du 29 octobre 2019
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

iOS 13.2 et iPadOS 13.2 disponibles : Deep Fusion, 70 nouveaux emojis et réglages Siri

Nouvelles mises à jour pour les appareils mobiles Apple, qui décidément s’enchainent à grande vitesse depuis la première mouture.

Les apports sont cette fois importants, à commencer par les réglages de vie privée ajoutés à Siri pour circonscrire le scandale des écoutes par des tiers, pour améliorer la reconnaissance vocale.

Après installation et redémarrage, l’appareil demandera à l’utilisateur s’il souhaite participer au programme d’aide de Siri, expliquant cette fois clairement les tenants et aboutissants : Apple peut garder le contenu audio des interactions en vue d’améliorer Siri et Dictée. Une option permet également de supprimer tout l’historique lié à ces deux fonctions.

L’application Maison prend maintenant en charge deux types de produits présentés à la WWDC : les caméras Secure Video, capables d’envoyer directement leur flux dans le compte iCloud de l’utilisateur, et les routeurs HomeKit, conçus pour gérer et protéger la flotte de produits compatibles.

Bien sûr, ces versions 13.2 ajoutent aussi les fameux 70 nouveaux emojis : « des animaux, de la nourriture, des activités, de nouveaux Emoji liés à l’accessibilité, des Emoji de sexe neutre ainsi qu'une nouvelle sélection de couleurs de peau pour les Emoji représentant des couples ».

Pour les possesseurs d’iPhone 11, 11 Pro et Pro Max, iOS 13.2 signe l’arrivée de Deep Fusion. Cette technique consiste à fusionner 9 photos pour obtenir l’ensemble des expositions jugées utiles. En somme, un « super HDR ». Le traitement logiciel est assuré par des opérations locales de machine learning, réalisées par la puce A13 (et seulement elle). Le mode n’est pas compatible avec l’ultra grand-angle.

Outre la prise en charge des nouveaux AirPods Pro, les versions 13.2 corrigent une nouvelle fournée de bugs : blocage du remplissage automatique des mots de passe dans certaines applications, clavier qui n’apparaissait parfois pas dans une recherche, Messages qui pouvait afficher le numéro du téléphone au lieu du nom du contact, des notes qui disparaissaient parfois, etc.

Comme d’habitude, iOS 13.2 se récupère depuis les Réglages de l’appareil, puis dans Général > Mise à jour logicielle. Elle est plus imposante que les précédentes et sera donc plus longue à télécharger/installer. À titre indicatif, son poids est d’environ 590 Mo sur un iPhone XS.

Notez que pour les appareils plus anciens, une version 12.4.3 est également disponible, pour colmater des brèches de sécurité.

Cette offre concerne aussi bien les anciens que les nouveaux clients Freebox Delta, à condition qu'ils ne soient pas déjà abonnés à Amazon Prime.

« Si les abonnés disposent déjà d’un compte Amazon Prime, ils ont la possibilité d’utiliser leur compte Amazon Prime actuel pour accéder à l’interface Prime Video depuis la Freebox Delta et à Prime Music avec Amazon Alexa. Dans ce cas, ils continueront à être facturés par Amazon », explique le revendeur.

Bien évidemment, les autres services d'Amazon Prime sont également de la partie avec Prime Music, la livraison en 1 jour ouvré, Amazon Photos (en illimité), Prime Reading pour les ebooks, Twitch Prime, l'accès prioritaire aux ventes flash, etc. Il n'est pas précisé s'il est possible de partager son abonnement avec un autre membre de votre foyer.

L'abonnement Amazon Prime désormais inclus dans le forfait Freebox Delta

Elle sera pour rappel exclusivement disponible sur Disney+, dont le lancement débutera le 12 novembre (pour le 1er épisode) dans certains pays. En France, il faudra attendre 2020.

Le message accompagnant cette vidéo est : « Mandalorien, regarde dehors. Ils vous attendent ». Pour rappel, voici le pitch : « Après la chute de l'Empire et avant l'émergence du Premier Ordre, suivez les traces d'un tireur isolé dans les confins de la galaxie, loin de l'autorité de la Nouvelle République ». Jon Favreau est à la réalisation.

Voir la bande-annonce

Nouvelle bande-annonce pour la série The Mandalorian

Des fois, tout ne se passe pas comme prévu et la NASA vient d'en faire l'expérience une énième fois avec son expérience HP3. Elle comprend notamment une taupe mécanique autopropulsée qui doit descendre à 5 mètres de profondeur.

Après seulement 35 cm, elle était restée bloquée à cause d'un sol n'offrant pas suffisamment de frottement pour lui permettre de descendre. La NASA a alors utilisé le bras robotique pour tasser la terre et l'aider à reprendre sa course.

Elle l'a reprise… mais pour une courte durée. En effet, la taupe a effectué un bond en arrière en ressortant à moitié du trou qu'elle avait creusé. L'agence spatiale américaine n'a pour le moment pas d'autres explications que des « conditions de sol inhabituelles sur la planète rouge ». Elle élabore actuellement un plan pour la suite.

Pendant ce temps, le sismomètre SEIS donne entière satisfaction et continue ses mesures. Heureusement, puisqu'il était responsable d'un report de deux ans de la mission.

InSight : sur Mars, la « taupe » est à moitié ressortie de son trou au lieu de creuser
La CNIL étrille la reconnaissance faciale à l’entrée de deux lycées niçois et marseillais

« Les dispositifs de reconnaissance faciale envisagés, quand bien même ceux-ci seraient mis en œuvre à titre expérimental et reposeraient sur le consentement des élèves, pour contrôler l’accès à deux lycées de votre région, ne sont pas conformes aux principes de proportionnalité ».

Dans un avis révélé par Médiapart, la CNIL voit d’un très mauvais œil le système de reconnaissance faciale testé à l’entrée des lycées Les Eucalyptus à Nice et Ampère à Marseille.

Et pour cause, les objectifs de ce portique virtuel, fluidifier et sécuriser les accès, peuvent être atteints par d’autres moyens, notamment en plaçant des « surveillants à l’entrée des lycées ». Conclusion de l’autorité, qui fut consultée par la Région : ce système « ne saurait être légalement mis en œuvre ».

Ce n’est qu’un avis simple, mais il intervient alors que la Quadrature du Net, la Ligue des droits de l’Homme, CGT Educ’Action des Alpes-Maritimes et la Fédération des Conseils de Parents d’Élèves des écoles publiques des Alpes-Maritimes ont attaqué la décision du conseil régional devant la justice administrative.

« Cette décision est suffisamment ferme pour stopper les velléités de recourir à la reconnaissance faciale et pour contraindre l’État à légiférer s’il veut poursuivre sa stratégie » estime d’ailleurs LQDN (notre long format sur la reconnaissance faciale). 

C'est en tout cas ce qu'affirme Reuters en s'appuyant sur des sources proches du dossier. Le montant proposé n'est pas précisé et les deux parties ont refusé de commenter pour le moment.

Ce rachat (s'il est finalisé) permettrait à Google de se lancer dans la santé connectée, tandis que Fitbit disposerait d'un important appui pour se développer dans un marché concurrentiel.

En bourse, l'action de Fitbit a fait un bond de près de 30 %.

Alphabet (Google) aurait fait une offre pour racheter Fitbit

La plateforme de streaming procède régulièrement à des essais. Dans un billet de blog, elle revient sur les derniers d'entre eux.

Il est question de modifier la luminosité sans entrer dans les paramètres, verrouiller l'écran, trouver plus facilement la langue et les paramètres audio et varier la vitesse de lecture sur mobile.

Netflix explique que celle-ci « est disponible depuis longtemps sur les lecteurs de DVD et a été fréquemment demandée par nos membres. Par exemple, pour les personnes cherchant à revoir leur scène préférée ou voulant aller plus lentement parce que c'est un titre en langue étrangère ».

La société ajoute avoir apporté des modifications au niveau de l'audio pour essayer de coller au mieux. Elle n'a par contre pas l'intention de déployer largement cette fonctionnalité à court terme, qui ne devrait de toute façon concerner que les mobiles.

Netflix teste une fonctionnalité pour accélérer ou ralentir les vidéos (de 0,5x à 1,5x)

Dans un communiqué commun, les deux sociétés expliquent qu'elles « arrêtent tous les litiges en cours, ainsi que ceux impliquant l'un de leurs clients ».

Elles annoncent aussi qu'elles s'octroient mutuellement des accords de licence croisés sur leurs brevets, ainsi que sur ceux des dix prochaines années. 

Pour rappel, GlobalFoundries avait demandé à la justice d'interdire des produits TSMC en septembre. Un mois plus tard, TSMC contre-attaquait. D'ennemis, les voici donc meilleurs amis du monde pour dix ans. 

TSMC et GlobalFoundries enterrent la hache de guerre et signent un accord sur 10 ans
Xbox All Access (avec Xbox One) revient dès 19,99 dollars par mois, mise à jour vers Scarlett possible

Le service avait été lancé fin août 2018 pour une durée limitée, mais il revient aujourd'hui en étant disponible plus largement aux États-Unis (18 novembre), au Royaume-Uni (5 novembre) et en Australie (29 octobre).

Vous pouvez donc acheter une Xbox One X, S ou S All-Digital « à crédit » (elle vous appartient à la fin du contrat), à partir de 19,99 dollars par mois avec un engagement de 24 mois. Deux ans d'abonnement à Xbox Game Pass Ultimate sont également inclus. 

« Les joueurs aux États-Unis et au Royaume-Uni qui achètent leur console Xbox One via All Access auront la possibilité de passer au Projet Scarlett dès qu'elle sera disponible fin 2020 et dès qu'ils auront effectué au moins 18 paiements de leurs mensualités », explique le fabricant.

Une offre spéciale jusqu'au 31 décembre permet aux clients de passer à Scarlett au bout de 12 mois seulement. Dans tous les cas, les conditions tarifaires ne sont pas précisées. En Australie, pas de mise à jour. Les clients devront racheter leur console (a priori payer les mensualités restantes) et ensuite passer à Scarlett.

Rien n'est pour le moment indiqué pour le reste du monde.

Sur son site, le fabricant donne rendez-vous le 30 octobre en début d'après-midi pour une annonce. Il devrait s'agir du Mavic Mini… qui s'affiche déjà chez un revendeur (NewEgg), comme l'a repéré The Verge.

On y apprend qu'il ne pèserait que 249 grammes, disposerait d'une autonomie de 30 minutes et qu'il serait possible de profiter d'une vidéo HD jusqu'à 4 km de distance. La caméra 2,7K serait stabilisée sur trois axes. 

Le revendeur l'affiche à 645,20 dollars au Canada, soit 445 euros avec une conversion bête et méchante. 

Le DJI Mavic Mini se dévoile avant l'heure

L’enceinte connectée d’Apple a reçu hier soir une importante mise à jour. Du moins pour la langue de Shakespeare, car elle permet désormais la reconnaissance vocale des différents membres de la famille. Ce n’est toujours pas le cas en France.

Quelques fonctions utiles ont été ajoutées, à commencer par Handoff. Quand l’utilisateur approchera son iPhone de l’enceinte, une fenêtre apparaîtra pour demander si le son doit y être basculé. On pourra ainsi transmettre au HomePod la diffusion d’une musique ou un appel téléphonique.

Il devient également possible d’ajouter de la musique dans les scènes HomeKit, Sons d’ambiance reçoit des « morceaux relaxants de haute qualité » et on pourra définir un minuteur de sommeil pour « s’endormir en musique ou avec Sons d’ambiance ».

Mais cette mise à jour n’est pas restée longtemps en ligne. Comme le signalent par exemple iGen et MacRumors par exemple, citant des conversations dans les forums et Reddit, des utilisateurs se sont rapidement plaint que leur enceinte est « briquée ».

La version 13.2 a donc été retirée et la fiche technique sur la réinitialisation du HomePod a été mise à jour. Il est recommandé de ne pas le réinitialiser ou le supprimer de l’application Maison. Ceux qui auraient déjà fait la mise à jour et se retrouveraient avec une enceinte bloquée sont priés de contacter le support technique.

Cette rentrée 2019 est décidément difficile pour Apple.

Le HomePod avait aussi sa mise à jour 13.2, retirée par Apple pour problème

Le juteux contrat de 10 milliards de dollars avec le ministère de la Défense a finalement été attribué à Microsoft, alors qu'Amazon était un temps présenté comme le favori… mais pas par Donald Trump, qui s'est plusieurs fois exprimé contre le revendeur et son propriétaire Jeff Bezos, qui détient également le Washington Post.

Après cette défaite, le géant de la vente en ligne serait en train de préparer son offensive et pourrait l'annoncer officiellement la semaine prochaine, selon Reuters. Pour rappel, Amazon s'était dit « surpris par ce dénouement », avant d'ajouter qu’une « évaluation détaillée basée seulement sur un comparatif des offres » aurait « clairement mené à une issue différente ».

De nombreux experts s'attendent en effet à ce qu'Amazon porte l'affaire devant le Government Accountability Office (GAO) et/ou la Court of Federal Claims. Le géant du Net dispose de trois jours pour demander un « débriefing » pour avoir des précisions sur les raisons du choix du gouvernement.

Retour du JEDI, Amazon pourrait contre-attaquer
Directive NIS : une cyber-résilience améliorée, mais une réglementation fragmentée dans l’Union

Un rapport de la Commission européenne évalue de la cohérence des États membres dans l’identification des services essentiels, chers à la directive SRI (ou NIS en anglais). L’évaluation se concentre sur l’identification des opérateurs de services essentiels, nouvelle catégorie reflétant les opérateurs « dont l’interruption aurait un impact significatif sur le fonctionnement de l’économie ou de la société ».

« L’analyse montre que la directive SRI a servi de catalyseur dans de nombreux États membres où elle a ouvert la voie à un réel changement du cadre institutionnel et réglementaire concernant la cybersécurité » se félicite la commission.

Seulement, elle dénonce un panachage : les États membres utilisent des seuils et approches différents pour évaluer leurs OSE. De même, «  les interprétations quant à la nature d’un service essentiel au titre de la directive SRI divergent » selon les pays. « Il devient dès lors difficile de comparer les listes de services essentiels » regrette l’institution.

Elle craint une fragmentation du champ de la directive, « certains opérateurs étant soumis à des réglementations supplémentaires (parce qu’ils ont été identifiés par leur État membre respectif) tandis que d’autres, qui offrent des services similaires, sont exclus (parce qu’ils n’ont pas été identifiés). »

La commission remarque aussi que certains pays ont identifié des OSE dans des secteurs non couverts par la directive, « ce qui montre bien que des secteurs autres que ceux pris en compte par la directive SRI sont potentiellement vulnérables à des cyber-incidents »

Elle en appelle à davantage de coopération, en particulier pour les opérateurs transfrontaliers.

Comme prévu, elle est cotée sous le sigle « SPCE », l'action a grimpé de 5,3 % lors de l'ouverture pour atteindre 12,41 dollars. Le cours a ensuite continué à grimper jusqu'à s'approcher des 13 dollars pour finalement finir la journée à 11,75 dollars (après être descendu à 11,49 dollars), soit quasiment son niveau d'introduction.

C'est pour rappel la première société à proposer du tourisme spatial à entrer en bourse, même si elle n'a pour le moment pas réalisé le moindre lancement commercial. 

Virgin Galactic est bien entrée en bourse

« Offrant des tarifs comparables à ceux des services IoT basés sur les réseaux cellulaires, Eutelsat IoT First associe les terminaux, ainsi que les segments spatial et terrestre, le tout adossé à une architecture de fourniture de services basée sur des interfaces de programmation applicative (API) », explique l'opérateur. 

La société ajoute que « les entreprises visées par ce service englobent les fournisseurs de services par satellite, les opérateurs de télécommunications et les fournisseurs de services IoT ». 

De plus amples informations devraient être données lors du salon IOT Solutions World Congress qui vient d'ouvrir ses portes à Barcelone.

Eutelsat IoT First : un « service intégré » de connexion par satellite pour les objets connectés
Apple lance ses AirPods Pro avec annulation active du bruit environnant

C’est par surprise, mais après plusieurs semaines de rumeurs, qu’Apple a lancé la nouvelle version de ses écouteurs

Place cette fois à des intra-auriculaires livrés avec des embouts de silicone de trois tailles différentes pour s’insérer dans à peu près toutes les oreilles. Le design a été légèrement remanié pour mieux garantir que les écouteurs resteront en place.

Les AirPods Pro embarquent une annulation active du bruit, présente sous forme de deux micros, l’un tourné vers l'extérieur, l’autre vers l’intérieur. Les écouteurs génèrent alors, 200 fois par seconde, des « antibruits » (dixit Apple) pour annuler en grande partie le bruit extérieur. 

Par une pression sur la tige des écouteurs, on pourra activer le mode Transparence, qui laisse passer une partie des sons ambiants pour ne pas être complètement coupé du monde. On rappellera à ce titre les dangers de l’annulation de bruit quand on se déplace en milieu urbain.

Toutes les opérations sont gérées par touchers tactiles sur les côtés de la tige. On garde les gestes classiques pour lecture, pause, morceau suivant et autres. Les pressions longues permettent de basculer entre les modes principaux d’écoute : normal, annulation active et Transparence.

Certifiés IPX4 (résistance à l’eau/sueur), les écouteurs ont la même autonomie annoncée que les AirPods classiques, soit 5 heures. Elle tombe à 4h30 si l’annulation active est enclenchée. Le boitier fournit 24h d’autonomie supplémentaires. Il peut toujours être rechargé par induction ou via son port Lightning. D’ailleurs, un câble Lightning vers USB-C est fourni.

Les AirPods Pro seront en vente demain au tarif de 279 euros, mais on peut déjà les commander en ligne. Les écouteurs classiques restent en vente à 229 euros avec leur boitier de recharge par induction, ou avec le boitier standard pour 179 euros. 

La plateforme de streaming signe un solide troisième trimestre 2019 puisqu'elle est dans le vert avec un bénéfice d'exploitation de 54 millions, alors que les analystes tablaient sur une perte de 30 millions de dollars.

Son chiffre d'affaires augmente de 28 % sur un an pour arriver à 1,731 milliard de dollars (+4 % sur trois mois). 1,561 milliard viennent des abonnements payants, 170 millions de la publicité.

Dans le détail, les podcasts continuent de croître à grande vitesse avec 39 % d'écoutes en plus sur trois mois, mais l'audience reste tout de même limitée sur le volume global des écoutes, précise Spotify.

5 millions d'abonnements payants ont été ajoutés en l'espace de trois mois, de quoi se réjouir pour la plateforme qui tacle au passage son concurrent : « Par rapport à Apple, les données disponibles publiquement montrent que nous gagnons environ deux fois plus d'abonnés par mois qu'ils ne le font ».

La bourse accueille avec joie ce bilan puisque le cours de l'action a grimpé de 16 %.

Spotify : 248 millions d'utilisateurs actifs et 54 millions de dollars de bénéfice

La maison mère de Google a dévoilé elle aussi son bilan pour le troisième trimestre de l'année.

Le chiffre d'affaires est en hausse de 22 % à périmètre constant. Google apporte à lui seul 40,344 milliards de chiffres d'affaires, sur les 40,499 milliards au total. 

Par contre, le bénéfice net chute de 23 % et passe de 9,2 milliards de dollars au troisième trimestre 2018 à 7,068 milliards cette année. Alphabet est en dessous des estimations/attentes du marché sur le bénéfice, mais au-dessus pour les revenus.

Dans la séance d'après clôture, l'action de Google est en petite baisse avec 1,63 % de moins.

Alphabet : plus de 40 milliards de dollars de revenus, mais « seulement » 7 milliards de bénéfice
VeraCrypt 1.24 mis à jour pour corriger plusieurs problèmes

Les versions Linux, macOS et Windows de l’outil de chiffrement ont reçu une version corrective pour la mouture 1.24, nommée Hotfix1.

Elle supprime plusieurs soucis. Sous Windows par exemple, les favoris système n’étaient plus montés après une nouvelle installation, et le chiffrement de la partition système échouait si le nom de l’utilisateur contenant un caractère non-ASCII.

Pour Windows toujours, la fonction Expander peut désormais reprendre là où elle s’était arrêtée. Elle permet pour rappel d’étendre un volume existant en lui ajoutant de l’espace supplémentaire.

Sous Linux, plusieurs corrections également. VeraCrypt pouvait ainsi planter quand la fonction de hachage Whirlpool était utilisée sous CentOS 6. L’implémentation JitterEntropy est maintenant présente.

Les utilisateurs de macOS sont probablement les plus concernés par cette nouvelle version. Car non seulement VeraCrypt gère maintenant le mode sombre de Mojave/Catalina, mais surtout le système de fichiers APFS pour les créations de volumes.

Début octobre, l'affaire faisait du bruit : suite à un décret présidentiel de Donald Trump, la société annonçait qu'elle couperait l'ensemble de ses comptes au Venezuela le 28 octobre.

« La décision [...] incombe uniquement au gouvernement des États-Unis [...] Nous continuerons de suivre de près l'évolution de la situation et ne ménagerons aucun effort pour rétablir les services au Venezuela dès que la loi le permettra », affirmait alors l'éditeur.  

Le 28 octobre, bonne nouvelle : « Après des discussions avec le gouvernement américain, nous avons obtenu une licence pour fournir tous nos produits et services numériques au Venezuela ».

Ainsi, « les utilisateurs peuvent continuer à accéder au portefeuille Creative Cloud, Document Cloud et tous leurs contenus comme ils le faisaient auparavant ». Si vous avez perdu l'accès à des services premium, ils seront rétablis dans un délai d'une semaine ajoute la société. De plus amples informations sont disponibles dans cette foire aux questions.

Pour rappel, Adobe est dans la tourmente, car un des serveurs de la société laissait librement accès à une base de données contenant des informations de près de 7,5 millions de clients.

Finalement, Adobe reste disponible au Venezuela

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.