du 23 mai 2018
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Xiaomi ouvre sa boutique en ligne en France, multiplie les partenariats et prépare le Mi 8

Après une (relativement) longue conférence, le fabricant propose donc officiellement ses produits chez nous. Outre l'ouverture de sa boutique à Paris (qui ressemble à celle de Barcelone, lire notre analyse), on a droit à un site dans la langue de Molière.

Le fabricant y propose ses Redmi 5 à 139,90 euros, Redmi Note 5 à partir de 199,90 euros, A1 (sous Android One) à 229,90 euros, Mix 2 à 399,90 euros et Mix 2S dès 499,90 euros. Il est également question d'une trottinette électrique à 349,90 euros, mais elle n'est pas (encore ?) référencée sur le site. Idem pour les multiples accessoires de la marque.

Durant la conférence, des partenariats ont été annoncés avec Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et SFR qui proposeront ses produits à l'avenir (ce n'est pas encore le cas). Plusieurs revendeurs sont également partenaires du Chinois, certains proposant déjà ses produits depuis quelques mois : Amazon, Auchan, Boulanger, Carrefour, Cdiscount et Fnac Darty.

Enfin, Xiaomi prépare le lancement de son prochain smartphone haut de gamme, à l'occasion de son huitième anniversaire : le M8. Il sera présenté le 31 mai et devrait intégrer un capteur d'empreintes digitales sous l'écran.

Plusieurs amendements au projet de loi sur l’alimentation, dont l’examen a débuté hier à l’Assemblée nationale, visent à interdire les « messages publicitaires » et autres « activités promotionnelles » en faveur des aliments et boissons trop riches en sucre, en sel ou en matières grasses et « ayant pour cible les enfants de moins de seize ans ». Cette prohibition vaudrait tant pour la télévision (y compris pour les chaînes privées) que pour la radio et Internet.

Les copies des députés divergent légèrement : les élus PS demandent par exemple une entrée en vigueur dès 2020, tandis que d’autres, membres de la majorité, préfèrent laisser au gouvernement le soin de fixer toutes les modalités d’application par décret. Tous affirment néanmoins vouloir limiter l’influence de la publicité et du marketing alimentaire, notamment pour lutter contre l’obésité des enfants.

Si l’un de ces amendements était adopté, il viendrait compléter la « loi Gattolin », qui interdit depuis le 1er janvier 2018 les publicités lors des émissions jeunesse du groupe France Télévisions.

Produits gras et sucrés : des députés veulent interdire les publicités ciblant les enfants

Hier, on a pu lire ici et là que cette gamme consacrée aux Radeon allait être stoppée. Pour rappel, elle avait été créée dans le cadre du GeForce Partner Program de NVIDIA, arrêté depuis.

Mais il n'en est rien. En réalité tout le monde se basait sur un simple tweet issu d'un compte parodique, utilisant de fausses images. Ce dernier a depuis été suspendu par Twitter. Aucun changement n'est à noter sur le site d'ASUS.

Cette marque pourrait donc être là pour durer. On ne sait toujours pas cependant quand ces produits seront disponibles en France. Le Computex de Taipei, qui ouvre ses portes d'ici un peu moins de deux semaines, devrait être l'occasion d'en savoir plus.

Quand un faux compte Twitter fait croire à la fin de la marque AREZ d'ASUS
Free n'interdit plus l'utilisation d'une clé 3G/4G, la Russie dans les 25 Go de roaming

Free mobile a mis en ligne de nouvelles conditions générales d'abonnement valables depuis hier. L'une des principales nouveautés est la suppression de l'interdiction d'utilisation de la carte SIM dans une « clé, galet ou carte 3G/4G »... même si dans la pratique celle-ci ne semblait pas mise en place.

L'article 9, concernant les données personnelles, a été remanié et réduit. Désormais, il indique que « les données à caractère personnel de l’abonné sont traitées conformément à la Loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés et à la réglementation européenne relative à la protection des données à caractère personnel ainsi que dans les conditions prévues par la Politique de confidentialité des données à caractère personnel ».

Enfin, pour accéder, rectifier ou supprimer vos données, il ne faut plus envoyer un courrier par la poste, mais un email au Délégué à la Protection des Données personnelles à cette adresse.

Alors que la coupe du monde de foot se déroulera en Russie du 14 juin au 15 juillet, Free Mobile pense aux touristes qui se rendront sur place : «  Free inclut la Russie dans ses 25Go/mois en roaming », mais uniquement pour la data (en 3G), pas les appels ni les SMS.

Les plus taquins pourraient décider de le nommer « Bullshit 450 » tant les puces de la série 400 ressemblent aux pratiques d'Intel en matière de « nouveautés ». 

Comme pour le X470 par rapport au X370, il serait en effet question de l'ajout du support de l'XFR2 Enhanced et de Precision Boost Overdrive pour ce modèle attendu pour les mois à venir.

Les cartes mères l'exploitant seraient, bien entendu, compatibles dès le déballage avec la nouvelle gamme Ryzen. Pour rappel, sur ce point, une mise à jour de l'UEFI suffit.

Comme annoncé par AMD au départ, une licence StoreMI (FuzeDrive) est également incluse, modèle de la série 400 oblige. Il n'est par contre toujours pas question d'une augmentation substantielle du nombre de ports USB 3.1 Gen 2 supportés ou même des ports S-ATA 3.0, limités à deux sur cette gamme.

Le Computex de Taipei devrait être l'occasion de voir de premières cartes mères si cela se confirme. AMD y tiendra d'ailleurs une conférence de presse le 6 juin prochain.

De premières informations sur un potentiel chipset B450 chez AMD

Faisant écho à la disponibilité des puces de 3D NAND QLC (quatre bits par cellule), Micro dévoile son SSD 5210 ION et revendique être « le premier dans l'industrie » à expédier des SSD exploitant ces puces de mémoire.

Comparée aux SSD avec des puces de 3D NAND TLC (trois bits par cellule), la densité est en hausse de 33 % pour un nombre de couches équivalentes.

Ils ne sont pour le moment disponible que pour les partenaires privilégiés et autres clients stratégiques du fabricant, avant d'être plus largement accessible à partir de cet autonome. Des versions de 1,92 à 7,68 To sont annoncées. Dommage par contre qu'aucun prix ne soit précisé.

Micron expédie ses premiers SSD 5210 ION avec de la 3D NAND QLC
Razer : un Blade (15,6") certifié Max-Q, un boîtier externe pour GPU Core X à 300 euros

Si la marque est connue pour ses machines pensées pour les joueurs, ses derniers ordinateurs portables étaient de véritables turbines. Même avec une simple GeForce GTX 1060, les ventilateurs se faisaient rapidement entendre, et de manière assez désagréable. Dommage pour des machines aussi coûteuses que bien pensées sur les autres aspects.

C'est là que NVIDIA entre dans la danse avec son programme Max-Q, qui consiste à certifier à l'utilisateur qu'il dispose d'une machine silencieuse dans certaines circonstances, testées par ses équipes (voir notre analyse). Le nouveau Razer Blade de 15,6" passe à cette certification, avec deux possibilités :  une GTX 1060 ou une GTX 1070. Le processeur est un Core i7-8750H (6 cœurs, 12 threads, de 2,1 à 4,1 GHz).

Nous avons récemment pu voir cette machine en action, et elle semblait silencieuse, mais également très chaude en utilisation dans les jeux. La combinaison d'un GPU et d'un CPU haut de gamme reste en effet une contrainte forte, et NVIDIA ne peut pas tordre les lois de la physique. Il faudra donc voir lors de tests détaillés si cela ne pénalise pas trop l'utilisateur.

Annoncée comme la machine pour joueurs la plus fine du monde (16,8 ou 17,3 mm selon les modèles), ce Razer Blade est proposé en France à partir de 1 950 euros et sera disponible en juin.

Pour ce tarif vous aurez une dalle 1080p IPS, 256 Go de stockage, 16 Go de mémoire, une puce Wi-Fi AC 9260 d'Intel (avec Bluetooth 5) et une batterie de 80 Wh. L'ensemble pèse 2,1 kg. Outre la dalle qui peut passer de 60 à 144 Hz, la carte graphique ou le stockage (512 Go) peuvent être  améliorés, pour un tarif maximal de 2 450 euros. Tous les détails sont disponibles par ici.

Dans le même temps, la société annonce une nouvelle version de son boîtier pour carte graphique externe, le Core X. Il dispose d'une alimentation 650 watts, d'un unique connecteur Thunderbolt 3 et permet de charger un portable USB Type-C au passage. Désormais compatible avec macOS et Windows 10, comme le Core v2, il est annoncé à 300 euros.

Pour rappel, son prédécesseur est disponible pour 520 euros. Il dispose de LED RGB (Chroma), se limite à une alimentation de 500 watts et intègre une connectique un peu plus complète. S'il n'était pas très intéressant auparavant, cette nouvelle annonce n'arrange rien.

Ce domaine promet d'être révolutionnaire sur la puissance de calcul dans certains domaines, il intéresse donc de nombreux acteurs.

Afin de pousser la recherche sur l'informatique quantique, Atos et le CEA inaugurent cette chaire baptisée « Nasniq » (Nouvelle architecture de spins nucléaires pour l'information quantique), co-financée par l'Agence nationale de la recherche (ANR). Elle permet d'établir un lien entre les équipes de recherche et industrielles, et de former les futurs ingénieurs.

Parmi les axes de développement, il est question de « concevoir et tester de nouveaux types de qubits et mieux maîtriser la cohérence quantique », développer « le logiciel quantique pour les qubits hybrides ».

Atos, le CEA et l'ANR lancent « une chaire industrielle sur l’informatique quantique »

Le plan suit son cours et, depuis ce matin, la phase 6 est enclenchée. Elle concerne 139 sites et 3,1 millions de personnes, avec 50 techniciens mobilisés.

Les fréquences (dans la bande des 700 MHz) ainsi libérées seront disponibles plus tard pour les opérateurs de téléphonie mobile.

Comme nous l’avons déjà expliqué, il suffit de relancer une recherche des chaînes pour retrouver les éventuelles disparues. Tous les détails sont disponibles par ici.

TNT : réaménagement des fréquences en Bourgogne-Franche-Comté et dans le Grand Est
30 organisations demandent à Amazon de ne plus fournir son outil de reconnaissance faciale à la police

Emmenées par l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU), nous retrouvons Electronic Frontier Foundation (EFF), Human Rights Watch et Freedom of the Press Foundation dans les signataires.

Dans une lettre ouverte adressée à Jeff Bezos (PDG d'Amazon), elles exhortent la société à arrêter de fournir son service de reconnaissance faciale Rekognition aux forces de l'ordre, car il constituerait « une grave menace pour les clients et les communautés à travers le pays », d'autant plus qu'Amazon « n'impose aucune restriction significative sur la façon dont les gouvernements peuvent l'utiliser » ce service.

« La population devrait être libre de marcher dans la rue sans être surveillée par le gouvernement [...] La reconnaissance faciale menace la liberté des communautés américaines [...]. Le gouvernement fédéral pourrait utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour traquer continuellement les immigrés » affirment enfin les signataires.

Toujours selon l'ACLU Rekognition serait utilisé par des forces de l'ordre en Floride, en Arizona et dans d'autres États. Pour le moment, Amazon ne semble pas avoir réagi.

Kiwi est un opérateur d'Ariane Network qui propose son abonnement fibre surtout dans les zones couvertes par un réseau d'initiative public (RIP).

Cet abonnement vient d'évoluer et intègre désormais le boîtier Android TV de NVIDIA et une manette en complément de la KiwiBox, en charge du réseau (avec Wi-Fi 802.11ac).

Le tout est proposé pour 44,90 euros par mois, pour un débit maximal de 100 Mb/s symétriques et des appels illimités vers les fixes (France, DOM et 50 destinations). Des frais d'activation de 100 euros sont demandés (payables en 1, 2 ou 3 mensualités)

Kiwi précise que « lors de la mise en service, les utilisateurs peuvent également profiter d’avantages auprès des éditeurs comme Netflix, OCS, Amazon Prime Video, Spotify, Geforce Now, ... avec des mois offerts et des essais gratuits ».

Il s'agit du premier FAI à faire une telle offre en Europe. Cette annonce suit de peu l'arrivée de l'Apple TV chez Canal+ comme décodeur OTT, proposée aux abonnés pour 6 euros par mois. De quoi renforcer l'impression que l'avenir des box TV propres aux FAI est de plus en plus sombre…

Un FAI propose la Shield TV de NVIDIA dans son offre FTTH

Hier, le président s'exprimait à la Maison Blanche. Il a déclaré qu'il n'y avait pas d'accord entre les deux pays, tout en évoquant « l'idée d'infliger une amende susceptible d'atteindre 1,3 milliard de dollars (1,1 milliard d'euros) à ZTE », comme le rapporte Reuters.

Soufflant le chaud et le froid sur le cas des sanctions imposées par le département du Commerce, Donald Trump a aussi « suggéré un changement de direction à la tête du groupe et la nomination d'un nouveau conseil d'administration ».

« Ils [ZTE] peuvent payer un grand prix sans que cela nuise nécessairement à toutes les entreprises américaines » ajoute-t-il pour essayer de convaincre… Mais le Congrès s'est rapidement opposé à cette idée, toujours selon nos confrères.

ZTE : pas (encore) d'accord avec la Chine selon Trump, qui évoque l'idée d'une lourde amende
Tesla Model 3 : coup de frein de Consumer Reports, Elon Musk annonce une mise à jour OTA

Le magazine américain a passé en revue la dernière voiture électrique de Tesla : la Model 3. Si nos confrères lui trouvent de nombreuses qualités (autonomie, maniabilité, etc.), ils pointent du doigt un problème sur les distances de freinage.

« La distance d'arrêt de la Tesla est de 46 m à 96 km/h, bien pire que n'importe quelle voiture contemporaine que nous avons testée, et environ 2 m de plus que la distance avec un pick-up Ford F-150 ».

Fidèle à son habitude, Elon Musk a réagi rapidement sur Twitter : « Cela peut a priori être corrigé avec une mise à jour du firmware », qui devrait arriver dans quelques jours selon le PDG. « Nous pouvons améliorer la distance de freinage au-delà des préconisations initiales » ajoute-il.

Il explique ensuite que Consumer Reports dispose d'une voiture « early production » et que les versions actuelles ont reçu plusieurs améliorations. Il leur demande donc de tester la version de production actuelle. « Si Tesla peut mettre à jour les freins en OTA – une première dans l'industrie  nous serions ravis de retester notre Model 3 » déclare de son côté Jake Fisher, directeur des essais automobiles chez Consumer Reports, à Reuters.

Hier, décollait une fusée Falcon 9 depuis la base de Vandenberg en Californie. Le premier étage de celle-ci avait été récupéré en janvier 2018 lors de la mission Zuma.

Il aura donc fallu moins de cinq mois entre les deux lancements. Un délai qui devrait se raccourcir grâce à la nouvelle version « Block 5 » du lanceur de SpaceX.

Quoi qu'il en soit, la mission est un succès avec la mise en orbite des satellites. Aucune tentative de récupération du premier étage n'a été faite. Tous les détails de la mission se trouvent par ici.

Iridium-6/Grace-FO : nouveau lancement réussi pour SpaceX, avec une fusée recyclée

La Progressive Web App de Twitter dispose enfin du mode nuit. Les utilisateurs de la version mobile (y compris le client officiel pour Windows 10) peuvent donc en profiter.

Toujours pour la PWA, Twitter indique deux autres apports : la mise à jour en temps réel pour les nombres de réponses, retweets et likes, ainsi qu'une version légèrement remaniée de la boîte de rédaction, désormais flottante.

L'éditeur continue donc de mettre l'accent sur cette version, tandis que les autres disparaissent graduellement. Les moutures Xbox One, Roku et Android TV ne seront ainsi plus disponibles dès demain.

Le ménage continue donc, aussi bien sur les clients officiels que tiers, puisque là aussi Twitter serre la vis, imposant des conditions drastiques pour l'accès à son API. Très bientôt, la consigne sera la même : PWA pour tous, ou Tweetdeck.

Twitter : mode nuit pour sa PWA et ménage sur les plateformes TV
Microsoft promet d'étendre la protection juridique du RGPD partout

Après-demain, le Règlement général sur la protection des données entrera en application. Avec lui, arrive la menace de lourdes sanctions en cas de mauvaise manipulation d'informations personnelles ou de mauvaise protection.

Dans un billet de blog, Microsoft promet d'étendre la protection offerte aux Européens hors des frontières de l'Union. Comme beaucoup d'autres entreprise, l'éditeur a mis à jour sa politique de vie privée, détaillant les changements.

Via sa plateforme cloud Azure, Microsoft se présente aussi auprès des entreprises comme une solution clés en main pour respecter le règlement, et éviter ses effrayantes sanctions financières (jusqu'à 4 % des revenus mondiaux annuels).

L'attitude affichée par Microsoft tranche avec celle de Facebook, qui a coupé 1,5 milliard d'utilisateurs mondiaux de sa branche irlandaise pour éviter qu'ils ne puissent exploiter légalement le RGPD. Le groupe promet d'étendre les nouveaux outils imposés par le RGPD partout dans le monde, « dans l'esprit », mais est incapable de les détailler. L'affaire Cambridge Analytica ne semble pas avoir bousculé ses habitudes.

Baptisée « Switch 2nd Unit Set », elle est vendue 24 980 yens, contre 29 980 yens (hors taxe dans les deux cas), soit une différence de 5 000 yens (38,5 euros au cours du jour).

Le dock est absent, mais ce n'est pas le seul à manquer à l'appel : l'adaptateur secteur, le grip pour Joy-Con et le câble HDMI ne sont pas non plus dans le bundle. Une baisse finalement assez peu conséquente vu les éléments manquants.

Rien n'est précisé concernant une disponibilité plus large de ce kit.

Au Japon, Nintendo vend moins cher une Switch sans dock TV (entre autres)

En mars de l'année dernière, Google lançait son application de contrôle parental Family Link. Elle permet aux parents de surveiller l'activité de leurs enfants et de créer un compte pour les moins de 16 ans (âge minimum requis pour les comptes Google).

Disponible uniquement aux États-Unis pour commencer, Family Link s'est doucement étendu en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Irlande et au Canada. Désormais, il est largement disponible en Europe, y compris en France. Google ne semble pas avoir fait d'annonce particulière, mais cette page du support a été mise à jour, comme le rapporte le New York Times.

Android : le contrôle parental Family Link de Google disponible en Europe, notamment en France
Le FBI aurait grandement surévalué la menace du chiffrement devant le Congrés

Le chiffrement des communications et des smartphones est une des marottes des forces de l'ordre outre-Atlantique. Devant le Congrès américain, en mars, le FBI déclarait que 7 800 enquêtes étaient affectées par le chiffrement, rendant autant de smartphones inaccessibles.

Dans l'affaire San Bernardino, le bureau a appliqué une énorme pression sur Apple pour obtenir les données d'un iPhone 5c, avant d'acheter une faille de sécurité. Il s'est avéré que les forces de l'ordre n'avaient pas épuisé tous les recours en interne avant de s'attaquer publiquement à Apple ; pour valider le principe d'une collaboration du groupe. En vain.

Selon le Washington Post, des erreurs de calcul ont mené à une sérieuse inflation de smartphones chiffrés reçus par le FBI. Le bureau s'est rendu compte de sa bourde le mois dernier. Plutôt que 7 800 smartphones bloquants, il en aurait plutôt reçu entre 1 200 et 2 000. Soit quatre fois moins.

En France, la gendarmerie nous dit être incapable d'évaluer le nombre d'affaires bloquées par le chiffrement, affirmant seulement qu'ils deviennent de plus en plus nombreux. Les métadonnées de positionnement et de communications permettraient encore de contourner le problème dans la plupart des cas, l'État travaillant au corps les messageries pour obtenir leurs données.

Au lieu des « simples » chatbots, Slack propose depuis hier une nouvelle forme d'intégration pour les services tiers : les Actions. Elles se déclenchent directement depuis les messages, trois points signalant les Actions en haut à droite. Quand l'utilisateur en choisit une, il donne les informations éventuellement nécessaires puis valide.

Le message sert de base à une opération réalisée par le service tiers. Dans le cas d'Asana, il est lié à une personne et devient une tâche. Il n'est donc plus nécessaire d'appeler un chatbot ou de réaliser à part l'opération.

Créations de tâches, émission de tickets de maintenance, attachement de messages à des pull requests pour BitBucket, les exemples sont finalement logiques. Toutes les entreprises disposant d'une intégration peuvent créer une Action.

Pocket en profite d'ailleurs pour annoncer séparément l'arrivée de sa propre Action. Le fonctionnement est on ne peut plus logique : clic sur les trois points, envoi de l'article dans Pocket.

Slack dévoile ses Actions intégrées, Pocket se joint au groupe

Selon Le Figaro, la rencontre entre Emmanuel Macron et des dizaines de patrons de groupes numériques (Tech For Good) serait l'occasion d'annoncer la tenue du prochain forum dans l'Hexagone, en novembre.

Le forum sur la gouvernance de l'Internet est un grand événement entre acteurs publics et privés, financé à la fois par la Commission européenne, certains pays et grands groupes. La probable tenue de ce forum à Paris rappelle l'eG8 sur l'économie numérique en 2011, tenu par Nicolas Sarkozy, en plein débat sur « l'Internet civilisé ».

Le forum sur la gouvernance de l'Internet promis en novembre à Paris
Une voiture autonome Mobileye grille un feu à cause « d'interférences électromagnétiques »

Le fabricant, racheté par Intel, effectuait une démonstration sur route avec une équipe de Channel 10 à bord. Si le trajet s'est déroulé sans encombre, la voiture a grillé un feu rouge à quelques centaines de mètres de son arrivée (heureusement sans accident), alors que nos confrères étaient en train de filmer à l'intérieur de la voiture.

Bloomberg explique que, selon Amnon Shashua (directeur général de Mobileye) « les émetteurs sans fil des caméras utilisées par l'équipe de télévision créaient des interférences électromagnétiques qui perturbaient les signaux d'un transpondeur sur le feu de circulation ».

Mais la voiture est également équipée d'une caméra qui a visiblement identifié le feu rouge. Nos confrères ajoutent qu'elle « a ignoré cette information et conduit sur la base des signaux du transpondeur ». « Une erreur qui a depuis été corrigée » selon le responsable. Il ajoute que « c'était une situation très particulière » et qu'il n'avait « jamais anticipé quelque chose comme ça ».

Bref, il s'agit encore une fois de circonstances particulières qui ont conduit à un « bug », heureusement sans conséquence tragique cette fois-ci. Ce n'était par contre pas le cas avec l'accident mortel de la Tesla Model S et de la voiture autonome Uber.

Encore un élément pointant la nécessité de légiférer sur le cas des voitures autonomes et la responsabilité en cas d'accident.

Publiée par eMarketer et reprise par TechCrunch, elle affirme que 20,7 millions de clients américains ont utilisé l'application Starbucks pour payer en 2017, contre 19,9 millions pour Apple Pay et moins de 10 millions pour Google Pay et Samsung Pay.

En 2018, les prévisions tablent sur 23,4 millions pour Starbuck, contre 22 millions pour Apple Pay (11,1 millions pour Google Pay). Le classement devrait rester le même jusqu'en 2022 avec respectivement 29,8 et 27,5 millions.

Nos confrères rappellent tout de même que l'application Starbuck permet de profiter d'avantages maison et fait office de carte de fidélité, ce qui explique au moins en partie son utilisation par certains.

Paiement mobile : selon une étude, Starbucks dépasse Apple Pay aux États-Unis

Microsoft a présenté diverses améliorations en approche pour ses clients mobiles OneDrive, lors de la SharePoint Conference.

Parmi les améliorations concernant le grand public, signalons un placement central à venir pour le bouton de scanner et des apports importants pour le partage. L'utilisateur pourra ainsi créer directement un lien protégé par mot de passe. De plus, un document en lecture seule pourra se voir interdire le téléchargement.

Côté entreprises, citons tout particulièrement la possibilité de déplacer les dossiers connus (Documents, Images et Bureau) vers OneDrive. Une capacité disponible pour le grand public depuis un moment maintenant (dans les options de OneDrive).

Les administrateurs pourront également obtenir des rapports sur les partages faits par les employés, y compris par les liens anonymes et les partages externes sécurisés. Ces données peuvent être envoyées vers Excel ou Power BI pour analyse.

Toutes les annonces de Microsoft sont disponibles depuis le site officiel.

OneDrive : du neuf pour les applications mobiles dans les mois à venir

Environ 24 heures après Microsoft, Dropbox annonce ses propres nouveautés, même si elles sont essentiellement tournées vers les entreprises.

À commencer par File Activity, permettant aux utilisateurs d'obtenir une liste complètes des actions effectuées par les autres sur un fichier, notamment toutes les modifications et les partages.

Si les clients ont un abonnement Dropbox Professional ou Business Advanced, File Activity pourra même renvoyer la liste des personnes ayant simplement ouvert le document pour le lire.

Autre ajout, la possibilité de laisser des commentaires sur la prévisualisation d'un document. En outre, les fonctions de partage se veulent plus évidentes, dans leur accès comme dans leur manipulation.

Enfin, un nouvel écran d'accueil sera bientôt disponible. Il rassemblera tous les éléments jugés les plus opportuns, comme les favoris, les plus consultés, les derniers ouverts, etc.

Ces nouveautés sont en cours de déploiement pour iOS, Android devant attendre un peu.

Dropbox a aussi du neuf pour ses applications mobiles
1Password 7 renouvelle son interface sur macOS

Lancement officiel pour la nouvelle version du gestionnaire de mots de passe. Elle se démarque par une interface largement révisée et de nouvelles fonctions.

Côté graphique, on note une barre latérale sombre avec une plus grande densité d'informations, décrits comme mieux rangés. Les utilisateurs ayant de multiples coffres devraient d'ailleurs apprécier le changement : ils sont tous affichés dans la colonne.

Parmi les autres nouveautés, signalons le markdown dans les notes sécurisées, l'arborescence pour les tags, une fenêtre d'identification « collante », un meilleur affichage des informations Pwned Passwords, l'inclusion de l'extension Safari ou encore l'intégration à Spotlight.

Les abonnés à 1Password peuvent récupérer la nouvelle version depuis le site officiel ou le Mac App Store. Ceux préférant les achats à l'acte pourront récupérer 1Password 7 pour 49,99 dollars, mais pour un temps limité seulement. Il sera ensuite vendu 64,99 dollars, un tarif onéreux. Les abonnements, eux, commencent toujours à 2,99 dollars.

Comme nous l'avions indiqué dans notre dossier, rappelons que 1Password est largement centré sur les plateformes Apple. Une version Windows existe bien par exemple, mais elle n'a pas la qualité de la mouture macOS.

Cette fois encore, il s'agit de récompenser un article scientifique européen paru en 2016-2017 et ayant pour thème la protection des données personnelles et la vie privée ; un vaste sujet.

« L’article scientifique doit être issu de travaux réalisés au moins en partie dans un centre de recherche situé sur le territoire de l’Union européenne et doit nécessairement traiter de l’amélioration de la protection des données personnelles ou de la vie privée » expliquent les deux partenaires.

Les candidats ont jusqu'au 1er septembre 2018 pour participer et toutes les conditions sont précisées dans le règlement du concours. Le jury est composé de dix scientifiques venant de France, d'Europe et même du Canada.

Pour rappel, la deuxième édition avait été remportée par Seda Gürses, Carmela Troncoso et Claudia Dia pour leur article « Engineering privacy by design reloaded ». La première mettait à l'honneur l'article ADSNARK « Nearly Practical and Privacy-Preserving Proofs on Authenticated Data » de Michael Backes, Manuel Barbosa, Dario Fiore et Raphaël M. Reischuk.

La CNIL et Inria lancent la 3e édition du concours scientifique sur la « protection de la vie privée »

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.