du 25 janvier 2019
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

StarCraft II : l'intelligence artificielle AlphaStar met une déculottée à deux joueurs pros

Une série de combats entre l'intelligence artificielle de DeepMind (Google) et des joueurs de StarCraft était attendue depuis la Blizzcon 2016.

Deux séries de cinq matchs se sont déroulées en décembre dernier entre AlphaStar (Deepmind) et deux joueurs professionnels : TLO et MaNa. Le score est sans appel : 10 à 0 pour l'intelligence artificielle…

Hier un onzième match a été diffusé en direct sur YouTube et Twitch (les replays sont disponibles ici et ), avec une victoire pour MaNa face à AlphaStar. Engadget précise que les combats se sont déroulés sur la carte Catalyst avec une version du jeu « légèrement dépassée ».

Comme lors des matchs au jeu de Go, DeepMind commence ici avec des bons joueurs, mais pas forcément les meilleurs actuellement. Il faudra voir si AlphaStar s'attaquera à d'autres professionnels du circuit, notamment ceux qui ont remporté de prestigieuses compétitions récemment (Maru, sOs ou INoVation par exemple) ou des légendes comme MC, Mvp, Polt, MMA...

DeepMind a publié un long billet de blog pour revenir en profondeur sur les matchs et l'entraînement d'AlphaStar

La commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale a rejeté, mercredi 23 janvier, la proposition de loi déposée par les députés socialistes afin que certains départements volontaires puissent expérimenter un « revenu de base ».

Ce dernier aurait été versé automatiquement à ses bénéficiaires, âgés d’au moins 18 ans, en lieu et place notamment du RSA et de la prime d’activité.

Le texte sera de nouveau examiné, en séance publique, le jeudi 31 janvier. Ses chances d’adoption paraissent toutefois extrêmement minces – sinon nulles. Ni la majorité ni le gouvernement n’avaient déposé d’amendements (habituellement signe d’une recherche de compromis).

Rejet de la proposition de loi PS sur le « revenu de base »

Les équipes de développement de Free ont mis en ligne le firmware 1.0.2 pour ce boîtier, qui en avait bien besoin.

Les premiers correctifs concernent une pluie de soucis avec la télécommande tactile, le HDR, l'application YouTube, ma gestion des bouquets, etc.

Selon nos constatations, une grappe RAID peut désormais être utilisée pour l'enregistrement.

Pour mettre à jour votre boîtier, il suffit de le redémarrer.

Première mise à jour pour le Player de la Freebox Delta

Le Macintosh d’Apple a soufflé hier ses 35 bougies. La première machine à porter ce nom a en effet été lancée le 24 janvier 1984, marquant une toute nouvelle ère pour la Pomme.

Le Macintosh fut un succès. Héritier du Lisa, il reprenait notamment les concepts d’interface graphique et de souris appris par Steve Jobs au PARC de Xerox. Il était aussi beaucoup moins onéreux que le Lisa : environ 1 500 dollars contre presque 10 000.

Le Macintosh original sera renommé quelque temps plus tard en Macintosh 128K, en référence à la quantité de RAM embarquée, pour le différencier de la version 512K.

C’est bien cette gamme de machines qui sera renommée plus tard en « Mac », donnant de multiples déclinaisons, dont le Power Mac et le MacBook, jusqu’aux récents Mac Pro et iMac.

Le Macintosh fête ses 35 ans
Intel bat des records en 2018 et veut en faire autant en 2019

Intel a présenté cette nuit ses résultats pour le quatrième trimestre et l'ensemble de l'année dernière. Le fondeur y apparaît en forme, avec un chiffre d'affaires trimestriel de 18,7 milliards de dollars, en hausse de 9 % sur un an. Sa marge s'est toutefois un peu réduite, passant de 63.2 % à 60.2 %, pour un bénéfice net de 5,2 milliards de dollars.

Sur l'ensemble de l'année, les revenus sont en hausse de 13 % par rapport à 2017, à 70,8 milliards de dollars, pour un bénéfice net de 21,1 milliards de dollars, en hausse de 28 % hors évènements exceptionnels.

Concernant le segment des PC, Intel profite assez largement de la hausse de ses prix de vente (+6 % en moyenne sur les portables, +13 % sur les fixes) pour compenser l'érosion de ses volumes de ventes (-2 % sur un an).

Du côté des datacenters, les revenus sont en hausse de 20 % sur un an, avec cette fois une hausse conjointe des volumes et des prix de vente moyens. À noter que l'entreprise signale des commandes moins importantes que prévu en Chine. Sans ces vents contraires, le bilan aurait donc été meilleur.

Les prévisions du fondeur signalent d'ailleurs que ses difficultés en Chine devraient se poursuivre cette année, notamment en raison du bras de fer douanier avec les États-Unis. Le chiffre d'affaires pourrait même reculer en 2019 si l'on y ajoute les effets de la baisse des prix de la mémoire NAND. Les marges et le bénéfice devraient toutefois encore grimper. Une vision qui ne plaît guère aux investisseurs.

Après l'annonce de ces résultats, le cours de l'action Intel a chuté de 7,1 %, ramenant l'entreprise à sa valorisation d'il y a tout juste un an. Pendant ce temps, AMD et NVIDIA ont vu leur cours bondir de 5 %.

Près de trois semaines après les premiers clichés, la sonde a envoyé des photos en « haute résolution » – 135 mètres par pixel – de l'objet stellaire 2014 MU69, alias Ultima Thulé.

Les clichés ont été pris le 1er janvier et stockés dans la mémoire de la sonde avant d'être envoyés à la Terre les 18 et 19 janvier. Ils permettent de voir de nouveaux détails, dont des petites fosses de 700 mètres de profondeur et un cratère circulaire d'environ 7 km sur le plus petit des deux lobes.

« Cette nouvelle image commence à révéler des différences dans le caractère géologique des deux lobes d'Ultima Thulé, mais nous dévoile également de nouveaux mystères », explique Alan Stern, le principal chercheur de la mission.

D'autres images sont attendues, avec une résolution encore meilleure.  

New Horizons : une photo en haute définition de 2014 MU69 dans la ceinture de Kuiper

Interpelé sur les « dysfonctionnements aux conséquences parfois dramatiques » de certains dispositifs d’assistance GPS, le ministère de l’Intérieur vient d’expliquer à un sénateur que le gouvernement réfléchissait à « la publication sous forme numérique des arrêtés de circulation, d'interdiction, ou de limitation concernant particulièrement les véhicules lourds de transport de marchandises, ce qui facilitera notamment leur prise en compte par les calculateurs d'itinéraires ».

Objectif : « Fournir aux usagers des informations pour qu'ils puissent préparer leur itinéraire en tenant compte des restrictions de circulation en vigueur ».

Christophe Castaner rappelle au passage qu’une base de données des vitesses maximales autorisées sur les routes françaises devrait bientôt voir le jour. Un « projet de décret est en cours d'adoption », explique le locataire de la Place Beauvau. Ce dernier oublie toutefois de signaler que ce méga-fichier, programmé par la loi Numérique, était censé être opérationnel dès 2017...

Bientôt une base Open Data des arrêtés de circulation ?

Comme l'explique Android Authority, la fuite a été repérée par la version espagnole de CNet. La page du site brésilien de Motorola a depuis été supprimée, mais il en reste une trace dans le cache de Google.

On y apprend que le moto G7 dispose d'un écran de 6,24" (2 270 x 1 080 pixels) avec une encoche. Il est animé par un Snapdragon 632 avec 4 Go de mémoire vive et Android 9.0 aux commandes. Deux capteurs optiques de 12 et 5 Mpixels sont présents à l'arrière et un de 8 Mpixels en façade.

Des informations sur les Moto G7 Play, Power et Plus étaient également en ligne. Le premier avec une définition de l'écran plus faible, le second avec une batterie plus importante, le troisième avec un Snapdragon 636 et un capteur de 16 Mpixels à l'arrière.

On attend maintenant l'annonce officielle pour confirmer ces caractéristiques techniques et aussi avoir les tarifs ainsi que la disponibilité.

Motorola a laissé fuiter les caractéristiques techniques de ses prochains Moto G7
Microsoft renouvelle son application Courrier : vrai mode sombre et barre réduite

Microsoft déploie actuellement chez les testeurs du programme Windows Insiders la nouvelle version de Courrier, assez attendue par ses utilisateurs.

Elle apporte plusieurs changements bienvenus, à commencer par un mode sombre désormais complet, puisque la page de lecture s’y colle elle aussi. L’interface de Courrier peut donc être entièrement d’un gris très foncé, un bouton au centre de la barre d’outils permettant de rebasculer sur une zone de lecture claire, sans toucher au reste de l’interface.

Chaque compte est accompagné d’une icône représentant par défaut le logo du service. Par contre, comme le note Neowin, si vous avez renseigné plusieurs comptes prévenant du même service, l’icône affichera simplement l’initial du nom donné. Il n’est pas possible pour l’instant de choisir soi-même une image pour différencier les pastilles.

L’autre changement provient de la barre latérale dans sa forme réduite. Elle affiche maintenant les icônes des différents comptes ajoutés. Il n’est plus besoin de la développer pour basculer par exemple d’Outlook.com vers Gmail, mais il faudra toujours le faire en cas de changement de dossier.

La barre réduite laisse également un accès direct à Calendriers, Contacts et l’application To-Do, toutes compatibles avec le mode sombre. Notez d’ailleurs que la zone de création d’événement est elle aussi complètement sombre.

On ne sait pas quand cette version sera disponible pour les utilisateurs classiques. À l’origine, elle ne l’était que pour les testeurs du canal « Skip ahead », son arrivée dans le canal rapide étant récente.

La logique voudrait qu’elle soit donc diffusée en même temps que la prochaine évolution majeure de Windows 10, attendue pour avril et finalisée en mars. La dernière build du système indique d’ailleurs maintenant le numéro de version « 1903 », comme prévu.

« Plus court, plus simple, plus réjouissant… C'est officiel, vous pouvez nous appeler Veepee ». C'est le message d'accueil affiché sur le site depuis peu.

Le changement est surtout là pour uniformiser le nom de la société dans les différents pays où la plateforme est présente : Privalia en Espagne et Italie, Vente-exclusive au Benelux, Designer & Friends au Danemark, Zlotewyprzedaze en Pologne, etc.

Pour le reste, rien ne change affirme le groupe : « Pas de nouvelle application à télécharger, pas de nouveau compte à créer, vous gardez votre V’pass et tous vos avantages ».

Vente-privée change de nom pour devenir Veepee

L'information a été annoncée par CNBC en se basant sur des sources proches du dossier, puis confirmée par un porte-parole de la société.

Ce dernier parle de restructuration interne : « Certains groupes seront transférés vers des projets dans d'autres parties de la société, où ils s'occuperont notamment de l'apprentissage automatique ».

Apple se défend aussi d'abandonner ses travaux sur les voitures autonomes : « Nous continuons de penser que les systèmes autonomes offrent d’énormes possibilités et qu'Apple dispose de capacités uniques pour y contribuer ».

Toujours selon nos confrères, cette réorganisation découle du retour de Doug Field (ancien vice-président d'Apple qui a passé cinq ans chez Tesla) pour s'occuper du projet Titan aux côtés de Bob Mansfield.

Voiture autonome : 200 personnes de moins sur le projet Titan d'Apple
45 opérateurs demandent la scission d'Orange en deux

L'Association des opérateurs télécoms alternatifs (AOTA), qui regroupe des dizaines de petits opérateurs régionaux, milite depuis près de deux ans pour ouvrir le marché des télécoms pour entreprises (voir notre entretien).

L'Express révèle qu'à l'automne,  le lobby a envoyé une demande à l'Autorité de la concurrence. Ils veulent savoir s'il est possible de trancher dans l'opérateur historique. D'un côté, resterait la gestion de l'infrastructure. De l'autre, un opérateur commercial.

Dans leur missive, les opérateurs reprennent une plainte habituelle à l'encontre d'Orange, son contrôle du génie civil historique, obtenu lors de sa privatisation. Il lui donnerait un avantage décisif sur le haut débit (le réseau téléphonique en xDSL) et l'aiderait à se reconstituer un monopole sur la fibre.

Début 2017, l'Arcep annonçait un arsenal de mesures pour lutter contre cette domination orangée, y compris en simplifiant l'accès au génie civil pour les concurrents.

Comme son nom l'indique, cette fonctionnalité permet d'ajouter des commentaires sur une vidéo en ciblant un moment précis, un peu comme on pourrait le faire sur une phrase d'un document. Vous pouvez évidemment mentionner des personnes.

L'éditeur explique que son lecteur prend en charge plus de 30 formats de fichiers audio et vidéo, propose une vitesse de lecture réglable et intègre une barre de lecture pour naviguer rapidement dans les fichiers.

Si « toutes les personnes disposant d'un compte Dropbox peuvent ajouter des commentaires avec timecode », il faut en revanche que les fichiers aient été partagés par « des utilisateurs Dropbox Professional ou Dropbox Business ayant des forfaits Advanced, Enterprise ou Education ».

Cette fonctionnalité est dès à présent disponible sur les versions web et iOS. Elle arrivera plus tard sur Android.

Dropbox lance les commentaires avec timecode pour les fichiers audio et vidéo

Le fondateur du réseau social s'exprime dans les colonnes du Wall Street Journal, du Monde et de quelques autres titres européens. Facebook fêtera ses 15 ans le 4 février.

Le texte est censé corriger des idées reçues sur le modèle du mastodonte publicitaire, déclarant (encore) que le ciblage est une demande des internautes eux-mêmes. Il justifie donc l'étude de leurs centres d'intérêt et rappelle que la société ne vend pas leurs données, seulement un ciblage fondé sur leur analyse.

Pour Business Insider, le choix du WSJ est l'élément le plus intéressant de cette tribune, destinée à rassurer les investisseurs et les responsables politiques. Les scandales sont nombreux depuis trois ans, entre l'ingérence russe dans l'élection américaine de 2016 et l'affaire Cambridge Analytica, partage de données de membres (jusqu'à 87 millions) avec une société de profilage électoral en 2014.

Dans une tribune, Mark Zuckerberg tente de rassurer sur le modèle de Facebook

Zigbee est un des nombreux protocoles de communication pour les objets connectés. Amazon rejoint donc d'autres grands noms comme Huawei, Legrand, Somfy, NXP et Comcast pour ne citer qu'eux.

Pour rappel, Amazon utilise déjà ce protocole dans son enceinte connectée Echo Plus, ce n'est donc pas spécialement une surprise. L'Alliance ambitionne un écosystème unifié, mais le pari est loin d'être gagné entre les différents protocoles et les différentes implémentations de chacun.

Amazon rejoint le conseil d'administration de la Zigbee Alliance
Thales ne veut pas concevoir de robots tueurs autonomes et réclame une législation internationale

L'annonce a été faite par le PDG du groupe, Patrice Caine, lors d'une visite dans les laboratoires de la société, puis reprise par l'AFP.

Le dirigeant ne veut pas de robots tueurs équipés d'une intelligence artificielle et souhaite que « les pays mettent en place une législation au niveau international pour que le terrain de jeu soit clair pour tous ».

Il donne un exemple pratique : « Pensez aux drones construits avec des armes et de la détection faciale : vous aurez alors des assassinats ciblés visant des groupes de population en particulier ».

Le PDG affirme que sa société « n'appliquera pas l'IA dans tout ce qui est létal [même] si les clients le demandent ». Il refuse en effet de « donner de l'autonomie à un système d'armes pour que de lui-même il puisse décider de tuer ou pas ».

Pour rappel, cette question des robots autonomes tueurs s'est également invitée à l'ONU et Thales n'est pas la seule société à s'en inquiéter. Une centaine d'experts ont publié une lettre ouverte pour que cette question ne soit pas oubliée : « Nous n'avons pas beaucoup de temps pour agir. Une fois cette boîte de Pandore ouverte, il sera difficile de la fermer », expliquaient-ils.

Le nouvel outil du groupe californien et de Sony Pictures Imageworks doit aider les studios à « découper des projets complexes en tâches individuelles ». OpenCue permet d’envoyer ces tâches lourdes à un système de file d’attente configurable, qui se charge d’allouer les ressources de calcul nécessaires.

L’outil aurait déjà été utilisé par Sony Pictures Imageworks sur des centaines de films depuis 15 ans. Cette version libérée et remodelée permet d’étendre les calculs sur 150 000 cœurs. Comme le rappelle TechCrunch, l’intérêt pour Google est de faciliter la migration des studios hollywoodiens vers le cloud pour leurs rendus.

L’initiative rappelle Agones, dans un tout autre contexte. Le groupe de Mountain View s’est associé à l’éditeur de jeux Ubisoft pour concevoir cette plateforme d’hébergement de jeux en ligne, dans tous leurs aspects.

Google et Sony lancent OpenCue 3, un système de rendu d’effets spéciaux open source

Dans un billet de blog, Mozilla vante l’utilisation de sa fonction Screenshot dans Firefox. Avant d’annoncer que la sauvegarde en ligne sera coupée cette année.

Selon l’éditeur, une grande majorité des utilisateurs se servent surtout de la sauvegarde locale ou de l’envoi dans le presse-papier. L’utilisation des serveurs de Firefox n’intervenait que peu. Il est possible pour rappel de garder ses captures en ligne pendant deux semaines pour les récupérer ailleurs.

Le changement interviendra dès Firefox 67 en mai. Les utilisateurs seront prévenus s’ils ont sauvegardé des données en ligne et envoyés vers des méthodes d’exportation. La coupure du service interviendra « pendant l’été », sans plus de précision pour le moment.

En dépit de ce retrait, Mozilla l’affirme : la fonction Screenshots restera dans Mozilla car très populaire.

Firefox Screenshots : plus de sauvegarde en ligne à partir de mai

Avant-hier, Microsoft révélait le blocage de son moteur de recherche par les opérateurs chinois. Selon le Financial Times, des « contenus illégaux » étaient en cause.

Après une journée de coupure, le service est redevenu accessible aux Chinois. Selon le président et responsable juridique de Microsoft, Brad Smith, ce n'est pas le premier blocage du moteur, le seul étranger accessible dans le pays.

Bing de retour en Chine
Office 365 débarque dans le Mac App Store

Il est possible pour la première fois de télécharger Office 365 depuis le Mac App Store. Word, Excel, PowerPoint, Outlook et OneNote sont tous là, complétés par l’inévitable OneDrive, servant notamment à la sauvegarde en « live » des modifications dans les documents.

Il s’agit de la suite Office 365, donc complète mais nécessitant un abonnement. À ne pas confondre avec la licence perpétuelle, vendue 149 euros mais ne comprenant que Word, Excel et PowerPoint. Surtout, cette licence est fixe et ses fonctions n’évolueront pas dans le temps, au contraire de la formule avec abonnement, qui propose des nouveautés tous les mois.

Microsoft ne l’aborde dans son annonce, mais Apple ne s’en prive pas, et pour cause : l’abonnement peut être souscrit depuis le Mac App Store également.

Aucune des deux entreprises ne précise bien sûr la part gardée par Apple. On imagine les négociations serrées, Office 365 étant une source importante de revenus pour Microsoft. De l’autre côté, Apple n’a pu que se frotter les mains de cette nouvelle manne, mais n’a potentiellement pas pu garder ses 30 % habituels.

Notez que l’abonnement à travers le Store n’est qu’une possibilité. Si vous achetez l’une des deux formules mensuelles directement chez Microsoft, la licence sera bien entendu utilisable.

L’application concurrente de Deezer et Spotify prend désormais en charge les tablettes Android de sa nouvelle révision 2.7, tout juste disponible.

Apple ajoute que cette mouture fournit d’autres améliorations pour l’applications et les performances, mais ne donnent pas de détails.

Des améliorations qui ne seront de toute façon pas perdues, l’application étant loin de récolter les honneurs sur le Play Store. Les commentaires sont souvent critiques, accusant régulièrement la qualité de cette version Android d’être très en-deçà de sa déclinaison iOS.

Apple Music maintenant compatible avec les tablettes Android

Allegorithmic, l'éditeur du logiciel de création de textures numériques Substance (utilisé par bon nombre d'éditeurs de jeux vidéo, dans l'animation et l'automobile), vient de se faire racheter par le géant Adobe.

L'entreprise clermontoise, fondée au début des années 2000, rejoint ainsi le groupe américain, qui renforce son catalogue avec un nouveau logiciel de référence pour son bouquet d'applications Creative Cloud. Comme souvent, le montant de la transaction n'a pas été précisé.

Adobe s'offre Allegorithmic, le champion français de la création de textures numériques
Ubisoft retarde le lancement d'Anno 1800

Les aficionados d'Anno vont devoir faire preuve d'encore un peu de patience avant de mettre la main sur le prochain volet de la série : Anno 1800. Ubisoft vient en effet de repousser son lancement du 27 février au 16 avril prochain.

L'éditeur précise, et cela ne surprendra personne, que ces quelques semaines supplémentaires lui permettront de « livrer un jeu à son plein potentiel ». Bref, de corriger les bugs les plus gênants avant qu'il ne fasse le grand saut.

Le développement du jeu ne s'arrêtera toutefois pas dans les prochains mois, puisque Ubisoft assure avoir quelques idées dans sa manche pour faire évoluer le jeu au fil du temps, fidèle à son principe de « Games as a Service ».

Pour les plus impatients, une bêta fermée sera proposée à partir du 31 janvier. Aucun embargo n'est prévu sur celle-ci, les vidéos et streams devrait donc pleuvoir pour ceux qui n'ont pas encore précommandé le titre.

Une incertitude subsiste : la plateforme sur laquelle Anno 1800 sera lancée. Étant donné qu'Ubisoft a déjà prévu de distribuer The Division 2 sur l'Epic Games Store plutôt que via Steam, la question se pose. Mais l'éditeur ne semble pas encore avoir tranché.   

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.