Thomson mise sur le « PC dans le cloud » avec son Neo Cloudbook

Alors que des services comme Shadow mettent en avant le streaming dans le domaine du jeu vidéo, cette solution gagne du terrain en entreprise et aiguise les appétits.

C'est notamment le cas de Thomson (Group SFIT), qui s'est lancé récemment dans le secteur des PC à prix mini vendus comme « Made in France » (mais qui sont bien entendu basés sur des composants qui n'ont rien de français).

La société vient ainsi d'annoncer son Neo CloudBook « le premier notebook au monde 100 % Cloud », vidéo à l'appui. Si certains peuvent se moquer de la communication un peu ratée et des arguments franchement mal travaillés, l'offre mérite que l'on s'y attarde.

En effet, la marque nous a confirmé ces derniers jours qu'elle proposait pour 459 euros un modèle Neo 14 avec un an d'abonnement à un service permettant d'utiliser un PC « dans le cloud ». Cette machine virtuelle est composée de deux cœurs Xeon, de 8 Go de mémoire et de 480 Go de stockage, le tout sous Windows 10.

Une solution bien plus efficace que le processeur Intel Atom Z3735F intégré au portable « local » , accompagné de 2 Go de mémoire et 32 Go d'eMMC.

La société nous a confirmé que les données étaient stockées dans les datacenters d'Ikoula à Reims, que la liaison passait par un VPN et qu'elle travaillait avec Bimbox et Shadow pour la mise en place de son service de « PC dans le cloud ».

On a par contre du mal à comprendre le tarif affiché puisqu'un Neo14 de Thomson est proposé pour 150 euros environ, l'année supplémentaire du service en ligne nous étant annoncée à 199 euros. D'où vient le surcoût de 100 euros ? La société nous a expliqué que cela venait du tarif public de la machine (199 euros) et du coût des licences Windows.

Nous aurons l'occasion de revenir plus en détails sur cette offre d'ici peu.

C’est aujourd’hui que Microsoft concrétise l’annonce faite lors du dernier E3. La Xbox One est désormais capable de faire fonctionner certains jeux issus de la toute première Xbox.

Pour l’heure, seuls 13 titres sont compatibles avec cette fonctionnalité, dont Crimson Skies, Ninja Gaiden Black ou Star Wars : Knights of the Old Republic.

Simultanément, Microsoft annonce que quatre jeux Xbox 360 profiteront d’améliorations visuelles s’ils sont lancés sur une Xbox One X (qui pour rappel sera disponible le 7 novembre). Les heureux élus sont Assassin’s Creed, Fallout 3, Halo 3 et Oblivion.

La Xbox One devient partiellement rétrocompatible avec la Xbox

Dans un communiqué, plusieurs organisations de la presse française (la FNPS, le SEPM, le SPHR, le SPQN et l’UPREG) demandent au gouvernement français d’intervenir contre le futur règlement européen, visant à imposer un consentement explicite des internautes lors de la collecte de leurs données.

Le texte pose que l’utilisateur doit accepter ou refuser les cookies et autres traceurs via un réglage navigateur ou via un compte en ligne. Pour ces groupes de presse, qui voient dans la data le futur de leurs revenus publicitaires, cela favoriserait les géants du Net, qui proposent des comptes unifiés pour de nombreux services.

Il faudrait donc défendre ces médias français, dont certains se regroupent déjà en alliances publicitaires pour créer des pots communs de données, au moment où ePrivacy passera l’étape du Conseil européen... après le vote d’une position par le Parlement dans les prochaines semaines.

Pour mémoire, il doit s’appliquer en mai 2018, en même temps que le Règlement général de protection des données (RGPD).

Des éditeurs de presse s’inquiètent d’ePrivacy
Cédric Villani détaille les grandes lignes de sa mission sur l’IA

Début septembre, le mathématicien et député s’est vu confier une mission sur l’intelligence artificielle par le gouvernement. Elle n’est pas encore terminée, mais le scientifique répond déjà à quelques questions de nos confrères de Libération.

Il ne donnera pas de point d’étape précis sur le rapport, si ce n’est que plus de 200 auditions sont en cours « sur des sujets extrêmement variés, en ouvrant le spectre au maximum afin d’éviter de faire de ce sujet une chasse gardée de spécialistes, ce qu’il n’est plus ».

Par contre, il précise que ce rapport ne sera « ni une prédiction sur ce qui va se passer [...] ni une liste de projets à soutenir », ni « une liste de recommandations générales ». Il sera davantage question de proposer des actions : « Comment organise-t-on des filières, lesquelles et qui s’en charge ? Faut-il en passer par la loi ? ».

D’autres sujets sont également abordés comme le cas de la recherche, de la fuite à l’étranger de certains scientifiques français, des GAFAM et des données personnelles servant à entraîner les intelligences artificielles.

Les mauvaises nouvelles s'enchaînent pour le géant du Net. Alors qu’il enquête sur un problème de brûlure d’écran sur la version XL, plusieurs utilisateurs indiquent que la livraison de leur Pixel 2 blanc en version 64 Go est retardée, comme le rapport The Verge.

Google ne s’étend pas sur les raisons, mais offre en compensation une coque de protection d’une valeur de 40 dollars. Bien évidemment, il est possible d’annuler la commande.

Si les perturbations semblent assez limitées, nos confrères expliquent que c’est un « signe incroyable de la façon dont les choses se passent. Google avait du mal à garder des Pixel en stock l'année dernière, et soit il n'a rien appris depuis, soit il n'a pas compris comment augmenter la capacité de production ».

Google retarde la livraison de certains Pixel 2

Lancée il y a environ cinq ans, la place de marché Amazon Wine fermera ses portes à la fin de l’année. Pour rappel, elle permettait à des tiers de vendre du vin (en se chargeant de l’expédition), moyennant une commission. Les revendeurs concernés sont informés par email.

La cause ? « Les lois existantes font qu'il est difficile pour Amazon de vendre de l'alcool en tant que détaillant et de proposer une marketplace » explique TechCrunch. Une situation encore plus compliquée depuis le rachat de Whole Foods, qui propose lui aussi de l’alcool dans ses boutiques.

Nos confrères expliquent qu’Amazon devait donc choisir entre sa place de marché Wine d’un côté et la vente d’alcool via Amazon Fresh et Prime Now de l’autre (sans oublier Whole Foods). Sans surprise, la seconde proposition a gagné.

Amazon ferme sa marketplace Wine, mais continuera de vendre du vin

Avec plus de 500 000 clients en Europe (dont 100 000 en France), N26 vise désormais une expansion au-delà du vieux continent. Elle annonce ainsi qu’elle arrivera aux États-Unis mi-2018, sans plus de précision pour le moment.

« Nous avons examiné les produits aux États-Unis et nous avons constaté que la plupart des produits bancaires sont encore plus mauvais qu'en Europe » explique Valentin Stalf, PDG de la société, à nos confrères de TechCrunch.

N26 compte reprendre le même concept que celui appliqué en Europe : une banque mobile facilement paramétrable. Le service sera lancé outre-Atlantique avec une banque partenaire, dont le nom n’est pas précisé.

La « néo-banque » N26 se lancera mi-2018 aux États-Unis
Facebook lance un test dans six pays, le reach des pages en chute libre

Facebook s'amuse bien. Dans le cadre d'un test, la société a retiré tous les contenus des pages du flux principal de ses membres pour les placer dans son flux Explorer, annoncé au début de la semaine.

Selon un journaliste Slovaque, les résultats sont dramatiques pour les médias, avec un « reach » réduit aux deux-tiers et un nombre d'interactions divisé par quatre. Un problème qui affecte surtout les petits médias, très dépendants de Facebook, plutôt que ceux qui ont une communauté importante et des sources de trafic diversifiées.

Le réseau social a clarifié la situation dans une publication sur son blog dédié aux médias. Elle précise que ce test ne concerne que la Bolivie, le Cambodge, le Guatemala, la Serbie, la Slovaquie et le Sri Lanka. Il n'a pas vocation à être étendu pour le moment.

« Les utilisateurs nous disent qu'ils veulent voir plus facilement des contenus de leurs amis et de leur famille. Nous testons le fait d'avoir un espace dédié à cet effet et un autre espace pour les contenus des pages, Explorer » indique Adam Mosseri, en charge du flux d'actualités.

Le but de ce test est, selon Facebook, de comprendre si une telle séparation est perçue de manière positive et d'agir selon les résultats, en écoutant à la fois les retours des utilisateurs et des éditeurs. Mais il ne faut pas oublier qu'un tel changement aurait un autre impact positif pour Facebook : pour atteindre ses membres, les pages seraient obligées de payer de manière croissante.

Alors que la société s'approche des éditeurs pour leur proposer des solutions d'abonnement via Instant Articles, ils voient ici ce que pourrait être leur avenir : une solution annoncée comme gratuite, ce qui changera surement une fois qu'il leur sera proposé d'intégrer un paiement via Messenger… et qui nécessitera une mise en avant sponsorisée pour toucher réellement les utilisateurs.

Facebook apprécie déjà que les médias passent par ses services pour l'achat de trafic, et compte sans doute tout faire pour que cela continue. Une stratégie à double tranchant. Car face à des changements si radicaux, qui ont déjà mis en péril des secteurs et des sociétés comme le rappelle TechCrunch, certains pourraient décider de ne plus investir dans leur présence sur Facebook, jugée trop risquée sur le long terme.

L’ESA explique que les satellites 21 et 22 sont arrivés au centre de lancement il y a quelques jours. Ils rejoignent les satellites 19 et 20 sur place depuis mi-septembre. Tous les quatre seront envoyés dans l’espace mi-décembre à bord d’une fusée Ariane 5.

Pour rappel, 18 satellites sont pour le moment en orbite et les services initiaux ont été lancés le 15 décembre dernier. Au fur et à mesure que le nombre de satellites augmente (au total, il est prévu d’y en avoir 30), la qualité de service et la disponibilité augmentent.

Quatre satellites Galileo en Guyane, lancement prévu mi-décembre

Google vient d'annoncer la mise en place de son nouveau service de paiement mobile « Pay with Google », dévoilé en mai. Une solution gratuite « qui ne change rien aux frais de transaction », accessible aussi bien dans une application que sur un site classique.

Le but est en effet d'unifier les solutions de paiement afin de les centraliser autour de l'API de Google. Dans la pratique, cela doit permettre une transmission en un clic de vos informations stockées dans votre compte Google aux boutiques en ligne qui proposeront ce service. Des partenariats avec Braintree ou Stripe ont été annoncés en complément de ceux en cours, notamment avec PayPal.

Une quinzaine de vendeurs sont déjà de la partie, avec de grands noms en cours d'intégration : Airbnb, Deliveroo, ou encore JustEat (AlloResto en France).

Les développeurs sont bien entendu invités à lire la documentation pour savoir comment intégrer ce nouveau service.

Unification des systèmes de paiement sur mobile : Google passe à l'action

Alors qu'un nouvel épisode de Star Trek Discovery a été diffusé hier sur Netflix, le service de SVOD confirme qu'une saison 2 est bien prévue pour la série. Aucune date de diffusion n'a pour le moment été communiquée.

Pour rappel, la première saison est découpée en deux parties, l'une de neuf épisodes (dont trois restent à diffuser) et une seconde de six épisodes qui seront mis en ligne en janvier. Une pratique courante outre-Atlantique.

Star Trek : Discovery aura une saison 2

Sur son canal dédié aux développeurs (à utiliser en connaissance de cause, des bugs peuvent survenir), le navigateur ajoute la prise en charge native de Chromecast. Pour rappel, il fallait auparavant télécharger une extension et l’application Cast.

Désormais, c’est plus simple : il suffit de se rendre dans Paramètres > Navigateurs > Interface et utilisateur pour activer l’option Chromecast. Le service fonctionne avec les vidéos, les onglets et même le bureau complet.

D’autres nouveautés sont au menu comme la conversion de crypto-monnaies : Bitcoin, Bitcoin Cash, Ethereum et Litecoin sont supportées. D’autres améliorations et corrections de bugs sont de la partie. Les notes de versions se trouvent par ici.

Opera Developer 50 : Chromecast et conversion de crypto-monnaies
La justice ne peut pas géolocaliser certains clients Free Mobile, mais cela va changer

Cette situation résulte d’un retard de la Plateforme nationale des interceptions judiciaires (PNIJ) expliquent nos confrères du Monde. Celle-ci doit remplacer les prestataires privés qui s’occupent de traiter les données brutes des opérateurs.

La plateforme devait être utilisée à partir du 1er janvier, mais mi-septembre les demandes de géolocalisation ne passaient toujours pas par la PNIJ. Si Bouygues Telecom, Orange et SFR continuent d’utiliser l’ancienne méthode en attendant, ce n’est pas le cas du dernier arrivé Free Mobile qui s’est directement préparé pour la PNIJ.

Si Orange se charge de transmettre des données de géolocalisation de son concurrent en vertu de l’accord d’itinérance, les clients Free Mobile passent de plus en plus par le propre réseau de l’opérateur, bloquant cette possibilité.

« Ce n’est en rien dû à une mauvaise volonté de Free » précise le ministère à nos confrères du Monde. D’autres ne partagent visiblement pas cet avis et auraient préféré que Free Mobile mette en place une solution temporaire.

Dans tous les cas, une formule provisoire va justement être mise en place afin que Free puisse se connecter avec les prestataires, comme ses trois concurrents.

Le CSA a mis en ligne son Observatoire de l’équipement audiovisuel pour les deux premiers trimestres de l’année. Avec un taux de pénétration de 94 %, la télévision est toujours largement en tête. Les Smart TV (connectées) progressent bien et sont présentes dans 25,7 % des foyers (+3,6 points en un an).

De leur côté, les ordinateurs sont présents dans 85,1 % des foyers (+ 2,1 points en un an), contre 74,8 % (+3,3 points) pour les smartphones et enfin 47,3 % (+2,6 points) pour les tablettes. Au total, les foyers ont en moyenne entre cinq et six écrans.

Enfin, le CSA explique que 24,9 % des foyers ont uniquement une réception hertzienne, tandis que « plus d’un foyer sur trois dispose d’au moins deux modes de réception ».

5 à 6 écrans en moyenne par foyer en France, un quart dispose d’une Smart TV

L'arrivée de Destiny 2 motive les constructeurs de cartes graphiques. AMD et NVIDIA viennent ainsi de publier de nouveaux pilotes.

Pour le premier il s'agit des Crimson ReLive Edition 17.10.2 qui apportent le support de la Fall Creators Update mais aussi des améliorations, parfois importantes, pour différents titres avec les Radeon RX 580 et Vega 56. Le détail est accessible par ici.

Il est aussi proposé de choisir entre deux modes désormais : Gaming ou Compute. Jusqu'à douze cartes peuvent ainsi être utilisées en simultané pour effectuer des calculs. Sans doute une manière pour la société de s'adresser un peu plus aux mineurs de crypto-monnaies (entre autres).

Chez NVIDIA, c'est un peu plus simple puisque les pilotes 388.00 WHQL, malgré leur changement de numérotation qui peut paraître important, sont une mouture Game Ready qui se focalise uniquement sur des optimisations pour Destiny 2 et Assassin's Creed : Origin.

Pour la révolution des fonctionnalités et du panneau de configuration, il faudra donc attendre encore un peu.

NVIDIA publie ses pilotes 388.00, AMD propose un mode « Compute » dans sa version 17.10.2

C’est en tout cas la piste suivie par nos confrères d’Android Police lorsqu’ils ont décortiqué le code de la dernière mise à jour de l’application Google sur Android.

Ce produit (ou cette gamme) porterait le nom de Quartz et ne serait donc pas sans rappeler le projet Manhattan dévoilé par TechCrunch fin septembre. Nos confrères précisaient alors qu’il était question d’un écran de 7 pouces, comme l’Amazon Echo Show… qui ne peut plus proposer YouTube depuis peu.

Bien évidemment, il ne s’agit que de rumeurs, Google n’ayant rien annoncé pour le moment.

Google Home : bientôt un modèle avec écran tactile ?

iOS 11.1, macOS 10.13.1 et tvOS 11.1 pont tous reçu hier soir une nouvelle préversion. Dans un premier temps, seuls les développeurs ont été concernés, mais il n’a pas fallu une demi-heure pour que les testeurs publics en bénéficient.

On ne connaît pas les changements introduits dans ces bêtas, mais on peut supposer que des bugs ont été corrigés, même si les notes de version sont identiques aux bêtas précédentes.

Nouvelle vague de bêtas chez Apple

Il y a quelques jours, The Fader révélait qu’une vidéo YouTube a permis rappeur Post Malone de multiplier par deux les écoutes de son titre Rockstar en ligne. L’astuce ? Elle contient uniquement le refrain en boucle, dont l’écoute compte comme celle d’un remix aux yeux de Billboard.

Le titre a été considéré trois semaines comme le premier du classement streaming, avec 58 millions de vues pour la vidéo mise en ligne en septembre.

En réaction, Billboard a décidé de modifier sa méthode pour 2018, en donnant plus de poids au streaming payant. YouTube sera toujours compté, mais avec une importance moindre, à cause de son modèle uniquement publicitaire.

Après une manipulation, Billboard revoit son palmarès du streaming
Microsoft ouvre son Java Debugger pour Visual Studio Code

Le débogueur avait été lancé à peine le 28 septembre. L’éditeur affirme que les retours ont été très nombreux, notamment les suggestions. Parmi elles, le passage en open source.

Sur le dépôt GitHub de l’entreprise, on retrouve donc les sources du Java Debugger, ainsi que celles du Java Debug Server, toutes sous licence MIT.

Une nouvelle version de l’extension est disponible dans la foulée, avec deux petits apports. D’une part, il n’est plus nécessaire de spécifier manuellement la classe principale. D’autre part, les fichiers sources externes sont pleinement supportés, avec la possibilité de les déboguer aussi.

C’est simplement via un tweet que la société chinoise annonce officiellement son arrivée. Pour le moment, aucun détail sur les smartphones qui seront proposés, ainsi que leur prix.

Quoi qu’il en soit, cela devrait simplifier la vie des amateurs de la marque (y compris en France) qui passaient jusqu’à présent par des importations… avec son lot de surprises concernant les fréquences 4G (elles ne sont pas identiques entre l’Asie et l’Europe) et le service après-vente.

Rappelons enfin que ce n’est pas la première incursion de Xiaomi sur le vieux continent. La marque est par exemple présente en Grèce en partenariat avec Info Quest Technologies.

Xiaomi s’installe en Espagne

Dans une très courte note transmise à la SEC, Netflix annonce vouloir emprunter 1,6 milliard de dollars sur les marchés, selon des conditions (durée et taux d’intérêt) qui n’ont pas encore été déterminées et sont encore sujettes à négociations.

Le spécialiste de la SVOD explique que cet argent pourra lui servir de différentes manières, dont l’acquisition de contenus. Un poste qui à lui seul doit représenter 8 milliards de dollars d’investissements en 2018.

Netflix lève 1,6 milliard de dollars de dette

Dans une nouvelle mouture de l’application sortie cette nuit, les utilisateurs d’iPhone disposent désormais d’une icône Snapchat dans la zone de partage. Ils peuvent ainsi partager du texte ou des liens en message privé avec un contact de l’application sans forcément s’y rendre.

Le mode Fantôme fait également son entrée. Il permet de disparaître de la carte Snap pendant 3 heures, 24 heures ou jusqu’à ce qu’il soit désactivé. Un mode plus efficace que la seule option pour être affiché ou non sur cette carte. Selon TechCrunch qui en a reçu la confirmation, la mouture Android devrait elle aussi recevoir cette fonction, aujourd’hui ou demain.

Snapchat : mode Fantôme et partage de liens sous iOS
Android se prépare à supporter le DNS over TLS

Une requête DNS permet d’associer un nom de domaine à une adresse IP (utile pour joindre le serveur de NXi lorsque vous saisissez nextinpact.com par exemple).

Traditionnellement, les requêtes circulent en clair sur les réseaux, permettant à tout un chacun de les intercepter (et de les modifier le cas échéant). Une solution existe pour limiter les risques en chiffrant les demandes : DNS over TLS (lire ce billet de Stéphane Bortzmeyer pour les détails techniques).

Comme le rapporte XDA Developers, cette fonctionnalité est en train d’être ajoutée à Android, c’est du moins ce que laissent penser certains commits sur AOSP (Android Open Source Project).

Bien évidemment, pour que la requête soit chiffrée il faut également que le serveur DNS supporte TLS, ce qui n’est pas toujours le cas.

Dans la nouvelle version de son launcher, Blizzard a ajouté une fonction permettant d’offrir à ses amis des cadeaux issus de sa boutique en ligne.

Il devient ainsi possible de donner des packs de cartes Hearthstone, des lootboxes pour Heroes of the Storm ou Overwatch, ou même des DLC comme celui du nécromancien sur Diablo III. 

Le launcher reprend également les nouveautés introduites pendant la bêta, notamment le mode hors ligne et l'onglet Social. Ce dernier permet notamment de créer des groupes de discussions, avec répartition en canaux et conversation audio.

Notez que les applications mobiles ont été mises à jour, mais n'intègrent pas (encore) ces fonctionnalités.

Battle.net permet d’offrir des cadeaux à ses amis

Cisco poursuit sa stratégie visant à réduire sa dépendance au matériel en rachetant Broadsoft, un éditeur de logiciels spécialisé dans les communications et la gestion d’équipes. Un mouvement qui fait suite au rachat d’AppDynamics pour 3,7 milliards de dollars ou de Jasper pour 1,4 milliard.

La transaction du jour est estimée à 1,9 milliard de dollars, soit 55 dollars par action Broadsoft, réglés en cash. La transaction devrait être bouclée au premier trimestre 2018 et il s’agit de la 200e acquisition dans l’histoire de Cisco.

Cisco s’offre Broadsoft pour 1,9 milliard de dollars
Le FBI : les enquêtes perturbées par de nombreux mobiles chiffrés

Presque 7 000 appareils en 11 mois, c’est le nombre évoqué par le FBI lors d’une conférence  à Philadelphie.

Son directeur, Christopher Wray, cherchait clairement à effrayer : « Pour le dire gentiment, c’est un énorme, énorme problème. [Le chiffrement] impacte tous les types d’enquêtes : narcotiques, traite des humains, contre-terrorisme, contre-renseignement, gangs, crime organisé, exploitation des enfants ».

Il ne dit pas cependant que les enquêtes sont bloquées, soulignant plutôt un ralentissement. Comme nous l’indiquait aux Assises de la sécurité de Monaco Fortunato Guarino, spécialiste de l'expertise judiciaire, « il y a quantité de moyens pour définir un délit ou la présomption », citant la géolocalisation.

Ces discours se répètent cependant depuis plusieurs années, créant un terrain favorable aux décisions politiques plus ou moins dures. Officiellement, personne ne parle jamais de portes dérobées, sauf pour les conspuer. Mais beaucoup rêvent d’un affaiblissement suffisant qui permettrait de récupérer les données nécessaires… ce qui revient au même.

La jeune pousse nantaise vient de boucler un important tour de table en compagnie de Bpifrance, Idinvest et Quadrille Capital. Les 32 millions d’euros ainsi collectés doivent permettre à l’entreprise d’étendre ses activités aux États-Unis en ouvrant un bureau à Boston dès l’an prochain.

iAdvize s’est fait un nom en proposant à plusieurs centaines de sites (dont Voyages-SNCF.com ou Materiel.net) d’ajouter un module permettant aux visiteurs de contacter le service client ou d’autres clients afin d’obtenir des conseils avant achat. Selon la start-up, ses services permettent à ses clients de générer 1 milliard d’euros de ventes supplémentaires chaque mois.

Le nantais iAdvize lève 32 millions d’euros pour s’implanter aux États-Unis

L’Interactive Advertising Bureau (IAB) compte s’opposer à un éventuel renforcement de la transparence des plateformes, rapporte Bloomberg. Il doit être entendu aujourd’hui par la commission d’enquête sur l’ingérence russe dans l’élection de Donald Trump en novembre 2016.

L’industrie tente depuis plusieurs mois de montrer patte blanche, que ce soit par la Coalition for Better Ads (qui évite de réduire le pistage des internautes), des initiatives plus isolées, comme la transparence sur les publicités politiques promise par Facebook, ou les démonétisations massives de vidéos chez YouTube après un scandale en début d’année. Des efforts qui doivent encore prouver leur efficacité, se cantonnant pour certaines à de belles annonces.

L’industrie publicitaire américaine plaide pour l’autorégulation sur Internet

Microsoft a publié il y a quelques jours un petit utilitaire qui pourrait bien s’avérer très pratique pour les utilisateurs de ces plateformes.

Il permet de récupérer et installer directement la dernière révision disponible du système pour le modèle raccordé par câble à l’ordinateur. Un bon point puisque certains appareils ont une longue enfilade de mises à jour à faire l’une après l’autre avant d’y arriver. Parfois, elles sont même bloquées sans raison apparente.

L’outil est léger, mais on se demande pourquoi Microsoft le lance si tardivement, surtout sous cette forme. L’exécutable décompresse en effet un lot de fichiers dans un dossier. On lance un “otcupdater.exe” et on suit les instructions en anglais dans une invite de commande.

Un Over-the-cable Updater pour Windows Phone 8.1 et 10 Mobile