du 07 janvier 2020
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Facebook : nouvelle version de l'outil Assistance confidentialité, toujours le minimum

L’outil était disponible depuis 2014 et n’avait jamais vraiment reçu d’améliorations significatives. Autant dire qu’avec les scandales ayant émaillé l’actualité depuis, dont Cambridge Analytica, il était temps.

Facebook a profité du CES pour présenter ses propres « innovations ». Le fait qu’elles touchent à la vie privée en dit long sur le chemin à parcourir.

La nouvelle version de l’outil « Assistance confidentialité » propose désormais huit groupes (contre trois jusqu’à maintenant) et pousse l’utilisateur vers des questions apparemment courantes : qui peut voir ce que vous partagez, comment garder le compte sécurisé, comment les autres peuvent vous trouver sur Facebook ou encore les réglages liés aux données.

L’outil, plus complet, disponible également sur les applications mobiles et doté d’une interface claire, est donc bel et bien amélioré. Il a le mérite de montrer clairement la portée de certaines informations, par exemple à qui s’affiche le numéro de téléphone ou l’adresse email.

Mais il ne faut guère en attendre plus. Il a beau être centré sur la confidentialité et la sécurité (il conseille notamment sur la création d’un mot de passe fort), il lui manque « étonnamment » des réglages élémentaires.

Facebook n’a ainsi pas jugé bon d’y insérer les paramètres de double authentification, qui restent noyés dans les réglages classiques, touffus et rébarbatifs. Surtout, la nouvelle version n’intègre rien en relation avec le suivi de l’utilisateur, comment sont utilisées les données ou encore quel service tiers peut les voir.

Ces points sont réunis dans le centre de contrôle lié aux publicités, dont l’interface est loin d’être aussi claire. 

Si l’objectif est d’aider l’utilisateur avec la sécurité et la confidentialité, la mission est en l’état ratée : les questions actuelles ne se focalisent plus vraiment sur la visibilité d’un statut ou d’une adresse email.

Comme chaque nouvelle année, les commerçants vont pouvoir solder les articles qu’ils proposent à la vente depuis au moins un mois. 

Un changement cependant : les soldes ne durent que quatre semaines au lieu de six. Un arrêté du 27 mai 2019 fixe désormais les dates et les heures de début des soldes ainsi que leur durée, comme le rappelle le service public.

Comme toujours, la Team Bons Plans est dans les starting-blocks pour vous faire profiter des meilleures offres dès demain matin à partir de 8h. Vous pouvez retrouver l’ensemble des produits en soldes sur cette page et n’hésitez pas à suivre leur compte Twitter et/ou ce flux RSS pour être informé rapidement des nouvelles offres.

Les soldes d’hiver débuteront demain matin à 8h et dureront quatre semaines

Les fabricants entendent proposer un système de transferts de fichiers simple et rapide entre leurs smartphones, sans avoir besoin d’application dédiée ou d‘utiliser un réseau existant, à la manière de ce que propose Apple avec AirDrop depuis longtemps.

Les partenaires ne réinventent pas la roue et se basent sur des solutions existantes : le Bluetooth pour appairer les smartphones, puis le Wi-Fi P2P (alias Wi-Fi Direct) pour les transferts. Les débits peuvent atteindre 20 Mo/s.

La technologie ne coupe pas une éventuelle connexion Wi-Fi à Internet, qui peut donc fonctionner en parallèle. Les trois partenaires (Oppo et Vivo appartiennent pour rappel au même groupe BBK Electronics) invitent les autres marques à les rejoindre dans la Peer-to-Peer Transmission Alliance.

Oppo, Vivo et Xiaomi lancent la Peer-to-Peer Transmission Alliance pour des transferts de fichiers
Firefox 72 disponible aujourd’hui : blocage par défaut des scripts de fingerprinting

La nouvelle mouture du navigateur sera disponible aujourd’hui et amènera plusieurs améliorations significatives.

À commencer par le blocage par défaut des scripts de fingerprinting (détecteurs d’empreinte numérique) dans le mode Standard de protection de la vie privée. On notera d’ailleurs que sur le seul exposé des blocages entre les modes Standard et Strict, il n’y a visuellement plus aucune différence.

Firefox 72 bloque également par défaut toutes les demandes d’autorisations pour la position géographiques, les notifications, le micro ou encore la caméra. Ces messages sont stockés dans une icône en forme de phylactère à gauche de l’adresse. Elle n’apparait que si des demandes sont en attente.

Le mode picture-in-picture, déployé avec la version 71 sur Windows, est maintenant disponible sur Linux et macOS. Il permet pour rappel d’extraire une vidéo dans une fenêtre dédiée et toujours au premier plan. Redimensionnable, elle affiche les contrôles basiques de lecture.

Côté développeurs, on y trouve le support de Shadow Parts et Motion Path pour les CSS, des propriétés letter-spacing et word-spacing pour les SVG ou encore de l’opérateur nullish coalescing en JavaScript.

Le site officiel n’est pas encore à jour. Comme toujours, la mise à jour sera rapidement récupérée par le navigateur et s’installera après son redémarrage. Les nouvelles versions de Firefox sortent le plus souvent dans la soirée.

L’année n’a pas débuté sous les meilleurs auspices pour le fabricant : une panne de courant d’une minute a suffi à arrêter une partie de la production de son usine de Hwaseong en Corée du Sud.

L’étendue des dégâts n’est pas connue. Selon une source de Reuters, cette panne pourrait coûter des millions de dollars. Nos confrères rappellent qu’une coupure de 30 minutes sur l’usine de Pyeongtaek en 2018 avait causé la perte de plus de 43 millions de dollars. 

L’été dernier, une panne de courant de 13 minutes avait eu des conséquences pendant des semaines sur la production de NAND de WD et Toshiba. Il avait en effet fallu attendre un mois et demi pour que « la quasi-totalité des équipements des usines soit de retour à la normale ».

Une panne de courant dans une usine Samsung interrompt une partie de la production

Durant les fêtes de fin d’année, le fabricant de voitures a obtenu un prêt de la part de plusieurs banques chinoises pour développer son activité dans le pays et son usine Gigafactory 3.

Juste avant la nouvelle année, une première série de 15 Model 3 sortait d’usine. Elles étaient destinées aux employés pour commencer. Les autres clients devraient en profiter à partir d’aujourd’hui.

Tesla en Chine : 1,29 milliard de dollars pour son usine, les premières Model 3 livrées

Cette dernière permet pour rappel d’insérer votre tête dans une vidéo. Il s’agit en quelque sorte d’un deepfake rapide et pas de super qualité, mais permettant de réaliser des vidéos humoristiques.

Snap semble si satisfaite du résultat qu'elle a racheté discrètement la société AI Factory, comme le rapporte TechCrunch. Toujours selon nos confrères, TikTok préparerait une fonctionnalité du même acabit.

Snap rachète AI Factory, la société avec qui elle a développé la fonctionnalité Caméo
Quand Xiaomi se mélange les pinceaux dans les flux vidéos des Mi Home Security Camera

Il n’aura pas fallu attendre longtemps en 2020 pour que de premiers « bugs » importants ne subviennent sur les objets connectés. Xiaomi ouvre le bal avec ses caméras de sécurité : des utilisateurs n’accédaient pas toujours à leur flux vidéo, mais parfois à celui d’autre caméras Xiaomi, comme le rapporte un utilisateur sur Reddit.

Google a rapidement réagi en coupant l’intégration de l’ensemble des produits Mi Home avec son Assistant. Xiaomi a confirmé le bug auprès de plusieurs de nos confrères, en précisant qu’il est la conséquence d’une mise à jour du 26 décembre sur la gestion du cache. 

« Cela n'est arrivé que dans des conditions extrêmement rares. Cela concerne l'intégration entre la Mi Home Security Camera Basic 1080p et le Google Home Hub (avec un écran) lorsque le réseau est de mauvaise qualité », explique le fabricant. 1 044 utilisateurs ont lié Google Assistant et la caméra Mi Home et « seuls quelques-uns » ont pu être affectés, affirme Xiaomi.

L’intégration de ses produits connectés est de nouveau disponible avec Google Assistant selon le constructeur, à l’exception des caméras pour le moment. L’enquête sur la cause du bug continue.

Le constructeur tenait cette nuit une conférence de presse attendue par des hordes de joueurs en mal d’annonces sur la prochaine console de jeu. 

Ils n‘ont pas eu grand-chose de nouveau à se mettre sous la dent car Jim Ryan, PDG de Sony Interactive Entertainment, n’a présenté que le logo de la PS5 qui est celui de la PS4 avec un 5 à la place du 4.

Devolver Digital (le studio derrière Serious Sam) a d’ailleurs détourné cette annonce à sa manière. La console est attendue pour la fin de l’année.

Au CES, Sony revient sur la PlayStation 5 et présente son… logo

En novembre dernier, la plateforme apportait un changement à son Studio pour permettre aux créateurs d’indiquer si une vidéo est ou non pour les enfants. En cas d’abus ou d’erreur manifeste, Google pourra outrepasser le choix du créateur.

Désormais, si une vidéo est indiquée comme étant pour les enfants, tous les spectateurs seront considérés comme des enfants, peu importe leur âge. En conséquence, la plateforme limitera la collecte et l'utilisation des données, avec une restriction voire une désactivation de certaines fonctionnalités.

Les conséquences sont importantes : « Par exemple, nous ne diffusons plus de publicités personnalisées sur ce genre de contenu ni de fonctionnalités comme les commentaires, le chat en direct, la cloche de notification, les histoires, l'enregistrement dans une liste de lecture, etc. ».

YouTube reconnaît sans détour que « ces changements auront un impact significatif » pour les créateurs. Ils font suite à une condamnation de la FTC avec une amende de 170 millions de dollars à la clé.

Des changements importants pour YouTube Kids : fin des publicités ciblées, des commentaires…

Le premier étage a fait ses premiers pas en septembre 2018 avec la mission Telstar 18, avant d’être réutilisé en janvier 2019 pour la mission Iridium (pour les satellites du meme nom) et en mai 2019 pour une autre fournée de Starlink.

Le lancement s’est déroulé sans encombre : les 60 satellites ont été largués comme prévu et le premier étage est encore une fois venu se poser sur une barge en pleine mer. C’est la 48e fois que SpaceX récupère un premier étage. 

Avec une fusée recyclée pour la 3e fois, SpaceX envoie 60 nouveaux satellites Starlink en orbite
Facebook conditionne la suppression des vidéos de « deepfake »

Afin de lutter contre le phénomène des « deepfake », Facebook a déjà annoncé un « challenge » en septembre dernier. Il dévoile aujourd’hui une mise à jour de ses conditions, comme prévu

« À l'avenir, nous supprimerons les supports manipulés trompeurs » indique ce post officiel. Cette suppression sera toutefois conditionnée à deux critères cumulatifs. 

La vidéo devra avoir été discrètement manipulée, au-delà des ajustements de luminosité ou de qualité d’image, afin d’induire « probablement quelqu'un en erreur en pensant qu’une personne a dit des mots qu'elle n'a pas réellement dits ». 

En outre, la manipulation devra avoir été le fruit de « l'intelligence artificielle ou du machine learning pour fusionner, remplacer ou superposer du contenu sur une vidéo, en donnant l'impression de son authenticité ». 

Cette nouvelle politique laisse intacts les contenus parodiques ou satiriques, ou les vidéos « modifiées uniquement pour omettre ou modifier l'ordre des mots ».

Une vidéo qui ne répondrait pas à ces critères resterait éligible à une sanction contractuelle. « Si une photo ou une vidéo est jugée fausse ou partiellement fausse (…), nous réduisons considérablement sa distribution dans le fil d'actualités et la rejetons si elle est diffusée en tant qu'annonce ».

C’est Philippe Bas qui présidera demain la commission mixte paritaire relative à la proposition de loi Avia. Deux versions du texte s’entrechoquent. 

Très schématiquement, celle des députés, portée par Laetitia Avia, qui recommande le filtrage des contenus, outre une obligation de retrait en 24 heures des contenus dits « haineux »

Un texte critiqué par la Commission européenne et la République Tchèque, dans les deux documents révélés par Next INpact.  Celle des sénateurs, qui a adopté le même tempo, mais dans le cadre d’une seule obligation de moyen. 

Au sein de la CMP, on retrouvera les LREM Laetitia Avia, Yaël Braun-Pivet, le PS David Assouline, ou encore Christophe-André Frassa, sénateur LR qui fut rapporteur du texte. 

Haine en ligne : le sénateur Philippe Bas, président de la commission mixte paritaire

Plus de deux ans après la première bande-annonce, la 20th Century Fox vient de mettre en ligne la seconde. Pour rappel, ce film se déroule dans l’univers des X-Men.

Voici le pitch : « Les Mutants deviennent dangereux – pour eux-mêmes comme pour les autres –  lorsqu’ils font la découverte de leurs pouvoirs. Détenus contre leur volonté dans une division secrète d’un mystérieux hôpital psychiatrique, cinq jeunes mutants doivent apprivoiser leurs dons et assumer les graves erreurs de leur passé. Traqués par une puissance surnaturelle, leurs peurs les plus terrifiantes vont devenir réalité ».

La sortie dans les salles obscures est programmée pour le 1er avril 2020. Josh Boone est à la réalisation, tandis que Maisie Williams, Anya Taylor-Joy, Charlie Heaton, Alice Braga, Blu Hunt et Henry Zaga sont au casting.

Une seconde bande-annonce pour Les Nouveaux Mutants, qui sortira en avril

Dans les derniers jours de 2019, TikTok a mis en ligne son Transparency Report pour la première moitié de l’année dernière. L’Inde arrive en tête avec 107 demandes, suivie par les États-Unis avec 79 demandes et le Japon (35 demandes).

La France a adressé 8 demandes (3 en urgence) ciblant 17 comptes. Dans 12 % des cas, des données ont été envoyées par TikTok. Deux demandes de retraits visant deux comptes ont été envoyées par la France, avec un carton plein (les deux ont été supprimés).

Au total, « 26 demandes de suppression ou de restriction de contenu émanant d'entités gouvernementales de 9 pays » ont été adressées à la plateforme. Elle indique avoir également reçu 3 345 demandes de retrait sous couvert de droits d’auteur, avec une réponse favorable dans 85 % des cas. 

Un prochain rapport sur la seconde moitié de 2019 sera mis en ligne dans quelques mois.

Premier rapport de transparence TikTok : 298 requêtes officielles de 28 pays
En Israël, un guide de sécurité dénoncé par Bitcoin

Le document a été produit le 31 décembre par la Money Laundering and Terror Financing Prohibition Authority, qui vise à surveiller les pratiques de blanchiment d’argent et tout ce qui touche au financement du terrorisme.

Il contient une série de « drapeaux rouges » devant servir de marqueurs aptes à attirer l’attention, à destination du secteur privé. Celui-ci, quand les signes deviennent tangibles, peut alors avertir les autorités concernées.

Le guide est dénoncé sur le site officiel Bitcoin.com comme contenant bien trop de ces drapeaux rouges. On y trouve des éléments attendus comme les auteurs de ransomwares ou les pyramides de Ponzi.

D’autres sont plus surprenants. Utiliser Tor Browser ou un VPN par exemple est un drapeau rouge. Même chose pour les amateurs de réseaux P2P.

Mais Bitcoin pointe surtout du doigt la stigmatisation des utilisateurs de cryptomonnaies à travers une série de situations : achats via une grande quantité de liquide, gros achats entre particuliers, activité « complexe » de conversation ou transfert sans explication acceptable, changements fréquents d’adresse ou numéro de téléphone, situation atypique (le simple fait d’être une « personne âgée »), refus de présentation de certains documents, indifférence aux conditions d’utilisation, etc.

Chaque élément, pris isolément, est compréhensible dans le cadre d’une surveillance des usages douteux. Pour Bitcoin, c’est cependant leur nombre qui pose problème : un « chalutage » sur la base de dizaines de critères qui, s’ils ne concernent pas l’utilisateur moyen, imposent un cadre jugé étouffant.

Le 24 décembre, la plateforme de streaming a supprimé de nombreuses vidéos parlant de bitcoin et de cryptomonnaies, des chaînes ont disparues dans la bataille. 

Les vidéos en question seraient selon Google « nocives et dangereuses », comme le montre sur Twitter Chris Dunn, touché par cette purge. La plateforme de streaming a affirmé à Forbes que cette décision de supprimer des vidéos sur les cryptomonnaie était « une erreur ». Rapidement, le youtubeur Chris Dunn a en effet annoncé un retour de ses vidéos.

« Crypto-purge » de Noël sur YouTube, avant un retour des vidéos sur les cryptomonnaies

Le Kremlin explique vouloir se protéger des cyberattaques extérieures, comme le rapporte l’AFP. Selon Leonid Levin, chef de la Commission des technologies de l'information, « il s'agit de créer les conditions nécessaires au fonctionnement stable du segment russe d'Internet en cas de tentative extérieure d'affecter le réseau dans la Fédération de Russie ».

Une loi visant à créer un « Internet souverain » en Russie est ainsi entrée en vigueur début novembre. Des tests ont ensuite été menés fin décembre, avec succès selon le Kremlin.

« Les résultats des exercices ont montré que, de manière générale, les autorités et les entreprises de télécommunications sont prêtes à répondre efficacement aux risques et menaces », lâche le vice-ministre des Communications (Alexeï Sokolov) repris par l’AFP

Des voix ont rapidement soulevé le risque de censure suite à loi de début novembre. De leurs côtés, les autorités russes affirment qu'il ne s'agit pas d'isoler la Russie ni de se donner les moyens d'une censure généralisée : « Internet libre et Internet souverain, ces deux notions ne se contredisent pas », a affirmé Vladimir Poutine lors d‘une conférence de presse. 

La Russie affirme avoir testé son « Internet souverain » avec succès

Depuis plusieurs jours, les drones ne peuvent plus décoller. GoPro est au courant du problème et cherche une solution. « Nous avons identifié la cause du problème et un correctif est en préparation. Notre équipe d'ingénieurs teste une résolution et nous prévoyons de publier une mise à jour du firmware cette semaine », explique la société sur cette page.

Le constructeur explique que la cause du problème est liée au « World Magnetic Model » utilisé par le drone et mis à jour tous les cinq ans selon le NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration). Le précédent modèle expirait le 31 décembre 2019, l’actuel sera périmé le 31 décembre 2024.

La mise à jour sera mise en ligne ici lorsqu’elle sera disponible.

Drones Karma de GoPro cloués au sol : une mise à jour sera mise en ligne cette semaine

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.