du 03 avril 2018
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

Apple : nouvelles rumeurs autour de l'utilisation de puces maison plutôt qu'Intel dans les Mac

Apple chercherait depuis des années à remplacer les produits du fondeur au sein de ses machines. Ce fût un temps au profit de la concurrence (AMD), mais il est plutôt question ces derniers mois de processeurs ARM conçus en interne.

Bloomberg l'affirme : les Mac utiliseront des SoC Apple à partir de 2020, un projet connu sous le nom de code Kalamata. Il en serait encore à un stade préliminaire, expliquant le peu d'informations concrètes données, notamment le système d'exploitation utilisé. Les Mac sont en effet des PC classiques fonctionnant sous macOS, conçu pour une architecture x86. Un portage vers ARM est possible – comme celui de PPC vers Intel en 2006 – mais pas sans concessions.

Apple pourrait utiliser une solution identique à Windows 10 pour ARM, mais la question des performances et des limitations demeure. Un tel dispositif a du sens pour une offre d'entrée de gamme avec des produits misant surtout sur l'autonomie, mais ce n'est pas vraiment le secteur visé par Apple.

Si la société utilise déjà ses propres puces pour des fonctionnalités de sécurité et autres éléments annexes, concevoir un OS complet nécessite un travail très important. Utiliser iOS serait un choix plus aisé, tant pour le temps de développement que les performances, mais ce dernier n'est pas pensé pour la souris.

Reste donc à découvrir ce que cachent réellement les projets d'Apple et s'ils aboutissent dans les deux ans à venir. Pour le moment on attend surtout des nouvelles de Marzipan, qui doit permettre le lancement d'applications iOS sous macOS. Nous devrions en apprendre un peu plus sur le sujet à la prochaine WWDC de juin.

Elle se trouve à… neuf milliards d'années- lumière : la lumière perçue a donc voyagé neuf milliards d'années avant d'arriver au télescope spatial. Elle repousse d'un facteur 100 le précédent record.

« Normalement, elle serait beaucoup trop faible pour la voir, même avec les plus grands télescopes du monde ». Néanmoins, grâce à une lentille gravitationnelle, présentée comme « un caprice de la nature » amplifiant la faible lueur dans le cas présent, les astronomes ont pu l'observer et ainsi  « établir un nouveau record de distance ». Son nom officiel est MACS J1149 + 2223, mais elle est surnommée Icare.

« Nous serons maintenant en mesure d'étudier en détail à quoi ressemblait l'univers, en particulier comment les étoiles ont évolué et quelle est leur nature, presque jusqu'aux premières étapes de l'univers et aux premières générations d'étoiles » explique le chercheur Patrick Kelly, principal autour de la publication dans Nature Astronomy.

Hubble détecte « l'étoile la plus éloignée jamais vue »

Un peu moins d'un mois après son arrivée sur mobile – mais sur invitation seulement – le jeu est désormais accessible à tout le monde.

Il faut disposer d'un iPhone SE, 6S, 7, 8 ou X, d'un iPad Mini 4, Air 2, 2017 ou Pro avec iOS 11 minimum pour en profiter. Pour rappel, l'éditeur promet le « même gameplay, même carte, même contenu, mêmes mises à jour hebdomadaires », avec du cross play.

L'application Android est prévue, mais n'arrivera que dans les prochains mois selon Epic Games.

Epic Games ouvre grand les vannes de Fortnite sur iOS

Depuis hier, la Californie peut délivrer des autorisations d'expérimentations pour des voitures autonomes sans chauffeur. Alors qu'une cinquantaine de société procèdent actuellement à des tests (avec un conducteur derrière le volant), une seule a décidé de sauter le pas.

C'est  l'annonce faite par le Department of Motor Vehicles à Gizmodo. Il ne précise pas de quelle entreprise il s'agit, ajoutant que la demande est en cours d'examen.

Alors que l'on pouvait s'attendre à un engouement plus important, l'affaire de l'accident mortel d'Uber est passée par là, poussant certaines sociétés à mettre leur programme en pause, ou à se faire un peu plus discrètes.

Voiture autonome sans chauffeur : une seule demande pour des tests en Californie
Le 31 mars, Mozilla fêtait ses 20 ans

Le projet est né le 31 mars 1998, quand le code source du navigateur Netscape a été ouvert à tout un chacun.

Le « 31/3 », ce code avait été nettoyé de toute trace propriétaire et une nouvelle licence avait été créée pour l'occasion, la Mozilla Public Licence (MPL), reconnue open source par l'OSI. Une première version du site Mozilla.org était également lancée, aujourd'hui consultable depuis WebArchive.

Difficile bien sûr d'imaginer le chemin que parcourrait cette entité, qui deviendrait fondation et accoucherait quelques années plus tard du projet Phoenix, devenant Firefox. Un succès foudroyant pour un navigateur très attendu et ayant joué un rôle profond dans la transformation du web, qui stagnait à cause d'un Internet Explorer presque figé. Microsoft ne s'en est d'ailleurs jamais remis.

Bien que la situation ait bien changé depuis (notamment à cause d'un Chrome omniprésent), la mission de la fondation n'a guère changé, et son poids reste important. Actuellement, Firefox vit d'ailleurs une grande transition technologique, avec un remaniement presque complet de ses fondations et l'arrivée de nombreuses fonctionnalités.

La chercheuse Sarah Edwards a averti en fin de semaine dernière d'un bug dans le système de fichiers APFS permettant de récupérer le mot de passe d'un volume chiffré.

Comme elle l'explique à The Hacker News, une simple commande du terminal suffit, et pour cause : le mot de passe est stocké en clair.

Il faut noter que la faille est déjà corrigée : tout utilisateur ayant un Mac à jour n'est plus concerné. Pas plus que ceux qui disposaient d'un volume en HFS+ converti en APFS et chiffré seulement ensuite.

Pour rappel, la mise à jour 10.13.4 est sortie la semaine dernière.

Apple : faille de sécurité APFS dans macOS 10.13 et 10.13.1

Comme prévu, la rentrée fatale dans l'atmosphère a eu lieu ce week-end. Pour rappel, la station était à la dérive depuis au moins 18 mois, mais il était impossible de prédire l'heure où elle entrerait dans l'atmosphère, et donc le point d'impact d'éventuels débris.

C'est finalement au-dessus du Pacifique que Tiangong-1 a fait son retour sur Terre. « Si des pièces survivent à la rentrée atmosphérique, elles ne seront probablement retrouvées par personne, coulant au fond d'un océan ou atterrissant loin des habitations humaines » explique l'agence spatiale européenne.

Tiangong-1 : la station spatiale chinoise en perdition s'est désintégrée au-dessus du Pacifique

Le smartphone a été lancé officiellement en Chine ce week-end. Rien n'est pour le moment précisé pour l'Europe, mais il devrait finir par y débarquer dans un second temps, comme c'est généralement le cas avec le fabricant.

Ce nouveau smartphone propose un écran 18:9 de 5,7 pouces (1 440 x 720 pixels) avec un Snapdragon 430 et 2 ou 3 Go de mémoire vive. Un capteur d'empreintes digitales et un déverrouillage par votre reconnaissance de votre visage sont disponibles. Les caractéristiques techniques sont disponibles par ici (en chinois)

Android 8 Oreo est aux commandes, pour un tarif de 799 yuans pour la version avec 2 Go de mémoire vive et 32 Go de stockage, soit 103 euros seulement avec une simple conversion (ne représentant donc pas la réalité). Pour 3 Go de mémoire vive, comptez 200 yuans de plus, soit 26 euros environ.

Avec le Honor 7A, le fabricant veut chambouler l'entrée de gamme
Rencontres : Grindr accusé de transmettre des données très personnelles à des tiers

L’application Grindr – dédiée aux rencontres gay – permet depuis longtemps de renseigner des informations très personnelles, comme le statut HIV. Selon le chercheur norvégien Antoine Pultier, ces données étaient envoyées à des tiers.

Apptimize et Localytics récupéraient ces informations pour alimenter un service d’optimisation des applications. Malheureusement, les données étaient envoyées en masse, avec d'autres : position GPS, identifiant du téléphone et adresse email utilisée pour créer le compte. En clair, des informations identifiantes.

Le danger, selon le chercheur, est que les entreprises soient en mesure de bâtir une base de données de personnes contaminées par le virus, avec leur statut (positif, négatif, indétectable, PrEP, etc.).

Bryce Case, responsable sécurité de Grindr, a indiqué à Axios que l’entreprise avait arrêté cette pratique. Il reconnaît qu’un peu plus d’informations que nécessaire avaient été partagées, mais que les données les plus sensibles n’étaient pas envoyées aux publicitaires, en plus d’être chiffrées.

Il demande aux utilisateurs de comprendre et de ne pas mélanger l’affaire avec un cas aussi emblématique que Facebook/Cambridge Analytica : « Il y a une différence entre une plateforme logicielle que nous utilisons pour le débogage et l’optimisation, et une firme tentant d’influencer des élections ».

Grindr l’affirme en tout cas : le statut HIV n’a jamais fait partie des informations envoyées pour le ciblage publicitaire. L’entreprise insiste sur le caractère optionnel de cette donnée. Mais comme tant d’autres sociétés tentant de se justifier, le mal est déjà fait, et le contrôle des dégâts tourne à plein régime pour limiter la tempête médiatique.

Comme le précise BuzzFeed, ni Apptimize ni Localytics n’ont souhaité répondre aux questions, ajoutant au climat de suspicion.

Apple a à peine publié les versions finales d'iOS 11.3, macOS 10.13.4, tvOS 11.3 et watchOS 4.3 qu'elle enchaîne directement sur les moutures suivantes.

Depuis hier, les développeurs (et uniquement eux pour l'instant) peuvent récupérer la bêta d'iOS 11.4 notamment. La seule nouveauté détectée pour l'instant est l'arrivée de ClassKit, présenté récemment par Apple lors de son événement dédié à l'éducation.

Ces bêtas devraient arriver prochainement dans le programme public de test. Comme toujours, ces préversions ne se destinent pas à des appareils utilisés en production et peuvent provoquer des incompatibilités. Pour iOS, Apple prévient d'ailleurs d'un bug entraînant un décalage de 2 ou 3 secondes entre la vidéo et le son quand YouTube est utilisé en mode AirPlay.

iOS 11.4, watchOS 4.3.1 et tvOS 11.4 déjà en bêta

Comme son nom l'indique, il est au format rack 2U et peut prendre en charge jusqu'à 24 périphériques de stockage avec une baie d'expansion RX1217(RP).

Le NAS est animé par un Atom C3538 avec 4 Go de mémoire vive, extensibles jusqu'à 64 Go. Quatre ports réseau Ethernet Gigabit sont présents, accompagnés de deux USB 3.0 et d'un emplacement PCIe Gen 3 8x. Une version RS2418RP+ avec une double alimentation de 500 watts est disponible. Toutes les caractéristiques techniques sont disponibles par ici.

Le fabricant annonce une disponibilité immédiate, sans donner de prix. LDLC propose le RS2148+ en précommande pour 1 827,95 euros, contre 2 398,95 euros pour le RS2418RP+ avec alimentation redondante.

Un nouveau NAS avec 12 baies chez Synology : le RS2418+

Après plusieurs années de travail et quelques versions bêta, le projet Tor abandonne finalement son application de chat sécurisé. Plusieurs raisons sont données dans un billet de blog détaillé.

Tout d'abord, le développement d'Instantbird, au cœur de Tor Messenger, est stoppé depuis la fin de l'année dernière, au profit d'une intégration à Thunderbird. Ensuite, les ressources du projet étaient limitées et aucun audit externe n'a pu être mené, alors que des soucis continuaient à se poser, comme les métadonnées.

Ainsi, l'équipe préfère arrêter les frais et recommande d'utiliser d'autres messageries, notamment CoyIM pour les adeptes de XMPP.

Tor Messenger : c'est fini
European Bus System of the Future 2 : garage autonome d'un bus avec la RATP et le CEA

Dans le cadre de cette expérience, le véhicule de transport en commun électrique d'Urbanway a été modifié par Iveco afin d'être piloté de manière autonome.

Le CEA apporte son expertise sur l'intelligence artificielle et la robotique, tandis que la RATP assure le pilotage du projet, l'intégration des sous-systèmes et le développement de l'interface entre le bus et le système de gestion de flotte. Deux cas d'usages sont mis en avant :

  • À l’arrivée au dépôt du conducteur, le bus démarre en mode autonome, quitte sa place de parking au 3ème sous-sol et se dirige vers la sortie du dépôt. Le conducteur prend son service à la sortie du dépôt et démarre sa journée.
  • À la fin de son service, le conducteur laisse son bus à l’entrée du dépôt. Une fois le mode autonome activé, le véhicule se gare en totale autonomie à la place pré-attribuée par le système automatique de  gestion de la flotte, en descendant vers les espaces de garage en sous-sol puis en rejoignant directement la place qui lui a été attribuée.

Cette démonstration s'inscrit dans le cadre du dispositif de recherche European Bus System of the Future 2 (EBSF 2) lancé en 2015, et co-financé par l’Union européenne. Son but est de développer une nouvelle génération de systèmes de bus urbains.

Attendue pour le premier trimestre de l'année (après des mois de batailles et de négociations), cette opération devait normalement se terminer au cours du premier trimestre. Ce n'est finalement pas le cas et le fabricant a publié un communiqué pour annoncer du retard. La cause : les autorisations de certaines autorités antitrust n'ont pas encore été données.

Le fabricant affirme qu'il a « toujours l'intention de conclure la transaction dès que possible », mais qu'il faudra désormais attendre « avril 2018 ou après », sans plus de détails.

Ce retard ne change rien aux résultats publiés mi-février puisqu'ils ne tenaient pas compte de cette vente.

La vente de Toshiba Memory prend un peu de retard

En difficulté, le studio de Luc Besson cherche des investisseurs et ne s'en cache pas. Dans un communiqué publié le mois dernier, il expliquait ainsi « avoir entamé des discussions avec divers partenaires financiers et/ou industriels potentiels en vue d’un renforcement de ses capacités financières », sans plus de précision. Netflix était évoqué par plusieurs sources.

La plateforme de streaming semble être en bonne position et « serait proche d'un accord avec Luc Besson et les autres actionnaires », selon les Echos.  Les protagonistes souhaiteraient signer avant l'été.

De son côté, EuropaCorp refuse de confirmer cette information et précise qu'il « n'est à ce jour entré en exclusivité avec aucun des partenaires potentiels en question. EuropaCorp communiquera le jour où il y aura une information certaine et pas seulement des spéculations non fondées sur des faits ».

Netflix serait proche d'un accord pour racheter Europacorp (Luc Besson)

Mis en place il y a neuf ans, ce service cessera progressivement d'être utilisable à compter du 13 avril prochain, explique la société. Les utilisateurs anonymes et ceux n'ayant jamais utilisé goo.gl ne pourront plus y accéder. Dès le 30 mai, seuls les développeurs qui ont déjà accédé à l'API pourront continuer de le faire pour une durée d'un an. Après, cette solution sera également mise de côté.

Google précise que tous les liens continueront de fonctionner jusqu'au 30 mars 2019, mais renvoie désormais vers le service de liens dynamiques de Firebase ou des solutions comme Bitly et Ow.ly.

Un choix qui montre une fois de plus que la dépendance à de tels service peut être un problème lorsque les priorités changent.

Google met fin à son raccourcisseur d'URL goo.gl, remplacé par un outil Firebase
Mark Zuckerberg répond à Tim Cook sur la vie privée

Dans un entretien à Vox, le fondateur de Facebook défend son modèle, après la lourde critique du patron d'Apple la semaine dernière. En réaction au scandale Cambridge Analytica, ce dernier réclamait un tour de vis réglementaire autour du réseau social, qui aurait prouvé son incapacité à se contrôler lui-même. Il critiquait aussi le modèle de fond de Facebook, centré sur le brassage de données.

« Je trouve cet argument, que sans payer on ne peut pas prendre soin de vous, extrêmement facile et très loin de la réalité » a réagi Mark Zuckerberg. « À l'instar de beaucoup de médias, le modèle publicitaire est le seul rationnel capable de construire un service pour atteindre les gens » a-t-il pointé, pour ne pas réserver ces services aux plus aisés.

Cela alors que les bloqueurs de publicité n'ont jamais été aussi populaires et que les futurs règlements européens (RGPD et ePrivacy) promettent de réduire l'empreinte des internautes.

Selon nos confrères de Videocardz, celui-ci exploite un processeur Coffee Lake Core i7-8750H qui devrait être dévoilé très bientôt. Ce serait là le principal changement de cette machine.

Toujours certifiée Max-Q par NVIDIA, elle intègrera un maximum de 16 Go de DDR4 (2400 MHz), jusqu'à 512 Go de stockage et pourrait être proposée à près de 3 500 euros avec une GeForce GTX 1080 (15,6", 1080p, 120 Hz G-Sync).

ASUS prépare un nouveau Zephyrus

L'un des développeurs du noyau, Arnd Bergmann, a expliqué récemment sur la mailing list officielle qu'une pull request supprimait tout le code lié à d'anciennes architectures de processeurs.

Blackfin, cris, frv, m32r, metag, mn10300, score et tile disparaissent ainsi de l'actuel code préparant la version 4.17, ainsi que tous les pilotes associés. 500 000 lignes ont donc été supprimées, sur les 20,3 millions que le noyau contenait jusqu'ici. Un vrai ménage de printemps.

Un kernel plus léger a nécessairement des avantages. Non que les utilisateurs verront la différence, mais il devient plus simple à entretenir et réduit surtout la surface d'attaque potentielle. Bergmann précise d'ailleurs que ces architectures n'étaient plus utilisées, et que la nostalgie n'est pas une raison suffisante pour les garder.

Le noyau Linux s'allège de 500 000 lignes de code

Après avoir dévoilé plusieurs versions de son Notebook 9 version 2018, le fabricant revient à la charge avec les Notebook 3 et 5.

Le premier est disponible en versions de 14 (HD) et 15,6 pouces (HD ou Full HD). Un peu plus haut de gamme, le Notebook 5 est un portable de 15,6 pouces avec écran Full HD. Les machines sont relativement fines avec moins de 20 mm, pour un poids de 1,66 à 1,97 kg selon les cas.

Côté processeur, il faudra être prudent : des CPU de 7ème ou 8ème générations d'Intel peuvent être intégrés. Sur les modèles de 15,6 pouces, une GeForce MX110 (Notebook 3) ou MX150 (Notebook 5) est proposée en option. On regrettera par contre la présence d'un port réseau à 100 Mb/s au maximum. De plus amples informations sont disponibles par ici.

Les Notebook 3 et 5 seront progressivement disponibles à partir de ce mois d'avril. Les tarifs ne sont pas précisés.

Samsung dévoile ses nouveaux portables Notebook 3 et 5
Deux lancements réussis par SpaceX ce week-end : CRS-14 (vers l'ISS) et Iridium-5

Hier soir, une fusée Falcon 9 décollait du Space Launch Complex 40 (SLC-40) à Cape Canaveral, direction la Station spatiale internationale pour une mission cargo.

Le premier étage était recyclé de la mission CRS-12 (aout 2017), tandis que la capsule était récupérée de CRS-8 (avril 2016). La mission est pour le moment un succès et aucune tentative de récupération du premier étage n'a été effectuée.

Quelques jours auparavant, une autre fusée Falcon 9 décollait du Space Launch Complex 4E (SLC-4E) à Vandenberg en Californie. Cette mission Iridium-5 est le cinquième pour le compte d'Iridium, avec dix satellites à bord. Le lancement s'est déroulé sans encombre.

Là encore, le premier étage était recyclé d'une précédente mission : SLC-4E (octobre 2017). Aucune tentative de récupération n'a été menée.

Ce week-end encore, SpaceX a réussi son pari en faisant décoller deux premiers étages et une capsule déjà éprouvés en vol.

Sundar Pichai annonçait récemment un milliard de dollars sur cinq ans pour financer des projets dans les domaines de l’éducation, de l’inclusion et du développement économique.

En France, trois associations françaises sont dans la première vague de projets financés par Google.org, pour un total de deux millions d'euros : Chance, INCO Academy et OpenClassrooms (via son association à but non lucratif).

Une vidéo de présentation des projets a été mise en ligne.

Google.org : 2 millions d'euros pour Chance, INCO Academy et OpenClassrooms

Depuis le 1er avril, la portabilité des contenus est une réalité en Europe, déclare le Parlement européen. Adoptée l'an dernier, cette première faille dans le géoblocage permet de profiter des contenus achetés lors d'un voyage dans les autres pays de l'Union, pour une période limitée.

La mesure complète la fin du géoblocage pour les achats, votée au Parlement début février. Elle ne concerne pourtant pas les contenus protégés par le droit d'auteur, mais des biens physiques et des services qui n'engagent pas lesdits auteurs (comme les logiciels).

Deezer, Netflix ou Spotify désormais consultables partout dans l'UE

La société a confirmé à plusieurs de nos confrères, dont Polygon et TechCrunch, procéder à « des ajustements des équipes de certains départements », sans plus de détail.

Selon les sources, le nombre d'employés sur le carreau serait d'un peu plus de 25, sans dépasser la trentaine. Malgré cette restructuration, Twitch annonce « une stratégie de croissance agressive pour 2018 », avec l'intention d'augmenter ses effectifs de 30 % en se focalisant sur « les domaines les plus importants pour la communauté ».

Twitch procède à des « ajustements » et licencierait entre 25 et 30 employés
Accident mortel Tesla Model X : l'autopilot était activé, le NTSB fait part de son agacement

La semaine dernière, le fabricant revenait brièvement sur cet accident du 23 mars ayant coûté la vie du conducteur. Tesla publie un nouveau billet de blog avec plus de détails.

Le pilote automatique était activé avec le régulateur de vitesse adaptatif et la distance de suivie réglée au minimum, affirme le fabricant. Il ajoute que « le conducteur avait reçu plusieurs avertissements visuels et sonores dans la voiture, mais que ses mains n'avaient pas été détectées sur le volant pendant six secondes avant la collision ».

« Le conducteur avait environ cinq secondes et 150 mètres de vue dégagée sur le séparateur en béton, avec l'atténuateur de collision cassé, mais les logs du véhicule montrent qu'aucune action n'a été prise ». Le fabricant en profite pour en remettre une couche sur l'état de la voirie en expliquant que l'accident est aussi grave à cause de l'atténuateur de collision abîmé et non remis en état.

Afin d'essayer de rassurer, Tesla met en avant des statistiques maison : « il y a un décès, y compris des piétons, tous les 320 millions de miles dans les véhicules équipés de l'Autopilot, vous êtes ainsi 3,7 fois moins susceptible d'être impliqué dans un accident mortel [...] L'Autopilot n'empêche pas tous les accidents (une telle norme serait impossible) mais il les rend beaucoup moins susceptibles de se produire ».

Interrogé par TechCrunch, le NTSB explique « ne pas être satisfait de la publication d'informations sur les investigations par Tesla ». « La diffusion non coordonnée peut affecter la façon dont les autres parties travailleront avec nous à l'avenir, donc nous prenons au sérieux chaque publication non autorisée » ajoute-il. Dans tous les cas, l'enquête officielle suit son cours.

Cette affaire n'est pas sans rappeler celle de l'accident mortel impliquant une Model S. Si la la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) écartait Tesla et vantait le pilote automatique (lire notre analyse), les conclusions du NTSB pointaient du doigt l'Autopilot de Tesla.

La chasse est officiellement ouverte dans le Chrome Web Store. Google annonce la suppression des extensions qui minent des crypto-monnaies sans le consentement de l'internaute. Installées dans le navigateur, elles consomment discrètement de la puissance de calcul en permanence.

Jusqu'ici, affirme Google, le dépôt acceptait les extensions de minage tant qu'il s'agissait de son objectif principal, donc exposé à l'internaute. Malheureusement, 90 % des outils mis en ligne ne préviendraient pas. Décision a donc été prise de jeter le bébé avec l'eau du bain, en refusant de nouvelles entrées, avant la suppression de celles présentes d'ici fin juin.

Google sort le fusil contre les extensions Chrome crypto-mineuses

Lancé il y a plusieurs années, le service de livraison de colis à la demande ne passera pas l'été.

La société de VTC envoie en effet des emails à ses clients pour les informer de la fermeture de Rush le 30 juin 2018, comme l'explique TechCrunch. Cette information a ensuite été confirmée par un porte-parole à nos confrères.

L'année dernière, UberRush avait déjà arrêté de s'occuper des restaurants, afin de favoriser un autre service de la société : UberEats.

Le 30 juin 2018, Uber arrêtera définitivement son service Rush pour les commerçants

La plateforme vidéo, qui a subi plusieurs exodes d'annonceurs après des scandales publicitaires, continue de choyer les entreprises.

Google introduit ainsi un nouveau format, destiné à appuyer la mémorisation de la marque. Depuis quelques années, il propose des « bumper ads » de six secondes en tête de vidéo, dont 87 % mèneraient à un taux de souvenir de 20 %, selon une étude commandée par YouTube.

Désormais, « TruView for reach » introduit ce format au sein des vidéos en cours de lecture. Plutôt que d'insérer des vidéos long format (qu'il est possible d'ignorer après cinq secondes), l'entreprise préfère le format de six secondes. 84 campagnes ont été testées, avec un taux de mémorisation qui avoisinerait encore les 20 %. Le bonheur, c'est simple comme un slogan qui reste en tête.

YouTube ajoute des (courtes) publicités en pleine lecture de vidéo

La nouvelle version 39 de l'application pour iOS supprime son pendant pour la Watch.

Selon 9to5Mac, il s'agit probablement d'une conséquence d'un choix d'Apple : au 1er avril, les mises à jour devaient cibler au moins la version 2.0 du SDK de watchOS, tandis que les nouvelles applications devaient directement cibler la version 4.0.

Chez Instagram, l'application en était restée au SDK 1.0. Preuve que l'éditeur n'était guère intéressé par un produit peu adapté à la consultation en masse de photos. On ne pouvait pas y lire notamment les vidéos, une carence presque anachronique. L'application n'était pas non plus indépendante, puisque c'était la grande nouveauté du SDK 2.0.

Instagram n'a plus d'application pour Apple Watch
 Les fondateurs d'une ICO frauduleuse arrêtés aux États-Unis

Le gendarme boursier américain, la SEC, annonce l'arrestation des responsables d'une levée de fonds en crypto-monnaies (ICO) équivalente à 32 millions de dollars. Les autorités criminelles les ont aussi attaqué par ailleurs. L'un d'eux venait d'acheter un billet d'avion pour fuir le pays.

Les deux initiateurs sont Sohrab Sharma and Robert Farkas de Centra Tech, qui proposait le CTR Token. La société promettait un partenariat avec Mastercard et Visa pour dépenser facilement des crypto-monnaies habituellement difficiles à convertir. Or, elle n'avait aucune relation avec les deux géants du monde bancaire. Centra Tech a aussi inventé de toutes pièces des responsables « aux CV impressionnants » selon la SEC.

La commission réclame le remboursement des personnes ayant contribué à la levée de fonds, en plus des éventuelles condamnations sur un plan criminel. L'affaire est un nouvel épisode dans la ruée vers l'or que constituent les ICO, dont une part non-négligeable seraient des arnaques, menant à une prudence importante des autorités financières.

L'été dernier, Niantic organisait un grand événement autour de Pokémon Go à Chicago. Ce fut un fiasco : pannes à répétition et annulation avant même le début des hostilités.

Le studio avait alors annoncé des dédommagements pour les joueurs : 100 dollars en Poké Coins (la monnaie virtuelle du jeu), le remboursement du billet d'entrée et un Pokémon rare. Insuffisant pour de nombreux joueurs qui avaient porté l'affaire devant la justice.

Selon TechCrunch, le recours collectif trouve actuellement un dénouement avec 1,575 million de dollars débloqués par Niantic  pour rembourser les frais d'hôtel et de déplacements des joueurs.

« Un site officiel pour le règlement devrait être en place d'ici le 25 mai 2018, avec un courriel envoyé pour informer les participants » expliquent nos confrères.

Pokémon Go Fest : Niantic va payer 1,575 million pour régler le recours collectif

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.