du 06 mai 2020
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Firefox 76 renforce son Picture-in-Picture et la sécurité des mots de passe

Le navigateur améliore le module permettant d'afficher une vidéo dans une portion d'écran. Il restera désormais actif même si vous changez d'onglet ou d'application pour continuer à suivre une vidéo lorsque vous faites autre chose. Un double-clic permet de l'agrandir ou de la réduire. Espérons que les publicitaires n'en abuseront pas trop...

WebRender est de son côté déployé sur les PC portables sous Windows à base de processeur Intel, avec une définition inférieure à 1920x1200. La liste des appareils ayant déjà effectué la transition est accessible par ici. D'autres petits changements ont bien entendu été mis en place, des habituels correctifs de sécurité à des retouches mineures sur la barre d'adresse en passant par le support de l'API AudioWorklet.

Mais le gros morceau du jour concerne la gestion des mots de passe via LockWise, qui a même eu droit à son billet de blog dédié. En cas de fuite découverte, il affichera une alerte et proposera de générer de nouveaux mots de passe complexes pour les services concernés (et compatibles). De plus, si votre liste n'est pas protégée par un mot de passe maître, il faudra désormais une connexion système sous macOS et Windows pour voir un élément ou le copier dans le presse-papier.

Tous les changements concernant les développeurs sont mentionnés ici.

Quelques mois seulement après avoir définitivement enterré le « cloud souverain » CloudWatt (qui était intégré à OBS depuis quatre ans), la société annonce avoir constaté « depuis plusieurs mois un net regain d’intérêt pour des solutions européennes de cloud de confiance ». Un terme qui n'a pas été choisi au hasard.

Orange Business Service annonce ainsi la création « d’une équipe dédiée au Cloud de Confiance », avec Cédric Prévost comme directeur. Il était auparavant DSI de la présidence de la République et ancien conseiller économie numérique au cabinet du ministre de l’Industrie et de l’Énergie.

« L’équipe dédiée au Cloud de Confiance que nous créons aujourd’hui nous permet de réaffirmer notre position d’acteur de confiance de la transformation numérique agissant sur toute la chaîne de valeur de la donnée, et de partenaire clé des organisations qui œuvrent pour la souveraineté française et européenne », explique-t-il.

Orange Business Services se lance dans le « cloud de confiance »

Sur fond de pandémie de Covid-19, Apple avait déjà annoncé mi-mars que sa 31e conférence dédiée aux développeurs ne serait pas organisée physiquement.

Le fabricant vient d'officialiser sa date d'ouverture : le 22 juin. Et comme souvent, il ne fait pas dans la demi-mesure : « L’édition 2020 de la WWDC sera la plus importante à ce jour ».

Pour les étudiants, un concours est organisé via l’application Swift Playgrounds « qui permet d’apprendre le langage de programmation Swift de manière interactive et ludique ».

« À partir d’aujourd’hui et jusqu’au 18 mai à 8h59 (heure de Paris), les étudiants en programmation du monde entier pourront se présenter au Swift Student Challenge. Pour ce faire, ils devront concevoir une scène interactive réalisable en 3 minutes dans un playground Swift » est-il précisé.

La WWDC 2020 se déroulera en ligne, le 22 juin

C’est la conclusion de l’Agence nationale des fréquences dans son observatoire d'avril : « les demandes d’autorisations des sites 4G se sont accrues de 1,2 %, les mises en service de sites 4G ont augmenté de 0,8 % ».

Elle précise néanmoins que « les accords donnés en avril correspondent pour l’essentiel à des demandes reçues en mars : les deux premières semaines de confinement n’ont donc pas perturbé la dynamique de déploiement de la 4G ».

Orange a ainsi mis en service 1 066 antennes, contre 674 pour Free Mobile, 503 pour SFR et 351 pour Bouygues Telecom. « 9 nouvelles stations 5G expérimentales ont par ailleurs été autorisées par l’ANFR en avril 2020 dans la bande 3,5 GHz, pour un total de 488 stations autorisées en France », ajoute l'Agence.

Selon l'ANFR, le déploiement de la 4G « n’est pas perturbé »
Franck Riester annonce le retrait de la page Desinfox du gouvernement, Next INpact diffuse la requête du SNJ

« À la suite des inquiétudes suscitées par la page #desinfoxcoronavirus, j'ai annoncé que celle-ci serait supprimée du site du gouvernement ». Franck Riester indique que la page litigieuse sera donc retirée. « Il ne s’agit pas pour l’État de labelliser les médias ou d’orienter le choix des Français vers tel ou tel média » a-t-il soutenu hier dans l’hémicycle.

La mesure fait suite à de nombreuses critiques de la profession et surtout d’une procédure de référé lancée par le Syndicat national des journalistes.  Nous diffusions d’ailleurs cette requête déposée devant le Conseil d’État :

Pas plus tard qu’hier matin, a-t-on appris, celle-ci avait d’ailleurs fait l’objet d’une transmission au Premier ministre pour qu’il produise ses observations, signe de l’avancement du dossier.  

Dans ce document, Mes William Bourdon et Vincent Brengarth, avocats à la Cour au cabinet AARPI Associés estiment que « la sélection d’articles de presse émanant de certains médias sur un site officiel du gouvernement constitue une atteinte au pluralisme de l’expression des opinions et à la neutralité des autorités publiques ».

« En effet, poursuivent-ils, au prétexte de lutter contre la désinformation, le gouvernement opère une sélection entre les contenus informatifs considérés comme fiables et ceux qui pourraient être des « fake news » ». De plus, cette page crée « une confusion entre les médias qui bénéficient d’un référencement et le gouvernement, au risque d’introduire dans l’esprit du lecteur de la suspicion quant aux relations entre la presse et le monde politique ».

Cette labellisation des contenus informatifs « est une ingérence manifeste des autorités publiques dans la liberté de la presse alors même que les journalistes devraient, selon la Cour européenne des droits de l’homme, constituer les « chiens de garde de la démocratie » ».

C'était une demande de longue date, nécessitant l'installation du paquet libu2f-udev et quelques modifications sur AppArmor. C'est désormais fait. 

Cette nouvelle mouture corrige également plusieurs failles de sécurité et met à jour certains composants, comme TorBrowser qui passe en version 9.0.10.

Enfin, des raccourcis ont été mis en place pour favoriser la découverte de certains outils ou même de la documentation officielle. 

Tails 4.6 est disponible, avec le support des clés de sécurité

Pensé pour les prototypes poussés par Intel et ses partenaires depuis quelques années, dotés d'un écran aussi pour la partie clavier, cet OS « pivote ».

Dans un billet de blog revenant sur les projets en cours, Microsoft dit vouloir désormais se focaliser sur ses clients « là où ils sont », plutôt que de tout miser sur des produits qui mettront des années à se développer (ou pas).

Ainsi, le travail effectué sur la déclinaison 10X de Windows va désormais se concentrer sur les appareils avec un seul écran. « Nous continuerons de regarder quand le moment sera venu, en accord avec nos partenaires OEM, de mettre le double écran sur le marché ».

Il faudra sans doute attendre la prochaine conférence BUILD, qui se tiendra du 19 au 21 mai, pour comprendre toutes les implications de ce choix et ce qu'il signifie concrètement. Il faudra aussi voir quel sera l'impact sur les projets de la gamme Surface.

Windows 10X sera proposé sur les appareils dotés d'un seul écran

Les annonces de suppression de postes se suivent et se ressemblent pour certains services en ligne. Après Kickstarter, TripAdvisor et Uber, c’est désormais au tour d’Airbnb de se séparer de 1 900 employés sur 7 500, soit 25 % tout de même. 

La société explique sans surprise avoir été « durement touchée, avec un chiffre d’affaires cette année prévu pour être inférieur à la moitié de celui de 2019 ». « Nous avons levé 2 milliards de dollars de capitaux et réduit considérablement les coûts », ajoute-t-elle, mais ce n’est pas suffisant. 

D’autant que Airbnb ne sait toujours pas quand les locations pourront reprendre exactement ni sous quelle forme. 

Airbnb se sépare de 25 % de ses employés
Le socle interministériel des logiciels libres (SILL) devient un site actualisé en continu, PeerTube y fait son entrée

Il s'agit de la liste des outils recommandés aux administrations « fruit d’une collaboration fructueuse d’agents publics informaticiens, avec l’appui de la direction interministérielle du numérique (DINUM) ». 

190 logiciels libres y sont référencés, « 34 de plus qu’en 2019 », 46 encore en observation. Parmi les nouveaux on compte Peertube pour le partage de vidéo et BigBlueButton pour la visioconférence. Mais également Opale, Zimbra, Redis, OpenShot ou RStudio et « des logiciels produits par le secteur public comme VITAM et Archifiltre ou le SDK Géoportail ».

Publié depuis quelques années, sa version 2020 fait « peau neuve ». Elle n'est plus disponible qu'en format PDF, mais aussi dans une version web contenant des statistiques, les deux éditions précédentes, des filtres, un moteur de recherche, etc. Autre nouveauté : chaque logiciel libre recommandé dispose désormais d'une URL propre menant à sa fiche.

Celle-ci contient des liens vers le site, le code source, Comptoir du libre et Framalibre, la dernière version référencée et la licence. Bien entendu, le code source du site est lui-même disponible sur GitHub sous licence EPL 2.0

Ce changement ne concerne donc pour le moment que ses 300 000 clients en Lituanie. Pour rappel, la société a obtenu sa licence bancaire dans ce pays fin 2018 et le dispositif de passeport lui permet d’opérer dans les autres pays de l‘Union.

« Les clients lituaniens peuvent passer à Revolut Bank en quelques minutes » en installant la dernière version de l’application et en suivant le processus. Les utilisateurs qui sautent le pas « auront leurs dépôts jusqu’à 100 000 euros protégés (leur salaire par exemple) », mais la migration n’est pas obligatoire.

Des prêts à la consommation et des cartes de crédit seront prochainement proposés en Lituanie, sans plus de détails pour le moment. Enfin, Revolut Bank sera lancé sur d’autres marchés européens « plus tard dans l’année ».

« Revolut Bank » se lance en Lituanie, d’autres pays européens cette année

Cette série comique de et avec Steve Carell (The Office) se dévoile enfin, avec un ton décalé et de l’humour à tous les étages. La première saison sera disponible le 29 mai.

Pour rappel, la Space Force est la sixième branche des forces armées des États-Unis, mise en place par Donald Trump. 

Space Force (Netflix) : une première bande-annonce déjantée

Ce n’est pas une surprise puisque la société de Mountain View avait annoncé cette synergie la semaine dernière lorsque son outil de visioconférence devenait gratuit et accessible à tout le monde jusqu’au 30 septembre. 

Désormais, il est donc possible de lancer une conférence depuis la messagerie, comme le rapporte The Verge. Un pas de plus dans l’offensive de Google pour prendre le dessus sur les solutions concurrentes, notamment Zoom.

Google Meet s'intègre directement dans Gmail
Le tribunal administratif rejette le recours contre l’essaim de drones de la préfecture de police de Paris

La juridiction a finalement rejeté le recours de la Quadrature du Net et de la Ligue des droits de l’Homme. Devant le tribunal administratif de Paris, le préfet de police a « fait valoir que les images captées sont prises en utilisant un grand angle et qu’elles ne permettent donc pas l’identification d’un individu ».

« Aucun des éléments de l’instruction ne permet de mettre en cause cette affirmation », indique le juge. « Dans ces conditions, même si la préfecture de police a, par ce dispositif, procédé à la collecte, à l’enregistrement provisoire et à la transmission d’images, elle ne peut être regardée comme ayant procédé à un traitement de données à caractère personnel ». 

La décision ajoute qu’« il n’apparaît pas, dès lors, qu’elle aurait porté une atteinte illégale aux libertés fondamentales que sont le droit à la vie privée et le droit à la protection des données personnelles, faute notamment que les traitements en cause aient été autorisés et organisés par un texte de droit interne ».

Ainsi, faute de drones en capacité d’identifier les individus au sol, tous les arguments soulevés par les deux requérantes tombent. Dans l’esprit du juge, l’identification devient le pivot conditionnant l’atteinte aux données personnelles, mais également à la vie privée. Qu’en dira la Cnil, si celle-ci décide d’enquêter sur ce dispositif destiné à contrôler les mesures de confinement ? Un appel vient en tout cas d’être déposé

Pour mémoire, les deux associations s’opposent au déploiement des drones par la préfecture de police. Elles réclament la cessation immédiate de la captation, transmission ou l’exploitation des images, sous astreinte de 1024 euros par jour de retard. Elles considèrent en effet que cet essaim n’est « ni nécessaire, ni adéquat, ni proportionné à l’objectif poursuivi ».

Il est « illégal tant aux règles générales relatives au droit à la vie privée que des règles régissant les traitements de données à caractère personnel » ajoutent-elles.

C’est ce qu’affirment en chœur le Centre national britannique de cybersécurité (NCSC) et l’Agence américaine de cybersécurité et de sécurité des infrastructures (CISA) dans un communiqué commun, repris par Reuters.

Les pirates soutenus par des États chercheraient à « obtenir des renseignements sur la politique de santé nationale et internationale ou à acquérir des données sensibles sur la recherche autour de Covid-19 », expliquent les agences gouvernementales.

Les pays en question ne sont pas cités, mais selon des sources de nos confrères des soupçons porteraient sur « des pirates chinois, iraniens et russes ». 

Des cyberattaques soutenues par des États visent la recherche autour de Covid-19

Racheté par Microsoft en 2015, il n'existe plus qu'à travers l’importation de listes vers son service To Do. C’est donc tout naturellement la date choisie par Christian Reber (fondateur de Wunderlist) pour lancer un service baptisé Superlist.

Pour le moment, on apprend simplement qu’il s’agit d’un service de « productivité suralimentée pour les équipes du futur ». Un site dédié a été mis en ligne, ainsi qu’un compte Twitter.

Pour rappel, Reber avait tenté l’année dernière de racheter son ancienne application à Microsoft (qui pouvait garder l’équipe). Il expliquait ne pas regretter la vente, mais voulait que Wunderlist ne disparaisse pas.

Superlist devrait donc s'adresser aux aficionados de l'ancien service.

Alors que Wunderlist ferme, son créateur annonce le lancement de… Superlist

La néobanque annonce « l'extension de sa Série D de 100 millions de dollars pour la porter à 570 millions avec la participation de tous ses investisseurs principaux ».

Cette manne financière servira à « accélérer son développement et renforcer sa position sur ses principaux marchés ». La jeune société précise ainsi avoir levé plus de 800 millions de dollars, pour une valorisation de 3,5 milliards de dollars.

Elle revendique 5 millions de clients et ajoute que la pandémie de Covid-19 a changé les habitudes : « Au cours du mois dernier, nous avons observé les gens délaisser les espèces et se tourner vers le sans-contact et les achats en ligne », avec une « croissance inédite » pour les clients de plus de 65 ans.

N26 lève encore 100 millions de dollars, sa valorisation monte à 3,5 milliards de dollars

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.