du 08 avril 2019
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Le G7 veut faire du cyberespace un endroit « ouvert, libre, stable et sécurisé »

Les représentants des États-Unis, de la France, de l'Allemagne, du Royaume-Uni, de l'Italie, du Japon et du Canada étaient à Dinard (Ille-et-Vilaine) pour signer un ensemble de bonnes pratiques sur le cyberespace, comme l'explique Reuters.

« Nous avons adopté une déclaration visant à favoriser le comportement des États dans le cyberespace, qui ne peut être une zone de non-droit [...] Elle crée un mécanisme d’autorégulation et de partage de bonnes pratiques pour que le cyberespace soit un environnement ouvert, libre, stable et sécurisé », affirme Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères et actuel président du groupe des sept.

Cette initiative comprend quatre objectifs et ne se limite pas aux sept pays membres :

  1. Encourager les échanges d’informations volontaires au niveau mondial
  2. Partager ces bonnes pratiques avec de nombreux États
  3. Nouer le dialogue au niveau international
  4. Coopérer pour mettre en place ces dispositions

Sans les mentionner explicitement, cette déclaration vise pour certains les menaces russes et chinoises. Jeremy Hunt, ministre britannique des Affaires étrangères, a par exemple vivement critiqué la « stratégie active, planifiée, pensée, pour interférer dans les processus démocratiques » mis en place par des acteurs, là encore sans les citer précisément.

« Après l’intelligence artificielle, les technologies quantiques. La France et l’Europe se doivent d’être à la pointe des nouvelles frontières technologiques » explique Cédric O, le nouveau secrétaire d’État au Numérique.

Au travers d’un décret paru samedi 6 avril au Journal officiel, le gouvernement a ainsi confié à la députée Paula Forteza (LREM) une « mission temporaire ayant pour objet les technologies quantiques ».

Sur Twitter, celle qui fut rapporteure du projet de loi sur le RGPD détaille : « Pouvons-nous démultiplier nos capacités de calcul ? Nos protocoles de chiffrement seront-ils tous rendus obsolètes du jour au lendemain ? Les technos quantiques sont-elles le futur de l’informatique ? Me voilà en mission pour projeter la France dans cette nouvelle révolution ! »

Aucune précision quant au calendrier de cette mission n’a pour l’instant été présentée.

Une mission sur les « technologies quantiques » pour la députée Forteza

C'est en tout cas la déclaration faite par Houlin Zhao, secrétaire général de l'Union internationale des télécommunications (UIT), qui dépend de l'Organisation des Nations unies (ONU).

« Il n'y a aucune preuve jusqu'à présent », affirme-t-il, rejoignant ainsi la position de plusieurs pays, dont celle de l'Union européenne. « J'encourage Huawei à se voir accorder les mêmes chances » que les autres équipementiers, ajoute-t-il.

Bref, pour Houlin Zhao la campagne active que livrent les États-Unis contre les équipementiers chinois serait en fait liées à des questions politiques et commerciales.

5G et Huawei : les accusations des États-Unis seraient politiques selon le patron de l'UIT
Netflix ne prend désormais plus en charge l'AirPlay d'Apple

L’application Netflix pour iOS ne supporte plus la diffusion via AirPlay. Un iPhone ou un iPad ne peut donc plus « streamer » ce contenu vers une Apple TV ou tout équipement compatible.

Pourquoi ? Officiellement, à cause de la future vague de mise à jour d’écrans connectés, bientôt compatibles AirPlay 2 (LG, Samsung, Sony et Vizio pour l’instant).

Selon un porte-parole de Netflix, AirPlay 2 renvoie trop peu d’informations sur les équipements compatibles. Netflix ne pourrait alors garantir la qualité du flux envoyé et préfère tout couper que proposer une expérience dégradée.

Voilà du moins pour la raison officielle, la société n’hésitant pas à jeter le bébé avec l’eau du bain. Pourquoi en effet une décision si radicale ?

Plusieurs, dont The Verge, évoquent la piste classique d’une « guerre froide » concurrentielle. Il pourrait donc s’agir d’une réplique à l’annonce récente de TV+, auquel Netflix ne participera pas. On a déjà pu voir que la nouvelle application TV ne concentrerait pas les contenus de Netflix, qui préfère garder sa propre interface.

Dans l’absolu, l’impact de la décision sera limité par la disponibilité de l’application Netflix dans la plupart des téléviseurs connectés.

Pour les possesseurs d’iPhone, cela signifiera par contre la fin d’un moyen pratique d’envoyer un flux vers sa télé. Si cette dernière est sous Android TV, la diffusion par Chromecast reste disponible.

En outre, il est probable qu'Apple soit sur la brèche suite à cette annonce. Il est donc possible que les concurrents trouvent un terrain d'entente. À moins que le véritable problème vienne d'ailleurs, par exemple des constructeurs.

Dans un mois, ce sera la grande messe annuelle I/O, mais le géant du Net a déjà les yeux tournés vers la suite.

Dans un tweet, il a caché des informations sur le prochain Andoid Dev Summit : les 23/24 octobre prochain. Le détail des annonces n'est évidemment pas connu, mais Android Q devrait être à l'honneur, d'autant que la version finale devrait avoir été mise en ligne quelques semaines auparavant.

Google donne rendez-vous les 23 et 24 octobre pour l'Android Dev Summit 2019

La branche cinéma du revendeur s'est rapprochée de la société Kilter Films de Jonathan Nolan et Lisa Joy pour commander des séries, comme l'indique The Verge.

Les détails ne sont pas précisés, mais selon Hollywood Reporter, il s'agirait d'un « accord global à neuf chiffres sur quatre ans ». Nolan et Joy arrêteront leur collaboration avec Warner Bros, mais continueront avec HBO pendant encore plusieurs années pour la série Westworld.

Amazon pourra ainsi récupérer les prochaines créations du duo, à qui nous devons donc Westworld, tandis que Jonathan Nolan est aussi derrière Person of Interest.

Les créateurs de Westworld ont signé avec Amazon Studios
La sonde japonaise Hayabusa2 a largué un explosif sur l'astéroïde Ryugu

Après avoir effectué un « touch and go » en février dernier, les Japonais ont sorti l'artillerie lourde pour récupérer d'autres échantillons, comme l'explique le CNES.

Après s'être approchée à 500 mètres d'altitude, elle a envoyé à la surface un impacteur SCI (Small Carry-On Impactor) afin de créer un cratère à la surface. Une fois la charge explosive en route, la sonde s'est rapidement mise à l'abri de l'autre côté de Ryugu.

Il ne s'agit pas d'un remake version réelle du film Armageddon, mais d'étudier l'astéroïde plus en profondeur, le tout à plus de 300 millions de kilomètres de la Terre.

Pour le CNES, cette opération vise trois objectifs :

  • Créer un cratère pour avoir accès à du matériau primordial, sous la surface de l’astéroïde (donc non dégradé par l’exposition au vide et aux rayonnements) afin de comprendre la composition du système solaire à sa création
  • Observer le mouvement des « éjecta » créés à l’aide d’une caméra  déployable pour en déduire les caractéristiques sub-surfaciques de Ryugu
  • Analyser le cratère formé et en déduire les caractéristiques de Ryugu

Depuis, Hayabusa2 a confirmé être en bonne santé et que les opérations se sont déroulées suivant le plan (largages de la charge et de la caméra de suivi). La sonde est désormais à 20 km d'altitude. La prochaine étape est la récupération d'échantillons au point d'impact, qui devrait se dérouler dans quelques semaines, une fois le cratère repéré et identifié.

Le fabricant explique qu'il souhaite « promouvoir l’usage et la démocratisation des véhicules électrifiés »… en espérant que ses technologies soient utilisées pour devenir un acteur important de cette industrie.

Son plan comprend deux volets :

  • Mise à disposition gratuite de près de 24 000 brevets sur l'électrification, dont certains en instance
  • Soutien technique payant pour d'autres constructeurs s'ils utilisent des éléments d’électrification Toyota.

« Ces brevets concernent des pièces et organes comme les moteurs électriques, les unités de contrôle de puissance et les systèmes de contrôle. Ce sont des technologies centrales pour ce type de véhicules et elles peuvent être utilisées pour développer des véhicules hybrides, hybrides rechargeables ou à pile à combustible (hydrogène) », affirme le constructeur.

23 740 seront progressivement libérés à partir d'aujourd'hui et jusqu'à fin 2030.

Véhicules hybrides : Toyota mettra à disposition près de 24 000 brevets d'ici 2030

Réfugié dans l'ambassade londonienne depuis 2012, la cohabitation est pour rappel compliquée depuis plusieurs mois maintenant.

En octobre dernier, Julian Assange attaquait l'Équateur pour ses conditions de « détention ». De son côté, le président équatorien Lenín Moreno expliquait en décembre que la « voie est libre pour M. Assange de décider de partir », sans pour autant l'y contraindre.

En fin de semaine, WikiLeaks indiquait qu'Assange serait expulsé dans les prochaines heures ou jours, en s'appuyant sur les déclarations d'une source haut placée.

De son côté, l'Équateur « rejette catégoriquement les fausses nouvelles qui ont circulé récemment sur les réseaux sociaux, propagées en grande partie par une organisation liée à M. Assange, évoquant une résiliation imminente de l’asile diplomatique qui lui a été accordé depuis 2012 », comme le rapporte Reuters.

L'Équateur en profite pour remettre une couche sur ses relations avec Julian Assange : « En diffusant des informations qui déforment la vérité, [Assange] et ses associés manifestent une fois encore leur ingratitude et leur manque de respect pour l’Équateur ».

WikiLeaks : l'Équateur nie « catégoriquement » être sur le point d'expulser Julian Assange
GIMP 2.10.10 : colorisation intelligente et sélection simplifiée de calques

Après plusieurs mois de travail, GIMP 2.10.10 est disponible au téléchargement avec bon nombre d’optimisations, de corrections de bugs et, tant qu’à faire, quelques nouvelles fonctions.

Il introduit par exemple la « Smart Colorization », qui peut remplir une zone en tenant compte des traits dessinés à la main. Le dessinateur pourra également choisir les couleurs environnantes avec Ctrl plutôt qu’en passant par l’outil dédié.

Les outils de transformation évoluent de leur côté. Scale s’effectue par exemple depuis le centre de l’écran, Unified Transform préserve par défaut le ratio, et on note un bouton permettant de réajuster les poignées des outils en se basant sur le niveau de zoom.

Parmi les autres nouveautés, signalons le passage des pinceaux paramétriques en 32 bits (les raster restent pour l’instant en 8 bits), une sauvegarde plus fiable des données, un rendu accéléré des groupes de calques ou encore un meilleur support des écrans Retina sur les Mac.

Enfin, un gros bonus pour les utilisateurs manipulant souvent de nombreux calques : on peut enfin en sélectionner un particulier en faisant Alt + clic molette sur un pixel, évitant d’avoir à le chercher dans la liste.

Jeudi 4 avril à 13h01 décollait une fusée Soyouz avec une capsule de fret Progress à son bord. Elle s'est arrimée à la Station spatiale internationale à 16h22, soit 3h21 de voyage seulement, presque 20 minutes de moins que le précédent record de juillet 2018 (3h40).

Ce progrès « ouvre de nouvelles possibilités pour des vols orbitaux habités » affirme l'agence spatiale russe Roscosmos, reprise par l'AFP.

Pour rappel, il y a deux « routes » pour rejoindre l'ISS : la courte en quelques heures et la longue en deux jours. L'une ou l'autre se choisit selon l'encombrement dans l'espace et la position de la Station au lancement.

Ce record permet à Roscosmos de montrer ses muscles alors que la concurrence américaine pour les vols habités se fait de plus en plus pressante. La capsule Crew Dragon SpaceX a pour rappel déjà fait un aller-retour jusqu'à l'ISS, mais sans équipage pour le moment.

Par contre, Starliner de Boeing est une nouvelle fois retardé, au mois d'août cette fois-ci.

Un vaisseau Cargo Progress rejoint l'ISS en 3h21, un record

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.