du 10 mai 2019
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Chris Hughes, l'un des cofondateurs de Facebook, veut une scission

« Nous sommes une nation qui traditionnellement combat les monopoles, si bien intentionnés que puissent être les dirigeants de ces entreprises. Le pouvoir de Mark est sans précédent », explique-t-il dans une longue tribune publiée dans le New York Times et reprise par Reuters.

Chris Hughes souhaite qu'Instagram et WhatsApp, rachetées en 2012 et 2014, deviennent des entités indépendantes. « Facebook accepte l’idée que le succès entraîne des responsabilités. Mais on n’assure pas la transparence en appelant au démantèlement d’une entreprise américaine qui a réussi », rétorque un porte-parole de la société.

Alors que Chris Hughes prône la régulation d’internet, Facebook et son patron sont sur la même longueur d'onde : « La responsabilité des sociétés high tech ne peut être assurée que par l’établissement de nouvelles règles pour internet. C’est exactement ce qu’a demandé Mark Zuckerberg ».

Dans sa tribune, Chris Hughes n'est pas tendre avec son ancien camarade et son ex-société : « Cela fait 15 ans que j’ai cofondé Facebook à Harvard et une décennie que je ne travaille plus pour le groupe. Mais j’éprouve un sentiment de colère et de responsabilité [...] Mark est une bonne personne, un gentil. Mais cela me met en colère que sa recherche de croissance l’ait conduit à sacrifier la sécurité et les droits individuels pour des clics ».

« Le gouvernement doit tenir Mark pour responsable. Pendant trop longtemps, le législateur s’est pâmé devant la croissance exponentielle de Facebook et a négligé son devoir d’assurer la protection des Américains et la libre concurrence sur les marchés », ajoute-t-il.

Plusieurs politiques américains ont également fait part de leur volonté de démanteler les grands groupes technologies. C'est notamment le cas de la sénatrice Elizabeth Warren, candidate à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de 2020.

Selon Les Echos, les négociations patinent après plusieurs mois. Les conditions et le montant seraient montrés du doigt.

La décision finale n'est pas encore prise, mais on peut s'attendre à ce que tout ne se termine pas comme c'était prévu. Une situation qui serait problématique pour les deux partenaires.

Altice a en effet besoin du savoir-faire de Molotov dans le streaming, notamment pour son offre sportive, la startup française étant depuis plusieurs mois à la recherche de nouveaux financements.

Altice pourrait ne pas racheter Molotov

Sitôt lancés, les nouveaux smartphones milieu de gamme sont passés entre les mains de nos confrères. Ils les ont donc entièrement démontés.

iFixit confirme que la caméra arrière de 12,2 MPixel est la même que celle du Pixel 3. Pour le reste, pas de grosse surprise, mais une bonne nouvelle : la plupart des composants (notamment le port USB Type-C) sont modulaires et donc remplaçables.

Tout n'est pas rose pour autant. Des petits câbles internes rendent le démontage pénible tout en étant faciles à casser. Prudence donc. La note finale est de 6 sur 10.

Le Pixel 3a XL est démonté dans une vidéo. Il obtient exactement la même note que son petit frère, ce qui n'est pas surprenant puisque les seules différences concernent les mensurations, la taille de l'écran et la capacité de la batterie.

Démontés par iFixit, les Pixel 3a et 3a XL de Google obtiennent 6 sur 10
Mozilla revient sur le problème de certificat rencontré ce week-end par Firefox

Dans un billet de blog, la fondation s'excuse de ce qui s'est passé, certains utilisateurs attendant encore un correctif, notamment ceux qui ont une ancienne version du navigateur.

Le système mis en place pour la protection des extensions va être revu afin d'éviter que la situation ne se reproduise. L'expiration du certificat a en effet éclairé le contrôle de Mozilla sur ces éléments, ce qui peut être un problème.

Dans un second billet plus technique, Eric Rescorla revient sur la mécanique actuellement utilisée pour la signature numérique des extensions et leur diffusion.

Notamment sur la manière dont est généré le certificat intermédiaire, à travers un HSM stocké hors-ligne, auquel l'équipe n'accède que lorsque c'est nécessaire. Il explique également comment les développeurs ont répondu rapidement au problème.

Ainsi, la signature de nouvelles extensions a été stoppée, un premier correctif évitant de demander la validation des extensions pour les utiliser. Tout a été remis en place depuis, un nouveau certificat intermédiaire ayant été généré et diffusé.

Un post-mortem sera publié la semaine prochaine pour évoquer certains points plus en détails, comment les décisions qui vont être prises pour faire évoluer la mécanique de signature des extensions, de mise à jour d'urgence et la liste de toutes les éventuelles « time bomb », dont l'expiration de certificats.

Créée par Gregg et Evan Spiridellis, la société est principalement connue pour sa série « Ask the StoryBots », disponible sur Netflix. Elle met en scène cinq petites créatures tentant d'apporter des réponses sur des questions comme « pourquoi le ciel est-il bleu ? » , « comment arrive la nuit ? » et « pourquoi faut-il se brosser les dents ? ».

Le but de ce rachat est de produire davantage de contenus autour des StoryBots, en élargissant leur champ d'action à d'autres domaines, mais a priori toujours dans le monde éducatif. Le montant de la transaction n'est pas connu.

Ce rachat est également un moyen pour Netflix de se renforcer alors que le lancement de l'offre de streaming de Disney, alias Disney+, se rapproche à grands pas. Il est pour rappel programmé pour le 12 novembre aux États-Unis.

Le géant des médias pourra piocher dans ses nombreuses branches : Disney, Pixar, Star Wars, Marvel, 21st Century Fox, National Geographic Channel,etc.

Contenus éducatifs pour enfants : Netflix rachète StoryBots

La course aux pixels continue de plus belle. La production de masse est prévue pour le second semestre de l'année, il faudra donc attendre un peu avant de les voir sur des terminaux.

Les deux capteurs ont des pixels de 0,8 μm, comme les GD1 et GM1 (32 et 48 Mpixels) présentés en octobre. Le GW1 peut regrouper les pixels par paquets de quatre pour prendre une photo de 16 Mpixels dans des environnements sombres. Tous les détails sont disponibles par ici.

Samsung Isocell Bright GW1 et GM2 : deux capteurs photo de 64 et 48 Mpixels pour smartphones

Nouvelle version pour Telegram, sur toutes les plateformes. La mouture Android reçoit le plus de nouveautés avec plusieurs remaniements visuels.

La plupart des menus ont été modernisés, certaines fonctions se veulent plus pratiques (comme le bouton de transfert en bas à droite pour les sélections multiples de messages), le menu de partage remplit l’écran et l’icône a été légèrement rafraîchie. Sur iOS, le code PIN passe à six chiffres, contre quatre jusqu’à présent.

Toutes les déclinaisons, y compris « desktop », permettent en outre d’archiver une conversation depuis la liste générale (par glissement ou clic droit), avec possibilité de les cacher. En cas de conversation avec notifications activées, elle sera automatiquement extraite des archives.

Telegram modernise sa version Android et archive les conversations
Red Hat Enterprise Linux 8 disponible, l’accent mis sur les développeurs

La nouvelle RHEL est disponible pour les membres du programme Red Hat Developers. Il est nécessaire de s’inscrire pour accéder au téléchargement, le programme lui-même étant gratuit (le support est payant).

L’architecture repose désormais sur trois dépôts principaux :

  • BaseOS, pour les éléments de base du système (tout est en RPM)
  • Application Streams, pour la plupart des applications et outils développeurs, runtimes, bases de données, serveurs web et autres
  • CodeReady Builder, qui contient des bibliothèques et outils supplémentaires

RHEL 8 est également très orienté vers les conteneurs, Red Hat y déployant désormais ses propres outils dans ce domaine. On retrouve ainsi Buildah pour la construction des conteneurs, Podman pour les exécuter et Skopeo pour les partager ou les trouver.

L’éditeur introduit également son Universal Base Image (UBI), un nouveau format d’image pour les conteneurs. Bien qu’ils puissent être utilisés ailleurs, Red Hat précise qu’ils fourniront davantage de sécurité si exécutés en environnement RHEL 7 ou 8.

Du changement dans la continuité, c'est un peu le message que le fabricant veut faire passer : « Méticuleusement repensée de fond en comble, la Logitech G502 LightSpeed conserve la forme et les fonctionnalités de l’originale, tout en ajoutant les technologies sans fil LightSpeed et PowerPlay ainsi qu’une réduction de poids de sept grammes ».

Le capteur HERO (High Efficiency Rated Optical) 16K (16 000 DPI) est de la partie, ainsi que les onze boutons programmables. Six poids (deux de 4 grammes, deux de 2 grammes) sont livrés dans le bundle. Le constructeur affirme qu'elle « ne contient pas de PVC et est certifiée Plastic Neutral ».

La G502 LightSpeed sera disponible dans le courant du mois pour 149 euros tout de même. C'est le prix à payer pour profiter aussi de PowerPlay, la technologie de charge par résonance magnétique annoncée en 2017. Le tapis n'est pas inclus et il faudra débourser encore 129 euros pour en profiter.

La souris Logitech G502 passe au sans fil (LightSpeed) et à PowerPlay (charge sans fil)

L'opérateur explique que « SecureLink, basé aux Pays-Bas, est l’un des plus importants fournisseurs de services de cybersécurité indépendants en Europe, avec une présence locale en Suède, en Belgique, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Allemagne, au Danemark et en Norvège ».

SecureLink compte plus de 660 salariés et 14 bureaux, pour un chiffre d'affaires en 2018 de 248 millions d'euros. Orange ambitionne ainsi de devenir le « leader paneuropéen des services de cybersécurité ».

L'équipe de direction de SecureLink intégrera celle du groupe et participera « à la définition du modèle opérationnel du nouvel ensemble ». La finalisation de cet accord est attendue pour la fin du 2e trimestre ou le début du 3e.

Cybersécurité : Orange veut racheter SecureLink pour 515 millions d'euros

Mi-mars, elle était incarcérée pour outrage à la justice après avoir refusé de répondre au grand jury sur des questions autour de ses relations avec WikiLeaks.

« Malheureusement, avant même sa sortie, Chelsea a reçu une nouvelle citation à comparaître. Ce qui signifie qu'elle doit se présenter devant un autre grand jury le jeudi 16 mai », explique son groupe de soutien, repris par l'AFP.

Elle a pour rappel déjà été jugée et condamnée à 35 ans de prison en 2015, avant que Barack Obama ne commue la peine et qu'elle soit libérée en mai 2017

Cette libération intervient alors que Julian Assange est lui derrière les barreaux au Royaume-Uni, après avoir été interpellé dans l'ambassade d'Équateur. Les États-Unis ont demandé son extradition, ce que refuse l'accusé. La prochaine audience sur cette question est programmée pour le 30 mai.

Chelsea Manning de nouveau libérée après deux mois en prison, mais pourrait y retourner
Jeff Bezos présente son alunisseur modulaire Blue Moon

Le patron d'Amazon et de Blue Origin organisait hier une conférence à Washington. L'occasion de présenter son alunisseur.

Il sera capable de transporter « plusieurs tonnes » de charge utile sur la Lune, et même de déployer de petits satellites au passage. Il peut également fournir une puissance de plusieurs kilowatts grâce à sa pile à combustible.

« La plus grande version de Blue Moon a été conçue pour atterrir avec un véhicule d’ascension qui nous permettra de ramener les Américains sur la Lune d’ici 2024 », explique la société.

Blue Moon a nécessité trois ans de développement. « Il est temps de retourner sur la Lune et, cette fois-ci, d’y rester » ajoute l'homme d'affaires.

Pour sa propulsion et son système d'atterrissage vertical automatique, Blue Moon reprendra les avancées réalisées avec la fusée New Shepard. Blue Moon est prévu pour 2024, parfaitement dans la lignée des demandes de Mike Pence.

Le système est déjà utilisé pour une connexion sans mot de passe via Edge et Firefox, d'autres devant suivre dans les mois à venir. Cette certification n'est donc qu'une formalité permettant à Microsoft de confirmer qu'il respecte le standard.

Comme nous l'évoquions récemment, la May 2019 Update de Windows 10 apporte quelques nouveautés comme la gestion des clés FIDO2 et la connexion à des comptes Microsoft sans mot de passe.

Mais il est toujours impossible de les utiliser pour se connecter à l'OS. Seules une procédure via une clé FIDO classique et Azure AD ou l'application de Yubico via des mots de passe à usage unique permettent de le faire.

Windows Hello est désormais certifié FIDO2

C'est cet outil qui visite les pages web afin qu'elles soient référencées par le moteur de recherche. Il exploite désormais l'un des derniers moteurs Chromium : la version 74.

Une mise à jour d'importance, Google évoquant plus d'un millier de nouveautés, comme la prise en charge des versions récentes de JavaScript et ECMAScript 6, les API Web Components ou une meilleure gestion du lazy loading.

Une série de vidéos explique la manière dont est géré JavaScript lors du référencement.

Mise à jour du Googlebot

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.