du 01 décembre 2017
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Après avoir tenté de lutter contre le blocage des publicités, Wired se met au paywall

Début 2016, la prestigieuse publication américaine Wired du groupe Condé Nast annonçait un changement dans son modèle économique.

Misant sur la publicité sur son site internet, elle allait commencer à afficher un message aux bloqueurs de publicité, et leur barrer l'accès. Cela n'a semble-t-il pas été aussi efficace qu'espéré, car une nouvelle stratégie vient d'être annoncée.

Le Wall Street Journal nous apprend en effet qu'un système de paywall sera mis en place à partir de janvier prochain. Comme son édition papier, la version numérique du site sera donc sur accès payant.

Le tarif n'a pas été précisé, mais il sera de moins de dix dollars par mois et poreux : il laissera passer les lecteurs qui pourront lire quelques articles par mois avant de devoir opter pour un accès payant. Une façon de faire souvent contournable, surtout par un public d'initiés comme celui de Wired.

Condé Nast semble vouloir pousser vers plus de contenu accessible à travers un paywall au sein de ses titres, tout du moins ceux où cela aura du sens. Pour rappel, le groupe possède également Ars Technica, qui propose un modèle payant et sans publicité depuis déjà de nombreuses années.

Cette tendance s'accentue ces dernières années, comme nous l'avions évoqué dès 2014. Récemment, c'est Business Insider (Groupe Axel Springer) qui a décidé de se lancer sur le créneau de l'abonnement et de l'offre Premium.

Coup sur coup, AMD et NVIDIA viennent de publier de nouveaux pilotes apportant le support de Doom VFR, le titre consacré à la réalité virtuelle basée sur la fameuse franchise.

Les Game Ready 388.43 WHQL et Crimson ReLive Edition 17.11.4 n'apportent presque rien d'autre, même si ces derniers supportent au passage la bêta ouverte d'Oculus Dash.

AMD devrait de son côté dévoiler dans une dizaine de jours la nouvelle série de pilotes à l'occasion de sa grande mise à jour annuelle : Adrenalin.

Une vidéo de teasing a été mise en ligne, sans détails pour le moment. Les dernières fuites évoquaient la mise en place d'un overlay de suivi des composants et de configuration, entre autres nouveautés.

Pilotes pour Doom VFR chez AMD et NVIDIA, les Radeon Software Adrenalin Edition arrivent

Un petit malin a trouvé une astuce pour rentabiliser sa Tesla Model S : le minage de crypto-monnaies. Pour ce faire, il n'a pas bidouillé la voiture pour accéder aux GPU qu'elle renferme, il a tout simplement installé quatre cartes mères dans le coffre, accompagnées de 24 GeForce GTX 1060.

L'astuce consiste ensuite à garer la voiture en face d'un Supercharger Tesla pour qu'il recharge gratuitement la batterie du véhicule. Une idée qui fonctionne en théorie, si l'on exclut le fait qu'évacuer la chaleur de 24 cartes graphiques du coffre n'est pas chose aisée, et qu'une Tesla Model S vaut 79 200 euros.

Miner sans payer son électricité, c'est possible… avec une Tesla

Le 13 octobre dernier, le satellite décollait du Cosmodrome de Plessetsk dans le nord de la Russie à bord d'une fusée Rockot. Il est pour rappel le « précurseur de Sentinelle 5 », une mission du programme Copernicus consacrée à la surveillance de la Terre.

Avec son spectromètre (Tropomi) il est « capable de mesurer les concentrations d’aérosols et de nombreux gaz à l’état de traces tels que le dioxyde d’azote, l’ozone, le formaldéhyde, le dioxyde de soufre, le méthane ou le monoxyde de carbone » présents dans l'air.

En place depuis moins de deux mois, les premiers résultats sont déjà là et « dépassent les attentes » de l'Agence spatiale européenne. Une conférence de presse est organisée aujourd'hui par l'ESA, à partir de 10h30, afin de les présenter.

Surveillance de la Terre : l'ESA présente les premiers résultats du satellite Sentinel 5P

Après quelques semaines de tests (voir notre prise en main), la version mobile du navigateur de Microsoft est disponible sous Android et iOS. Il perd ainsi son label « Preview ».

Outre les améliorations de stabilité, Microsoft a surtout ajouté la synchronisation des mots de passe et un thème sombre. Notez qu'une version française est disponible.

La société promet de nombreuses nouveautés dans les mois à venir, et sans doute plus d'intégration avec Windows 10.

Microsoft Edge accessible à tous sur Android et iOS
LDLC résiste à l'augmentation du prix de la mémoire

Groupe LDLC a publié ses résultats semestriels hier soir. Dans l'ensemble, l'entreprise affiche une certaine résilience face à des prix en forte augmentation pour la mémoire, ralentissant nettement son activité.

Le chiffre d'affaires recule légèrement, de 222 à 215 millions d'euros, tout comme l'EBITDA qui n'atteint plus que 6,6 millions d'euros, contre 10,1 millions au premier semestre 2016-2017. Le résultat net est quant à lui presque divisé par deux, et atteint 2,5 millions d'euros.

Les 26 magasins de l'enseigne se portent plutôt bien et affichent un chiffre d'affaires de 24,1 millions d'euros. Des revenus « en progression de 19,3 % sur un an » indique l'entreprise, sans préciser pour autant si cette hausse est le fruit de l'ouverture de nouvelles boutiques ou bien mesurée à périmètre constant.

Le Black Friday a également bien profité à la société, qui a enregistré 7 millions d'euros de commandes ce jour-là sur l'ensemble de ses enseignes, contre 4 millions d'euros l'an dernier. LDLC réitère enfin ses objectifs à court et long terme, avec l'ouverture d'une boutique physique et en ligne en Espagne l'an prochain, la finalisation du rachat de Bimp d'ici fin janvier 2018 et 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires à l'horizon 2021.

Plusieurs centres de recherche se sont associés afin de mettre sur pied cette collaboration internationale : le CNRS, l'université de Bordeaux, l'ENS Paris-Saclay, le CMI (Chennai Mathematical Institute) et l'IMSC (Institute of Mathematical Sciences), ces deux derniers étant indiens.

Ensemble, ils travailleront notamment sur l'informatique théorique : algorithmique, logique, combinatoire, modèles du calcul, complexité, ainsi que des méthodes formelles. Des applications pratiques sont également évoquées avec la vérification, les systèmes distribués et la science des données.

De plus amples informations sont disponibles sur ce site.

ReLaX : une unité mixte franco-indienne sur l'informatique théorique

Apple a publié un correctif pour son importante faille de sécurité sur le compte root dès mercredi soir. Malheureusement, il provoque des erreurs.

Apple confirme le problème via une fiche technique, mentionnant un partage réseau qui peut dysfonctionner après l'installation du correctif 2017-001. Une solution est proposée. Elle consiste à ouvrir le terminal puis entrer la commande suivante :

 sudo /usr/libexec/configureLocalKDC

L'utilisateur est ensuite invité à saisir le mot de passe administrateur. Le partage réseau devrait alors à nouveau fonctionner. Notez que le correctif a été proposé très rapidement et n'a pas forcément subi tous les contrôles habituels.

La situation était après tout assez urgente, mais il n'est pas certain que les utilisateurs se montrent très compréhensifs au vu de cet enchaînement.

macOS High Sierra : le correctif de la faille root nuit au partage réseau

C'est le second AIY Project du géant du Net après son Voice Kit proposant de la reconnaissance vocale. Comme son nom l'indique, l'AIY Vision Kit est un produit à monter vous-même à partir d'un Raspberry Pi Zero W et d'une Raspberry Pi Camera.

Le Vision Kit est composé d'une coque en carton, d'un PCB VisionBonnet avec une puce Intel Movidius MA2450, d'un bouton, d'un haut-parleur, de lentilles optiques et de divers accessoires.

La partie logicielle comporte trois modèles de réseaux neuronaux basés sur TensorFlow afin de concevoir des applications de reconnaissance d'images. Google donne les exemples suivants : reconnaître des milliers d'objets communs, des expressions du visage, une personne, un chat ou un chien. Le traitement des images se fait en local.

Le AIY Vision Kit sera disponible à partir du 31 décembre, pour un prix de 44,99 dollars (sans le Raspberry Pi Zero W, la Camera, la carte SD et l'alimentation). Il est d'ores et déjà disponible en précommande chez Micro Center.

Google présente son AIY Vision Kit : de la reconnaissance locale d'images via un Raspberry Pi

Initialement prévu pour 2013, le lanceur lourd de SpaceX a régulièrement été repoussé d'année en année. Le premier lancement devait avoir lieu d'ici la fin 2017, mais il semblerait que ce ne sera pas le cas.

Gwynne Shotwell, présidente de la compagnie, s'explique à nos confrères d'Aviation Week : « Nous voulions faire voler Heavy cette année. Nous devrions être capables de faire une mise à feu statique cette année, et de voler quelques semaines après ».

Pour rappel, lors de sa dernière conférence sur sa fusée BFR pour coloniser le système solaire (voir notre analyse), Elon Musk expliquait que SpaceX avait « dû repenser presque tout, excepté l'étage supérieur, afin de supporter une charge plus importante ». Ainsi, Falcon Heavy « est bien plus un nouveau vaisseau que nous le pensions au départ » expliquait-il.

Le premier étage de Falcon Heavy est composé de trois boosters de Falcon 9, soit un total de 27 moteurs Merlin.

SpaceX : le premier lancement Falcon Heavy probablement repoussé à l'année prochaine
Au Royaume-Uni, Google attaqué pour avoir pisté des millions d'iPhone

La Haute Cour de Londres accueille une action collective à l'encontre de Google, accusée d'avoir contourné une protection du navigateur Safari, entre entre juin 2011 et février 2012, pour sa régie publicitaire DoubleClick.

Simplement nommée « Google You Owe Us » (Google, tu nous es redevable), la campagne argue que les 5,4 millions de possesseurs d'iPhone britanniques de l'époque ont été suivis par Google sans leur autorisation, ni celle d'Apple. De quoi violer la loi britannique sur la protection des données.

Sur iOS et macOS, Google exploitait une faiblesse dans l'implémentation de Do Not Track. Ici, elle n'autorisait que le dépôt des cookies du site visité, et non des tiers éventuellement intégrés à la page. En envoyant un formulaire invisible, via un iFrame, Google réussissait à envoyer tous les cookies qu'il souhaitait.

Révélée en 2012, la méthode a été aussitôt abandonnée par le groupe américain. Le responsable de la campagne, Richard Lloyd, pense que chaque personne lésée pourra recevoir plusieurs centaines de livres en compensation. Google s'est déjà acquitté de 22,5 millions de dollars aux États-Unis pour ce contournement de Safari.

Les mises à jour de sécurité améliorent généralement les performances et corrigent de bugs. Mais il arrive parfois que ce soit le contraire.

C'est la situation rencontrée par certains avec le 960 Pro de Samsung, un SSD M.2 NVMe haut de gamme, depuis la mise à jour 3B6QCXP7. Les performances sont en baisse et le système se bloque parfois quelques secondes.

Sur son forum, Samsung explique être au courant de la situation et travaille sur un correctif. Il sera « bientôt » mis en ligne, sans plus de précision. Si vous n'avez pas encore effectué cette mise à jour, il est donc conseillé d'attendre.

SSD Samsung 960 Pro : un problème avec le dernier firmware, un correctif arrive

Depuis la mi-septembre, des dizaines de milliers de sites exploitent des scripts à la Coinhive, qui leur promettent des revenus faciles en exploitant la puissance des appareils de leurs visiteurs (voir notre analyse). La principale limite de l'exercice est qu'une fois la page fermée, le minage s'interrompt.

Malwarebytes rapporte qu'un site pour adultes a trouvé une parade. En plus de la page demandée par l'utilisateur, une autre s'ouvre discrètement sous la barre de tâches. Le minage peut donc continuer, même après la fermeture de la fenêtre visible de l'internaute, jusqu'à ce qu'il se rende compte du pot-aux-roses.

Le meilleur symptôme reste une occupation élevée du processeur, même une fois le navigateur « fermé ». « Près de deux mois après la genèse de Coinhive, le minage de crypto-monnaie dans le navigateur reste très populaire, pour toutes les mauvaises raisons » juge Malwarebytes, alors que des médias tentent l'expérience pour se financer.

Coinhive : découverte d'un « cryptojacking » persistent, même avec le navigateur « fermé »

Nouvelle acquisition pour Dropbox, avec cette fois une équipe de huit personnes - le patron et sept employés - dédiée à la publication de sites web.

Comme le rappelle TechCrunch, Verst (anciennement DWNLD) proposait à ses débuts de transformer les sites en applications mobiles. Après une levée de fonds de 12 millions, il est davantage devenu une plateforme de blogging, embarquant des outils dédiés au trafic et aux revenus. Durant l'été, ses horizons se sont élargis pour devenir une plateforme de publication plus complète. 

Dans un billet, l'équipe se dit excitée à l'idée de rejoindre Dropbox. Cependant, les actuels clients de Verst vont en subir rapidement les conséquences, puisque le service fermera ses portes le 21 décembre. Ils n'ont donc que trois semaines devant eux.

On ne sait pas encore sur quoi travaillera l'équipe. Mais avec la mise en ligne récente de services collaboratifs comme Paper ou de publication comme Showcase, il y a de quoi faire.

Dropbox rachète l'équipe de Verst, spécialisée dans la publication de sites

Comme le note CNet.com, l'assistant numérique est capable de comprendre et d'exécuter deux commandes dans une même phrase, au moins en anglais.

Par exemple, « OK, Google, play jazz music and set the volume to 5 » fonctionne parfaitement selon nos confrères (ils donnent également d'autres exemples). En Français cela ne semble par contre pas (encore ?) être le cas.

Dans le même temps, le géant du Net ajoute la recherche de services à proximité : plombier, électricien, nettoyage, etc. Google Assistant vous donne alors une liste, mais sans préciser comment elle est faite et la manière dont sont triés les résultats, une opacité que nous avons déjà évoquée.

Cette fonctionnalité commencera à être déployée aux États-Unis au cours de la semaine prochaine.

Google Assistant peut faire deux choses à la fois et chercher des services à proximité

En avril dernier, Twitter dévoilait une version allégée de son site, avec un économiseur de données, accessible à tous. En septembre, une application mobile Android débarquait avec le même objectif : fonctionner sur des connexions très limitées (2G/3G), mais aux Philippines seulement.

Aujourd'hui, le réseau social indique que son application est disponible dans 24 nouveaux pays : Algérie, Bangladesh, Bolivie, Brésil, Chili, Colombie, Costa Rica, Équateur, Égypte, Israël, Kazakhstan, Mexique, Malaisie, Nigéria, Népal, Panama, Pérou, Serbie, El Salvador, Afrique du Sud, Thaïlande, Tunisie, Tanzanie, et Venezuela... mais pas en France.

L'application Android Twitter Lite disponible dans 24 nouveaux pays, mais pas en France

Dans un billet de blog, l'équipe Chromium revient sur l'injection de code par des logiciels tiers, comme des outils d'accessibilité ou antivirus.

Cette pratique causerait une hausse de 15 % des chances de plantage, alors que d'autres solutions existent, comme les extensions et le Native Messaging (une API dédiée aux communications avec des logiciels tiers).

Les développeurs de Chromium déclarent que l'injection de code tiers sera progressivement interdite à partir de Chrome 68 (en juillet 2018) . « Si ce blocage empêche Chrome de démarrer, il redémarrera en affichant une alerte guidant l'utilisateur dans la désinstallation » du logiciel tiers, écrivent les développeurs.

Chrome 72 supprimera l'alerte et rendra le blocage de code tiers permanent.

Pour réduire les plantages, Chrome interdira l'injection de code tiers
AB1 lance deux nouvelles cases dédiées à l'e-sport

La chaîne AB1 profite des vacances de Noël pour s'essayer à l'e-sport en lançant deux nouvelles émissions récurrentes à compter du 27 décembre. La première est un magazine hebdomadaire diffusé tous les vendredis de 22h30 à... 1h30 du matin, baptisé eSport Zone, Le Mag. Alexandre « Lutti » Delattre et Kevin « Broken » Georges y analyseront les principales compétitions de la semaine passée.

Une deuxième tranche hebdomadaire sera diffusée à la même heure le vendredi soir pendant trois heures, eSport Zone : Les Tournois. Comme son nom l'indique, il s'agira là de la « diffusion en exclusivité des plus grandes compétitions d'eSport ». Il est à noter qu'AB1 a conclu un accord exclusif en France avec Activision-Blizzard portant sur la retransmission des compétitions organisées par l'éditeur, il devrait donc très souvent y être question de Hearthstone, Overwatch et Call of Duty.

Cette initiative fait suite à des essais opérés l'an dernier avec l'équipe GamersOrigin, qui avait déjà proposé une série de rendez-vous centrés sur Hearthstone, déjà présentés par Lutti à l'époque.  

Depuis le lancement de la Switch, Nintendo semble faire preuve d'une créativité sans bornes, y compris pour les produits dérivés. Dernière preuve : le lancement en série limitée le 11 décembre, et uniquement outre-Atlantique, des Super Mario Cereal avec Kellogg's.

Signe particulier : outre la présence du héros moustachu et de sa casquette flippante, la boite cache un tag NFC qui peut être scanné par la Switch comme n'importe quel Amiibo. Il débloquera des bonus en jeu pour Super Mario Odyssey, tels que des pièces ou des cœurs.

Bref, nous sommes en présence d'une boîte payante, renfermant un contenu en jeu déterminé par le hasard… s'il n'y avait pas des céréales à la guimauve dedans, on aurait pu parler d'une loot box.

Nintendo : des céréales Super Mario compatibles Amiibo

On pourrait penser qu'une sixième préversion n'a plus grand chose à apporter et que Google se concentre sur la correction de bugs. Mais non, elle propose de vrais apports.

En plus des inévitables corrections (quand même), la Preview 6 fait basculer le code sur la base d'Android 8.1 et son niveau d'API 27 pour les Play Services.

OpenGL est également désactivé par défaut, la plupart des interfaces étant traitées plus rapidement par le CPU via le framebuffer standard. Il peut bien être être activé à la demande par les développeurs.

Entre autres apports, signalons aussi la nouvelle commande android-things-setup-utility pour flasher un matériel depuis la console.

Pour installer la Preview 6, il faut toujours par la console d'Android Things. Attention cependant, car le partitionnement a changé. Google prévient que cette nouvelle préversion ne peut pas être installée en OTA. Il y aura donc des travaux à prévoir.

Android Things : la Preview 6 fait le plein de corrections et nouveautés

Nouvelle version annuelle pour le langage de développement web, avec d'importantes évolutions, surtout sur le chiffrement.

L'extension Mcrypt est ainsi supprimée tandis que libsodium fait son entrée, comme prévu. Elle s'appuie des primitives décrites comme modernes, et qui ont l'avantage de ne pas être passées entre les mains du NIST (National Institute of Standards and Technology), lié à la NSA.

Parmi les autres nouveautés, on trouve une amélioration des constantes TLS, l'objet typehint, le comptage des objets « non-comptables », ou encore la disponibilité de HasContext sous forme d'objet.

PHP 7.2 met le cap sur la sécurité

Pendant qu'Uber boit la tasse en raison de divers scandales (accusations de harcèlement, démêlés judiciaires avec Waymo, etc.) son concurrent direct Lyft semble profiter de la situation.

Selon The Information, l'entreprise aurait annoncé à ses investisseurs des revenus de 483 millions de dollars sur le premier semestre, soit plus du triple des 150 millions enregistrés un an plus tôt. La société a également réduit ses pertes de 283 millions à 206 millions de dollars. Lyft perdait l'an dernier 4 dollars par course, aujourd'hui il n'est plus question que de 1,2 dollar pour chacune.

Pendant ce temps, Uber a vu ses pertes se creuser, avec 1,5 milliard de dollars de déficit sur son dernier trimestre, contre « seulement » 1,06 milliard l'an dernier sur la même période.

Lyft : quand le chat n'est pas la, les souris dansent

L'heureux acquéreur de green.ch et Green Datacenter est le fonds d'infrastructure InfraVia Capital Partners (PDF). L'opération valorise l'activité à 214 millions de francs suisses (183 millions d'euros), sans indication d'une reprise de dette. Autrement dit, cela ne préjuge pas du montant final. Le rachat doit être bouclé début 2018.

En grande difficulté en bourse, Altice a annoncé se séparer d'actifs non indispensables, notamment de pylônes. Il pourrait également se départir de son activité en République dominicaine, représentée par Altice Caribbean.

Altice revend ses activités télécoms et datacenters en Suisse

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.