du 06 septembre 2019
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Apple lance une version web de son service Music, pour l’instant en bêta

Surprise, Apple propose depuis hier soir une préversion de son service de streaming musical sur le web, testable par l’ensemble des abonnés. En France, cette bêta est ainsi déjà traduite.

Une disponibilité bienvenue, car cette version web contient la plupart des fonctionnalités du service tout en permettant de se débarrasser d’iTunes (particulièrement sous Windows), au prix pour l’instant de quelques sacrifices, comme les paroles, actuellement absentes.

Lecture de titres, albums ou listes de lecture, création ou modification pour ces dernières, recherche complète, titres en attente : tout est là. Les sections Pour vous, Explorer et Radio sont également présentes.

Sous macOS, avec l’arrivée de Catalina, les utilisateurs se serviront sans doute de la nouvelle application Music, issue pour rappel de l’éclatement d’iTunes. Mais cette mouture offre l’avantage de pouvoir accéder au service sans dépendre d’aucune application. Apple pourrait d’ailleurs faire de même avec TV pour l’accès aux films et séries.

Dans l’ensemble, cette bêta se révèle relativement fiable et rapide, même si on relève quelques bugs pendant l’utilisation, comme de temps en temps un glisser/déposer qui se « fige » en pleine action. 

Notez que même s’il faut être abonné pour profiter de cette version web, n’importe qui peut s’y rendre et écouter 30 s d’un titre, ne serait-ce que pour tester l’ergonomie générale.

On ne connait pour l'instant pas la date de disponibilité pour la version finale. Apple en dira peut-être un peu plus durant sa conférence du 10 septembre.

Fin avril, Samsung décalait à une date indéterminée le lancement de son Fold alors qu'il devait être lancé quelques jours après. En cause, des retours peu reluisants de la part des testeurs, notamment sur l'écran et sa charnière. Le fabricant avait reconnu s'être précipité, mais s'était refusé à donner une date pour son retour.

C'est finalement en ce début septembre qu'il revient, en Corée pour commencer. L'attente sera de courte durée puisqu'il sera disponible en France à partir du 18 septembre… et jusque fin 2019 seulement. Son tarif reste le même que celui annoncé lors de la conférence UnPacked en février : 2 020 euros. 

Le smartphone pliable sera exposé dans des boutiques Boulanger, Bouygues Telecom, Darty, Fnac, Orange, Samsung et SFR. La plupart sont à Paris, mais certaines sont aussi en province : Bordeaux, Lyon, Lille, Nantes, Toulon, etc. La liste complète se trouve par ici.

Le Galaxy Fold sera disponible le 18 septembre en France, pour 2 020 euros

C'est la première montre du constructeur à proposer un électrocardiogramme à une dérivation, comme l'Apple Watch 4. Pour rappel, les médecins réalisent en général un ECG à 12 dérivations.

La Move peut ainsi détecter la fibrillation auriculaire, « la plus fréquente des arythmies cardiaques [...] on considère qu'elle est responsable de près de 30 % des arrêts vasculaires cérébraux », ajoute le fabricant.

Elle propose également le suivi des pas, distance et calories brûlées. Un mode sport est aussi présent sur la montre, avec un GPS pour le suivi des trajets. Son cadran ne dispose que de trois aiguilles, il faudra donc se rendre dans l'application pour obtenir des informations détaillées. 

Elle est en vente (et en stock) pour 129,95 euros

Withing lance sa montre analogique Move avec ECG (une dérivation) à 129,95 euros

En guise d'introduction, l'éditeur dégomme Google, sa gestion de la vie privée et le quasi-monopole de son Play Store.

ProtonMail annonce ainsi qu'il prévoit de proposer ses applications (Mail, VPN, mais aussi Calendar et Drive, qui arrivera prochainement) sur des boutiques alternatives. Il est d'abord question de F-droid, certainement le plus connu.

Il envisage également d'autres canaux comme le Samsung Galaxy Store, l'Amazon App Store et la Huawei AppGallery. Cette dernière pourrait d'ailleurs s'avérer forte utile si Huawei devait rester sur la liste noire des États-Unis. Il proposerait alors une version maison d'Android AOSP, mais sans accès aux applications Google, et donc au Play Store. 

« Il est également important de garder à l'esprit que la sécurité des smartphones est intimement liée au système d'exploitation préinstallé. Ainsi, qu'il s'agisse d'Apple, de Samsung, de Google ou de Huawei, quel que soit le mode de téléchargement des applications, vous vous fiez également au fabricant pour protéger votre vie privée », rappelle ProtonMail. 

ProtonMail va proposer ses applications Android sur des stores alternatifs, dont F-droid
Rémunération de BFM/RMC par Free et Orange : Alain Weill capitule, mais ce n'est pas fini

Hier matin, Orange a finalement décidé de couper le flux des chaînes du groupe Altice, son contrat étant arrivé à son terme. Le FAI ne voulait sans doute pas prendre de risque, surtout après les accusations de piratage dont Free avait fait l'objet.

Comme on pouvait s'y attendre, face à la baisse d'audience, et autant de recettes publicitaires à terme, Alain Weill a finalement changé son fusil d'épaule : il a concédé la gratuité de reprise de ses chaînes à Orange, Free devant suivre.

Désormais, c'est donc la question de la rémunération pour les services qui est ouverte. Altice France va devoir argumenter pour montrer l'intérêt du replay, de ses contenus et les éventuelles fonctionnalités complémentaires mises à disposition des FAI.

Alain Weill est confiant, convaincu de l'intérêt de son offre, déclarant que « dans l’information, les gens pensent que les services associés n’ont pas de valeur. Mais ils permettent de revoir les événements de l’histoire contemporaine, de revoir tous les débats organisés par Alain Duhamel par exemple » rapporte Libération.

Quoi qu'il en soit, si Free et Orange se décident à signer, la facture risque d'être bien moins élevée que cela ne leur était demandé au départ. C'était là tout leur objectif, pour éviter de voir toutes les chaînes de la TNT venir toquer à leur porte.

La suite, au prochain épisode.

Un an après son premier Rog Phone, ASUS a récemment dévoilé sa relève, avec un écran plus grand et un taux de rafraîchissement plus élevé (120 Hz).

Il est pour rappel animé par un Snapdragon 855+ avec 12 Go de mémoire et 512 Go de stockage. Des caméras de 48 + 13 Mpixels sont présentes à l'arrière, et de 24 Mpixels à l'avant.

En France, la version ZS660KL-1A012EU est proposée à la vente pour 899,99 euros. Il ne s'agit pour le moment que de précommandes, avec une disponibilité prévue pour le 1er octobre.

ASUS a aussi annoncé une version Ultimate de son smartphone pour joueurs, avec 1 To de stockage, un modem 4G capable d'atteindre 2 Gb/s et une finition noir matte exclusive, comme le rapporte The Verge. Son tarif est de 1 199,99 euros et il sera disponible en octobre.

Rog Phone II en précommande pour 899,99 euros, une version Ultimate à 1199,99 euros arrive

L'Arcep a mis en ligne son observatoire du marché fixe pour le second trimestre de l'année. Sans aucune surprise, le régulateur « confirme la progression continue du nombre d’abonnements et du déploiement de la fibre (FTTH) ».

Le nombre d'abonnements THD progresse de 520 000, avec une croissance provenant en quasi-totalité de la fibre optique : 495 000. « Au total, le nombre d’abonnements à très haut débit représente 47 % du nombre de locaux éligibles au très haut débit, en croissance de 5 points en un an », ajoute le régulateur.

Le déploiement de la fibre avance bon train avec 1,13 million de prises supplémentaires au deuxième trimestre, dont 323 000 dans la zone d'initiative privée. C'est un record : « Au 30 juin 2019, 15,58 millions de locaux étaient éligibles aux offres FTTH, soit une hausse de 32 % en un an ».

Cette croissance des déploiements est indispensable pour tenir les délais du plan France THD. Pour rappel, en mai dernier, InfraNum affirmait être « certain » d'arriver à 80 % de fibre optique en 2022.

Comme toujours, la carte des déploiements fibre a été mise à jour avec les données du 30 juin 2019. La prochaine est prévue pour le 28 novembre, avec les données du troisième trimestre. 

Plus de 10 millions d'abonnés au très haut débit et 15,58 millions de locaux éligibles au FTTH

Avec cette technique, le géant du Net explique qu'il « est plus difficile de déterminer si un individu en particulier fait partie d'un ensemble de données, car le résultat d'un algorithme donné sera fondamentalement identique, que les informations d'un individu soient incluses ou non ».

Aujourd'hui, la société de Mountain View propose une version open source (licence Apache 2.0) de sa bibliothèque de confidentialité différentielle, utilisée dans certains de ses produits. 

Elle « peut être utilisée pour produire des statistiques globales sur des ensembles de données numériques contenant des informations privées ou sensibles ». 

« Confidentialité différentielle » : Google propose une bibliothèque d'algorithmes pour les développeurs
Facebook lance son Deepfake Detection Challenge

Avec les avancées continues dans ce domaine, les outils de détection des artefacts classiques (zones d'ombres, détourages approximatifs, etc.) ne sont pas suffisants pour détecter correctement des deepfakes, c'est-à-dire des vidéos ou le visage d'une personne a été remplacé par celui d'une autre.

Pour mener son combat, Facebook s'est associé à Partnership on AI, Microsoft et plusieurs universités : MIT, Oxford, Berkeley, Maryland, College Park, etc. Google est absent, mais le géant du Net a déjà lancé son propre combat sur les deepfakes audio il y a quelques mois.

Le but de l'opération est de proposer « une technologie que tout le monde pourrait utiliser pour mieux détecter quand une IA a été utilisée pour modifier une vidéo afin d'induire le spectateur en erreur ». Une vidéo explicative avec des exemples de deepfakes a été mise en ligne par ici.

Facebook a commandé des jeux de données réalisées par des acteurs rémunérés et « clairement consentants » sur l'utilisation qui sera faite de leur image (un effort louable de la part du réseau social…). Facebook prend les devants : « Aucune donnée d'utilisateurs Facebook ne sera utilisée ».

Au total, plus de 10 millions de dollars sont consacrés à ce projet, qui comprend notamment des prix pour encourager les participants. 

Le fabricant suit le chemin inverse de Google. Alors que ce dernier se prépare à lancer son Nest Hub Max de 10" (contre 7" pour le Nest Hub), Lenovo profite de l'IFA pour annoncer son Smart Display 7 de 7" (contre 10" pour son Smart Display).

Google Assistant est de la partie. Le Smart Display 7 sera vendu en octobre, pour 129 dollars. Pour rappel, le Smart Dispay 8 est à 179 euros, contre 239 euros pour la version de 10". 

Lenovo annonce son Smart Display 7 avec Google Assistant à 129 dollars

Les plateformes et médias ne sont pas toujours opposés. Surtout quand les premières proposent de financer les seconds. Cette fois, c'est pour la production de vidéos que Facebook va financer plusieurs médias français.

Trois programmes sont concernés : Bonsoir Bruce de BFM TV sur l'actualité du jour et ses fake news (quotidienne), Pendant ce temps-là de Brut sur pour donner « de nouvelles perspectives » à l'actualité (quotidienne) et Plan B du Monde sur les enjeux environnementaux (hebdomadaire).

Ce programme n'est pas limité à la France puisque le réseau social fait de même au Royaume-Uni, en Allemagne et en Suède. 

Facebook s'associe à BFM TV, Brut et Le Monde pour son service de vidéo Watch
Telegram : messages planifiés, rappels et améliorations de thèmes

Telegram n’en finit plus de publier de nouvelles versions de sa messagerie, prenant petit à petit le large sur les fonctions, pendant que WhatsApp – pas particulièrement en avance – continue de déployer de simples correctifs.

La nouvelle version 5.11 pour Android et iOS introduit ainsi les messages planifiés. Une fois qu’ils ont été rédigés, on appuie de manière prolongée sur la flèche d’envoi jusqu’à ce que Telegram propose des options. Là, on pourra choisir de planifier, en sélectionnant la date et l’heure d’envoi. Dans les paramètres de l’application, une option permet d’être notifié quand l’opération est réalisée.

Les rappels sont accessibles depuis le panneau des messages sauvegardés. Ils fonctionnent comme les messages planifiés : on rédige le message puis appui long sur la flèche. Quand arrivera le moment choisi, une notification contenant le message sera émise.

La personnalisation des thèmes augmente également. Android récupère les couleurs d’accentuation de la version iOS, et les deux reçoivent un panneau de sélection d’une couleur personnalisée. 

Les thèmes construits peuvent maintenant être partagés comme « thèmes cloud », applicables en deux appuis. Si vous apportez des modifications à votre thème, il sera mis à jour automatiquement chez ses utilisateurs. Telegram donne deux exemples : Sky Blue et Desert.

Sur iOS, on remarque aussi un menu d’options redessiné après un appui long sur un message. Plus complet, il autorise – enfin – la sélection d’un morceau de texte. Pratique quand une adresse notamment se retrouve prise dans la masse d’un message complet.

Outre de nouveaux emojis animés (dont le caca, que tout le monde attendait), plusieurs nouvelles options de vie privée apparaissent. La plus importante concerne les groupes. Le paramètre permettant de n’afficher son numéro de téléphone à personne dans les groupes reçoit une ligne pour préciser cette interdiction. 

Les utilisateurs peuvent ainsi choisir « Mes contacts » pour que seuls considérés de confiance puissent voir le numéro. Si d’autres avaient déjà récupéré le numéro au sein d’un groupe, ils ne pourront plus rien en faire sur Telegram, qui rompra le lien de communication.

Bien que ces nouveautés soient destinées aux applications mobiles, la mouture Desktop a été mise à jour pour les prendre en compte.

Le fabricant prévient ses clients par email afin qu'ils téléchargent la nouvelle version avant la date fatidique. L'ancienne application (édité par Netgear) est renommée en Arlo Legacy avec une icône grise. La nouvelle dispose d'une icône bleue/verte et est éditée par Arlo Technologies Inc.

C'est d'ailleurs la cause de ce changement, comme le précise Arlo dans sa foire aux questions : « Arlo est à présent une entreprise distincte de Netgear et nous devons migrer vers des comptes d'entreprise distincts sur l'App Store et Google Play ». 

Le fabricant précise que « vos enregistrements, les paramètres de vos caméras et les informations de votre compte ne seront pas affectés ». Par contre, « si vous avez configuré la géolocalisation, vous serez invité à réactiver votre (vos) appareil(s) dans la nouvelle application ». Enfin, « si vous êtes abonné à Arlo Smart, vous devrez saisir à nouveau vos informations Appeler un ami ».

Arlo lance une nouvelle application mobile et coupera l'ancienne (Legacy) le 30 septembre

Ce n'est pas une surprise puisque Dating est disponible depuis longtemps en Colombie, Thaïlande, Canada, Argentine et Mexique.

Lors de la conférence F8, il s'est étendu à quatorze nouveaux pays. Les États-Unis et l'Europe manquaient toujours à l'appel. 

Outre-Atlantique, Dating est disponible à partir du 5 septembre, tandis qu'il arrivera sur le vieux continent en 2020. Facebook en a profité pour mettre en ligne un billet de blog sur les questions de confidentialités.

Facebook Dating lancé aux États-Unis avec Secret Crush, puis en 2020 en Europe

Il ne s'agit que d'une verticale du site dédié aux créateurs et aux marques du monde de la mode et de luxe. On y retrouve ainsi des défilés, des tutos, etc. Des détails sont donnés dans ce billet de blog.

Bref, un univers dédié à la mode après ceux pour les films et séries, les jeux vidéo et les directs

YouTube lance Fashion, dédiée à la mode
La mise à jour 19H2 de Windows 10 désormais dans le canal Release Preview

Dernière étape pour la mise à jour semestrielle automnale de Windows 10. Simplement connue sous son nom de branche « 19H2 », elle sera distribuée sous forme de mise à jour cumulative classique pendant un Patch Tuesday, probablement celui du 8 octobre.

Cette version ne contient aucun apport majeur : uniquement des corrections et des optimisations de performances, agrémentées de quelques petits ajouts.

On peut par exemple créer un évènement dans le calendrier directement depuis la vue s’ouvrant depuis la base des tâches, quand on clique sur l’heure. Quelques améliorations également pour la gestion des notifications, plus souple, et de petites images font leur apparition dans certaines zones des Paramètres pour mieux montrer à l’utilisateur ce qu’il verra.

Microsoft dit également avoir amélioré l’efficacité énergétique pour des PC portables embarquant « certains processeurs » (sans dire lesquels). Windows 10 dispose également d’une nouvelle « rotation » dans la distribution des tâches, pour mieux répartir les calculs entre les cœurs « favorisés » d’un processeur.

Notez qu’il existait en fait deux branches de test pour la 19H2 : une avec les petits ajouts, l’autre sans. Désormais, il ne reste plus que celle avec les ajouts dans le canal Release Preview. Pour rappel, ce dernier sert aux derniers tests avant la distribution générale.

C'est (enfin) la dernière ligne droite pour le fabricant. Il propose pour rappel un smartphone qui se veut respectueux de la vie privée. Il fonctionne sous Pure OS, un système d'exploitation gratuit, éthique, open source et qui « n'est pas basé sur Android ou iOS ».

Vendu 699 dollars, il était initialement prévu pour avril, avant d'être décalé au troisième trimestre de l'année… qu'il va louper de peu. La première série d'expéditions est prévue pour débuter le 24 septembre.

D'autres suivront jusqu'au quatrième trimestre 2020, avec des améliorations à chaque fois. Le calendrier détaillé et liste des changements prévus sont disponibles par ici.

Les premiers smartphones Librem 5 de Purism seront expédiés fin septembre

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.