du 09 janvier 2019
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Loi contre les manifestations : le Syndicat de la magistrature dézingue les annonces gouvernementales

Le Syndicat de la Magistrature voit d’un mauvais œil le plan gouvernemental contre les violences en marge des manifestations des gilets jaunes. Il retient que la proposition de loi LR, déjà votée au Sénat, et qui devrait servir de vivier à l’exécutif, contient plusieurs dispositions dangereuses pour les libertés.

En particulier, l’interdiction de manifester décidée par le préfet. Comme expliqué dans nos colonnes, elle reposera sur deux critères cumulatifs. Il faudra d’une part « des raisons sérieuses de penser » que le comportement d’une personne « constitue une menace d’une particulière gravité pour l’ordre public ». D’autre part, que la personne concernée ait déjà été condamnée pour des faits de violences ou bien parce qu’elle appartient à un groupe ou entre en relation « de manière régulière avec des individus incitant, facilitant ou participant à la commission de ces mêmes faits ».

Pour le SM, « ces critères sont (…) voisins de ceux permettant depuis la fin de l’état d’urgence à l’autorité administrative de décider d’assignations à résidence ou de visites domiciliaires. Ces décisions seront prises sur la base de présomptions, déterminées par des notes blanches non sourcées ».

Il y voit de nouvelles « restrictions de libertés sans contrôle du juge a priori et sans l’imputation d’un fait précis dont la preuve résulterait d’une enquête contradictoire ».

Le fichier des « casseurs », associé à ces interdictions de manifester, serait tout aussi contestable puisqu’échafaudé « sur la base d’informations des services du renseignement concernant « l’appartenance » supposée « à un groupe » ou les « relations » supposées d’un individu avec d’autres ».

Dans le Monde, l'avocat Patrice Spinosi estime de son côté que « répondre par un virage sécuritaire à la colère qui s’exprime dans la rue ne me semble pas le meilleur moyen de l’apaiser ».

L'Agence nationale des fréquences vient de mettre en ligne son observatoire du déploiement de la 4G pour le mois de décembre 2018.

Comme c'est le cas depuis des mois, Bouygues Telecom et Free sont toujours seuls à activer des antennes dans la bande des 700 MHz. Sur les 800 MHz, Bouygues Telecom, Orange et SFR ont mis en service entre 345 et 489 antennes chacun. Pour rappel, Free n'a pas de licence sur cette bande.

Tous les opérateurs ont également densifié leurs réseaux sur les 1 800 et  2 600 MHz. Bouygues Telecom, Orange et SFR ont mis en service entre 362 et 397 nouveaux sites 4G, contre seulement 146 pour Free sur le mois de décembre.

En 5G, huit nouvelles stations expérimentales sur la bande des 3,5 GHz ont été autorisées par l'ANFR, portant le total à 57 : 25 pour Bouygues Telecom, 22 pour Orange et enfin 10 pour SFR.

ANFR : plus de 45 000 sites autorisés pour la 4G, 57 pour la 5G

Hier dans la journée, de nombreux utilisateurs de la banque se plaignaient de ne plus pouvoir accéder à leurs comptes ou effectuer de paiements.

Vers 15h, le compte Twitter officiel indiquait : « un incident est en cours sur notre site et application mobile. Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée, nos équipes mettent tout en oeuvre pour rétablir les connexions au plus vite ! »

La situation n'a finalement été rétablie que vers 21h, BNP présentant « toutes ses excuses pour l’incident informatique survenu aujourd'hui ».

Une panne d'ampleur pour une telle société, qui n'a pourtant pas publié de communiqué de presse détaillé sur le sujet. La banque devra néanmoins sans doute rendre des comptes aux pénalisés par la situation.

Panne de l'ensemble des services pour les clients de BNP Paribas

En vertu d’un décret paru ce matin au Journal officiel, les sociétés d’au moins 50 salariés devront bientôt publier un indicateur censé refléter les écarts de rémunération hommes-femmes. Celui-ci sera calculé à partir de nombreux éléments : différences de salaires, mais aussi écarts de taux de promotions, pourcentage de salariées ayant bénéficié d'une augmentation dans l'année de leur retour de congé de maternité, etc.

Seul un « niveau de résultat » annuel sera rendu public sur le site Internet de l'entreprise, « lorsqu'il en existe un ». Dans le cas contraire, cet indicateur devra être « porté à la connaissance des salariés par tout moyen ».

Faute d’atteindre un score d’au moins 75 points, la société sera incitée à prendre des « mesures adéquates et pertinentes de correction ». En cas de non-conformité pendant trois années consécutives, l’entreprise s’exposera à des pénalités.

Un indicateur sur l’égalité hommes-femmes obligatoire sur le site des grandes entreprises
Patch Tuesday : Microsoft déploie ses mises à jour de janvier

Comme chaque deuxième mardi de chaque mois, Microsoft a déployé hier soir ses correctifs pour l’ensemble des Windows supportés.

Les utilisateurs ayant l’October Update (1809) passent ainsi en version 17763.253. Les correctifs concernent notamment PowerShell, plus particulièrement les points d’accès distants. Dorénavant, ces derniers ne pourront plus fonctionner avec des comptes non-administrateur. D’autres corrections concernent Extensible Storage Engine, Edge, Windows App Platform, le noyau ou encore le Scripting Engine.

À l’exception de l’Extensible Storage Engine, on retrouve peu ou prou les mêmes changements dans les branches précédentes de Windows 10. L’April Update (1803) passe ainsi en mouture 17134.52, la Fall Creators Update (1709) en 16299.904, la Creators Update (1703) en 15063.1563, l’Anniversary Update (1607) en 14393.2724 et même la branche originelle passe en 10240.18094. Notez que les deux dernières ne sont accessibles que depuis le LTSC (Long-Term Servicing Channel).

Les moutures précédentes de Windows sont évidemment concernées. Windows 7 SP1, Windows Server 2008 R2 SP1, Windows 8.1, Windows Server 2012 et sa déclinaison R2 reçoivent tous une mise à jour cumulative reprenant en partie les correctifs pour Windows 10.

Il faut y ajouter des protections supplémentaires contre la vulnérabilité Speculative Store Bypass (CVE-2018-3639) sur les ordinateurs à base de processeurs AMD. Microsoft met à disposition une page spécifique pour les clients et une autre pour les serveurs. Ces protections s’utilisent en conjonction de celles déjà sorties pour Meltdown et Spectre Variant 2.

Comme toujours, ces mises à jour cumulatives sont disponibles immédiatement depuis Windows Update et contiennent tous les correctifs des mois précédents, si d’aventure ils n’avaient pas été installés.

L'équipementier automobile profite du CES de Las Vegas pour dévoiler son concept. Il comprend deux parties : un véhicule autonome baptisé Continental Urban Mobility Experience (CUbE), à l'intérieur duquel se trouvent des robots autonomes chargés de livrer des colis.

Une fois garée, la camionnette lâche « les chiens » qui vont apporter les marchandises à leurs destinataires. Rassurez-vous, ils ne ressemblent (pour le moment ?) pas aux robots tueurs de l'épisode Metalhead de Black Mirror.

Continental ne donne aucune indication sur une éventuelle commercialisation, qui ne semble pour le moment être qu'un concept.

La livraison du futur par Continental : un véhicule autonome transportant des robots-chiens autonomes

Le géant de Mountain View, en pleine bataille sur la future directive droit d’auteur européenne, pose ses « principes pour faire évoluer la régulation des technologies en 2019 » dans un billet de blog. En 2018, les critiques se sont intensifiées sur le pouvoir économique et politique des géants du Net, Facebook et Google en tête.

Les principes sont très vagues : concevoir des lois spécifiques pour éviter les effets secondaires involontaires, et faire évoluer les textes pour suivre les changements technologiques rapides. Surtout, la société rappelle ses efforts (largement médiatisés) pour lutter contre les contenus illégaux et dangereux, induisant que légiférer n’est pas toujours nécessaire. L’intelligence artificielle y tient toujours une place de choix.

Google devient coutumier de ces conseils aux législateurs. En octobre, il définissait ce qu’était une bonne loi sur la vie privée, demandant d’éviter un contrôle total des données par les internautes, de laisser une place pour « l’innovation » et une définition flexible des données personnelles. Il demandait aussi des lois à l’application limitée à leur territoire, contrairement au RGPD européen.

Google publie des principes pour réguler le numérique en 2019

Lors de sa conférence de presse au CES, le fabricant a présenté cette technologie permettant, selon ses dires, « d’obtenir un son cristallin directement orienté vers le spectateur ».

Des haut-parleurs piézoélectriques sont intégrés dans la dalle de la télévision, qui reste malgré tout fine avec 2,80 cm d'épaisseur au maximum. Ce sont pour le moment les seules informations disponibles sur cette technologie Sonic One.

Hisense Sonic One : la TV « diffuse du son directement à travers sa dalle »
IBM Q System One : « le premier système d'informatique quantique intégré au monde pour un usage commercial »

L'informatique quantique a le vent en poupe ces dernières années et promet d'être une révolution pour celles à venir.

La course aux qubits (bits quantiques) est lancée et les différents acteurs communiquent largement à chaque fois qu'ils dépassent un nouveau seuil (on reste pour le moment dans l'ordre de plusieurs dizaines seulement). Google grimpe jusqu'à 72 qubits avec son CPU Bristlecone.

IBM annonce aujourd'hui une machine avec « seulement » 20 qubits, mais qui est selon le fabricant « le premier système d'informatique quantique intégré au monde pour un usage commercial ». Le constructeur a soigné le look de son calculateur, qui comprend notamment des parois en verre.

« Ne le considérez pas comme un ordinateur quantique capable de résoudre tous les problèmes d’informatique quantique. Considérez-le comme un prototype vous permettant de tester et de développer davantage la programmation qui pourrait être utile dans le futur », explique Winfried Hensinger, professeur de technologies quantiques, à The Verge.

Le tarif de « la bête » n'est pas précisé.

L’éditeur de la bibliothèque multimédia discute avec des ayants droit et diffuseurs pour proposer des films avec publicité, rapporte TechCrunch. Des abonnements payants à des fournisseurs de contenus sont aussi prévus. L’ensemble pourrait arriver dans l’année.

Nos confrères rapprochent ce modèle des Roku Channels et des Amazon Prime Video Channels. Depuis novembre, YouTube lui-même teste le financement de films par la publicité, en plus d’abonnements payants facultatifs à des chaines.

Plex propose depuis peu l’abonnement au service de streaming musical Hi-Fi TIDAL. Il a conçu de nouvelles capacités de facturation qu’il compte exploiter avec d’autres. Les abonnements pourraient être fournis seuls ou par ensembles.

La société ne peut pas encore annoncer d’accord, mais assure que cette direction est celle du marché. Pour rappel, Plex est d’abord un logiciel de gestion multimédia accessible sur la plupart des systèmes, avec auto-hébergement des contenus.

Plex envisage des abonnements et de financer des films par la publicité

Au mois de décembre, un compte Twitter diffusait des informations personnelles sur des personnalités allemandes : hommes et femmes politiques, artistes, journalistes, etc.

L'auteur présumé a été arrêté outre-Rhin. Son nom n'est pas dévoilé par les autorités, qui précisent simplement qu'il a 20 ans, est encore scolarisé et vit chez ses parents. Selon les autorités et l'AFP, il aurait « agi en réaction à des propos de responsables politiques et de personnalités qui l'ont agacé ».

Nos confrères ajoutent que « le jeune homme, qui dit avoir agi seul, est passé aux aveux, après quoi il a été remis en liberté ». Autodidacte, il aurait trouvé les données personnelles sur les médias sociaux et le cloud.

Allemagne : un jeune de 20 ans arrêté pour la publication des données personnelles d'un millier de personnalités

Après Samsung hier, c'est maintenant au tour de LG de présenter ses prévisions pour ses résultats du quatrième trimestre. Son bénéfice opérationnel trimestriel serait ainsi en baisse de 80 % par rapport à la même période l'an passé, ce qui est très loin du compte attendu par les analystes. Seule consolation, il est en hausse de 9,5 % sur l'ensemble de 2018 comparativement à 2017.

LG ne donne aucun détail sur les évènements qui ont conduit à ces résultats en dessous des attentes, réservant ses explications pour la présentation complète de ses chiffres à la fin du mois de janvier.

En bourse, le cours de l'entreprise apparaît en hausse de 2 %, visiblement porté par ses annonces à l'occasion du CES, notamment celle d'un téléviseur enroulable.

LG s'attend à un bénéfice en baisse de 80 %, la bourse ne bronche pas
Fichage des manifestants : le gouvernement attend les conclusions d’un groupe de travail

Adoptée en octobre 2018, la proposition de loi LR sur la « prévention des violences lors des manifestations et sanction de leurs auteurs » prévoit différentes mesures plaidées également par Édouard Philippe sur le plateau de TF1, lundi dernier.

À l’occasion de la discussion de ce texte, il avait indiqué néanmoins qu’il attendait les conclusions d’un groupe de travail spécifique, « composé de juristes et d’opérationnels » installé par le ministère de l’Intérieur et le ministère de la justice

Son but ? « Convenir des moyens les plus simples et les plus efficaces de mieux détecter, interpeller, puis sanctionner les fauteurs de troubles ». Ses conclusions sont attendues le 15 janvier prochain.

« Ses propositions auront vocation à nourrir la présente proposition de loi lors de son cheminement ultérieur », à l’Assemblée nationale. « En effet, si certains dispositifs inclus dans la proposition de loi nous paraissent ne pas manquer de pertinence, nous considérons qu’un travail d’examen complémentaire et de réécriture est nécessaire pour qu’ils soient pleinement opérationnels ».

Dans le viseur des dispositions devant encore être affinées et précisées, la possibilité pour le préfet d’interdire à toute personne susceptible de se livrer à des violences de participer à une manifestation et de la création d’un fichier des interdictions de manifester.

Une mise à jour de Google Maps, diffusée dans la journée sur Android et iOS, est censée apporter l’assistant vocal, d’abord promis pour l’été dernier. Le système permettra de contrôler l’itinéraire, de répondre à des SMS et de gérer la musique. La version Android sera compatible avec d’autres messageries, comme Facebook Messenger, Telegram et WhatsApp.

Le groupe promet aussi un mode « interpréteur » pour son assistant, avec traduction en temps réel des conversations. 27 langues sont prévues au lancement, d’abord dans les enceintes Google Home et l’écran Home Hub. Aucune date n’a été fournie.

Il dévoile aussi Google Assistant Connect, des outils spécifiques pour connecter un objet à un autre intégrant l’assistant. L’idée est d’exploiter les capacités d’un objet existant dans un autre, sans avoir à intégrer soi-même les outils de Google.

TechCrunch prend l’exemple d’un écran e-ink affichant la météo et le calendrier, obtenant les infos depuis une enceinte connectée. Amazon propose déjà un système similaire avec Alexa Connect Kit.

Sans autre appareil dans la pièce (donc sans accès aux capacités en ligne de Google), il pourra répondre à des requêtes simples, comme allumer ou éteindre une climatisation. Des détails sont promis dans l’année.

Google Assistant débarque dans Maps, un mode interpréteur en temps réel prévu

Si certains espéraient une suite d'Alien Isolation sur PC, ils vont être déçus. Le compte Twitter de la franchise Alien a révélé que le prochain opus vidéoludique, Blackout, sera en fait un jeu sur mobile. De quoi provoquer des réactions dignes de l'annonce de Diablo Immortal.

Pour rassurer son public, FoxNext a précisé par la suite que d'autres surprises étaient à venir. Un communiqué indique ainsi qu'un jeu de tir massivement multijoueur pour PC et consoles est également dans les tuyaux pour 2019. C'est ce jeu qui permettra de découvrir la suite des aventures d'Amanda Ripley.

En attendant, si vous souhaitez patienter avec le jeu mobile, sachez que ses précommandes sont déjà ouvertes sur l'App Store d'Apple ainsi que le Google Play Store. Comptez 5,49 euros, pour un lancement le 24 janvier prochain.  

Alien : Blackout est un jeu mobile

Pour fêter le premier anniversaire de son logiciel Mobile Connect, Dell en lance une version améliorée. Il permet pour rappel de gérer facilement son smartphone Android depuis un ordinateur de la marque.

Désormais, en plus des capacités d’appels et SMS, les utilisateurs pourront gérer directement les fichiers par glisser/déposer, dans un sens ou dans l’autre.

Une interface spécifique affichera notamment les données du téléphone, que l’utilisateur pourra sélectionner pour les déplacer où il le souhaite. Mobile Connect peut même afficher un modèle 3D du téléphone pour le rendre manipulable à la souris, avec mirroring de l’écran.

Mobile Connect ne peut s’installer que si vous possédez une machine XPS, Alienware, Inspiron ou Vostro. L’installation se fait depuis le Windows Store, mais la version française ne renvoie pour l’instant que vers l’ancienne mouture 1.3.

Dell renforce son application Mobile Connect
Microsoft démolit une partie de son Campus de Redmond pour le moderniser

Microsoft a débuté hier la destruction de 13 bâtiments de son Campus, à Redmond. Des bâtiments âgés qui ne répondaient plus aux normes et besoins actuels de l’entreprise.

Pour fêter l’évènement, une campagne de dons à une œuvre de bienfaisance avait été ouverte pour les employés. Les dix ayant donné le plus d’argent ont eu la prérogative de commencer eux-mêmes la destruction, équipés de masses et d’un engin de chantier.

Au-delà du vaste chantier de modernisation qui s’annonce, l’annonce permet surtout à l’entreprise de claironner qu’elle fut la première aux États-Unis à détourner plus de 90 % de ses déchets des décharges.

Elle compte appliquer la même recette avec le chantier actuel, signifiant la réutilisation, le don ou le recyclage des matériaux ainsi récupérés. Microsoft en dresse une liste non-exhaustive : béton, acier, moquettes, céramique, équipements électroniques et réseaux, matériaux d’intérieurs divers, chaises, tableaux blancs, etc.

Pas de date pour l’instant pour la fin des travaux. Tout juste sait-on que la démolition va prendre « plusieurs mois ».

Tout tient dans le titre, ou presque. Après une année terminée sur les chapeaux de roues, Sony a enfin franchi le cap des 90 millions de PS4 vendues, toutes variantes confondues, avec un grand total de 91,6 millions.

C'est 10 millions de plus que lors du dernier point d'étape en juillet 2018, et 18 millions de plus que fin 2017. Rien que sur la période allant du 19 novembre au 31 décembre 2018, ce sont 5,6 millions de machines qui ont trouvé preneur, aux côtés de 50,7 millions de jeux, dont 9 millions rien que pour Spider-Man.

La PS4 dépasse ainsi son ainée, la PlayStation 3 qui s'était écoulée à environ 84 millions d'exemplaires sur ses dix ans de carrière. Prochain objectif : la PlayStation 2, qui reste la référence avec ses 155 millions de machines vendues.

91,6 millions de PS4 vendues

L'éditeur suédois, à qui l'on doit Cities Skylines et Crusader Kings II, vient de faire l'acquisition de l'ensemble des propriétés intellectuelles et droits d'édition sur le célèbre Prison Architect, jusqu'ici entre les mains du studio indépendant Introversion Software.

Le petit studio estime avoir poussé son concept jusqu'au bout de ses compétences après 10 ans de travaux dessus et qu'il est temps pour lui de passer à une autre dimension entre d'autres mains.

Paradox estime de son côté être en mesure de franchir cette étape, en déclinant le principe de Prison Architect dans d'autres univers. Au vu du récent succès de Two Point Hospital, il ne serait ainsi pas surprenant de voir un hypothétique Hospital Architect débouler sur Steam dans quelques trimestres.

Paradox Interactive s'offre les droits de Prison Architect

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.