du 28 juin 2019
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Firefox dégaine sa nouvelle Preview pour Android, basée sur GeckoView

On savait que Mozilla préparait une toute nouvelle mouture de son Firefox pour Android. Depuis hier soir, la bêta en est disponible.

Comme prévu, ce nouveau navigateur intègre son propre moteur GeckoView. Principal résultat ? La hausse des performances. Selon Mozilla, elles sont jusqu’à doublées par rapport au Firefox actuel. Un chiffre à vérifier quand la version stable sera là, mais le navigateur est clairement plus rapide à l’usage.

L’interface est au passage révisée, avec un écran d’accueil proposant tous les principaux réglages : thème, connexion au compte, vie privée, etc. La barre de navigation est en bas, ce que l’on apprécie vite sur grand écran. Elle est accompagnée d’un petit tiroir s’ouvrant sur les fonctions de partage et de marque-page.

Il est également probable que l’avenir de Firefox Focus soit compromis, car cette Preview en intègre les mécanismes de protection contre le suivi publicitaire sont tous activés par défaut. Ce qui participe d’ailleurs sans doute à la vitesse de chargement des pages. L’éditeur précise que le développement de Focus est actuellement en pause.

Firefox Preview propose également des Collections, des ensembles de sites que l’utilisateur compose selon ses envies. Elles sont ensuite disponibles depuis l’écran d’accueil et permettent de retrouver facilement un site par thématique, ou même de partager directement une Collection complète avec un contact.

On ne sait pas quand Mozilla compte publier la version finale de ce navigateur. L’éditeur évoque des travaux pour le reste de l’année 2019, suggérant qu’il faudra encore attendre plusieurs mois.

L’emblématique designer en chef quitte Apple pour fonder sa propre entreprise. Baptisée LoveFrom, elle travaillera en étroite collaboration avec Apple sur de nouveaux produits.

Dans un communiqué, Tim Cook (qui se veut très rassurant) remercie Ive pour tout le travail accompli. L’entreprise lui doit le design de quelques-uns des produits les plus vendus, notamment l’iMac et l’inévitable iPhone. Il était également en charge du nouveau quartier général de l’entreprise, l’Apple Park.

Ive se dit lui-même « très fier du travail […] accompli pour créer une équipe, un processus et une culture du design chez Apple qui sont sans égal », « après presque 30 ans et d’innombrables projets ».

Dans l’immédiat, le poste de designer en chef reste vacant. Les opérations courantes continueront d’être assurées par Evans Hankey et Alan Dye, sous la houlette de Jeff Williams, directeur de l’exploitation et véritable bras droit de Tim Cook. 

Jony Ive quitte Apple pour fonder sa propre entreprise, dont Apple sera cliente

Cette mission sera lancée en 2026 et arrivera à destination huit ans plus tard, en 2034. Il ne s'agit pas d'un rover traditionnel, mais d'un drone avec huit rotors. 

« Il profitera de l’atmosphère de Titan [plus grosse lune de Saturne, ndlr], quatre fois plus dense que celle de la Terre, pour devenir le premier véhicule à transporter toute sa charge utile scientifique », explique l'agence spatiale. Durant sa mission de 2,7 ans, il devrait parcourir pas moins de 175 km.

Titan ressemble beaucoup à la Terre primitive et son analyse pourrait aider à comprendre comment la vie est apparue sur notre planète.

Dragonfly : la NASA va étudier de près Titan à la recherche des origines de la vie

Bpifrance (via Large Venture) vient donc rejoindre les deux investisseurs historiques (Idinvest Partners et Brighteye). « Ornikar, c’est une future licorne ! Cette start-up est déjà rentable, c’est pour cela que nous participons à cette nouvelle levée de fonds avec BpiFrance », explique Idinvest Partners.

Cette plateforme en ligne vous permet de passer le code et propose également des leçons de conduites avec des professionnels autoentrepreneurs. Elle ne dispose pas de locaux, ce qui limite ses frais, et ponctionne une redevance sur chaque heure de cours. Elle revendique un permis 35 % moins cher qu'en auto-école classique.

L'auto-école en ligne Ornikar lève 35 millions d'euros
Facebook met à jour ses conditions d'utilisation pour mieux expliquer « comment il gagne de l'argent »

Le réseau social veut « mieux expliquer le fonctionnement de Facebook »  à ses utilisateurs. Ce n'est pas la première fois que Facebook et Mark Zuckerberg jouent la carte de la transparence. La conférence F8 de cette année était d'ailleurs largement axée sur le respect de la vie privée. Pas forcément suite à une prise de conscience, mais surtout car c'est une demande de plus en plus forte des utilisateurs et des autorités. 

Sur la question des revenus, Facebook propose par exemple « une nouvelle introduction expliquant que nous ne vous facturons pas d'argent pour utiliser nos produits car les entreprises et les organisations nous paient pour afficher des publicités ». Pas sûr par contre que le slogan « si c'est gratuit, c'est toi le produit » soit placardé en gros.

Voici un extrait des nouvelles conditions : « En utilisant nos Produits, vous acceptez que nous vous montrions des publicités que nous croyons pertinentes pour vous en fonction de vos intérêts. Nous utilisons vos données personnelles afin de définir les publicités à vous montrer ».

Nous avons ensuite un laïus sur le respect de la vie privée et le fait que Facebook ne vend ni ne donne accès à vos données personnelles. Problème, l'image de marque de la société est largement écornée par les scandales à répétition (Cambridge Analytica en tête) et les fuites de données. 

Ensuite, plus de détails sur les raisons ayant conduit à supprimer des messages et la question de la propriété intellectuelle des photos/vidéos sont également de la partie. Enfin, Facebook revient sur le cas des contenus supprimés : « ils ne sont plus visibles, mais il peut s'écouler jusqu'à 90 jours pour qu'ils soient supprimés de nos systèmes ». Un délai bien long, dont la raison n'est pas indiquée. 

Il s'agit d'une association ouverte à but non lucratif. Les membres fondateurs sont Nokia, Emirates Integrated Telecommunications Company, Franhofer HHI, Ledvance, Liberty Global, Lucibel, Orange, pureLiFi, LiFi Research & Development Centre, Velmenni, Zero.1, CEA Leti et l'Institut Mines-Télécom.

LCA ne sera pas centré sur une seule technologie et veut promouvoir différentes solutions permettant de faire transiter de l'information par la lumière. C'est notamment le cas du LiFi, mais aussi de l'Optical Camera Communications (OCC) qui utilise la caméra des smartphones.

Voici la Light Communications Alliance pour promouvoir le LiFi et l'OCC

Après avoir été mis sur le devant de la scène par Motherboard, l'éditeur de cette « horrible » application a décidé de la ranger au placard. « Je pense que ce que vous pouvez faire avec DeepNude, vous pouvez très bien le réaliser avec Photoshop [...] si quelqu'un a de mauvaises intentions, DeepNude ne change pas grand-chose… Si je ne l'avais pas fait, quelqu'un d'autre l'aurait fait », expliquait-il.

Dans un message sur Twitter, il change de ton, affirmant que l'application « n'est pas aussi bien que cela » et ne fonctionne qu'avec des photos particulières : « Nous ne pensions pas qu'elle deviendrait virale, nous avions grandement sous-estimé la demande ».

Bref, le site ne propose plus l'application à la vente et aucune autre version ne sera mise en ligne affirme l'éditeur. « Le monde n'est pas encore prêt pour DeepNude », ajoute-t-il en conclusion… Doit-il vraiment l'être un jour ? 

DeepNude continuera malheureusement de sévir puisqu'il en existe une version hors ligne. Elle fonctionne toujours et devrait se retrouver rapidement sur le net, n'en déplaise à l'éditeur qui aurait peut-être dû y penser avant. 

Le développeur de DeepNudes arrête les frais… mais c'est déjà trop tard

Elle a été officiellement reconnue par les Nations Unies fin 2016, c'est donc la troisième édition cette année.

Son but est pour rappel de « commémorer chaque année, au niveau international, l'anniversaire de l'explosion de Toungouska (Sibérie, Fédération de Russie) survenue le 30 juin 1908 et de sensibiliser la population aux risques d'impact d'astéroïdes ». Des astéroïdes passent régulièrement à proximité de la Terre, certains bien plus gros que d'autres. 

Pour rappel, le site NEO Earth Close Approaches de la NASA recense les astéroïdes connus dont la trajectoire l'amène « près » de la Terre, les fameux géocroiseurs. L'agence spatiale classifie comme « potentiellement dangereux » un objet de plus de 150 mètres de diamètre passant à moins de 7,5 millions de km de la Terre.

Dimanche, c'est la journée internationale des astéroïdes
Twitter met en place un nouvel « Avis » pour les tweets de politiciens abusant des règles

Le réseau social est tiraillé entre deux feux avec certains de ses utilisateurs dont les « messages controversés ou les comportements pourraient contrevenir aux conditions d'utilisations », mais relèveraient en même temps de l'intérêt public. Sans le citer, Donald Trump est largement visé.

Désormais, Twitter affichera un nouvel avis sur les tweets afin de prévenir les autres utilisateurs. Il faudra cliquer dessus avant d'accéder au message. Le réseau social s'assurera aussi que le tweet litigieux ne sera pas mis en avant, notamment par ses algorithmes maison. 

Tous les comptes ne sont évidemment pas concernés. Pour avoir droit à la clémence de Twitter au nom de l'intérêt public, il faudra réunir trois conditions : 

  • Être ou représenter un membre du gouvernement, être candidat à une charge publique ou être envisagé pour un poste au gouvernement
  • Avoir plus de 100 000 followers
  • Avoir un compte certifié

« Dans les cas où un tweet enfreint nos règles et que notre équipe ne juge pas qu'il serait dans l'intérêt du public de le laisser passer, nous demanderons au propriétaire du compte de le supprimer », ajoute Twitter.

C'est en tout cas ce qu'affirme La Lettre A, repris par Capital. La chaîne de télévision accuserait le fournisseur d'accès de reprendre sans autorisation ses programmes depuis le 5 avril. La plainte aurait été déposée au tribunal de grande instance de Paris.

Pour rappel, depuis début avril les deux protagonistes sont en guerre ouverte, Altice France avait même accusé Free de piratage. Le CSA s'était également penché sur la question, mais nous sommes sans nouvelle depuis. 

BFMTV aurait porté plainte contre Free pour contrefaçon

L'Agence spatiale européenne a mis en ligne un cliché pris le 26 juin par le satellite Sentinel-3 du programme Copernicus d'observation de la Terre de l'ESA. 

« La carte représente donc la température de la surface, pas celle de l'air habituellement utilisée dans les prévisions [...] Les zones blanches dans l'image sont causées par les nuages qui obscurcissent la lecture des températures du sol et les taches bleu clair sont des zones couvertes de neige », explique l'ESA.

La canicule vue depuis l'espace par Sentinel-3 (Copernicus)
Conseil de l’ordre des journalistes : Cédric O rétropédale

Cédric O a été contraint d’éteindre sur France Culture l’incendie qu’il avait lui-même allumé.

Dans une interview préalablement accordée à Reuters, le secrétaire d’État au numérique avait plaidé pour la création d’un Conseil de l’ordre des journalistes qui pourrait adresser des avertissements, voire initier un retrait d’agrément aux sites de presse peu scrupuleux. « C'est aux journalistes de le faire, ce n'est pas à l'État de le faire. S'ils ne le font pas, ce sera l'État qui le fera, au bout du bout ». 

Des paroles claires et limpides…mais il faut dire aux antipodes des positions d’Emmanuel Macron. Un tel projet, soutenu notamment par le FN, avait été fusillé par le candidat entre les deux tours de la présidentielle. « Je n'avais pas croisé cette idée depuis l'Italie des années 30 » expliquait le futur président sur BFM

Bug mémoriel de Cédric O ? « J'ai tenu des propos qui n'engageaient que moi et qui ne sont en aucun cas la position du gouvernement » a-t-il ramé sur France Culture. « Lorsque j'ai dit : 'Si les journalistes ne le font pas, l'État le fera', ça n'était pas une menace, ni même un souhait ».

Qu’était-ce, alors ? « C'était une appréciation de la dynamique (...) en cours avec une ingérence étrangère dans les processus démocratiques. J'ai la crainte que si les journalistes ne règlent pas le problème (...), les gouvernements soient tentés de s'en saisir, même dans les pays démocratiques ».

Et l’intéressé de conclure : « ce qui est un gros problème parce que je pense que l'État ne doit pas intervenir dans ce qui touche à la liberté de la presse ».

Message transmis à Nicole Belloubet qui veut justement toucher à la loi de 1881 sur la liberté de la presse, pour faire entrer dans le Code pénal plusieurs de ses infractions. 

La direction générale de la Police nationale et Orange Cyberdefense ont signé un partenariat pour renforcer le partage d’informations et les analyses en matière de logiciels malveillants.

Cet accord, passé le 26 juin, entend « partager des bonnes pratiques dans les domaines technique et organisationnel », « élaborer des contenus et des outils permettant d’anticiper les cyberattaques prenant pour cible les entreprises », « apporter un soutien aux enquêtes par une meilleure connaissance de l’écosystème cybercriminel » et enfin « mettre en œuvre des formations communes ».

« Avec cette convention, nous renforçons notre approche partenariale pour disposer des meilleures sources d’information afin de traiter les nouvelles formes de cybermenaces le plus en amont possible » assure Orange Cyberdefense, qui salue cette coopération « pour la défense des entreprises et du grand public face aux cyberattaques ».

Cybercriminalité : partenariat entre Orange Cyberdéfense et la police nationale

Aux États-Unis et quelques autres pays anglosaxons, les utilisateurs de la dernière révision de Windows 10 (May 2019) peuvent récupérer depuis le Store l’application Cortana en bêta.

De quoi s’agit-il ? D’une version séparée de l’actuel assistant, que Microsoft pourra mettre à jour plus fréquemment. Une tendance générale pour l’éditeur, qui déplace petit à petit un nombre croissant de composants hors de Windows.

Pour l’instant, les fonctionnalités de l’application sont les mêmes que l’assistant intégré. Mais depuis la Build, on sait que Microsoft prépare du neuf pour Cortana, notamment une vue conversationnelle plus en phase avec ce que l’on peut attendre d’un tel assistant aujourd’hui.

Rappelons que le rôle de Cortana a changé avec la May 2019 Update. L’assistant est désormais séparé du champ de recherche intégré à la barre des tâches et se positionne davantage comme une aide quotidienne à la productivité.

Cortana en application sur le Store de Windows 10
Edge Canary déploie sa protection contre le pistage

Les testeurs du nouvel Edge dans le canal Canary (uniquement Windows 10 pour l’instant) peuvent essayer depuis la dernière préversion de nouveaux réglages liés à la vie privée. Ils avaient été brièvement montrés durant la conférence Build par Microsoft.

Il faut se rendre sur le flag edge://flags#edge-tracking-prevention puis le passer en Enabled. Après un redémarrage du navigateur, on se rend alors dans ses paramètres, dans la partie Confidentialité.

Là, on trouvera une nouvelle section : Prévention du suivi. Edge explique le fonctionnement du suivi publicitaire puis donne accès à trois réglages. Par défaut, il pointe sur Équilibré : les dispositifs malveillants sont bloqués, ainsi qu’une partie des « dispositifs de suivi tiers ». Microsoft prévient que les publicités seront globalement moins pertinentes.

Ceux qui préfèrent justement retrouver des publicités plus précises pourront basculer le réglage sur Basique. Au contraire, les internautes souhaitant un blocage plus massif pourront s’en remettre au réglage Strict. Edge met en garde : « Bloque la majorité des dispositifs de suivi tiers, certains sites peuvent se bloquer ».

Notez qu’un système de liste blanche est disponible. Les sites inscrits sont considérés comme étant de confiance, et la prévention de suivi y sera alors désactivée. Un éventuel bon compromis pour les aficionados du réglage Strict.

Microsoft en dit d’ailleurs un peu plus sur son mécanisme, basé sur trois composants : classification, exécution et réduction. L’éditeur tient inévitablement une liste des entreprises et de leurs trackers, adaptant les accès (notamment au stockage local) au cas par cas.

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.