du 08 novembre 2018
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Samsung présente son prototype de smartphone pliable, Android se prépare

Comme prévu, le fabricant l'a annoncé durant sa conférence SDC à San Francisco. Un prototype fonctionnel de sa dalle Infinity Flex Display était présenté sur scène (avec des lumières tamisées pour éviter que les personnes dans la salle ne voient autre chose que l'écran). Pour rappel, le fabricant s'est fait couper l'herbe sous le pied par Royole avec son FlexPai à 1 388 euros.

Ce dernier affiche une diagonale de 7,8" (1 920 x 1 440 pixels) lorsqu'il est déplié, contre 7,3" (2 151 x 1 536 pixels) pour le smartphone Samsung. Une fois plié, l'utilisateur profite d'un second écran de 4,6 pouces (840 x 1 960 pixels).

Le fabricant annonce que trois applications peuvent fonctionner en même temps (deux sur l'écran pliable, une sur l'autre écran). Et c'est tout : aucune autre information n'a été données sur ce smartphone.

En même temps, Google publiait un tweet pour annoncer la prise en charge des terminaux pliables, « un nouveau format qui arrivera l'année prochaine chez les partenaires d'Android » affirme l'éditeur.

Pour ne froisser personne, la vidéo présente deux types de smartphones pliables. Le premier est dans le style de Samsung avec l'écran qui se replie sur lui-même, un second écran prend alors la relève. Le second reprend le fonctionnement du FlexPai de Royole : l'écran principal est « divisé » en deux et une partie reste visible par l'utilisateur.

Selon Justin Denison, un des responsables du groupe, le fabricant serait prêt pour la production de masse de sa dalle dans les mois qui viennent, là encore sans aucune précision supplémentaire. Aucun délai n'est donné concernant la disponibilité du premier smartphone pliable Samsung.

Pas question cette fois d'une offre Cloud et d'instances comme chez AWS, Azure ou Packet, mais bien de serveurs dédiés. Ils sont au nombre de deux :

  • Pro-5-L : EPYC 7281 (16C/32T, 2,1 GHz), 96 Go de DDR-4 et deux SSD 1 To NVMe à 150 euros par mois
  • Core-5-M : EPYC 7401P (24C/48T, 2 GHz), 256 Go de DDR-4 et trois SSD 1 To NVMe pour 300 euros par mois.

L'offre se veut donc généreuse en mémoire et en stockage rapide, jouant le rôle d'intermédiaire entre différentes solutions Intel. Les serveurs profitent d'une bande passante de 500 Mb/s et sont situés dans le nouveau DC5 du groupe.

Notez que lors de sa conférence Summit, OVH avait également exposé de nombreuses solutions à base de produits AMD, mais aucune annonce n'a été faite pour le moment.

Online.net dévoile son offre Dedibox à base de processeur EPYC, hebergée à DC5

L'agence spatiale Roscosmos l'a officiellement reconnue dans un message sur son site. L'ordinateur en question se trouve dans le module Zvezda, au centre de la partie russe.

Une application ne répond plus sur l'un des trois ordinateurs de bord, sans plus de précision. Pour la restaurer, il est nécessaire de redémarrer l'ordinateur, mais pas de le remplacer affirme Roscosmos. Cette dernière ajoute que la station est parfaitement capable de fonctionner avec deux ordinateurs.

Le redémarrage sera effectué aujourd'hui afin de préparer sereinement l'arrivée du ravitaillement de la mission cargo Progress MS-10 programmée pour le 16 novembre, avec un nouveau lancement d'une fusée Soyouz à destination de la Station spatiale internationale.

Une panne informatique dans la partie russe de l'ISS, un redémarrage devrait la résoudre
Vie privée : Privacy International attaque sept sociétés (dont Criteo et Oracle) en Europe

L'organisation britannique réclame des enquêtes aux autorités de protection des données en France, en Irlande et au Royaume-Uni. Elle attaque des courtiers en données (« data brokers », Acxiom et Oracle), des sociétés publicitaires (Criteo, Quantcast et Tapad) et d'évaluation des risques-clients (« credit score », Equifax et Experian).

Parmi eux, Criteo est un géant français du reciblage publicitaire, qui se démène pour sortir d'un modèle à bout de souffle. Equifax est, pour sa part, tristement célèbre pour sa fuite de données qui a mené à la diffusion d'informations de 145 millions d'Américains l'an dernier.

« Nos plaintes visent des entreprises qui, malgré leur exploitation de données de millions de personnes, n'ont pas pignon-sur-rue et sont donc rarement mises en cause » explique Privacy International.

Les plaintes sont fondées sur plus de 50 demandes d'accès aux données d'internautes, ainsi que sur les capacités vantées par ces services. L'ICO britannique aurait déjà ouvert des enquêtes contre Acxiom, Equifax et Experian.

L'organisation estime que ces sociétés ne disposent d'aucune base légale de traitement des données personnelles, au regard du Règlement général sur la protection des données (RGPD) européen.

Ces sociétés ne recueilleraient aucun consentement, argue Privacy International, préférant invoquer l'intérêt légitime à cette collecte.

Cette base de traitement est la plus permissive des six du RGPD, et est utilisée comme une carte joker par les organisations ne voulant pas s'encombrer de l'accord des citoyens. C'est le cas de Lusha, un service de prospection commerciale, qui récupère les coordonnées d'internautes à leur insu (voir notre analyse).

À la mi-septembre, la société derrière le navigateur Brave attaquait Google sur les enchères publicitaires en temps réel, devant les CNIL britannique et irlandaise. Elle estime que le partage de données avec des dizaines de sociétés intervient sans protection adéquate de la vie privée des internautes.

L'annonce a été faite par le responsable de l'IA du fabricant Eui Suk Chung, comme le rapporte Reuters. Si cet important montant avait déjà été évoqué en août, le calendrier n'était pas précisé.

Le responsable affirme également qu'un millier d'employés seront recrutés pour développer ces technologies. Il ajoute que son groupe disposerait désormais de sept centres pour l'intelligence artificielle à travers le monde.

Samsung compte investir 22 milliards de dollars dans l'IA d'ici 2020

La société explique qu'il ne s'agit pour le moment que du prébrûleur, la première des deux chambres du moteur. « Conçu, fabriqué, assemblé et testé en moins d'un an, le prébrûleur à l'hydrogène à l'échelle est l'un des programmes de développement de moteurs les plus rapides à ce jour » affirme Stratolaunch.

Le moteur PGA sera utilisé sur des « avions » de la société, dont certains seraient capables d'emporter des charges utiles en orbite. En août dernier, Stratolaunch a justement présenté sa prochaine famille de lanceurs.

Pour rappel, Paul Allen – cofondateur de Microsoft décédé mi-octobre – était également derrière le lancement de Stratolaunch. Le nom du moteur PGA est d'ailleurs composé de ses initiales : Paul Gardner Allen.

Premier test réussi pour le moteur PGA de Stratolaunch
Orange Bank : des prêts de courtes durées, carte « Premium » en 2019, crédit immobilier en 2020

Les annonces ont été faites par Paul de Leusse, en charge du développement d'Orange Bank, lors d'un entretien avec Le Parisien.

Il a affirmé que le groupe a recruté 200 000 clients en un an, avec un rythme de plus de 20 000 comptes sur le mois d'octobre, contre 15 000 à 20 000 cet été. 5 à 10 % des comptes ont été fermés durant l'année, mais 30 à 40 % « des clients utilisent Orange Bank très fréquemment ».

« Début 2019, je veux lancer une carte Premium, payante, mais dont nous n’avons pas arrêté la tarification » ajoute-t-il. Elle proposera « la gratuité des frais de paiement et de retrait à l’étranger et des fonctionnalités comme un code CVV dynamique, qui change toutes les heures ». Rappelons qu'une carte Premium était déjà promise pour cet été, sans nouvelle depuis.

Le dirigeant annonce que la banque proposera prochainement « des prêts, du financement très court, de quelques mois », pour acheter des smartphones par exemple. Actuellement, le prêt personnel est sur 12 mois minimum. En 2020, le crédit immobilier arrivera, avec des produits d’épargnes comme l’assurance-vie au même moment.

Sur le volet financier, l’année prochaine Orange Bank sera encore en perte, affirme Paul de Leusse, qui pousse deux raisons : « la conquête des clients, or on ouvre 15 000 à 20 000 comptes par mois, un rythme élevé, mais coûteux [NDLR : jusqu'à 160 euros sont actuellement offerts à l'ouverture]. L’autre investissement c’est le lancement d’innovations, on en lancera trois en 2019 ».

« Le retour à l’équilibre se fera à partir de 2023 quand on pourra réduire les coûts de conquête de clientèle et que notre gamme de produits sera stabilisée » ajoute-t-il.

Cette fonctionnalité est déjà présente dans Waze depuis des années (une société rachetée par Google en 2013). Elle commencerait enfin à arriver sur Maps selon Android Police, reprenant la publication d'un utilisateur sur Reddit.

Nos confrères avaient également repéré ces fonctionnalités en étudiant l'APK de l'application en juin dernier. Google n'a pour le moment rien annoncé sur le sujet.

Bientôt le signalement des radars et des accidents dans Google Maps ?

Square Enix a présenté des résultats mitigés pour le premier semestre de son exercice 2018. Son chiffre d'affaires a reculé de 15 % pour atteindre 112 milliards de yens (860 millions d'euros), contre 132 milliards l'an dernier.

Un repli que l'éditeur justifie par le lancement l'an dernier d'une extension de Final Fantasy XIV, qui avait alors particulièrement dopé ses ventes. Le bénéfice net a quant à lui été divisé par deux et n'atteint que 8,6 milliards de yens (66 millions d'euros).

Les équipes de Square Enix restent néanmoins confiantes, puisque les prévisions sur l'ensemble de l'année tablent sur une hausse d'environ 8 % du chiffre d'affaires, et un recul de seulement 19 % des bénéfices.

Semestre difficile pour Square Enix
Flickr promet de conserver sa bibliothèque Creative Commons

Le 1er novembre, la plateforme d'hébergement de photos et vidéos annonçait la refonte de ses offres. Le stockage gratuit passe de 1 To à 1 000 fichiers. Les utilisateurs ont jusqu'à janvier pour retirer l'excédent, qui sera retiré par le service, des plus anciens clichés aux plus récents.

La mesure a inquiété des internautes, Flickr contenant un large trésor de photos sous licence Creative Commons. C'est même devenu l'un de ses points forts.

Dans un billet de blog, la société assure maintenir Flickr Commons, les photos mises en ligne sous licence CC par des institutions. Le service cite les Archives nationales britanniques, la British Library, la NASA ou The Smithsonians, qui disposent déjà d'un compte professionnel (souscrit ou offert).

Les associations caritatives peuvent demander un compte Pro à Flickr, avec un examen des candidatures dès le 8 janvier.

Elle assure également que les fichiers en Creative Commons publiés par des internautes avant le 1er novembre sont saufs, même s'ils dépassent le quota de 1 000 clichés.

Après son récent renouvellement graphique (mais pas le grand allègement espéré sur le poids), Messenger s’attaque à une autre nouveauté, attendue de pied ferme : la possibilité de supprimer un message récemment envoyé.

La fonction existe depuis longtemps sur d’autres messageries, comme Telegram. WhatsApp s’y est mis plus récemment et laisse une heure. Messenger, quant à lui, se montre moins accommodant : l’utilisateur n’aura que dix minutes.

Il peut y avoir de multiples cas où l’on veut pouvoir supprimer un message tout juste envoyé, par exemple pour corriger une grosse faute ou tout simplement parce que le destinataire n’était pas le bon. Difficile de ne pas penser aux situations gênantes d’une soirée trop alcoolisée… auquel cas les 10 minutes sembleront bien maigres.

On se demande maintenant quand la fonction va être déployée. Facebook y fait référence dans les notes de l’actuelle version 191 (oui il arrive à Facebook de remplir cette section sur les boutiques), mais avec un simple « Prochainement ».

Les utilisateurs attendent également un mode nuit pour accompagner la nouvelle ergonomie, lui aussi promis pour bientôt.

Messenger laissera 10 minutes pour supprimer un message envoyé

Bandai Namco a également dévoilé les chiffres du premier semestre de son exercice en cours. Dans l'ensemble, l'éditeur a pris de l'avance par rapport à l'an passé avec des revenus de 335 milliards de yens (2,6 milliards d'euros), en hausse de 8,4 %, et un bénéfice net de 34 milliards de yens (262 millions d'euros) en progression de 21 %.

Dans le détail, il apparaît que l'éditeur réalise toujours l'écrasante majorité (82 %) de ses revenus au Japon, où ils ont progressé de 12 % sur un an, tandis que les recettes provenant de l'occident sont en recul de 11 à 14 %.

Sur l'ensemble de l'année, Bandai Namco s'attend toutefois à un léger recul de son chiffre d'affaires (-4 %) et à une forte baisse de ses bénéfices nets (-20 %), ce sans donner d'explications précises sur les raisons de cette contraction.  

Résultats en demi-teinte chez Bandai Namco
Windows 10 : la préversion 18277 renforce le mode concentration

Les testeurs Insider dans le canal rapide ont reçu hier soir une nouvelle build de la branche 19H1, désignant l’évolution majeure du premier semestre 2019. Estampillée 18277, elle apporte plusieurs améliorations bienvenues.

Outre une compatibilité pour Emoji 12 (lui-même toujours en cours d’élaboration), la préversion introduit une nouveauté sympathique pour l’assistant de concentration : son activation automatique dès qu’une application passe en plein écran. Pratique si on travaille souvent sur de grands tableaux Excel, que l’on regarde un film ou n’importe quelle activité nécessitant de ne pas être interrompu. Seules les alarmes fonctionnent alors.

D’autres apports sont présents, comme la présence d’une réglette de luminosité de l’écrans dans le centre d’action, plutôt qu’un simple bouton pour y accéder. Une demande récurrente des utilisateurs selon Microsoft. En outre, les boutons du centre peuvent être réarrangés sans passer par une interface dédiée.

La build renforce également la gestion du HiDPI pour les anciens logiciels Win32. Un réglage permettait ainsi de calculer la mise à échelle pour éviter les situations de flous. Il est désormais actif par défaut.

Enfin, le centre de sécurité intègre un nouveau paramètre pour Windows Defender Application Guard. Ce dernier permet pour rappel à Edge de fonctionner en mode isolé, avec sa propre machine virtuelle. Le réglage permet quant à lui de gérer indépendamment l’accès à la caméra au micro.

Pour rappel, l’actuelle branche de développement 19H1 doit déboucher sur la future évolution majeure de Windows 10, d’ordinaire finalisée en mars et déployée en avril. Les builds ne sont pour l’instant sorties que dans le canal rapide, beaucoup attendant souvent la première dans le canal lent pour s’y mettre.

On espère également que Microsoft aura tiré la leçon d’une année 2018 bien complexe pour ses mises à jour, l’April et l’October Update ayant provoqué leur lot de catastrophes. La seconde n’est d’ailleurs toujours pas remise en diffusion dans Windows Update.

Lors de l'IFA de Berlin, les écouteurs « True Wireless » étaient l'une des tendances. Ils se caractérisent par une absence totale de fils (même entre les deux écouteurs), à la manière des AirPods d'Apple.

C'est aujourd'hui au tour de Xiaomi de sauter le pas avec ses AirDots Youth Edition, comme l'indique GizChina. Ils pèsent 4,2 grammes, sont compatibles Bluetooth 5 et disposent d'une autonomie de quatre heures.

Comme toujours, le fabricant mise sur le prix pour se démarquer : les AirDots sont annoncés à 199 yuans en Chine, soit 25 euros avec une simple conversion (et donc forcément fausse). Ils seront disponibles le 11 novembre. Certains importateurs les proposent déjà en dehors de la Chine, notamment Banggood à 49,99 dollars.

AirDots Youth Edition : des écouteurs « True wireless » Bluetooth 5 chez Xiaomi

Créée en 2009 par la radio américaine WFMU, l'archive musicale pourrait disparaitre la semaine prochaine, rapporte The Verge. Sa fin a été reportée du 9 au 16 novembre et l'équipe discuterait avec quatre organisations intéressées par sa reprise.

« Si ça va juste dans archive.org, ce sera là à vie mais sans bouger du tout », estime Cheyenne Hohman, qui dirige l'archive depuis 2014. « Ce ne sera plus la même chose, cette sorte de projet communautaire qu'il a été pendant près de 10 ans. »

Le manque de fonds serait bien la cause de cette fermeture, notamment la division par trois des subventions reçues pour cette année.

Ce n'est pas la première archive musicale à disparaitre. Rappelons la mort de l'Internet Underground Music Archive (IUMA), l'une des premières plateformes d'écoute légale de musique indépendante, créée en 1993. En 2001, elle se fermait à l'ajout de nouveaux morceaux avant de s'éteindre en 2006. Une partie du catalogue est sauvée par l'Internet Archive.

La Free Music Archive menacée de fermeture le 16 novembre
Faille 0-day pour VirtualBox, exploitable sur tous les systèmes

Un chercheur en sécurité russe, Sergey Zelenyuk, vient de publier les détails et une méthode d’exploitation d’une faille de sécurité dans le client de virtualisation VirtualBox, qui prépare actuellement sa version 6.0.

La vulnérabilité existe jusque dans l’actuelle révision stable et a pu être exploitée avec succès sur les versions 16.04 et 18.04 d’Ubuntu. Elle peut en théorie être exploitée partout puisqu’elle réside dans une partie du code commune à toutes les plateformes, VirtualBox fonctionnant sous Linux, macOS, Windows et autres.

Une fois exploitée, la faille permet au pirate de s’échapper de la machine virtuelle et d’accéder au Ring 3 du système hôte, autrement dit l’espace applicatif, celui ayant le moins de privilèges. Il faut donc que la brèche soit couplée avec une ou plusieurs autres pour provoquer une escalade qui permettra l’obtention de droits supplémentaires.

Sergey Zelenyuk n’a pas choisi de fournir les détails à Oracle de manière discrète. Sa publication s’adresse à tous, de même que sa méthode d’exploitation.

Dans son billet de blog, il explique les raisons de son geste : les déclarations de bugs à Oracle lui ont laissé un goût amer. L’éditeur a par exemple mis 6 mois à corriger une vulnérabilité qu’il lui avait signalée, de manière silencieuse et via un bug bounty fonctionnant a priori bien mal.

Oracle n’a donc pas le choix, la faille doit être corrigée rapidement puisque rendue publique. Toute vulnérabilité permettant de s’échapper d’une sandbox est toujours considéré comme très sérieuse.

Le Wall Street Journal révèle que les temps sont très durs pour Vice Media. Cet été, l'entreprise est parvenue à boucler un tour de table la valorisant à 5,7 milliards de dollars. Problème : ses audiences affichent un net recul et la croissance attendue du chiffre d'affaires n'est pas au rendez-vous.

Vice Media s'attend cette année à des revenus de 600 à 650 millions de dollars, soit à minima 100 millions de dollars de moins que prévu, avec des pertes supérieures à 50 millions de dollars.

Conséquence directe de ce passage à vide, Vice a gelé ses embauches depuis maintenant plusieurs semaines, ce alors que plus de 200 postes étaient à pourvoir. Aujourd'hui, il est même question de licencier 10 à 15 % de ses effectifs, qui comptent aujourd'hui environ 3 000 personnes.

Nancy Dubuc, PDG de Vice Media, souhaite également que l'entreprise se concentre sur 3 à 5 « verticales » seulement, contre une douzaine aujourd'hui. Autre piste, une diversification des revenus, en misant par exemple sur la production de contenus vidéo pour d'autres médias.

Vice Media licencie 10 à 15 % de ses équipes

Chez Take-Two, l'ambiance est à la fête, tout du moins pour ceux qui ont pu récupérer de leurs horaires à rallonge. Sur le deuxième trimestre de son exercice fiscal 2019 (oui, 2019, il n'y a pas d'erreur) l'éditeur s'enorgueillit d'une progression de 11 % de ses revenus sur un an, à 492,7 millions de dollars. Un chiffre qui ne tient pas compte du lancement de Red Dead Redemption 2, qui comptera lui pour le troisième trimestre.

Le titre phare de l'éditeur s'est d'ailleurs très bien vendu, avec plus de 17 millions de copies écoulées lors des 8 premiers jours de commercialisation. C'est davantage que le premier opus en l'espace de 8 ans.

Grand Theft Auto V n'est pas en reste, et continue de faire le beurre de l'éditeur avec son mode GTA Online. Le titre s'est désormais écoulé à plus de 100 millions d'exemplaires, ce qui en fait, et certainement pour un bon moment, un des jeux les plus vendus au monde.

Take-Two touche le jackpot avec Red Dead Redemption 2 et GTA V
Premiers routeurs 802.11ax (alias Wi-Fi 6) Netgear : les Nighthawk AX8 et AX12

Le fabricant rejoint donc ASUS et D-Link, tous les deux ayant déjà annoncé des routeurs Wi-Fi 6. Avec un design tout droit sorti de Star Wars, le Nighthawk AX8 (RAX80) est équipé d'antennes dans ses « ailes ».

Nztgear annonce des débits de 1,2 Gb/s sur la bande des 2,4 GHz (2x2 MIMO, 1024 QAM et 40 MHz) et de 4,8 Gb/s sur les 5 GHz (4x4 MU-MIMO, 1024 QAM et 160 MHz). La connectique comprend six ports RJ45 (cinq LAN compatibles avec l'agrégation de liens et un WAN) et deux USB 3.0. Tous les détails sont disponibles par ici.

Un Nighthawk AX12 (RAX120) reprenant exactement le même design, mais avec une configuration 8x8 MU-MIMO et un processeur un peu plus rapide, est également dévoilé. Ses caractéristiques techniques sont disponibles par là.

Le Nighthawk AX8 sera proposé à la vente ce mois-ci pour 399 dollars, tandis que l'AX12 arrivera à la fin du premier trimestre 2019, ou au début du second. Son prix n'est par contre pas précisé.

Pour rappel, le 802.11ax est une évolution du 802.11ac permettant d'obtenir des débits toujours plus importants. Cette norme n'est par contre pas encore ratifiée (et ne devrait pas l'être avant 2019), mais la Wi-Fi Alliance enchaîne les brouillons en attendant : le Draft 2.0 en novembre 2017, puis le Draft 3.0 en mai 2018.

Netgear prévient : « ce routeur peut ne pas prendre en charge toutes les fonctionnalités ratifiées dans le Draft 3.0 de la norme IEEE 802.11ax ».

Hier, la plus haute juridiction communautaire a jugé (PDF) que la Hongrie n'a pas à imposer sa société Nemzeti Mobilfizetesi Zrt pour fournir des paiements sur mobile.

Mis en place en juillet 2014, « le système  national de paiement mobile adopté par la  Hongrie constitue un monopole étatique illégal », écrit la cour. Il n'est pas un service d’intérêt économique général (SIEG), comme le revendiquait la Hongrie.

Le système, imposé aux autres acteurs, ne respecte pas l'obligation de proportionnalité. L'État reconnait lui-même que des mesures moins contraignantes sont envisageables pour atteindre le but poursuivi, à savoir améliorer la protection des consommateurs. Une concession après mise en concurrence d'acteurs privés y correspondrait.

La CJUE juge illégal le monopole de l'État hongrois sur le paiement mobile

Lancé il y a plusieurs années, cette machine évolue doucement au fils du temps. En décembre, elle passera au Core i5-7300U (Core i7-7600U en option) avec 16 Go de mémoire vive (extensibles jusqu'à 64 Go). Pas de changement pour l'écran de 13,1 pouces (1 024 x 768 pixels).

La partie réseau est améliorée avec une puce nouvelle Wi-Fi Intel Wi-Fi 802.11ac (AC 8265), un modem 4G+ (catégorie 6, jusqu'à 300 Mb/s) EM7455 et un GPS en option. L'autonomie est renforcée avec la possibilité de changer la batterie. Tous les détails sont disponibles par ici.

Le nouveau Toughbook 31 sera en vente le mois prochain, à partir de 3 699 dollars.

Panasonic met à jour son portable résistant Toughbook 31 : Core i5-7300U, 4G+, seconde batterie…

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.