du 07 septembre 2018
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

La FIDO Alliance lance un programme de certification pour la biométrie

L’Alliance est un consortium d’industriels cherchant à normaliser les techniques d’authentification forte, en créant une base interopérable. Son nouveau cheval de bataille : la biométrie.

Le Biometric Certification Component Program fournit donc une infrastructure de référence depuis laquelle les constructeurs pourront tester les solutions, à la recherche d’une précieuse étiquette « FIDO Certified ».

Une annonce liée à la multiplication des solutions biométriques, particulièrement les scanners d’empreintes digitales. Or, ces informations sont particulièrement sensibles, le programme ayant justement pour objectif de faire grimper le niveau générale de qualité et de fiabilité, pour assurer une meilleure protection.

Des laboratoires indépendants font partie de l’opération. Ils testeront la qualité des composants utilisés et la résistance des protections mises en place à différentes méthodes d’attaques. Un seul est nommé pour l’instant : l’Américain iBeta. L’Alliance « travaille activement » à faire grandir cette liste cependant.

La FIDO Alliance, interrogée par TechCrunch sur l’arrivée du programme pour répondre à d'éventuelles craintes spécifiques, s’est contentée d’une réponse globale : « Avec la croissance de toute nouvelle technologie, il y a un risque que des fournisseurs appuient trop sur les fonctionnalités visibles au détriment de la sécurité ».

Un constat ô combien vérifié dans le domaine des objets connectés.

C'est devenu un rendez-vous annuel pour le fabricant (et ses partenaires). Il y présente une partie de ses nouveautés, aussi bien matérielles que logicielles, et rencontre les utilisateurs lors de démonstrations (lire notre compte rendu de l'édition 2018).

Cette année, c'est de nouveau le Palais Brongniart à Paris qui accueillera cet événement, le mardi 9 octobre à partir de 13h. Les inscriptions sont ouvertes, mais le nombre de places est limité.

Pour l'occasion, une vidéo à été mise en ligne, dans laquelle nous pouvons brièvement apercevoir la nouvelle interface du DSM, mais sans plus de détail pour le moment. Pour rappel, lors du Computex à Taipei nous avions déjà détaillé une partie des nouveautés matérielles avec trois NAS dans la série x19 : les DS619slim, DS1019+ et DS2419+.

Synology 2019 : une conférence le 9 octobre à Paris, les inscriptions sont ouvertes

Après le lancement de son service Premium chez nous, le service de streaming de Google publie deux bandes-annonces pour Groom et Les emmerdeurs.

Ces séries sont produites par les chaînes de Studio Bagel (Canal+) et Golden Moustache (M6), on y retrouve donc leurs équipes et YouTubers maison.

Une annonce qui ne fait pas que des heureux, car elle introduit la notion de contenu payant dans un environnement qui a largement fait la promotion du tout gratuit, financé par les publicités et autres contenus sponsorisés.

YouTube va ainsi progressivement commencer à se placer face à Netflix et devra convaincre son public. Surtout à 11,99 euros par mois (offre de musique incluse) ou 17,99 euros par mois pour l'offre Famille.

Deux premières séries YouTube Originals en France

Le fabricant propose depuis longtemps déjà un Dock Thunderbolt 3. Il revient donc avec une version mini (10,5 x 5,7 x 2,5 cm au lieu de 20 x 8 x 2,9 cm).

La connectique comprend des sorties vidéos HDMI 2.0 et DisplayPort 1.2, un port USB 3.1 Gen 1 et un Ethernet Gigabit. Alors que la version classique dispose de deux ports Thunderbolt 3 (compatibles Daisy Chaining), ce n'est plus le cas de la version Mini qui intègre directement un câble Thunderbolt 3 (avec un connecteur USB Type-C). Les caractéristiques techniques détaillées sont disponibles par ici

Le Mini Dock Thunderbolt 3 est dès à présent disponible sur la boutique en ligne du constructeur pour 149,95 euros et il en sera de même sur Amazon à partir du 20 septembre, alors que son grand frère est vendu 299,95 euros.

Pour rappel, au début de l'été, la marque Elgato vendait sa division « gaming » à Corsair et se concentrait sur la domotique en devenant Eve Systems.

Elgato : un Mini Dock Thunderbolt 3 avec HDMI, DP, USB 3.1 et Ethernet pour 149,95 euros
Amazon Fire HD 8 : une nouvelle version le 4 octobre, dès 99,99 euros

Il s'agit de la 8e génération de sa tablette de 8 pouces. Elle ressemble à la version précédente comme deux gouttes d'eau, avec quelques légères différences, pas toujours dans le bon sens.

Comme la 7e génération, elle exploite un SoC à quatre cœurs à 1,3 GHz avec 1,5 Go de mémoire vive et 16 ou 32 Go de stockage. Ce dernier est désormais extensible jusqu'à 400 Go, contre 256 Go auparavant, toujours avec une carte microSD.

Ce n'est pas la seule différence : la caméra en façade est désormais de 2 Mpixels au lieu de VGA, tandis que le poids passe de 369 à 363 grammes. De son côté, l'autonomie est en baisse : elle passe de 12h à 10h seulement sur la 8e génération. La capacité de la batterie n'est pas précisée.

La tablette sera disponible à partir du 4 octobre, dès 99,99 euros avec 16 Go et des « offres spéciales », c'est-à-dire des publicités, soit 10 euros de moins de la Fire HD 8 de 7e génération. La version 32 Go est à 119,99 euros toujours avec des « offres spéciales ». Il faudra ajouter 15 euros pour les enlever.

Aux États-Unis, cette nouvelle Fire HD 8 s'accompagne d'une Kids Edition. Elle est donc livrée avec une coque de protection, une garantie renforcée et des services dédiés aux plus jeunes, notamment FreeTime (contrôle parental) et un an de FreeTime Unlimited (2,99 dollars par mois ensuite pour les clients Prime, 4,99 dollars pour les autres).

Pour rappel, ce dernier donne accès en illimité à des milliers de livres, films, émissions de télévision, applications et jeux. Le service n'est par contre disponible que dans une poignée de pays : États-Unis, Royaume-Uni et Allemagne. À partir du 4 octobre, FreeTime et FreeTime Unlimited seront également disponibles en espagnol.

Le studio derrière Black Desert Online affirme que CCP Games « continuera à opérer de manière indépendante avec des studios à Reykjavik, Londres et Shanghai », mais fera profiter ses équipes de son expérience.

Le montant de la transaction serait de 425 millions de dollars selon VentureBeat. La vente devrait être finalisée pour le 12 octobre.

Pearl Abyss va racheter CCP Games (EVE Online)

Cela fait maintenant des mois que le satellite est à court de carburant, risquant la panne d'un moment à l'autre. En attendant, le travail continue même si la Nasa prend des précautions.

Ainsi, pour récupérer les données de sa 18e campagne d'observation, elle avait mis le télescope en veille afin d'économiser l'énergie. Le téléchargement s'est terminé le 9 août.

L'agence spatiale indique qu'elle a désormais remis Kepler en route pour une 19e campagne d'observation. La configuration du satellite a dû être changée à cause du comportement inhabituel d'un des propulseurs.

Dans tous les cas, la Nasa indique qu'elle  « ne sait toujours pas combien de carburant il reste ».

Le chasseur d'exoplanètes Kepler a démarré sa 19e campagne d'observation
Des smartphones Huawei/Honor bannis des résultats de 3DMark pour triche

La tentative de gonfler les scores par des procédés peu avouables n'est plus vraiment courant dans le domaine des PC. Mais dans le cas des appareils mobiles, certains constructeurs cherchent encore à sortir du lot de cette manière.

Il faut dire que les possibilités de vérifier le fonctionnement des composants est plus limité, et que les tests se font souvent à la va-vite afin de tenir la cadence des marques, qui mettent chaque semaine de nouveaux modèles en vente.

Heureusement, certains journalistes prennent encore le temps d'aller vérifier. Ainsi, après avoir mis en lumière la triche de Samsung il y a quelques années, nos confrères d'Anandtech viennent de faire de même avec Huawei.

Ils reviennent notamment sur les chiffres du P20 qui leur ont permis de constater un dispositif permettant de dépasser la contrainte thermique du SoC lorsqu'un benchmark est lancé.

De son côté, Huawei a indiqué que d'autres constructeurs chinois ont de telles pratiques et qu'il lui faut bien répondre à ces chiffres. La marque a également critiqué les outils de mesure qui ne seraient pas assez représentatifs de l'usage des utilisateurs. Elle s'est néanmoins engagée à faire valider les résultats mis en avant dans ses futures présentations par des organismes de test indépendants.

D'ici là, UL a annoncé que suite à ces révélations et des tests internes, les résultats des Huawei P20 (Pro) et Nova 3, ainsi que du Honor Play ont été retirés des bases de 3DMark. La détection d'outils de mesure de performances est en effet une infraction aux règles de l'outil. C'est également le cas pour de nombreux organismes tels que SPEC.

Lancé officiellement fin mai 2018 (lire notre analyse), l'opérateur a dépassé le million d'abonnés en 50 jours. À cette occasion, le forfait à 5,99 euros par mois passait à 6,99 euros avec 40 Go (au lieu de 30 Go) et 3 Go en roaming (au lieu de 2 Go).

Désormais, le cap des deux millions est officiellement franchi et une troisième offre est mise en place. La mécanique reste la même : 10 Go et 1 Go en roaming de plus, pour 1 euro supplémentaire par mois.

Ainsi les nouveaux clients d'Iliad en Italie doivent débourser 7,99 euros par mois pour 50 Go, 4 Go de roaming en Europe et des SMS illimités. L'offre est valable pour 500 000 clients et pourra donc encore évoluer par la suite.

La question est maintenant de savoir où les augmentations (data et prix) s'arrêteront et quand les offres définitives seront mises en ligne.

Iliad Italie : deux millions de clients, nouvelle hausse du forfait qui passe à 50 Go pour 7,99 euros

Annoncé en décembre dernier, Bruxelles avait fait part de son intention de se pencher sur cette acquisition en février à la demande de plusieurs pays, dont la France.

En avril, elle ouvrait une « une enquête approfondie » car elle craignait alors que cette concentration réduise le choix aux consommateurs des services de diffusion de musique en streaming. En plus d'Apple Music, la société à la Pomme accèderait alors à des données sur ses concurrents en rachetant Shazam.

La Commission a finalement rendu son verdict et « conclu que l'opération n'affecterait pas la concurrence dans l'Espace économique européen ou une partie substantielle de celui-ci ». Elle autorise ainsi le rachat de Shazam par Apple, mais rappelle au passage que cette décision « ne dispense pas les entreprises de respecter toutes les législations applicables en matière de protection des données ».

Rachat de Shazam par Apple : la Commission européenne dit oui

La société vient d'envoyer des invitations pour son rendez-vous annuel. Cette année, il se tiendra donc le 9 octobre à New York.

Il devrait notamment y être question des Pixel 3 et Pixel 3 XL, ces derniers ayant déjà largement fuité. Le premier devrait disposer d'un écran de 5,3 pouces, contre 6,2 pouces avec une encoche (Notch) pour le second. À l'intérieur, nous devrions avoir un Snapdragon 845 avec 4 Go de mémoire vive et Android 9 Pie bien évidemment. Réponse dans un peu plus d'un mois maintenant.

« Made by Google » : une conférence le 9 octobre, avec les Pixel 3 (XL) ?
cOALition S : 11 organismes de financement veulent des publications scientifiques en accès libre d'ici 2020

Cette initiative annoncée par Science Europe regroupe 11 organismes nationaux de financement de la recherche, dont l'ANR (Agence nationale de la recherche) en France. Elle est soutenue par la Commission européenne et le Conseil européen de la recherche (ERC).

Son objectif : « D'ici 2020, les publications scientifiques qui résultent de la recherche financée par des subventions publiques accordées par les conseils de recherche et organismes de financement nationaux et européens participants, doivent être publiées dans des revues à accès libre conformes ou sur des plates-formes à accès libre conformes ».

Les 11 organismes se sont mis d'accord pour mettre en place les « 10 principes du Plan S ». Il y est notamment mentionné que les publications scientifiques doivent être sous licence ouverte, de préférence Creative Commons avec attribution (CC BY) et que les scientifiques doivent conserver les droits d'auteur sans restriction.

Si les plateformes nécessaires n'existent pas encore, elles seront mises en place par cette coalition. Un délai supplémentaire est accordé (au-delà du 1er janvier 2020) pour les monographies et les livres. cOALition S est bien évidemment ouverte à l'arrivée de nouveaux membres à travers le monde.

L'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) se réjouit de ce plan, qui « rejoint les objectifs du plan national pour la science ouverte présenté le 4 juillet dernier par la ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal ».

À l'instar de Mercedez-Benz, BMW a décidé de lancer sa propre version plutôt qu'utiliser celui de Apple, Amazon, Google ou Microsoft pour ne citer qu'eux. Il indique néanmoins qu'il sera compatible avec certains, sans plus de précision.

L'assistant vocal sera disponible à partir de mars 2019, avec l'Operating System 7.0 de BMW. Comme toujours, les promesses de personnalisations et d'interactions fortes sont mises en avant, jusqu'à « redéfinir l’ensemble de l’expérience de conduite ». De belles paroles qu'il faudra vérifier une fois l'assistant disponible.

« Hey BMW » : le fabricant présente son propre assistant vocal

La rentrée est plutôt active pour la néo-banque française. Après avoir mis en place la recharge par carte bancaire, place au partage des comptes.

Il concerne aussi bien les comptes que les sous-comptes, la société donnant quelques exemples : un premier compte joint, l'utilisation pour une cagnotte entre collègues, une gestion de dépenses en groupe pour une colocation, etc.

Dans la pratique, le compte partagé permet d'attribuer des droits à des utilisateurs invités : suivre le solde, gérer les participants, voir l'historique des transactions ou dépenser l'argent du compte. Le propriétaire du compte en reste son seul détenteur légal.

Lydia permet de partager l'accès à vos comptes avec des tiers
Twitter teste le passage en PWA pour son adresse principale

Depuis hier soir, Twitter teste chez un petit nombre d’utilisateurs une nouvelle version web. On la reconnaît aisément : elle est largement basée sur la déclinaison mobile du site, devenue PWA.

Cette dernière, bien plus rapide, a fait des émules. Encapsulée, elle a remplacé la vieille application UWP dans le Store de Windows 10 et a donné naissance à Twitter Lite sur Android. Depuis, elle n’a cessé de gagner en fonctionnalités. Twitter prépare maintenant sa généralisation.

Pour ceux qui auraient été tirés au sort, le changement le plus visible sera un passage de trois à deux colonnes, une réactivité nettement en hausse, un mode économie de données, un thème sombre ainsi que la fonction Signets, les fameux favoris Twitter déjà disponible sur Android et iOS.

On peut donc imaginer que la PWA de Twitter deviendra la règle pour tout le monde d’ici quelques semaines à quelques mois, le temps que les tests de l’entreprise fassent leur œuvre. On ne sait pas combien de temps ils dureront, ni si Twitter se contentera de la population actuelle.

Pour rappel, une grande partie de cette interface et de ces fonctionnalités peut être utilisée avec l'actuelle version mobile du site, à l'adresse : mobile.twitter.com.

George Duke-Cohan a été arrêté cette semaine par les autorités britanniques (la National Crime Agency). L'hébergeur d'emails a contribué à son arrestation, clame-t-elle. Il aurait mené des attaques contre le service pendant l'été.

Le pirate de 19 ans se déclare aussi responsable de menaces de bombe, qui ont mené à l'évacuation de 400 écoles au Royaume-Uni.

Selon ProtonMail, les membres d'Apophis Squad n'étaient pas si bons en sécurité qu'ils le prétendaient, laissant le contenu de serveurs exposé en ligne. Des recherches du journaliste Brian Krebs sur le groupe spécialisé dans les attaques DDoS auraient contribué à l'identification de ce membre.

Informations ensuite transmises aux autorités britanniques, qui n'auraient pas agi en août même si elles disposaient d'éléments précis.

ProtonMail assure disposer de données sur d'autres responsables d'attaques contre son service, en forme de menaces contre ceux qui voudraient s'y attaquer.

 ProtonMail a participé à l'arrestation d'un des membres d'Apophis Squad

On sait qu'AMD travaille sur de nouvelles cartes graphiques, dont le GPU sera gravé en 7 nm. Elles seront proposées pour le marché professionnel d'ici la fin de l'année.

Selon les dernières rumeurs, le PCIe 4.0 serait au programme, ainsi qu'une nouvelle interface XGMI. À la manière du NVLink de NVIDIA, elle devrait permettre un lien direct entre les GPU, à très haut débit.

Dans un patch détecté par nos confrères de Phoronix, on peut voir une première mention de cette solution et des Vega 20. Un ajout qui semble montrer que tout se met doucement en place afin de préparer le lancement.

AMD devrait communiquer sur l'évolution de son offre à destination des serveurs d'ici la fin de l'année. Espérons que nous pourrons alors découvrir le XGMI en détails.

Le lien XGMI des prochaines Radeon commence à se dévoiler dans des patchs Linux

Au début de l'été, l'opérateur annonçait la vente de ses pylônes pour 2,5 milliards d'euros afin de réduire sa dette. SFR TowerCo récupère ainsi les plus de 10 000 sites en France et Altice reste majoritaire au capital avec 50,01 %.

Par contre, ce n'est pas le cas de Towers of Portugal qui regroupe les 2 961 sites portugais. 75 % de cette entité devaient être vendus à un consortium regroupant notamment Morgan Stanley et le fonds Horizon Equity Partner.

C'est désormais chose  et l'opération est « finalisée » affirme Altice dans un communiqué.

Altice finalise la vente de 75 % de Towers of Portugal
Des opérateurs mobiles américains accusés de ralentir des vidéos

Bloomberg décortique les statistiques de l'application de crowdsourcing Wehe, destinée à détecter les incartades à la neutralité, via une étude de la Northeastern University et de l'université du Massachusetts.

L'application a été téléchargée par environ 100 000 internautes. Sur 447 000 tests entre janvier et août, 22 000 comportaient une différence.

YouTube serait la première cible de ralentissements entre janvier et mai, selon l'étude. Netflix, Amazon Prime Video et NBC Sports sont aussi affectés. Verizon serait le premier adepte de ces atteintes, avec plus de 11 000 détections sur la période. Le mastodonte AT&T suit avec près de 8 400 détections.

Notons qu'avec à peine plus de 5 % des mesures concernées par un ralentissement, il est difficile de crier à la violation de la neutralité, voire d'une différence de traitement entre services. À Bloomberg, AT&T et Verizon se défendent de tout ralentissement ciblé ou généralisé.

Nos confrères titrant sur la neutralité vont sûrement vite en besogne, alors qu'il peut effectivement s'agir de gestion raisonnable du réseau, parfois nécessaire localement sur mobile. Bloomberg relève d'ailleurs que ces ralentissements datent d'avant le retrait de la neutralité outre-Atlantique en juin.

L'autorité française des télécoms, l'Arcep, soutient le développement de Wehe, en tant que garante de la neutralité dans l'Hexagone.

Régulièrement, Vivaldi (lire notre dossier) publie des snapshots de son navigateur. Hier, pour la première fois, l’équipe a fait passer un message, en passant affichant un numéro « 2.0 » sur la dernière préversion, alors que toutes les précédentes étaient en 1.16.

En clair, Vivaldi se prépare à une grosse annonce prochainement. Les nouveautés accumulées durant le développement de la branche 1.16 sont nombreuses, avec la synchronisation des paramètres, des panneaux flottants, de nouvelles options pour les onglets ou encore une base tout juste passée en Chromium 69.

La dernière snapshot, elle, corrige une longue liste de bugs et régressions, signe supplémentaire qu’un Vivaldi 2.0 n’est pas loin.

Les aventuriers en mal de tests pourront récupérer le téléchargement depuis l’annonce, le navigateur étant disponible pour Linux, macOS et Windows. Les autres attendront une version finale qui ne devrait plus tarder.

Vivaldi prépare sa version 2.0

Les chiffres sont issus de l'institut Jon Peddie Research, qui a mis en ligne son rapport du second trimestre de 2018.

Il est généralement synonyme de baisse par rapport au premier trimestre et 2018 ne déroge pas à la règle avec 28 % de moins, mais également 5,7 % de moins sur un an. Dans le détail, NVIDIA est toujours en tête avec 69,1 % de parts de marché, contre 30,9 % pour AMD.

Le caméléon prend donc 4 points à AMD par rapport au premier trimestre. Sur un an par contre, le père de Vega gagne 0,6 point (il était à 30,3 % au deuxième trimestre 2017).

Parts de marché GPU : des ventes en baisse, NVIDIA gagne du terrain sur AMD
 Le Bon Coin inaugure un service de paiement

Le Bon Coin se pose désormais en tiers de confiance pour les paiements. C’est la teneur de l’email que reçoivent actuellement des utilisateurs du service.

La fonctionnalité n’est pas disponible partout. Seules les catégories Chaussures, DVD/Films, Jeux et Jouets, Linge de maison et Vêtements pour bébé sont concernées. En clair, le site se concentre, dans un premier temps en tout cas, sur les petites transactions.

Mis en lumière par LSA, le système en place ressemble à d’autres du même acabit, comme AirBnb l’acheteur fait une promesse d’achat, la somme étant bloquée tant qu’il n’indique pas avoir le produit en main, conforme à ses attentes. « L'argent est conservé le temps de la transaction » pointe l’email.

Pour l’instant, Le Bon Coin précise que le service se fait « sans frais supplémentaire ». Comme le pointe BFM cependant, rien n’empêcherait le service d’y voir une source de revenus plus tard, à la manière d’un Blablacar.

Nos confrères rappellent en outre que le Fisc est particulièrement intéressé par les plateformes d’économie collaborative. Or, en proposant ce service de paiement, Le Bon Coin n’est plus un simple service de petites annonces, il devient un acteur plus classique de marché en ligne.

La société a prévu de s’exprimer le 12 septembre lors d’une conférence de presse.

NVIDIA semble vouloir faire durer le suspense. Déjà en précommande, ses nouvelles cartes graphiques seront chez les revendeurs le 20 septembre prochain. D'ici là, plusieurs NDA prendraient fin selon Game Debate.

Ainsi, les journalistes ne pourraient publier leurs analyses théoriques de la nouvelle architecture Turing qu'à partir du 14 septembre. Pour les tests, il faudrait attendre les 17 septembre pour les RTX 2080 et 19 septembre pour les 2080 Ti.

Une façon de faire qui, si elle se confirme, est franchement ridicule. Elle permettrait néanmoins à la marque de s'assurer d'avoir plusieurs articles/vidéos en ligne plutôt qu'un seul, et donc de maximiser sa visibilité.

GeForce RTX : vers un lancement en trois temps ?

Le fabricant affirme qu'il s'agit d'une « première mondiale ». Concrètement, cela signifie qu'il est possible « d'envoyer des notifications sur le clavier », grâce à une API.

Le fabricant donne quelques exemples : si la porte du garage est ouverte, un email important est arrivé, un rendez-vous approche ou si une enchère sur eBay arrive à son terme, une touche (équipée de LED RBG) s'allume de la couleur de votre choix. Il ne vous reste plus qu'à retenir toutes les actions que vous avez associées aux touches (mécaniques : Gamma Zulu de chez Omron).

Le 5Q a été lancé avec succès sur Kickstarter en 2016, avec 580 902 dollars récoltés sur 100 000 demandés. Il est désormais en vente sur le site du fabricant pour 249 dollars et arrivera prochainement dans certains pays européens pour 249 euros.

Le X50Q reprend les mêmes fonctionnalités, mais avec un design différent, davantage pensé pour les joueurs selon le fabricant. Il est vendu 199 dollars et arrivera lui aussi sur le vieux continent pour 199 euros.

Das Keyboard 5Q et X50Q : des claviers mécaniques RGB connectés, à partir de 199 euros
Twitter bloque définitivement Alex Jones et Infowars

Le mois dernier, Facebook, Google, iTunes et Spotify ont banni en une semaine les émissions, podcasts et pages du média conservateur américain. En cause, des violations à répétition de leurs règles en quelques jours, assurent ces plateformes.

Twitter n'avait pas suivi cette voie, clamant que Jones n'avait pas violé ses règles, malgré une enquête de CNN prouvant le contraire. Sous pression publique, le réseau social a suspendu ces comptes pendant une semaine, estimant déjà la sanction grave.

Le service vient de bannir les comptes d'Alex Jones et d'Infowars, après de nouveaux signalements, clame-t-il. Il déclare vigilant quant aux comptes potentiellement liés au média.

L'annonce suit l'audition du patron de Twitter, Jack Dorsey, au Congrès américain. Les géants du Net sont vertement critiqués par les Républicains ces derniers mois, accusés de biais politique dans leur tri des informations et leur modération.

Donald Trump leur reproche de ne pas diffuser assez de nouvelles lui étant favorables, avec menaces à la clé. Le ministère de la Justice commence à s'y intéresser.

En mai, ABC décidait de ne pas renouveler la série. Après de longues négociations selon Deadline, une saison 3 aura finalement bien lieu, sous bannière Netflix uniquement.

L'ensemble du casting principal devrait être présent, dont les quatre principaux : Kiefer Sutherland, Kal Penn, Adan Canto et Italia Ricci. Maggie Quigley, qui joue l'agent du FBI Hannah Wells, serait en pourparlers. Neal Baer rejoindra également l'équipe.

Dans la nouvelle saison, le président Kirkman sera en campagne pour renouveler son mandat. Un chapitre nouveau pour celui qui s'est retrouvé par « accident » dans le Bureau ovale. Les fake news devraient jouer un grand rôle dans l'histoire.

Designated Survivor survivra sur Netflix pour sa saison 3

L'autorité des télécoms sort enfin son nouveau site, avec une ergonomie revue de fond en combles, une mise en avant des services maison (dont la carte fibre), des URL enfin compréhensibles pour un humain et une accessibilité en IPv6.

Autant de points qui nous réjouissent, le site du régulateur étant une mine d'informations. Nous avions d'ailleurs été interrogés sur nos habitudes et reproches sur l'ancien site, pendant la conception du nouveau.

Les archives ne sont, par contre, pas portées vers le nouveau site. Elles restent accessibles via un sous-domaine dédié, en IPv4 uniquement. Avec certains liens internes cassés, dirigeant vers la page d'accueil.

Nouveau site pour l'Arcep
Les États-Unis accusent un Nord-Coréen de plusieurs attaques, dont Wannacry

Pour la première fois, le département américain de la Justice (DoJ) accuse un pirate nord-coréen d’être à l’origine d’attaques informatiques parmi les plus « spectaculaires » des dernières années. L’origine nord-coréenne avait déjà été évoquée, mais le nom a cette fois été lâché : Park Jin Hyok.

Le pirate aurait travaillé dans le fameux « casse » de Sony Pictures en 2014, qui avait fait de nombreux dégâts. Deux ans plus tard, il aurait également été impliqué dans l’attaque contre la banque centrale du Bangladesh, aboutissant au vol de 80 millions de dollars. Plus récemment, il serait l’un des auteurs de Wannacry, dont on connaît le sillage ravageur.

Dans une conférence téléphonique organisée avec la presse, le DoJ a précisé que Hyok avait travaillé en Chine dans une entreprise nommée Korean Expo Joint Venture. Toujours selon le ministère, cette société avait pour objectif de générer des profits à destination du renseignement militaire nord-coréen.

La trajectoire de ces attaques serait d’ailleurs spécifique à la Corée, l’objectif principal étant presque à chaque fois de s’enrichir. John Hultquist, analyste chez FireEye, estime pour Motherboard que les pirates nord-coréens « sont vraiment les seuls à le faire ».

Selon le DoJ, l’enquête continue. Des sanctions seront prononcées à la fois contre Park Jin Hyok et l’entreprise dans laquelle il travaillait. Quant à leur application, qui suppose notamment de retrouver l’homme, rien n’est certain.

Avec la bêta de Dataset Search, le géant de Mountain View prétend faciliter le travail des chercheurs, journalistes et férus de données, en répertoriant toutes les bases disponibles, qui que soit leur hébergeur.

Bien entendu, Etalab est intégré. Une recherche sur « insee habitants » remonte effectivement les bases de population française. Attention tout de même : ce type d'outil peut favoriser les sources d'autorité, en ne répertoriant pas des organismes ou sites moins connus. Comme tout moteur, mieux vaut éviter de ne se reposer que sur lui.

Pour détecter ces données, le moteur se fonde sur les métadonnées en format schema.org. Pour l'instant, Google clame proposer la plupart des bases en sciences sociales et environnementales.

Google lance un moteur de recherche pour bases de données ouvertes

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.