du 05 juillet 2018
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

 Le gouvernement publie une « carte officielle des radars »

Le ministère de l’Intérieur a annoncé hier l’ouverture d’un portail permettant de « visualiser instantanément » les radars fixes installés sur le territoire national, ainsi que les itinéraires de contrôle-leurres (c'est-à-dire « là où les radars sont déplacés régulièrement en n'étant annoncés que par panneau unique »).

« Le visiteur a la possibilité de zoomer sur n'importe quel point de la carte afin de faire apparaître les pictogrammes qui symbolisent chaque type de radar, explique-t-on Place Beauvau. Il peut également faire une recherche par département ou par type de radar. » Nous n’avons cependant pu tester ce nouvel outil, « en maintenance pour raisons techniques ».

Pour chaque appareil, le portail est néanmoins censé indiquer s’il s’agit d’un radar fixe classique ou à double sens, un radar « vitesse moyenne », un radar de feu rouge ou de passage à niveau, etc.

Les données « seront actualisées tous les deux mois », promet l’exécutif. Cette carte est surtout destinée à évoluer puisqu’elle intégrera « dès 2019 » une « carte de l'accidentalité routière ».

 « Suite à la dégradation continuelle de nos conditions de travail nous décidons d'un mouvement de grève pendant l'une des semaines les plus rentables pour les plateformes » explique le collectif sur les réseaux sociaux.

Un premier rendez-vous est pris pour le dimanche 8 à 19h, place de la république. CLAP (Collectif des Livreurs Autonomes Parisiens) a trois principales revendications :

  • Une tarification minimum horaire garantie par le contrat
  • La prise en compte de la pénibilité de travail via différents bonus (pluie, week-end, nuit, etc.)
  • Des plages de travail et une activité garantie

Le collectif demande aux clients des plateformes de livraison de nourriture de ne pas passer de commandes entre les 8 et 15 juillet, soit pendant la dernière semaine de la coupe du monde de foot 2018. Un « pot commun » a été mis en place avec 2 participants et 40 euros récoltés pour le moment.

Uber, Deliveroo... : le Collectif des Livreurs Autonomes Parisiens lance un appel à la grève

Régulièrement, l'opérateur met à jour sa brochure tarifaire pour modifier, parfois de manière importante, ses tarifs vers et depuis l'étranger.

Le prochain changement aura lieu le 1er août, comme le rapporte Freenews. Une nouvelle brochure tarifaire a été mise en ligne. Elle reprend les tarifs actuels et les nouveaux applicables le mois prochain.

Sur les appels vers l'international, une quarantaine d'augmentations (jusqu'à près de 50 centimes par minute) seront mises en place, contre quatre baisses de 5 centimes seulement.

Concernant l'accès à Internet depuis l'étranger, la situation est bien différente : seuls deux pays sont touchés, mais les hausses sont très importantes : de 0,34 euro le Mo, le Japon passera à… 9,70 euros. La Palestine était déjà à 9,70 euros et passera à 16 euros.

Free (Mobile) : hausses et baisses pour les appels vers l'étranger, la data explose au Japon et en Palestine
Qwant change de look et lance sa v4

Finalement, c'est dans la soirée d'hier que la nouvelle version du moteur de recherche a été mise en ligne. Dans un billet de blog, l'équipe indique avoir étudié le comportement d'utilisateurs et écouté les retours afin de mieux comprendre comment s'améliorer.

L'interface a donc été repensée, et le système de colonnes thématiques abandonné. Les pages consacrées à certaines verticales ont été renforcées, notamment dans le domaine du jeu vidéo avec Qwant Games. Un nombre croissant d'éléments spécifiques sera mis en avant, comme un bouton expliquant comment participer à Wikipédia.

La version mobile a elle aussi été adaptée. L'application pour Android est déjà à jour, mais pas encore celle pour iOS.

Qwant indique enfin que ses résultats devraient s'afficher plus rapidement et être plus pertinents avec l'évolution de ses algorithmes et le renforcement de son infrastructure.

Il sera disponible via la plateforme We du fabricant, avec un démarrage dans certaines villes allemandes dès l'année prochaine. Il sera ensuite progressivement déployé dans le reste du monde à partir de 2020, en commençant par les grandes villes d'Europe, d'Amérique du Nord et d'Asie.

On pourra demander une voiture pour un trajet court ou long, mais les tarifs ne sont pas encore précisés. L'offre pourrait inclure des trottinettes électriques maison (I.D. Cityskater et Streetmate), un marché qui intéresse plusieurs géants du Net et qui est en pleine expansion en ce moment.

Volkswagen lancera un service de partage de véhicules électriques dès 2019

Alors que Bouygues Telecom organisait mardi un événement autour de la 5G avec le « premier pilote 5G en conditions réelles » en France (nous y reviendrons en détail), Orange et SFR en profitent pour faire des annonces.

Après Lille et Douai, l'opérateur historique dispose d'une autorisation pour mener des expérimentations à Marseille sur la bande de 3,7/3,8 GHz. Nokia sera partenaire dans la cité phocéenne.

De son côté, la marque au carré rouge mènera des tests 5G à Toulouse et Nantes, deux villes où elle a obtenu un accord de l’ARCEP.

Tous les opérateurs, à l'exception de Free Mobile qui reste silencieux sur le sujet, s'accordent pour un lancement commercial de la 5G en 2020.

Expérimentations 5G : Orange à Marseille, SFR à Toulouse et Nantes
ZTE : le gouvernement américain autorise une reprise partielle

Sous le coup de sanctions du département du Commerce depuis mi-avril. Donald Trump était venu en aide au fabricant chinois et avait trouvé un accord, incluant une amende d'un milliard de dollars. Il ne plait pas à tout le monde, le Sénat ayant voté un amendement pour rétablir les sanctions contre ZTE.

Dans cette bataille juridique, un premier rayon de soleil pour l'équipementier : le gouvernement américain l'autorise à reprendre partiellement ses activités, comme l'explique l'AFP.

L'autorisation est signée par le Bureau de l'industrie et de la sécurité du département du Commerce. Elle est valable du lundi 2 juillet au 1er août. Elle « concerne la reprise d'activités dont les contrats avaient été noués avant la mi-avril, notamment les mises à jour de logiciels pour les modèles de téléphones produits par ZTE. Aucune nouvelle activité entre les fournisseurs et ZTE n'est en revanche autorisée ce qui laisse en place une grande partie des sanctions ».

Pendant ce temps, les discussions entre les élus américains se poursuivent et promettent d'être agitées, avec d'un côté ceux souhaitant le paiement d'une amende et la levée des sanctions, de l'autre ceux préférant les laisser en place.

Si le fabricant est très actif dans le domaine des disques durs, il reste peu présent dans celui des SSD. Il y a bien les FireCuda, mais il s'agit de disques durs avec de la NAND intégrée pour accélérer les débits.

Les BarraCuda sont des SSD classiques… peut-être trop. Il s'agit en effet de modèle S-ATA de 2,5 pouces avec des débits maximums de 540 Mo/s en lecture et de 520 Mo/s en écriture. Ils sont garantis pendant cinq ans.

Des versions de 250 Go, 500 Go et 1 To sont proposées, pour respectivement 74,99, 119,99 et 229,99 dollars. Des tarifs dans la fourchette basse, mais qui ne sont pas non plus exceptionnels ; un tour sur notre page des bons plans permet de s'en rendre compte. Une déclinaison de 2 To arrivera dans un second temps.

Des SSD BarraCuda chez Seagate, à partir de 0,22 dollar par Go

C'est un coup dur pour le fabricant. Attaqué pour violation de brevet par Taiwan United Microelectronics Corp (UMC), un tribunal de Fuzhou interdit provisoirement de vendre 26 produits, y compris DRAM et NAND.

Selon Reuters, « Micron a déclaré que l’injonction ne lui avait pas été signifiée et qu’il ne ferait aucun commentaire avant d’avoir examiné le document du tribunal ». « Cette décision intervient alors que Pékin et Washington ont engagé un bras de fer commercial qui pourrait à terme dégénérer en guerre commerciale » ajoutent nos confrères.

Micron est également sous le coup d'une enquête sur fond d'entente des prix avec deux de ses concurrents (Samsung et SK Hynix), pouvant déboucher sur une lourde amende à la clé.

La société est sanctionnée en bourse avec une baisse de 5,51 %.

Condamné, Micron doit cesser de vendre ses puces en Chine
Une campagne exploite le raccourcisseur d'URL de Coinhive

Depuis septembre 2017, Coinhive permet à de nombreux sites de miner des crypto-monnaies dans le navigateur de leurs visiteurs, d'abord sans leur consentement (voir notre analyse). La société fournit plusieurs services, dont un raccourcisseur d'URL pour monétiser le renvoi vers un site tiers, via une page dédiée avant d'atteindre la destination.

L'astuce permet de miner sur des sites, sans qu'ils n'intègrent d'eux-mêmes le script de Coinhive, habituellement obligatoire. Donc d'obtenir des revenus sur des liens vers des tiers.

Selon Malwarebytes, cité par The Hacker News, une campagne exploite des milliers de sites compromis (via leur CMS) pour charger un cadre (iframe) de 1x1 pixel, contenant une URL raccourcie, minant discrètement via le navigateur.

Une fois les calculs terminés, la page est rechargée pour relancer l'exploitation. Malwarebytes note d'ailleurs qu'au lieu des 1 024 hashes à trouver par défaut, cette campagne demande aux victimes d'en déterminer 3 712 000.

L'opération serait celle d'abord détectée par des chercheurs de Sucuri en mai. Malwarebytes recommande d'utiliser des extensions contre ces mineurs, comme minerBlock ou No Coin.

Ce type de carte, désormais courant, permet d'installer plusieurs SSD M.2 sur un ordinateur dépourvu d'emplacement (ou avec un nombre trop limité).

La CMT4032 propose deux M.2 pour SSD (2280/22110) et une interface PCIe 3.0 x8. La CMT4034 ajoute un second PCB avec deux emplacements supplémentaires (quatre M.2 au total), tandis que le port PCIe est désormais en 3.0 x16.

Les deux CMT403x sont au format low profil et livrés avec un dissipateur pour refroidir les ardeurs des SSD. Aucun prix n'a été annoncé par le fabricant.

Des cartes PCIe pour 2 ou 4 SSD M.2 chez Gigabyte

Cette nouvelle série V2 comprend les modèles 22V2Q, 24V2Q et 27V2Q. Ils sont relativement compacts avec 7,9 mm d'épaisseur au niveau de la dalle du 27V2Q et 7,7 mm pour les deux autres. La définition est de 1 920 x 1 080 pixels pour les trois.

Le fabricant annonce une luminosité de 250 cd/m², un contraste de 1 000:1, la prise en charge de 72 % de l'espace colorimétrique NTSC, un temps de réponse de 5 ms (dalle IPS), une fréquence de 75 Hz et une compatibilité FreeSync. La connectique comprend des entrées HDMI 1.4 et DisplayPort 1.2.

Les écrans seront disponibles dans le courant du mois, pour respectivement 139, 149 et 209 euros, avec un câble HDMI et un DisplayPort dans le bundle.

Trois écrans IPS FreeSync (75 Hz) de 21,5, 23,8 et 27" avec bords fins chez AOC, de 139 à 209 euros
Skype teste les statuts de lecture

Il n’est jamais trop tard. Après des années passées à se réinventer pour mieux concurrencer des services comme Messenger et WhatsApp (tous deux de Facebook), les testeurs Skype Insider peuvent essayer les statuts de lecture.

Fonction basique des clients de messagerie, ils permettent de savoir si des personnes ont lu les messages envoyés. Messenger et WhatsApp font ainsi la distinction entre un message envoyé et un message lu, selon des repères visuels : avatar du destinataire pour le premier, double check pour le second.

Microsoft a choisi la première option pour Skype. En tête à tête ou dans un groupe de 20 personnes maximum, les avatars des destinataires viennent s’afficher sous le message quand ils l’ont lu. Classique, mais efficace.

Côté vie privée, c’est là encore la même chose que partout ailleurs. L’utilisateur peut désactiver le statut de lecture, pour que ses contacts ne puissent pas savoir quand il lit ses messages. Par ricochet, il ne bénéficiera plus lui-même des statuts des autres.

La fonction est en test dans les versions Android, iOS et remaniée pour Linux, macOS et Windows. Comme souvent, la mouture Windows 10, pourtant largement modernisée dans la dernière préversion du système, est mise de côté.

Les Sims 4, FIFA 18, Fe, Dante’s Inferno et Burnout Paradise Remastered rejoignent le fond de catalogue The Vault. La date n'est pas précisée, il est simplement question des « prochains mois ».

Les abonnés pourront également essayer pendant quelques heures quatre des prochains titres de l'éditeur : Madden NFL 19 (02 août), NBA Live 19 (31 août), NHL 19 (6 septembre) et FIFA 19 (20 septembre).

L'installation de jeux à distance arrivera également entre juillet et septembre (sans plus de détail). Depuis votre ordinateur ou votre mobile, vous pourrez ainsi lancer l'installation d'un titre sur votre console.

Enfin, EA promet « une apparence complètement repensée, une navigation améliorée et encore plus d'actualités, de bandes-annonces, de diffusions en direct », etc. Pour rappel, EA Access est proposé à 3,99 euros par mois, ou bien à 24,99 euros par an.

EA Access fait le plein de nouveaux jeux et proposera l'installation à distance

Alors que les débats autour de la réforme constitutionnelle reprendront la semaine prochaine à l’Assemblée nationale, Sébastien Soriano vient de faire savoir au travers d’une tribune qu’il était favorable au projet de « charte du numérique » défendu notamment par Paula Forteza.

« Une charte des droits et libertés à l’ère numérique procéderait d’un contrat de résistance face à un ordre numérique susceptible de renverser nos libertés, écrit le régulateur des télécoms. Son écriture serait l’occasion d’un exercice collectif d’affirmation et d’appropriation des principes qui la composent. »

Le président de l’Arcep estime tout particulièrement qu’affirmer certains principes (neutralité des réseaux, etc.) au plus haut niveau de la pyramide des normes « assurerait leur protection non pas seulement à l’intérieur de nos frontières, mais aussi à l’extérieur ». Cela serait même selon lui « une des clefs de leur pérennité ».   

Le président de l’Arcep soutient le projet de charte constitutionnelle du numérique
GIMP 2.10.4 met les horizons à plat

Le logiciel libre de dessin et retouche simplifie encore ses outils.

Les photographes en herbe peuvent désormais aligner l'horizon sans passer par plusieurs étapes. Une fois que l'outil de mesure a révélé un angle particulier, un bouton permet de le « redresser ».

Les utilisateurs manipulant régulièrement les polices observeront également un temps de lancement nettement réduit. Le chargement des polices se fait en effet de manière asynchrone, dans un autre processus.

Toujours dans les police, il est désormais possible de placer des labels, pour les trier plus rapidement. L'équipe de GIMP est consciente qu'ils pourraient être complétés automatiquement par les métadonnées des polices, elle garde donc l'idée en tête.

Parmi les autres nouveautés, un portage progressant vers GTK3 (mais les développeurs rencontrent régulièrement des soucis), des améliorations pour le chargement des fichiers PSD ou encore la disponibilité, en bêta, de la version 2.10 pour macOS. L'équipe prévient pour cette dernière qu'il reste des bugs.

La justice néozélandaise confirme que le fondateur de MegaUpload peut faire le voyage chez l'oncle Sam, pour faire face aux accusations de piratage en ligne, rapporte l'AFP. Ce troisième jugement, en appel, confirme les deux premiers à ce sujet.

Pour le tribunal, Dotcom et trois associés ont bien violé massivement le droit d'auteur pour des gains commerciaux. MegaUpload comptait plus de 500 millions d'utilisateurs en 2011, peu avant sa fermeture par le FBI en janvier 2012. Son fondateur veut porter l'affaire devant la Cour suprême néozélandaise, son dernier recours sur place face aux forces de l'ordre américaines.

 Kim Dotcom peut être extradé aux États-Unis

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.