du 15 juin 2018
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

SALTO : France Télévisions s'associe à M6 et TF1 pour s'opposer à Netflix… et à Molotov ?

C'est fait. Selon un communiqué commun publié dans la matinée, les trois groupes audiovisuels ont réussi à s'entendre pour « une réponse ambitieuse aux nouvelles attentes du public avec un service de qualité, innovant et simple d’accès ».

Le CSA a salué l'initiative sur Twitter. Après de nombreux remous ces derniers mois, il a finalement été décidé de travailler ensemble pour faire face à la menace grandissante des géants américains de la vidéo payante par abonnement (SVOD), Netflix en premier lieu.

Ainsi le modèle sera payant, avec « plusieurs formules d’abonnement pour tenir compte des besoins de chacun ». Cette nouvelle offre ne gênera pour autant pas ce qui est proposé gratuitement, promettent les nouveaux partenaires, et « s’articulera de la meilleure manière avec MYTF1, 6Play et France.tv ».

Le tout sera géré par une société commune, détenue à parts égales. Certains ironisent déjà sur le fait que l'ensemble est hébergé par... Amazon. Cela ne s'invente pas.

Côté contenu, il est question d'accès aux chaînes en direct et au rattrapage (replay) avec des services Premium. Avec ou sans publicité ? Mystère. Une chose est sûre, cela semble être plus de nature à gêner le français Molotov que l'américain Netflix. Peut-être est-ce là une autre menace à contrer selon les chaînes ?

Pour l'utilisateur, le choix sera difficile puisque Salto se limitera à l'offre de trois chaînes et ne sera donc pas exhaustif. Une alliance serait alors une meilleure approche. Reste à voir si elle arrive à voir le jour.

Il sera aussi question d'un vrai catalogue de SVOD, regroupant les séries, films et documentaires des trois groupes. Le tarif fixé serait, selon Le Figaro, de 1,99 euro et 6,99 euros par mois. La date de lancement n'a pas été précisée.

Une telle alliance en rappelle d'autres. On se demande d'ailleurs pourquoi ces accords ne se passent pas encore entre différents pays. C'est sans doute la prochaine étape, afin de disposer de la masse suffisante et d'une véritable réponse aux géants mondiaux que sont les acteurs américains en la matière.

Cette brèche porte la référence CVE-2018-3665 et a été confirmée par Intel, qui lui attribue un niveau de dangerosité élevé. Assez proche de la faille Meltdown, c'est une nouvelle fois l'exécution spéculative qui est pointée du doigt.

Via un processus local, « un attaquant pourrait exploiter cette vulnérabilité pour accéder à des informations sensibles » explique l'US-CERT. Pour Intel, tous les processeurs de la gamme Core sont touchés, une architecture lancée il y a maintenant plus de dix ans.

Cette faille peut être corrigée de manière logicielle par les systèmes d'exploitation. Les premières mises à jour sont en cours de déploiement, tandis que les autres se préparent, notamment chez Red Hat, Linux et Microsoft.

Lazy FP State Restore : une nouvelle faille touche les processeurs Intel Core

C'était en effet le 15 juin 2017 que le « roaming comme à la maison » est entré en vigueur… à quelques exceptions près. En effet, l'Arcep a autorisé une dizaine d'opérateurs à déroger aux règles mises en place (lire notre analyse).

Comme nous l'avions détaillé dans cette actualité, les consommations en itinérance des Français ont explosé sur le second semestre : 30 % de SMS et d'appels en plus, tandis que la data a quasiment été multiplié par quatre.

De son côté, le régulateur se félicite de la mise en place du nouveau règlement par les opérateurs : « seuls 0,2 % des alertes reçues sur J’alerte l’Arcep concernent l’itinérance en Europe », soit une trentaine de plaintes.

Prochaine étape : plafonner le prix des appels depuis son lieu de résidence vers un pays de l'Union européenne à 19 centimes la minute pour les appels vocaux et 6 centimes pour les SMS. L'accord provisoire doit désormais être entériné.

La fin des frais d'itinérance dans l'Union européenne a un an
WiFi4EU : suite à un « problème technique », l'Europe annule le premier appel à candidatures

Comme son nom l'indique, ce projet compte proposer une connexion à Internet gratuite dans certains lieux en Europe. La première vague d'appel à candidatures pour les organismes souhaitant obtenir un financement a été lancée le 15 mai.

C'est un « succès » pour la Commission européenne : plus de 5 000 municipalités ont déposé leur demande dans les secondes de l'ouverture du service et plus de 11 000 au bout de quelques heures.En réalité, WiFi4EU fonctionne sur la base du premier arrivé, premier servi, avec un nombre d'attributions limité. Prévenues des mois à l'avance, les collectivités ont saturé le service dès sa mise en ligne, de peur d'être laissées de côté.

Hélas, la commissaire Mariya Gabriel, responsable de l'économie numérique à la Commission européenne, explique que le portail a dû être rapidement fermé et l'appel à candidatures annulé. La cause : un « problème technique » chez l'un de ses partenaires, empêchant les municipalités d'être sur un pied d'égalité.

« Au cours de l'enquête, la Commission a identifié une faille dans le logiciel fourni par ses partenaires. Ce problème a permis à certaines municipalités de déposer de bonne foi leur dossier avant l'ouverture de l'appel, tout en empêchant les autres de le faire une fois l'appel ouvert ».

Le prochain appel à candidatures se déroulera cet automne et les demandes déjà déposées seront valides, les municipalités n'auront plus qu'à appuyer sur un bouton pour les valider... Reste à espérer que les « problèmes techniques » (ou autres) seront réglés.

Proposée depuis plusieurs mois en accès anticipé pour certains clients seulement, la carte « Metal » de la néo-banque se lance dans le grand bain, avec quelques ajustements au niveau du design. Pour l'occasion, elle avait organisé une conférence de presse, dont le replay est disponible sur Facebook.

M26 Metal est « bientôt disponible pour tous » explique N26 sur Twitter, ajoutant qu'une liste d'attente a été mise en place pour les plus pressés.

La carte bancaire, compatible avec le paiement sans contact, accompagne le forfait N26 Metal à 16,90 euros par mois. Il reprend les mêmes services et fonctionnalités que N26 Black, avec des « offres exclusives de partenaires ». Pour le moment, il est question de WeWork, Tannico, GetYourGuide, Lanieri, Home24, IHG, Hotels.com, etc. Tous les détails sont disponibles par ici.

N26 Metal : 16,90 euros par mois avec une Mastercard en métal
Snapchat s'ouvre aux développeurs avec Snap Kit, comprenant Login, Creative, Bitmoji et Story Kit

Le réseau social promet qu'il s'agit d'un « nouveau moyen pour les développeurs de créer des produits basés sur certaines des meilleures fonctionnalités de Snapchat ». Quatre fonctionnalités sont présentées.

Il y a tout d'abord le Creative Kit permettant aux développeurs d'intégrer leurs propres Stickers, Filtres, liens et autres données (scores dans des jeux ou résultats de vos entraînements) directement dans l'appareil photo de Snapchat.

Vient ensuite le Login Kit pour « utiliser votre compte Snapchat comme un moyen de connexion », le Bitmoji Kit permettant de récupérer votre avatar dans d'autres applications de chat et enfin le Story Kit pour intégrer des Stories publiques dans des applications tierces. De plus amples informations pour les développeurs sont disponibles par ici.

Snapchat affirme bien évidemment que cela se fait « sans compromettre la sécurité de votre compte ». Comme le rapporte Recode, la société semble avoir appris des erreurs de Facebook (entre autres) en ne laissant accès qu'à peu d'informations sur ses utilisateurs.

Jacob Andreou, vice président de Snap, déclare à nos confrères qu'il ne prévoit par exemple pas de mettre la liste complète des amis à disposition des développeurs tiers. De plus, chaque partenaire souhaitant profiter de Snap Kit sera examiné avant d'être validé.

Depuis déjà un an, le 10 GbE arrive doucement dans les cartes mères haut de gamme. ASUS va plus loin avec sa WS X299 SAGE/10G pensée pour les stations de travail.

Il s'agit d'une évolution de la WS X299 SAGE (vendue 499,90 euros), avec un contrôleur X550 Series d'Intel lui permettant de proposer deux ports 10 GbE, également compatibles 5, 2,5 Gb/s et 1 Gb/s évidemment.

Pour le reste, la carte dispose de ports USB 3.1 Gen 2 (dont un Type-C), d'un étage d'alimentation amélioré, de deux emplacements M.2, ou encore de sept emplacements PCIe x16. Tous les détails sont disponibles par ici. Il ne manque désormais plus que son prix.

WS X299 SAGE/10G : ASUS intègre deux ports réseau 10 GbE

C'est en tout cas l'annonce faite hier par le groupe, qui se laisse jusqu'à 2020 pour y arriver, aussi bien pour ses bureaux que ses usines.

De manière générale, « à moyen et long terme, l'entreprise cherchera à accroître davantage son utilisation d'énergie renouvelable dans le monde entier ». En Corée, Samsung soutient par exemple la stratégie nationale visant à augmenter de 20 % la consommation d'énergie renouvelable du pays en installant 42 000 m² de panneaux solaires.

Samsung veut utiliser 100 % d'énergie renouvelable aux États-Unis, en Europe et en Chine
Neutralité du Net : le gouvernement défend une loyauté des plateformes

Dans une réponse à un parlementaire, le ministère des Affaires étrangères déclare que la France défend le principe d'une loyauté des plateformes, étendant la neutralité au-delà des télécoms.

« En effet, le règlement sur l'Internet ouvert régule les activités des fournisseurs d'accès à Internet et les opérateurs de télécommunications de l'Union européenne sont soumis à de nombreuses obligations, ce qui n'est pas le cas des plateformes ou encore des fabricants de terminaux. Cette situation n'est pas équitable et il est important d'aboutir à une régulation des différents maillons de la chaîne des intermédiaires techniques de l'accès à Internet, dont les plateformes, par le droit de l'Union » écrit le gouvernement.

Il rappelle le rôle de l'autorité des télécoms, l'Arcep, porte-parole de la neutralité dans des instances internationales.

Coup de chance, purement fortuit, l'Arcep vient d'accoucher d'un épais rapport sur la neutralité des terminaux, avec la volonté claire de tendre vers une neutralité des plateformes. Elle suggère même de se charger du dossier, étendant son périmètre et, par là même, ses moyens.

Trois mises à jour ont été annoncées en ce sens dans la soirée d'hier. Tout d'abord, les Moments qui regroupent plusieurs tweets autour d'une même thématique, vont être revus pour disposer d'un défilement vertical.

L'onglet Explorer sera désormais organisé par thématiques afin de proposer celles qui correspondent le mieux aux goûts de chaque internaute. Enfin, le flux principal va intégrer de manière croissante des éléments, photos et vidéos sur de grands évènements.

Une annonce qui tombe à point nommé pour la coupe du monde de football. Espérons tout de même que l'on pourra là aussi personnaliser manuellement ces fonctions, afin de ne pas imposer le sport, les salons du moment ou les dernières émissions de TV à ceux qui n'en ont que faire.

Twitter veut rendre les médias et évènements plus visibles

C'est en effet en installant la dernière mise à jour de juin que le smartphone de certains utilisateurs est devenu inutilisable, comme l'explique XDA-Developpers. Après avoir réinitialisé le smartphone, ils se sont également retrouvés avec Android Oreo à la place d'Android P.

Il ne semble pas y avoir de contournement pour le moment. Il est donc recommandé de ne pas installer la mise à jour OTA.

Nokia 7 Plus : des problèmes avec la dernière mise à jour de la bêta d'Android P
Fibre : Orange et SFR enterrent la hache de guerre en zones moins denses

Les deux opérateurs, qui bataillent sur la responsabilité de 12,7 millions de lignes dans les agglomérations de taille moyenne, ont trouvé un nouvel accord, rapporte Le Monde.

SFR récupère donc 1,2 million de lignes à construire, le menant à un total de 2,6 millions d'ici 2020. Dans ces zones AMII, Orange et SFR déploient le réseau pour le compte de l'ensemble des opérateurs. Jusqu'ici, l'opérateur historique gardait jalousement 90 % de cette charge.

Depuis le rachat de SFR par Numericable en 2014, le groupe a gelé les déploiements de fibre, préférant moderniser son réseau câble. Revenu à de meilleurs sentiments, SFR a réclamé un nouvel accord à Orange, qui refusait de bouger jusque là. La marque au carré rouge s'est même cassé les dents en justice sur le sujet.

Chacun mettait en doute la capacité de l'autre à tenir ses délais, sans que les collectivités concernées n'aient vraiment leur mot à dire. L'Avicca, une association de collectivités, s'inquiète toujours sur le sujet. Comme nous le révélions, les deux groupes ont mené une guerre des tranchées, préemptant des quartiers, quitte à en laisser une partie non couverte.

Selon Le Monde, cet accord a été signé sous pression du gouvernement. Orange aurait même cédé des zones déjà déployées. Les deux entreprises devront bien tenir le rythme, leurs engagements étant enfin opposables.

C'est à l'issue d'une réunion entre les États membres de l'agence spatiale européenne que la bonne nouvelle a été annoncée, comme le rapporte l'AFP. Elle « a permis de régler certains problèmes épineux » précise Alain Charmeau, le patron d'ArianeGroup, sans entrer dans les détails.

Il enchaîne : « Maintenant on a la certitude qu'on va pouvoir organiser correctement la réduction de la fabrication des Ariane 5 et la montée en puissance des Ariane 6 », à partir de 2021-2022.

Selon Les Échos, il serait question de « plus de 300 millions d'euros pour cette transition mais, aussi, pour le nouveau moteur à propergol solide P120C commun aux premiers étages des fusées Vega et Ariane 6 ».

Pour rappel, le premier lancement d'Ariane 6 est prévu en 2020.

 Feu vert de l'ESA pour « l'achèvement du développement » d'Ariane 6

Deux jours seulement après qu'un juge américain autorise cette fusion à 85 milliards de dollars, l'opérateur annonce avoir bouclé l'acquisition de Time Warner.

« Nous allons apporter une nouvelle approche dans la manière dont l'industrie des médias et du divertissement fonctionne pour les consommateurs, les créateurs, les distributeurs et les annonceurs » assure Randall Stephenson, PDG d'AT&T.

Pour rappel, suite à cette fusion, Comcast s'est aussi lancée dans l'aventure en surenchérissant sur Disney pour racheter des actifs de la 21st Century Fox. D'autres super fusions du genre pourraient avoir lieu aux États-Unis maintenant que la boîte de Pandore a été ouverte.

AT&T boucle le rachat de Time Warner pour 85 milliards de dollars
Les autorités européennes et indienne des télécoms louent la neutralité du Net

Dans un communiqué commun, le Berec (qui rassemble les régulateurs européens) et la TRAI ont rappelé l'intérêt d'un Internet ouvert.

Les deux acteurs promettent de collaborer étroitement sur le sujet, en promouvant la même vision de la neutralité des réseaux. Ils soulignent, entre autres, que la 5G peut être lancée en accord avec la neutralité du Net, contrairement à ce qu'affirment les opérateurs européens.

Le Berec et la TRAI comptent se concentrer sur la surveillance du respect de la neutralité, sur le pouvoir donné aux internautes, sur les effets des pratiques commerciales sur l'ouverture du Net et sur la compatibilité des nouvelles technologies.

Le moment n'est pas innocent, quelques jours après le guillotinage de la neutralité outre-Atlantique. Dans son dernier rapport sur l'état de l'Internet français, l'Arcep notait (très) pudiquement que les Etats-Unis relancent le débat sur le principe de non-discrimination.

Les deux sociétés semblent proches sur le territoire français et multiplient les partenariats. Cette fois, à l'occasion de ce grand évènement sportif.

L'idée reste simple : trois mois offerts à l'option Plus du service (3,99 euros par mois) pour l'achat d'une Shield TV entre le 13 juin et le 15 juillet. Les détails sont accessibles par ici.

Attention, cela ne concerne que 2 000 comptes et les modèles 2017 de la console. Pour en profiter, il suffit d'installer Molotov, de se connecter, le compte sera automatiquement activé.

Reste néanmoins un problème, pour un produit qui vante sa compatibilité 4K : l'accès aux matchs est limité au Full HD sur Molotov. Il faudra donc se tourner vers beIN, Canal ou l'application TF1 de certaines box de FAI pour l'Ultra HD.

NVIDIA s'associe à Molotov autour de la Coupe du monde de football

Cette mise à jour est disponible pour les Insiders dans le « Fast ring ». Pour rappel, SwiftKey a été acheté il y a deux ans par Microsoft, mais il n'était alors disponible que sur Android et iOS. Désormais accessible dans Windows 10, il est proposé dans plusieurs langues, dont le français et l'anglais.

Cette mise à jour du système d'exploitation de Microsoft est également l'occasion d'apporter des améliorations sur de nombreux points, notamment l'accessibilité et la recherche. Tous les détails sont disponibles par ici.

Windows 10 : le clavier SwiftKey débarque dans la dernière build 17692
Très haut débit : bisbilles sur la subvention des réseaux publics

Un débat fait rage sur les 300 derniers millions d'euros des 3,3 milliards de subvention des réseaux d'initiative publique, rapportent Les Échos. Cette large somme était promise en 2013 aux départements et régions, pour les aider à couvrir les zones rurales abandonnées par les opérateurs privés, pour un coût total de 13 à 14 milliards d'euros.

Selon la Fédération des industriels des réseaux publics (Firip), ces 300 millions d'euros ont disparu des plans du gouvernement, qui ne respecterait pas sa promesse. Que nenni, répond le gouvernement, qui a réattribué cet argent à d'autres technologies que la fibre, comme le guichet numérique (qui fournit un chèque de 150 euros aux habitants se connectant en très haut débit radio ou par satellite).

Autre débat : l'après 2022, où l'ensemble des lignes Internet fixe doivent disposer du très haut débit, et 80 % en fibre. Si cet objectif est déjà difficile à tenir, il restera dans tous les cas 6 millions de lignes à couvrir en fibre pour atteindre la société du Gigabit, voulue en 2025 par l'Union européenne. Or, le plan France THD s'arrête net à 2022. Selon l'État, de futures subventions engendreraient un surcoût de 600 à 800 millions d'euros en subventions. Une paille face aux 3,3 milliards déjà engagés, que le gouvernement rechigne tout de même à promettre, face aux larges promesses des financeurs privés.

Pour couper le ciblage des espaces gérés par le géant américain, il suffit de se rendre sur cette page. Si vous préférez le laisser activé, elle précisera les critères retenus, explique la société.

Vous pourrez ainsi les consulter en détail, les mettre à jour et/ou les couper selon les cas. L'élément expliquant le ciblage dans les publicités est aussi mis à jour pour l'occasion, pour mieux refléter ces éléments et s'adapter à un nombre croissant d'interfaces.

Google renforce le contrôle de personnalisation de ses publicités

En novembre dernier, le géant américain croquait la société spécialisée dans les systèmes de communication pour 5,5 milliards de dollars.

Dans un document transmis à la SEC et repéré par Reuters, Broadcom rapporte que, suite à cette acquisition, « environ 1 100 employés ont été licenciés », et ce, dans tous les secteurs d'activité à l'échelle mondiale. La société ajoute avoir engagé 143 millions de dollars de frais, principalement pour les licenciements.

Ce n'est pas tout : « La direction est en train d'évaluer davantage nos ressources et nos besoins opérationnels et pourrait éliminer d'autres postes, ce qui entraînerait des coûts de restructuration supplémentaires ».

Broadcom a licencié 1 100 personnes suite au rachat de Brocade... et ce n'est peut-être pas fini

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.