du 03 octobre 2019
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Google : Incognito sur Maps, suppression historique YouTube et Assistant et Password Checkup

Le mode Incognito a été lancé sur Chrome en 2008, puis est arrivé sur YouTube début 2019 et, comme prévu, débarque désormais sur Maps.

Le principe de fonctionnement reste le même : « Lorsque vous activez le mode navigation privée dans Google Maps, votre activité sur cet appareil, tout comme les lieux que vous recherchez, ne sera pas enregistrée dans votre compte Google ni utilisée pour personnaliser votre expérience ».

Pour activer le mode Incognito, il faudra cliquer sur votre photo de votre profil. Cette fonctionnalité sera d'abord déployée sur Android au cours des « prochaines semaines », puis elle arrivera sur iOS « bientôt ». 

Google annonce également « la suppression automatique dans l'historique de YouTube », avec un ménage périodique tous les 3 ou 18 mois. La conservation sans limite reste activée par défaut, dommage.

Le géant du Net continue sur sa lancée. Au cours des prochaines semaines, il permettra à ses clients de supprimer l’historique de leur activité sur l’Assistant via des phrases du genre : « Ok Google, supprime la dernière chose que je t’ai dite » ou « Ok Google, supprime tout ce que j’ai dit la semaine dernière ».

Assistant rattrape ainsi son retard sur Alexa qui peut déjà le faire depuis plusieurs mois. Là encore, on aurait aimé que ce genre de fonctionnalités soit présent dès le début et n'arrive pas des années après le lancement. 

Par contre, « si vous demandez de supprimer plus d'une semaine de données de votre compte, l'Assistant vous dirigera directement vers la page des paramètres de votre compte pour finaliser la suppression ». Une opération qui risque d'être un brin compliquée depuis une enceinte connectée…

Ce n'est pas tout : « Aujourd'hui, à l’occasion du mois de la cybersécurité, nous intégrons Password Checkup, un nouvel outil qui vous indique en un clic si l’un de vos mots de passe est faible, déjà utilisé ou compromis (par exemple en raison d’une fuite de données vers un tiers) ». 

Pour rappel, Chrome dispose depuis quelques mois d'une extension officielle permettant de vérifier vos mots de passe. La différence c'est qu'il est directement intégré dans le Gestionnaire de mots de passe cette fois-ci. Firefox propose aussi un outil de vérification, Monitor, basé sur les données de Have I been pwned.

Attendue pour avril dernier, la nouvelle feuille de route de la Direction interministérielle au numérique (DINSIC) a été dévoilée hier, alors que l’institution est toujours dans une zone de turbulences, comme en atteste le récent départ des animateurs historiques de la filière des starts-ups d’État.

« Cette stratégie répond à six enjeux clairement identifiés – simplification, inclusion, attractivité, maîtrise, économies, alliances – qui doivent mobiliser l’ensemble des parties prenantes à un service public de qualité, à savoir l’État, les collectivités territoriales et leurs opérateurs », explique Nadi Bou Hanna, le numéro 1 de la DINSIC, dans un communiqué.

Plusieurs projets sont ainsi présentés : création d’une plateforme de données inter-administrations ou bien encore d’un « dossier numérique citoyen », définition d’une stratégie pour un « numérique écoresponsable », mise en place d’une « brigade d’intervention numérique pour les projets prioritaires de l’État en déroute », déploiement de la carte d’identité électronique, etc.

La Direction interministérielle au numérique dévoile (enfin) sa feuille de route 2019-2021

C'est en tout cas ce que pense savoir The Wall Street Journal. Libra est attaquée de toutes parts depuis son annonce, mais les membres fondateurs de Libra ne se bousculent pas au portillon pour défendre publiquement ce projet. 

Mashable affirme avoir contacté six membres de Libra, dont Visa et Mastercard, afin de connaître leur position sur le sujet, sans avoir eu la moindre réponse.

Sur Twitter, David Marcus (responsable du porte-monnaie électronique Calibra pour Libra), précise que « la première vague des membres de l'Association Libra sera officialisée dans les semaines à venir ».

Alors que Libra était prévue pour juin 2020, Bertrand Perez (directeur général de l’Association Libra) lâchait du lest il y a peu : « cette date pourrait glisser sans problème d’un ou deux trimestres ».

Cryptomonnaie Libra (Facebook) : Visa, Mastercard et d'autres remettraient en question leur soutien

Selon nos confrères de Contexte, l’AdC ouvre une enquête sur la décision prise par Google de faire disparaître les aperçus des articles. Une mesure qui lui évitera de payer les droits voisins.

En Allemagne, où une procédure équivalente avait été lancée dans le cadre du même psychodrame, « les autorités antitrust avaient conclu que Google n’avait commis aucun abus en se conformant à la loi » relate Julia Reda, ex-eurodéputée.

« Par conséquent, poursuit-elle, la question de savoir si Google occupait une position dominante sur le marché importait peu dans la décision ». 

L’Autorité de la concurrence enquête sur le bras de fer entre Google et les droits voisins
Les PDF chiffrés vulnérables à deux types d’attaques, les données exfiltrables

Des chercheurs allemands ont trouvé le moyen de récupérer des données dans des PDF chiffrés et protégés par des mots de passe. 

Plutôt que de devoir percer ou contourner les défenses, la solution consiste à modifier le fichier, pour qu’à l’ouverture par un utilisateur légitime, une copie déchiffrée du document soit envoyée vers un serveur.

Les chercheurs se sont appuyés sur deux faiblesses du chiffrement dans les PDF. D’une part, le support du chiffrement partiel, qui laisse les objets définissant la structure du document en clair. D’autre part, l’exploitation du mode CBC (Cipher Block Chaining) sans contrôle d’intégrité, autorisant la modification du fichier pour créer des lots de données capables de s’exfiltrer par eux-mêmes.

Acrobat Reader, Foxit Reader, Okular, Evince, Nitro Reader ou encore les visionneuses PDF de Chrome, Firefox, Safari et Opera sont toutes vulnérables. En tout, les chercheurs indiquent avoir réussi à exploiter au moins une faiblesse du PDF sur 27 visionneuses courantes, les deux dans la plupart des cas.

L’équipe de chercheurs, à qui on doit notamment les découvertes sur les failles EFAIL, ont publié leurs explication et un prototype d’exploitation sur un site dédié. L’ensemble des éditeurs concernés a été averti en amont. En théorie, tous ont déjà été mis à jour.

Elle voulait 9 millions d’euros, elle aura 365 000 euros de moins. La rue de Valois s’en justifie : « la subvention versée par le ministère de la Culture à la Hadopi (….) constitue la totalité du budget de la Haute autorité ».

Cette diminution correspond « au montant réellement exécuté en 2019, dans un contexte de réflexions en cours portant sur l’attribution de nouvelles missions à la Hadopi, et sur l’évolution des modalités de réponse graduée, dans un objectif de plus grande efficacité ».

La mission de la Haute autorité contre le piratage se « poursuivra en 2020 » prévient aussi le ministère dans les documents annexés au projet de loi de finances pour l’année prochaine. 

Une phrase qui laisse entendre que la fusion avec le CSA pourrait n’être actée qu’en 2021, même si votée prochainement dans le projet de loi sur l’audiovisuel. 

Depuis le début de l’année, la Hadopi a adressé 480 000 avertissements et transmis 1 149 dossiers au procureur de la République. 31 jugements de condamnation pour négligence caractérisée ont été enregistrés, avec des amendes d’un montant moyen de 350 euros. 

Le ministère de la Culture accorde 8,65 millions d’euros à la Hadopi

Dans ses dernières versions Nightly, un nouveau réglage est apparu dans Firefox : on peut y choisir un moteur de recherche différent pour les sessions de navigation privée.

Cette option avait été suggérée il y a deux ans mais aura mis du temps à se concrétiser. Elle ne manque pourtant pas d’intérêt, Firefox étant livré dans sa configuration par défaut avec Google (rapportant à l’éditeur une immense partie de son chiffre d’affaires).

Même si le mode de navigation privée était surtout conçu pour ne pas laisser de traces locales, il avait plus récemment pris du galon en activant le mode Strict de blocage de contenu. Paramétrer un autre moteur que Google pour ce mode a donc du sens, par exemple DuckDuckGo.

Pour activer l’option, il faut se rendre dans le about:config depuis la dernière Nightly. Activez ensuite les deux lignes suivantes : 

  • browser.search.separatePrivateDefault
  • browser.search.separatePrivateDefault.ui.enabled

L’option apparaîtra alors dans les préférences de recherche.

Firefox laissera choisir un autre moteur de recherche pour la navigation privée
Neutralité du Net : la justice soutient la décision de la FCC… mais laisse la porte ouverte aux États

Pour rappel, en juin 2018 suite au décret « restaurant la liberté sur Internet », la neutralité du Net était officiellement enterrée aux États-Unis. 

Les réactions étaient virulentes et nombreuses, à l'image de la Californie qui a voté une loi restaurant la non-discrimination des contenus et services par les opérateurs… que l'administration de Donald Trump a attaqué en justice dans la foulée.

C'est donc dans un climat tendu que les juges de la cour d'appel fédérale ont rendu leur décision : ils soutiennent majoritairement la décision de la Federal Communications Commission mais, dans le même temps, « laiss[ent] la porte ouverte aux États fédérés, estimant qu'ils [sont] libres d'adopter leur propre loi sur ce sujet », comme le rapporte Radio-Canada citant l'AFP. 

« L'arbitrage de la Cour d'appel rendu mardi ne résout donc pas le contentieux. La bataille sur la régulation d'Internet devrait continuer avec d'autres développements à venir dans les tribunaux et au Congrès », expliquent nos confrères. 

Sans surprise, « la décision de la cour est une victoire pour les consommateurs et les consommatrices, le déploiement de la fibre ainsi que l'Internet libre et ouvert » pour Ajit Pai, président de la FCC.

Pour Jessica Rosenworcel, membre de la FCC pour la neutralité du Net, « la bataille continue » et le pouvoir de régulation confirmé par la cour d'appel est une « énorme » avancée. 

Bref, chacun voit son verre à moitié plein… en espérant que ce ne seront pas les clients qui trinqueront au final. 

L'annonce a été faite officiellement par le fabricant, comme le rapporte Reuters. Il ne s'agit pas d'une décision prise sur un coup de tête puisqu'il avait déjà fermé une usine l'année dernière et réduit l'activité de sa dernière usine au mois de juin.

Comme d'autres constructeurs, une partie de la production a été déplacée vers le Vietnam et l’Inde où les coûts de production restent faibles. Le nombre d'employés concernés par cette délocalisation n'est pas précisé, mais selon des journaux coréens ils seraient 6 000. 

« Samsung souffre particulièrement dans le pays, où sa part de marché a dégringolé de 15 % environ à la mi-2013 à 1 % au premier trimestre de cette année parallèlement à la montée en puissance fulgurante des Chinois Huawei et Xiaomi », expliquent nos confrères. 

Samsung ne produit plus de smartphone en Chine

Selon WABetaInfo, WhatsApp prépare actuellement une fonction permettant de définir un temps au bout duquel les messages s’effacent d’eux-mêmes.

Elle est présente dans les groupes de conversation sur une version bêta de l’application. Actuellement, elle ne permet de choisir qu’entre deux temps : 5 secondes ou 1 heure. On s’étonne de cette absence de souplesse.

D’autant que WhatsApp est loin d’être en avance, tant de nombreuses applications concurrentes possèdent déjà depuis longtemps ce type de fonction, dont Signal, Telegram et même le Messenger de Facebook.

WhatsApp semble depuis longtemps figé, l’application ne suivant plus réellement les évolutions. Il suffit de comparer l’apport régulier de fonctions dans Telegram, les nombreuses personnalisations de l’interface ou sa capacité, depuis longtemps, à fournir une interface sombre. En dépit d’Android 10 et d’iOS 13, WhatsApp ne la propose toujours pas.

WhatsApp teste l’autodestruction des messages dans les groupes
InSight : les « sons étranges » de Mars captés par le sismomètre Seis

Depuis son arrivée sur la planète rouge, la sonde InSight de la NASA a déposé sur le sol le sismomètre français SEIS (Seismic Experiment for Interior Structures). Depuis le début de sa mission, il « a déjà envoyé plusieurs signaux comme le bruit du vent martien, celui du bras mécanique d'InSight ainsi que des grondements internes de la planète », explique le CNES

Le 6 avril, le premier grondement de Mars est capté, suivi par les deux plus grosses secousses détectées par SEIS : le 22 mai 2019 (Sol 173) et le 25 juillet 2019 (Sol 235). « Ces vibrations, non perceptibles par l’oreille humaine, ont été accélérées et légèrement traitées pour devenir audibles. Chaque tremblement est un grondement subtil. Tendez bien l'oreille », précise le CNES

L'Agence spatiale continue de dérouler ses explications : « Le séisme du Sol 235 est particulièrement riche en basses à la fin de l’évènement [...] Sol 173 a une magnitude d’environ 3,7 et celui du Sol 235 a une magnitude d’environ 3,3 [...] Les 2 secousses suggèrent que la croûte martienne ressemble moins à celle de la Terre qu’à celle de la Lune. Les fissures de la croûte terrestre se referment au fur et à mesure que l’eau les remplit de nouveaux minéraux ».

Les sons sont disponibles sur le site du CNES, ou encore sur le site de SEIS. Vous pouvez également voir et entendre sur cette vidéo les bruits captés par SEIS avec le vent et le déplacement du bras robotisé (capture du mois de mars durant le Sol 98).

Pendant sa grande conférence Surface d’hier soir, Microsoft a fait grimper Adobe sur scène pour une « bonne nouvelle » : l’intégralité de la suite Creative Cloud sera portée vers la version ARM de Windows 10.

Plus précisément, les logiciels sont en cours de portage vers l’architecture ARM64. Une annonce de taille, car les produits Adobe sont actuellement conçus pour l’architecture x64 uniquement, que Windows 10 ne peut pas émuler (seulement le 32 bits).

Tout le monde se pose bien sûr la question des performances, les produits Adobe étant souvent utilisés pour des tâches lourdes. Il faudra également que l’éditeur précise une information importante : quand ?

Aucune date n’a été annoncée, laissant penser que ce n’est clairement pas pour tout de suite.

Adobe portera sa suite Creative Cloud vers Windows 10 pour ARM

Bob Smith, directeur général de la société fondée par Jeff Bezos, était l'invité de TechCrunch lors de leur événement Disrupt San Francisco. Il en a profité pour donner un ordre de grandeur du prix d'un billet.

Sans surprise, il n'est pas donné puisqu'il faudra débourser « des centaines de milliers de dollars ».

Alors que la fusée a déjà réalisé onze aller-retours dans l'espace (dépassant de peu la ligne imaginaire de Kármán à 100 km d'altitude), aucun vol habité n'a pour l'instant eu lieu. Ils étaient pendant un temps attendus pour fin 2018, puis 2019, mais il faudra peut-être attendre 2020.

Blue Origin : un ticket coûtera « des centaines de milliers de dollars »
Tesla : 97 000 livraisons en Q3, 550 000 utilisations pour Smart Summon… le NHTSA surveille

Dans un communiqué, la société se félicité d'avoir « enregistré une production record de 96 155 véhicules et des livraisons record d’environ 97 000 véhicules ». C'est mieux que le trimestre précédent. Les livraisons sont quasiment stables sur les Model S et X, mais augmentent de 2 100 sur la Model 3.

Ce n'est par contre pas suffisant pour la bourse, qui sanctionne légèrement le fabricant avec une baisse de 4 % dans la séance d'après clôture. Les analystes s'attendaient en effet à près de 97 500 livraisons, comme le rapporte Reuters. Tesla se veut confiant néanmoins en précisant qu'elle attaque le dernier trimestre avec une augmentation de son carnet de commandes. 

Dans le même temps, Elon Musk affirme que la fonctionnalité Smart Summon permettant de demander à la voiture de venir vous chercher (à condition qu'elle soit proche de vous et dans votre champ de vision) a été utilisée plus de 550 000 fois depuis le déploiement de l'Update 10 il y a quelques jours.

Pour autant, elle ne fait pas l'unanimité pour le moment et la voiture ne semble pas forcément toujours bien réagir ou anticiper l'environnement qui l'entoure. Le fabricant avait rappelé que le conducteur devait rester attentif et lâcher le bouton pour l'arrêter immédiatement en cas de risque d'accident.

Comme avec le « pilote automatique », certains clients semblent penser que la voiture peut se gérer de manière autonome. Spoiler : ce n'est pas le cas dans toutes les circonstances. 

De son côté, le NHTSA s'intéresse déjà au sujet, comme le rapporte Reuters : « Nous sommes au courant des rapports liés à la fonction Summon de Tesla. Nous sommes en contact permanent avec la société et nous continuons à recueillir des informations. La sécurité est la priorité absolue de la NHTSA, qui n'hésitera pas à agir si elle découvre la preuve d'un défaut lié à la sécurité ». 

Les développeurs peuvent télécharger depuis hier soir la version finale de TensorFlow 2.0, un framework open source (licence Apache 2.0) dédié pour rappel à l’apprentissage automatique et créé par Google.

Les nouveautés sont évidemment nombreuses, avec des améliorations sur les API de bas niveau, la suppression des interfaces redondantes, un accès plus simple pour les développeurs Python, une meilleure intégration avec Keras ou encore l’activation par défaut de l’eager execution, qui déclenche immédiatement l’évaluation des opérations, sans construire de graphes.

Le format de fichier SavedModel a en outre été « standardisé », améliorant la cohérence de l’ensemble et facilitant le déploiement. Les modèles pourront être entrainés sur TensorFlow, déployés avec TensorFlow Serving, utilisés sur mobile via TensorFlow Lite ou exécutés dans un navigateur (ou Node.js) via TensorFlow.js.

L’API Distribution Strategy veut simplifier la répartition des entrainements à travers les différents nœuds de calcul. Les configurations multi-GPU sont prises en charge et Google évoque des performances multipliées par trois avec les puces Volta et Turing.

TensorFlow 2.0 disponible : facilités de déploiements et meilleures performances

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.