du 03 mai 2019
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Phrase-choc, postvérité, façonnage de l’actualité… la commission d’enrichissement frappe encore

La commission d’enrichissement de la langue française a fait publier au Journal officiel une nouvelle salve de traductions officielles s’imposant à l’ensemble des administrations.

Dans le vocabulaire des relations internationales, elle demande à ce que les expressions « cyberactivist » et « hacktivist » soient bannies, au profit de « cyberactiviste », ou à la rigueur « cybermilitant » voire « pirate » à savoir un « activiste qui agit dans les réseaux informatiques et recourt notamment au piratage ».

Le piratage (pénétration, maintien, modification d’un système sans autorisation) étant, rappelons-le, une infraction pénale. De même, la commission refuse l’emploi de « cyberaddiction » ou « digital addiction ». On devra lui préférer « cyberdépendance », soit un « état de dépendance psychologique à l'égard des techniques de l'information et de la communication ».

Dans le champ des médias, on ne dira plus « postthruth » mais « postvérité », une « situation dans laquelle l'objectivité et la véracité des faits ont moins d'influence sur la formation de l'opinion publique que le recours à des émotions, à des sentiments ou à des croyances ».

Lorsqu’il s’agira de définir l’« action des médias sur la formation de l'opinion publique par le choix des sujets abordés et l'importance qui leur est conférée », « agenda setting » sera délaissé au profit, bien sûr, de « façonnage de l’actualité ». De même, on n’utilisera plus le terme de « punchline ». Préférez-lui « phrase-choc ».

L'acteur britanno-américain de 2,21 m était principalement connu pour son rôle auprès d'Han Solo dans la trilogie originale de Star Wars.

Il a ensuite de nouveau enfilé le costume du célèbre wookie pour les autres épisodes de la saga, avant d'être progressivement remplacé par Joonas Suotamo (2,09 m) pour des raisons de santé.

C'est sur Twitter que sa famille a annoncé son décès à l'âge de 74 ans. Plusieurs personnalités lui ont rendu hommage, notamment Harrison Ford qui lâche qu'il l'aimait, Mark Hamil, George Lucas, etc.

Peter Mayhew, aka Chewbacca, est décédé

Le fabricant présente son application comme un « support automatisé proactif et prédictif » pour le matériel et le logiciel. Elle est « préinstallée sur la plupart des nouveaux appareils Dell qui exécutent un système d’exploitation Windows », une faille de sécurité touche donc potentiellement de très nombreux utilisateurs.

Et c'est justement le cas des moutures antérieures à la 3.2.0.90 qui « contiennent une vulnérabilité de validation d’origine incorrecte ». Ainsi, « un pirate non authentifié, qui partage la couche d’accès réseau avec le système vulnérable, peut compromettre le système vulnérable en incitant un utilisateur de la victime à télécharger et lancer des exécutables arbitraires via le client SupportAssist à partir de sites hébergés par les pirates ».

Une mise à jour de SupportAssist est disponible par ici.

Dell : des failles dans l'application SupportAssist permettaient d'exécuter du code à distance
DGCCRF : l'intersyndicale « CCRF et SCL » lance une pétition pour obtenir plus de moyens

Comme son nom l'indique, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes a trois missions : la régulation concurrentielle des marchés, la protection économique et la sécurité des consommateurs.

« Mais la DGCCRF est-elle en capacité d’assurer toutes ses missions avec seulement 1.800 enquêteurs sur l’ensemble du territoire national ? L’État est-il en mesure de jouer son rôle de prévention des crises ? », se demande l'intersyndicale qui vient de lancer une pétition.

« Depuis 2010, la DGCCRF a été démantelée en subissant de plus d’importantes suppressions d’emplois (90 sur les 2 dernières années) », affirme l'organisation syndicale : « Consommateurs, nous vous alertons : le désengagement de l’État ne permet plus aux agents de la DGCCRF d’assurer leurs missions ».

Et la situation pourrait s'aggraver : « le programme de réforme de l’État "Action Publique 2022", et la "Loi Fonction Publique" s’orientent tout droit vers des abandons et privatisations de missions et vers le "tout numérique" éloignant une grande partie des citoyens de notre administration ».

Lancée il y a trois jours, la pétition a pour le moment réuni un peu plus de 200 signatures. Elle est accompagnée d'une journée de grève et de manifestations dans toute la fonction publique le 9 mai.

Actuellement en version 3.6.6, la v4 de l'application arrive selon l'équipe. L'occasion d'un nouveau changement de look et d'une ergonomie renouvelée, avec une navigation sur le bas de l'écran.

La lecture en direct se veut plus claire dans la gestion des favoris, alors que des correctifs sont arrivés pour le téléchargement, le multi-live et les tablettes. D'autres améliorations sont prévues dans les « prochaines semaines et prochains mois ».

L'application pour iOS n'a pour le moment pas fait l'objet d'une annonce similaire, la version 2.9.0 actuelle ayant été mise en ligne fin avril.

myCanal va passer la quatrième sous Android, avec une nouvelle interface

La société de Jeff Bezos continue de multiplier les essais de son lanceur réutilisable. Le dixième vol s'était déroulé en janvier, tandis que la mission NS-11 date d'hier.

Différentes fusées se sont par contre succédé et c'est le cinquième vol d'affilé pour la dernière version de New Shepard. La capsule est montée jusqu'à 106 km d'altitude avec une vitesse maximale de 3 567 km/h.

38 charges utiles provenant d'écoles, d'universités, d'agences gouvernementales et d'entreprises privées se trouvaient à bord. En plus du matériel scientifique, le but de la société est pour rappel d'envoyer de riches touristes pour un vol dans l'espace durant quelques minutes.

Onzième aller/retour dans l'espace pour la fusée New Shepard de Blue Origin

Le dernier bilan financier du fabricant n'est pas brillant : 702 millions de dollars de pertes sur trois mois, et 1,5 milliard de dollars de cash en moins en l'espace d'un an. Il lui reste toujours 2,2 milliards de côté, mais cette trésorerie pourrait rapidement s'envoler surtout avec les plans d'Elon Musk : giga-usine en Chine, taxi autonome, etc.

Tesla a donc décidé de lancer une nouvelle levée de fonds sous la forme d'actions pour 650 millions de dollars et d'émission de dette pour 1,35 milliard. Elon Musk sera de la partie avec des actions pour 10 millions de dollars. Une fenêtre de 30 jours permettra d'acheter 15 % supplémentaire, soit un total de 2,3 milliards de dollars.

Le constructeur utilisera cette manne financière pour « renforcer encore son bilan, ainsi que pour les besoins généraux de l'entreprise ». Avant l'ouverture de la bourse, l'action est en hausse de 5 %.

Tesla veut lever jusqu'à 2,3 milliards de dollars
RGPD : Quantcast visé par une enquête de la CNIL irlandaise

Suite à une plainte de Privacy International, l’autorité irlandaise de protection des données personnelles a lancé une enquête à l’encontre de Quantcast International Limited : 

« Son objectif est de vérifier si le traitement et l’agréation des données personnelles aux fins de profilage et leur utilisation sont conformes aux dispositions pertinentes du règlement général pour la protection des données personnelles. Les principes de transparence et de conservation des données seront également examinés ».

En novembre 2018, Privacy International avait déposé de multiples plaintes visant deux datas brokers (Acxiom et Oracle), deux sociétés spécialisées dans la gestion du risque et d'évaluation de la cote de crédit (Experian, Equifax) et trois sociétés spécialisées dans la publicité (AdTech Criteo, Tapad et Quantcast).

Au fil des 74 pages visant ces trois dernières, l’organisation estime que les traitements consécutifs manquent de base légale, ne respectent pas les principes de transparence, de minimisation des données ou encore le droit à l’information. Autant de piliers du texte en application depuis le 25 mai 2018.

Quantcast, entreprise américaine, a établi son établissement principal en Europe à Dublin en 2013, impliquant la compétence de l’autorité de contrôle irlandaise.

Cette semaine, Helen Dixon, la commissaire irlandaise à la tête de la Data Protection Commission Ireland a annoncé que 51 enquêtes à grande échelle était menées actuellement. 17 concernent des géants du numérique tels Facebook, Linkedin, Twitter, WhatsApp ou Instagram.

Chrome 74 étant désormais déployé, la prochaine mouture passe dans le canal bêta et livre sa première liste de nouveautés pour les développeurs.

On apprend ainsi que l'API Web Share permettra désormais le partage de fichiers (voir cette démonstration), un mode désynchronisé pour les canvas afin d'obtenir une latence plus faible et les séparateurs numériques.

D'autres améliorations sont au programme, la liste complète est par ici.

Chrome 75 arrive : fichiers pour l'API Web Share et autres améliorations

En mars, la capsule habitable s'arrimait pour la première fois à la Station spatiale internationale. Après quelques jours, elle s'en détachait pour revenir sur Terre. Un sans-faute pour SpaceX, ouvrant la route à des voyages habités qui sont pour le moment possible uniquement sur Soyouz.

Mais le 20 avril, lors d'un essai de mise à feu statique des moteurs de la capsule, une explosion s'est produite. Durant une conférence de presse, la société confirme désormais officiellement la destruction de sa capsule. Le test s'est correctement déroulé lors de la mise à feu des moteurs Draco, mais une demi-seconde avant l'allumage des SuperDraco une « anomalie » s'est produite. 

Pour Hans Koenigsmann, vice-président de SpaceX, il n'y a « aucune raison de penser qu'il y a un problème avec les SuperDracos eux-mêmes », mais plutôt lors de leur mise en route. L'enquête est encore en cours pour déterminer les causes.

Alors que le premier vol habité était prévu pour juillet, cet incident de parcours pourrait bien provoquer un nouveau retard.

SpaceX ne sait toujours pas pourquoi sa capsule Crew Dragon a explosé durant un test

VLC vient d'annoncer la publication d'une nouvelle mouture pour son moteur de décompression AV1 open source, plus efficace sur différentes architectures.

Les processeurs équipés du jeu d'instructions AVX-2 doivent se contenter d'un gain de 5%, mais cela grimpe à 12 % pour les puces ARM64 et 15-25 % pour SSE3.

Tous les détails sont disponibles sur le blog de Jean-Baptiste Kempf.

Dav1d 0.3 améliore ses performances
Apple : baisse des revenus, bénéfices et ventes d'iPhone... mais les iPad sont en hausse

Sur son second trimestre fiscal 2019 (qui s'est terminé le 30 mars), le fabricant revendique 58,02 milliards de dollars de revenus et 11,56 milliards de bénéfice net, deux chiffres en baisse par rapport à 2018 (61,14 milliards et 13,82 milliards respectivement).

Le chiffre d'affaires chute donc de près de 3 milliards de dollars, soit à peu de chose près la baisse des revenus en Chine. Le continent américain progresse légèrement, tandis que l'Europe et le Japon sont quasiment stables.

Du côté des terminaux, les iPhone représentent toujours le gros des volumes avec 31,05 milliards de dollars, mais c'est une baisse importante par rapport à 2018 où il était question de 37,56 milliards de dollars. Les Mac sont stables, les iPad progressent de 800 millions de dollars, tandis que les objets connectés et les services grimpent de respectivement 1,2 milliard et 1,6 milliard de dollars.

La conférence suivant la présentation des résultats était l'occasion pour Tim Cook de revenir sur l'accord signé avec Qualcomm : « Nous sommes heureux de laisser le litige derrière nous [...] Nous sommes également heureux d'avoir signé un contrat d'approvisionnement pluriannuel et de licence avec Qualcomm ».

Le directeur financier d'Apple, Luca Maestri, s'est par contre refusé à donner le moindre détail sur le volet financier de cet accord. Mais Qualcomm avait vendu la mèche dans son bilan en se préparant à recevoir 4,5 milliards de dollars d'Apple.

Quant à la question de la 5G, Tim Cook botte en touche : « Nous examinons plusieurs technologies différentes et nous essayons de choisir le moment elles s'accordent pour les intégrer dès que possible dans les produits » .

Cette annonce de Robert Kyncl (directeur commercial) à Adweek n'est pas franchement une surprise puisqu'on prêtait à la plateforme de streaming cette intention depuis plusieurs mois.

Désormais, YouTube veut donc proposer ses contenus Originals à ses membres payants, mais aussi aux autres utilisateurs gratuitement contre l'affichage de publicités. Les détails de mise en place manquent par contre cruellement.

La série Cobra Kai (qui se déroule après les films Karaté Kids) sera proposée de cette manière, y compris la troisième saison qui doit encore arriver. Mais attention, cette libération se fera progressivement, comme l'explique TechCrunch.

Du 29 août au 11 septembre, la première saison sera accessible contre de la publicité, tandis que la seconde arrivera dans un second temps, épisode par épisode.

Pour autant, le paywall ne semble pas totalement abandonné chez YouTube. Bref, la plateforme semble encore se chercher un peu sur le modèle économique. Bien évidemment, de nouvelles séries Originals sont en préparation.

YouTube : des séries Originals seront disponibles gratuitement, en échange de publicité

Le groupe annonce avoir dépassé son objectif au premier trimestre 2019 avec 1,825 milliards de dollars de chiffre d'affaires, une manière comme une autre d'essayer de cacher que c'est une baisse sensible par rapport à 2018 (1,965 milliards de dollars).

Les deux pôles de revenus chutent : 656 millions de dollars pour la vente de produits et 1,169 milliards pour le reste (abonnements, licences, etc.), soit respectivement 64 millions et 76 millions de moins.

Les revenus d'Activision sont de 317 millions de dollars, contre 344 millions pour Blizzard et 529 millions pour King. Le bénéfice net est aussi en baisse de près de 10 % pour arriver à 447 millions de dollars.

Le groupe revendique un total 345 millions d'utilisateurs actifs, contre 374 millions un an auparavant. Dans le détail, ils sont 41 millions pour Activision, 32 millions pour Blizzard et 272 millions pour King. Pour rappel, Activision et Bungie (Destiny) ont divorcé au début de l'année.

Après un résultat record sur l'année 2018, 2019 s'annonce plus difficile et comme une « année de transition », qui passe notamment par le licenciement de 800 personnes. En séance d'après clôture, l'action perd 5 %.

Résultats en demi-teinte pour Activision Blizzard, avec des revenus en baisse
 Une députée LR veut protéger les recettes de cuisine avec la propriété intellectuelle

Marine Brenier, députée LR, a déposé une proposition de loi pour protéger juridiquement les « créations culinaires ». Elle entend ainsi combler un « vide législatif ».

Cette situation pose d’après elle « un réel problème pour l’ensemble des professionnels, à la fois pour les cuisiniers qui ne peuvent faire protéger leurs créations culinaires, pour les restaurateurs qui peuvent faire face à une concurrence déloyale, mais aussi pour les clients qui n’ont pas de garantie sur la nature et la qualité du plat ».

Dans son texte, elle veut introduire en France un institut délivrant « un certificat de création culinaire », qui pourra faire l’objet d’un titre de propriété intellectuelle. Un droit protégé sur 20 ans ciblant « les créations culinaires nouvelles impliquant une activité créatrice et démontrant un caractère gustatif propre ».

Une création culinaire serait « considérée comme démontrant un caractère gustatif propre si ses qualités gustatives donnent une impression d’ensemble de non déjà gouté ». Son texte prévient que certaines créations ne seront jamais certifiables, comme celles contenant des espèces protégées, des aliments toxiques ou non comestibles pour l’homme, des stupéfiants ou (!) « un ou des éléments du corps humain ».

En novembre 2018, la justice européenne a refusé qu’une saveur puisse fait l’objet d’une appropriation par le droit d’auteur. « La possibilité d’une identification précise et objective fait défaut en ce qui concerne la saveur d’un produit alimentaire », contrairement à une œuvre littéraire, picturale, cinématographique ou musicale

En effet, cette identification repose essentiellement « sur des sensations et des expériences gustatives qui sont subjectives et variables » dépendant de facteurs liés à la personne qui goûte le produit (âge, préférences alimentaires et habitudes de consommation) mais aussi à l’environnement, au contexte.

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.