuvent fonctionner sur émulateur selon Neowin. Nos confrères précisent que Microsoft a bien un mode émulation sur ses Xbox One, mais à peine une dizaine de jeux sont pris en charge.

Quant à Windows NT 3.5, il s’agit d’une build quasi finale. Mais en dehors de la curiosité que peut susciter un tel code source, il n’y aura probablement pas de quoi fouetter un chat. D’autant que les codes sources de NT 4 et 2000 avaient fuité il y a plus de 15 ans.

Les codes source de Windows NT 3.5 et de la première Xbox ont fuité
Malgré la crise, NVIDIA se porte bien : revenus et bénéfice en nette croissance sur un an

Sur son premier trimestre de l’année fiscale 2021, qui s’est terminée le 26 avril 2020 en plein durant la crise sanitaire, Jensen Huang affirme avoir malgré tout « réalisé un excellent trimestre ». 

L’entreprise revendique 3,08 milliards de dollars de revenus, en hausse de 39 % sur un an, mais en baisse de 1 % sur trois mois. La marge brute est à 65,1 % (+0,2 point en trois mois, +6,7 points en un an) pour un bénéfice net de 917 millions de dollars (950 millions au quatrième trimestre 2020, 394 millions au premier trimestre 2020).

Dans le détail, la branche gaming totalise un chiffre d’affaires de 1,34 milliard de dollars, en baisse de 10 % sur trois mois, mais en hausse de 27 % sur un an. La division datacenter a rapporté 1,14 milliard de dollars, en hausse aussi bien sur trois mois (+18 %) que sur un an (+80 %)

La branche Professional Visualization (307 millions de dollars) est elle aussi en baisse (7 %) sur trois mois et en hausse (15 %) sur un an. Par contre, la division Automotive (155 millions de dollars) perd 5 et 7 % sur trois mois et un an.

Concernant la crise sanitaire mondiale, « NVIDIA et ses employés se sont engagés à faire don de plus de 10 millions de dollars aux personnes touchées durant cette période ». Dans un registre différent, la société est accusée d’avoir largement sous-estimé les ventes de GPU pour miner les cryptomonnaies entre 2017 et 2018. 

Ces annonces n’ont eu que peu d'influence sur le cours de l’action, qui reste au-dessus de 350 dollars. Le rachat de Mellanox a été pour rappel finalisé le 27 avril 2020, soit juste au début du second trimestre 2021 de NVIDIA.

Lancée en janvier par Oppo, Vivo et Xiaomi, ce système se présente comme une alternative à AirDrop. Trois nouveaux membres sont aujourd’hui présents dans cette alliance, comme le rapporte PocketNow.

OnePlus et Realme tout d’abord, ce qui n’a rien de surprenant puisque les deux appartiennent au même groupe BBK Electronics, comme Oppo et Vivo. Ensuite, Black Shark, une marque de Xiaomi.

Bref, si la Peer-to-Peer Transmission Alliance peut afficher six membres, cela ne concerne pour le moment que deux fabricants chinois.

OnePlus, Realme et Black Shark ont rejoint la Peer-to-Peer Transmission Alliance

C’est via un communiqué de presse que la plateforme de streaming détaille son approche : « nous demandons à tous ceux qui n'ont rien regardé sur Netflix depuis un an de confirmer s'ils souhaitent conserver leur abonnement. Et nous ferons de même avec tous ceux qui ont cessé de regarder nos programmes depuis plus de deux ans ».

Elle ajoute : « les abonnés commenceront à recevoir ces e-mails ou notifications cette semaine. S'ils ne confirment pas qu'ils veulent conserver leur abonnement, nous l'annulerons automatiquement ». Un abonné aura évidemment la possibilité de réactiver son compte par la suite. S’il le fait dans les 10 mois, il récupérera ses préférences et son historique.

Une belle annonce qui permet à Netflix de se positionner en fervent défenseur des consommateurs, avec une action qui ne concerne finalement que peu de clients : « ces comptes inactifs représentent moins de 0,5 % de l'ensemble de nos abonnés, à peine une centaine de milliers », explique la société qui revendique 182 millions de clients à travers le monde.

Les « pertes » liées à cette action sont déjà prises en compte dans les prévisions financières du groupe. Dans tous les cas, l’intention est louable et d’autres services (pas uniquement les salles de sport) devraient s’en inspirer. 

Netflix va couper les comptes inactifs depuis au moins un an
Une « rémunération exceptionnelle » pour les livestreams des membres de la SACEM

Dans le contexte pandémique et de fermeture des salles de concert, la SACEM a mis en place une nouvelle répartition pour les livestreams diffusés à partir du 15 mars 2020. 

Une « rémunération exceptionnelle de droits d’auteur » puisée sur les sommes collectées sur les plateformes au fil des accords noués entre l’organisme de gestion collective et les acteurs du numérique.

Sur une base déclarative, puisque « les outils de reconnaissance musicale des plateformes n’ont pas été développés pour identifier les lives qui ne sont donc pas reportés à la Sacem », les (seuls) membres de la société civile peuvent déclarer leurs diffusions, celles réalisées à titre gracieux. 

Le tarif de base dépend alors de la durée, mais aussi du nombre de vues :

  • Livestream d’un titre (durée d’environ 4/5 min) : 10 € 
  • Livestream d’une durée maximale de 20 min : 46,35 € 
  • Livestream d’une durée supérieure à 20 min : 76 € 
  • 0,001 € par vues (contrôlées par les agents de la SACEM)

Un exemple : « si vous avez interprété un livestream d’une durée de 15 min vu 10 000 fois, vous toucherez 46,35€ de montant minimum et 10€ (10 000 x 0,001) de rémunération complémentaire, soit 56,35€ au total ».

Les sommes seront versées à partir de janvier 2021.

Sur Franceinfo, Jean-Noël Tronc, patron de la société de perception et de répartition, répond à la question de savoir si ce mécanisme ne va pas surtout rémunérer les plus connus :

« C’est l’avenir de la création qui se joue. Tous les artistes sont frappés par le désastre économique et culturel qui se profile. N’oubliez pas que les succès, notamment dans la musique, c’est l’arbre qui cache la forêt. Pour quelques grands succès, vous avez des milliers d’auteurs qui essaient de vivre de leur travail ».

La société propose pour rappel une approche différente de celle de ces concurrents avec un Boeing 747 modifié (baptisé Cosmic Girl) et une fusée attachée sous son aile (LauncherOne). 

Cette dernière a déjà fait plusieurs vols en restant attachée. Mi-avril, ses réservoirs étaient pour la première fois remplis de « liquides cryogéniques » et pas d’eau. Il s’agissait de la dernière étape avant un premier vol pour LaucherOne.

Le 24 ou 25 mai, Cosmic Girl devrait décoller et se rendre au-dessus de l’océan Pacifique avant de larguer LauncherOne qui devrait allumer son moteur « pour la première fois ». 

LauncherOne : Virgin Orbite prévoit un premier lancement ce week-end

Le jeu « de tir tactique avec différents personnages à 5 contre 5 » est disponible en bêta fermée depuis quelques semaines, et sortira donc dans une dizaine de jours. Les serveurs seront coupés à partir du 28 mai afin de préparer ce lancement.

Dans un long billet de blog, l’éditeur revient en détail sur le calendrier et les défis qui l’attendent : « l'annonce de la date de sortie soulève un certain nombre de questions, dont celle, et non des moindres, que résume le titre de cet article : sommes-nous prêts ? ».

Pour rappel, Valorant « est jouable gratuitement, mais vous pouvez acheter des cosmétiques dans le jeu ».

Valorant : le FPS de Riot Games sortira le 2 juin
iOS 13.5 disponible : l’API Exposure Notifications est là, FaceID s’adapte au masque

La nouvelle mouture du système mobile est clairement orientée santé. Initialement estampillée 13.4.5, elle a été renommée pour mieux refléter son importance.

La plus grosse nouveauté est sous le capot : l’API Exposure Notifications, qui permet aux applications l’exploitant d’utiliser la solution de contact tracing développée en partenariat avec Google, et basée sur le Bluetooth.

Détails techniques mis à part, rappelons que cette API ne peut être exploitée que par une seule application par pays, en lien avec les autorités sanitaires, seules autorisées à le faire. 

En France, le réglage (Confidentialité > Santé) indique « Non disponible dans votre région », l’Hexagone ayant choisi la voie d’un modèle centralisé avec StopCovid. Dans une annonce conjointe, Apple et Google signalent la disponibilité générale de leur API, 23 pays l’ayant déjà adoptée.

iOS 13.5 adapte également FaceID au port du masque. Si celui-ci est détecté, l’iPhone réclame plus rapidement le code, plutôt que de laisser la détection se faire pendant de longues secondes.

Parmi les autres fonctions, on note la possibilité d’envoyer automatiquement la fiche médicale aux premiers répondants lors d’un appel d’urgence, une option pour désactiver l’affichage dynamique des vignettes dans un appel FaceTime de groupe (enfin) ou encore l’envoi possible sous forme de Story des titres écoutés dans Apple Music vers Facebook et Instagram.

iOS 13.5 corrige enfin plusieurs bugs dans le système, dont une faille de sécurité qui permettait à des applications de s’extraire de la sandbox pour aller récolter des informations dans le reste du système.

L’installation peut se faire, comme d’habitude, en se rendant dans Réglages > Général > Mise à jour logicielles.

Afin d’identifier les tentatives d’escroquerie de la part de certains utilisateurs peu scrupuleux, Facebook affiche désormais des avertissements lorsque vous discutez avec un compte ayant envoyé de nombreuses demandes d’amis dans un court laps de temps, ou bien à des personnes de moins de 18 ans.

L’autre angle d’attaque concerne les imposteurs, c’est-à-dire les personnes utilisant un compte avec la même image et un nom le plus proche possible d’un de vos amis. Un message vous demande de vérifier s’il s’agit bien de la bonne personne. D‘un clic vous pouvez comparer la date de création du profil et le nombre d’amis pour vous assurer de discuter avec le bon contact.

Ces fonctionnalités sont compatibles avec le chiffrement de bout en bout de vos échanges.

Messenger renforce sa lutte contre les arnaques et les imposteurs

« Le projet est pharaonique », écrit AfricaNews : doter le continent africain d’un câble sous-marin, 2Africa, de 37 000 kilomètres de long. Objectif : doter l’Afrique d'une connexion internet digne de ce nom, grâce à un flux « supérieur à la capacité combinée totale de tous les câbles sous-marins desservant l’Afrique à l’heure actuelle ». 

Parti de Grande-Bretagne, 2Africa va « ceinturer l'Afrique » d'ici 2023/24, terminera sa longue course au Moyen-Orient, en passant par 16 pays du continent africain, et sera l'un des plus grands câbles sous-marin de la planète.

Regroupés au sein d’un consortium, China Mobile International, Facebook, MTN GlobalConnect, Orange, stc, Telecom Egypt, Vodafone and WIOCC et Alcatel Submarine Networks (ASN), en charge de la construction du câble, estiment que 2Africa « facilitera le déploiement de la 4G, de la 5G et de l’accès haut débit fixe pour des centaines de millions de personnes ».

Sur le site web qui lui est dédié, 2Africa promet un débit pouvant aller jusqu'à 180 Tb/s. Il reposera en partie sur une nouvelle technologie d'ASN, SDM1, qui lui permettra de déployer jusqu'à 16 paires de fibres au lieu de 8, afin d'accroître de 70 % la capacité du câble et d'optimiser le coût par bit.

De plus, pour assurer la sécurité d’un tel câble, ses concepteurs prévoient de l’enfouir 50 % plus profondément que tous les autres câbles installés sous les océans jusqu‘à présent, mais également d‘éviter les zones frappées par les perturbations sous-marines, afin « d’offrir le plus haut niveau de disponibilité possible ».

2Africa, un nouveau câble sous-marin pour « ceinturer l'Afrique »

La Federal Trade Commission adresse une salve de mises en demeure à des dizaines de sites. Tous proposent des solutions soi-disant miracles pour prévenir ou soigner une infection au Covid-19. 50 sites sont ciblés, qui s’ajoutent aux 120 entreprises ou individus déjà alertés ces dernières semaines. 

La FTC dénonce notamment les vertus prétendues « des médicaments à base de plantes chinoises, de la musicothérapie, de l'ozonothérapie et des "boucliers" censés stimuler le système immunitaire en protégeant le porteur des champs électromagnétiques ». Les destinataires doivent cesser immédiatement ces offres et notifier dans les 48 heures à la commission les mesures mises en œuvre, sous peine de poursuites. 

L’agence indépendante de protection des consommateurs rappelle au passage qu’ « il n'existe actuellement aucune preuve scientifique que ces produits ou services peuvent traiter ou guérir le Covid-19 ». En France, de nouveaux leviers d’actions sont en passe d’être votés dans le cadre d’un projet de loi. 

La DGCCRF pourra ainsi demander le blocage ou le déréférencement des sites d’arnaques en ligne. Le gouvernement cible en particulier ceux « se présentant comme des pharmacies commercialisant des équipements de protection contre le coronavirus ou des tests de dépistage, avec une très forte probabilité de non-livraison ».

Covid-19 : la Federal Trade Commission s’attaque aux arnaques en ligne
La Spedidam anticipe une chute de 31,44 % de la redevance copie privée perçue

La Spedidam, société de gestion collective des droits de propriété intellectuelle des artistes-interprètes, s’attend à une chute importante de ses perceptions. 

Pour l’exercice 2020, la baisse serait de 31,44 % des sommes prélevées au titre de la copie privée. De 24,7 millions d’euros, la RCP encaissée par la société civile s’élèverait finalement à 16,9 millions d’euros cette année. 

En comparaison, elle avait perçu 27,5 millions d’euros en 2018 (rapport de transparence), une année déjà en baisse de 10 % par rapport à 2017.

Chute similaire pour la rémunération équitable, cette redevance prélevée sur diffusion de musique au public (discothèques, lieux sonorisés, télévisions, radios). Au lieu des 30,8 millions d’euros espérés, la Spedidam table sur 23,4 millions d’euros, soit - 23,95 %. 

Enfin les droits exclusifs enregistreraient - 71,79 % (de 886 182 à 250 000 euros).

La société de perception et de répartition a mis en œuvre plusieurs mesures, comme la création de l’« aide à la rémunération d’artistes dans le cadre d’annulation de manifestations », afin de « soutenir les structures ayant engagé des dépenses pour rémunérer les artistes-interprètes ».

Dans cet autre communiqué, elle rappelle que sur Internet, « l’immense majorité des artistes-interprètes ne perçoit aucune rémunération, même lorsque ces enregistrements font l’objet de millions de diffusions, d’écoutes et de téléchargements ». Elle réclame une rémunération proportionnelle au titre de la diffusion en flux, à l’occasion de la prochaine transposition de la directive Droit d’auteur attendue d’ici la fin de l’année. 

L’adaptation du navigateur pensée pour la réalité virtuelle est le résultat d’un partenariat entre les deux entreprises.

Reality pour HoloLens 2 est présenté par Mozilla comme « un navigateur expérimental pour une nouvelle plateforme prometteuse ». Cette première version se concentre sur l’exposition des capacités de réalité augmentées du casque de Microsoft via WebXR.

Plusieurs démos sont évidemment fournies, bâties sur les bibliothèques Babylon.js et three.js. Chacune de ces pages peut donc être chargée en réalité virtuelle ou augmentée, voire en 2D si nécessaire. 

Mozilla publie Firefox Reality pour le HoloLens 2 de Microsoft

Microsoft avait publié il y a trois mois une build permettant d’activer pour la première fois Hyper-V sur des appareils ARM64 comme la Surface Pro X, sur les éditions Pro et Enterprise du système.

Avec la nouvelle build 19624, les utilisateurs concernés peuvent télécharger un VHDX (disque virtuel) de cette préversion et s’en servir pour installer Windows 10 sur leur appareil ARM en tant que système invité. La virtualisation imbriquée n’est pas prise en charge.

En dehors de quelques correctifs, cette build 19624 améliore la prise en charge dans Windows Hello des webcam fonctionnant avec une longueur d’onde de 940nm et active la sensibilité à la casse pour les fichiers WSB de la Windows Sandbox.

La préversion est disponible chez les membres du programme Insiders, dans le canal rapide.

Windows 10 : la build 19624 disponible, un VHDX pour les appareils ARM64

Le réalisateur avait pour rappel quitté le film en cours de route, une bonne partie des scènes ayant été retournées par Joss Whedon. Certains y voyaient la cause principale d'un résultat tout sauf convaincant.

Depuis, nombreux sont ceux qui avaient demandé à la Warner de publier la version du film telle que pensée par Zack Snyder, notamment les acteurs principaux. 

Finalement, c'est sur HBO Max qu'elle sera diffusée, l'année prochaine. Et c'est plus qu'un nouveau montage qui est promis aux fans.

Cette « Director's Cut » serait ainsi un film complètement différent, de près de 4 heures, doté d'un budget de plusieurs dizaines de millions de dollars pour le reprendre ainsi que les effets spéciaux. Il pourrait ainsi être découpé en six mini épisodes.

Justice League : la « Snyder's Cut » sera diffusée sur HBO Max en 2021
Edge 83 disponible, synchronisation des extensions et Collections améliorées

Microsoft a commencé cette nuit la diffusion de la version 83 aux utilisateurs. Pour rappel, la version 82 de Chromium ayant été « annulée », tous les navigateurs l’utilisant suivent le même rythme, dont Edge.

Edge 83 apporte plusieurs nouveautés importantes. D’abord, le navigateur peut enfin synchroniser les extensions, une carence que nous avions soulignée dans notre article dédié. Étrange cependant que l’historique et les onglets ouverts n'aient pas été prioritaires.

Les Collections sont également améliorées, avec la possibilité d’envoyer plusieurs éléments d’un coup dans l’une d’elles. On pourra sélectionner par exemple plusieurs onglets via Maj ou Ctrl et les envoyer d’une traite, par clic droit ou maintenant par glisser/déposer, y compris si la collection n’a pas encore été ouverte.

Parmi les autres nouveautés, signalons plusieurs apports de sécurité via SmartScreen, la bascule automatique de profil si un utilisateur cherche par exemple à accéder à des ressources liées à son compte de travail, l'activation du mode lecture pour des passages surlignés, la possibilité d’exempter certains cookies de la purge à la fermeture du navigateur (si celle-ci a été activée) ou encore des messages plus clairs quand un téléchargement non sûr a été bloqué.

Spécificité de cette version 83, le déploiement n’est pas uniforme. Il est réalisé par étapes, sans doute pour s’assurer que tout est sous contrôle. Pour vérifier votre version, il faut se rendre dans l’À propos du navigateur. Si vous êtes toujours en mouture 81, ce n’est qu’une question de temps.

Rappelons que d’ici quelques semaines, Microsoft débutera le déploiement du nouvel Edge sur l’ensemble des ordinateurs Windows 10, via une mise à jour Windows Update.

« Et si le vrai luxe, c’était de télétravailler dans la ruralité, un ou deux jours par semaine, alors que le siège de son entreprise est à Bordeaux, Paris, Clermont‑Ferrand, Lille, Rennes, Strasbourg, Lyon, Marseille ou Toulouse... »

Pour inciter au télétravail, sujet ô combien revenu sur le devant depuis la pandémie, la députée Frédérique Meunier et plusieurs de ses collègues LR ont déposé une proposition de loi.

« Depuis le 17 mars, des millions de Français se sont retrouvés télétravailleurs, même pour les plus réfractaires d’entre eux. Combien de chefs d’entreprises ont découvert que leurs collaborateurs étaient toujours impliqués et efficaces ? »

Au-delà des questions sanitaires, ils devinent un « changement de mentalité ».

« Nous ne voulons plus travailler de la même manière que nos parents, et nos enfants le voudront encore moins ! Le télétravail va se développer considérablement dans les prochaines années ! ». Ils anticipent même un « exode urbain ».

Afin d’accompagner ce mouvement, leur « PPL » souhaite que l’entreprise, proposant le télétravail à ses salariés, se voie tout simplement exonérée des charges patronales correspondantes, pendant toute cette durée. 

Une proposition de loi LR pour inciter au télétravail

Il y a un peu moins d’un mois, le réseau social annonçait sa riposte à Zoom, avec la possibilité de créer des visioconférences regroupant jusqu’à 50 participants. 

Messenger Rooms a évidemment pris ses aises dans Facebook et WhatsApp, deux autres applications de la société de Mark Zuckerberg. Désormais, c’est au tour de Workplace pour les professionnels.

Au détour d’un billet de blog, on apprend que cette  offre payante pour les professionnels a séduit cinq millions de clients, soit deux millions de plus qu'en octobre. Les abonnés Workplace peuvent désormais lancer une visioconférence Rooms (jusqu’à 50 participants) et n’importe qui peut la rejoindre. 

Il existe évidemment des possibilités de restreindre l’accès : « Lorsque vous créez une salle, vous pouvez la verrouiller pour empêcher d'autres personnes de la rejoindre, la garder ouverte pour des conversations plus spontanées ou supprimer des participants qui ne devraient pas être là ».

D’autres annonces pour Workplace sont détaillées dans ce billet de blog.

Après Messenger Rooms, voici Workplace Rooms… quasiment identique

L’annonce a été faite sur Reddit par Jim Vessella, producteur du titre chez Electronic Arts. 

« Parallèlement au lancement de Remastered Collection, Electronic Arts publiera TiberianDawn.dll et RedAlert.dll ainsi que leur code source correspondant sous licence GPL 3.0 ». Un appel du pied aux développeurs pour proposer des mods. Les réalisations seront disponibles dans Steam et Origin. 

Pour rappel, le développement de Command & Conquer :  Conflit du Tiberium et Alerte Rouge Remastered a débuté fin 2018. La sortie est prévue pour le 5 juin

Command & Conquer Remastered : EA fait les yeux doux aux modeurs, deux « dll » en open source
Les Amazon Prime Day repoussés en septembre, les soldes en juillet ?

Depuis plusieurs années, le revendeur propose une période spéciale avec des promotions qui s'enchaînent durant deux jours en juillet.

Cette année, les Prime Day pourraient être repoussés à septembre minimum, le temps de retrouver une activité normale sur l’ensemble de ses activités, notamment les expéditions. C’est du moins ce qu’indique le Wall Street Journal en se basant sur une source. Interrogée sur le sujet, Amazon France nous répond simplement ne pas commenter les rumeurs.

Dans l’Hexagone, plusieurs revendeurs participeront aux French Days la semaine prochaine (du 27 mai au 2 juin). La question est ensuite de savoir ce qu’il adviendra des soldes, seule période commerciale durant laquelle les boutiques peuvent proposer de la revente à perte.

Initialement prévues pour le 24 juin, elles pourraient être décalées à cause de la crise sanitaire liée à Covid-19 et aux mesures de confinement. Une annonce doit être faite par le gouvernement lundi prochain et, selon les Echos, la date du 15 juillet serait pressentie pour le moment.

L’éditeur avait mené en février une étude sur les préférences des utilisateurs en matière de vie privée et de moteurs de recherche. Sur les 7 000 personnes environ ayant répondu, 84 % ont indiqué privilégier une réputation de vie privée pour leur choix de moteur.

Startpage, moteur européen focalisé justement sur la vie privée, est donc maintenant disponible dans le navigateur. Pour l’utiliser, il suffit d’accéder à la liste des moteurs disponibles, en cliquant sur la loupe disponible dans le champ de recherche, en haut à droite de la fenêtre. 

Vivaldi ajoute le moteur européen Startpage à sa liste

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.