du 09 avril 2019
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

La May 2019 Update de Windows 10 est dans le canal Release Preview

La build 18362.30 est bien la RTM (Release To Manufacture) de la May 2019 Update de Windows 10. Elle est donc considérée actuellement comme la version finale et est, à ce titre, diffusée désormais dans le canal Release Preview.

Ce dernier est pour rappel dévolu aux tests sur les mises à jour finalisées, pour un dernier tour de piste auprès des testeurs. À moins d’un bug bloquant découvert, la 18362.30 sera donc la mouture diffusée dans Windows Update le mois prochain.

Contrairement en effet aux évolutions semestrielles précédentes, Microsoft a en effet décidé de laisser la build en test pendant un mois entier dans le canal. Un changement radical puisque la version précédente – October 2018 Update – l’avait complètement délaissé. Une décision que Microsoft n’avait pu que regretter par la suite.

Rappelons que la May 2019 Update ne sera pas obligatoire, contrairement aux correctifs mensuels de sécurité. Microsoft a changé son fusil d’épaule : Windows Update affichera la disponibilité, mais séparée des autres, avec un bouton spécifique pour déclencher l’installation.

Il ne manquait qu'Orange à la filiale de Bouygues Energies & Services et de Mirova pour boucler le tour des FAI grand public. Or, l'agrume a récemment annoncé son arrivée sur l'ensemble des RIP (réseaux d’initiative publique).

Axione se félicite désormais d'être le « premier acteur en France à accueillir l’ensemble des opérateurs fibre optique grand public : Bouygues Telecom, Coriolis, Free, KNet, Nordnet, Orange, Ozone, SFR et Vidéofutur ».

« Ces partenariats s’appliquent à tous les réseaux d’initiative publique exploités par Axione dans le cadre de délégations de service public », explique enfin la société.

Fibre et RIP : Axione « accueille l’ensemble des fournisseurs d’accès internet grand public »

Cédric O, le secrétaire d’État au Numérique, a promis hier que « l’ensemble des données et des méthodologies utilisées » dans le cadre du « grand débat national » seraient « rendues publiques ».

« Certains logiciels ne sont pas en open source mais il importe d’être le plus précis possible sur le paramétrage choisi afin que les chercheurs puissent faire leur travail de vérification », a-t-il lancé, sur Twitter, en réaction à une tribune invitant les pouvoirs publics à plus de transparence.

« Pour que le processus soit acceptable pour la population, il faut que l’analyse soit la plus transparente possible, basée sur des algorithmes open source, en accès ouvert, et clairement décrits » faisait notamment valoir le conseil scientifique de la Société informatique de France (SIF), aux côtés du chercheur à l’INRIA Aurélien Bellet. Avant eux, le député Stéphane Peu était notamment monté au créneau sur ce dossier, en vain (voir notre article).

Grand débat : la « méthodologie » utilisée pour le traitement des données sera rendue publique
Intelligence artificielle : l'Europe veut des « lignes directrices en matière d'éthique »

La Commission lance une « phase pilote » pour des « lignes directrices en matière éthique pour le développement de l'intelligence artificielle ».

Cette démarche s'inscrit dans la stratégie européenne sur l'intelligence artificielle lancée en 2018. Pour la Commission, sept éléments sont essentiels pour parvenir à une IA « digne de confiance » :

  • Facteur humain et contrôle humain
  • Robustesse et sécurité
  • Respect de la vie privée et gouvernance des données
  • Transparence
  • Diversité, non-discrimination et équité
  • Bien-être sociétal et environnemental
  • Responsabilisation

À partir de cet été, la Commission va recueillir les réactions des parties prenantes puis « élaborer un consensus international pour une IA centrée sur l'humain ». Elle souhaite également « porter son approche en matière d'IA sur la scène internationale ».

Pour y arriver, elle « renforcera sa coopération avec les partenaires partageant les mêmes idées, comme le Japon, le Canada ou Singapour, et continuera à jouer un rôle actif dans les discussions et initiatives internationales, y compris au sein du G7 et du G20 ».

Depuis des mois, les deux partenaires distillent au compte-goutte des informations sur cette nouvelle gamme de produits. Dernier exemple en date, la photo de l'enceinte étagère fin mars.

Un second vient d'être présenté : une lampe avec un haut-parleur Wi-Fi intégré. Là encore, Ikea apporte son expertise dans le monde de l'ameublement et Sonos s'occupe de la partie audio, notamment logicielle.

Les deux produits SYMFONISK peuvent ainsi être gérés depuis l'application Sonos et sont compatibles avec les autres produits du fabricant. Une vidéo de présentation est disponible par ici.

Le tarif est de 179 euros pour la lampe et de 100 euros pour l'étagère. Nous n'avons pas plus de détail sur les caractéristiques techniques pour l'instant.

SYMFONISK : Ikea et Sonos présentent une lampe et une enceinte étagère, dès 100 euros

Dans le Journal du CNRS, l’équipe Cognition spatiale dirigée par Francesca Sargolini au Laboratoire de Neurosciences Cognitives (LNC) de Marseille, explique comment « s’y prend notre cerveau pour nous permettre de nous déplacer en sachant toujours où nous sommes et vers où nous allons ».

Deux types de neurones agissent comme un GPS cérébral : « les cellules de lieu (ou place cells), localisées dans l’hippocampe, et les cellules de grille (ou grid cells) situées dans une autre région du cerveau appelée cortex entorhinal ». Une découverte récompensée par un prix Nobel de physiologie et médecine en 2014.

Ces découvertes ont déjà des débouchés en robotique : « Elles leur permettent en effet de modéliser les mécanismes neuronaux, de reproduire des réseaux artificiels inspirés du vivant et de les implémenter chez les robots afin de les doter de capacités de plus en plus fines pour percevoir leur environnement, interagir avec lui et s’y déplacer de manière autonome », explique Francesca Sargolini.

Le fonctionnement du GPS cérébral et ses applications en robotique

La boutique en ligne phare du groupe est donc la dernière à opter pour le nouveau design maison, déjà appliqué dans certains pays, sur Hardware.fr depuis son lancement et Materiel.net depuis quelques mois. Un déploiement en cours depuis 2 à 3 semaines, nous confirme la société.

Comme précédemment, ce sont surtout les choix faits en page d'accueil qui diffèrent (légèrement). On s'étonne d'ailleurs de ne pas voir LDLC Pro davantage mis en avant, simplement relégué à un lien en bas de page.

Pour rappel, les tarifs ont déjà été unifiés entre LDLC et Materiel.net, Hardware.fr étant le plus souvent moins cher.

LDLC change de look et unifie son interface
Mozilla promouvra dès juin des extensions recommandées pour Firefox

Mozilla lancera cet été un nouveau programme de mise en avant des extensions qui auront passé avec succès un processus de vérification et validation.

Y seront rassemblées les « Recommended Extensions », dont Mozilla s’assurera personnellement de la qualité et surtout de la sécurité. Fonctions promises, fiabilité, qualité de l’interface, respect de la vie privée éventuellement chiffrement : tout sera examiné.

Dans la liste toujours plus grande des extensions disponibles, l’éditeur veut ainsi promouvoir les « meilleures ». Il a tout intérêt à s’assurer que son processus qualité est suffisamment strict pour ne pas se retrouver à pousser un code malveillant.

L’arrivée se fera par phase, les extensions recommandées étant accompagnées d’un badge spécifique. Ils seront affichés sur les différents sites de Mozilla, dans les produits et bien entendu sur addons.mozilla.org.

Le premier lot est attendu pour fin juin avec plusieurs centaines d’extensions vérifiées. La page « Découvrez davantage de modules » dans Firefox sera mise à jour pour proposer des extensions recommandées.

La série comprend sept épisodes de 15 minutes. Elle est réalisée par Rightor Doyle et coproduite avec Anonymous Content.

Pour Patrick Holzman, directeur général de blackpills, cet accord « démontre que ce nouveau format "mobile first" est en train de trouver progressivement sa place et que blackpills est aujourd’hui mondialement reconnu pour la qualité de ses programmes auprès de jeunes adultes ».

La jeune société annoncer au passage la création de son propre studio pour réaliser des séries pour son compte ou des partenaires. Dans le même temps, elle poursuit son développement à l'international.

Netflix achète la série Bonding à blackpills, qui lance son propre studio

Les utilisateurs d'Android se plaignaient régulièrement d'une application lente et pas au niveau de celle sur iOS. Depuis plusieurs mois, une nouvelle mouture est en préparation.

Snapchat annonce qu'elle est désormais disponible, ou du moins en cours de déploiement. Elle est entièrement « reconstruite » pour Android et devrait être plus rapide, c'est en tout cas la promesse de l'éditeur, qui en profite pour faire du pied au système d'exploitation.

À voir maintenant ce qu'en pensent les utilisateurs.

La nouvelle application Snapchat « reconstruite » pour Android est disponible

Le 24 avril, le dernier épisode des aventures des superhéros Marvel sortira au cinéma. En attendant, le studio multiplie les vidéos qui dévoilent de nouveaux éléments de l'intrigue, à vous de voir si vous avez envie de les regarder.

Dans cette bande-annonce, Captain Marvel est de nouveau présente et donne quelques explications sur son absence durant l'attaque de Thanos. Pendant ce temps, ce qui reste des Avengers se prépare à la contre-attaque.

Encore une bande-annonce pour Avengers: Endgame
La Chine envisage d'interdire 450 activités industrielles, dont le minage de cryptomonnaie

La Commission nationale du développement et de la réforme (CNDR) a lancé en début de semaine une consultation publique sur l'avenir de certaines activités industrielles.

Comme l'explique Reuters, elle comprend 450 activités qu'elle « juge soit incompatibles avec les lois ou réglementations en vigueur, soit insuffisamment sûres ou auxquelles elle reproche de gaspiller des ressources ou de polluer l’environnement ». Dans le lot, le minage de cryptomonnaie.

Aucune date n'est précisée et la consultation est ouverte jusqu'au 7 mai. Nos confrères rappellent que Pékin a déjà interdit les ICO (initial coin offerings) et fermé des plateformes d'échanges de cryptomonnaies.

Ce n'est pas tout : « Pékin a en outre déjà commencé à limiter le minage de cryptomonnaies, obligeant de nombreuses sociétés spécialisées, parmi lesquelles certaines des plus importantes du monde, à délocaliser des activités ».

Microsoft a profité de la publication des premières préversions du nouvel Edge pour apporter quelques informations, sur lesquelles nous reviendrons dans la journée.

On trouve cependant pour la première fois une mention explicite de la plateforme ARM64. L’éditeur y confirme que le travail est bien en cours avec Google, ce qui permettra à Chrome de fonctionner nativement sur les PC Windows basés sur ARM dès sa prochaine mouture (73).

Conséquence, des performances largement supérieures à l’actuelle émulation (l’inverse aurait été étonnant), une batterie préservée et une arrivée prochaine de ces bénéfices pour l’ensemble des navigateurs basés sur Chromium… dont le nouvel Edge bien sûr.

Chromium 73 fonctionnera nativement sur Windows 10 ARM64

Nouveau changement introduit par Twitter pour lutter contre les spammeurs sur son service de micro-blogging : le nombre de comptes que l’on peut suivre par jour passe de 1 000 à 400.

Une chute brutale qui ne devrait pas affecter les utilisateurs classiques, 400 comptes dans une même période de 24 heures étant déjà un chiffre très élevé.

Les spammeurs auront cependant plus de mal. Ils ont pour habitude de déclencher des abonnements/désabonnements jusqu’à ce que l’utilisateur visé finisse par s’abonner en retour.

Notez que le changement n’a aucun impact sur la capacité totale des abonnements.

Twitter limite le nombre d'abonnements à 400 par jour
PowerShell Core 6.3 devient 7.0, première préversion en mai

Le 28 mars, Microsoft lançait la mouture 6.2 de PowerShell Core, pour rappel la version open source et multiplateforme (Linux, macOS et Windows) du PowerShell classique intégré à Windows.

Contrairement à ce qui était prévu, la future 6.3 sera en fait une 7.0. Microsoft s’est rendu compte que de nombreux utilisateurs de Windows restaient avec le PowerShell classique, à cause de modules et d’automatisations que la version Core ne prend pas en charge.

La future version 7.0 ambitionne donc de faire grimper la compatibilité des modules existants à plus de 90 %, grâce aux changements introduits par .NET Core 3.0, qui ramenait justement de nombreuses API nécessaires.

PowerShell Core 7.0 doit donc convenir à une grande majorité des utilisateurs. Microsoft souhaite d’ailleurs l’intégrer à terme directement dans Windows, côte à côte avec l’actuelle version 5.1. Il reste cependant du travail, notamment sur la manière dont ces deux moutures cohabiteront.

La première préversion de PowerShell 7.0 est attendue pour mai.

Plusieurs personnes concernées ont reçu un email (voir ici ou ) les avertissant de la fin du service le 5 juin prochain. Le contenu sera supprimé.

Le site laisse deux mois à ses abonnés pour récupérer une sauvegarde, la procédure devant être détaillée dans les jours à venir.

Le Monde ferme ses blogs abonné

Le lancement du satellite devait normalement avoir lieu en fin d'après midi aux États-Unis, soit cette nuit en France.

Il est finalement repoussé de 24h et devrait donc avoir lieu dans la nuit de mercredi à jeudi à 00h36. La météo est favorable à 80 % selon SpaceX.

Il y a quelques jours, la société a publié une vidéo en accéléré de l'assemblage des deux boosters sur le premier étage.

Arabsat-6A : le décollage de Falcon Heavy repoussé d'une journée
Windows 10 a changé de stratégie sur le retrait des périphériques de stockage USB

Depuis de nombreuses années, la stratégie appliquée par défaut est celle des meilleures performances. Dans les grandes lignes, le cache d’écriture des fichiers est placé sur le périphérique pour améliorer les performances.

Ce mode est assorti malheureusement d’une contrainte. Pour s’assurer qu’aucune corruption de données n’a lieu, il faut aller chercher la petite icône de clé USB à droite de la barre de tâches pour « retirer le périphérique en toute sécurité ».

Un fonctionnement jugé sans doute archaïque par Microsoft. Le comportement a donc changé dans la version 1809 de Windows 10, sans qu’il soit repéré par grand monde jusqu’à récemment. La documentation a d’ailleurs été mise à jour le 4 avril.

Si vous avez la dernière évolution majeure de Windows 10, la stratégie par défaut est désormais « Suppression rapide ». Microsoft avertit qu’une petite baisse de performances peut être constatée, mais le changement est en fait invisible avec des périphériques récents en USB 3.0, la hausse des performances matérielles compensant depuis longtemps l’absence d’optimisation logicielle.

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.