du 31 mai 2019
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

 The North Face détourne Wikipédia pour placer ses produits, puis s’excuse  

Comment rater une campagne de pub ? En suivant à la lettre l’exemple The North Face. La marque de vêtements a eu la chic idée de monter dans les résultats des moteurs en remplaçant les photos de Wikipedia par des images de son cru, accompagnées de son logo, ses produits.

Leo Burnett, l’agence de pub et The North Face se sont ainsi vantés d'avoir « fait ce que personne n'avait fait auparavant… nous avons échangé les photos de Wikipédia par les nôtres ». Et les deux sociétés de s’enorgueillir de ne rien avoir payé « en collaborant » avec l’encyclopédie.

Sans surprise, la démarche a été vertement critiquée par la Wikimédia Foundation qui assure n’avoir pas été associée d’une manière ou d’une autre. Dans un communiqué, elle dénonce surtout une « dégradation » de ces biens communs, ces photos partagées volontairement par des contributeurs.  

Sur Twitter, Rémi Mathis, président de Wikimédia France de 2011 à 2014, ajoute son lot de reproches: « que peut-il se passer dans la tête de personnes qui vont abîmer un bien public – gratuit, amenant à tous la connaissance sur tous les sujets  pour leurs petits avantages personnels ? »

« Vandaliser Wikipédia n'est en aucun cas un exploit. Le véritable défi que devrait relever @thenorthface serait d'aider les populations peu présentes sur le web à y partager leurs langues, leur histoire et leur culture » ajoute Pierre-Yves Baudouin, actuel président de l’antenne française.

Dans un tweet, l’entreprise prise les mains dans le pot de confiture s’est excusée. Elle a aussi expliqué que ce détournement était consécutif à un problème de communication entre elle et un distributeur indépendant, chargé au Brésil de la commercialisation de ses produits.

Il ne s'agit pas de remplacer l'Echo Show de 2e génération (disponible depuis peu en France), mais de développer la gamme avec un modèle plus compact.

L'Echo Show 5 fait la liaison entre l'Echo Spot (2,5") et l'Echo Show (10,1"). Sa définition est de 960 x 480 pixels. Il intègre un micro avec bouton marche/arrêt, une caméra avec cache intégré et un haut-parleur de 4 watts.

Il sera disponible le 26 juin en France, pour 90 euros. Pour rappel, son grand frère est vendu 230 euros.

Amazon lance son Echo Show 5 de 5,5" (avec Alexa), pour 90 euros

Le compte PlayStation a mis en ligne près de 9 minutes du prochain titre de Sony Interactive Entertainment (SIE) et Kojima Productions (en 4K et VOST), avec la participation de Norman Reedus, Mads Mikkelsen, Léa Seydoux et Lindsay Wagner.

Voici l'histoire : « Affrontez un monde radicalement transformé par le Death Stranding. Transportez les vestiges dissociés de notre futur et embarquez dans une aventure pour reconnecter, pas après pas, un monde détruit ».

Le jeu sortira le 8 novembre sur PlayStation 4. Il est possible de le précommander pour 70 euros en version numérique ou 80 euros par l'édition « Deluxe ».

Death Stranding se dévoile dans une longue bande-annonce et sortira le 8 novembre sur PS4

C'est le premier bilan comptable publié par le VTC depuis son introduction en bourse. Le chiffre d'affaires est de 3,1 milliards de dollars avec des pertes d'un milliard, dans la lignée des estimations d'Uber, indique Reuters.

En séance d'après clôture, l'action gagne près de 2 %. Elle est juste au-dessus de 40 dollars, mais toujours largement en dessous des 45 dollars de son introduction début mai.

Uber : revenus en hausse de 20 % et pertes d'un milliard de dollars… « conformes aux attentes »
Xbox Game Pass pour PC officiellement annoncé, avec plus de 100 jeux pour Windows 10

Là encore, ce n'est pas franchement une surprise tant les abonnements du genre ont le vent en poupe. De plus, l'éditeur avait déjà annoncé qu'il planchait sur le sujet en octobre dernier.

Deux ans après le Xbox Game Pass, voici donc le Xbox Game Pass (le nom est le même) pour PC. Il vous permet d'accéder à plus d'une centaine de jeux de studios de renom comme Bethesda, Deep Silver, Devolver, Paradox, SEGA, etc.

« Comme sur console, nous avons l'intention d'inclure les nouveaux jeux de Xbox Game Studios dans le même jour que leur sortie mondiale, y compris des titres de studios récemment acquis comme Obsidian et inXile ». Au total, Microsoft travaille avec plus de 75 studios.

Enfin, les clients pourront également profiter de remises allant jusqu'à 20 % sur les jeux du Microsoft Store.

Pour le prix (9,99 euros par mois sur console pour rappel) et la date de disponibilité, on repassera. Microsoft promet de donner plus de détails durant l'E3 et donne rendez-vous le 9 juin.

Ce n'est pas une surprise puisque le géant du Net avait déjà lancé les précommandes lors de sa conférence I/O au début du mois. Il est désormais en stock.

Pour l'occasion, Fnac et Darty (qui appartiennent au même groupe) proposent une offre promotionnelle avec jusqu'à 60 euros de remise sur la caméra Nest Cam, la sonnette Nest Hello et Chromecast.

Google Nest Hub disponible en France, pour 129 euros

Les six finalistes sont les suivants : Parrot, Skydio, Altavian, Teal Drones, Vantage Robotics et Lumenier. Le Français explique que le département de la Défense des États-Unis a alloué « un budget de 11 millions de dollars, réparti entre les six entreprises retenues, afin de prototyper et de tester un drone de reconnaissance rapidement déployable ».

« Le drone devra bénéficier d’un temps de vol de 30 minutes et d’une portée allant jusqu’à 3 kilomètres. Ultra léger, son poids ne pourra excéder 1,3 kg (3 pounds), il devra être opérationnel en moins de 2 minutes et pouvoir être transporté dans les sacs à dos standards utilisés par les soldats », ajoute Parrot.

Un contrat qui permettra peut-être à la société de mettre un peu de beurre dans les épinards après l'échec de son drone Anafi.

Drone de surveillance : Parrot et cinq autres sociétés retenues par l'armée américaine

Le fabricant a posté sur Twitter un message invitant les utilisateurs à « voir les choses sous un nouveau jour ». Une courte vidéo centrée sur une caméra est diffusée, mais elle ne donne aucun indice sur la teneur des annonces qui seront faites.

Le même jour, Nokia organisera des conférences de presse en Inde et en Italie, comme le rapporte NokiaMob. Là encore, motus et bouche cousue sur les annonces qui y seront faites.

Nokia donne rendez-vous le 6 juin
E-commerce : une réforme de la TVA dès l’année prochaine

Lors d’un débat au Sénat sur la lutte contre la fraude à la TVA transfrontalière, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin annonce une réforme de la taxe sur la valeur ajoutée, « première ressource de l’État ».

Deux grands piliers seront traités à l’occasion du projet de loi de finances pour 2020 : d’un, l’obligation pour les plateformes étrangères de payer cette ponction pour les achats effectués auprès d’un vendeur lui aussi installé dans un pays tiers à l’UE. De deux, faire disparaître l’exonération pour les envois d’une valeur inférieure à 22 euros (aucune TVA n'est due si la valeur totale, hors droits de douane et frais de transport, des biens d'un envoi est inférieure à un certain seuil variant selon les pays entre 10 et 22 euros).

Ces chantiers s’inscrivent dans le cadre de la transposition du paquet TVA sur le commerce électronique programmée à l’échelle européenne à partir de 2021. La France entend ainsi avancer ces réformes dès l’année prochaine.

« Les entreprises qui exploitent des interfaces électroniques, telles que les places de marché ou les plateformes, seront, dans certaines situations, considérées, aux fins de la TVA, être le fournisseur de biens vendus aux clients dans l’UE par des entreprises qui utilisent le marché ou la plateforme » expliquent en ce sens les institutions européennes. « Par conséquent, ils devront collecter et payer la TVA sur ces ventes ».

Après un faux départ en début de semaine (la vidéo avait fuité sur les plateformes suite à sa diffusion au Festival de Cannes), Metropolitan Films a mis en ligne la bande-annonce pour Rambo : Last Blood.

Il s'agit pour rappel du cinquième épisode de la saga autour de John Rambo. Cette fois-ci, il va devoir affronter un cartel mexicain : « Je veux ma vengeance [...] La mort est en chemin et rien ne pourra l'arrêter ». Le film sortira le 25 septembre.

Rambo Last Blood : la bande-annonce est là, le film sortira le 25 septembre

Cette rentrée d'argent frais provient de Sequoia Capital. Au passage, Jim Goetz (de Sequoia) rejoint le conseil d'administration du gestionnaire de mots de passe.

Dashlane en profite pour annoncer l'arrivée de Joy Howard comme directrice marketing. Elle occupait auparavant ce même poste chez Lyft et Sonos. Elle sera en charge de définir une image de marque « synonyme de tranquillité d'esprit numérique ».

Dashlane lève 110 millions, Joy Howard (Lyft) devient directrice marketing

Cette branche du fabricant emploie environ « 550 personnes dans le monde et a généré des revenus de près de 300 millions de dollars au cours de l’exercice 2019 ».

Les deux conseils d'administration ont déjà approuvé « cet accord définitif », qui devrait être finalisé au cours du premier trimestre 2020 suivant les approbations des autorités compétentes.

NXP pourra ainsi se renforcer sur l'Internet des objets, tandis que Marvell profitera de cette manne financière pour accélérer sa transformation sur la 5G, les datacenter, les entreprises et l'automobile.

Pour rappel, Qualcomm avait tenté en 2016 de croquer NXP (pour 47 milliards de dollars), mais l'opération avait été annulée l'année dernière faute d'obtenir le feu vert du régulateur chinois.

NXP veut racheter le portefeuille Wi-Fi et Bluetooth de Marvell pour 1,76 milliard de dollars
Cette année à Roland-Garros : 8K en 5G et réalité mixte avec lunettes Magic Leap One

Comme chaque année, la compétition de Tennis est l'occasion pour France Télévisions de procéder à des essais technologiques, tout en profitant du halo médiatique.

La 8K était déjà au rendez-vous l'année dernière. 2019 oblige, elle passe par la 5G (d'Orange). Une expérimentation qui tombe à pic puisque les premiers téléviseurs 8K arrivent dans le commerce :

« France Télévisions configure une plateforme expérimentale complète de la télévision de demain depuis ses caméras 8K installées sur le Court Philippe-Chatrier reliées vers une plateforme de services allant de l’encodage live de ces images à la gestion des replay et VOD des matchs enregistrés. Cette plateforme est connectée aux émetteurs 5G d’Orange, déployés dans l’enceinte du stade de Roland-Garros. Ces services seront reçus en fixe et en mobilité via la technologie 5G d’Oppo et affichés sur téléviseurs 8K »

De son côté, Orange en profite pour jouer avec la réalité mixte : « équipés des lunettes Magic Leap One, les visiteurs pourront faire l’expérience de la retransmission d’un match de tennis en réalité mixte ».

« La réalité mixte ajoute, à la réalité augmentée, la notion d’animation des éléments projetés, en parfaite synchronisation avec les éléments réels, pour créer un nouveau monde alliant le réel et le virtuel », explique l'opérateur.

Le prochain épisode (plutôt un reboot de la série) d'Activision est développé par le studio Infinity Ward à l'origine du premier CoD en 2003. Le nom va par contre prêter à confusion puisqu'il existe déjà plusieurs épisodes « Modern Warfare » de Call of Duty.

« Les règles ont changé », indique la voix off pendant que des images réelles du jeu s'affichent. Dans ce nouvel opus, « vous incarnerez des agents d’élite des forces spéciales embarqués dans l’engrenage haletant d’un conflit à l’échelle globale qui menace l'équilibre du pouvoir ». Bref, il va y avoir de l'action.

La bonne nouvelle, c'est que le jeu est proposé sans Season Pass et avec un cross-play a priori compatible entre toutes les plateformes : PC, PlayStation 4 et Xbox One. Les précommandes sont ouvertes : à partir de 70 euros sur PS4 et Xbox One pour la version « Digital Standard », contre 60 euros sur PC (via Batte.net).  

Le nouveau Call of Duty: Modern Warfare sortira le 25 octobre : vidéo de présentation et précommandes

Le principe reste le même que pour les éditions précédentes : « récompenser un article scientifique sur la protection des données personnelles et la vie privée [...] L’article doit être issu de travaux réalisés au moins en partie dans un centre de recherche situé sur le territoire de l’Union européenne ».

Cette année, il doit être paru entre janvier 2017 et juin 2019. Tous les détails et les liens pour candidater sont disponibles par ici.

Au début de l'année, l’article intitulé « Beauty and the Beast: Diverting modern web browsers to build unique browser fingerprints » avait été primé. Il « propose une analyse approfondie de la manière dont les internautes peuvent être tracés sur Internet par le biais d’une technique de traçage d’appareils appelée browser fingerprinting ».

La CNIL et Inria lancent la 4e édition du prix « protection de la vie privée »

« Il y a bien longtemps le monde était magique… mais les temps changent », explique la vidéo. L'histoire se déroule dans notre époque, mais sur une terre peuplée de créatures fantastiques et légendaires (et de « saletés » de licornes).

Le pitch se résume pour le moment à une seule phrase : « Rejoignez Ian et Barley dans leur noble et glorieuse quête ! ». La sortie est prévue pour le 4 mars 2020.

Une première bande-annonce pour En avant (Onward), le prochain Disney et Pixar
Accusée de monopole, Apple expose sa vision d'un Store sûr et ouvert

Devant une plainte que la Cour Suprême américaine a décidé de laisser poursuivre contre la situation de monopole de son App Store, Apple a réagi.

Dans une nouvelle page de son site officiel, l’entreprise explique sa situation et ses objectifs, en attaquant par une affirmation forte : « C’est notre boutique. Et nous en prenons la responsabilité ».

Et d’expliquer que la boutique a été créée avec deux objectifs. D’une part fournir une zone de confiance et protégée aux utilisateurs pour découvrir et télécharger des applications. D’autre part, que tous les développeurs puissent avoir la même opportunité.

Apple se décrit en gendarme, refusant systématiquement tout ce qui a trait à la pornographie, aux discriminations, à la torture, aux abus de toutes sortes, etc. Sont également rejetées les applications et mises à jour contenant des bugs évidents ou des risques pour la sécurité, tout du moins quand ils sont rejetés.

100 000 applications sont ainsi analysées chaque semaine, la plupart en moins de 24 heures. Seuls 60 % d’entre elles sont acceptées, les développeurs étant – normalement – avertis des raisons du refus. Surtout, puisque la société est accusée d’abus de position dominante, elle rappelle que 84 % des applications sont gratuites. Elles ne génèrent donc aucune rente.

Au contraire des applications payantes, avec des achats in-app et avec abonnements. Apple prélève alors sa fameuse commission de 30 %. Petite exception pour les abonnements, les 30 % laissant place à 15 % au-delà de la première année d’abonnement.

Enfin, Apple rappelle que de nombreuses applications concurrencent les siennes : Calendrier, Appareil photo, iCloud, Mail, Maps, Messages, Apple Music, Notes, Podcasts, Apple TV, FaceTime et Safari. Spotify n'est pas franchement du même avis et a attaqué Apple en justice.

On pourrait cependant rétorquer que ces applications ne peuvent pas être déclarées par défaut dans iOS, et que les navigateurs n’ont pas le droit de proposer leur propre moteur de rendu.

Et quoi qu’en dise Apple, le fond de la plainte demeure : l’App Store est obligatoire pour installer des applications. Pas sûr que la vision exposée par l’entreprise suffise à calmer les plaignants.

Dans sa nouvelle version Preview, Skype for Web gère le partage d’écran, jusqu’ici sa plus grosse absence.

Un apport majeur puisque la version web était la dernière à ne pas en profiter. Les clients pour ordinateurs de bureau l’ont évidemment depuis des années, tandis que les applications mobiles pour Android et iOS la proposent depuis avril.

Pour en profiter, il faut se rendre sur l’adresse preview.web.skype.com, mais il faudra obligatoirement utiliser Chrome. La nouvelle version d’Edge basée sur Chromium fonctionne peut-être, mais Microsoft ne le précise pas.

Ceux qui préfèrent attendre n’auront sans doute que quelques semaines à patienter avant de voir débarquer la fonction dans la mouture stable du service. On espère que la compatibilité sera étendue à d’autres navigateurs.

La Preview de Skype for Web gère le partage d'écran, mais uniquement sous Chrome

Comme l'a repéré Android Police, la partie Monétisation et annonces des conditions d'utilisation de la boutique virtuelle d'Android dispose d'une nouvelle ligne pour les achats :

« Les applications avec des mécanismes pour recevoir des objets aléatoires lors d'un achat (c'est-à-dire les loot box), doivent clairement indiquer les chances de recevoir ces articles avant l’achat ».

La version en français de la page n'en fait pas mention pour le moment. Pour rappel, Apple a fait de même en janvier… 2018.

Le Play Store change ses règles et veut plus de transparence sur les « loot box »

Google part en guerre contre les tactiques trompeuses d’installation d’extensions dans Chrome. L’éditeur resserre la vis de sa boutique, avec des règles rappelant l’App Store d’iOS, pour lequel Apple est désormais accusé d’abus de position dominante.

Forcer les développeurs à proposer leurs extensions dans le Web Store n’est pas suffisant. Selon Google, la décision a permis de faire diminuer de 18 % les plaintes pour installations non souhaitées d’extensions.

Google s’en prend désormais aux tactiques trompeuses. Sont notamment listés les textes et mentions manquant de clarté ou trop discrets, les éléments interactifs trompeurs pouvant mener à autre chose qu’une installation, ou encore jouer avec la taille de certains éléments pour masquer les métadonnées.

Toute extension surprise à utiliser ce type de technique sera tout simplement supprimée du Store. Google précise que ces nouvelles règles ont été inspirées par des plaintes d’utilisateurs.

Google durcit le ton contre les manœuvres trompeuses des extensions Chrome

La capitale affirme qu'il s'agit d'une « première pour une municipalité ». Le datacenter est situé dans « un site physique sécurisé à la porte de la Chapelle (18e) » et héberge l'ensemble des applications utilisées par les agents de la ville et les Parisiens, ainsi que toutes les données.  

« Cette nouvelle structure facilite ainsi la mise en place du RGPD, que ce soit sur les données personnelles relatives aux Parisien·ne·s ou celles d’entités partenaires qui vont aussi être hébergées par le Data Center. Le site accueillera également les centres de données de l’AP-HP, Paris Habitat et d"Eau de Paris », affirme la ville.

Elle ajoute qu'elle va « réexploiter l’énergie générée par le Data Center au sein d’une boucle locale d’eau chaude qui alimente le quartier ».

La ville de Paris dispose de son propre datacenter (dans le 18e)
Microsoft décrit sa vision d'un système moderne idéal, et ce n'est pas Windows 10

Microsoft a profité du Computex pour résumer ce qu’elle entend par « système moderne ». On sait que la firme travaille depuis longtemps sur des développements au long cours qui doivent aboutir à des changements radicaux dans Windows.

D’un point de vue technique, le système en question doit proposer des mises à jour sans aucune interruption. On en est actuellement loin, voire très loin. L’entreprise évoque un processus invisible fonctionnant en arrière-plan, faisant ce qu’il a à faire sans jamais déranger l’utilisateur.

Le système doit être également sécurisé dès la base, avec une séparation claire entre lui et les applications. Actuellement, ce n’est le cas que lorsqu’une installation est réalisée depuis le Store.

Le futur produit devra en outre être constamment connecté, capable de passer du Wi-Fi au cellulaire sans interruption. Il devra aussi pouvoir recevoir toute sorte d’entrées : clavier, stylet, voix, tactile et regard.

Le plus intéressant finalement dans ce texte évoquant la vision idéale d’un système d’exploitation chez Microsoft est que Windows 10 n’est pas mentionné une seule fois. L’éditeur aurait de toute façon du mal à citer son système actuel comme représentant de sa vision.

Pour les observateurs, Microsoft évoque sans doute Core OS, un système que l’on ne trouve actuellement que dans HoloLens 2 et le Surface Hub 2X. Mais puisque l’entreprise n’en a rien dit pour l’instant, il va falloir attendre.

Il reprend les grandes lignes de son prédécesseur (le Moto Z3), avec un écran plus grand de 6,4" (2 340 x 1 080 pixels) au lieu de 6" (2160 x 1080 pixels) et une encoche en forme de goutte d'eau, lui permettant de garder des dimensions assez proches. Le design général est d'ailleurs le même entre les Moto Z3 et Z4.

Pour le reste, il est question d'un Snapdragon 675 (835 sur le Z3) avec 4 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage, extensibles via une carte microSD. Le lecteur d'empreintes est placé sous l'écran, des caméras de 25 et 48 Mpixels sont présentes, Android 9.0 Pie est aux commandes, etc. Tous les détails sont disponibles par ici.

Le nouveau Moto Z4 est compatible avec les Moto Mods, des accessoires se clipsant à l'arrière du smartphone. Il prend en charge ceux du Z7, notamment le module permettant d'avoir de la 5G.

Il sera disponible à partir du 6 juin aux États-Unis, pour 500 dollars avec une caméra Moto Mod 360 dans le bundle. Il sera disponible plus tard cet été au Canada et rien n'est précisé concernant le reste du monde.

Motorola annonce son Moto Z4 de 6,4", compatible avec les Moto Mods

Il y a quelques jours, le fabricant chinois disparaissait de la liste des membres de la SD Association en charge des cartes SD et microSD. Aucune annonce officielle n'avait été faite.

Le retour dans cette liste se fait également sans tambour ni trompette et surtout sans explications. À Android Authority, un représentant de Huawei explique que l'adhésion n'avait pas été annulée, mais temporairement modifiée suite au décret de Donald Trump.

Dans le même temps, l'Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE) a envoyé un message à ses membres pour leur indiquer que les employés de Huawei n'ont plus le droit de participer à l'évaluation des articles par les pairs et au processus éditorial de publication.

L'organisation a ensuite publié un communiqué pour expliquer qu'ils peuvent néanmoins continuer leurs activités en tant que membres individuels et collectifs, accéder aux publications, soumettre des articles, participer et présenter des conférences de l'IEEE, etc.

Huawei de retour dans la SD Association, mais partiellement exclue des activités de l'IEEE

Face à la montée progressive des inquiétudes de vie privée liées aux enceintes connectées, Amazon s’adapte petit à petit.

Le stockage des échantillons de voix est ainsi une constante : les constructeurs en ont besoin pour améliorer la reconnaissance, ce qui ne peut se faire qu’en les stockant sur des serveurs pour y faire travailler des algorithmes.

Tous les clients n’ont pas forcément conscience que ces échantillons sont automatiquement envoyés et stockés. Il existe bien une procédure pour les supprimer, mais il faut chercher dans l’application Alexa ou dans le site web d’Amazon.

La dernière mise à jour déployée dans Alexa permet aux utilisateurs de demander l’effacement des échantillons par simple demande vocale. Les commandes sont de type « Alexa, efface ce que je viens de dire » ou « Alexa, efface tout ce que j’ai dit aujourd’hui ».

Ces commandes sont théoriquement accessibles depuis mercredi à partir de n’importe quel produit compatible Alexa, indique le Washington Post.

Alexa peut supprimer les enregistrements vocaux via une commande

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.