du 04 décembre 2017
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Zotac passe à Kaby Lake Refresh avec ses ZBox MI640 et MI660 Nano

Alors que le CES de Las Vegas ouvrira ses portes dans un peu plus d'un mois, Zotac vient de dévoiler deux nouvelles machines au sein de sa gamme Nano, d'un format de 127,8 x 126,4 x 50,8 mm.

Ces ZBox MI640 et MI660 exploitent les puces mobiles d'Intel de la famille Kaby Lake Refresh. Pour rappel, elles disposent de quatre cœurs, malgré un TDP de 15 watts : les Core i5-8250U et Core i7-8550U. Le système de refroidissement est assuré par une ventilation active.

Ces deux machines se ressemblent en tous points (voir le comparatif) excepté leur processeur. Il est donc question de barebones avec deux ports USB 3.1 Type-C et un USB 3.0 Type-A en façade, qui accompagnent deux jack pour casque et micro, un lecteur de cartes SD/SDHC/SDXC, le bouton Power et un trio de diodes (Power, S-ATA, Wi-Fi).

À l'arrière on retrouve quatre ports USB 3.0 Type-A, deux ports réseau Gigabit, un duo de sorties vidéo DP 1.2/HDMI 2.0 et de quoi connecter une antenne Wi-Fi ainsi que l'alimentation (19 V/ 65W). À l'intérieur, deux emplacements SODIMM sont prévus pour de la DDR4-2400 au maximum (jusqu'à 32 Go), avec un emplacement pour un HDD/SSD 2,5 pouces. Du Wi-Fi 802.11ac et du Bluetooth 4.2 sont également de la partie.

Comme toujours, un kit VESA est présent dans le bundle. Des versions « Plus » seront proposées sous la forme de machine entièrement équipées. Les tarifs ou la date de disponibilité sur le marché français n'ont pas été précisés.

Quelques semaines après avoir instauré une limite à 200 Mo à la place d'un « fair use » dans le dernier palier de son forfait L'essentiel, l'opérateur modifie sa seconde offre ajustable : Le complet.

En plus des appels, SMS et MMS illimités, le premier palier propose désormais 5 Go au lieu de 3 pour 9,99 euros par mois. Pas de changement pour le second avec 15 Go, tandis que le troisième passe de 30 à 50 Go de « fair use », toujours pour 19,99 euros par mois.

Bien évidemment, vous pouvez retrouver ces forfaits sur notre comparateur Tous les forfaits.

Prixtel ajoute de la data à son forfait Le complet

Certaines applications se monétisaient sous Android à travers l'affichage de publicités sur l'écran d'accueil, qui sert notamment à déverrouiller l'appareil. Certaines en ont même fait leur raison d'être, comme Swiper qui avait été récompensé par l'IAB pour son innovation fin 2016, avant un pivot annoncé cet été.

Mais Google a décidé de siffler la fin de la partie et précise désormais dans ses règles qu' « excepté lorsque le but exclusif de l'application est celui d'un écran de verrouillage, les applications ne peuvent pas introduire d'annonces ni de fonctionnalités qui monétisent l'écran verrouillé d'un appareil ».

Android : Google durcit ses règles pour la publicité sur écran de verrouillage sous Android

Tor vient de publier une nouvelle série de mises à jour visant à corriger des failles de sécurité. Vous pouvez ainsi passer aux versions 0.3.1.9, 0.3.0.13, 0.2.9.14, 0.2.8.17 et 0.2.5.16. La branche de test est également concernée à travers la 0.3.2.6-alpha.

Aucune nouvelle fonctionnalité n'est de la partie, les correctifs concernant uniquement les failles détectées. Une mise à jour de Tor Browser devrait rapidement suivre.

Plusieurs failles découvertes dans Tor, de nouvelles versions sont disponibles
Une motion de défiance a été adoptée contre la direction de SFR

La semaine dernière a été plutôt agitée pour Altice en bourse. La société a en effet perdu pas moins de 10,9 %, pour finir à un cours de 6,66 euros et une capitalisation de 10,7 milliards. La suite d'une période difficile de près d'un mois qui ne semble pas vouloir s'arrêter, même si Patrick Drahi est lui-même monté au créneau auprès des investisseurs et des salariés, et que le groupe a annoncé une première cession d'actifs.

C'est dans ce cadre que le Comité central d’entreprise (CCE) a décidé d'adopter une motion de défiance vis-à-vis de la direction, qui vient d'être réorganisée, rapporte l'AFP. Mettant en cause la gestion de l'entreprise, et notamment l'accord New Deal qui a créé « un véritable mal-être chez les salariés et causé une hémorragie de départs, [...] des réorganisations d’ampleur ont lieu en interne sans aucune consultation préalable des instances ».

Les élus se disent attentifs à la stratégie qui va être mise en œuvre pour remettre en marche SFR, qui est le grain de sable de la mécanique d'Altice, l'opérateur continuant de perdre des clients malgré l'arrivée de nouvelles offres et de larges promotions, notamment à travers la marque RED.  

Patrick Drahi s'est à nouveau adressé à ses équipes vendredi, mais uniquement à travers les 1 000 managers de SFR cette fois. Il a été à nouveau dans l'invocation plutôt que dans le concret, appelant à « concentrer nos efforts sur ce qui fera la différence, les actions les plus concrètes jusqu'au moindre détail, pour améliorer la vie de nos clients », le tout notamment grâce à un « dialogue sans filtre, sans tabou ».

La sonde est dans l'espace depuis plus de quarante ans (voir cette actualité). Elle se trouve à plus de 21 milliards de kilomètres de la Terre. À cette distance, la lumière met un peu moins de 20 heures à faire le voyage (40 heures pour un aller/retour).

Les scientifiques de la NASA expliquent que, depuis 2014, ils remarquent une dégradation des propulseurs permettant à Voyager 1 de s'orienter afin de communiquer avec la Terre. Ils ont alors eu l'idée d'utiliser d'autres propulseurs en sommeil depuis 37 ans. La dernière fois qu'ils ont été mis en marche, c'était lors du survol de Saturne début novembre 1980.

« L'équipe de vol de Voyager a récupéré des données datant de plusieurs décennies et a examiné le logiciel écrit dans un langage assembleur désuet pour s'assurer que nous pouvions tester les propulseurs en toute sécurité » explique Chris Jones, ingénieur en chef au Jet Propulsion Laboratory.

Un test a été effectué le 28 novembre et le résultat est tombé le lendemain : c'est un succès. Les nouveaux propulseurs devraient être utilisés dès janvier. La mission pourrait ainsi être prolongée de deux ou trois ans. Le même genre d'opération pourrait être mis en place pour Voyager 2.

37 ans plus tard, la NASA remet en marche des propulseurs de Voyager 1

Un an après son lancement, la fondation en charge du mini ordinateur annonce que l'image ISO de son système d'exploitation pour les machines x86 (PC/Mac) passe de Debian Jessie (8.x) à la version Stretch (9.x).

Les versions pour x86 et Raspberry Pi sont désormais quasiment identiques précise le fabricant, à l'exception de certaines applications disponibles uniquement pour sa série de cartes maisons à base de puces ARM (comme Mathematica).

L'équipe en profite pour mettre à jour Raspbian (l'OS basé sur Debian pour les Raspberry Pi) avec essentiellement des correctifs. Le gestionnaire de fichiers profite d'un changement un peu plus important, tandis que l'indicateur du niveau de batterie donne plus de détail lors du survol (par exemple l'autonomie restante).

Les notes de version détaillées se trouvent par ici, avec des explications pour effectuer des mises à jour.

Raspberry Pi : mise à jour de Raspbian, la version x86 passe à Debian Stretch

Dans le cadre de l'annonce de ses résultats semestriels, LDLC a également annoncé un départ au niveau de sa direction. Jean-Philippe Fleury, fondateur et directeur général de Domisys (Materiel.net) quittera son poste d'ici la fin de l'année.

Pour rappel, la société avait été rachetée par son concurrent en 2016 et en finalise désormais l'intégration. Jean-Philippe Fleury « a fait part de sa décision de se tourner vers d’autres projets personnels tout en restant actionnaire du Groupe LDLC » selon le communiqué.

Son éventuel remplacement n'a pour le moment pas été commenté. Il faudra néanmoins surveiller dans le début de l'année prochaine l'évolution de la boutique en ligne. Le groupe devra sans doute clarifier un peu la stratégie de son trio de marques de vente High Tech (LDLC, Hardware.fr, Materiel.net) pour mieux identifier le rôle de chacune.

Ce vendredi, le groupe restait chahuté en bourse avec une clôture à 19,25 euros (-7,23 %). En un an, il a perdu près de la moitié de sa valeur, son cours actuel étant au niveau de celui de 2015, après une année 2016 sous le signe de la croissance et un plus haut à 37,5 euros.

Le fondateur de Materiel.net quitte le groupe LDLC

Outre-Atlantique, les Chromebook sont accompagnés de cadeaux de bienvenue lors de leur première activation. Outre les habituels offres concernant les services de Google, un petit nouveau vient de faire son apparition : Netflix.

En effet, pour l'achat d'un Google Pixelbook ou d'un Samsung Chromebook Plus/Pro, six mois d'abonnement au service de SVOD sont offerts. L'offre dure jusqu'à la fin de l'année et tombe à pic pour les fêtes de fin d'année.

Cette offre ne semble pas proposée sur le marché français.

Google offre six mois d'abonnement à Netflix avec certains Chromebook
Compte-Nickel durcit sa facturation sur le rejet de prélèvement

En juin dernier, Compte-Nickel modifiait ses conditions générales peu après son rachat par BNP Paribas. La banque revoyait alors les tarifs de certaines options à la hausse. Vendredi, ses clients ont été informés d'une nouvelle modification visant à accepter les résidents fiscaux européens, mais aussi à revoir la gestion des rejets de prélèvements.

« Les récents changements tarifaires ont permis de limiter le nombre de rejets de prélèvement pour solde insuffisant mais nous devons encore améliorer notre comportement collectif pour garantir l’acceptabilité de Compte-Nickel » précise l'email. Ainsi, un rejet de prélèvement sera désormais facturé 10 euros à partir du deuxième rejet du mois, contre 5 euros à partir du troisième selon les règles précédentes.

Pour la jeune société l'objectif est de « préserver les valeurs humaines qui nous animent depuis le lancement [et de] comprendre les difficultés passagères de certains clients mais aussi responsabiliser ceux qui abusent de notre bienveillance ». Compte-Nickel précise au passage qu'il « reste l’établissement avec les frais d’incident les moins élevés en France, comme l’ont rappelé récemment l’Union Nationale des Associations Familiales et l’Institut National de la Consommation ».

Traditionnellement, le mois de décembre sonne l'ouverture des premiers bilans de l'année. 2017 ne déroge pas à la règle et Google, habituée à en publier plusieurs, commence avec le Play Store.

Socratic - Mathématiques et Réponses aux devoirs est sacrée meilleure application de l'année, tandis que Messenger Lite de Facebook est la plus téléchargée. Du côté des jeux, CATS: Crash Arena Turbo Stars est plébiscité, quand Super Mario Run est le plus téléchargé.

Les cinq films en tête sont Vaiana, la légende du bout du monde, Rogue One: A Star Wars Story, Wonder Woman, Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 et Doctor Strange. Enfin, sur les séries, voici le quinté dans l’ordre : Game of Thrones, Rick and Morty, The Walking Dead, The Big Bang Theory et Doctor Who.

Best of 2017 : Google ouvre le bal avec le Play Store d'Android

Les ventes de cartes graphiques se portent très bien selon l'institut Jon Peddie Research, qui a mis en ligne son traditionnel rapport trimestriel.

On peut y lire qu'elles ont bondi de 29,1 % en trois mois et de 21,5 % par rapport à l'an dernier. Le grand gagnant est NVIDIA qui détenait au troisième trimestre une part de marché de 72,8 % sur ce segment, contre 69,7 % il y a trois mois et 70,2 % il y a un an.

AMD occupe de son côté l'ensemble du marché restant, mais recule avec une part de 27,2 %, en baisse de 3,1 points sur trois mois. L'institut note que ces derniers trimestres, le minage de crypto-monnaies ont pu participer au rebond des ventes de cartes, mais qu'il s'agit d'un facteur du marché « impossible à mesurer précisément ». L'explosion de l'e-sport aurait également participé au rebond en attirant de nouveaux joueurs du côté du PC.

En 2016, 47 millions de cartes graphiques ont été vendues dans le monde, très loin du record de 114 millions de 1999.

Parts de marché GPU : NVIDIA creuse l'écart au troisième trimestre

Lors de la 21ème conférence Technology, Media and Telecom de Crédit Suisse, Karl Slatoff, président de Take-Two Interactive, a pris la parole pour évoquer les fameuses loot boxes qui font couler tant d'encre ces dernières semaines.

L'éditeur, qui a annoncé ne vouloir lancer que des jeux comprenant « des hameçons à dépenses récurrentes », c'est-à-dire des micro-transactions, a pris la défense de son modèle. « Nous ne voyons pas ça comme du jeu d'argent. Notre vision est la même que celle de l'ESA, en grande partie. Donc ça continuera de suivre son cours », rapporte Gamasutra.

Pour Take-Two, l'important reste de fournir du bon contenu aux joueurs, partant du principe que si le jeu est de qualité, ils iront plus facilement chercher leur porte-monnaie.

Le président de Take Two prend position en faveur des loot boxes

Dès janvier 2018, toutes les nouvelles applications proposées par les développeurs sur le Mac App Store devront être obligatoirement en 64 bits. La nouvelle année marquera ainsi clairement un grand virage pour la plateforme logicielle des Mac. Outre les nouvelles applications, les existantes et les mises à jour devront elles aussi être en 64 bits à compter de juin.

Ces mesures ne concernent que la boutique intégrée dans macOS, mais Apple précise que même les logiciels fournis ailleurs devraient abandonner le 32 bits pour rester compatibles avec les futures versions de macOS. Les développeurs sont prévenus.

Rappelons que sur iOS, les nouvelles applications sont en 64 bits depuis longtemps, mais qu'Apple a attendu pour durcir le ton sur les mises à jour et surtout les applications existantes. On se souvient notamment des avertissements pour les vieilles applications qui n'ont commencé que cette année.

Apple : la fin du 32 bits sur macOS commence en janvier

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé dimanche le lancement d'une nouvelle crypto-monnaie baptisée Petro. Celle-ci a la particularité d'être « basée » sur les réserves de pétrole du pays.  

Selon le dirigeant, elle permettra au pays de « progresser en matière de souveraineté monétaire pour procéder à ses transactions financières malgré le blocus financier ». Blocus que les riches particuliers du pays contournent déjà à l'aide d'autres crypto-monnaies telles que le bitcoin ou l'ether.

Cependant, la création du Petro n'est pas encore actée, puisqu'elle doit obtenir l'approbation du Congrès, qui n'a rien de garanti au vu de la situation du pays, en manque de vivres et de matériel médical de base note Reuters. Sa définition et ses modes de fonctionnement et de distribution restent eux aussi mystérieux pour l'instant.

La monnaie actuelle, le bolivar, voit quant à elle son cours nettement reculer. Depuis début 2016, elle a ainsi perdu 42 % de sa valeur face à l'euro par exemple.

Le Venezuela veut lancer sa propre crypto-monnaie : Petro
 iOS 11.2 disponible, Apple Pay Cash activé aux Etats-Unis

Depuis samedi, les utilisateurs d'appareils compatibles peuvent installer la version 11.2 d'iOS. Les corrections et améliorations sont nombreuses et il y a un peu de tout pour tout le monde. iOS 11.2 commence par activer Pay Cash aux États-Unis, c'est-à-dire le transfert d'argent par iMessage via une carte bancaire enregistrée dans Apple Pay. On ne sait pas pour l'instant quand la fonctionnalité arrivera dans le reste du monde.

La nouvelle mouture fait également passer de 5 à 7,5 watts la puissance maximale de la recharge sans fil pour les iPhone 8, 8 Plus et X. On notera pêle-mêle trois nouveaux fonds d'écran dynamiques pour ce dernier, une stabilisation vidéo améliorée, une meilleure stabilité pour le calendrier, la fin des notifications emails restant affichées pour les comptes Exchange ou encore la prise en compte la distance parcourue en ski alpin dans HealthKit.

De nombreux problèmes sont supprimés au passage, comme les photos récentes qui ne s'effaçaient plus quand l'espace venait à manquer, une désorganisation éventuelle des icônes sur l'écran d'accueil, un plan qui ne s'affichait pas toujours dans Localiser mon iPhone, ou encore des réglages qui s'ouvraient parfois sur une page blanche. La mise à jour règle également le souci de redémarrage dû aux notifications.

iOS 11.2 doit surtout mettre fin aux problèmes réguliers de lenteur du clavier. Ils duraient depuis des mois et agaçaient largement les utilisateurs, tant le symptôme en était pénible : le clavier se figeait parfois en pleine saisie de texte, comme s'il était incapable de traiter un si « grand nombre » d'informations.

Comme d'habitude, la mise à jour s'installe en Wi-Fi depuis l'appareil en se rendant dans Réglages > Général > Mise à jour logicielle.

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.