du 02 octobre 2019
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Free (ex-Tigo) lance des forfaits mobiles et le service Money au Sénégal, les Freebox arrivent

Via sa holding NJJ, Xavier Niel avait racheté l'opérateur sénégalais Tigo au début de l'année dernière. Tigo laisse désormais sa place à la marque Free Sénégal. Un site officiel est disponible par ici.

Pour les anciens clients, « rien ne change, affirme Free Sénégal, vous gardez votre numéro de téléphone, votre puce, les cartes de recharges non utilisées. Les anciens forfaits restent et leur activation se fait toujours avec vos codes habituels ».

De nouvelles offres sont également lancées, comme le rapporte Univers Freebox. Il s'agit dans tous les cas d'offres prépayées valables 30 jours. Elles débutent à 1 000 Francs CFA pour 30 minutes de communication, 2 Go de data, mais aussi WhatsApp en illimité, pratique pour les appels/messages internationaux. Chez Orange Sénégal, 2,5 Go de data sont facturés 2 000 Francs CFA par mois.

Comptez 8 000 Francs CFA pour 800 minutes et 20 Go, toujours avec WhatsApp illimité, et jusqu'à 10 000 Francs CFA pour 1h et 1 Go de data en roaming (France, Irlande, Suisse et Italie). Pour 10 000 Francs CFA, Orange Sénégal propose pour sa part 15 Go de data pendant un mois et il faut grimper à 15 000 Francs CFA pour 25 Go.

Reste maintenant la question de la couverture, inférieure à celle d'Orange si l'on en croit plusieurs retours sur Twitter. Les clients peuvent profiter de la 4G+, à condition d'avoir une SIM Free. Les anciens peuvent demander à en changer. 

Sur Twitter, le compte officiel annonce aussi l'arrivée de la Freebox (sans plus de précision sur le ou les modèles) « à partir de 14 900f ». Dans l'offre Business pour les professionnels, il est question d'une « nouvelle expérience internet avec la fibre optique et la 4G+ ».

Enfin, c'est également l'occasion pour Free de lancer sa propre solution de paiement baptisée Free Money. Elle n'a pas été développée de zéro : c'est un renommage de Tigo Cash. Selon l'opérateur, il s'agit d'une « nouvelle plateforme de mobile money pour simplifier et rendre plus sûres les transactions au quotidien en participant à l’inclusion financière du plus grand nombre ».

Parmis les nouveautés, il y avait la prise en charge de Netflix et YouTube… mais aussi l'arrivée de MyCanal, même si elle n'était pas évoquée directement.

Ne disposant pas de Tesla, le compte Canal Tech a envoyé une bouteille à la mer : « est-ce que qqn aurait une Tesla avec la v10 installée dessus ? On cherche à savoir si myCANAL (web) fonctionne dessus ». « Comme y'a Netflix maintenant, ils ont dû mettre une DRM donc on espère que ça marche », ajoutait le compte. 

Après quelques ajustements, il semble qu'une partie des services fonctionne et que les autres ne devraient pas tarder : « Le live est KO mais on va le réparer rapidement. En revanche le replay fonctionne (cf autres tests). On fixe ça très vite ». 

Canal Tech a également soumis à Tesla l'idée d'ajouter une icône MyCanal pour un accès direct au service. « A priori c'est une webapp derrière pour Netflix et YouTube, donc une fois que le site web marchera on aura fait un gros morceau », ajoute Canal Tech.

Tesla : MyCanal est aussi disponible avec la mise à jour Update 10

Sur une page du support dédiée à la fibre optique, le fournisseur d'accès expliquait que « le débit de la Livebox 5 a été doublé vous permettant de bénéficier jusqu’à 2 Gbit/s descendant partagés* avec les offres Livebox Up / Pack Open Up », comme l'a repéré François (Fanfan54) sur Twitter

Si on en parle au passé, c'est qu'elle a depuis été désactivée et affiche le message suivant : « Vous n'êtes pas autorisé(e) à accéder à cette page ». Elle est pour l'instant toujours disponible dans le cache de Google.

Orange n'intégrerait par contre pas de port multi-gig : « Un débit jusqu’à 2 Gbit/s partagés est disponible à la box. Il vous permet de connecter plusieurs équipements en simultané. Le débit accessible par équipement est jusqu’à 1 Gbit/s ».

En upload aussi le débit est doublé pour grimper jusqu'à 600 Mb/s. Pour rappel, Free grimpe jusqu'à 8 Gb/s sur sa Freebox Delta (1 Gb/s pour les autres) qui dispose d'un port SFP+ à 10 Gbit/s, contre 600 Mb/s lui aussi en upload (sur toutes les offres FTTH). 

Dans le même temps, l'offre Livebox de base devrait passer à 400 Mb/s en débit symétrique, contre 300 Mb/s actuellement. Il faudra voir si La Boîte Sosh suivra le même chemin. 

Pour rappel, la Livebox 5 sera présentée le 9 octobre prochain. Selon le FAI, elle permettra de « booster internet en se souciant de la planète ».

La Livebox 5 grimperait jusqu'à 2 Gb/s en téléchargement et 600 Mb/s en upload
Start-ups d’État : Hela Ghariani et Pierre Pezziardi claquent la porte de la DINSIC

Nouveaux départs à la Direction interministérielle au numérique (DINSIC). Dans un mail interne, que Next INpact a pu consulter, trois piliers de la filière des start-ups d’État ont annoncé la semaine dernière à leurs collègues qu’ils abandonnaient leurs fonctions.

Hela Ghariani, responsable de l'incubateur de services publics numériques de la DINSIC, Pierre Pezziardi, animateur historique de la filière des starts-ups d’État, et Ivan Collombet, coach de nombreux projets, y expliquent que leur choix est clairement « politique ».

« [La] transformation de l’ordre établi et des pratiques managériales dans les administrations ne peut se faire sans un soutien politique fort. C’est pourquoi nous avons proposé au gouvernement, en juillet 2019, de créer un accélérateur de politiques publiques chargé de porter une ambition renouvelée pour les start-ups d'État », détaillent-ils, avant de regretter que l’exécutif ait « finalement décidé de privilégier le statu quo ».

Les trois protagonistes affirment avoir ainsi décidé de « poursuivre [leur] action à un niveau politique, en dehors de l’administration » : « Dans un premier temps, nous allons écrire cette doctrine pour la réforme de l’État, puis nous attacher à fédérer tous les acteurs, publics et para-publics, qui partagent cette vision émancipatrice. »

Après son filtre pour les messages indésirables et/ou choquants, le réseau social propose encore une nouvelle fonctionnalité qui était testée cet été.

L'annonce a été faite par Nicholas Pacilio, responsable de la communication pour le réseau social. Cette fonctionnalité ne réserve aucune surprise : un champ de recherche permet simplement d'effectuer un tri dans vos DM. Malheureusement, il ne concerne que les personnes et les groupes, pas le texte dans les échanges.

Cette fonction n'est en outre disponible que sur iOS pour l'instant et rien n'est précisé pour Android. 

Twitter pour iOS permet de chercher des personnes ou des groupes dans les DM

Le publicitaire français explique qu'il a lancé son action le 10 septembre, mais il vient seulement de l'annoncer officiellement.

« Criteo estime que l’exclusion progressive d’entreprises de la plateforme Facebook a nui à la diversité du secteur de la publicité en ligne. La finalité de cette plainte est de recréer les conditions d’une concurrence saine et juste dans le secteur, en restaurant la possibilité pour Criteo et d’autres entreprises d’accéder aux services de la plateforme Facebook selon des termes équitables », explique la société. 

Elle souhaite « en priorité remettre de la transparence et instaurer des règles claires qui inciteront Facebook à ne pas favoriser ses services aux dépends de ceux de ses concurrents ». 

Criteo porte plainte contre Facebook devant l'Autorité de la concurrence
PlayStation : baisse de prix notable du PS Now, un assistant vocal serait en préparation

« PS Now sera disponible à un prix plus en adéquation avec les autres services de divertissement en streaming du marché », explique le fabricant.

De 14,99 euros par mois, l'abonnement passe à 9,99 euros et s'aligne sur le Xbox Game Pass. Un forfait annuel à 59,99 euros est aussi disponible (au lieu de 99,99 euros), ainsi qu'une offre trimestrielle à 24,99 euros. Les anciens clients bénéficieront du changement de tarif lors de leur prochaine facturation.

Dans le même temps, quatre gros titres rejoignent le service : God of War, Grand Theft Auto V, inFAMOUS Second Son et Uncharted 4: A Thief’s End. Ils sont disponibles dès à présent, et jusqu'au 2 janvier 2020. 

Dans le même temps, Sony préparerait un assistant vocal maison… c'est en tout cas l'idée que laisse planer le brevet obtenu par le fabricant, comme le rapporte Daniel Ahmad sur Twitter. La description suivante est faite de cette fonctionnalité : 

« L'invention concerne un procédé d'aide au jeu. Des informations relatives à une pluralité de jeux de joueurs pour une application de jeu sont reçues sur un réseau au niveau d'un serveur dorsal. Une requête est reçue en provenance d'un premier joueur jouant à l'aide de l'application de jeu, la requête étant associée à un premier jeu du premier joueur. Un contexte de jeu actuel d'un premier jeu d'un premier joueur est déterminé à partir des informations. Une réponse à la requête et au contexte de jeu actuel est générée sur la base des informations relatives à la pluralité de jeux. La réponse est renvoyée à un dispositif du premier joueur

À voir si ce projet ira jusqu'au bout, peut-être pour la prochaine génération de PlayStation. 

Après avoir lancé son Update 12 au début du mois de septembre, la banque en ligne s'ouvre à de nouveaux marchés. Sa carte Travel est ainsi proposée dans toute l'Union européenne, la Norvège et l'Islande. Elle n'était auparavant disponible qu'en Autriche, Allemagne, Italie, Espagne, France, Irlande et Belgique. 

Pour rappel, la Travel Card (Mastercard) promet « un vrai taux de change, sans frais supplémentaires, partout dans le monde » et d'économiser « jusqu'à 3 % » lors des transactions à l'étranger ; le tout sans frais mensuels. Toutes les opérations ne sont pour autant pas gratuites, comme en attestent cette page et la brochure tarifaire.

Ce n'est pas tout : Apple Pay et Google Pay sont maintenant disponibles pour les clients résidants en France, Italie, Espagne, Allemagne, Irlande et Belgique. Aux Pays-Bas, seul Apple Pay est pour l'instant disponible. Tous les détails sont disponibles par ici.

Bunq lance sa Travel Card dans toute l'UE, Apple et Google Pay débarquent

Selon Reuters, qui se base sur une information de Bloomberg, les trois entreprises vont prochainement être entendues par la commission chargée des petites entreprises à la Chambre des représentants.

« La présidente [de la commission, ndlr] Velazquez pense que les petites entreprises méritent d’être sur un pied d’égalité en termes de concurrence et elle espère que cette audition offrira à la commission l’occasion d’examiner comment les petites entreprises s’en sortent face à la domination des grandes entreprises technologiques dans des domaines allant du commerce en ligne au trafic internet ».

Contactés, Amazon, Facebook et Google n'ont pas souhaité faire de commentaire à nos confrères.

Concurrence : le Congrès américain enquêterait sur Amazon, Facebook et Google
Google détaille à son tour ses plans pour abandonner TLS 1.0 et 1.1

Après Firefox, voilà Chrome. Le navigateur prévoit lui aussi de supprimer son support des deux vieilles versions de TLS en début d'année prochaine, en plusieurs étapes.

Avec Chrome 79 (actuellement dans le canal Canary), prévu pour le 13 janvier 2020, un signalement « Non sécurisé » apparaîtra à gauche de la barre d’adresse lors de la visite d’un site ne gérant pas au moins TLS 1.2. Exactement comme dans le cas d’un site n’utilisant pas HTTPS (ce qui, pour les navigateurs, reviendra au même). 

Cliquer sur le bouton expliquera la raison de cet avertissement : la configuration du serveur est obsolète. La navigation ne sera cependant pas perturbée.

Chrome 81, attendu pour mars, bloquera les connexions TLS 1.0 et 1.1 par défaut. Comme avec n’importe quel site représentant un danger, une page interstitielle expliquera la situation à l’internaute. Via le bouton « Avancé », il sera cependant toujours possible de passer outre.

Comme dit dans notre Brief sur les plans de Mozilla, presque 96 % des sites utilisent aujourd’hui TLS 1.2, et un peu moins de 18 % TLS 1.3. Dans l’immense majorité des cas, les internautes ne devraient donc pas voir de différence.

Google recommande quand même aux administrateurs de vérifier les paramètres de leurs serveurs. En entreprise, les déploiements concernés peuvent être prévisualisés en passant la valeur de la règle SSLVersionMin à « tls1.2 ».

Novartis est une société basée en Suisse qui cherche à « découvrir de nouveaux traitements pour changer le quotidien des patients ». Elle vient de lancer Novartis AI, en partenariat avec Microsoft, qui apportera son savoir-faire technique sur l'intelligence artificielle.

Des équipes seront mises en place dans les laboratoires de Novartis en Suisse et à Dublin, ainsi que dans le Microsoft Research Lab au Royaume-Uni. Les premiers sujets d'analyses seront « les traitements personnalisés de la dégénérescence maculaire (thérapie cellulaire et génique) et la conception de médicaments ».

Novartis et Microsoft veulent « transformer la médecine avec l'intelligence artificielle »

C'était attendu, c'est désormais fait. Le jeu est disponible gratuitement sur Steam. Il est toujours possible d'acheter des packs, comme Destiny 2: Shadowkeep à 34,99 euros et l'édition Deluxe à 59,99 euros.

L'équipe en profite pour déployer la mise à jour 2.6.0.1 avec de nombreux ajustements. Les détails de la migration de Battle.net vers Steam sont expliqués dans cette foire aux questions.

Destiny 2 est disponible comme free-to-play sur Steam
L’État renouvelle son Référentiel général d’accessibilité

La Direction interministérielle au numérique a annoncé hier la publication de la version 4 du « RGAA », qui conserve son sigle, mais change légèrement de nom (« Référentiel général d’amélioration de l’accessibilité »).

Il fixe les grandes orientations que doivent respecter les développeurs de sites publics (ministères, SNCF, Allocations familiales, Bibliothèque nationale de France...), afin que les internautes handicapés, et notamment malvoyants, puissent malgré tout accéder à leurs contenus dans de bonnes conditions. Concrètement, cela passe par exemple par des textes lisibles par un outil de synthèse vocale, des fonctionnalités accessibles au clavier, un affichage en grands caractères, etc.

« Pour cette nouvelle version du RGAA, les contenus du référentiel ont été restructurés et, pour plus de clarté, rassemblés en un seul document. De par son caractère règlementaire, cette v4 se concentre sur les obligations et les critères obligatoires d’accessibilité auxquels sont soumis les services numériques », résume la Direction interministérielle au numérique.

L’institution souligne que ce référentiel, qui n’avait pas évolué depuis 2015, devra dorénavant être respecté par certains acteurs privés – à commencer par les entreprises dont le chiffre d’affaires dépasse les 250 millions d’euros (pour en savoir plus, voir notre article).

Depuis ce matin, les utilisateurs de Tweetdeck ne peuvent plus utiliser l'application. Elle ressemble à un sapin de Noël pour certains, tandis que d'autres sont redirigés vers l'application mobile de Twitter.

Ce matin, peu avant 6h30, le réseau social a posté un message pour confirmer le problème : « Nous rencontrons des problèmes sur Twitter et TweetDeck. Vous avez peut-être du mal à tweeter, recevoir des notifications ou afficher des DM ». « Nous travaillons actuellement sur un correctif et nous devrions bientôt revenir à la normale », ajoute Twitter.

De notre côté, nous avons le souci depuis au moins 5h du matin, tandis que les premiers retours remontent à 3h. Le retour à la normale semble amorcé pour certains utilisateurs, mais le compte officiel du support n'a pour le moment fait aucune annonce.

Importante panne Twitter, TweetDeck ne répond plus

« Chacun devrait pouvoir savoir comment les décisions publiques sont prises : qui tente d’influencer la loi, dans quel sens et avec quels moyens », lancent WWF et Transparency International au travers d’une pétition en ligne. Les deux associations réclament davantage de transparence aux pouvoirs publics français, afin de mettre en lumière les activités de lobbying.

Les responsables politiques sont par exemple invités à « rétablir la confiance » avec les citoyens, en rendant publiques, en Open Data, leurs rencontres avec des représentants d’intérêts (entreprises, associations, etc.).

WWF et Transparency International plaident également pour une réforme du registre numérique de lobbyistes instauré par la loi « Sapin 2 », une nouvelle fois jugé « insuffisant » (voir notre article).  

Lobbying : WWF et Transparency International réclament davantage de transparence
Google pousse à l’utilisation du HSTS pour les serveurs web

Pour le mois national de sensibilisation à la cybersécurité, Google indique vouloir entrer tout de suite dans le vif du sujet avec HSTS (HTTP Strict Transport Security).

Ce mécanisme permet à un serveur web d’émettre une directive aux navigateurs web, qui auront alors l’obligation de n’établir que des connexions HTTPS (avec chiffrement), sans tenir compte du moindre appel à des ressources qui seraient encore en HTTP classique.

Google recommande donc aux administrateurs de se rendre sur le site dévolu à la liste de préchargement HSTS (intégrée dans Chrome et la plupart des navigateurs).

Il faut bien sûr qu’un site remplisse certaines conditions : un certificat SSL valide, toujours redirigé vers le HTTPS, y compris pour les sous-domaines, et bien sûr émettre un en-tête HSTS pour les requêtes HTTPS.

Google ajoute que certains domaines de premier niveau (notamment .app, .dev et .page) sont déjà sur la liste de préchargement et recommande donc, en cas de nouveau site, de s’en servir.

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.