du 30 octobre 2017
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Optane 900P Series : des SSD 3D Xpoint pour le grand public

Après avoir annoncé sa série de SSD DC P4800X pour serveurs, Intel avait mis sur le marché ses modules Optane Memory pour le grand public, permettant de faire office de cache pour un disque dur utilisé comme espace de stockage principal.

Comme cela était attendu, il est désormais question de SSD pour le PC de « Mr Tout le monde » exploitant la technologie 3D Xpoint avec les Optane 900P Series. Disponibles en version PCI Express 3.0 x4 (280 et 480 Go) ou U.2 (280 Go) leurs performances sont relativement proches de celle des SSD DC P4800X.

Il est question d'une latence de 10 µs en lecture et en écriture, débits entre 2 et 2,5 Go/s et 500 à 550 kIOPS. Tous les détails sont disponibles par ici. En revanche, il en est autrement sur l’endurance en écriture : 5,11 Po pour les Optane 900P Series de 280 Go, contre 8,76 Po pour la version de 480 Go. Pour rappel, un DC P4800X de 375 Go est annoncé à 20,5 Po.

La disponibilité est prévue d’ici la fin de l’année, sans détail sur les prix, qui reste en général l'élément qui coince avec Optane. Dévoilés à l’occasion de la CitizenCon (événement autour du jeu Star Citizen), Intel et Roberts Space Industries annoncent que, pour une durée limitée, un vaisseau Sabre Raven est offert pour l’achat d’un SSD 900P Series.

Mozilla semble chercher à tirer parti du travail autour de Tor afin de renforcer la sécurité et le respect de la vie privée dans Firefox.

Une première fonctionnalité serait ainsi en préparation : la détection de l'utilisation du Canvas fingerprinting, une méthode de tracking des utilisateurs en utilisant l'élément <canvas> introduit par HTML5 (voir ce test).

Si un site vient à tenter de créer une image sous cette forme, une alerte sera affichée, vous permettant d'accepter ou de refuser, et d'enregistrer ou non cette décision. Une possibilité déjà proposée par certaines extensions Chrome ou Firefox.

Selon nos confrères de Ghacks, ce support natif serait déjà intégré à Firefox 58, actuellement diffusé dans le canal Nightly. Mais nous n'avons pas pu reproduire ce fonctionnement pour le moment. Une chose est sûre, il reste encore du travail.

Mais il pourrait s'agir d'une bonne nouvelle, Firefox ayant un temps délaissé les questions de vie privée afin de se concentrer sur la mise en place de Firefox 57 Quantum.

Chrome et Safari ayant avancé sur ce terrain, il est temps que Mozilla s'y remette.

Un blocage du Canvas fingerprinting en test dans Firefox 58

L'équipe en charge du service d'email de Microsoft vient de publier un billet dans lequel elle annonce la mise en place d'une nouvelle procédure concernant l'emplacement de vos données dans ses datacenters.

Jusqu'à maintenant, ce choix était opéré en fonction du pays que vous déclariez comme le vôtre au sein de votre profil. Désormais, cela sera en fonction de votre position géographique à la création du compte. Une manière de s'assurer que vous êtes toujours au plus proche du datacenter concerné, ce qui permet d'améliorer les performances du service.

Mais si vous veniez à déménager dans un autre pays, cet emplacement sera mis à jour et vos données automatiquement migrées si nécessaire. Microsoft précise que cela ne prendra effet que dans le cas d'un déplacement durable, pas à chaque fois que vous changez de pays.

Certains regretteront sans doute de ne pas pouvoir figer l'endroit où sont stockées les données ou même d'avoir une indication de l'emplacement choisi par le service. Vous pouvez néanmoins faire vos suggestions par ici.

Outlook.com change sa manière de décider où il stocke vos données

Jusqu'à maintenant, il était possible de naviguer dans les différentes versions de Google uniquement en changeant le nom de domaine via le ccTLD. Google.fr renvoyait vers la version française, Google.de vers la version allemande, etc.

Une manière de contourner les limitations de certains pays, mais aussi de voir des résultats différents. Désormais, ce ne sera plus le cas. Dans un billet de blog, la société précise qu'elle adaptera systématiquement ses résultats à votre position géographique telle qu'elle est détectée par votre appareil.

Cela s'appliquera aussi bien sur ordinateur (Recherches et Maps) que sur mobile ou encore via l'application iOS. Il reste néanmoins une possibilité de changer cela : passer par les paramètres de votre compte. Ainsi, il ne sera tout simplement plus possible d'adapter vos résultats si vous ne disposez pas d'un compte Google ou que vous n'êtes pas connecté.

Google va adapter ses services selon votre position géographique, pas le domaine utilisé
iPhone X : attention aux coûts de réparation facturés par Apple

Après avoir mis sur le marché ses iPhone X, Apple a modifié la liste de ses tarifs de réparation officiels. Et autant dire qu'il faudra être prêt en cas de problème.

Pour une simple réparation d'écran, il vous en coûtera en effet 321,10 euros, contre 181,10 euros pour un iPhone 8. Si le problème est plus grave, cela passera à 611,10 euros, contre 401,10 euros pour le petit frère.

Des montants qui s'adaptent à celui du prix de l'appareil et qui devraient pousser les acheteurs à ajouter une couverture AppleCare lors de leur achat, ou à souscrire à une assurance spécifique qui prendra en charge ces dépenses en cas de pépin.

Ce week-end était chargé en nouveautés du côté des jeux vidéo. Malheureusement pour leurs clients, AMD et NVIDIA ont dû publier de nouveaux pilotes afin de limiter les problèmes.

Le premier a ainsi mis en ligne ses Crimson ReLive 17.10.3 afin d'éviter que Destiny 2 et Wolfenstein II, qui devaient être mieux supportés par les 17.10.2 publiés il y a seulement quelques jours, ne plantent.

Le second a également rencontré des soucis avec Wolfenstein II et prépare des pilotes « Game ready ». Ceux qui disposent d'une carte de la génération Kepler (GTX 600/700) sont invités à télécharger les 388.10 qui contiennent un correctif spécifique.

Des soucis avec Destiny 2 ou Wolfenstein II ? Ces pilotes sont peut-être pour vous

Au CES de Las Vegas, Brian Krzanich, PDG d'Intel, avait (très) rapidement évoqué la question du 10 nm pour ses processeurs, expliquant que tout était dans les temps et que les premières puces verraient le jour cette année.

À l'occasion de la présentation des résultats de la société, il a de nouveau été question du passage à cette nouvelle finesse de gravure, alors que le 14 nm vient d'être utilisé pour Kaby Lake Refresh (PC portables) et Coffee Lake (Desktop), trois ans après les débuts de Broadwell.

Et cette fois, les choses sont un peu plus précises. Si les premières puces devraient bien être produites cette année, la phase de « ramping » débutera début 2018 pour une production de masse et une disponibilité dans la seconde moitié de l'année.

Il faudra donc attendre avant de découvrir Cannon Lake, la première moitié de 2018 se focalisant chez Intel sur l'extension de la gamme de chipsets de la série 300.

Intel : le 10 nm en masse pour la seconde moitié de 2018
Face aux doutes de l'Arcep, SFR répète pouvoir « fibrer la France »

Il y a quelques jours, l'autorité des télécoms rendait son avis au Sénat (voir notre analyse). Elle y propose de rendre les engagements des opérateurs privés contraignants, tout en prévenant des dangers du déploiement de fibre par SFR en parallèle de réseaux publics (déjà bien en peine pour certains).

En clair, la marque au carré rouge doit rentrer dans le rang, alors qu'elle sollicite aujourd'hui des communautés de commune pour chiper des territoires aux réseaux prévus par des départements ou régions… tout en laissant potentiellement de côté les zones peu peuplées, donc peu rentables.

Les Échos ont obtenu « l'exclusivité » d'une lettre de SFR au régulateur, aux airs de communiqué. L'entreprise y réaffirme qu'elle sera bien au rendez-vous du 100 % fibre en 2025 sur fonds propres, sans fournir de détails.

« Comment un régulateur aussi soucieux de l'impartialité peut-il sermonner de la sorte celui qui investit, va encore plus investir ? » se demande donc Michel Combes, directeur général d'Altice. Pour toute réponse, Sébastien Soriano s'est simplement étonné de voir la lettre publiée avant de la recevoir lui-même.

Surprise ! Lors du 6e Sommet olympique à Lausanne ce week-end, les fédérations internationales, les comités olympiques nationaux et les fédérations d’athlètes participantes ont publié un communiqué affirmant que « Les e-sports de compétition pourraient être considérés comme une activité sportive ». Rien que ça.

Il n’est toutefois pas question d’une inscription immédiate de League of Legends ou de Just Dance au calendrier des épreuves olympiques. Il faudra avant ça obtenir le feu vert du Comité international olympique (CIO) conditionné à l’existence d’une « organisation garantissant la conformité aux règles et réglementations du Mouvement olympique (antidopage, paris, manipulation, etc.) ».

Le CIO devra également s’assurer que le contenu des disciplines retenues n'enfreint pas les valeurs olympiques. Il y a donc encore de la marge. 

E-sport et Jeux olympiques, ça se précise

Vous l'avez sans doute remarqué, mais depuis peu, l'icône et le nom du « Store » de Windows 10 sont différents. Il faut désormais l'appeler Microsoft Store et faire avec ses nouvelles couleurs.

Mais un développeur a trouvé une autre modification qui pourrait bientôt être officialisée : la présence de la gamme de produits Surface et autres accessoires au sein de ce Store.

Pour la voir, il suffit de taper Windows + R puis  d'entrer ms-windows-store://navigatetopage/?PageName=ShopSurface.

Dans notre cas, cela a seulement montré la Surface Pro et quelques autres produits, rien de plus. Il faudra donc voir s'il s'agit là d'un simple essai ou des préparatifs pour une réelle mise en place d'une boutique matérielle signée Microsoft au sein de son OS.

Des appareils Microsoft vendus dans son Store sous Windows

Google vient de publier la version 63 de son navigateur Chrome via son canal Beta et détaille ses nouveautés dans un billet de blog.

On note la présence de la Device Memory API qui doit aider les développeurs à adapter leurs applications aux contraintes matérielles de l'appareil, l'import dynamique de modules JavaScript ou les Async Iterators/generators entre autres petites retouches.

Mais il est surtout question d'une modification dans la gestion des demandes de permissions dans Chrome pour Android. Celles-ci seront désormais affichées sous la forme de fenêtres modales, jugées plus efficaces que les bandeaux en bas de page.

Les développeurs sont invités à afficher ces demandes au bon moment et à en préciser le contexte, de manière à informer l'utilisateur sans le gêner, Google précisant qu'elles pourront être temporairement bloquées après trois refus.

Un changement qui pourrait intervenir en préparation de l'arrivée d'ePrivacy en Europe, où les navigateurs pourraient avoir un rôle central dans le recueil du consentement des utilisateurs.

Chrome 63 Beta : Device Memory API, permissions via des modales sur mobile
Trois nouveaux NAS x18 avec 1 ou 2 baies chez Synology, à partir de 174,95 euros

Le fabricant complète sa gamme avec les DS118, DS218j et DS218play. Pour rappel, ce dernier avait déjà été présenté lors de l’événement Synology 2018 (voir notre compte rendu).

Rien de bien surprenant du côté du châssis et des caractéristiques techniques. Il s’agit principalement de proposer un nouveau SoC par rapport aux versions précédentes : Realtek RTD1296 (quad core à 1,4 GHz, 64 bits) pour les DS118 et DS218play, Armada 385 88F6820 (dual core à 1,3 GHz, 32 bits) pour le DS218j.

Les DS118 et DS218play proposent 1 Go de mémoire vive, contre 512 Mo seulement pour le DS218j. Dommage par contre qu’elle ne soit pas extensible pour ces trois nouvelles références.

Le fabricant annonce une disponibilité immédiate, mais sans préciser le prix. LDLC les propose déjà à la vente : 174,95 euros pour le DS118, 184,95 euros pour le DS218j et enfin 238,95 euros pour le DS218play.

Brooke Amelia Peterson a publié une vidéo présentant un iPhone X il y a quelques jours, alors qu'elle était sur le campus d'Apple pour rendre visite à son père, ingénieur RF pour la société. Celle-ci a rapidement fait le tour du web, cumulant des millions de vues.

La marque à la pomme aurait peu apprécié l'initiative, filmer sur le campus sans autorisation étant une violation de ses règles, et licencié l'employé en question.

Dans une seconde vidéo publiée par la jeune fille, elle y explique que cette vidéo a été filmée dans la cafétéria du campus, plusieurs semaines après pléthore d'autres prises en main de l'appareil. Elle l'a retirée après une demande émise par Apple et précise que pour elle, cette vidéo était juste le partage d'un moment passé en famille, et qu'elle n'avait pas conscience de violer une règle.

Elle semble plutôt défendre la position de la société, et évoque le fait que son père a pris ses responsabilités après l'avoir laissé enregistrer et diffuser cette vidéo. Elle précise tout de même qu'elle espère qu'Apple améliorera la diffusion des règles en interne.

Outre-Atlantique, la décision et le silence du groupe dans cette affaire commencent à être contestés. Si Apple est connue pour son culte du secret, il s'agissait ici de la diffusion d'images d'un produit connu de tous, déjà pris en main par de nombreux médias et autres « influenceurs ».

La société aurait-elle voulu faire un exemple en appliquant une lecture stricte de ses règles ? Des informations spécifiques comme des QR Code seraient-elles visibles comme l'évoque The Verge ? Dans tous les cas, il serait bien qu'Apple livre ici sa vision des choses.

Un ingénieur d'Apple licencié après la publication d'une vidéo sur l'iPhone X par sa fille

Une semaine après AT&T, c’est donc au tour de l’opérateur T-Mobile d’exploiter les ballons stratosphériques de Google.

Le but étant toujours de proposer une connexion cellulaire basique à ses clients avec de la data et des SMS. Ce partenariat est dès à présent en place indique l’opérateur.

De son côté, Google affirme que son Project Loon « a fourni une connectivité Internet de base à des dizaines de milliers de personnes à Porto Rico ».

Porto Rico : T-Mobile rejoint le Project Loon de Google

John Krafcik, patron de la filiale de Google, l’annonce dans un billet sur Medium. Il explique qu’en hiver, la neige et le froid peuvent affecter la visibilité et l’adhérence des voitures, que le conducteur soit humain ou une intelligence artificielle.

« Chez Waymo, notre objectif ultime est de permettre à nos voitures entièrement autonomes de fonctionner en toute sécurité et en toute fluidité dans toutes sortes d'environnements » explique John Krafcik. Attendons maintenant les résultats des expérimentations afin de voir comment les véhicules autonomes de Waymo s’en tireront.

Pour rappel, ce n’est pas la première expérimentation du genre puisque, en janvier de l’année dernière, Ford avait déjà fait rouler ses voitures autonomes sur les routes du Michigan.

Waymo (Google) va tester ses voitures autonomes sur les routes enneigées du Michigan
Un réseau de neurones artificiels pour améliorer la qualité des photos des smartphones

C’est l’objectif affiché par WESPE (Weakly Supervised Photo Enhancer for Digital Cameras), comme le rapportent nos confrères d’Engadget. La promesse est de proposer des images proches de la qualité d’un reflex.

Cela n’a rien de nouveau et Google travaille depuis longtemps sur ce genre d’améliorations par exemple, et en propose d’ailleurs sur le Pixel 2 via du « machine learning ».

L’approche du projet WESPE se veut plus large et plus simple à mettre en place via de l’apprentissage « faiblement supervisé ». La seule exigence selon les chercheurs est de disposer de deux jeux de données distincts : « l'un provenant de la caméra source, et l'autre composé d'images arbitraires de haute qualité - le contenu visuel qu'elles présentent peut ne pas être apparenté ». Il ne faudrait ensuite que quelques heures pour entraîner le réseau de neurones.

Vous pouvez tester le résultat avec une de vos photos si elle a été prise par l’un des smartphones suivant : iPhone 3GS (ou plus ancien), iPhone 6/7 et Android. Après un rapide test sur quelques photos, le rendu final est plus ou moins satisfaisant suivant les cas.

Il sera maintenant intéressant de comparer les résultats avec une optimisation logicielle comme le proposent de nombreuses applications pour smartphones.

Alors que tous les services et trains de la SNCF changent de nom, il en sera de même pour l'agence de voyage de VSC Groupe.

Celle-ci deviendra Oui.SCNF à compter du 8 décembre comme cela a été annoncé il y a quelques semaines. La société communique désormais directement sur cette évolution au sein de ses pages.

Ce qui va changer ? « Pour vous, que du positif. Nous gardons ce que vous appréciez chez Voyages-sncf.com et nous enrichissons le reste. Nous vous préparons des nouveautés pour un choix encore plus clair, nous renforçons la personnalisation de notre site et de notre application, nous vous offrons plus d'opportunités de vous inspirer » précise le site. Tout un programme.

La société compte surtout en profiter pour se refaire une image, alors que la concurrence de services comme Trainline se fait de plus en plus forte. Nouveau look, nouveaux services, tentative d'innovation tous azimuts à coup d'assistants vocaux et autres chatbots sont ainsi de la partie. Un service d'alerte « petit prix » sera aussi mis en place pour l'occasion.

La société invite d'ailleurs ceux qui le veulent à découvrir ces nouveautés au sein de son espace Oui Work à Paris.

Voyages-SNCF.com commence à communiquer sur sa mue en Oui.SNCF

L’intelligence artificielle est sans aucun doute le buzzword de ces derniers temps (voir cet édito). C’est désormais au tour de Seagate de sauter le pas avec une nouvelle série de disques durs : les Skyhawk IA de 8 et 10 To.

Comme les Skyhawk classiques, ils sont pensés pour la vidéosurveillance (et donc une utilisation 24/24), mais ils disposent en plus d’un firmware ImagePerfect AI. Qu’apporte-t-il réellement ? Les explications du constructeur restent très vagues : « Une gestion avancée des charges de travail AI dans les systèmes de surveillance compatibles avec l'intelligence artificielle en fonctionnement continu ».

Un rapide comparatif entre les caractéristiques techniques du Skyhawk et de la version AI ne donne pas beaucoup d’informations : les deux prennent en charge jusqu’à 64 caméras, disposent de 256 Mo de mémoire cache et affichent des taux de transferts très proches : 210 et 214 Mo/s respectivement.

Seules différences notables : la prise en charge de « 16 flux AI », la charge de travail maximale passe de 180 To/an à 550 To/an, tandis que la garantie grimpe à 5 ans au lieu de 3 ans… exactement comme la série Exos X12 également dédiée à la vidéosurveillance (550 To/an, avec une garantie de 5 ans). Un comparatif des trois séries est disponible ici sur le site de Sagate.

Les Skyhawk IA sont dès à présent disponibles affirme le fabricant, pour 349,99 dollars en version de 8 To et 449,99 dollars en 10 To. Pour comparaison, un Skyhawk de 10 To est actuellement vendu 333 euros environ.

Seagate Skyhawk IA… le premier HDD « dédié aux solutions de surveillance compatibles avec l’IA »

C’était une fonctionnalité attendue de longue date par certains, elle est désormais en cours de déploiement indiquent nos confrères de TechCrunch.

Dans sa FAQ, la messagerie explique que vous avez sept minutes pour effacer un message envoyé à un groupe à une personne. Vos correspondants verront alors un message précisant « This message was deleted ».

Pour que cela fonctionne, vous et vos correspondants devez obligatoirement utiliser la dernière mouture de l’application pour Android, iOS ou Windows Phone. Dans le cas contraire, l’option pour supprimer un message ne sera pas du tout disponible.

Sur WhatsApp, vous avez sept minutes pour effacer un message
FIFA et EA annoncent l’eWorld Cup

Neuf mois de compétition, dans le monde entier, c’est en substance ce que promettent Electronic Arts et la FIFA avec l’eWorld Cup, un tournoi sur FIFA 18 mimant la véritable coupe du monde de football devant se tenir cet été en Russie.

Les qualifications se dérouleront au travers des ligues FUT Champions du week-end qui permettront à l’éditeur de sélectionner 128 joueurs (moitié sur PS4, moitié sur Xbox One) éligibles à un second tournoi. Celui-ci doit réduire le nombre de qualifiés à 32 joueurs, qui s’affronteront enfin dans une ultime compétition qui sacrera le champion du monde.

EA précise que l’eWorld Cup ne se substitue pas aux compétitions existantes organisées sur FIFA 18 (eClub World Cup, FUT Champions Cup…) et des tournois partenaires offriront des places qualificatives. Les équipes professionnelles, de plus en plus nombreuses (notamment au sein des clubs de Ligue 1), vont donc avoir du pain sur la planche.  

Dans le cadre d'une présentation de son programme de recyclage d'anciens smartphones Upcycling à des développeurs, Samsung a présenté une tour de minage de crypto-monnaies, rapporte Motherboard.

On peut notamment voir que la société explique qu'un Galaxy S5 dispose d'un hashrate de 2600 Khash/s contre 20 000 Khash/s pour un Core i7-2600. Ainsi, seuls huit smartphones seraient nécessaires à dépasser ce processeur haut de gamme (mais d'ancienne génération) d'Intel.

Pire, le coréen met en avant un chiffre d'efficacité énergétique largement supérieur pour sa solution maison. Elle se base pour cela sur une valeur de 95 watts pour un i7-2600 et 4 watts pour un Galaxy S5.

Problème, il s'agit ici de TDP, une valeur permettant de dimensionner le système de refroidissement et non de valeurs de consommation électrique mesurée. De plus, aucun détail n'est donné concernant l'optimisation pour les deux plateformes comparées.  

Bref, des chiffres qui ne veulent pas dire grand-chose, mais sur lesquels la société semble miser pour faire parler d'elle.  On sera donc un peu plus convaincu par le projet de surveillance d'aquarium ou le hibou.

Recyclez vos Galaxy S5 en tour de minage de crypto-monnaies

Durant la première année de Windows 10, les clients disposant d’une licence Windows 7 ou 8 pouvaient demander à passer gratuitement à Windows 10.

L’offre est donc terminée depuis plus d’un an maintenant, mais les personnes utilisant des technologies d'assistance de Windows 7 ou 8 ont droit à un délai supplémentaire et peuvent encore aujourd’hui demander la migration gratuite.

Cette offre prendra par contre fin le 31 décembre 2017, comme le précise Microsoft sur cette page et le rapportent nos confrères de Ginjfo.

Mise à jour Windows 10 gratuite : il reste deux mois si vous utilisez les technologies d'assistance

En mai 2016, Google faisait une annonce importante : des Chromebook pourraient lancer des applications Android directement depuis Chrome OS. Hélas, la mise en place fut bien plus laborieuse que prévu.

Sur cette page, vous pouvez retrouver la liste des Chromebook compatibles et ceux pour lesquels la prise en charge est prévue. De nouvelles références sont désormais éligibles, comme le rapporte Android Community.

Dans le lot, on trouve le Chromebook 14 (CB3-431) d’Acer, les J2/J4 de CTL, le 11e de Haier, le 11 de HiSense, etc.

De nouveaux Chromebook peuvent profiter des applications Android

En 2016, Acer co-fondait StarVR avec la participation de Starbreeze en y injectant chacun 5 millions de dollars. La société a pour objectif de développer le casque de réalité virtuelle éponyme, ciblant un marché très haut de gamme, composé de salles d’arcade ou de cinéma.

Initialement, les deux sociétés devaient injecter 7,5 millions de dollars supplémentaires, afin d’arriver progressivement à un capital de 25 millions d’euros. Acer a donc réinvesti 5 millions de dollars le 24 octobre dernier, tout en signant un nouvel accord stipulant que Starbreeze n’aura plus à apporter les 7,5 millions supplémentaires initialement promis.

De ce fait, Acer détient désormais 67 % des parts de l’entreprise, tandis que Starbreeze conserve les brevets.

Acer prend le contrôle de StarVR
Ransomware Bad Rabbit : il est possible de récupérer certaines données

Depuis une petite semaine, le ransomware sévit principalement en Russie en Europe de l’Est. Il partage des portions de code avec Petya et NotPetya indique le CERT-FR dans son bulletin d’alerte.

Comme toujours, des experts se sont penchés sur son cas afin de trouver d’éventuelles failles dans son code. Deux sont remontées à la surface, comme l’explique Securelist (Kaspersky) dans une mise à jour de son billet de blog.

La première erreur du ransomware est de ne pas effacer les « shadow copy » des fichiers. Sous certaines conditions, vous avez donc la possibilité de récupérer certaines données sauvegardées automatiquement par Windows.

La seconde vulnérabilité concerne la clé de déchiffrement. Sur l’écran des ordinateurs infectés par Bad Rabit, s’affiche une « personal installation key » permettant en théorie de récupérer une clé de déchiffrement après le paiement d’une rançon.

Or, d’après les chercheurs, le ransomware n’effacerait pas toutes ses traces lors de la génération des clés, laissant entrevoir « une mince chance » de les récupérer, à condition de ne pas redémarrer son ordinateur.

Une nouvelle mise à jour a été publiée ce week-end sur la branche alpha du Preview Program de la Xbox One. Celle-ci ajoute la possibilité d’offrir certains jeux dématérialisés ainsi que des DLC permanents (c’est-à-dire du contenu additionnel, à opposer aux DLC offrant des consommables) à ses amis.

L’étape de configuration lors d’un premier démarrage a également été simplifiée, elle arrive juste à temps avant le lancement de la Xbox One X. Dans le cas d’un passage de la Xbox One (S) à la nouvelle Xbo One X, la machine sera par exemple en mesure de conserver davantage de paramètres, comme ceux liés à la TV ou à OneGuide.

Sur le plan cosmétique, les jeux pour lesquels aucun trophée n’a été débloqué n’apparaîtront plus sur le profil public des joueurs. Autre ajout : des Game Hubs miniatures consacrés aux derniers titres lancés s’affichent désormais dans le Guide.

Xbox One : les cadeaux arrivent en alpha

Le réseau social vient d'annoncer une nouvelle fonction, « Voir les publicités ». Sur n'importe quelle page, elle regroupe l'ensemble des publicités diffusées sur Facebook, Instagram et Messenger.

Le changement concerne l'ensemble des réclames, politiques incluses. La fonctionnalité sera ouverte au Canada le mois prochain, puis étendue aux États-Unis durant l'été, peu avant le reste du monde.

Le système ne montrera d'abord que les publicités actives, avant de fournir une archive complète de celles diffusées sur la plateforme. En parallèle, les comptes proposant des réclames politiques devront prouver leur identité, ensuite affichée sur les encarts eux-mêmes.

Ce choix de Facebook suit de peu l'annonce d'un centre de transparence par Twitter, qui refuse désormais de relayer les publicités des médias russes RT et Sputnik.

Le tout est motivé par l'enquête du Congrès américain sur l'ingérence de Moscou dans la dernière élection présidentielle, à laquelle ces plateformes contribuent via des données et témoignages.

L'enjeu actuel est donc de montrer patte blanche, sur un sujet des plus sensibles.

Publicités : au tour de Facebook de jouer la transparence

Le géant mondial du cloud adhère désormais à la branche française de l'organisation, qui a remis la semaine dernière au gouvernement 10 propositions pour une #NationCloud.

La société montre patte blanche sur les enjeux européens, en rejoignant les associations du secteur. Elle est ainsi membre de CISPE Cloud, qui a conçu un code de conduite pour les hébergeurs, censé les couvrir face au futur Règlement européen de protection des données (RGPD), qui doit s'appliquer le 25 mai 2018.

Amazon Web Services rejoint le lobby EuroCloud

Il y a quelques jours, Google annonçait l’arrivée d’une cinquantaine de nouvelles activités pour toute la famille (jeux, histoires, etc.).

Amazon compte également investir ce créneau et met la main à la poche pour y arriver avec 250 000 dollars pour les développeurs qui proposeront des applications Alexa pensées pour les moins de 13 ans. Un concours est organisé, avec plusieurs prix, pouvant atteindre 25 000 dollars pour la meilleure idée.

Le géant du Net veut ainsi faire de son assistant numérique « un service précieux pour toute la famille »… et au passage récolter toujours plus d’informations personnelles sur les différents membres de la maison. Cela n’est pas sans soulever plusieurs questions, quel que soit l’assistant numérique d’ailleurs.

Amazon veut des services pour enfants sur Alexa et met 250 000 dollars sur la table

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.