du 17 mai 2018
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Altice a gagné 71 000 abonnés sur le fixe et 239 000 sur le mobile au premier trimestre

Le groupe vient de publier son bilan du premier trimestre de l'année. L'opérateur annonce un résultat consolidé de 3,53 milliards d'euros, dont 2,59 milliards pour Altice France (SFR). Le Portugal est en seconde place avec 495 millions d'euros.

C'est légèrement moins qu'au troisième trimestre de l'année dernière où il était question de 3,57 milliards d'euros, dont 2,61 milliards en France. Le groupe explique par contre que son chiffre d'affaires au premier trimestre « est stable (+ 0,0 %) en glissement annuel à taux de change constant ».

La marque au carré rouge affirme qu'en France, le nombre de clients sur le fixe « a augmenté pour la première fois depuis qu'Altice a pris le contrôle avec 71 000 ajouts nets », contre 35 000 de moins au premier trimestre 2017. La « fibre », c'est-à-dire le FTTH et FTTLA selon la définition du groupe, compte 96 000 abonnés supplémentaires. Sur le mobile aussi le groupe revendique « la meilleure performance trimestrielle depuis le rachat de SFR » avec 239 000 nouveaux clients, contre 68 000 il y a un an.

Ces chiffres cachent une autre réalité : le FAI avait 6,014 millions d'abonnés sur le fixe au 31 mars 2018, contre 6,079 millions un an plus tôt. Sur le mobile, le total passe de 14,541 millions au 31 mars 2017 à 14,440 millions en mars 2018. Dans les deux cas, SFR a donc perdu des clients sur les 12 derniers mois : 65 000 sur le fixe et 74 000 sur le mobile.

L'ARPU (revenu moyen par abonné) est aussi en baisse sur un an : de 35,9 euros sur le fixe en 2017, il est désormais à 34,7 euros, notamment à cause du changement sur la TVA explique le groupe. En téléphonie mobile, il passe de 25,5 euros à 24,1 euros.

Enfin, la dette du groupe est de 32,2 milliards d'euros. Il faudra maintenant attendre les prochains chiffres pour voir si le changement de cap (et les nouvelles offres de la fin mars) permettra de meilleurs recrutements et une hausse de l'ARPU.

Les entreprises peuvent publier des offres sur le réseau social depuis plus d'un an. Cette fonctionnalité est désormais disponible dans 42 pays, dont la France.

Elle « permet aux utilisateurs de postuler à une offre depuis différentes sources, que ce soit directement dans l’onglet de la fonctionnalité sur Facebook ou depuis la page Facebook d’une entreprise » explique le réseau social.

Les candidats peuvent contacter le recruteur directement via Messenger.

Facebook lance sa section « offres d’emploi » en France

Nos confrères de l'AFP expliquent que le rendez-vous se déroulera le 23 mai prochain à l'Élysée dans le cadre du sommet « Tech for good ».

« Il s'entretiendra avec eux des bénéfices liés à l'innovation technologique et des efforts croissants demandés aux entreprises sur la protection de la vie privée, les règles sociales, la lutte contre la haine et la désinformation et la fiscalité » expliquent nos confrères.

Des investissements dans le pays devraient également être annoncés à cette occasion.

Macron recevra une cinquantaine de dirigeants du numérique, dont Zuckerberg, Nadella et Krzanich
Google annonce YouTube Music et Premium, qui seront « bientôt » disponibles en France

La plateforme de streaming se décide enfin à communiquer officiellement sur ces nouveaux services, dont on entend parler depuis des mois.

Ainsi, YouTube Music sera lancée le 22 mai, avec une application mobile revue et un nouveau lecteur pour les ordinateurs. Le service proposera des millions de chansons officielles, des milliers de listes de lecture, des radios d'artistes, des reprises, des remix, etc. L'application mobile affichera des recommandations en fonction de vos écoutes et du lieu où vous vous trouvez. Par exemple, si vous êtes à l'aéroport, YouTube Music sélectionnera pour vous des musiques relaxantes.

La version basique de YouTube Music est gratuite, avec de la publicité. Il existe également une mouture Premium à 9,99 dollars par mois sans publicité, avec l'écoute en arrière-plan et le téléchargement. Les abonnés Google Play Music auront accès à YouTube Music Premium sans supplément.

La plateforme en profite aussi pour annoncer YouTube Premium, une évolution de YouTube Red lancé en 2015, lui-même une évolution de... YouTube Music Key. Vous suivez ? YouTube Premium inclut un abonnement à YouTube Music Premium, avec des contenus vidéos supplémentaires (ceux de YouTube Red, d'autres arriveront). Bien évidemment, la lecture en arrière plan, le téléchargement des vidéos pour le mode hors ligne sont présents, tandis que la publicité est absente.

YouTube Premium sera bientôt disponible dans les pays ou YouTube Red est présent (États-Unis, Australie, Nouvelle-Zélande, Mexique et Corée du Sud) et le service arrivera « bientôt » dans plusieurs pays européens, dont la France. YouTube Premium est annoncé à 11,99 dollars par mois, soit 2 dollars de plus que YouTube Red. Les abonnés YouTube Red passeront automatiquement sur la nouvelle formule, sans changement de tarif.

Hier, 52 sénateurs ont voté le sauvetage du principe de non-discrimination des contenus sur Internet. Ce camp, composé en grande majorité de démocrates, a fait face à 47 voix républicaines. Ce vote serré n'avait aucune garantie de succès, l'apport surprise de voix républicaines ayant permis de faire pencher la balance.

À la mi-décembre, l'autorité des télécoms, la FCC, a signé la fin de la neutralité du Net outre-Atlantique, pour le 11 juin. De nombreuses organisations de défense des libertés se sont mobilisées pour son maintien, intimant aux internautes de contacter les parlementaires. Ici, les sénateurs s'appuient sur leur capacité à renverser une décision d'une autorité par un simple vote des membres du Congrès.

L'autre chambre du Congrès, celle des représentants, doit encore passer au vote, et il n'est pas dit qu'elle le souhaite. Depuis la nomination d'Ajit Pai à la tête de la FCC, Donald Trump soutient le retrait de la neutralité du Net.

États-Unis : les sénateurs votent le retour de la neutralité du Net, mais la route reste longue

Suite au scandale Cambridge Analytica, plusieurs institutions ont demandé au patron de Facebook de se présenter en personne pour répondre à des questions (il est déjà passé par le Congrès américain).

Malgré la pression du Royaume-Uni, le PDG refuse de se rendre au Parlement britannique en personne. Néanmoins, il se rendra au Parlement européen affirme Antonio Tajani, président de l'institution.

« Le fondateur et patron de Facebook a accepté notre invitation, et sera à Bruxelles aussi rapidement que possible, dès la semaine prochaine avec un peu de chance [...] Nos citoyens méritent une explication complète et détaillée. Je salue la décision de Mark Zuckerberg d'apparaître en personne devant les représentants de 500 millions d'Européens. C'est un pas dans la bonne direction pour restaurer la confiance » explique-t-il dans un communiqué.

Après avoir décliné l'invitation des Anglais, Mark Zuckerberg accepte de se rendre au Parlement européen
Signal : nouvelle faille pour la version Desktop, le correctif déjà disponible

Sale période pour Signal Desktop. Après déjà deux failles corrigées, l'une sous macOS, l'autre pour Linux et Windows, une troisième apparaît, semblable à la précédente.

Les conditions d'exploitation sont les mêmes : en envoyant un code HTML/JavaScript déguisé en message. Il s'agit donc d'une injection de code malveillant, qui se déclenche dès que le pirate cite ou répond au message qu'il a lui-même envoyé. Le risque est total, puisque Signal va exécuter le code sans interaction de la victime. Le pirate est alors en position d'exfiltrer des messages en clair.

La vulnérabilité a été trouvée par les mêmes chercheurs que pour la précédente. Elle a encore une fois été signalée confidentiellement et la mise à jour corrective de Signal est déjà disponible. Elle est récupérée automatiquement et demande simplement de redémarrer l'application une fois appliquée.

Comme les deux autres soucis de sécurité, on ne trouve cependant aucune communication des développeurs, ni sur leur blog officiel, ni sur le compte Twitter.

Attendue pour la fin juin, la prochaine version du navigateur est déjà proposée aux développeurs qui ont droit à des fonctionnalités spécifiquement dédiées.

Des outils comme Babel et Webpack sont désormais pris en compte par le Debugger, le panneau dédié aux échanges réseau propose plus de fonctionnalités, tout comme le reste des DevTools.

Un inspecteur d'accessibilité est aussi ajouté, afin d'étudier la structure de la page et la voir à la manière d'un lecteur d'écran ou d'un logiciel d'assistance.

D'autres petites modifications sont de la partie, comme un thème sombre plus marqué. Tous les détails sont donnés par ici.

Firefox 61 Developer Edition : thème plus sombre, inspecteur d'accessibilité et autres améliorations
OnePlus dévoile son OnePlus 6 de 6,28" dès 519 euros et les écouteurs Bullets Wireless à 69 euros

Comme prévu, le nouveau smartphone a été dévoilé hier soir. Il dispose d'un écran AMOLED de 6,28 pouces (2 280 x 1 080 pixels) avec une encoche sur la partie supérieure (« notch »). Il est animé par un Snapdragon 845 épaulé par 6 ou 8 Go de mémoire vive et 64 à 256 Go de stockage UFS 2.1.

Il propose un port USB Type-C, des capteurs optiques Sony IMX 519 et IMX 376K à l'arrière et IMX 371 à l'avant, un capteur d'empreintes digitales et le déverrouillage par reconnaissance faciale. Le smartphone est « étanche dans certaines conditions » : il peut « résister à une chute dans l'évier ou à un verre d'eau renversé. Mais n'allez pas non plus lui faire faire des plongeons » explique le fabricant.

Il est livré avec une version d'OxygenOS basée sur Android Oreo. Il est disponible en précommande à partir de 519 euros avec 64 Go de stockage et 6 Go de mémoire vive. Comptez 619 euros pour la version avec respectivement 256 et 8 Go. La disponibilité est prévue pour le 23 mai.

Le fabricant en profite pour présenter les Bullets Wireless, des écouteurs intra sans fil. Ils sont équipés d'une charge rapide permettant d'obtenir jusqu'à 5h d'autonomie en 10 minutes.

Le dos des écouteurs est aimanté et il suffit de les rassembler pour les éteindre automatiquement. Enfin, ils sont compatibles avec Google Assistant. S'ils fonctionnent évidemment avec le OnePlus 6, les Bullets Wireless ne sont pas exclusifs à ce smartphone.

Ils seront disponibles à partir du 5 juin pour 69 euros.

Avec la nouvelle version 4.10 bêta, les parents pourront suivre la position géographique de leur enfant.

La fonctionnalité se base sur les déclarations de membres de la famille dans le compte Microsoft. Il faut ensuite activer l'option sur le smartphone visé et le déclarer comme celui d'un enfant.

Côté utilisateurs, il y a également du neuf : classement alphabétique dans les dossiers, affichage des noms d'applications et dossier depuis le dock, geste personnalisable pour le bouton Accueil depuis l'écran d'accueil, possibilité de verrouiller rapidement ce dernier.

Comme le fait remarquer Neowin, Microsoft précise que cette bêta est une « phase 1 », évoquant ainsi une suite. Peut-être la fameuse Timeline, présente dans l'April Update de Windows 10 et que l'éditeur a promise pour son Launcher.

Sur Android, le Launcher de Microsoft s'ouvre au contrôle parental

Le mois dernier, on apprenait que Blade proposait son service de PC dématérialisé à travers les boutiques d'Orange.

Désormais, elle le fait également chez LDLC, avec une page dédiée et des packs spécifiques. Vous pourrez ainsi simplement acheter le boîtier (optionnel), une carte d'abonnement un mois ou des ensembles comprenant un écran AOC, un couple clavier/souris Corsair, etc.

Le tarif est inchangé par rapport à ce que propose Shadow sur son site. Pour le moment, tout est indiqué comme « en rupture », excepté la carte d'abonnement 1 mois.

Les autres sites du groupe LDLC tels que Hardware.fr et Materiel.net ne proposent pas Shadow. « Nous prévoyons bien évidemment des surprises pour toute la communauté Shadow. Mais pas de spoilers, on vous en dira plus une prochaine fois » précise un email envoyé aux clients de Blade.

Au passage, on apprend que le développement du client Linux avance, avec une version Alpha en test au sein de l'équipe et une ouverture à des testeurs extérieurs qui pourrait avoir lieu une fois que la version bêta sera prête.

Après Orange, le PC dans le cloud Shadow vendu chez LDLC (et bientôt un client Linux)
Core i3-8121U (Cannon Lake, 10 nm) : Intel livre ses caractéristiques, d'autres puces arrivent

Au début de la semaine, on découvrait le Lenovo Ideapad 330 avec un processeur nouvelle génération mais assez peu de détails le concernant. Depuis, Intel a mis à jour sa base ARK et l'on peut découvrir que le Core i3-8121U dispose de deux cœurs, quatre threads, 4 Mo de cache et d'un TDP de 15 watts.

Sa fréquence varie entre 2,2 et 3,2 GHz. Il devrait donc remplacer l'actuel Core i3-8130U (Kaby Lake, 14 nm). Une comparaison qui est l'occasion de voir à quel point la dénomination des puces de 8ème génération est un bazar regroupant différentes architectures dans lequel le consommateur aura bien du mal à se retrouver.

Parmi les évolutions discrètes, notons le support d'AVX-512, un package légèrement plus grand (45x24 mm contre 42x24 mm), 16 lignes PCIe et le support de la LPDDR4-2400. La partie graphique n'a pas encore été officialisée. Car il ne faut pas s'y tromper, cette communication détournée n'est qu'une manière pour Intel de donner un aspect concret à des puces que l'on ne verra pas sur le marché avant un moment, le 10 nm étant en retard.

Notez au passage que de premiers benchmarks sont en fuite, et que l'on apprend que des modèles m3 avec un TDP de 4,5 watts sont aussi prévus, avec le m3-8114Y.

La dernière build du canal rapide pour les testeurs du programme Insider réclame aux antivirus de passer en processus protégés s'ils veulent être reconnus comme tels.

Les « protected process » sont un mécanisme introduit dans Windows 8.1, avec les logiciels anti-malware en ligne de mire. L'idée était de leur fournir une protection supplémentaire, puisqu'ils étaient souvent la cible eux-mêmes d'attaques.

La prochaine version de Windows, attendue pour septembre/octobre, généralisera ces processus protégés. Si les éditeurs ne rendent pas leurs produits compatibles, l'interface Windows Sécurité ne les reconnaîtra pas et Defender continuera de fonctionner à leurs côtés.

Actuellement, il suffit qu'un antivirus se déclare auprès de Windows pour désactiver Defender et être reconnu comme solution de sécurité principale. Tant que le changement est testé, il peut être désactivé en créant une clé de registre :

HKLM\SOFTWARE\Microsoft\Security Center\Feature
DisableAvCheck (DWORD) = 1

Cette possibilité disparaîtra avec l'approche de la version finale.

Windows 10 : la préversion 17672 isole les antivirus

Dans la version 66 du navigateur, de nouvelles règles basées sur l'historique de navigation de l'utilisateur sont entrées en vigueur pour la lecture automatique, notamment avec le son actif.

Bien que cette fonctionnalité soit en préparation de longue date, largement documentée et que plusieurs mois de tests ont été laissés, certains développeurs ont fait face à un problème.

En effet, pour les jeux en ligne, RTC et autres applications audio, ce changement nécessite de s'adapter, ce que certains n'avaient pas fait. L'équipe en charge a donc décidé de laisser un délai supplémentaire pour l'API Web Audio.

Ils ont ainsi jusqu'à Chrome 70, attendu pour le 30 août prochain, pour modifier leurs applications.

Autoplay et Chrome : les développeurs gagnent un peu de temps pour l'API Web Audio
Applications tierces : Twitter rendra le rafraichissement en continu payant à la mi-août

Hier, nous discutions de la politique de Twitter avec des développeurs d'applications tierces, qui ont vu leur marge de manœuvre fondre au fil des années. Le réseau social vient de publier sa nouvelle API Activity Account, qui remplace celle qui fournit aujourd'hui aux applications tierces la mise à jour en continu des tweets.

Cette ancienne version disparaitra le 16 août, annonce Twitter, qui avait initialement prévu de couper le cordon le 19 juin. La mobilisation de plusieurs concepteurs d'applications tierces, via Apps of a Feather, aurait amené l'entreprise à repousser l'échéance.

Le principal changement est le passage d'un canal gratuit à un canal payant, pour un prix qui pourrait décourager les développeurs indépendants. Sans cette API, ils ne pourraient par exemple plus proposer de notifications push pour être averti en temps réel des tweets de @realDonaldTrump.

Comme le rapporte The Verge, ces notifications sont l'une des principales fonctions payantes de Twitterrific, l'un des plus anciens clients tiers sur iOS, qui demande 3 dollars pour y accéder.

Selon Craig Hockenberry, le créateur de Twitterrific, il en coûterait entre 10 et 15 dollars par utilisateur, par mois, pour maintenir les mises à jour en temps réel, pour une application comptant jusqu'à 250 utilisateurs. « Sur une plateforme où les gens rechignent à payer 99 centimes… » s'agace-t-il. Il devrait surtout négocier avec Twitter pour accéder à la nouvelle API, et il n'est pas garanti que la plateforme accepte.

Pour Luke Klinker (Talon pour Android), les conséquences seraient limitées pour les clients tiers, dont une toute petite part des utilisateurs exploiterait le rafraichissement automatique. Même s'il admet que la mise à jour manuelle paraît lente en comparaison, surtout lors d'événements sportifs. Selon Twitter, seul 1 % des applications actives chaque mois utiliseraient cette fonction.

L'enseigne, propriété de Casino, multiplie les activités ces derniers temps. En plus de la vente de produits, elle s'est lancée dans l'électricité, le stockage en ligne et la téléphonie mobile.

Pour proposer des vols et hébergements à bas coût, Cdiscount s'est associé à la plateforme MisterFly lancée en 2015 par deux anciens de Go Voyages. Emmanuel Grenier, PDG de Cdiscount, explique au Monde qu'il proposera « 70 offres de séjours packagés, renouvelées chaque semaine sur 40 destinations ».

« Nous serons les moins chers du marché. Entre 10 % et 20 % moins cher » affirme-t-il. Cdiscount Voyages devrait ouvrir aujourd'hui.

Cdiscount continue sa diversification et se lance dans les voyages, en partenariat avec MisterFly

Plusieurs nouvelles fonctions débarqueront prochainement dans l'application mobile.

La Caméra Facebook laissera ainsi les utilisateurs stocker les photos et vidéos dans leur compte, sans passer par le stockage local. Une manière d'économiser de la place.

Facebook précise que cette fonction pourrait aider ceux qui sont parfois obligés de supprimer un contenu pour en recréer un. L'éditeur n'évoque aucune limite de stockage distant. Les médias ainsi sauvegardés ne sont par contre visibles que par l'utilisateur.

L'application introduira également les publications vocales. Là encore, depuis la caméra, l'utilisateur pourra s'il le souhaite n'enregistrer que la voix. Pas de photo, pas de vidéo, juste un message vocal pour une publication classique ou une Story.

Enfin, Facebook laissera bientôt les adeptes des Story les archiver pour ne pas les perdre. L'intérêt est plus relatif, puisqu'elles ont été créées pour publier du contenu éphémère.

Ces nouveautés vont d'abord être déployées en Inde, avant d'être diffusées dans le reste du monde, dans les jours qui viennent. Elles ne concernent pour l'instant que l'application classique de Facebook pour Android et iOS.

Photos, vidéos, voix : Facebook veut faciliter le multimédia

Le smartphone de 5,8 pouces (2 280 x 1 080 pixels) est donc le premier de la marque à disposer d'une encoche, comme c'est la mode en ce moment. Il est animé par un Snapdragon 636 avec 4 ou 6 Go de mémoire vive et jusqu'à 64 Go de stockage.

Il est équipé de deux caméras de 16 et 5 Mpixels à l'arrière, ainsi que d'un capteur de 16 Mpixels en façade. Connecteur USB Type-C, lecteur d'empreintes digitales et Android Oreo sont au menu.

Il est annoncé à partir de 1 299 yuans, soit 172 euros avec une conversion bête et méchante. Comptez 1 699 yuans (226 euros) pour la version avec 6 Go de mémoire vive et 64 Go de stockage. Pour rappel, HMD/Nokia annonce souvent ses nouveautés en Chine, avant de les déployer dans le reste du monde.

En Chine, HMD dévoile le Nokia X6 avec « notch »
Le CNRS pointe la (sur)consommation énergétique du numérique

Dans un article, le Centre national de la recherche scientifique met en perspective cet appétit d'énergie, le numérique comptant pour 6 à 10 % de la consommation mondiale.

« Le simple envoi d’un mail d’1 Mo équivaut à l’utilisation d’une ampoule de 60 watts pendant 25 minutes, soit l’équivalent de 20 grammes de CO2 émis » estime ainsi l'ingénieure de recherche Françoise Berthoud. Surtout, elle pense l'impact des réseaux sous-estimé. Ils compteraient à eux seuls pour 40 % de la consommation, contre 30 % pour les terminaux et les centres de données.

Le surdimensionnement de ces réseaux, conçus pour absorber les pics de trafic, signifierait que les équipements tournent à pleine capacité au mieux quelques heures par jour, sans mise en pause en heures creuses. La « tyrannie » de « l'hyperdisponibilité » serait ainsi en cause.

Le CNRS accuse aussi les concepteurs de logiciels, qui ne s'inquièteraient plus de la place et des ressources utilisées par leurs créations, faute de limites de place. « La plupart des gens ne savent pas qu’en moyenne, 35 applis tournent en permanence sur leur téléphone, qu’ils les utilisent ou pas » selon Berthoud, qui estime qu'un smartphone pourrait disposer d'une autonomie de plusieurs jours avec une économie d'énergie plus stricte.

« La guerre ne sera plus jamais la même »… C'est par ces mots qu'Electronic Arts présente le prochain Battlefield, qui aura droit à une présentation en direct le 23 mai prochain.

Avec des années de retard, S.T.A.L.K.E.R. 2 devrait finalement arriver en 2021, c'est du moins ce qu'affirment les développeurs du jeu, qui ont mis en place un site officiel.

Enfin, c'est au détour d'un rapport financier de THQ Nordic que nous apprenons le report de Metro Exodus au premier trimestre de l'année prochaine.

Dans tous les cas, les annonces dans le petit monde du jeu vidéo devraient s'accélérer avec l'E3 qui approche à grands pas. Le salon ouvrira ses portes du 12 au 15 juin pour rappel.

Battlefield V sera présenté le 23 mai, S.T.A.L.K.E.R. 2 en 2021 et Metro Exodus repoussé à 2019

C'est un peu le mot magique de ces derniers mois, qui permet parfois à des entreprises de tripler leur valorisation boursière.

Surfant sur cette vague, HTC prépare donc un smartphone. « Grâce à Exodus, nous sommes ravis de soutenir des protocoles tels que Bitcoin, Lightning Networks, Ethereum, Dfinity, etc. » explique Phil Chen, responsable du projet, à The Next Web.

« Nous aimerions soutenir l'ensemble de l'écosystème blockchain, et au cours des prochains mois, nous annoncerons de nombreux autres partenariats passionnants » ajout-il.

Le smartphone Exodus comprendra donc un « portefeuille universel » et une partie matérielle sécurisée dédiée. HTC prévoit également de créer un réseau où chaque smartphone Exodus serait un noeud.

En attendant d'avoir de plus amples informations, un site dédié a été mis en ligne, mais il ne permet que de s'inscrire pour le moment.

HTC Exodus : un « smartphone blockchain » en préparation
En Australie, le décryptage des communications est une priorité

Angus Taylor, ministre de l'Intérieur et de la Cybersécurité, tient à ce que les forces de l'ordre reçoivent le concours des entreprises concernées face au chiffrement, rapporte ZDnet.

Lors du CeBIT Australia, le ministre a insisté : le chiffrement est une « bonne chose » mais « son ubiquité dans les années à venir pose un risque sérieux pour les forces de l'ordre ».

Ce que souhaite le gouvernement ? Que les grandes sociétés du net participent à cet effort. Une entreprise comme Apple, Google, Microsoft ou autre pourrait ainsi se voir réclamer une aide technique lorsque nécessaire. Taylor en est sûr : « Je pense que nous pouvons soutenir les forces de l'ordre sans briser le chiffrement ». Une vieille marotte dans un nombre croissant de pays.

Le danger est bien sûr toujours le même. On ne peut pas faciliter le décryptage d'un message sans affaiblir le chiffrement. Or, affaiblir le chiffrement aura un impact global, puisque des intérêts malveillants seront fatalement attisés par une telle perspective.

L'Australie n'a toujours dévoilé aucun calendrier pour son projet de loi. Le pays indique simplement travailler dessus. Angus Taylor l'a d'ailleurs confirmé : « Le but est de le faire bien, pas de le bâcler ».

En mars dernier, le fabricant présentait ses lunettes connectées pensées pour les professionnels. Elles se connectent pour rappel à un petit ordinateur DynaEdge DE-100 (165 x 85 x 20 mm) sous Windows 10 Pro que l'on peut transporter dans sa poche.

Il ne manquait alors plus que le prix, qui est désormais connu : 1 899,99 dollars pour la version de base comprenant les lunettes, le mini-PC et la connectique. Des kits pour développeurs sont également proposés à partir de 2 399,99 dollars. La disponibilité est immédiate selon Toshiba.

Les lunettes connectées dynaEdge AR de Toshiba sont disponibles, dès 1 899,99 dollars

La Fédération française des télécoms publie un guide pour rapporter son smartphone à son opérateur. Ces derniers en font don à une association, en proposent l'échange contre un autre modèle, ou l'envoient en déchetterie.

41 % des Français conserveraient des smartphones non utilisés chez eux, malgré leur teneur en matières premières recyclables. FFT oblige, le guide pointe la récupération des terminaux par Bouygues Telecom, Orange et SFR.

Depuis 2013, la fédération édite officiellement rapportersonmobile.fr, injoignable au moment où nous écrivons ces lignes.

La FFT vous aide à recycler votre téléphone
Le gendarme boursier américain monte une arnaque en crypto-monnaie (éducative)

La SEC a proposé une levée de fonds en crypto-monnaie (ICO), HoweyCoins, pour apprendre la prudence aux investisseurs. Le projet veut ainsi remodeler le monde du voyage, en l'ouvrant à tous, grâce à une nouvelle monnaie.

La page présente tous les traits d'une ICO : une invitation explicite à investir, un bonus proposé pour un temps limité (avec un énorme décompte), le traditionnel livre blanc promettant de révolutionner un domaine quelconque et les photos d'une équipe jeune et dynamique. En cliquant sur « Acheter des coins maintenant », la page renvoie vers le site de la SEC dédié aux investisseurs individuels, révélant la supercherie.

Les autorités financières n'ont de cesse d'alerter sur les dangers de ces levées de fonds, très à la mode, dont certaines se révèlent être des arnaques élaborées. L'Autorité a même mis des plateformes de crypto-monnaies sur liste noire. La SEC a elle-même annoncé l'arrestation des auteurs d'une ICO frauduleuse le mois dernier.

Ethan Hunt (Tom Cruise) revient pour de nouvelles aventures, bien évidemment avec son équipe de l'IMF (Impossible Mission Force).

Ils vont se lancer « dans une course contre la montre, suite au terrible échec d’une mission ». Bien évidemment, action, bastons et cascades en tout genre sont au programme. Au cinéma le 1er août.

Mission Impossible Fallout : la bande-annonce « finale »

La plateforme, qui revendique trois millions d'utilisateurs mensuels, reçoit ce nouveau financement de General Atlantic, en plus d'actionnaires déjà en place (Alven, Bpifrance et Citizen Capital), rapporte TechCrunch.

La jeune pousse (ex-Site du Zéro) compte chercher sa croissance sur le marché anglo-saxon. En plus des tutoriels qui ont fait sa réputation, le service propose 300 certifications diplômantes. La société compte doubler son personnel,  à 200 personnes, dans les neuf prochains mois selon Les Échos. D'ici un an, une centaine de formations devraient être en ligne, dont un tiers en anglais.

OpenClassrooms lève 60 millions d'euros
La tentative de sauvetage de ZTE par Donald Trump ne plait pas aux législateurs américains

Sous le coup d'une sanction de la part du département du Commerce américain, le fabricant chinois a annoncé avoir arrêté ses principales activités.

Il y a quelques jours, Donald Trump s'était fendu d'un tweet pour voler à la rescousse de ZTE. Il expliquait avoir chargé le département du Commerce de trouver un moyen pour que l'entreprise se remette « rapidement au travail ».

Cette déclaration n'est pas du goût de plusieurs législateurs américains, comme le rapporte Reuters. 32 démocrates ont ainsi signé une lettre « accusant Trump de placer les intérêts de la Chine avant les emplois américains et la sécurité nationale » expliquent nos confrères.

Enfin, dernier point soulevé par l'AFP (via le South China Morning Post) et reprise par Business Insider : « L'ordonnance du président américain Donald Trump concernant la société de télécoms chinoise ZTE est arrivée quelques jours seulement après que le gouvernement chinois a décidé de financer une entreprise qui améliorera les résultats financiers du président ».

Larry Noble, directeur principal et avocat général du Centre juridique de la campagne, explique à nos confrères que « c'est l'un des exemples les plus flagrants des problèmes qui peuvent survenir lorsqu'un président refuse de se séparer de ses intérêts commerciaux et ne semble pas préoccupé par les conflits d'intérêts ».

Le contenu est destiné à l'offre payante YouTube Red… que l'on doit désormais appeler YouTube Premium.

Cette série « mettra en avant certains des esprits les plus brillants de la science, la philosophie, la technologie, l'ingénierie, la médecine, le futurisme, le divertissement et les arts pour raconter l'histoire de l'IA » explique la société de production Sonar Entertainment.

Robert Downey Jr. et Susan Downey seront les producteurs, via leur société Team Downey. Pour le moment, aucune date de sortie n'est évoquée.

YouTube commande à Robert Downey Jr une série documentaire sur l'intelligence artificielle
Stan Lee veut la maîtrise de ses comptes sur les réseaux sociaux

L'année dernière, l'auteur des X-Men et autres superhéros revendait son entreprise POW! Entertainement à une entreprise chinoise Camsing.

Mais rien ne va plus : Lee accuse Camsing de lui avoir caché certains termes du contrat, et d'avoir abusé de certaines faiblesses. Lors de la signature, il venait en effet de perdre sa femme. Il est également atteint de DMLA, l'empêchant de voir correctement.

Âgé de 95 ans, l'homme attaque Camsing et réclame un milliard de dollars. Selon Lee, Camsing aurait récupéré, sans qu'il le sache, le droit d'utiliser pleinement son nom et son image pour les associer aux produits vendus.

Le grand âge de Stan Lee est d'ailleurs inscrit en filigrane dans la réponse de POW! : l'accusation « est si absurde que nous devons nous demander si M. Lee est bien à l'origine de cette plainte », sous-entendant que l'auteur aurait pu être manipulé. Élégant.

L'histoire n'a pas empêché Stan Lee de publier sa première vidéo sur Twitter, pour remercier ses fans. Trois jours auparavant, il tweetait avec fierté avoir récupéré le contrôle de son compte.

Les temps sont difficiles pour la plateforme de streaming. Après les accusations de falsification des chiffres en faveur de Beyoncé et Kanye West, un rapport affirme que Tidal aurait jusqu'à six mois de retard dans le paiement aux labels, comme le rapporte The Verge.

Un dirigeant de chez Sony aurait confirmé qu'il y a bien « des retards de paiement chez Tidal ».«  Nous n'avons pas été payés depuis octobre ... Les gens parlent de retirer [leur musique de Tidal] » aurait-il ajouté.

Tidal serait en retard pour payer ses royalties aux labels

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.