du 23 octobre 2017
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

ProtonMail répond à Google sur le terrain de la sécurité

La semaine dernière, Google évoquait un nouveau programme de protection avancée pour ses comptes et ses services. Derrière cette annonce, il était surtout question de quelques options activées par défaut, notamment le besoin d'utiliser une clé de sécurité physique (U2F) pour la connexion à deux facteurs.

ProtonMail répond à la société américaine en mettant en avant ses propres avantages. Tout d'abord, l'emplacement de ses serveurs. Ensuite, le fait qu'elle n'appartienne pas à un groupe aux revenus issus majoritairement de la publicité.

Elle évoque aussi le chiffrement intégré au cœur de son dispositif, même s'il n'est pas encore possible de chiffrer les messages de manière asymétrique et via OpenPGP, même pour les comptes extérieurs au service. Elle ne stocke pas non plus de données sur ses utilisateurs ou leur activité, même pas leur adresse IP.

Enfin, elle utilise un dispositif de Secure Remote Password pour le contrôle d'accès, avec une authentification en deux étapes. Néanmoins, il n'est pour le moment pas possible d'utiliser une clé U2F.

Il est intéressant de voir Google se renfocer sur la sécurité, alors que la société avait fait des promesses dans le domaine du chiffrement des emails, avant de reculer au début de l'année

Problème, de nombreuses alternatives sont apparues sur ce terrain laissé vacant. Et ce n'est pas avec quelques promesses et autres petites retouches dans les paramètres de sécurité que la situation évoluera vraiment. Surtout quand la solution identifie les utilisateurs qui l'activent comme des cibles potentielles.

AMD vient de publier de nouveaux pilotes Pro Software Crimson ReLive Edition 17.10 pour ses Radeon Pro WX 9100 et Radeon Vega Frontier Edition.

Ils apportent plusieurs nouveautés déjà évoquées par la société (voir cette vidéo). Il est notamment question du Driver Mode permettant de passer d'une activité professionnelle à du jeu, avec des optimisations spécifiques dans chaque cas. AMD parle aussi d'une sécurité renforcée à travers Microsoft Device Guard et l'AMD Secure Processor intégré à ses cartes.

La société précise enfin que des nouveautés et de meilleures performances sont à l'ordre du jour. Ces dernières concernent surtout Radeon ProRender, disponible en open source et intégré à MAXON Cinema 4D Release 19 : des gains de 29 % sous Blender, 35 % sous 3DSMax, 28 % pour Maya et 14 % pour SOLIDWORKS.

AMD : de nouveaux pilotes pour ses GPU dédiés aux stations de travail

Microsoft avait mis à jour sa FAQ sur la version LTE de sa dernière Surface Pro, nous apprend Neowin. Elle ne serait ainsi pas disponible avant le printemps 2018, sans plus de précision. Mais finalement, l'information a été démentie.

L'occasion de se demander ce qu'il en est pour l'ensemble de l'initiative « Always connected PC » poussée par Microsoft avec Intel, Qualcomm et de nombreux autres partenaires, pour disposer d'appareils intégrant une connexion 4G à la manière des smartphones et de certaines tablettes.

Sur ce terrain on attend toujours les premières machines Windows 10 ARM qui multiplient les promesses et ne devraient plus tarder à se montrer, alors qu'Intel devrait lancer sa propre initiative en la matière au début de l'année prochaine.

Le CES de Las Vegas en janvier et le MWC de Barcelone fin février devraient être l'occasion d'annonces intéressantes sur ce terrain. Tout du moins espérons-le.

Surface Pro LTE : il faudra attendre le printemps prochain... ou pas

L’éditeur propose un brouillon de ce qui pourrait devenir un futur standard. WebXR est une API qui ambitionne de trouver les points communs entre les principales technologies pour les mettre à disposition des développeurs web.

Que l’on utilise HoloLens (Microsoft), ARCore (Android) ou encore ARKit (iOS), il existe des concepts communs. Avec une API pour les opérations de base, il serait possible d’amener les différents équipements à proposer le même rendu pour les pages/applications web qui s’en serviraient.

WebXR peut être vu comme un surensemble de WebVR qui gèrerait aussi bien la réalité augmentée que virtuelle. La nouvelle API part d’ailleurs du brouillon de WebVR 2.0 pour en élargir les capacités.

Mozilla en appelle désormais à toutes les bonnes volontés et invite les développeurs intéressés à se pencher sur le projet. L’éditeur prévient également qu’une plateforme mobile de navigation 3D est en cours de développement. Basée sur Servo (d’où vient le nouveau moteur Quantum de Firefox), elle devrait faire prochainement l’objet d’une présentation.

Avec WebXR, Mozilla veut harmoniser la réalité mixte
Publicités Google : le tracking des URL sera désormais effectué en arrière-plan

Google vient d'annoncer une nouveauté pour son service publicitaire AdWords : une plus grande efficacité dans le tracking des URL. « Lorsqu'un visiteur clique sur une annonce pour laquelle le suivi d'URL est activé, il doit parfois patienter quelques centaines de millisecondes avant de pouvoir accéder au site Web. Ce délai peut paraître très court, mais l'impact potentiel sur les performances de la campagne est réel » précise le géant américain.

Pour éviter ce problème, la société va exploiter une nouvelle solution d'ici la fin de l'année, avec une généralisation et une utilisation par défaut prévue pour début 2018 : le Parallel Tracking. Objectif, envoyer directement l'utilisateur sur la page, le traitement du tracking de l'URL étant géré en arrière-plan par le navigateur pour éviter la multiplication des redirections.

Une façon de faire intéressante, tant les redirections tendent parfois à se multiplier. On se demande néanmoins si les masquer n'est pas une mauvaise réponse au problème, alors que l'internaute demande surtout à ce que le nombre de dispositifs du genre soit réduit, surtout avec l'arrivée de GDPR et ePrivacy l'année prochaine.

Cette information circule sur le Net depuis des mois, mais la société l’a désormais confirmée du bout des lèvres à nos confrères de The verge.

« Alors que nous nous attendons à ce que la plus grande partie de notre production reste aux États-Unis, nous devons établir des usines locales pour assurer des prix abordables aux marchés qu'elles desservent » ajoute Tesla.

Aucun choix ne semble arrêté pour le moment. La société précise enfin que de plus amples informations arriveront d’ici la fin de l’année.

Vers une usine Tesla en Chine (entre autres)

Le service de gestion des flux RSS Feedly ajoute une nouvelle fonctionnalité à son offre Teams : la possibilité d'envoyer des newsletters (voir la vidéo).

Celles-ci sont composées à partir des Boards qui comprennent la liste des éléments sauvegardés par l'équipe. Les notes et éléments surlignés sont également repris dans l'email envoyé.

L'expédition se fait à l'heure de votre choix et seulement certains jours si vous le désirez. Vous avez également la possibilité d'ajouter un tiers dans la liste des destinataires, mais attention à ne pas le faire sans son accord.

L'idée n'est de toute façon pas de mettre en place un service complexe comme peuvent le faire des sociétés spécialisées telles que MailJet ou Mailchimp. Feedly veut surtout permettre à ceux qui utilisent ses outils collaboratifs de partager leur travail sous une forme différente, ce qui peut être pratique pour une revue de presse interne par exemple.

Feedly se met aux newsletters

Lancé durant l’été par l’un des pères d’Android (ce qui lui a assuré une certaine visibilité dans la presse, avant même de savoir de quoi il était capable), ce smartphone était proposé à un tarif relativement élevé : 699 dollars.

Il vient de subir une importante baisse de prix sur son site officiel : 499 dollars, soit près de 30 % remise. Les clients de la première heure, eux, auront droit à un code « Friends & Family » d'un montant de 200 dollars « pour acheter un nouvel Essential Phone ou une caméra Essential 360 ». Ils doivent pour cela se manifester avant le 15 novembre.

L’Essentiel Phone d’Andy Rubin baisse de 200 dollars
Project Loon en place à Porto Rico, pour des appels, SMS et de la data

Google avait obtenu l’autorisation de la FCC pour déployer un réseau de téléphonie mobile via ses ballons stratosphériques. Il est désormais en place, en partenariat avec l’opérateur AT&T. Ce dernier annonce d’ailleurs couvrir plus de 60 % de la population de Porto Rico et plus de 90 % de celle des Îles Vierges des États-Unis

« Certaines personnes utilisant des téléphones 4G compatibles » peuvent ainsi profiter de SMS, d’appels et d’un accès à Internet précise la société sur son blog. Cette technologie est toujours en phase de bêta rappelle-t-elle tout de même.

De son côté, Apple annonce à nos confrères de TechCrunch avoir déployé un firmware pour les iPhone 5c et plus récent afin qu’ils puissent se connecter à ce nouveau réseau (via la bande de fréquence 8 LTE).

Xilopix est une entreprise française travaillant depuis près de dix ans sur un projet de moteur de recherche « visuel et tactile qui permet de s’affranchir de la barrière de la langue ». Elle s'est installée dans les Vosges en 2012, soutenue par la Société d'Economie Mixte d'Epinal-Golbey à hauteur de 400 000 euros d'apport en capital et par des équipes de recherche locales.

En 2014, la start-up évoquait une offre grand public sur un modèle publicitaire et des services B2B pour les professionnels. Elle présentait également une solution visant le marché de la vente en ligne sur laquelle elle a travaillé avec le Loria, après avoir levé 1 million d'euros et gagné plusieurs prix.

Elle visait alors une internationalisation (10 % du CA devant être réalisée en France à terme), pour attirer notamment de nouveaux investisseurs. Mais l'entreprise n'a jamais vraiment réussi à trouver de débouché commercial, et perdait ces dernières années près de 500 000 euros par an, sans déclarer de chiffre d'affaires (ou presque).

Au début de l'année, elle mettait en ligne Xaphir, son moteur de recherche présenté comme un concurrent de Google, Bing ou encore Qwant. Il mettait en avant le respect de la vie privée, la combinaison de termes et une plus grande exhaustivité des résultats. L'équipe visait alors le Top 5 du secteur d'ici à 2020.

Mais Vosges Matin nous apprend que la société a déposé le bilan au début du mois et que le tribunal de commerce d'Epinal l'a placée en redressement judiciaire pour six mois. Elle va donc devoir trouver de nouveaux investisseurs, sans avoir réussi à lever suffisamment de fonds à la fin de l'année dernière.

L'activité va continuer pour le moment, en attendant de savoir qui seront les nouveaux partenaires de la société.

Moteur de recherche Xaphir : la société Xilopix en redressement judiciaire

Alors que la pression monte sur le smartphone Razer qui sera dévoilé le 1er novembre, le fabricant en profite pour annoncer deux nouveaux produits.

D’un côté, nous avons la webcam Kiyo, « la première au monde équipée d'une lampe annulaire réglable » avec 12 niveaux de luminosité. Elle prend en charge des vidéos 1080p à 30 ips et jusqu’à 60 ips en 720p. Dédiée aux joueurs, elle est compatible Open Broadcaster Software (OBS) et XSplit.

De l’autre, un micro à condensateur Seiren X équipé d’un support antichoc afin d’amortir les vibrations. Il se connecte en USB à l’ordinateur et dispose d’un bouton pour ajuster le volume.

Les deux produits seront disponibles d’ici la fin du mois sur le site du fabricant et avant la fin de l’année de manière mondiale. Comptez 109,99 euros pour la caméra Kiyo et 109 euros pour le micro Seiren X.

Webcam Kiyo avec lampe annulaire et micro à condensateur Seiren X chez Razer

Si vous avez envie de plonger les méandres de l’Univers et que vous disposez à la fois d’un bagage scientifique et d'un niveau d'anglais suffisants, sachez que l’université de Cambridge vient de mettre en ligne la thèse de 1966 du célèbre physicien.

Elle précise qu’il s’agissait d’une demande importante de la part de ses utilisateurs. Elle profite donc de la semaine du libre accès 2017 pour la mettre en ligne en intégralité et ainsi la rendre accessible à tous.

« Properties of expanding universes », la thèse de Stephen Hawking disponible en ligne
C-zam de Carrefour revendique 90 000 clients actifs

Disponible depuis six mois, cette offre propose un compte courant et une carte bancaire MasterCard à débit immédiat (5 euros le coffret à l’achat, puis 1 euro par mois), avec une gestion du compte en ligne.

Julien Jaillon, directeur général de Carrefour Banque, indique à nos confrères des Echos que 90 000 clients utilisent activement cette offre, sans préciser combien de coffrets ont été vendus.

Sans surprise, la clientèle est jeune : 28 % ont moins de 30 ans, 79 % sont sous la cinquantaine. Dans 88 % des cas, l’inscription se fait en moins de 10 minutes sans avoir besoin de contacter la plateforme téléphonique.

Le directeur reconnaît par contre que « la grande majorité (66 %) des clients utilise C-zam à la marge ».

L’annonce n’est pas une surprise puisqu’Elon Musk avait déjà précisé avoir obtenu un accord verbal en juillet dernier (voir cette actualité).

Comme le rapporte le LA Times,  le permis d’exploitation est soumis à conditions (non précisées) afin de creuser un tunnel de plus de 16 km dans la banlieue de Baltimore, le gouverneur de l’État.

Le but est ensuite de relier New York et Washington (en passant par Baltimore et Philadelphie) en 29 minutes seulement.

The Boring Company autorisée à creuser des tunnels dans le Maryland

Si en France on utilise le code PIN pour valider un paiement par carte bancaire, aux États-Unis et au Canada il faut bien souvent signer un ticket.

MasterCard prépare (enfin) sa petite révolution numérique et supprimera cette étape à partir d’avril 2018, aussi bien pour les cartes de débit que de crédit. La société précise évidemment que cela « n'aura aucun impact sur la sécurité » des transactions.

MasterCard veut supprimer la signature lors des paiements, à partir d’avril 2018

Annoncé au début du mois, le smartphone aurait des soucis avec son écran pOLED de 6 pouces. Certains utilisateurs indiquent en effet avoir remarqué des brûlures sur la dalle, notamment en bas au niveau des boutons de navigation.

Si ce phénomène se produit inévitablement au bout de plusieurs années/mois, il survient ici après quelques jours d’utilisation. Contacté par The Verge, Google explique simplement « enquêter activement » sur la question.

Des brûlures d’écran sur le Pixel 2 XL après quelques jours ? Google enquête
L’un des développeurs principaux de GIMP appelle à l’aide

Jehan est l’un des plus gros participants au projet GIMP, le logiciel de dessin et de retouche bien connu. Dans un billet paru il y a environ une semaine, il décrit une situation complexe. Vivant de peu et face à un matériel tombant en panne, il finit par faire appel aux dons.

Deux campagnes parallèles sont lancées, l’une sur Tipeee, l’autre sur Patreon. Les sommes récoltées serviraient à remplacer le matériel défaillant, ainsi qu’à financer en partie le film ZeMarmot en rémunérant la dessinatrice principale, Aryeom Han, qui se sert principalement de GIMP (et Blender, auquel Jehan participe aussi).

Ils aimeraient obtenir un minimum de 1 000 dollars/euros par mois, mais les campagnes ne grimpent pas rapidement, avec respectivement 640 dollars et 645 euros sur Patreon et Tipeee.

Des chercheurs de l’université de Stanford ont mis au point une technique permettant d’utiliser les fibres optiques traditionnelles (utilisées pour la transmission de données) pour détecter des tremblements de terre.

Ils veulent « transformer ce réseau dense en un observatoire de "milliards de capteurs" peu coûteux ». Pour cela, les scientifiques expliquent qu’ils « convertissent » les secousses des brins de fibre optique en données sur la direction et l’ampleur de l’événement sismique.

Cette technique n’est pas nouvelle, mais nécessitait auparavant une mise en place particulière. Cette fois, elle passe par les fibres existantes, sans modification. Le résultat est moins précis qu’avec un sismomètre reconnaissent-ils, mais moins coûteux à mettre en place.

Quand la fibre devient détecteur de tremblement de terre

Le ministère de l’Éducation nationale a publié au Journal officiel du samedi 21 octobre un arrêté relatif aux espaces numériques de travail (ENT).

Ce texte, qui modifie un précédent arrêté, étend notamment le champ d'application des ENT, aujourd'hui déployés dans les seuls écoles, établissements publics locaux d'enseignement (EPLE) et établissements d'enseignement supérieur, aux « établissements d'enseignement privés sous contrat » ainsi qu'aux « centres de formation d'apprentis de l'éducation nationale ».

L’avis rendu par la CNIL sur cet arrêté a également été publié au JO (voir ici).

L’Éducation nationale étend l’usage des environnements numériques de travail (ENT)

Nouvelle victoire pour le réseau social, qui expose désormais un service de plus dans son Messenger, même si uniquement aux États-Unis pour l’instant.

Depuis l’application mobile, on pourra donc cliquer sur le « + » bleu et chercher PayPal. On choisit ensuite un montant, puis on valide, expédiant la somme chez un contact. La fonction peut aussi être utilisée pour demander de l’argent, y compris dans une conversation de groupe.

Dans la foulée, PayPal propose un bot pour Messenger, chargé d’assurer certaines fonctions liées au support. Par exemple, la réinitialisation d’un mot de passe, gérer les requêtes, etc. Pour l'installer, il faudra le chercher dans le dernier onglet de Messenger, Découvrir.

PayPal n’a pour l’instant pas dit un mot sur la diffusion dans le reste du monde.

PayPal s'incruste dans Facebook Messenger

Le célèbre forum consacré aux jeux vidéo est hors ligne depuis plusieurs heures maintenant, et ce depuis que son propriétaire, Tyler « Evilore » Malka, est accusé de harcèlement sexuel. Une victime a témoigné sur Facebook et son récit est étayé par des propos tenus par Evilore lui-même sur NeoGAF en 2012.

Dans la foulée de ces révélations, plusieurs modérateurs du forum ont démissionné. Les sujets dénonçant l’attitude de Tyler Malka se sont multipliés sur le site, avant qu’il ne soit finalement mis hors ligne, sans information sur un éventuel retour.

Le forum NeoGAF ferme ses portes sur fond de harcèlement

Le blogueur et co-fondateur d’UploadVR, Robert Scoble, fait à son tour l’objet de multiples accusations. Son entreprise avait déjà été mise à l’index pour avoir mis en place une « kink room » au sein de ses locaux, avec notamment un lit et des préservatifs à disposition des employés.

Cette fois-ci l’homme est directement visé par plusieurs personnes l’accusant de comportements déplacés et d’agressions. La journaliste Quinn Norton a notamment détaillé l’une de ces agressions dans un long billet publié sur Medium.

Sans reconnaître de cas particulier, Scoble a publié un mea culpa publiquement sur Facebook, où il explique s’excuser d’avoir « endommagé la confiance que de nombreuses personnes avaient en moi ». Des explications qui de son propre aveu ne seront certainement pas suffisantes pour réparer les dégâts qu’il a causés.

Un blogueur influent de la Silicon Valley accusé de harcèlement
Cortana change de visage sur iOS

Aux États-Unis et quelques autres pays, l’assistant de Microsoft peut être installé sur Android et iOS. Sur la plateforme d’Apple, l’application a été rénovée en fin de semaine dernière.

La version 2.6.0 affiche donc une interface modernisée, même si le cœur du service, lui, ne change pas. De nombreux points ont cependant été revus pour faciliter des opérations, comme créer des rappels. La page de profil a été remaniée, l’accès aux réglages simplifié et Microsoft évoque de meilleures performances, visibles dans la réactivité générale.

On ne sait toujours pas quand Microsoft compte lâcher Cortana sur le reste du monde. Il n’est pas certain que l’application rencontre un immense succès compte tenu des limitations imposées par Android et iOS sur ce type de service, mais Cortana a un rôle à jouer dans la synchronisation des informations.

Depuis la Fall Creators Update, Windows 10 fait ainsi le lien avec les smartphones Android, et si l’échange est pour l’instant limité (ouverte de pages web), Cortana doit à terme jeter des ponts entre les plateformes.

Toujours épris de son rêve de fonder un concurrent de Netflix à l’échelle européenne, Vivendi vient de jouer un nouveau coup pour faire avancer cette stratégie.

Telecom Italia (TIM) et Canal+ vont établir une coentreprise, détenue à 60 % par la filiale italienne de Vivendi et à 40 % par la chaîne cryptée. Son objet sera de « saisir de nouvelles opportunités de croissance dans un marché en perpétuelle évolution, au travers d’une offre commerciale combinant une connectivité en fibre et du contenu vidéo premium ».

On a déjà vu ça quelque part...

Vivendi et Telecom Italia fondent une coentreprise

Dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances pour 2018, les députés ont rejeté, samedi 21 octobre, tous les amendements visant à avancer d’un an la déclaration automatisée au fisc, par les grandes plateformes de type Uber ou Airbnb, des revenus générés par leurs utilisateurs.

Ils se sont également opposés, toujours en suivant l’avis défavorable du rapporteur et du gouvernement, à l’abattement de 3 000 euros qui aurait pu profiter aux adeptes de ces mêmes plateformes. L’amendement visant à taxer les géants du Net à partir de leur « présence digitale significative » en France a quant à lui été retiré.

Aucun amendement adopté sur la fiscalité du numérique

Le fondeur a publié ses résultats pour le troisième trimestre et sont meilleurs que prévus. Les revenus de l’entreprise ont grimpé de 1,5 % sur un an, à 8,32 milliards de dollars. Le résultat net a fondu quant à lui de 7,1 % à 2,98 milliards de dollars, mais les analystes s’attendaient à une moisson encore moins favorable.

Pour le prochain trimestre, le géant taïwanais s’attend à des revenus compris entre 9,1 et 9,2 milliards de dollars, portés notamment par la production de composants à destination de l’iPhone X. La marge opérationnelle devrait quant à elle graviter autour de 37 à 39 %.

Sur l’ensemble de 2017, les prévisions font état d’une croissance de 5 à 10 % du chiffre d’affaires, et l’entreprise précise être en mesure de viser le haut de cette fourchette. Parallèlement, ses investissements sont aussi en nette hausse cette année (+8 % à 10,8 milliards de dollars), ce afin de préparer le terrain pour la production de puces gravées en 7 nm.

TSMC s’attend à une croissance soutenue

Cette application se veut une boutique secondaire dans laquelle tout est libre. Si l’utilisateur a activé l’installation depuis des sources tierces, il pourra donc récupérer des applications open source à la licence jugée libre.

Le projet existe en fait depuis un moment, mais la version 1.0 finale (GPLv3) est l’occasion de proposer bon nombre d’améliorations. Les développeurs parlent ainsi de notifications intégrées pour les mises à jour, d’une gestion plus fine des installations, de surveillance des vieilles versions et bêtas, d’un filtrage éliminant tout ce qui n’est pas compatible avec l’appareil ou encore de la vérification des signatures et empreintes des fichiers APK.

Le site officiel permet d’installer F-Droid (le français y est disponible), après un téléchargement de 7 Mo. La signature PGP est fournie et l’ensemble peut fonctionner à partir d’Android 2.3.

F-Droid 1.0 pousse le logiciel libre sur Android
31 opérateurs et équipementiers montent au créneau contre le Code des télécoms

Cette action est menée par l’European Telecommunications Network Operators’ Association (alias ETNO). Dans le lot des signataires, on retrouve BT Group, Ericsson, Nokia, Orange, KPN, Proximus, Telecom Italia, T-Mobile, etc.

Tous s’inquiètent de l’orientation du Code des télécoms qui pourrait, selon eux, conduire à limiter leurs investissements dans les futures technologies (dont la 5G). La cause principale de leur colère concerne la pression réglementaire jugée élevée et des règles présentées comme obsolètes.

Bref, ils veulent plus de liberté pour continuer à investir. Un coup de pression alors que les discussions entre Commission, Conseil et Parlement s’ouvriront demain.

Pour rappel, ce n’est pas la première fois que les opérateurs se lancent dans un « chantage » à l’investissement. L’année dernière, ils souhaitaient que les régulateurs européens reviennent sur le principe de neutralité du Net, comme l’expliquait alors Sébastien Soriano, président de l’Arcep.

Twitter a décidé de faire de son réseau social un endroit plus agréable, mais surtout plus sûr, notamment en matière de harcèlement. Une requête émise par de nombreux utilisateurs depuis plusieurs années.

L’entreprise a donc publié un calendrier regroupant les mesures qui seront prises dans les prochaines semaines afin de résoudre ce problème, accompagnées des dates de leur mise en application.

Publier du contenu affichant de la « nudité non consensuelle » c’est-à-dire des images prises sans le consentement de la victime, sera passible d’une suspension immédiate du compte dès le 27 octobre.

Les appels en cas de suspension seront quant à eux mieux gérés et les contrevenants sauront désormais clairement pourquoi leur compte ne leur est plus accessible.

Il faudra par contre attendre le 3 novembre pour être notifié par e-mail d’une suspension de son compte et la fin de l'année pour les règles concernant les groupes violents, symboles haineux et autres améliorations plus profondes.

Twitter dévoile son Safety Calendar pour renforcer sa modération

La société suédoise passe à la vitesse supérieure en proposant une plateforme promotionnelle, presque une agence. Selon les propres mots de l’entreprise, elle s’engage à « soutenir les carrières des artistes de tout niveau ».

RISE comprend une plateforme dédiée et un programme de promotion sur divers canaux, surtout les réseaux sociaux et les services de streaming, car Spotify ne veut pas se contenter du sien. Des playlists spéciales seront mises en avant et des évènements organisés dans les prochains mois. L’idée sera toujours la même : faire découvrir les artistes.

Une première sélection est déjà avancée : Kim Petras (pop), Lauv (pop/rock), Russell Dickerson (country) et Trippie Redd (hip hop). En l’état, RISE pourrait entrer en compétition directe avec Music Up Next, un programme équivalent chez Apple. Même s’il est restreint aux seuls services de Cupertino, il a l’avantage d’exister depuis plus longtemps.

Hasard du calendrier (ou pas), Apple a déposé la semaine dernière une demande de marque pour Music Up Next, mettant en avant son travail de curation, la promotion des artistes et son engagement pour le multimédia.

Spotify lance RISE, pour la promotion des artistes émergents

En septembre, l’Association européenne des fabricants de vélos (EBMA) déposait une plainte antidumping auprès de la Commission européenne. En cause : les prix cassés (en-dessous des coûts de production) auxquels sont vendus des vélos électriques (e-bike) chinois.

Pour la CE, « il y avait suffisamment de preuves pour justifier le début d'une enquête » indique Reuters. Celle-ci devrait être terminée d’ici 15 mois. L’EBMA ne compte pas en rester là et prépare le dépôt d’une plainte connexe sur des subventions illégales.

De son côté, le ministère chinois du Commerce déclare qu’il défendra les intérêts de ses entreprises et exhorte l’UE à respecter les règles de l’organisation mondiale du commerce, sans prendre la voie du protectionnisme.

Ce n’est pas la première fois que l’Europe et la Chine se lancent dans une bataille du genre. Les panneaux solaires et les produits en acier ont déjà été le théâtre d’affrontements similaires par le passé.

La Commission européenne enquête sur l'importation de vélos électriques chinois

C’est l’histoire d’une entreprise japonaise, emonster, qui a publié une application nommée « Animoji - Free Animated Texting » le 23 juillet 2014 sur l’App Store d’Apple. Elle permet d’insérer des emojis animés dans des messages texte.

La société dépose la marque Animoji la même année devant le bureau américain des brevets qui lui accorde les droits à compter de 2015. L’entreprise se fait approcher courant 2017 par d’autres entités aux noms fantasques, comme The Emoji Law Group LLC, qui lui proposent de racheter la marque, ce qu’elle refuse avant d’être menacée d’une procédure d’annulation.

Le 11 septembre dernier, veille de la présentation de l’iPhone X, c’est Apple qui lance cette procédure en s’appuyant sur un vice de forme au moment du dépôt, que le bureau américain des brevets corrige directement en expliquant qu’il s’agissait d’une erreur faite en toute bonne foi par le déposant initial.

Aujourd’hui, l’entreprise nipponne contre-attaque devant un tribunal américain et demande à ce qu’Apple ne puisse plus utiliser le terme Animoj. Elle réclame des dommages et intérêts, qui n’ont pas encore été chiffrés.

Apple poursuivi en justice pour l’utilisation de la marque Animoji
Pour Google, le HTTPS est en très bonne voie

La société fournit quelques chiffres intéressants sur la progression des connexions sécurisées. Sur Chrome pour Android, 64 % du trafic est ainsi protégé, contre 42 % il y a un an. Chrome pour macOS voit pour sa part transiter 75 % du trafic en HTTPS, contre 60 % un an avant.

Le chiffre le plus notable est sans doute celui-ci : 71 sites du Top 100 des plus visités sont désormais en HTTPS, contre seulement 37 il y a un an. Il s’agit de moyennes mondiales, mais les scores changent selon les régions.

Via les mesures de Chrome pour Windows, on apprend ainsi que le HTTPS est passé de 50 à 66 % au Brésil, de 59 à 73 % aux États-Unis, mais seulement de 31 à 55 % au Japon, qui semble avoir un réveil tardif.

Par ailleurs, ces informations restent indicatives, dans la mesure où elles ne proviennent que d’un acteur unique. Elles fournissent évidemment une fenêtre sur l’évolution du web, mais on gardera à l’esprit que même si la progression est encourageante, le 100 % est encore loin.

En plus d’initiatives comme Let’s Encrypt, les navigateurs ont un grand rôle à jouer dans ce domaine. Google vante le durcissement de ton dans Chrome (notamment avec la version 62), mais tous adoptent une stratégie similaire : ne plus présenter à terme le HTTPS comme un bonus, mais pointer le HTTP classique comme un défaut.

Yelp WiFi (issue du rachat de Turnstyle Analytics) permet à des entreprises de proposer un accès Wi-Fi « gratuit » à des utilisateurs, à condition qu’ils s’identifient. Plusieurs solutions sont proposées : Facebook, Twitter, Google ou SMS. De quoi récupérer au passage des données personnelles.

Le chercheur Ashkan Soltani relève une pratique douteuse et potentiellement dangereuse dans les conditions d’utilisation du service : les informations personnelles récoltées sont liées à l’adresse MAC et à la position géographique de l’utilisateur. Le but étant certainement de pouvoir les recouper ensuite.

Yelp WiFi confirme, en précisant qu’il ne récupère que des informations partagées via les profils Facebook et Twitter des utilisateurs. Ashkan Soltani demande si Yelp récupère aussi le token Oauth, mais la société n’a pas répondu pour le moment, du moins de manière publique sur Twitter.

Yelp WiFi serait-il trop curieux ?

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.